Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

V. Un laboratoire de l’aménagement du territoire : la Normandie

L’aménagement du territoire en Normandie dans les années 1960 : enjeux et (ré)actions

Jean Levêque

Texte intégral

1La Normandie donne d’elle-même aujourd’hui une image de région moyenne sans stratégie affirmée mais aussi sans problème majeur. Alors, pourquoi retenir la Normandie au titre de l’aménagement du territoire des années soixante ? Parce que la Normandie s’est alors trouvée à la rencontre, et comme terrain d’action, des deux politiques majeures de l’aménagement du territoire :

  • la politique de rééquilibrage du territoire national, en particulier en faveur de l’Ouest en raison de ses forts excédents de population ;

  • la politique de « desserrement » de la région parisienne dont la Haute-Normandie, avec la Seine, apparaissait comme le prolongement normal.

2Dans ce contexte général, sont apparus deux faits « déclencheurs » : d’une part, le « plan Delouvrier » pour la Haute-Normandie, avec une réaction, celle de ne pas devenir « l’annexe spécialisée » de la région parisienne ; d’autre part, la fin de la Reconstruction et les résultats du recensement de la population de 1954 faisant de la Basse-Normandie la région où le taux d’émigration était le plus élevé de France. Ce sont là les deux « fondamentaux » qui ont conduit à un sursaut parmi ceux qui allaient devenir les « acteurs » de l’aménagement du territoire, lui-même étroitement lié à l’expansion économique. Le jeu de ces acteurs devait créer un clivage entre « organisateurs » du développement régional et « aménageurs » de l’espace, clivage accentué par la remise en cause, à partir de 1970, du modèle global d’aménagement du territoire national dont les effets seront particulièrement sévères pour la Normandie. S’en est-elle d’ailleurs remise ?

3Selon l’expression d’Armand Frémont, cette première période (de 1961 à 1972) fut donc « l’âge d’or de l’aménagement… » pour la Normandie. Pourquoi ? C’est ce que l’on veut examiner ici non sans rappeler préalablement le contexte.

Une Normandie innovatrice en matière d’aménagement du territoire

4Dans les années 1960, la population normande, et singulièrement celle de Basse-Normandie, s’est mise en mouvement sous l’effet d’une double cause : un fort excédent naturel et des mutations agricoles accélérées. L’excédent naturel lié à une très forte fécondité accordait plus de cinq points au-dessus de la moyenne nationale à la Basse-Normandie pour les moins de 20 ans. Les taux de natalité en 1962 étaient de 19,6 ‰ et de 20 ‰ pour la Basse-et la Haute-Normandie (contre 17,6 ‰ en moyenne nationale).

5Couplée à la « révolution verte » (selon le titre du célèbre livre de Michel Debatisse), la population était vouée à l’exode. Ainsi, 60 % des petites exploitations du Bocage étaient jugées « en état de survie ». L’analyse socio-économique réalisée dans le canton rural profond de Saint-Pois (Manche) en donne la mesure (pas d’eau courante, isolement, formation très sommaire, exode massif). Dès lors, où aller ? À l’exception du couloir urbanisé de la Basse-Seine, la Normandie était (et est toujours) caractérisée par un maillage lâche de petites villes et de bourgs, incapables d’assurer par eux-mêmes l’accueil des jeunes actifs en surnombre. L’évaluation des besoins en emplois était estimée pour la seule Basse-Normandie à 90 000 pour la période 1960-1970. C’est dire l’ampleur du problème. Cette réalité humaine a conduit l’inspecteur de l’économie nationale à écrire lors de la préparation des orientations pour le IVe Plan (1962-1965) que « la Basse-Normandie est la terre du juste milieu confrontée à des mutations économiques et sociales rapides et puissantes ». C’était peu dire…

6Dès lors, la Normandie devait-elle continuer de subir une très forte émigration ?

