Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Table ronde

Aménagement du territoire universitaire et… aménagement universitaire du territoire : quels enjeux ?

Texte intégral

1Animée par Armand Frémont, avec des interventions de Fabien Brard, Dominique Grand (Direction du Commissariat de l’énergie atomique à Grenoble), André Lespagnol (professeur à l’université de Bretagne et vice-président du Conseil régional de Bretagne), Bernard Pouyet (ancien président de l’université de Grenoble II et vice-président du Conseil économique et social régional de Rhône-Alpes), Josette Travert (présidente de l’université de Caen Basse-Normandie), Pierre Veltz, et la participation de Benoît Antheaume, Guy Baudelle, Madeleine Brocard, Joachim Broomberg, Édith Heurgon, Michel Sebillotte, Auguste Templier et Jacques Vistel.

2Armand Frémont : Cette table ronde se propose d’examiner les enjeux de l’aménagement du territoire universitaire et l’aménagement universitaire du territoire en croisant les regards d’universitaires, d’élus et de cadres dirigeants d’entreprises à travers trois études de cas régionaux. Nous avons pris le parti de l’organiser en deux temps. Vous allez ainsi entendre parler de la Bretagne, une région toute proche, de Grenoble, pour laquelle vous connaissez mon attachement, enfin de la Normandie et plus particulièrement de Caen pour laquelle vous connaissez également mon attachement. Il reviendra ensuite à Pierre Veltz, de réagir à ce qui se sera dit. Pour commencer, je donne la parole à mon collègue recteur André Lespagnol, également professeur à l’université de Bretagne, et vice-président du Conseil régional de Bretagne.

3André Lespagnol : Merci aux organisateurs d’avoir bien voulu inviter la région voisine à travers ma modeste personne. Je précise que je ne porte jamais qu’une casquette à la fois, et qu’ici j’interviens en qualité de représentant élu d’une région, en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Ceci étant, je n’ai pas complètement oublié que j’ai eu quelques autres fonctions antérieures, y compris celle de président d’université, durant une période tout à fait décisive. Puisque l’esprit de cette table ronde, c’est d’étudier la double problématique de l’aménagement du territoire universitaire et de l’aménagement universitaire du territoire, à travers des études de cas, j’analyserai ici le cas breton, étant entendu que ce cas illustre un certain nombre de problèmes ou de choix qui ont été faits dans l’espace de l’Ouest français, au-delà du cas de la Bretagne, même si celle-ci a ses spécificités.

4Pour commencer, il conviendrait de faire, comme aurait dit Fernand Braudel, une brève « pesée globale » de ce qu’est la Bretagne sur la carte universitaire de la France. Schématiquement, la Bretagne administrative, c’est quatre départements, ce qui n’est pas un détail par rapport à ce qu’a été la Bretagne historique et donc la question des rapports avec Nantes. Elle se situe au cinquième rang des régions universitaires et de la recherche en France, avec un niveau important d’effectifs d’étudiants en enseignement supérieur. Comme l’académie de Grenoble, celle de Bretagne se caractérise par un pourcentage élevé de réussite au bac et de poursuite des études postbac qui se traduit par un flux estudiantin très important, qui a connu la poussée que l’on sait dans les années 1985-1995. Sur une population de 3 millions d’habitants, ce sont plus de 110 000 jeunes qui poursuivent actuellement des études après le bac, dont 70 000 étudiants dans les quatre universités stricto sensu, les autres se répartissant dans les huit IUT, une douzaine d’écoles de commerce ou d’ingénieur, dont quelques vraies « grandes écoles ». Au niveau de la recherche, la Bretagne se situe aux alentours du cinquième rang, après les grandes régions leaders que sont l’Île-de-France, Rhône-Alpes, PACA ou Midi-Pyrénées. Cette recherche s’organise autour des quatre universités bretonnes, des laboratoires du CNRS et d’organismes plus spécialisés : l’INRIA pour les sciences de l’informatique et de la communication ; dans le domaine de l’agriculture et de la santé animale : l’INRA, le CEMAGREF et l’AFSSA, sans oublier l’IFREMER dont la moitié des effectifs est située en Bretagne, avec le pôle brestois comme site principal. Dans une région en grande partie maritime et agricole, nous nous sommes naturellement employés à y renforcer, outre les sciences de l’information et de la communication, les sciences de la mer et, dans la perspective d’un « développement durable », les sciences qui travaillent sur l’évolution du modèle agricole et les sciences de l’environnement. La Bretagne compte bien d’autres champs de recherche, mais ceux-ci me paraissent les plus importants. Ce n’est pas par hasard que les candidatures à des pôles de compétitivité se sont manifestées dans ces secteurs. La Bretagne a été en effet éligible à deux pôles de compétitivité à vocation mondiale, l’un sur la mer, l’autre sur les sciences de l’information et de la communication qui s’appelle « Images et réseaux ». À quoi s’ajoute un pôle de compétitivité sur l’agroalimentaire Valorial, « l’aliment de demain », en rapport avec la base économique et les axes de recherche développés dans la région.

5J’insisterai aussi sur l’importance des structures de transfert et d’interface en faveur de l’innovation, à travers une dizaine de centres techniques qui maillent le territoire, et l’on a expérimenté les plates-formes technologiques lancées par Claude Allègre sur quelques sites.

6Au regard de l’aménagement du territoire, le cas breton est tout à fait caractéristique d’un certain mode de répartition dans l’espace des structures dédiées à l’enseignement supérieur et à la recherche. En même temps, il présente une grande originalité. Comme j’aime à dire au cours des débats auxquels je participe, nous sommes le cas le plus antithétique du modèle Midi-Pyrénées. Autant celui-ci est métropolisé, concentré, au point qu’on peut parler de Toulouse et du désert Midi-Pyrénées, autant le modèle breton repose sur un maillage à la fois de l’enseignement supérieur et de la recherche, sur l’ensemble de son territoire. Au départ il n’y avait que l’université de Rennes, dont le rayon englobait la Bretagne historique et même un département comme la Mayenne. Dès les années soixante se sont détachées l’université de Nantes (qui est sortie de la région administrative) et celle de Brest, qui a été érigée en structure autonome par rapport à Rennes. Très tôt, la Bretagne s’est dotée d’un réseau d’IUT localisés, en plus de Rennes et de Brest, dans des villes moyennes : à Lannion, Quimper, Lorient, Vannes, etc. Actuellement, nous comptons huit IUT de plein exercice et deux départements autonomes, répartis sur dix sites au total. Par ailleurs, la Bretagne a connu, comme d’autres régions, un mouvement vers la création d’antennes universitaires dont certaines sont passées à une forme supérieure (Brest au départ, comme Nantes, n’était d’ailleurs à l’origine qu’une antenne qui a pris ensuite un certain poids). En 1995, une quatrième université s’y est ajoutée, l’université Bretagne-Sud, à Lorient-Vannes, la dernière création en date sur l’ensemble de la France. La Bretagne compte ainsi dix sites d’enseignement supérieur, sans compter les implantations de BTS, publics ou privés, qui maillent de manière encore plus fine le territoire, grâce notamment aux BTS agricoles implantés en plein milieu rural.

7J’ajoute, car c’est important, que cette répartition concerne aussi la recherche. Le pôle rennais est le pôle dominant, mais lorsque la décision a été prise de créer une université à Brest, cela correspondait à une volonté de développer un pôle de recherche important, avec des implantations d’organismes comme le CNEXO, devenu plus tard l’IFREMER. Il faut y ajouter le CNET, dépendant à l’origine du ministère des PTT, implanté à Lannion, mais qui a essaimé vers Rennes, en suscitant par ailleurs la création d’une école d’ingénieurs pour constituer un pôle de recherche. Cerise sur le gâteau, en dehors de Brest, de Lannion, de Vannes et de Lorient, un potentiel de recherche s’est développé à travers les implantations de « filiales » d’institutions parisiennes. Je citerai les stations biologiques marines comme le Muséum d’histoire naturelle à Concarneau et Dinard, et la station biologique de Roscoff aménagée à l’initiative de la faculté des sciences de Paris (aujourd’hui Paris VI), et qui s’est déjà imposée comme une très grande unité de recherche, avec un rayonnement international incontestable.

