Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freinet, 70 ans après

 | 
Henri Peyronie

« La visite d’une classe en action »

Une pratique caractéristique du mouvement Freinet

Henri Peyronie, Danielle Maltret et Gérard Prokop

Texte intégral

1La présentation publique d’une classe au travail, en vue d’un échange sur les techniques pratiquées par les élèves, est une tradition du mouvement Freinet. Depuis soixante-dix ans, au fil des rencontres et des réunions de travail de ce mouvement, des méthodes de formation et de co-formation se sont construites, puis installées, jusqu’à constituer de quasi-rituels de l’organisation du travail. Il en va ainsi de cette forme de travail collectif, dans laquelle un instituteur Freinet convoque les élèves volontaires de sa classe un jour de vacances, ou bien un mercredi matin (autrefois un jeudi), et y met en œuvre une « technique Freinet » devant ses collègues réunis, afin de travailler avec eux sur cette technique ; Freinet appelait cela : « une visite de classe en action », comme on peut le voir dans une des lettres reproduites à la fin de ce volume. C’est une des instances où s’élabore et se ré-élabore la réflexion pédagogique collective du mouvement dans une dialectique du faire et du penser, capable d’intégrer les effets des transformations des situations scolaires sur l’acte d’enseigner. Cet élément de tradition est très typique du mouvement Freinet, tant à l’échelle modeste des réunions de travail départementales qu’à l’échelle des congrès nationaux. Nous avons voulu l’illustrer à propos des liens du mouvement Freinet avec l’Université de Caen où, à trente-cinq ans de distance, en 1962 et en 1996, des classes primaires Freinet sont venues travailler devant un public d’adultes.

1962 – 1996, des classes primaires Freinet à l’Université de Caen à trente-cinq ans de distance

2Les trois premiers documents concernent la présence des enfants au XVIIIe Congrès de l’École Moderne, à l’Université de Caen, en avril 1962. Il s’agit d’abord d’une photographie d’une « visite de classe en action » : la classe de Pierre Giligny, venu d’Alençon (Orne) avec ses élèves que l’on voit travailler sur la photo devant un important public d’adultes. Ce document est complété par le texte d’un fragment d’entretien de 1986 avec Claude et Léonce Dumont, longtemps animateurs du groupe départemental de l’École Moderne qui expliquent ici comment le fait d’assister à cette « visite de classe en action » de 1962 fut décisif dans la naissance de leur intérêt pour la pédagogie Freinet. Il s’agit ensuite de deux extraits du « journal de Congrès » : l’évocation de l’Université par les enfants des congressistes (dessin au trait, reproduit au limographe), puis l’évocation d’un atelier d’expression ouvert aux enfants et animés par Madeleine Barrier, par les élèves de Jeanne Planquette (texte composé à l’imprimerie et illustré d’un dessin à la linogravure).

  • 1 Photo parue en couverture de L’Éducateur, n° 15, mai 1962.

Avril 1962 : la classe de Pierre Giligny, instituteur à Alençon, au Congrès de l’École Moderne à l’Université de Caen1

3Lors d’un entretien, Claude et Léonce Dumont expliquent, en 1986, comment ils sont venus à la pédagogie Freinet au début des années soixante. Léonce raconte l’importance de la « visite d’une classe en action » :

Essai de psychologie sensible me fit un gros effet […]. Mais ce qui a été déterminant, c’est le congrès de l’ICEM à Caen en 1962. En particulier le fait de voir travailler Giligny de l’école d’application d’Alençon et responsable du groupe ICEM de l’Orne avec sa femme. Venu au congrès avec ses CM2 et ses « Fin d’études », Giligny présentait une mise au point du texte libre : « Le Canari ». Appelé au téléphone pendant cette séance, il a confié la présidence à un garçon de CM2 (le président de la coopérative de la classe), et le travail a continué normalement. Alors là c’était quelque chose ; on a été émus et admiratifs.

Avril 1962 : les élèves de Jeanne Planquette, venus travailler à l’Université pour le Congrès (ci-dessus), et les enfants des congressistes (ci-après), réunis dans un atelier d’expression par Madeleine Barrier, rendent compte de leurs activités

Deux classes Freinet au colloque de 1996

4Pour ce qui concerne la venue de deux classes de l’École Freinet d’Hérouville, au colloque de 1997, Danielle Maltret (classe des petits) et Gérard Prokop (classe des grands), ont choisi deux modes d’évocation différents : Danielle Maltret a préféré nous transmettre dans des petits récits et dans des dessins faits par les élèves l’évocation de ce temps de classe un peu spécial ; Gérard Prokop a choisi d’évoquer ce moment-là dans un texte personnel.

A l’Université, le mercredi 23 octobre 1996. Récit collectif de la matinée par les élèves de CP et CE1

Vingt-sept enfants de cours moyen à l’Université

5A l’occasion du centenaire de la naissance de C. Freinet, H. Peyronie prend l’initiative d’organiser un colloque sur l’actualité de la pédagogie Freinet. En septembre 1995, le groupe départemental de l’ICEM s’organise pour aider au bon déroulement de cette manifestation.

6Un colloque d’universitaires, d’adultes pour parler de pédagogie. En parler oui, mais en faire pourquoi pas ? Et si on y allait avec la classe pour ouvrir une fenêtre sur ce qui se passe avec des élèves chaque jour : nos projets, nos habitudes, le plaisir que l’on a de travailler ensemble.

Octobre 1996 : la classe de Gérard Prokop (CM1 - CM2) de l’école Célestin Freinet d’Hérouville s’ouvre au public du colloque à l’Université de Caen

7L’idée est discutée dans le groupe départemental, nous en parlons en classe, les parents sont interrogés. Quinze élèves et leurs parents s’engagent. C’est décidé, on ira à l’université. Le contenu est discuté puis voté coopérativement : « Quoi de neuf ? », travail individuel, et une conférence d’enfants sur la cigogne présentée par Céline et Émilie.

