Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Introduction

Paul Brennan

Texte intégral

1Résumé : Malgré l’existence de courants contraires dans le passé, les Irlandais sont restés profondément attachés à la religion. Pour les catholiques cet attachement survit même à l’émigration. L’Irlande donc a été peu touchée, jusqu’à récemment, par la montée de la sécularisation en Occident. La modernisation du pays, à partir du début des années 1960, conduite à grands pas dans certains domaines, tels que l’industrialisation a puissamment contribué à mettre en marche ce processus de sécularisation de la société et de l’État. Dans cet ouvrage des spécialistes français, irlandais et britanniques étudient la spécificité irlandaise en ce domaine.

2Abstract: In spite of the existence of some contrary currents in the past, the attachement of the Irish to religion survived well into the twentieth century. Ireland therefore was little affected by the growth of secularisation in western countries. The modernisation of the country from the beginning of the 1960s, notably because of the effects of industrialisation, contributed significantly to the secularisation of state and society. In this work, French, Irish and British specialists study Ireland’s faltering steps towards secularisation.

3Il peut sembler curieux, à première vue, de consacrer un ouvrage à l’étude de la sécularisation en Irlande, ce pays étant surtout connu pour la force et la profondeur des convictions religieuses de ses habitants et pour son taux élevé en matière de pratique dominicale. Il est aussi connu pour la façon dont ces convictions débouchent sur des haines et des violences qui contribuent, depuis des centaines d’années, à attiser le conflit entre catholiques et protestants dans la partie nord-est de l’île. Mais, depuis quelques temps, emboîtant le pas d’une modernisation économique, une modernité laïcisante commence à faire sentir ses effets au sein de la société irlandaise, particulièrement au sud, dans la République d’Irlande.

4La nature tardive de cette caractéristique de la modernité, ce que l’on peut appeler la sécularisation à l’irlandaise, bien à la traîne par rapport à celle de ses voisins européens, mérite en soi une étude. On peut penser que sa spécificité rend même cette étude urgente. Voila donc la lacune que cet ouvrage cherche à combler. En effet, mis à part le doctorat de Marguerite Arnal-Corish sur ce sujet en 1996, et, dans une moindre mesure, celui de Chrystel Hug sur l’ordre moral en République d’Irlande, tous les deux soutenus à l’Université de Caen, aucune étude d’envergure n’existe sur ce sujet, ni en français, ni en anglais. Et comme nous le verrons, certains spécialistes acceptent difficilement le concept même de sécularisation. A celui de sécularisation certains des auteurs des chapitres de ce livre préfèrent celui de communautarisme ou, encore, se contentent de parler simplement du déclin de la religion. Quelles que soit leur divergences, l’importance qu’ils accordent au phénomène religieux au sein de la société irlandaise unifie leurs différentes approches.

5Dans le cas de l’Irlande, nous verrons que l’on ne peut pas attribuer au processus de sécularisation un quelconque caractère d’inévitabilité, le produit inéluctable d’un développement historique linéaire. Les avancées ont été suivies de reculs ; le sectarisme a remplacé la sécularisation. Ce n’est cependant pas par l’étude du concept de la sécularisation que débute cet ouvrage mais par celle du concept de tolérance, qui lui est étroitement lié et qui, chronologiquement, se situe en amont.

6Depuis la Réforme du xvie siècle, le lien entre religion, société et politique constitue un thème de débat récurrent dans nos sociétés occidentales. Les voies prises par le débat en Irlande ne pouvaient que suivre les réalités sur le terrain irlandais. Le fait qu’une minorité protestante, avec l’appui de l’État anglais, dès la fin de la conquête jusqu’au début du xviie siècle, cherche à s’imposer, souvent au nom de la religion, sur une majorité catholique, ne pouvait qu’influencer la nature même de ce débat. Celui-ci était largement conditionné par la conviction que la religion, en l’occurrence protestante, était inséparable du pouvoir. Cela signifiait que celle des conquis, le catholicisme, n’avait pas droit de cité et deviendrait même, par la suite, l’objet de persécutions de la part de ce pouvoir.