8Comment est-on parvenu à ce paysage extrêmement maillé ? J’avancerai plusieurs facteurs explicatifs à commencer par les facteurs géographiques. On ne peut pas comprendre ce paysage sans le mettre en rapport avec la structure même du réseau urbain en Bretagne, lié lui-même pour une part à son caractère péninsulaire. Mais, au-delà de ces facteurs géographiques, il y a aussi les décisions d’acteurs, qui sont pour une part extérieurs à la région. L’État, on l’a dit, a joué son rôle dans cette structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche en Bretagne, à travers l’implantation du CNET à Lannion, celle de l’IFREMER à Brest. Mais les collectivités territoriales n’ont pas été en reste. Le maillage du système d’enseignement supérieur et de la recherche en Bretagne découle aussi d’une volonté de la société régionale exprimée par ses élus. Dès l’époque du CELIB et a fortiori depuis qu’existe la Région, la volonté des élus, de quelque bord politique qu’ils soient, a été de parvenir à un aménagement équilibré du territoire avec la conviction que cela passait par un maillage du territoire par des structures universitaires et de recherche. Les collectivités se sont mobilisées en ce sens à l’occasion du programme Université 2000. Ce n’était pas le premier moment de leur mobilisation, mais ce fut sans doute un moment décisif, à l’heure où la région était confrontée à une très forte poussée des flux d’étudiants. Dans ce contexte, l’ensemble des collectivités territoriales de Bretagne se sont senties concernées. Dans les Côtes-d’Armor, par exemple, le département joue un rôle très important en l’absence de grande ville. La Région a su, elle, s’imposer dès 1990-1991, comme chef de file, au nom de l’ensemble des collectivités. C’est encore le cas aujourd’hui : il existe une structure de concertation – le BREIZ 15 – qui réunit les quinze collectivités (Région, départements, agglomérations) ayant des structures universitaires ; comme en ce début du mois d’octobre 2006, où une réunion était organisée pour définir une stratégie commune, face à l’État et aux acteurs de l’Université et de la Recherche, dans la perspective du contrat de projets 2007-2013.

9Un consensus existe donc en faveur d’une répartition territoriale équilibrée des implantations. Naturellement, cela n’est pas dépourvu d’effets négatifs ou pervers. On ne peut escamoter la question du coût des investissements dans le domaine universitaire et de leur efficacité. C’est tout l’enjeu du débat autour des antennes délocalisées. Se pose également la question de la masse critique pour la recherche. Enfin, celle de la visibilité nationale et internationale d’un paysage diffus. Est-ce qu’un tissu de recherche et d’enseignement supérieur diffus et réparti sur un territoire régional peut être visible, non seulement de Shanghai, mais même de Paris ?

10Il me semble qu’un consensus existe aujourd’hui pour considérer que l’essaimage, c’est terminé, qu’il ne faut surtout pas aller plus loin. Cependant, il paraît important de consolider, au niveau de l’enseignement supérieur, les sites secondaires. C’est ce que l’on fait sur les villes moyennes, dans la phase qui s’ouvre dans le cadre du contrat de projets. Nous le faisons aussi en encourageant les collaborations entre les établissements d’enseignement supérieur, écoles d’ingénieur et de commerce comprises. Dès le contrat de plan précédent, cette voie a été explorée avec la création de l’Association des universités de Bretagne, qui a défini un certain nombre d’actions fédératrices entre les établissements. Cela débouche actuellement sur la constitution d’un Pôle de recherche d’enseignement supérieur (PRES). Il y a eu des débats, depuis un an, qui ont opposé deux options : le modèle métropolitain qui, à Rennes, fédérerait les forces (les universités, plusieurs grandes écoles, les organismes de recherche), et un modèle régional. Nous sommes actuellement dans la phase de candidature officielle pour un PRES Bretagne, fédérant les quatre universités, plusieurs grandes écoles ainsi que les deux CHU, et visant une visibilité nationale et internationale.

11À cet égard, le rôle de la Région est très important. Par définition, notre rôle, par-delà l’investissement financier, est d’abord politique : nous avons vocation à coordonner les acteurs à l’échelle régionale pour qu’ils constituent une masse critique au moment opportun. C’est ce même rôle qui a été joué pour la constitution des pôles de compétitivité : la Région a pesé de tout son poids pour que les pôles de compétitivité à vocation mondiale qui ont émergé soient des pôles fédératifs à échelle régionale. C’est cette même logique de fédération qui préside aux candidatures à des réseaux thématiques de recherche avancée, dans le domaine des sciences de l’information et de la communication comme des sciences de la mer. La Région n’est pas l’acteur en première ligne, mais elle est celui qui crée du lien, pour fédérer, pour agglomérer, pour recomposer, à travers son action politique.

12Armand Frémont : Merci, André Lespagnol. On va passer à Grenoble, à travers une présentation de Dominique Grand qui est à la Direction du Commissariat de l’énergie atomique à Grenoble, et un des acteurs majeurs de la recherche, entretenant des relations étroites avec le CNRS, les universités, l’INPG et les industries. Vous vous êtes lancés dans une grande aventure, dont vous allez nous parler…

13Dominique Grand : J’ai le plaisir d’être parmi vous aujourd’hui, en remplacement de Jean Therme qui est le véritable porteur des projets dont je vais parler. Le CEA de Grenoble compte 2 300 salariés (pour mémoire, l’ensemble des 9 sites du CEA totalise 15 000 salariés). Au total, à peu près 3 400 personnes sont présentes sur le site en comptant les salariés de nos partenaires. Catalyseur, Jean Therme l’a été avec le soutien de deux administrateurs généraux du CEA : Pascal Colombani, au moment où le projet a été lancé, et Alain Bugat qui a pris sa suite en assurant la continuité. Si les circonstances de la création du CEA, à l’initiative du général de Gaulle, sont connues, on connaît moins en revanche la situation actuelle. Aujourd’hui, le CEA, c’est trois axes de recherche :

  • la défense et la sécurité nationale ;

  • les énergies renouvelables (contrairement à ce qu’on imagine, le CEA n’est pas engagé dans la seule énergie nucléaire ; il est impliqué aussi dans ces énergies, notamment le solaire, pour les besoins résidentiels, l’hydrogène et la pile à combustible, pour les besoins de transport) ;

  • les technologies pour l’information et la santé (un axe présent de longue date, mais quelque peu occulté, et qui est maintenant clairement affiché dans les thématiques principales du CEA).

14Voilà pour le positionnement stratégique du CEA.

15L’expérience de Grenoble dont je vais parler a été conçue comme une expérience pilote par l’administrateur général du CEA, Pascal Colombani, quand elle a été lancée, avec l’idée que, si elle marchait, elle serait généralisée aux huit autres centres du CEA.

16Actuellement, l’ensemble des centres CEA est en train de se déployer au niveau régional, avec une focalisation sur une thématique de recherche. Dans le Grand Sud-Est, c’est le nucléaire, en Rhône-Alpes ce sont les micro-et nanotechnologies, en Île-de-France, qui compte deux grands centres, ce sont, outre la physique et le nucléaire, le calcul intensif et le biomédical ; enfin, en Aquitaine, ce sont les matériaux, le laser et le plasma.

17Jean Therme, qui est directeur du CEA de Grenoble, est aussi, au niveau national, directeur de la recherche technologique, une des cinq grandes directions du CEA. La recherche technologique constitue une interface avec la recherche académique, d’une part, et l’application industrielle, d’autre part.

Fig. 1 – Le positionnement de la DRT au sein du processus d’innovation

Fig. 1 – Le positionnement de la DRT au sein du processus d’innovation

18Dans le déroulement du processus de recherche, depuis la recherche fondamentale jusqu’à la mise sur le marché du produit, la prise de brevets est un moment important, mais pas suffisant. Il faut pouvoir démontrer à l’industriel que l’idée contenue dans le brevet est applicable et pour cela produire des prototypes. C’est alors que commence un travail en collaboration étroite avec l’industriel. Charge à lui de mettre ensuite le produit sur le marché en l’adaptant à la demande.

19La direction de la recherche technologique mise en œuvre à Grenoble s’emploie à travailler à cette articulation, avec, en amont, des laboratoires communs à d’autres laboratoires de recherche publique (des unités mixtes comme il en existe dans le système français), en aval, des laboratoires communs avec ceux d’industriels.

20Ces relations avec la recherche appliquée, notamment en microélectronique et en micro-et nanotechnologies, c’est une longue histoire qui a commencé dans les années soixante au sein d’un important pôle de recherche en physique à Grenoble, qui a été fondé par Louis Néel. L’électronique a démarré en réponse aux besoins du programme électronucléaire français, qui nécessitait une électronique durcie, c’est-à-dire capable de tenir au rayonnement et d’être efficace dans ces conditions. Cela a donné, à la fin des années soixante, la création d’une filière française du transistor puis la création du CEA LETI. Très rapidement un essaimage s’est produit vers les industries, avec la création d’EFCIS qui a donné ensuite naissance à STMicroelectronics, une société franco-italienne, et puis à des start-up, en particulier SOITEC, une entreprise devenue depuis leader mondial dans son domaine des matériaux avancés pour l’électronique du futur (elle compte aujourd’hui plus de 700 salariés).