7Comment réduire cette dernière, à partir d’un développement impulsé de l’extérieur ? Les termes du débat sur l’aménagement du territoire normand étaient ainsi clairement posés. Ils devaient incliner à encourager le « desserrement » de la région parisienne en Normandie par l’aménagement de la Basse-Seine. Ce « desserrement » s’est manifesté sous deux formes : le rôle de la Basse-Seine comme prolongement du schéma directeur de l’agglomération parisienne (mai 1965) et l’accueil en nombre d’établissements de production dans l’ensemble de la Normandie (sauf la Manche). Ce fut la « décentralisation industrielle ». La publication du schéma directeur de la région parisienne fondé, selon l’expression de Jean-Paul Lacaze, sur « une réflexion prospective concernant l’industrialisation fordienne et une concentration urbaine de la population française, avec de nouveaux modes de vie » a provoqué une sorte d’électrochoc dans la mesure où le parti général d’aménagement était décidé de l’extérieur et où le projet de la ville nouvelle de Mantes-Sud condamnait le développement d’Évreux. Ce fut le préfet d’alors, Pierre Chaussade, qui organisa la contre-offensive (et non les élus) aboutissant à la création d’outils alors très innovateurs :

  • la Mission d’étude Basse-Seine (MEBS), qui devait servir de modèle pour les futures OREAM ;

  • l’Établissement public de la Basse-Seine (EPBS), créé en 1967 et premier du genre.

8En termes d’aménagement, ce fut le refus d’un développement linéaire de Paris à la mer par le choix d’un développement urbain basé sur les grandes villes existantes, et couplé à la création de villes nouvelles, l’ensemble se révélant nécessaire pour atteindre l’objectif démographique : accueillir ou retenir près d’un million et demi d’habitants. Ce choix était complété par celui de trois « coupures vertes » dont le futur parc régional de Brotonne et par le refus d’accueillir un site potentiel pour le troisième aéroport de Paris dans le Vexin qui aurait été la base d’une urbanisation continue et aurait provoqué la disparition d’une des coupures vertes. Comme on le perçoit, les grands thèmes de l’aménagement du territoire étaient ainsi ouverts dès cette époque et ils perdurent.

9Concrètement, pour ses responsables, la question était de savoir comment passer d’une Basse-Seine de 1,05 million d’habitants en 1962 à 2,5 en l’an 2000, soit accueillir 1,45 million d’habitants supplémentaires. Ce à quoi s’ajoutaient les besoins en logements de la population en place et la rénovation d’un logement souvent ancien et vétuste. Ces besoins étaient estimés en 1964 à 9 700 logements par an en Basse-Normandie et à 12 700 en Haute-Normandie.

10Parallèlement, l’influence de la région parisienne sur la Normandie était très forte à travers les « décentralisations industrielles ». Le bilan en a été dressé par Pierre Durand (DATAR, 1972) : sur 2 700 décentralisations, la Haute-Normandie en a accueilli 250 pour 48 200 emplois, et la Basse-Normandie 167 pour 30 400 emplois, soit 15,4 % et 18,3 % des totaux nationaux pour la Normandie. La décentralisation a offert le tiers des emplois nécessaires à son équilibre migratoire et a masqué la forte régression des industries traditionnelles, changeant les bases de la vie industrielle.

11Cette décentralisation industrielle importante a eu trois conséquences :

  1. la structure socioprofessionnelle des régions normandes s’est trouvée profondément modifiée au profit de l’emploi industriel, principalement en Basse-Normandie (+ 48 % en 14 ans). Le poids de l’emploi industriel dans l’emploi total est resté une caractéristique des économies normandes, pesant sur le niveau de chômage des années quatre-vingt ;

  2. la préoccupation essentielle des décideurs a été d’amplifier ce courant (les conseils généraux ont créé leur comité d’expansion avec cet objectif). Le rôle des élus, puissamment aidés par les sociétés d’économie mixte, s’est traduit par la mise en place de zones industrielles pour les accueillir. Les surfaces industrielles autorisées sont ainsi passées de 27 000 et 28 000 m2 en Basse-et Haute-Normandie en 1954 à 221 000 et 301 000 m2 en 1969. Le paysage périurbain en a été bouleversé et le couple ZI + ZUP, jugé trente ans plus tard infernal ;

