Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'univers de Sylvie Germain

 | 
Alain Goulet

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Aliette Armel, critique au Magazine littéraire depuis 1984 et médiatrice culturelle depuis 1985, est en contact avec Sylvie Germain depuis 1994. Leur relation de travail (autour d’ateliers d’écriture ou de dossiers thématiques pour Le Magazine littéraire comme celui sur La Bible des écrivains) s’est enrichie d’une proximité amicale et de dialogues autour d’intérêts communs. Ses romans (Le Voyage de Bilqîs, Paris, Autrement, 2001 ; Le Disparu de Salonique, Paris, Le Passage, 2004 ; Le Pianiste de Trieste, Paris, Le Passage, 2008) se font l’écho de certaines préoccupations développées dans l’œuvre de Sylvie Germain.

 

2Bruno Blanckeman, professeur de littérature française contemporaine à l’université Rennes 2 Haute-Bretagne, est l’auteur de deux essais et de nombreux articles consacrés aux écritures littéraires des années 1968 à aujourd’hui : Les Récits indécidables : Jean Échenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard (Rennes, Presses universitaires du Septentrion, 2000 ; réédition 2007) ; Les Fictions singulières. Étude sur le roman français contemporain (Paris, Prétexte Éditeur, 2002 ; réédition 2004). Il a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont Le Roman français aujourd’hui : transformations-perceptions-mythologies (en collaboration avec Jean-Christophe Millois, Paris, Prétexte Éditeur, 2004) ; Le Roman français au tournant du XXIe siècle (en collaboration avec Aline Mura-Brunel et Marc Dambre, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004) ; Lectures de Duras (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005) ; Les Diagonales du temps (Marguerite Yourcenar à Cerisy) (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007).

 

3Marie-Hélène Boblet, maître de conférences à l’université Paris-III Sorbonne Nouvelle, est spécialiste du roman du XXe siècle, de la question des genres et des écritures dialogales. Elle a coorganisé et codirigé le colloque Sylvie Germain de janvier 2004, publié sous le titre de Le Livre des Nuits, Nuit-d’Ambre et Éclats de sel, de Sylvie Germain dans Roman 20-50, n° 39, juin 2005.

 

4Pierre Cahné, professeur à l’université de Paris 4 Sorbonne et recteur de l’Institut catholique de Paris, grammairien, spécialiste du XVIIe siècle et fortement engagé dans l’étude de la littérature contemporaine, est l’auteur notamment de : Un autre Descartes (Paris, Vrin, 1980) ; Pascal au risque de l’espérance (Paris, Fayard, 1981) ; Littérature française du XXe siècle (en collaboration avec M.-C. Bancquart, Paris, PUF, 1992).

 

5Hélène Chareyron, psychologue intervenant dans le champ de l’enfance et de l’adolescence, a entrepris des études de lettres modernes et opère ainsi une passerelle entre son expérience clinique et ses travaux de recherche en littérature. Après son mémoire de maîtrise sur Le tremblement des désirs et des mots : l’inceste dans l’œuvre de Réjean Ducharme, elle prépare actuellement une thèse sur Les Visages de l’enfance dans l’œuvre de Sylvie Germain, sous la direction de Jacques Poirier, de l’université de Bourgogne.

 

6Anne Clancier, psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, de l’Association internationale de psychanalyse, et de l’Association internationale des critiques littéraires, s’intéresse aux rapports de la psychanalyse et de la littérature, ainsi qu’aux problèmes consécutifs aux traumatismes, notamment aux deuils. Elle est l’auteur de travaux sur l’ennui, la névrose obsessionnelle, l’identité, la création littéraire et artistique : notamment Psychanalyse et critique littéraire (Paris, Privat, 1973) ; Le paradoxe de Winnicott (en collaboration avec Jeannine Kalmanovitch, Paris, Payot, 1984 [réédition Paris, In press, 1999]) ; Raymond Queneau et la psychanalyse (Paris, Éditions du Limon, 1994) ; Guillaume Apollinaire : les incertitudes de l’identité, suivi d’À la découverte de Jacqueline Apollinaire (Paris, L’Harmattan, 2006).

 

7Isabelle de le Court, titulaire d’un master d’histoire de l’art de l’université de Fribourg (Suisse), est actuellement doctorante en histoire de l’art à l’université de Leeds (Grande-Bretagne).

 

8Laurent Demanze est enseignant à l’université Lille 3. Il travaille essentiellement sur la littérature contemporaine et a publié une trentaine d’articles (sur Pierre Michon, Gérard Macé, Jean-Paul Goux…), et récemment, chez Corti, Encres orphelines, sur la question de la mémoire dans la littérature contemporaine. Il participe à la revue Roman 20-50.