21Schématiquement, il y a eu trois grandes étapes dans l’histoire du CEA grenoblois : dans les années 1980, la genèse à proximité du LETI d’un site de technologie créé en partenariat avec EFCIS et Thomson semi-conducteurs ; dans les années 1990, la formation de la société franco-italienne, qui devait donner naissance à STMicroelectronics ; enfin, dans les années 2000, le partenariat industriel élargi à Philips, puis Motorola.

22Parallèlement, le processus de recherche a évolué dans le sens d’une internationalisation croissante à mesure que le partenariat industriel s’amplifiait.

Fig. 2 – Évolution de la taille du partenariat industriel en microélectronique

Fig. 2 – Évolution de la taille du partenariat industriel en microélectronique

23Ces dernières années, la microélectronique, qui recouvre les processus de gravure sur des plaques de silicium, a réalisé de grandes avancées. Aujourd’hui, les industriels gravent des motifs à 90 nanomètres ou 65 nanomètres, ce qui justifie l’investissement dans les nanotechnologies (pour mémoire, le nanomètre représente un millionième de millimètre). Ce raffinement des motifs gravés explique l’accroissement des composants par centimètre carré (taille approximative d’une puce) et le doublement tous les 18 mois de la puissance de calcul. En recherche, on arrive aujourd’hui à un niveau de détail proche de l’atome. Il est clair qu’on ne pourra pas poursuivre indéfiniment ce processus descendant par miniaturisation et c’est pourquoi tout le monde cherche à le seconder par un processus ascendant de construction à partir des atomes. C’est un exemple de nanotechnologie.

24Une autre évolution réside dans la diversification des applications. Elle a commencé avec la multiplication des fonctions sur les téléphones portables (non seulement émission et réception vocales, mais enregistrement de données, traitement de contenus multimédia). Elle se prolonge aujourd’hui, pour ne citer qu’un exemple, en biologie avec les laboratoires sur puces pour l’étude de l’ADN, des protéines ou des cellules, pour les recherches en biologie ou le diagnostic médical.

25Ces évolutions sont internationales. Dans ce contexte, Jean Therme, qui a fait sien le concept « agir local, penser global », a introduit trois notions dans le projet MINATEC : celle de « pôle » (soit la réunion des moyens humains et technologiques), celle d’« innovation » (la vocation du centre est la création d’emplois qui soient durables tant au niveau national que régional), enfin celle de miniaturisation (exprimée par MINATEC pour MIcro- NAnoTEChnologies). L’objectif affiché, c’est 3 000 à 4 000 personnes sur le site. Il est pratiquement accompli aujourd’hui, depuis l’inauguration en juin 2006.

26Un des fondamentaux du pôle grenoblois, c’est une longue tradition consistant à aborder en avance des vagues technologiques successives en réutilisant ce qui a déjà été expérimenté. C’est le cas du couplage entre formation, recherche et industrie. Ainsi retrouve-t-on sur MINATEC à la fois la formation autour de l’INPG (l’Institut national polytechnique de Grenoble), la recherche autour du laboratoire LETI entouré d’une forte recherche académique et enfin la valorisation industrielle assurée par des collectivités locales, dans le cadre d’une société d’économie mixte.

27Et pour animer l’ensemble, mettre en synergie les acteurs, il y a la maison des micro-et nanotechnologies.

Fig. 3 – Les fondamentaux du Pôle Minatec. Le triptyque enseignement/recherche/industrie

Fig. 3 – Les fondamentaux du Pôle Minatec. Le triptyque enseignement/recherche/industrie

28Dotée d’un amphithéâtre, elle est au milieu des écoles d’ingénieurs de l’INPG, des bâtiments de recherche et des services de valorisation industrielle. Les personnes – chercheurs, étudiants, ingénieurs, etc. – peuvent ainsi se croiser facilement. MINA-TEC est construit à proximité de la gare et de la ville.

29L’aspect le plus innovant du projet réside dans cette alliance de l’État, des collectivités locales et des porteurs de projet autour de MINATEC. Elle a permis de parvenir à un investissement de 170 millions d’euros (dont la moitié assurée par les seules collectivités territoriales).

30L’adhésion des partenaires au projet s’est faite en quatre étapes parcourues par Jean Therme lors de sa promotion du projet.

31La première étape décisive a été accomplie par la Région et les collectivités locales qui ont ancré localement le pôle en apportant les financements pour la construction des bâtiments. Ensuite, les deux porteurs CEA et INPG se sont engagés à apporter les compétences et les moyens technologiques nécessaires à l’activité du centre. Ainsi, le CEA, organisme national réparti sur plusieurs centres, a décidé de focaliser sur Grenoble son développement des micro-et nanotechnologies. En troisième temps, l’État a contribué au renouvellement des compétences et à la consolidation de la recherche et de la propriété intellectuelle développée sur le site grâce à des programmes dénommés recherche technologique de base, garantissant le ressourcement des compétences. Une fois ces conditions remplies, les industriels paient l’intégralité des programmes de recherche qui les concernent et louent auprès de la SEM MINATEC des locaux dans le BHT pour leurs équipes de recherche. Ainsi un cercle vertueux est-il mis en mouvement.

32Armand Frémont : La parole est maintenant à Bernard Pouyet qui abordera le cas de la région Rhônes-Alpes, au double titre d’ancien président de Grenoble II et de vice-président du Conseil économique et social régional de Rhône-Alpes.

33Bernard Pouyet : Pour planter le décor, et fixer les ordres de grandeur, je rappelle en préambule que la région Rhône-Alpes, avec ses 5 230 000 habitants, peut être considérée comme l’équivalent du Danemark ou de la Suisse ; sur un plan économique, elle représente la dixième région européenne. C’est aussi 225 000 étudiants, deux académies, treize grands établissements scientifiques, huit universités, cinq grandes écoles, l’INPG et les deux Écoles normales supérieures (ENS) délocalisées à Lyon. La région Rhône-Alpes n’est pas peu fière d’avoir obtenu 15 pôles de compétitivité, sur les 67 qui ont été retenus, dont deux à vocation mondiale (Lyon-biopôle et MINATEC à Grenoble). La Région avait, il est vrai, largement anticipé ce mode de coopération entre acteurs publics et privés, dans le domaine de la recherche, en s’inspirant tout simplement du modèle grenoblois en la matière.

34L’on a beaucoup parlé d’or. De triangle d’or notamment à propos de la coopération entre universités, entreprises et collectivités territoriales. En Rhône-Alpes, on évoque le concept de « triptyque d’or » qui associe université-recherche, entreprises et une troisième catégorie de partenaires : les collectivités locales. Cette extension des synergies et des partenariats en Rhône-Alpes est d’autant plus significative, qu’elle concerne désormais Lyon, une ville qui pendant très longtemps a laissé l’université à la marge de son système de développement.

35Par rapport à la problématique de l’aménagement du territoire universitaire, enjeu de la présente table ronde, l’exemple de Rhône-Alpes met en lumière une leçon et soulève une interrogation. La leçon, c’est que des relations fructueuses entre collectivités locales et établissements d’enseignement supérieur et de recherche supposent un rapport « gagnant-gagnant », une situation où les projets des établissements croisent les projets des territoires.

36L’interrogation qui naît de cet état porte sur la question de savoir comment mettre en cohérence, sur la durée, le jeu des acteurs, et pose notamment le problème de savoir à qui doit revenir la compétence de l’enseignement supérieur et de la recherche.

37Dans la relation « gagnant-gagnant » entre universités et collectivités locales, les premières ont, à l’évidence, besoin du soutien financier des secondes. Faut-il rappeler que, selon la Conférence des présidents d’universités, il manque de l’ordre de trois milliards d’euros par an pour leur financement ?

***

38En Rhône-Alpes, le soutien régional est bien réel à travers les financements réunis pour U2000, U3M, les contrats de plan et de projets, ou encore les bourses de mobilité internationale. En 2005, après une intense période de concertation où la communauté scientifique et universitaire régionale s’est révélée à elle-même, le Conseil régional a adopté un « Schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche » (SRESR), qui fixe notamment un cadre de contractualisation des établissements universitaires mais aussi crée et finance quatorze clusters de recherche.

39En retour, la collectivité régionale attend des établissements qu’ils s’inscrivent dans sa politique de développement économique et d’attractivité.