  3. la troisième conséquence s’est révélée à partir des années 1980-1990. Les deux Normandie spécialisées dans les fonctions de production ont subi plus qu’ailleurs le choc pétrolier par le tarissement de la source des décentralisations, bientôt relayé par les transferts de ces emplois de production à l’étranger. L’entreprise Moulinex illustre cette évolution : refusant ces transferts, elle a sombré pour l’essentiel. La Normandie s’est trouvée « chloroformée » pendant une dizaine d’années (1975-1985), dans l’espoir du retour de l’« âge d’or ». Cette période s’est donc traduite par un triple enjeu pour les Normandie : adopter ou pas la vie industrielle, adopter ou pas la ville et son mode de vie, adopter ou pas les ensembles urbains ou les villes nouvelles.

Au cœur du débat régional : comment vivre en Normandie ?

12Deux courants de pensée mais aussi d’action ont traversé cette décennie, qui devaient déboucher sur la fin des clivages, sinon des ruptures. Avant d’en camper les acteurs, précisons quels étaient ces deux courants :

    • 1 On appelle ainsi une plaquette conçue comme un défi lancé aux hommes ou aux institutions en place.

    le premier, se référant, explicitement ou pas, aux théories de l’économiste François Perroux, fondait le développement économique sur le choix de pôles et d’axes appelés à structurer et donc modifier profondément l’espace vécu par les populations. Ce courant devait inspirer l’élaboration du schéma directeur de la Basse-Seine, qui excluait la réalisation d’un axe double (l’un au nord, l’autre au sud) de développement et d’urbanisation de Paris à la mer au profit d’une organisation par pôles, prenant appui sur les plus grandes agglomérations, Rouen et Le Havre, mais aussi après un temps de réflexion, Caen. Une plaquette-défi1 réalisée en 1964 par Robert de Caumont sous le titre « Un fil conducteur du plan régional : Caen, chance de la Basse-Normandie » allait matérialiser cette approche basée sur une exceptionnelle croissance démographique en faisant de la ville de Caen la « Grenoble maritime », selon une expression de ce temps. S’inspirant de la création des GAM (Groupes d’action municipale) que Grenoble avait lancés, le débat fut vite porté à un point d’ébullition que la création d’Hérouville-Saint-Clair, « la ville autrement », allait cristalliser ;

  • le second courant allait progressivement naître de ce débat. Il entendait limiter les migrations internes et occuper tout l’espace régional c’est-à-dire équilibrer la croissance de Caen par le développement de vingt pôles locaux (cf. le PRDE 1971-1975). À l’origine, ce fut une réaction rurale à l’encontre de la ville, perçue pour cette raison comme conservatrice. Il s’est manifesté en Haute-Normandie sur la place et le rôle des « Plateaux » au nord de la Seine ou au sud, englobant l’Eure du Sud et de l’Ouest. En Basse-Normandie, la réalité humaine d’un tissu de petites villes et de bourgs faisait l’objet d’une prise de conscience collective, orchestrée par les conseils généraux.
    Ce courant n’était pas contre l’industrialisation, mais exigeait que son échelle soit adaptée à la taille de ces petites villes et que la « décentralisation industrielle » soit répartie de manière équitable, au nom d’un « développement équilibré ». Équité et équilibre étaient les maîtres mots de ce courant.

13Deux conceptions du développement économique et de l’aménagement se sont ainsi opposées prenant à témoin une opinion marquée par le réalisme d’un « il nous faut des emplois » et restant attachée profondément à son mode de vie.

Le jeu des acteurs : vers l’équilibre et la stabilité

14Deux groupes d’acteurs se sont donc trouvés en présence, donnant lieu à des alliances et s’inspirant ou provoquant des esquisses de débats. Ces acteurs peuvent se répartir entre les « organisateurs » de l’avenir et les « administrateurs » du présent.