7Tenant compte de cet arrière-plan et, plus tard, des retombées des idées des révolutionnaires américains et français, Michel Fuchs, Anne Thomson et Thomas Bartlett se penchent sur les vains efforts faits pour promouvoir la tolérance en Irlande. Michel Fuchs étudie comment William Petty s’est intéressé à cette question : il a même élaboré une politique de la tolérance. Celle-ci n’est nullement fondée sur la moindre tendresse pour la religion catholique, Petty n’échappant pas aux préjugés de l’anti-catholicisme protestant traditionnel, mais plutôt sur une théorie générale de l’hétérodoxie qu’il définit comme facteur de progrès économique. Pour lui, dans toute société où une orthodoxie domine, le commerce constitue l’activité où excelle les minorités hétérodoxes d’où, au nom du nécessaire développement économique, le devoir de tolérer ces hétérodoxies. Appliquée à l’Irlande, cette théorie mènerait à tolérer le catholicisme. Ni le siècle de Petty, ni les premiers trois-quarts du siècle suivant, le xviiie, ne verront se développer, d’une façon significative, cette tolérance. Anne Thomson confirme cela quand elle démontre la grande méfiance des protestants, même réformistes, envers les catholiques dans les années 1780. On retrouve le thème de la tolérance lorsqu’elle trace l’influence de la Révolution française, notamment sur les Irlandais-Unis. Ces derniers se convainquent de la nécessité de l’union entre les Irlandais de toutes croyances, ce qui s’est passé en France leur prouvant que même le catholicisme n’empêche pas que l’on débouche sur la liberté politique. Les Irlandais-Unis s’opposent à toute Église établie, mais ceci ne signifie pas que les premiers républicains irlandais prônent l’irreligion. Tolérants, ils soutiennent plutôt une forme de religion « éclairée », rejetant complètement tout fanatisme. Pour eux, le peuple irlandais se compose des Irlandais de toutes religions. Ainsi, ces premiers pas vers la séparation de la politique et de la religion n’aboutissent qu’à une forme de sécularisation politique. Tout comme Petty, mais pour des raisons très différentes, ils se contentent d’affirmer leur conviction dans la tolérance religieuse.

8Quant à Thomas Bartlett, il s’interroge sur les raisons qui expliquent l’échec du premier mouvement de masse en Irlande, voulant placer la tolérance au cœur de son combat pour une société réformée. Il montre que les conditions des succès constitutionnels et religieux de 1782 n’existaient plus à partir de 1783, quand se forme le mouvement pour la réforme du Parlement. En raison de la menace que ce mouvement constitue pour le pouvoir des propriétaires terriens et pour le gouvernement britannique, ses chances de succès sont réduites. Mais le fait que l’alliance entre protestants et catholiques ait échoué fournit l’explication la plus importante de cet échec. Le caractère sectaire du soulèvement de 1798 a nourri les différences religieuses qui ont puissamment contribué à accentuer les clivages politiques de l’Irlande au cours des deux siècles suivants. Pour Thomas Bartlett, la société irlandaise, et plus spécialement la société nord-irlandaise, devient de fait, à la fin du xviiie siècle, plus sectaire que sécularisée. Le gouvernement lui-même n’était pas sans avoir sa part de responsabilité dans le développement du sectarisme. Malgré l’échec du mouvement des Irlandais-Unis, leurs idées cependant ont survécu ; ils ont légué une vision de tolérance et de laïcité qui n’a commencé à trouver de véritables échos qu’à la fin du xxe siècle.