40La Région pose clairement que « son objectif est de soutenir la recherche académique dans les disciplines où la production de connaissances nouvelles est prioritaire pour le développement économique, social et sanitaire de la région ». Les clusters de recherche fédèrent les projets des universités, des grandes écoles, des laboratoires, tant publics que privés, sur cinq champs :

  • le numérique, les nanotechnologies, les matériaux ;

  • la chimie, l’énergie, les transports ;

  • les biotechnologies et la santé ;

  • la gestion ;

  • les modes de vie, les territoires et la société.

41Une Agence régionale du développement et de l’innovation (ARDI), mise en place conjointement avec l’État, assure la valorisation et le transfert de la recherche vers les entreprises.

42Les universités et la recherche concourent à l’attractivité de la Région, et il est significatif que ce soit ce critère de l’attractivité que Rhône-Alpes met notamment en avant pour essayer de résoudre la crise du logement étudiant, dans un contexte où les agglomérations ont, dans l’ensemble, en Rhône-Alpes comme ailleurs, refusé de se charger d’une compétence que les lois de décentralisation de 2003 les invitaient à saisir.

43Autre enjeu pour les collectivités, l’effort en matière de recherche et de formation participe directement à l’aménagement du territoire régional. Prenons l’exemple de Valence. C’est la ville universitaire en France où il y a le plus d’étudiants postbac et qui ne dispose pas d’une université de plein exercice. Elle a fait le choix de vivre dans le rayonnement de Grenoble. À côté des délocalisations d’enseignements de licence des trois universités de Grenoble, Valence possède un IUT de plein exercice et est le siège de la huitième école d’ingénieurs de l’Institut national polytechnique de Grenoble (INPG). Plutôt que de disposer d’une université croupion, comme nombre de villes moyennes françaises, Valence fournit l’exemple qu’un site de ville moyenne peut accueillir des formations d’excellence, de véritables laboratoires de recherche, en se construisant à partir des spécificités du tissu économique local, comme une forme de campus secondaire d’une grande ville universitaire.

44Si, en Rhône-Alpes, projets d’établissements universitaires et scientifiques et projets de territoire se conjuguent assez bien, une question demeure : celle de la mise en cohérence des politiques scientifiques et universitaires de l’État et de la Région.

45Quelle que soit l’importance de l’effort régional, même en Rhône-Alpes, le financement des universités reste très largement une affaire d’État, ne serait-ce qu’à travers la création et le financement des postes de personnels enseignants, chercheurs et administratifs. La politique d’enseignement supérieur et de recherche demeure très centralisée et l’autonomie de nos universités n’a rien à voir avec celle des autres pays européens.

46Aujourd’hui en Rhône-Alpes, d’aucuns – c’est notamment le sentiment du président de la Région – rêvent d’une grande université rhônalpine, qui fédérerait notamment Lyon et Grenoble et qui permettrait l’expression d’une stratégie régionale cohérente d’enseignement supérieur et de recherche.

***

47À l’évidence, une telle perspective est en parfaite contradiction avec la politique initiée par l’État des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), qui se préoccupe de réunir en une même entité juridique les établissements universitaires et de recherche d’un même site.

48Ainsi, l’État demande de faire « l’université de Lyon » « ou de Grenoble », quand la Région souhaite faire naître « l’université de Rhône-Alpes » !

49La contradiction qui se vit aujourd’hui sur les PRES n’est qu’une illustration, parmi d’autres, des difficultés à coordonner les politiques publiques d’enseignement supérieur et de recherche, faute de choix clairs sur la répartition des compétences entre l’État et les collectivités territoriales, et faute aussi de vouloir accorder une réelle autonomie aux universités.

50La France a, jusqu’ici, refusé la régionalisation des universités. Des propositions ont été, à diverses reprises, avancées en ce sens. Elles étaient, pour le moins, prématurées.

51Pour autant, sans aller jusqu’à une réforme aussi radicale, que la communauté universitaire et scientifique n’est manifestement pas prête à recevoir, ne pourrait-on pas explorer la voie intermédiaire du « chef de filat » ? On le sait, la loi constitutionnelle du 28 mars 2003 sur l’organisation décentralisée de la République prévoit désormais que, lorsque l’exercice d’une compétence nécessite le concours de plusieurs collectivités territoriales, la loi peut autoriser l’une d’entre elles à organiser les modalités de leur action commune. On pourrait parfaitement concevoir que les régions se positionnent comme « chef de file » des autres collectivités locales en matière d’enseignement supérieur et de recherche et ouvrent un dialogue avec l’État pour organiser la complémentarité des interventions en ces domaines.

52Il est vrai qu’une telle perspective supposerait l’instauration de nouvelles relations entre l’État et les régions, qu’il ne faudrait plus penser l’un contre les autres…

Questions de la salle

53Madeleine Brocard : Juste une question à propos de Saint-Étienne qui a subi une crise industrielle assez grave. Comment bâtir une stratégie qui s’appuierait sur l’enseignement supérieur et la recherche pour lui permettre de surmonter durablement cette crise ?

54Dominique Grand : Saint-Étienne compte plusieurs traditions d’excellence, peut bénéficier de la proximité de MINATEC et s’appuyer pour son développement sur l’optique et les procédés avancés de mécanique (traitement de fonctionnalisation de surface). Ce secteur d’activité y existe depuis plusieurs années et tend à se renforcer sur la base d’une coopération entre les académies, les laboratoires et les industries locales. Ces derniers temps, la Région nous a fortement incités à faire en sorte que le développement qui se fait autour de MINATEC diffuse sur l’ensemble de la région et notamment sur le site de Saint-Étienne qui compte des ingénieurs de qualité, notamment en mécanique et optique. Le CEA fait un effort particulier pour développer des projets communs dans ces domaines. Saint-Étienne a de son côté affiché son intention de structurer l’ensemble des activités dans ce domaine et commence déjà à récolter les fruits de ses efforts.

55Guy Baudelle : Ma question porte sur la régionalisation de l’université qui a été évoquée par deux d’entre vous : quelle serait la valeur ajoutée d’une université régionalisée ?

56Armand Frémont : Le point de vue du Conseil économique et social …

57Bernard Pouyet : Pourquoi une régionalisation s’impose-t-elle ? Parce qu’il faut une capacité de réactivité, de souplesse d’accès, de proximité. Quand les universités contractualisent avec la Région, cela prend de trois à quatre mois. Quand elles contractualisent avec l’État, cela prend un an voire deux ans. Ceci étant dit, à l’évidence, nous ne pouvons basculer du jour au lendemain d’une compétence de l’État vers une compétence de la Région, car la puissance financière n’est pas la même. Une solution de compromis, c’est peut-être de régionaliser certains types de compétences. Dans ces conditions, je crois qu’il faudrait reconnaître aux régions au moins des compétences en matière d’orientation des étudiants, pour coller au plus près de la réalité du tissu économique, mais aussi de logement, et d’accompagnement des étudiants. Quand je dis Région, c’est une Région qui fait travailler ensemble les agglomérations et les autres collectivités locales.

58André Lespagnol : Selon moi, il faut se garder d’aller bille en tête dans la régionalisation de l’enseignement supérieur. Je pense qu’il y a besoin d’une régulation, d’un pilotage national de l’ensemble des acteurs dans le domaine de la recherche. Le transfert, aux régions par exemple, des personnels d’enseignement supérieur et de recherche ne me paraît pas la priorité. Nous aurons certainement disparu depuis longtemps quand cela se fera. Par contre, je rejoins Bernard Pouyet quand il dit que le territoire régional est pertinent pour l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. La question du type de compétences, qui pourraient effectivement être transférées aux collectivités, avec les Régions comme têtes de file, est à l’ordre du jour. Mais certaines d’entre elles reviendront plutôt aux agglomérations. D’autres, comme l’apprentissage, qui se développe dans le supérieur, y compris dans les universités et les IUT, à la Région, qui a déjà en charge la formation continue tout au long de la vie.
La question du logement des étudiants est plus complexe. Je ne suis pas sûr que les régions soient outillées pour gérer seules ce dossier. En revanche, elles pourraient le faire en partenariat, par exemple, avec les agglomérations. Quand je dis « logement », c’est aussi vie étudiante, maison de l’étudiant, restauration, quitte à faire évoluer le statut du CROUS : il peut y avoir un CROUS véritablement décentralisé sous la tutelle de structures relevant de collectivités territoriales.

59Jacques Vistel : J’aurais voulu que les intervenants précisent un peu ce qu’ils entendent par « chef de file ». C’est une notion très récente dans le grand public, puisque traditionnellement aucune collectivité territoriale ne pouvait exercer de tutelle sur une autre collectivité territoriale. Qu’entendez-vous précisément par là, et comment l’envisagez-vous dans un contexte où l’État resterait le financeur principal ?