8Le mercredi 23 octobre, à 9 heures, pendant les vacances de Toussaint, nous prenons un bus qu’un parent d’élève, chauffeur, a réussi à mettre à notre disposition gracieusement pour nous emmener et nous ramener.

9Quatre parents d’élèves nous accompagnent. Les enfants sont contents et impatients de découvrir les lieux. Nous avons préparé nos affaires dans des caisses : fichiers, cahiers, affiches, lettre collective des correspondants, carte du monde, etc. Chacun a une responsabilité ; tout se passe très bien.

10A l’université de Caen, nous découvrons le nouveau bâtiment des sciences humaines. La salle qui nous est réservée est bien petite. Nous ne pouvons pratiquement plus bouger car les visiteurs ont pris beaucoup de place. Que de monde !

11Les enfants se mettent en place naturellement, notre espace est organisé tant bien que mal pour pouvoir fonctionner. Grégory prépare le « Quoi de neuf ? » et la séance commence. Je suis installé (plutôt coincé), au fond de la salle et observe chacun. L’attention est soutenue. Les quinze minutes prévues pour le « Quoi de neuf ? » sont passées et nous commençons le travail individuel. Heureusement que chacun a déjà préparé son matériel car les déplacements sont désormais impossibles. Les questions adressées aux enfants se bousculent ; les grands font beaucoup plus de bruit que les petits !

– Qu’est-ce qu’un plan de travail ? – Pourquoi as-tu écrit « fiche S. R. A. » ?
– Peux-tu faire ce que tu veux en travail individuel ? – Comment faites-vous pour corriger ? – Qui choisit les fiches de travail que tu vas faire ?

12Je suis, moi aussi, interpellé :

– Est-ce que les enfants travaillent toujours tout seuls ? – On a l’impression que les enfants ne sont pas dérangés par ce remue-ménage. – Est-ce que l’on travaille dans toutes les écoles comme ça ? – Où apprend-on la pédagogie Freinet ? – Que faites-vous pendant que les enfants sont en travail individuel ?

13Le temps réservé au travail individuel se termine. Émilie et Céline se placent pour présenter leur conférence sur la cigogne. Grégory est là pour les aider matériellement. L’exposé est suivi avec intérêt et les questions des enfants et des adultes trouvent le plus souvent une réponse. Les documents circulent. Nous apprenons que certaines cigognes nidifient régulièrement près de Dozulé, qu’elles sont protégées, que le nid pèse très lourd. Cette présentation terminée, Émilie et Céline ont préparé un questionnaire destiné à ceux qui ont écouté la conférence. Tout le monde veut répondre. On a bien fait de prendre des notes !

14Voilà, nous avons terminé, il faut ranger, car midi approche, il faut rentrer. On nous aide à ranger, les questions continuent. Une personne promet de nous envoyer des documents sur une fleur présentée par Jean-Baptiste au « Quoi de neuf ? », une autre prend rendez-vous pour venir à l’école. Les enfants sont heureux et moi aussi. La confiance et le sens du travail ont permis un échange vrai entre enfants et adultes.

15L’école est sortie, s’est montrée. Je pense que cela est nécessaire à une meilleure connaissance les uns des autres. L’école est un lieu de vie et tout peut l’enrichir. Les enfants ont gagné en assurance, en motivation. Leur travail a pris du sens, de la valeur. La confrontation avec d’autres a permis un dépassement pour certains. Notre groupe, dans cette situation particulière, s’est resserré. Je ne suis plus le maître mais plutôt le guide, le référent d’une histoire que nous construisons chaque jour ensemble : nos règles de vie, nos outils de travail, nos émotions, nos peurs, notre savoir, nos savoir-faire :

  • 2 Élise Freinet, Naissance d’une pédagogie populaire, Cannes, Éditions de l’École Moderne Française, (...)

Le deuxième fait sur lequel nous avons promis d’insister est l’isolement anormal de l’école.
L’école est comme une église. On s’y rend pour procéder à des pratiques sacramentelles qui n’ont rien à voir avec la vie extérieure. On se tait sur le seuil de l’une ou de l’autre en enlevant son chapeau ou en faisant un mécanique signe de croix. Et puis comme disait cet enfant trop spontané : « On attend qu’on sorte ». Et, sitôt le seuil, à la sortie, la vie reprend, à son rythme, avec ses buts et sa moralité.
Comme l’église actuelle, l’école n’est rien de plus qu’un accident dans la vie de l’homme…
L’école a dressé des écoliers. Elle a oublié de préparer des hommes2.

Notes

1 Photo parue en couverture de L’Éducateur, n° 15, mai 1962.

2 Élise Freinet, Naissance d’une pédagogie populaire, Cannes, Éditions de l’École Moderne Française, 1949.

Table des illustrations

Légende Avril 1962 : la classe de Pierre Giligny, instituteur à Alençon, au Congrès de l’École Moderne à l’Université de Caen1
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Avril 1962 : les élèves de Jeanne Planquette, venus travailler à l’Université pour le Congrès (ci-dessus), et les enfants des congressistes (ci-après), réunis dans un atelier d’expression par Madeleine Barrier, rendent compte de leurs activités
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Octobre 1996 : la classe de Gérard Prokop (CM1 - CM2) de l’école Célestin Freinet d’Hérouville s’ouvre au public du colloque à l’Université de Caen
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10527/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Auteurs

Université de Caen

École Célestin Freinet d’Hérouville

École Célestin Freinet d’Hérouville

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540