Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freinet, 70 ans après

 | 
Henri Peyronie

Introduction

Henri Peyronie

Texte intégral

  • 1 Cette proximité s’est plus particulièrement concrétisée dans un épisode peu connu de l’histoire de (...)

1Ce volume s’ouvre sur un texte de Jean Vial, qui fut professeur de Sciences de l’Éducation à l’Université de Caen, entre 1968 et 1978, et qui avait accepté d’être le vice-président du comité pour le centenaire de la naissance de Célestin Freinet. Nous espérions un texte de lui à l’occasion de ce colloque sur la pédagogie Freinet à l’Université de Caen. Mais la mort ne lui en a pas laissé le temps : Jean Vial nous a définitivement quittés au mois de juillet 1996. Il nous a paru important que la voix de ce pédagogue – dont on sait la proximité de pensée avec Célestin Freinet – soit présente dans ce volume1. Nous avons donc fait le choix de reproduire ici le texte d’une intervention que Jean Vial prononça en 1966, à l’Institut Pédagogique National, au cours d’une journée d’hommage à Célestin Freinet, quelques mois après le décès de celui-ci. Son intervention s’intitulait : « Pédagogie Freinet : pédagogie du travail, de l’aléatoire et de la dédicace ? ». Cette formule a servi de matrice pour le sous-titre de cet ouvrage collectif.

2Comme il l’a fait dans d’autres textes, Jean Vial mobilise ici le savoir sur une pensée pédagogique (celle de Freinet) et la connaissance fine des pratiques pédagogiques développées dans ce courant. Cette confrontation se déploie avec une rigueur et un souci de saisir les diverses facettes des situations pédagogiques évoquées ; cette exigence de rigueur-là refuse l’approche qu’adoptent parfois les sciences humaines quand elles confèrent une intelligibilité au réel, au prix d’une démarche réductrice à l’excès – une démarche trop réductrice pour ne pas créer un savoir myope. Cette analyse se construit donc avec la volonté de penser la complexité réelle des situations d’éducation et d’instruction. Cette ambition-là était aussi celle de Célestin et d’Élise Freinet, à la fois dans l’action et dans la réflexion. Dans la fidélité aux intuitions fondatrices de ces pédagogues – et comme eux-mêmes l’ont fait –, Jean Vial se livre ici à un remarquable travail d’élucidation de ce qui se joue dans des dispositifs et dans des pratiques auxquels ces intuitions ont donné forme. Cette intervention n’était donc pas seulement un travail de commémoration, elle était aussi un travail de continuation. Elle portait plus précisément sur trois dimensions de la pédagogie Freinet :

  • c’est une éducation du travail (et l’on sait que la notion de travail occupe une place de carrefour dans la pensée de Freinet, où elle met en réseau les champs politique, philosophique, psychologique et pédagogique) ;

  • on y valorise un travail qui finit de prendre son sens dans l’attente de l’autre (le correspondant, le lecteur du journal scolaire…) auquel il est partiellement destiné (c’est une « pédagogie de la dédicace ») ;

  • c’est également une formation qui s’accommode de la dimension de « l’aléatoire » dans les problèmes qu’elle se propose de préparer à résoudre : des problèmes complexes et ouverts, appelant le tâtonnement expérimental, comme le sont les problèmes réels de la vie des hommes, et non des problèmes à une seule solution comme le sont les « problèmes » scolaires.

3Les textes qui composent cet ouvrage collectif peuvent être ordonnés en référence aux deux niveaux principaux de réflexion suggérés par le texte de Jean Vial : le politique (la vie au travail et la vie de citoyen) et le pédagogique. Le texte de Jean Houssaye, précisément intitulé Freinet, la pédagogie et la politique, pose le problème de l’ambition sociale de la pédagogie Freinet en travaillant d’abord dans le champ de l’histoire des idées pédagogiques et dans celui de l’histoire des idées politiques sur l’éducation. Jean Houssaye ré-interroge, par exemple, les notions « d’éducateur prolétarien » ou bien de « pédagogie socialiste », dans le contexte de l’entre-deux-guerres, où ces notions étaient centrales dans la réflexion du réseau des amis de la Coopérative de l’Enseignement laïc, qui deviendra le Mouvement de l’École Moderne. Au delà de ce regard historique, il s’interroge sur le devenir de cette problématique dans le contexte politique et éducatif contemporain.

4Luc Bruliard, qui se situe ici en historien du mouvement, fait porter son regard sur un autre moment constitutif du mouvement Freinet : il revient sur la crise interne de l’École moderne qui aboutit à la séparation du courant de la Pédagogie institutionnelle et de l’ICEM, au début des années 1960. A propos de cette crise et de cette scission il pose la question plus générale de ce qui a émergé et de ce qu’il est advenu dans cette confrontation entre une pensée pédagogique – d’abord nourrie de l’action – et un courant des sciences humaines (la psychothérapie institutionnelle), mobilisé par des militants de l’Institut Parisien de l’École Moderne pour tenter de répondre aux défis des écoles casernes propres aux concentrations urbaines populaires des années 1950-1960, bien que ce courant soit enraciné dans un autre champ que le champ éducatif et dans d’autres habitudes de pensée que celles de la pédagogie.

5Les textes qui suivent font porter leur regard plus directement sur les situations scolaires d’apprentissage. En connaisseur des didactiques des disciplines scolaires, Michel Fabre s’est proposé de contribuer à la réflexion contemporaine de la pédagogie Freinet, « en prolongeant un certain nombre de réflexions émises au cours des deux colloques de Bordeaux de 1987 et 1990 ». Nous avions pensé que son texte pourrait s’intituler « Freinet à l’épreuve des didactiques » ; l’auteur a préféré le titre « Freinet et les didactiques » pour caractériser une réflexion qui conclut sur l’apport – en complémentarité – que peut constituer le courant de la « didactisation » et son souci de « la rigueur didactique des situations d’apprentissage » à côté – aux côtés – de la tradition de « l’inventivité pédagogique de Freinet ».

6Dans une démarche qui a à voir à la fois avec la réflexion pédagogique et avec l’histoire des idées, Alain Vergnioux s’est livré à une analyse textuelle des écrits de Célestin Freinet, pour y repérer les diverses figures dont est porteuse la notion centrale « d’expérience ». Son étude a recensé 320 occurrences du terme « expérience » dans ces écrits ; elle les classe en six catégories de signification, dont les plus fréquentes sont : l’expérience du pédagogue, l’expérience du collectif des instituteurs engagés dans le mouvement, l’expérience de l’enfant et l’expérience de l’être humain en général.

7Les textes de Christian Derrien et de Yves Guillouet portent tous deux sur des pratiques ; mais celles-ci ne se ressemblent pas, même si elles ont en commun de ne pas appartenir à la forme scolaire canonique des classes Freinet, puisqu’il s’agit de pratiques très liées à des contextes contemporains. Contexte technologique, avec Christian Derrien qui décrit et analyse l’introduction des pratiques de communications télématiques dans une classe élémentaire et dans un réseau de classes Freinet entre 1984 et 1994. Son texte situe le principe de l’innovation en technologie éducative comme une constante de la pédagogie Freinet, avant d’analyser les types d’échanges qui s’installent entre des classes à l’occasion de l’introduction de ce nouvel outil technologique apprivoisé pour un travail éducatif.

8Yves Guillouet a observé pendant un an les réunions hebdomadaires du conseil des maîtres de l’école ouverte Célestin Freinet, dans la ville neuve d’Hérouville (en Basse-Normandie), où se sont regroupés depuis 1977 plusieurs instituteurs et institutrices Freinet. Il livre ici les résultats d’une analyse des thématiques de ces réunions, étayée sur le recensement des points de débat concernant les actes habituels de gestion d’une école, distingués des points propres au fonctionnement d’une école ouverte, et enrichie d’un repérage des modes d’énoncés caractéristiques de divers types de prises de décisions.