60Bernard Pouyet : Le chef de file tel qu’il est prévu par la Constitution ne joue que sur les relations des collectivités locales entre elles. Toutes ont vocation à intervenir ; il s’agit donc de les faire aller ensemble en traitant les questions au cas par cas. L’enseignement supérieur et la recherche, par exemple : il y a une capacité d’animation et de coordination qui relèverait plutôt de la Région ; les autres collectivités pourraient y être associées dans un pôle associatif. Pour autant, on ne peut s’en tenir à une vision strictement régionale, d’abord parce qu’effectivement l’État garde durablement la main, ensuite parce que le monde de la recherche est organisé en réseaux débordant largement le cadre régional.

61André Lespagnol : Il me semble acquis que, sur le plan pratique, pour une compétence donnée, une collectivité est le coordonnateur, en charge d’impulser, de parvenir aux compromis, d’examiner les projets des uns et des autres et de parvenir à une synthèse. C’est très précisément ce que nous faisons, en Bretagne, depuis le début de l’an 2000. La Région a acquis ce rôle empiriquement et, d’une certaine manière, elle a conquis une légitimité, bien que cela ne soit pas encore reconnu par le législateur. Loin de se placer en concurrence avec les autres collectivités, elle cherche en permanence des solutions de compromis. On est en pleine politique, mais dans le bon sens du terme. Depuis 1991, en matière d’enseignement supérieur, le vice-président de Région, en charge de cette question fait le point. La Région se révèle dans ce domaine un échelon plus pertinent que l’agglomération qui, elle, me paraît plus appropriée pour traiter des questions du transport ou du logement étudiant.

62Jacques Vistel : Vous dites que l’on est dans la politique au meilleur sens du terme, mais est-ce toujours le cas ?

63André Lespagnol : Bien que la région Bretagne soit présidée par une majorité de gauche, elle discute aussi avec des élus de droite. Ainsi, l’un des quatre départements de Bretagne – le Morbihan – compte une majorité de droite, et ce n’est pas celui avec lequel on a les plus mauvais rapports, quand on discute sérieusement sur les dossiers de l’enseignement supérieur et de la recherche pour le développement de l’université de Bretagne-Sud. On est bien dans une démarche politique, en quête de solution de compromis, mais dans une vision globale d’aménagement du territoire régional.

64Auguste Templier : Une question très pratique. À l’échelon d’un pays, d’un conseil de développement ou des associations locales, on ne dispose pas toujours des compétences pour répondre à certaines questions, touchant par exemple à des thématiques environnementales, agricoles, touristiques, économiques, démographiques. D’où ma question : existe-t-il des services au sein de l’université auprès desquels on peut s’adresser pour identifier des universitaires ayant ces compétences et à même d’intervenir devant un public diversifié d’acteurs ?

65Bernard Pouyet : La question que vous posez, l’on peut l’entendre d’abord du point de vue des universités, comme un impératif d’organiser leur lisibilité. Il est vrai que si les universités sont dans l’ensemble dotées de presque toutes les compétences dont a besoin la société civile locale, elles ne savent/ne peuvent pas les mettre facilement à disposition, ne serait-ce que parce que beaucoup dépend aussi de la volonté et de la disponibilité des universitaires et chercheurs eux-mêmes.

66Benoît Antheaume : J’ai été très intéressé par vos interventions, mais vous êtes tous des représentants de régions attractives, la Bretagne et Rhône-Alpes. Si un représentant d’une université d’une région moins dynamique, comme le Limousin par exemple, avait été là, peut-être que l’on n’aurait pas pu tenir les mêmes propos, parce que, sans que ce soit totalement répulsif, on ne peut pas dire que ce soit attractif. Autrement dit, on a eu droit plutôt à des success-stories. Cependant, ce qui m’a intéressé dans vos expériences, c’est que dans un cas (Rhône-Alpes), vous vous installez dans une complémentarité entre deux grandes villes (Lyon et Grenoble), alors que dans l’autre (la Bretagne), vous êtes, sans le dire, tout en le disant, dans le cadre d’une « Bretagne historique », en concurrence, avec une métropole proche, Nantes. Ce sont des binômes qui ne fonctionnent pas de la même façon ; dans un cas, il y a une frontière régionale à franchir, dans l’autre (la Bretagne) vous constituez un seul ensemble régional. Donc, deux success-stories, mais qui se fondent sur des formes d’attractivité différentes. C’est cela que j’ai trouvé intéressant.

67André Lespagnol : Précisons qu’en Bretagne, l’on a à gérer une relation de binôme, entre Rennes et Brest. Ce n’est pas toujours simple, malgré leur appartenance à la même région. S’agissant de Nantes, le fait que l’on soit dans une autre région administrative complique singulièrement les choses. Ceci étant dit, nous entretenons aussi des relations, en matière d’organisation de la recherche, avec les Pays de Loire, par exemple pour le lancement en 2001, avec le soutien financier des deux régions du GIS Ouest-Génopole pour stimuler la recherche en génomique. Il nous reste encore à exploiter toutes les opportunités d’une coopération accrue entre Rennes et Nantes. Aux difficultés existant entre universités s’ajoutent les rapports difficiles entre les villes elles-mêmes, dont les considérations politiques ne sont pas absentes, dans le prolongement d’une vieille rivalité historique.

68Michel Sebillotte : Juste une précision concernant la coopération au sein de la région Rhône-Alpes et les dispositifs sur lesquels elle s’appuie. En 1992-1993-1994, l’INRA a lancé sous ma houlette des programmes de recherche sur le développement régional. Il se trouve qu’à la même époque, la région Rhône-Alpes s’interrogeait sur des phénomènes de désertification, en particulier dans un département comme l’Ardèche. On a donc mis en place un dispositif, et pas uniquement dans la région Rhône-Alpes, mais également dans les Pays de la Loire, le Languedoc-Roussillon et quelques autres régions. Ce dispositif venait, je le précise, d’une proposition de l’INRA qui rencontrait ainsi une demande émanant de la Région. D’entrée de jeu, on s’est entendu pour que chacun apporte la moitié des moyens nécessaires (je parle des coûts marginaux, pas des salaires des chercheurs). Le dispositif a été bâti de concert en deux étapes. Une première pour définir ce sur quoi on travaillerait ensemble. Cela n’est pas si évident, car il faut choisir, fixer des priorités. Une seconde étape pour organiser la recherche. Personnellement, j’ai défendu l’idée que l’INRA serait le moteur, mais que tous les autres, dont les universités, pouvaient participer. Restait à bâtir l’interdisciplinarité parce que les questions qui sont posées par les interlocuteurs sont des questions qui exigent des équipes pluridisciplinaires. Cela n’est pas facile non plus à faire. Tout cela pour souligner l’importance des dispositifs qui doivent le plus souvent être créés ad hoc pour permettre le travail en commun entre des organismes de recherche, des collectivités territoriales et d’autres acteurs locaux.

69Armand Frémont : Je passe la parole à la présidente de l’université de Caen, Josette Travert, dont j’ajoute qu’elle a été aussi recteur de Grenoble.

70Josette Travert : Mon propos s’organisera en trois temps : un peu d’histoire dans un premier temps, pour bien comprendre les particularités d’une université comme celle de Caen, ensuite un état des lieux de sa situation actuelle, enfin les perspectives d’avenir.

71Un peu d’histoire, pour commencer. L’université de Caen a été fondée en 1432, et a donné naissance beaucoup plus tard à celles de Rouen, du Havre et du Mans. Elle présente un certain nombre de caractéristiques différentes de celles dont les orateurs précédents ont parlé : c’est une université pluridisciplinaire et unique dans sa région et son académie. Elle a été confrontée à plusieurs défis, en particulier le défi démographique : ses effectifs ont été multipliés par deux en 25 ans. Elle y a fait face en diversifiant son offre de formation, en particulier en créant de nombreuses filières professionnalisantes, et en développant des antennes sur le territoire bas-normand. Cela répondait à une volonté des collectivités territoriales exprimée dès l’élaboration du plan régional 1984-1988 qui fixait comme objectif de « développer les formations de niveau supérieur sur le territoire régional ». L’enjeu était important dans une région où le niveau de formation est inférieur à la moyenne nationale et où l’on constate un manque d’ambition des élèves et de leurs familles pour aller à l’université. Un autre défi relevé par l’université tient à la caractéristique de la région Basse-Normandie qui est organisée autour d’un réseau de villes moyennes dans lesquelles l’université a essaimé. Les premières délocalisations ont concerné en 1988 des départements d’IUT, à Cherbourg et à Alençon. C’étaient des antennes de l’IUT de Caen, un des premiers IUT à avoir été créé, en 1968 par la volonté conjuguée de quelques universitaires, mais aussi de responsables de l’entreprise qui était à l’époque « la Radiotechnique », devenue Philips composants.