 

9Isabelle Dotan enseigne à l’université de Haïfa, en Israël. Elle est membre du comité directeur du Groupe de recherche en poésie et poétique contemporaine (GRPC) et de la revue Poésie et Art (université de Haïfa). Elle est l’auteur d’une thèse sur l’écriture de la douleur dans le roman contemporain, a publié divers articles sur Andrée Chedid, Sylvie Germain et Jean-Claude Pirotte, et les actes du colloque qu’elle a coorganisé et codirigé (à Haïfa, 20 au 21 mars 2006) : Sylvie Germain et son œuvre (Jacqueline Michel et Isabelle Dotan (éd.), Bucarest, EST Samuel Tastet Éditeur, 2006).

 

10Toby Garfitt est professeur (lecturer) à l’université d’Oxford. Ses nombreuses publications concernent notamment Jean Grenier, Albert Camus, François Mauriac, Julien Green, Patrice de La Tour du Pin… et Sylvie Germain (colloque d’Exeter en 2001, dont les actes sont publiés sous le titre Sylvie Germain. Rose des vents et de l’ailleurs, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2003). Il a également dirigé des thèses sur la littérature francophone (Afrique, Vietnam, Antilles).

 

11Alain Goulet, professeur émérite de l’université de Caen Basse-Normandie, est l’auteur de nombreuses études sur l’œuvre d’André Gide, notamment : Fiction et vie sociale dans l’œuvre d’André Gide (Paris, Minard, 1986) ; André Gide : écrire pour vivre (Paris, José Corti, 2002) ; et du cédérom : Édition génétique des Caves du Vatican (diffusé par Gallimard, 2001). Ses autres publications portent essentiellement sur les romanciers contemporains : Robbe-Grillet, Sarraute, Duras, Perec, Modiano, Sylvie Germain (Sylvie Germain : œuvre romanesque. Un monde de cryptes et de fantômes, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2006).

 

12Mariska Koopman-Thurlings, maître de conférences en littérature française à la Radboud Universiteit Nijmegen (Nimègue, Pays-Bas), est l’auteur de nombreux articles, notamment sur les œuvres de Sylvie Germain, Michel Tournier et Barbey d’Aurevilly, et de deux livres : Vers un autre fantastique, étude de l’affabulation dans l’œuvre de Michel Tournier (Amsterdam – Atlanta, Rodopi, 1995) et Sylvie Germain, la hantise du mal (Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2007). Elle a dirigé également deux ouvrages collectifs : Bricoler la mémoire, la théologie et les arts face au déclin de la tradition (Paris, Cerf, 2007) et Sylvie Germain, regards croisés sur Immensités (Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2008).

 

13Bénédicte Lanot, professeur CPGE (classes économiques et commerciales) aux lycées Charles de Gaulle de Caen, et Salvador Allende d’Hérouville-Saint-Clair, est l’auteur de plusieurs ouvrages de culture générale, en collaboration avec Frank Lanot (les derniers : Le Livre-avenir, Paris, Gallimard, 2004 ; L’épreuve de culture générale : QCM et QRC, Paris, Ellipses, 2006 ; L’oral de culture générale, Paris, Ellipses, 2007) ; d’une thèse de doctorat sur L’Univers romanesque de Sylvie Germain : l’imaginaire éthique, dirigée par Alain Goulet et soutenue en 2001 ; et d’articles sur cet auteur (outre sa participation aux colloques de Paris, Arras et Haïfa : « Le dire de Sylvie Germain : de la traversée de la mémoire à une nouvelle poétique romanesque », Elseneur, n° 9, 1994, p. 59-95 ; « Écriture des Écritures. Les motifs bibliques dans l’œuvre de Sylvie Germain », Esprit et Vie, n° 181, novembre 2007).

 

14Béatrice Lehalle, psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, est l’auteur d’un mémoire de psychiatrie consacré aux théories psychanalytiques sur la création picturale, avec une interprétation psychanalytique de l’œuvre du peintre Giovanni Segantini, et d’articles sur les rapports de la psychanalyse et des arts (dans La Psychanalyse des arts de l’image, Paris, Éditions Clancier-Guénaud, 1981, et dans la Revue française de psychanalyse sur « La sublimation », 2005).

 

15Jacques Lévine, psychanalyste, docteur en psychologie, président fondateur de l’APARTE (Association psychanalyse anthropologie rencontres transmission échanges) et de l’AGSAS (Association des groupes de soutien au soutien), directeur de la revue Je est un Autre, est le coauteur de Je est un autre – Pour un dialogue pédagogie-psychanalyse, et de Pour une anthropologie des savoirs scolaires (Paris, Éditions sociales françaises, 2000 et 2003).

 

16Lætitia Logié-Masquelier, professeur agrégée de lettres modernes au lycée Condorcet de Lens, concentre ses recherches sur l’œuvre de Pierre Jean Jouve et la question de l’écriture contemporaine du mysticisme. Son DEA (université de Lille III) propose une étude comparée de Jouve, Claude Louis-Combet et Sylvie Germain (Esthétique et mystique de l’androgynie : Jouve, Claude Louis-Combet, Sylvie Germain), et ses articles portant sur Jouve et Louis-Combet sont publiés dans la revue Nu(e). Elle a aussi participé au colloque de Haïfa consacré à Sylvie Germain (« Le corps mélancolique : présence de l’androgyne chez Sylvie Germain »).