9C’est précisément dans cette école qu’enseignent les auteurs des deux documents qui suivent et qui rendent compte – chacun à leur façon – de la manière dont, avec leurs classes, ils ont contribué à ce colloque universitaire. La présentation publique d’une classe au travail, en vue d’un échange sur les techniques pratiquées par les élèves, est en effet une tradition du mouvement Freinet. Gérard Prokop (classe des grands) et Danielle Maltret (classe des petits), aidés par leurs collègues et par des parents, sont venus avec leurs élèves pour donner à voir et à analyser, aux adultes réunis pour ce colloque, un segment de la vie de leurs classes. Gérard Prokop a choisi d’évoquer ce moment-là dans un texte personnel : Danielle Maltret a préféré nous transmettre dans des petits récits et dans des dessins l’évocation que les élèves ont faite de ce temps de classe un peu spécial.

10La dernière contribution est plus longue que les autres : elle donne la parole à plus de vingt anciens élèves de classes Freinet en école élémentaire ou bien en collège. Il s’agit de la présentation d’une étude conduite par Henri Peyronie, avec des étudiants en licence et maîtrise de Sciences de l’Éducation, pour tenter de repérer les traces qu’ont pu laisser sur des adultes leur scolarité dans des classes Freinet : quels souvenirs gardent-ils de cette classe ? quel impact ce moment de leur scolarité a-t-il pu avoir sur leur devenir : sur leurs choix professionnels, sur leur manière d’être au travail, sur leur vie de citoyen, ou encore sur leur attitude de parent ? Une étude qui tente d’apporter des éléments de réflexion pour une interrogation essentielle aux réponses improbables : quels types d’hommes et de femmes la pédagogie Freinet contribue-t-elle – dans les faits – à construire ?

11Le volume se clôt sur la reproduction de trois lettres de Célestin Freinet à Gabriel Barrier, responsable du groupe départemental du Calvados dans les années 1950-1960. Ces lettres ont été choisies parce qu’elles concernent des sujets dont il est question dans les contributions qui composent cet ouvrage.

12La pédagogie Freinet, une pédagogie du travail et de la dédicace ? Ces deux dimensions-là des pratiques Freinet traversent en effet les témoignages, les analyses et les réflexions qui constituent la matière de ces dix contributions. La revendication d’une éducation du travail a été au cœur de la pratique et des écrits de Freinet, elle en exprime l’ambition essentielle. La notion de pédagogie de la dédicace est une formulation de Jean Vial, qui a condensé dans cette belle expression ce qu’une observation attentive des pratiques des classes Freinet, et une élucidation des conditions de leur réussite, font apparaître comme essentiel dans cette pédagogie : l’autre – les autres –, comme finalité ultime de la mobilisation de mon travail, dans une attitude qui n’est pas sans évoquer la posture du don, ou encore de la dédicace.

Notes

1 Cette proximité s’est plus particulièrement concrétisée dans un épisode peu connu de l’histoire de l’institution scolaire française : au début des années 1960 furent créées les « classes de transition », pour accueillir les élèves en difficulté dans l’enseignement secondaire – des élèves le plus souvent issus des milieux populaires. Les principes pédagogiques de ces classes furent largement suggérés par Jean Vial ; ils étaient très proches des idées pédagogiques de Freinet (« En réalité, ce sont toutes nos techniques qui sont préconisées par les circulaires, et l’esprit de notre pédagogie », écrit Freinet dans une lettre circulaire de 1963). L’ICEM s’impliqua fortement dans la formation des premiers maîtres de ces classes, sous l’impulsion de Célestin Freinet lui-même et avec la collaboration active de militants du mouvement (parmi eux Gabriel Barrier et Pierre Giligny, pour la Basse-Normandie par exemple – cf. document p. 147). On sait comment la volonté pédagogique fut laminée par la logique sociale qui la surdéterminait (comme le craignait Jean Vial et comme il le disait dans son intervention de 1966 reproduite dans ce volume – cf. p. 21-22 en particulier) ; les classes de transition s’éloignèrent des principes qui les avaient inspirées, jusqu’à leur tourner le dos et à constituer une filière de relégation.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540