15Les « organisateurs » se recrutent dans le corps préfectoral : préfets ou chefs des missions régionales, comme le préfet Pierre Chaussade ou le sous-préfet Robert de Caumont. Sur le plan théorique, ils se sont appuyés sur des universitaires : des économistes comme Albert Pasquier qui ont pris leur bâton de pèlerin pour lancer leurs idées sur le terrain (pôles et axes de croissance…) ou des géographes comme André Journaux et Pierre Brunet en Basse-Normandie ou François Gay en Haute-Normandie, auxquels on doit des études démographiques, sur l’espace rural ou de géographie maritime. Ces deux sources universitaires se sont seulement côtoyées, l’école géographique prenant de plus en plus de poids au fil des années.

16Les organisateurs sont à l’origine de la création en Basse-Normandie de la « Maison de la Région », tripode composé par l’administration préfectorale (initiatrice), l’université de Caen (avec le Bureau d’études régionales) et la société civile (avec le Comité régional d’expansion). De cette pépinière devait sortir quelques années plus tard l’ossature du Conseil régional (président, directeur des services…) de Basse-Normandie.

17De leur côté, les « administrateurs » étaient en charge de la gestion « des choses » à travers leur mandat électif ou leur fonction d’aménageur : sociétés d’économie mixte, chambres de commerce et d’industrie. Les élus des conseils généraux étaient attachés à un développement « équilibré » dans l’espace, respectueux d’un mode de vie fondé sur les relations de personne à personne. Leur poids ira en grandissant, entraîné par le sénateur-maire de Caen, Jean-Marie Louvel en Basse-Normandie et Jean Lecanuet en Haute-Normandie : leur vision était « départementaliste » et « jacobine », chaque parlementaire disposant de contacts avec les bureaux de ministères « verticaux » pour « décrocher » des financements. Les administrateurs s’appuyaient sur un réseau de sociétés d’économie mixte, organisé dans le cadre de la SCET (Société centrale d’équipement du territoire) pour la mise en œuvre des zones d’activité ou d’habitation. Pierre Troude en portera témoignage.

18La liste de ces acteurs a été établie en 1970 dans une publication de l’IEP de Grenoble sous le titre « Aménagement du territoire et développement régional ». Dans cette liste apparaît une autre constellation, celle du monde agricole très organisé, mais traversé lui-même par des courants parfois opposés. La mise en place de l’ANERA (Association normande d’économie rurale appliquée), dirigée par François Solignac-Lecomte en sera la traduction (voir le témoignage de François Solignac-Lecomte).

19Si tous ces acteurs, organisateurs et administrateurs et représentants du monde agricole, s’entendaient sur la nécessité d’assurer le développement régional par la création des emplois nécessaires pour limiter l’émigration, les voies et moyens divergeaient, provoquant sur l’aménagement conflits et alliances qui pouvaient transcender les groupes d’appartenance.

  • 2 Synarchie : nom donné au « gouvernement des experts » formé entre 1930 et 1940 par un groupe inform (...)

20Le premier cercle d’alliances rassemblait les préfectures et leur mission, des universitaires et une fraction du monde rural. En Basse-Normandie, elle se réalisait à travers un club informel, le Club de liaison, d’information, de recherche sur l’action régionale (CLIRAR) qui rassemblait une douzaine de personnes, opérateurs de l’organisation du territoire. Il fut rapidement considéré par les élus comme une « synarchie » régionale2 et s’éteignit au début des années 1970.

  • 3 P. Rideau, « Ombres et lumières de la Seine-Maritime », Revue des études normandes, 1951.

21Un deuxième cercle réunissait à travers des contacts professionnels et bilatéraux, élus des collectivités territoriales, représentants de CCI, de sociétés d’économie mixte et de comités départementaux d’expansion (Manche-Expansion et, pour l’Orne, le CEDO), émanations des Conseils généraux. Dès 1951, à la suite de publications sur la situation sociale à Rouen et Elbeuf (« Ombres et lumières de la Seine-Maritime » de P. Rideau3), l’initiative de créer le Centre d’études d’intérêt public de Rouen et sa région (CEIPRR) fut prise, avec en guise de moyen d’expression, la Revue des études normandes (fondée par René Étienne et Henri Van Effenterre). Suivit, en 1952, la création au Havre d’un « groupe de réflexion » au sein de l’Institut de sociologie économique », ayant des contacts avec « Économie et Humanisme ».