72L’université de Caen, qui l’avait refusé dans un premier temps, a ensuite créé en 1991 des DEUG à Cherbourg (en sciences) et à Alençon (en droit).

73La réflexion menée en région sur le sujet a abouti au « rapport Perier », schéma régional d’aménagement et de développement de l’enseignement supérieur, élaboré juste avant le plan « Université 2000 ». Ce rapport avait étudié pour la Basse-Normandie la possibilité de délocalisations de sites universitaires, en les considérant comme « possibles et souhaitables », dès lors qu’elles avaient une composante professionnelle et proposaient des formations originales. Il avait aussi conclu au besoin de création d’un ou deux départements d’IUT par an pendant 5 ans, la région ayant à l’époque un très fort déficit de formations professionnelles supérieures (elle était au 18e rang des régions françaises pour le potentiel de places offertes aux bacheliers en IUT, malgré son tissu industriel). À partir de ce constat, le plan Université 2000 et le Contrat de plan État-Région 1994-1999 ont prévu la création d’un nombre important de départements d’IUT dans les villes moyennes (Cherbourg, Alençon, mais aussi Lisieux, Saint-Lô et Vire) et dans l’agglomération caennaise, sur un nouveau campus. L’antenne de Cherbourg a été confortée par le développement de l’IUT devenu autonome, par la création d’une école d’ingénieurs de l’université et d’une deuxième antenne de DEUG (langues étrangères appliquées) ainsi que par l’implantation d’un laboratoire de recherche. Aujourd’hui, le site a un réel ancrage local et une vraie dimension universitaire. Le Contrat de plan État-Région 2000-2007 y a marqué une nouvelle étape en mettant l’accent sur la réalisation d’équipements d’accompagnement de la vie étudiante. Le site d’Alençon s’est aussi développé avec un IUT autonome.

74Un mot rapide sur l’évolution liée à l’entrée dans le système « licence-master-doctorat », récente et qui n’a donc pas encore atteint tous les objectifs attendus du point de vue de l’attractivité des universités et de leur visibilité. L’université a développé, en particulier dans ses sites délocalisés, un éventail important de licences professionnelles, qui valorisent le rapport avec l’environnement socio-économique. L’une des exigences du cahier des charges de la licence professionnelle, c’est 25 % d’enseignement assuré par des intervenants venus du monde professionnel, ce qui implique une collaboration étroite avec l’entreprise.

75J’en arrive au bilan et à la situation actuelle de l’université de Caen qui accueille 25 000 étudiants sur les cinq campus de l’agglomération caennaise et sur cinq sites « délocalisés » (Alençon, Cherbourg, Saint-Lô, Lisieux et Vire) d’inégale importance en termes d’offre de formations et d’effectifs. Ces cinq sites ne représentent qu’un peu plus de 2 000 étudiants, ce qui reste relativement faible : Saint-Lô et Lisieux ne comptent qu’environ 200 étudiants ; Alençon, autour de 700, et Cherbourg approche le millier d’étudiants. Mais je ne parle que de « mes » étudiants, si j’ose dire. Il faudrait ajouter, si l’on voulait vraiment mesurer l’impact de l’enseignement supérieur, les élèves des écoles de commerce ou d’ingénieurs et des BTS. Par exemple, à Alençon, l’École d’ingénieurs en plasturgie, quoique privée, travaille en collaboration avec le site universitaire.

76Ces implantations, qui représentent pour l’université un surcoût non pris en compte par les dotations ministérielles, constituent pour les territoires concernés un apport très important. Les acteurs locaux s’y impliquent souvent fortement ; c’est vrai qu’ils les ont voulues, et parfois même, ne les ont obtenues qu’au terme de discussions un peu vives avec les universités et l’État ! Ces implantations ont des conséquences indéniables sur le développement économique et l’aménagement urbain, mais aussi sur les activités culturelles, les loisirs, les transports. Même si les habitants des villes et les élus ne le mesurent pas toujours…

77Les missions des universités sont la formation et la recherche, mais aussi l’innovation et le transfert de technologie. Et je crois qu’en la matière les universités ont beaucoup progressé, celle de Caen comme les autres. Elles l’ont fait à partir de leurs sites centraux, mais également de leurs sites délocalisés, qui ont contribué à rapprocher l’université des acteurs locaux. Les délocalisations ont aussi contribué à la démocratisation de l’enseignement supérieur, en permettant l’accès à l’université d’étudiants de catégories sociales défavorisées. Certes, en contrepartie, elles ont réduit la mobilité des jeunes.

78Le défi, pour ces sites délocalisés, c’est d’atteindre (et de maintenir) une taille critique à même de leur conférer une vraie dimension universitaire et d’être donc bien plus qu’une simple antenne. Outre des effectifs d’étudiants relativement importants, cela suppose une implication forte et continue des enseignants-chercheurs, le développement de laboratoires de recherche, ce qui n’est pas facile, et la réalisation d’équipements d’accompagnement de la vie universitaire.

79Les antennes peuvent aussi contribuer, par les relations de proximité, à une meilleure articulation entre le lycée, l’université et la sortie vers une professionnalisation, ce qui s’inscrit dans les objectifs de l’université de développer l’information, l’accueil, l’accompagnement et l’insertion.

80Sur le plan de la recherche, l’université de Caen est un pôle important composé d’une cinquantaine d’équipes dont la moitié sont des unités mixtes avec les grands organismes de recherche (CNRS, INRA, INSERM, IFREMER). Elle a développé le transfert de technologies et la valorisation, au travers, en particulier, d’un Service d’activités industrielles et commerciales, qui joue le rôle d’interface entre les laboratoires de recherche et l’entreprise. Elle participe à deux plateformes technologiques, l’une à Cherbourg, l’autre à Alençon et a créé un incubateur d’entreprises avec l’École d’ingénieurs de Caen (ENSI), et le Grand Accélérateur national d’ions lourds (GANIL). Des activités économiques et des emplois se sont ainsi développés à partir d’idées innovantes et de technologies issues le plus souvent des laboratoires de recherche. La recherche universitaire est très présente en particulier dans le domaine des matériaux, des interactions ions-matière, des mathématiques et de l’informatique, des neurosciences, de la biologie médicale, mais également de la biologie tournée vers l’agroalimentaire et les produits de la mer, deux domaines importants en Basse-Normandie. Le secteur sciences humaines est aussi un point fort de la recherche universitaire caennaise autour de la Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH).

81La politique interrégionale a permis aux universités de Caen, Rouen et Le Havre, et aux écoles d’ingénieurs, de mieux valoriser des axes de recherche forts, en particulier dans les secteurs de la chimie/biologie et des matériaux, et de définir des politiques cohérentes pour le renforcement de la visibilité internationale. Je crois qu’en la matière, on peut aller encore plus loin, d’autant que la loi sur la recherche a modifié le paysage et nous offre des possibilités, dans le cadre des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) vers lequel nous comptons aller.

82Pour terminer sur le constat tout en amorçant les perspectives, il faut parler du rôle à amplifier de l’université dans les pôles de compétitivité. La Basse-Normandie en compte actuellement trois (pôle « Transactions électroniques sécurisées » ; pôle « Énergie, propulsion et développement durable » ; enfin un pôle « Filière équine ») dans lesquels l’université est partie prenante, mais de façon inégale et sans en être un acteur majeur.

83Pour l’avenir, une des questions est : comment nous situer dans ce qui est maintenant une redistribution des rôles respectifs de l’État et de la Région ? Pour y répondre, il faut considérer le positionnement de l’université entre l’État et la Région. D’une part, elle reçoit des dotations en emplois et en crédits du premier et est soumise aux règles fixées par lui : il y a une régulation nationale pour les diplômes et les évaluations des équipes de recherche. D’autre part, elle est aidée par les collectivités, travaille étroitement avec le territoire normand et prend donc en compte l’environnement et les intérêts régionaux ; elle est de fait engagée pour partie dans des enjeux de coréalisation avec la Région. Il importe dans ces conditions que l’université puisse clairement définir avec le Conseil régional des objectifs communs, en termes de formation et de recherche, dans une optique gagnant-gagnant.

84Armand Frémont : Je vais maintenant demander à Fabien Brard de nous parler de l’expérience d’EffiScience : un campus au service de l’innovation.