9Kevin Whelan décrit les réactions des conservateurs devant les propositions des Irlandais-Unis visant à séparer l’Église et l’État. Ces derniers proposent aussi à leurs compatriotes de se tourner vers l’avenir et d’épouser les Droits de l’Homme. Les conservateurs, quant à eux, pour justifier leur position, insistent sur l’importance qu’occupait le passé dans l’idéologie qui sous-tendait le système de gouvernement en Irlande depuis la fin du xviie siècle. Une telle importance attachée au passé permettait de souligner les fissures ethniques et religieuses de la société irlandaise, et ainsi d’aviver les haines traditionnelles. En somme, diviser pour régner. De plus, les conservateurs opposent les droits de propriété aux Droits de l’Homme et au nom des ces droits, ils s’autoproclament Élite protestante ou, en anglais, l’Ascendency. Ces Anglo-Irlandais, comme on les appellera désormais, abandonnent le titre d’Irlandais, que certains de leurs ancêtres avaient si fièrement revendiqué, en faveur d’une identité protestante. L’échec du projet des Irlandais-Unis et l’union avec la Grande Bretagne en 1801 mettent fin à l’alliance entre radicaux presbytériens et catholiques. Une administration protestante à Dublin et un Parlement à Londres hostile aux revendications des catholiques poussent ces derniers à se mobiliser. Ils obtiennent leur émancipation en 1829 dans une atmosphère marquée par le sectarisme. Il n’est guère étonnant alors que le débat sur l’éducation des années 1830, inspiré par un gouvernement britannique qui cherche dorénavant à rester neutre sur la question religieuse en Irlande, débouche sur un renforcement de ce sectarisme. L’émergence d’une solidarité communautaire, fondée sur la religion, n’était qu’une des conséquences logiques de ces derniers développements ; la création d’un État catholique au Sud et protestant au Nord en 1921 en était l’autre. Ainsi l’échec du projet des Irlandais Unis et des tentatives britanniques de créer une école laïque en Irlande ont empêché tout développement de la sécularisation dans ce pays pendant presque deux cents ans.

10Mary Harris, dans son étude sur la sécularisation en Irlande au début du xxe siècle, montre que l’intérêt pour le sujet était quand même grand et que le clergé catholique a su habilement exploiter les développements sécularistes en France pour mieux défendre l’Irlande contre tout danger de cette nature. On associait souvent les dangers du socialisme avec ceux de la sécularisation, afin de mieux dénoncer l’un et l’autre. Mais avec la création d’un État indépendant au Sud toute menace séculariste était écartée dans cette partie de l’île. Aux yeux de l’Église catholique il n’en était pas de même au Nord. La réforme de l’école que le nouveau gouvernement de Belfast voulait introduire a été vue comme un projet laïc et dénoncé comme tel par les catholiques. Ce qu’on croyait être un danger dans le domaine de l’éducation influença bientôt le débat politique. C’est par le biais d’une dénonciation du socialisme des candidats travaillistes, soupçonnés de vouloir la sécularisation de l’école, que l’Église catholique cherche à maintenir, voire à renforcer, son contrôle sur les catholiques du Nord. Les craintes sécularistes des année 1920 ont-elles survécu ?

11Paul Brennan est d’accord avec Mary Harris quand elle dit que le début des année 1920 vont voir s’éloigner tout danger en Irlande du Sud. Il parle même d’un phénomène de délaïcisation dans son étude sur les choix que devait faire le nouvel État irlandais à partir de 1921 face au problème de la sécularisation. La première Constitution du pays, adoptée en 1922, était un document laïc. Quinze ans plus tard elle devait être remplacé par une nouvelle Constitution. A la différence de la première, celle-ci reflétait une profonde empreinte de l’Église catholique. Mais l’influence de Rome n’est pas éternelle.

12Marguerite Arnal, dans son étude de la sécularisation de la société irlandaise du Sud au cours des années 1973-1995, constate une évolution dans les attitudes des Irlandais qui, selon elle, se rapprochent de plus en plus de leur partenaires européens. Ils gardent, toutefois, des caractéristiques propres, à savoir un refus de l’avortement et une pratique religieuses élevée. Si l’on peut parler effectivement d’un processus de sécularisation, on ne peut pas évoquer une déchristianisation ou une quelconque sécularisation radicale. Peut-on en dire autant en ce qui concerne l’Irlande du Nord ? Les réponses sont, aux yeux des spécialistes qui écrivent ici, toutes en nuances.