22En 1957, le Comité d’expansion économique de Basse-Normandie (le CEBANOR), est créé sous l’égide de la CCI de Caen, avant de rejoindre la préfecture en 1963. Les comités régionaux furent la préfiguration des CODER (1964) et le premier lieu de débat réunissant élus, responsables économiques et syndicaux et quelques universitaires. Les élus s’imposèrent à la tête des commissions (Michel d’Ornano pour le tourisme, par exemple).

23Ce comité régional subit l’influence du catholicisme social, à travers le courant « Économie et Humanisme », le cercle des « Jeunes Patrons » et les mouvements ruraux qui l’orientèrent, du moins un certain temps, vers un aménagement « humain » des territoires. Ils furent confortés par les tenants conservateurs d’un aménagement « équilibré », élus eux-mêmes issus de la démocratie chrétienne. Les événements de 1968 allaient faire émerger d’autres influences (voir l’article d’Anne-Marie Fixot).

De la rupture des schémas d’aménagement à la maîtrise déléguée de son avenir

24À la fin des années soixante et au début de la décennie suivante, trois évolutions sociétales et économiques bouleversèrent les prévisions et les schémas d’aménagement normands.

  • 4 E. Morin, Mai 68 : la Brèche, Bruxelles, Éditions Complexe, 1988.

25La première est l’onde de choc de février-juin 1968, car le printemps de 1968 commence en France par les événements de février 1968 à Caen. C’est en référence à eux qu’Edgar Morin ouvre d’ailleurs son livre sur Mai 684. Ils sont enclenchés par une révolte de la population ouvrière récente, issue de l’émigration rurale, contre le mode de vie industriel (à la SAVIEM…) et urbain (les ZUP). Cette révolte fut violente, mettant à mal le mobilier urbain, mais aussi les schémas des « organisateurs ».

26La deuxième rupture intervient lors des élections municipales de mars 1959, 1965 et 1971. Elle est l’expression d’un paradoxe : plus le taux de l’expansion industrielle, donc des créations d’emplois, était élevé, plus les majorités municipales tendaient à basculer. Ce fut particulièrement vrai à Argentan et à Vimoutiers, dans l’Orne. Cela peut être interprété comme le refus d’un changement trop rapide des modes de vie.

27La troisième rupture réside dans le changement brutal du rythme de la croissance économique avec la fin des « Trente Glorieuses », dont l’impact est doublement fort en Normandie : elle a cassé une croissance basée sur l’industrie manufacturière et par là même mis fin aux perspectives de développement de la Basse-Seine. La Normandie est devenue veuve de son avenir.

28C’est dans ce contexte économique et surtout social (l’apparition du chômage) que le jeu des acteurs de l’aménagement régional a changé : les « administrateurs » c’est-à-dire les élus, ont repris la main et le contrôle des outils de l’aménagement. Ce fut le temps des « outils maîtrisés ». Cette maîtrise concerne les outils de l’innovation, d’une part, ceux de l’aménagement et de l’équipement, d’autre part. Les outils de l’innovation ont été d’abord contenus, puis ensuite éliminés. Trois exemples l’illustrent. Le premier porte sur les missions d’études : d’innovatrices en matière de propositions, elles sont devenues régulatrices des tensions entre les représentants des territoires. Cela a caractérisé la mission d’études étendue à la Basse-Normandie : le grand dessein a fait place à l’arbitrage. Deuxième exemple : la fin de l’agence de l’urbanisme avec la SORETUR, à Rouen en 1982, conduisant à un rejet pour plus de vingt ans des études urbaines. Le troisième exemple, enfin, est l’échec de l’innovation sociale et urbaine que représentait le Groupe d’action municipale (GAM) dans la « quasi-ville nouvelle » d’Hérouville-Saint-Clair, à l’orée de Caen. Son échec tient à la confusion politique dans laquelle on entretenait les premiers militants de cette expérience très prometteuse de « démocratie participante » avant la lettre.