85Fabien Brard : Philips Semi-conducteurs est une division du groupe Philips qui a pour activité principale la conception et le développement de composants électroniques, qui sont ensuite assemblés dans des produits finis (télévisions, téléphones portables, décodeurs vidéo, automobiles, passeports…). Les fabricants de ces produits sont en majorité ses clients : Samsung, Motorola, Sony Ericson, Philips, Mercedes, Porsche…

86Depuis 1957, l’année de création de l’usine de Caen, Philips est présent en Normandie. En cinquante ans, le travail des équipes a permis au site de Caen d’acquérir une reconnaissance dans le domaine des composants passifs, puis des semi-conducteurs. Il est devenu le centre de compétence pour la technologie RF en 2001. En 2003, la mise au point d’une nouvelle technologie appelée SIP (Système In Package) donne un nouvel essor à ses activités, avec pour maître mot l’innovation. À partir du 1er octobre 2006, Philips Semi-conducteurs sera séparé du groupe Philips avant de devenir NXP Semiconducteurs. Cette nouvelle société de 38 000 personnes sera détenue par un consortium financier. Les sites français sont Caen, Sophia-Antipolis, Le Mans, Crolles et Suresnes.

87J’évoquerai trois caractéristiques de la genèse d’EffiScience : l’innovation, l’aménagement du territoire et la dimension Campus.

88Face à la concurrence internationale, l’innovation technologique constitue un avantage technologique. Cette avance, qui ne peut être ponctuelle, doit se renouveler dans le temps afin que l’entreprise soit capable de rassembler l’ensemble des conditions permettant aux salariés de réaliser les challenges du futur. Pour favoriser la créativité et la recherche permanente d’innovation, l’entreprise doit investir dans les moyens humains, les équipements, l’infrastructure et l’immobilier, avec pour objectif principal l’attractivité.

89En matière d’aménagement du territoire et au-delà de la recherche d’efficience et de l’investissement privé, Campus EffiScience a réuni plusieurs conditions de success : la volonté de la Communauté d’agglomération de Caen la mer d’aménager l’ancien site de la SMN (fermé en 1993) de 200 hectares, symbole fort d’un passage entre l’industrie du XXe siècle (acier) et celle du XXIe siècle (silicium) ; la volonté de Philips/NXP d’être acteur de ce mouvement ; et la participation active de tous les acteurs (État, Région, collectivités locales) à ce processus de développement.

90Enfin, à la base du concept de campus, il y a l’échange. En effet, dans la mesure où investir seul n’est plus suffisant, l’échange et le partage doivent accompagner l’investissement. Un campus implique la coopération avec un ou plusieurs compétiteurs, des sous-traitants, des moyens de formation et de support technique, une logistique. Il faut aussi, dans sa proximité, de l’habitat, des crèches, de la restauration et de l’hôtellerie, du transport…

91Les partenariats sont au cœur de la démarche. Ils sont indispensables aux entreprises principalement lorsque les investissements demandés sont importants. Ils sont une manière de partager les moyens, les résultats, mais aussi les risques, et peuvent avoir plusieurs objectifs, économiques, technologiques et pédagogiques.

92Le partenariat technologique entre Philips Caen et l’UFR Sciences de l’université a pour cadre une partie des laboratoires mis à disposition par NXP pour que les compétences des ingénieurs puissent se combiner avec la connaissance des universitaires.

93Le LAMIP est un laboratoire dont la vocation est de développer, sur le site de Philips Semiconducteurs, une activité de recherche-développement en analyse des microcircuits et de faire émerger des activités propres de recherche en microélectronique sur des secteurs liés aux compétences actuelles de l’Ensicaen et de Philips Semiconducteurs. Les partenaires ont décidé de développer le laboratoire mixte autour du thème de l’analyse de défaillances dans les circuits intégrés. Il s’agit d’analyser le comportement de circuits défaillants à l’aide de moyens lourds réunissant, entre autres, la microscopie à contraste de tension, la microscopie à émission de photons, les tests électriques effectués par microcontacts déplacés sur le circuit.

94Le partenariat pédagogique vise à créer entre l’entreprise et l’école une synergie qui permettra aux deux entités de vivre en profitant des connaissances de l’autre. L’entreprise et ses experts participent à la vie de l’école au travers d’interventions plus ou moins longues selon les sujets. Les étudiants seront ensuite les stagiaires et les futurs candidats à l’embauche. La création d’un MASTER axé sur la technologie SIP est un exemple de partenariat pédagogique. Enfin, le partenariat pédagogique peut avoir un aspect attractif pour les ingénieurs et techniciens que l’entreprise souhaite attirer.

95En conclusion, je dirais que nous sommes entrés dans l’ère de la co-opétition, mélange de coopération et de compétition avec pour facteurs clés : un avantage technologique concurrentiel, des partenariats, un lieu d’échange (Campus), la motivation de tous les acteurs.

96Michel Sebillotte : Je voulais revenir à l’aménagement du territoire, et notamment au problème de coopération interrégionale. En Bretagne, il y a un tissu extrêmement dense d’industries agroalimentaires. Quid de son avenir ? On vient de terminer une prospective sur la Bretagne qui soulève beaucoup de questions. Puisque, à Caen, vous avez créé un pôle de compétitivité autour des filières agroalimentaires, je voulais savoir si vous discutiez avec les Bretons. Le faites-vous malgré la compétition entre votre région et la Bretagne ?

97Josette Travert : La Basse-Normandie a un tissu ancien de petites et moyennes industries agro-alimentaires. Nous n’avons pas de pôle de compétitivité dans ce domaine, mais afin de créer de la valeur ajoutée, un « Comité régional de l’agro-bioindustrie » associe depuis 2000 des universitaires engagés dans des recherches liées à ce secteur et des représentants de la profession. Naturellement, il s’est préoccupé de ce que font nos voisins bretons et a envisagé des partenariats avec eux pour tirer profit des complémentarités. Des laboratoires de recherche des deux régions travaillent déjà en collaboration. Dans le cadre du nouveau Contrat de projet État-Région, le travail se poursuivra, en tenant compte des complémentarités avec le pôle existant en Bretagne.

98Édith Heurgon : Fabien Brard a évoqué la compétitivité des territoires. Or rendre les territoires compétitifs est sans doute nécessaire, mais ce n’est plus suffisant aujourd’hui tant s’affirme parallèlement le souhait d’y vivre agréablement. Par exemple, ce qui empêche certains cadres de venir travailler dans le Nord-Cotentin, c’est le fait qu’ils ont du mal à trouver un emploi pour leur conjoint, une formation pour leurs enfants, des soins pour leurs parents… Dans le cadre de la prospective que j’ai animée pour la Poste dans l’Isère, nous avons réfléchi avec un groupe d’élus et d’acteurs socio-économiques aux services que l’entreprise pourrait offrir en 2020. Alors que nous envisagions une thématique autour des pôles de compétitivité, on nous a plutôt orienté vers les services à rendre aux populations qui n’étaient pas dans le mouvement d’un territoire… dont les capacités de rebond à des situations très variées étaient unanimement louées. En somme il s’agissait de faire que ce territoire où se développent des activités compétitives soit aussi un territoire où l’on vit bien. Un territoire durable, ne serait-ce pas un territoire qui soit qualifié à la fois pour y travailler et pour y bien vivre ?

99Joachim Broomberg : Je voulais revenir au propos de Fabien Brard, qui offre un exemple d’entreprise jouant un rôle majeur dans l’aménagement du territoire et de lien fort avec l’université. D’où la question que je me posais tout en ayant en tête les modalités de l’aménagement du territoire dans les années soixante : où placer le curseur, pour une décision qui est plutôt politique, entre les communautés d’agglos, l’entreprise, l’université ? Comment ces différents acteurs peuvent-ils converger vers une vision partagée de l’aménagement du territoire, malgré des intérêts divergents ? Est-ce que l’entreprise a toute la latitude pour faire de l’aménagement ? Il se trouve que mon sujet de thèse porte sur les centres commerciaux, leur implantation et le lien avec les transports publics. Or souvent il n’y a aucune volonté commune d’aménagement de la part des aménageurs privés.

100Fabien Brard : À Grenoble, l’entreprise Philips n’est pas intervenue indépendamment des autres acteurs. En fait, elle a émis le souhait de se relocaliser, pour les raisons que j’ai expliquées. Pour ce faire, elle a eu besoin d’être aidée, et que la collectivité participe aux investissements induits. Une fois qu’on a fixé le nombre de places pour nos chercheurs, il restait à procéder au développement urbain en vue de les accueillir. Ce qui ne peut être du seul ressort d’une entreprise comme Philips.