13Richard Deutsch parle d’une laïcisation lente mais inévitable à laquelle les médias ont contribué. Il ne pense pas cependant que cette laïcisation diluera le contenu des émissions religieuses, objet de son étude. Il croit même que leur disparition n’est guère souhaitable en raison du rôle qu’elles jouent dans l’évolution positive des relations intercommunautaires. Anne Mandeville, spécialiste de l’armée et de la police, dit d’emblée que le Régiment pour la Défense de l’Ulster (UDR), bras de l’État britannique pour le maintien de l’ordre en Irlande du Nord, doit être considéré comme une force non-laïque en raison de sa composition à 97 % protestante. Elle explique que ce fait relève en grande partie de la conception britannique de l’ordre politique qui est communautaire et majoritaire. Ceci n’est pas sans poser un problème fondamental en Ulster et la professionnalisation récente de l’UDR peut, éventuellement, être vue dans le cadre d’une laïcisation du maintien de l’ordre. Dans un autre domaine de la vie politique nord-irlandaise Jennifer Todd soutient que l’on ne peut réduire la réalité loyaliste à sa composante la plus bruyante et la plus anti-catholique. Pour elle, il existe de nombreux loyalistes laïcs et le loyalisme laïc est tout à fait digne d’étude. Malgré la faiblesse institutionnelle de cette forme de loyalisme, on constate sa présence dans les syndicats et, plus globalement, au sein du travaillisme nord-irlandais. Jennifer Todd n’accepte pas que cette catégorie de loyalistes ne soit considérée comme autre chose qu’une branche parasite du loyalisme religieux. Pour elle, les deux formes de loyalisme mènent le même combat mais les sécularistes avancent une interprétation et un langage qui les distinguent de leur frères religieux. En raison de l’instabilité de la position loyaliste, la possibilité existe pour d’importants changements.

14On sait que toujours en Irlande du Nord l’IRA dispute âprement les faveurs de la minorité catholique nord-irlandaise. Sa rivale de toujours n’est autre que l’Église catholique. Peut-on donc parler d’un combat séculariste ? Pour Catherine Maignant, malgré les apparences séculières de ses ambitions, ses méthodes et ses déclarations d’intention, les républicains voient dans le catholicisme un élément historiquement essentiel à l’identité de la communauté nationaliste. En fait, c’est au nom de leur propre idée de la religion que les républicains se permettent un anticléricalisme virulent et renient la doctrine morale de leur Église.

15Qu’en est-il pour la diaspora ? Mary Hickman, dans un chapitre sur les émigrés irlandais en Angleterre, attache une grande importance à la fonction sociale jouée par la religion dans la préservation de cultures ethniques. Comment alors confronter le problème de la sécularisation de la société d’un côté et la place centrale jouée par la religion dans l’expression d’une opposition de l’autre ? Depuis le xixe siècle, la religion catholique a constitué un point de ralliement pour les Irlandais qui souhaitaient se démarquer de la population indigène. Aujourd’hui, bien que la situation soit moins nette, la persistance de l’articulation entre catholicisme, identité nationale et classe sociale font en sorte qu’il est hasardeux de trop avancer la thèse séculariste pour décrire la situation des émigrés irlandais en Angleterre.

16Joseph Ruane conclut l’ouvrage en situant la sécularisation parmi les autres idéologies à l’œuvre dans l’Irlande contemporaine. Pour lui, il s’agit d’une idéologie minoritaire qui devrait poursuivre son développement. La sécularisation de la société irlandaise est en cours. Elle n’obéit pas à des règles, ni à une ligne prédéterminée. Elle répond souvent à des problèmes d’ordre organisationnels posés par l’extension de l’intervention de l’État dans des domaines qui, jusqu’à maintenant, relevaient de l’Église catholique. En somme, une sécularisation à l’irlandaise.

17Il a été dit que l’on ne pouvait parler d’une quelconque sécularisation inéluctable dans le cas de l’Irlande. Ce livre le démontre. Peut-on pour autant parler d’un retour du religieux dont il est beaucoup question ailleurs en Europe ? Peu ou pas de signes de ce retour n’existent dans l’Irlande de cette fin de millénaire. Encore un exemple du retard séculier de ce pays ?

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540