29Les outils de l’aménagement et de l’équipement ont connu un autre sort parce qu’ils répondaient à des utilités immédiates : la maîtrise des implantations d’activités ou les financements du foncier nécessaires aux équipements urbains.

30Une première illustration est fournie par l’évolution du rôle du CEBANOR en Basse-Normandie. Son rôle d’initiative partagée dans la réflexion sur le devenir régional puis d’accueil d’activités nouvelles s’est estompé au profit d’une régulation des rapports entre élus et syndicats de salariés, maîtrisée par les grands élus de la région. Ce rôle de régulation s’est d’ailleurs imposé pour atténuer les tensions résultant d’un monde « qui allait trop vite ».

31Une seconde illustration est fournie par l’évolution du rôle de l’EPBS (Établissement public de la Basse-Seine) dont Bertrand Lévy a retracé l’histoire. L’EPBS naît dans le contexte « d’une politisation de l’espace » et d’une compétition pour le pouvoir entre le ministère de l’Équipement et les « régionaux », et entre les régionaux eux-mêmes. Tous étaient d’accord pour le « canaliser », en particulier en matière d’études, afin de privilégier sa fonction foncière. Le décret de création du 26 avril 1968 est le résultat des arbitrages donnant la majorité des deux tiers aux conseillers généraux ou maires de l’Eure et de la Seine-Maritime et un tiers aux compagnies consulaires. Le président du Conseil général de Seine-Maritime en sera le premier président, Jean Lecanuet étant vice-président. Ainsi conçu, l’EPBS se révélera une réussite sur le long terme et un modèle repris et étendu à d’autres régions. Pierre Troude qui en fut le directeur de 1983 à 1989 en apporte témoignage dans cet ouvrage.

La maîtrise de son avenir laissée à l’extérieur

32Comme tout espace, la Normandie s’inscrit pour aménager son territoire dans un système de pouvoirs mus de l’extérieur ou de l’intérieur. Trois grands choix ont été imposés de l’extérieur. Paris, comme siège de l’État et comme métropole internationale, a confirmé la Normandie dans un rôle de production manufacturière, à travers des établissements dirigés de l’extérieur sans opérer à son profit une décentralisation significative de ses activités tertiaires (dont la recherche, à l’exception du GANIL à Caen).

33La Normandie a également attiré des investissements étrangers lourds et assez diversifiés, valorisant en particulier le site industrialo-portuaire de la Basse-Seine. Leur venue était saluée comme source d’emplois, et leur accueil organisé en fonction de leurs exigences (zones d’activité, ressources en eau…). Ultérieurement, l’État devait retenir dans un périmètre élargi (à la demande du préfet) une Directive territoriale d’aménagement pour valoriser l’atout national qu’est la Basse-Seine.

34Ces choix, imposés de l’extérieur, ont été acceptés plutôt que voulus, un centre d’initiative ou de décision autonome n’ayant pu se dégager (dans sa contribution, Jean-Joseph Régent nous en donne un exemple inverse à travers l’exemple de Nantes). Les choix internes réalisés par la population normande sont marqués par une préférence pour la rente et le choix d’un mode de vie.

35Trois autres exemples illustrent ce constat. Premier exemple : la libération des capitaux liés à la fin des activités traditionnelles qui a donné lieu à une « évaporation » souvent traduite par l’option « pierre et soleil » et non des réinvestissements dans des activités régionales. Cet exil des capitaux fut contrebalancé par les initiatives industrielles du groupe de la Société navale caennaise ou commerciales avec le groupe Promodès, d’envergure nationale puis internationale.

  • 5 A.-M. Fixot, La Bourgeoisie industrielle en Basse-Normandie, Caen, Université de Caen, 1981.