101Madeleine Brocard : Deux remarques. L’une d’abord sur le redéploiement de Philips. J’ai cru savoir qu’il y avait une montée en puissance des chercheurs au sein du laboratoire d’une école d’ingénieurs. Je pense que c’est très important, cette montée de la recherche, dans des écoles, sur différents sites, parce que cela contribue à la convergence entre l’université et l’école d’ingénieurs. Le deuxième point, concerne la stratégie de l’entreprise, consistant à ne pas acquérir les terrains, précisément pour se ménager la possibilité de repartir si elle le devait. La pérennité n’est donc pas assurée par la propriété, mais plutôt par les contenus, par ce que l’on y fait.

102Fabien Brard : C’est une stratégie qui n’est pas propre à Philips. La plupart des sociétés d’investissement immobilier qui ont acheté à la fois les terrains et les immeubles aux entreprises sont en train de vendre leur patrimoine immobilier. Pour une raison très simple : elles ne veulent pas grever leurs bilans. Le cas échéant, elles préfèrent payer le solde de leur bail (d’une durée de 3, 6 ou 9 ans) pour partir plus rapidement. Aujourd’hui la vision de l’entreprise est beaucoup plus réduite qu’elle ne l’était il y a encore quelques années.

103Armand Frémont : La parole à Pierre Veltz, pour quelques réactions sur l’ensemble de la table ronde.

104Pierre Veltz : Ce que j’ai entendu m’a inspiré cinq remarques générales. La première concerne les temporalités. L’exemple de Grenoble l’a montré : pour créer un pôle qui ressemble à quelque chose, il faut s’inscrire dans le temps long. Ce qui n’est pas sans poser un problème au regard des liens établis avec les collectivités territoriales qui peuvent être enclines à attendre un retour sur l’investissement un peu plus court. C’est une source de malentendus potentiels. Certains universitaires sont capables de vendre à des collectivités territoriales pourtant bien informées, théoriquement, des projets en disant : « Vous allez voir, cela va induire rapidement des quantités d’emplois. » La réalité est souvent autre. Dans l’immédiat, la constitution d’un pôle ne crée pas d’emplois. Elle le fera au bout de quelques années, et encore, si tout va bien.

105Toujours sur ce premier point, se pose la question du risque des investissements. Grenoble met le paquet sur les micro- et nanotechnologies. Mais imaginez que demain il y ait des réactions sociales violentes contre les nanotechnologies comme il y en a contre les OGM. N’y a-t-il pas un risque à développer trop rapidement des pôles dans un domaine que l’on ne maîtrise pas encore totalement ? C’est une question à laquelle on peut apporter un élément de réponse optimiste en observant que l’accumulation du capital humain permet des rebonds beaucoup plus spectaculaires que ne le permet l’économie traditionnelle où l’on mise principalement sur le capital technique, moins réversible. Je pense par exemple à Boston. Il y a quinze ans, c’était une zone sinistrée, y compris dans l’industrie high-tech. Aujourd’hui, la ville est revenue en tête, notamment dans les domaines des nanotechnologies, en emboîtant le pas à la côte ouest qui avait commencé à investir dans ce domaine. Dans un article récent, un économiste américain de Harvard montre que c’est l’extraordinaire concentration universitaire qui existe à Boston qui a permis à cette ville de connaître un nouveau rebond (Edward Glaeser, Reinventing Boston, Harvard institute of economic research, 2003). Il y a là une piste de réflexion intéressante : la résilience, comme on dit aujourd’hui, ou la capacité de rebond de l’économie.

106La deuxième question concerne la gouvernance des universités dont, à ma grande surprise, on n’a guère parlé. On a évoqué les thèmes de la régionalisation, du transfert, de la décentralisation d’un certain nombre de compétences, mais pas ou peu celui de la gouvernance. Il y a un niveau vers lequel il faudrait transférer les compétences. Ce n’est pas celui de la Région, c’est celui des universités elles-mêmes. Par exemple, le fait que, quand vous voulez ouvrir une nouvelle formation, il faille passer par des systèmes centralisés d’expertise est absurde : cela mange un temps considérable aux experts, professeurs et chercheurs, alors qu’en réalité, une fois que l’université a son habilitation, elle fait ce qu’elle veut. En réalité, cela évite au président de l’université d’arbitrer lui-même entre les différentes formations. On est là devant un vaste chantier à ouvrir pour rendre plus autonomes les universités, l’autonomie voulant dire aussi davantage de moyens propres pour exercer cette autonomie, parce que l’autonomie sans les moyens, c’est évidemment un marché de dupes. C’est pourquoi je serais partisan de remettre le système en question en autorisant la création d’universités expérimentales, y compris privées, afin de faire un peu bouger le système. Ce n’est certes pas facile : dès qu’on touche à quelque chose de l’université, des étudiants descendent dans la rue, et les politiques n’aiment pas cela…

107La troisième question concerne les réseaux de coopération multiples et enchevêtrés. Universités et laboratoires sont impliqués dans toutes sortes de réseaux, de structures, de superstructures. C’est une bonne chose, parce que c’est une façon pragmatique d’avancer, et en même temps les réseaux nuisent à la création de véritables acteurs. Le réseau est souvent un moyen de contourner les problèmes posés par une effective consolidation.

108Une difficulté inhérente aux réseaux tient au fait que chaque institution partenaire a tout naturellement tendance, et c’est parfaitement légitime et normal, à considérer que la bonne échelle du réseau, c’est la sienne. Je conçois que la bonne échelle de réseau en Bretagne, soit la région Bretagne, mais est-ce le cas ou n’est-ce pas plutôt le reflet de la position d’André Lespagnol, puisque c’est de lui qu’il s’agit [rires].

109La quatrième question concerne les niveaux d’intervention. La France reste un pays terriblement hiérarchisé dans les faits et égalitariste dans les discours. Il faut faire comme si tout le monde était égal. Or, évidemment tout le monde n’est pas égal, et dans un système universitaire quel qu’il soit, il y a forcément une forme de hiérarchisation, en tout cas des fonctions, si ce n’est de la qualité et de l’excellence. L’excellence est bien sûr à chercher à tous les niveaux. Dans le monde industriel et quelquefois dans les pôles de compétitivité, on focalise sur l’ingénieur bac + 8, en oubliant qu’un système qui marche, même dans l’économie de la connaissance, c’est un système qui a aussi de bons techniciens supérieurs, de bons opérateurs qualifiés. Il faut aussi s’intéresser à cela. Il faut aussi penser aux médiations entre les différents mondes, des ingénieurs et des techniciens de la recherche jusqu’aux entreprises. En Allemagne, les équivalents de nos IUT (Fachhochschulen, formant des ingénieurs à bac + 4) quadrillent bien le territoire. Les petites et moyennes entreprises s’adressent à leurs diplômés et prennent leurs enseignants comme experts, de préférence aux étudiants et aux professeurs des universités. Qui dit économie de la connaissance pense aussitôt à des publications dans des revues internationales… Il faut lutter contre cette vision réductrice.

110La dernière question concerne l’implication des partenaires extérieurs dans la définition des contenus de formation. Ont-ils leur mot à dire ? Jusqu’où ? Je pense qu’il faut être très prudent par rapport à cela, même si, a priori, il peut paraître naturel que celui qui investit dans une institution attende une sorte de droit de regard. C’est naturel et en même temps un peu dangereux de raisonner ainsi parce que le propre de la recherche et de l’innovation, c’est que l’on va aller dans des domaines que l’on ne connaît pas bien. Je suis résolument favorable à ce que l’on veille à la qualité des organisations et des dispositifs de dialogue, mais il faut éviter les interférences intempestives sur les contenus. Prenons les pôles de compétitivité : il y a des affichages thématiques, mais le point important pour les partenaires territoriaux est surtout de veiller à la qualité des dispositifs de dialogue. Les universitaires sont malins. Ils savent aussi emballer la marchandise pour plaire aux commanditaires en expliquant qu’ils privilégient tel ou tel axe de recherche, alors que c’est vers autre chose qu’ils s’impliquent. La tentation est grande aussi de vouloir aller trop dans le détail alors que, par définition, les découvertes ne peuvent pas être annoncées d’avance.

111Avec les pôles de compétitivité, nous renouons avec une démarche de l’exploration, moins programmatique que les grands projets à la française. Il faut que l’État et les collectivités publiques en général sachent rester à leur place, et fassent confiance aux acteurs, sans vouloir trop contrôler les trajectoires techniques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le positionnement de la DRT au sein du processus d’innovation
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 2 – Évolution de la taille du partenariat industriel en microélectronique
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3 – Les fondamentaux du Pôle Minatec. Le triptyque enseignement/recherche/industrie
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540