 

17Valérie Michelet Jacquod, auteur d’une thèse de doctorat suisse et française (Le roman symboliste : un art de l’extrême conscience : Édouard Dujardin, André Gide, Remy de Gourmont, Marcel Schwob, Genève, Droz, 2008), est actuellement boursière du Fonds national suisse de la recherche et chargée de cours à l’université de Neuchâtel. Elle travaille à un projet sur la pensée de Bergson dans le roman fin-de-siècle, et s’intéresse également au roman contemporain, en particulier aux œuvres de Sylvie Germain et de Monique Saint-Hélier.

 

18Milène Moris-Stefkovic, agrégée de lettres modernes, enseigne la littérature au lycée Richelieu de Rueil-Malmaison. Elle prépare une thèse de doctorat à l’université de Paris X-Nanterre : Vision et poésie dans l’œuvre romanesque de Sylvie Germain, sous la direction de Monique Gosselin, et a publié « La figure de l’enfant poète » dans Cahiers Robinson, n° 20, Sylvie Germain, éclats d’enfance, Évelyne Thoizet (éd.), 2006, p. 93-104.

 

19Cécile Narjoux, maître de conférences à l’université de Bourgogne, enseigne la grammaire et la stylistique ; elle a notamment publié des travaux et ouvrages sur l’œuvre d’Aragon, ainsi que sur plusieurs écrivains contemporains. Ses recherches portent actuellement sur les caractéristiques de l’écriture contemporaine.

 

20Gérard Poulouin, professeur agrégé au Centre d’enseignement du français pour étrangers de l’université de Caen Basse-Normandie, membre de l’équipe de recherche LASLAR, est un familier du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle où il a dirigé quelques colloques. Dernier en date : « Les universités populaires, hier et aujourd’hui », août 2008. Il a publié des articles sur Remy de Gourmont, Octave Mirbeau, C. F. Ramuz, Georges Perros, Julien Gracq. Attentif aux dissidences dans les pays de l’Est, il fut membre du Comité des intellectuels pour l’Europe des libertés, fondé en 1978. Il anime un séminaire consacré aux « Idées politiques » au sein de l’Université populaire de Caen depuis sa création en 2002.

 

21Anne Roche, professeur émérite de l’université de Provence, a notamment publié Histoire Littérature. Histoire et interprétation du fait littéraire (en collaboration avec Gérard Delfau, Paris, Seuil, 1977) ; L’Atelier de scénario. Éléments d’analyse filmique (Paris, Dunod, 1999) ; Volodine, fictions du politique (Paris, Minard (Écritures contemporaines), 2006) ; Exercices sur le tracé des ombres – Walter Benjamin (Pertuis, Rouge Profond, 2008) ; ainsi que des romans comme Mort en ligne (Monaco, Éditions du Rocher (Le Rouge et le Noir), 2008).

 

22Évelyne Thoizet, auteur d’une thèse sur « la poétique du mouvement dans les fictions de Nathalie Sarraute », poursuit ses recherches sur le roman contemporain en rapport avec la philosophie et la science, et s’intéresse notamment aux questions du temps et de la mémoire. Elle a publié des articles sur Nathalie Sarraute, Claude Mauriac, Richard Millet, Le Clézio, etc. et organisé le colloque sur « L’enfant dans l’œuvre de Sylvie Germain » qui a eu lieu à l’université d’Artois en mai 2005 (actes publiés aux Cahiers Robinson, n° 20, Sylvie Germain, éclats d’enfance, 2006).

 

23Sandra Travers de Faultrier, avocate, enseigne le droit de la propriété littéraire et artistique à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée. Elle est aussi docteur de l’université de Caen Basse-Normandie pour une thèse sur Le Nom de l’auteur, une mise à l’épreuve du droit. Elle a publié articles et ouvrages en droit et en littérature comme sa double formation l’y invite, tressant plus particulièrement ces deux disciplines (notamment : Droit et littérature, essai sur l’auteur, Paris, PUF, 2001 ; Gide. L’assignation à être, Paris, Michalon, 2005).

 

24Mareike Wolf-Fédida est professeur des universités en psychologie à l’université Paris 7 – Denis Diderot, membre de l’École doctorale « Recherches en psychanalyse » où elle dirige des recherches en phénoménologie et psychopathologie. Elle est également psychanalyste et psychothérapeute. Auteur de nombreuses publications dont Amour, identité et changement (Paris, MJW Fédition, 2005), La télé, c’est vous ! (Paris, MJW Fédition, 2006), Psychothérapie phénoménologique (dir., Paris, MJW Fédition, 2006), La psychopathologie et ses méthodes (Paris, MJW Fédition, 2007), Théorie de l’action psychothérapique (Paris, MJW Fédition, 2008).

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540