36Le deuxième exemple, cité par Bernard Préel (BIPE) en 1985, est fourni par « le système bloqué du fermage » poursuivant la tradition de la préférence donnée à l’investissement foncier sur l’investissement industriel, analysée par Anne-Marie Fixot sur la longue période5. Enfin, troisième exemple : l’apparition d’une « rente sociale », mise en évidence par un sociologue parisien à la suite des manifestations de l’automne 1995 qui ont rassemblé 60 000 personnes à Rouen et 50 000 à Caen. Selon ce chercheur, le choix d’une profession à statut s’explique par la déception des parents liée à l’échec de l’industrialisation dont ils avaient été eux-mêmes les victimes et par leur refus de voir leurs enfants connaître le même sort.

37Ces choix internes doivent être associés avec celui d’un mode et d’un cadre de vie refusant les contraintes collectives liées à la ville. Le succès de la périurbanisation marquée par le développement du pavillon individuel se traduit dans les recensements. Ainsi, la Basse-Normandie est la 2e région française pour son taux de population en zones périurbaines. L’INSEE y dénombre 57 pôles locaux, dont la plupart sont en progression démographique bien que marqués par un sous-emploi. Dans le même sens, on constate un renouveau démographique du milieu rural, dont l’espace est l’objet d’une compétition sévère entre les habitants locaux et ceux venant de l’extérieur, source de nouvelles rentes foncières. L’élaboration des PLU est sous-tendue par cette donnée, aux antipodes d’un aménagement raisonné des territoires.

38La Normandie, enfin, ne s’est pas dotée, selon l’expression d’André Journaux en 1991, d’un « grand dessein », restant écartelée entre les deux grands systèmes régionaux européens que sont l’Europe du Nord-Ouest et l’arc atlantique. Cela est particulièrement sensible en Basse-Normandie, adepte du « tout un peu ». Ce choix, ou plutôt cette absence de choix, peut être considéré comme l’expression d’une vieille tradition de libre arbitre qui prévaut dans les relations entre les individus (et entre les collectivités qui les représentent) et l’État centralisé, celui-ci libérant le citoyen de ses relations de dépendance immédiate : mieux vaut dépendre de lui qui est lointain que d’un groupe ou d’une collectivité proche. Un des aspects du modèle suédois trouverait ainsi une expression régionale en France.

39L’aménagement du territoire est fondé sur un accord collectif autour d’un projet. La relation individu-État évoquée plus haut pourrait expliquer les difficultés rencontrées en Normandie pour faire naître un tel projet, conçu et porté par elle-même et en dépit des nombreuses initiatives prises.

40Tel est le paradoxe de la Normandie : ne pas dépendre de ses proches voisins ni coopérer avec eux et s’en remettre pour son avenir, à quelques exceptions près, aux puissances ou aux modèles extérieurs pour l’aménagement de son territoire.

Notes

1 On appelle ainsi une plaquette conçue comme un défi lancé aux hommes ou aux institutions en place.

2 Synarchie : nom donné au « gouvernement des experts » formé entre 1930 et 1940 par un groupe informel de polytechniciens, en particulier.

3 P. Rideau, « Ombres et lumières de la Seine-Maritime », Revue des études normandes, 1951.

4 E. Morin, Mai 68 : la Brèche, Bruxelles, Éditions Complexe, 1988.

5 A.-M. Fixot, La Bourgeoisie industrielle en Basse-Normandie, Caen, Université de Caen, 1981.

Auteur

Docteur ès sciences économiques, il s’est spécialisé dans l’économie régionale et sa prospective. Il a exercé successivement des fonctions à Caen (CEBANOR, Chambre régionale de commerce et d’industrie) et à Rouen (Conseil économique et social, Normandie Métropole). Rapporteur du groupe Espace urbain et aménagement du territoire de la DTA de l’estuaire de la Seine, il a assuré des enseignements universitaires en aménagement du territoire à Rouen et à Caen, et publié divers articles dans des revues (notamment Études normandes).

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540