Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages extérieurs et monde intérieur dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

 | 
Jacques-Henry Bornecque

Réalité et surnaturel dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

Conclusion

Texte intégral

1Ainsi à la question que nous posions de savoir comment Barbey était parvenu à concilier surnaturel et réel, nous croyons pouvoir désormais répondre. La réponse est en lui-même, la liaison est déjà faite dans sa personnalité.

  • 1 J. de La Varende « Grands Normands », Rouen. Defontaine, p. 49
  • 2 P. Leberruyer, op. cit., p. 34.

2Extérieurement, nous sommes mis en présence d’une réalité transfigurée par une imprégnation du surnaturel, qui prend l’aspect d’une hallucination. Mais réciproquement, il a humanisé le surnaturel en apprivoisant sa poésie, en lui donnant les limites imposées par le réel. C’est le Rêve gouverné par la Raison qui le maîtrise. L’expérience est alors achevée et « tout cède à la vision immédiate et frénétique qu’il tient à vous faire partager »1. Monsieur Pierre Leberruyer présente ainsi un tableau synoptique de l’Art de Barbey : « ... par le détail exact, l’anecdote vécue, le réel et la fiction s’interpénètrent au point de donner un accent de vérité à l’invraisemblable... Barbey est attiré par les physionomies humaines idéalisées ou caricaturales ; le masque est buriné dans ses portraits au point d’atteindre, dans une volonté de surréalisme avant la lettre « la réalité supérieure »2. Il fait découvrir à son lecteur une surréalité que celui-ci ne soupçonnait pas, tandis que sur le plan personnel, il trouve prétexte à sa quête de l’Absolu, dont il espère, mais en vain, une compensation à la vérité.

3Le surnaturel devient alors une manière de voir la réalité, de l’embellir, de légitimer ses mystères. Il devient une forme poétique du réel, tout en nous révélant le mystère inhérent à notre propre existence, dont les prolongements nous échappent.

  • 3 A Trébutien, décembre 1849.

4Son art relève de plusieurs courants littéraires, romantique, réaliste et même symboliste. Plusieurs témoignages viennent appuyer cette impression. Nous savons quelle place prépondérante l’influence romantique occupait dans son style de visionnaire. Cette simple déclaration suffirait à nous convaincre : « Je veux qu’on les (ses personnages) voit passer dans les lointains avec leurs grandes mines, dans cette vapeur des lointains qui grandit tout et semble l’Auréole du Mystère »3.

5Lui décerner le titre de réaliste ne serait pas déplacé si l’on considère un certain aspect de son talent. « Barbey d’Aurevilly pourrait à la rigueur, par certaines parties de son œuvre, et s’il n’était pas si grandiloquent et maniériste, faire sporadiquement figure de réaliste » déclarent MM. Bornecque et Cogny. Sans conteste, les scènes que nous avons citées de la mort de la Clotte dans L’Ensorcelée, par exemple, et même quelques réflexions sur la société d’un réalisme brutal atteignent à une vérité dans l’observation de la société, de tout premier ordre.

6Quant au symbolisme, pour moins apparent, il n’en est pas moins un nerf, ainsi que nous l’avons vu, du style aurevillyen. C’est le symbole, qui dans une large mesure lui sert de lien entre le réel et le surnaturel, c’est lui qui rend sensible le poids de la Fatalité et du Destin. Il fait figure en quelque sorte de catalyseur.

7Pourtant, Barbey n’appartient à aucune école, à aucun mouvement littéraire. A travers ses romans, la grande impression que nous retirons, c’est avant tout la connaissance d’un homme qui à travers toutes les influences est demeuré lui-même et s’impose aux yeux de son lecteur. Nous avons découvert, avant tout, un être et une âme épris d’Absolu et d’Idéal, pour lesquels le surnaturel représente une marche d’accès vers cet Absolu ; une issue problématique, mais néanmoins pleine d’espoir d’échapper à une réalité banale et déprimante ; même diabolique, cet Au-delà demeure une promesse d’exaltation et de plénitude dans les sensations que la vie humaine est incapable d’offrir. Mieux vaut le cauchemar que la platitude insipide de ce monde.

8C’est cette image d’un homme à la personnalité forte, puissante, balancée entre le rêve, souvent infernal, et la réalité déprimante, qui demeure par-delà la lecture de ses œuvres. Cette pénétration spirituelle nous permet alors de porter un jugement plus lucide sur cet être souvent taxé de méchanceté et de haine injuste. Son esprit ne fait aucune concession à la médiocrité et son goût de la caricature explique parfois la virulence sans nuance de ses affirmations. Pour lui, il n’y a plus alors de demi-teinte, ni de demi-mesure ; tout est blanc ou tout est noir, de même que tout est grand ou tout est petit. Cela l’a conduit parfois à des erreurs, c’est aussi une faiblesse de son talent, mais c’est le symbole d’une personnalité qui a l’audace de s’affirmer même dans l’adversité, qui ne prend ses avis que de lui-même. C’est le signe d’une nature franche, loyale dans sa brutalité ; le signe d’un refus à la concession.

  • 4 H. Fournier, Paris, Journal, 3 décembre 1874. Cit. par J.H. Bornecque, Préface aux Diaboliques, Pa (...)

9La puissance de cette personnalité a conféré une note tellement unique à son œuvre que toute succession dans cette voie se révélait impossible. Cela fut différemment sensible à maint de ses contemporains et H. Fournier entre autres déclarait : « Barbey d’Aurevilly est un maître qui aurait été le chef d’une pernicieuse école, si l’originalité exceptionnelle de son tempérament d’artiste ne rendait pas impossible à quiconque toute incursion sur ses terres »4. Barbey d’Aurevilly est une école à lui tout seul. Une école qui est une image synthétisée de la vie littéraire de son siècle.

10Cette absence de descendance littéraire directe (sauf peut-être, à des titres très différents, le Joséphin Péladan du Vice Suprême ou de A cœur perdu, et le Jean de La Varende de Pays d’Ouche, peut également s’expliquer par son appartenance au passé. Sans doute, cette sensation est-elle purement subjective, mais l’œuvre de Barbey nous apparaît, lorsque nous la considérons dans le contexte de son époque, comme un bilan dramatique des aspirations spirituelles de son siècle. C’est une œuvre tournée vers le passé par sa technique et par son inspiration, vers l’éternité par son aspiration. Elle n’apparaît guère comme une œuvre qui air l’intuition de l’avenir, fût-ce pour s’y opposer, surtout si on la compare à celle de Villiers-de-l’Isle-Adam, par exemple, dans laquelle certains grands thèmes littéraires du xxe siècle sont en gestation et ne demandent qu’à s’épanouir. Rien de cette fermentation chez Barbey ; ses romans, au contraire, sont le reflet d’une société et d’une génération sans espoir qui s’éteint mélancoliquement.

  • 5 Cit. par F. Clerget, op. cit., p. 110.

11Mais cette agonie torpide, énigmatique et implacable est nimbée de cette poésie essentielle dont il se révèle un adepte fervent : « La poésie, cette chose mystérieuse et puissante qui est en toutes choses »5.

Notes

1 J. de La Varende « Grands Normands », Rouen. Defontaine, p. 49

2 P. Leberruyer, op. cit., p. 34.

3 A Trébutien, décembre 1849.

4 H. Fournier, Paris, Journal, 3 décembre 1874. Cit. par J.H. Bornecque, Préface aux Diaboliques, Paris, Garnier, 1963.

5 Cit. par F. Clerget, op. cit., p. 110.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter