Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Témoignages

Développement des territoires et citoyenneté

Jean-Joseph Régent

Texte intégral

1Un projet territorial ne saurait être enfermé dans un territoire prescrit, et qu’il soit qualifié de « métropolitain » ne suffit pas à lui conférer un caractère définitif. Le développement territorial ne peut pas être figé.

2L’idée métropolitaine, à Nantes, résulte d’un concept bâti dans les années soixante-dix par des représentants de la puissance étatique. Elle répondait à la nécessité de mieux répartir les potentialités nationales avec la création des métropoles d’équilibre. Ce projet d’inspiration étatique s’est peu à peu imposé, tant dans les milieux économiques que politiques. Mais le monde change vite, et le territoire de la métropole en construction, tel qu’il est choisi et vécu par les habitants, est souvent différent de celui qui a été projeté par les décideurs.

3L’observation des réalités vécues confirme le dépassement de la notion de frontières qui sont remplacées par des limites mouvantes, sortes de membranes poreuses entre des espaces qui s’interpénètrent. Il faut prendre la mesure de ces évolutions et observer la forme prise par les systèmes urbains. L’exemple de la bipolarité Nantes – Saint-Nazaire sur laquelle s’est construit le projet métropolitain fait place à une évidente multipolarité au bénéfice de tous.

4Une métropole se définit par des convergences d’intérêts et par l’évolution des comportements en matière d’activités, de déplacements, de formation, de loisirs.

5L’agglomération nantaise est très clairement au cœur d’un grand ensemble multipolaire qu’elle tire vers le haut. Une certaine tradition de retrait et de modestie empêche Nantes d’utiliser les mots de « leader », de « capitale » et pourtant… c’est bien sa capacité d’entraînement qui conforte le développement et renforce les solidarités avec les territoires environnants.

6Dans le contexte actuel, les habitants ont besoin d’une fierté collective pour mener à bien un projet qui conjugue l’ambition pour l’emploi, le développement des savoirs, mais aussi la qualité de vie, l’éducation, la liberté, la culture et ce qu’on appelle le vivre ensemble.

Des ambitions partagées par tous

7Pour bâtir un projet de territoire, il faut du débat, de l’échange, de la discussion. Je veux insister sur ce point alors que le Conseil de développement de Nantes a fêté, en 1996, ses dix années d’existence. L’initiative prise à Nantes pour l’expression de la société civile se développe aujourd’hui partout en France et démontre à la fois son caractère innovant et son utilité. Nous avons besoin de ces espaces de débat. La France est traditionnellement dotée d’une panoplie complète d’instruments pour l’affrontement comme le clivage droite/gauche ; elle est en revanche assez peu outillée pour le dialogue. Nous avons plus que jamais besoin d’un « dialogue civil » en complément de ce que nous appelons traditionnellement le « dialogue social ». C’est ce dialogue qui fait émerger le dynamisme de la société civile, favorise le mélange des expériences et des savoir-faire et donne naissance à une véritable intelligence collective. Cela permet que s’épanouissent, dans la diversité des individus, une communauté de travail avec une homogénéité d’attitudes et une capacité à produire des analyses et des réflexions élaborées sur le quotidien du territoire et l’avenir d’une communauté de vie, en rappelant qu’elle est aussi celle des intérêts communs.

Des ambitions adaptées aux temps nouveaux

8C’est une banalité de répéter que le monde change… mais c’est indispensable parce que nos structures collectives ont souvent du mal à intégrer les transformations au rythme où elles se produisent. Cela ne va pas toujours de soi.

9Des problématiques nouvelles apparaissent : la « gestion du temps » dans l’élaboration des politiques publiques, les conséquences de l’allongement de la durée de vie, le développement de la pauvreté. Notre vision s’obscurcit si nos yeux restent rivés sur les indicateurs financiers sans voir ceux de la précarisation. Nous sommes dans un monde en transformation rapide, par les effets induits par les nouveaux outils issus des progrès techniques. Ils modifient les notions de temps et de distance, suscitant des ruptures dans les modes de vie des générations. Ils entraînent, naturellement, l’obsolescence des systèmes antérieurs qui organisaient la vie professionnelle et sociale, mais aussi mettent en question l’organisation politique. La démocratie participative, quand elle s’organise sur des bases sérieuses, accroît la cohérence sociale et favorise l’exploitation des ressources en expertises de la société civile. En renforçant les capacités de la démocratie représentative, c’est ce qui donne à la solidarité un contenu concret.

Une citoyenneté nouvelle

10À monde nouveau, dispositions nouvelles pour organiser et développer la vie démocratique afin de satisfaire l’attente et la participation des citoyens ! À l’évidence, la société d’aujourd’hui conduit les citoyens à vouloir vivre leur vie publique d’une manière qui a peu de relations avec celle qui était antérieure. L’élévation du niveau de formation, la croissance continue du flux d’informations de toutes formes, l’usage des nouveaux outils de la vie quotidienne ont modifié les références usuelles des individus et, en conséquence, l’organisation de leur vie de tous les jours, leurs choix et leurs comportements. La rapidité des transformations de la vie collective conduit à une sorte de rupture de mœurs et d’attitudes entre les différentes générations. Les jeunes nés avec l’émergence et le développement de ces outils n’ont pas avec ceux-ci de problèmes existentiels. Il n’en est pas de même pour les plus âgés, formés aux pratiques antérieures, et qui ont à s’adapter, avec difficulté parfois, à ces nouveaux outils et surtout aux nouvelles mœurs et pratiques qu’ils font naître dans la vie de tous les jours. Ces ruptures sont d’autant plus complexes qu’elles sont à étages et s’opèrent de manière successive : Internet, le téléphone mobile, l’usage du numérique de plus en plus répandu constituent des nouveautés pour une part de la population, alors qu’il s’agit déjà d’un usage commun pour les autres. Pour les moins de 30 ans, ces outils relèvent de la banalité, pour les moins de 20 ans ils sont déjà anciens.

11Ces ruptures se constatent également dans la transmission des références et des expériences de génération à génération. Beaucoup de ce qui constituait l’essentiel des transmissions a disparu, n’ayant plus d’objet réel, tant dans le domaine des savoirs professionnels que des cultures de vie commune. Les valeurs traditionnelles sont devenues obsolètes pour les jeunes générations, et cela les conduit à une activité de reconstruction, en cherchant des prophètes, ces personnalités qui, selon Castells, dessinent des chemins, proclament des valeurs et émettent des symboles, pour faire apparaître les valeurs donnant du sens à la vie d’aujourd’hui.

Un chantier de reconstruction mentale

12C’est ce chantier qui est ouvert. Il est soumis aux vents de la planète et conduit souvent à un vide anxiogène et une recherche de substitutions. Dans la vie de tous les jours, les individus ne se posent pas de questions à tout moment sur le sens de leur existence, mais confortent le plus souvent la conduite de leurs opérations journalières par des habitudes, y compris celle de penser. Les habitudes sont rassurantes et confortables. Elles évitent les questionnements sur les choix et forment une sorte de programmation de base qui est une somme d’expériences acquises antérieurement et de références enseignées. Cette forme usuelle de confort de vie rejoint la tendance naturelle des individus au mimétisme : une sorte de mécanisme social naturel, qui conduit à suivre des modèles pour être conforme à la norme sociale du milieu de référence.

13Le développement des médias a accru l’usage de ce mécanisme. Il fait naître des effets de mode en fournissant, en particulier aux plus jeunes, qui sont à la recherche d’une différenciation ou d’une identité distinctive, des modèles préfabriqués. On peut observer, à la lumière de cette forme de création d’opinions, le développement de l’utilisation de ce vecteur pour des activités de caractère religieux, social et caritatif et, dans les époques électorales, pour la mise en avant des icônes que se choisit le monde politique. Cette modalité de nature technique a modifié sensiblement la nature des débats de la vie démocratique et de son organisation locale.

14Cette influence du système médiatique commence tout juste à être étudiée. Elle mérite une attention toute particulière, car elle peut aboutir, avec les meilleures intentions du monde que sont la transparence et le souci d’informer, à des dérives assez graves. La multiplication des canaux d’information, l’accès instantané aux nouvelles du monde génèrent autant de chocs que de relations positives. La communication n’est pas forcément la compréhension.

L’animation de la société civile

15Il faut compléter ces commentaires par quelques observations faites au cours de mon expérience de conduite des débats dans le Conseil de développement de Nantes et de relations avec les personnels politiques et leurs collaborateurs. Les individus de la société dite « civile » qui entrent dans des instances collectives non politiques sont en majorité déjà issus des associations et des organisations professionnelles. Ce sont des personnes qui ont cherché à s’épanouir en prenant des responsabilités et en souhaitant apporter une contribution personnelle à des missions diverses, à distance des activités politiques. Le débat y est plus ou moins libre, selon le champ de liberté défini par la structure politique du territoire et le statut des meneurs de jeu. Les échanges sont toujours introduits par ceux qui ont une pratique de la parole en public et se sentent légitimés à intervenir par leur statut social.

16Pour que se développe un débat plus large et que chacun des participants y prenne part, il faut que soit favorisée la naissance, chez les individus concernés, d’une certaine familiarité. Celle-ci s’épanouit avec le sentiment qui grandit chez les individus, par l’acquisition d’une capacité à imaginer la réaction de l’autre, une attitude que le philosophe Habermas avait déjà observée et analysée à propos des relations des individus dans l’espace public.

17À partir de la familiarité naît la confiance, essentielle pour que se déploient les apports de tous. Elle a ses degrés et ses fragilités. Le stade supérieur de la confiance, introduit avec la solidarité du travail en commun, fait naître des sentiments amicaux qui ajoutent une sensibilité affective dans les relations et accroissent la cordialité des relations interpersonnelles.

18La vie des groupes humains prend une forme largement déterminée par les normes sociales et morales usuellement pratiquées qui ordonnent le fonctionnement et déterminent le climat général des échanges. Les groupes humains stables acquièrent, avec le temps et le développement de leurs activités, une personnalité et des caractéristiques qui leur sont propres et qui consolident l’action commune. À Nantes, ce cadre de référence est dans la tradition de la vie de notre territoire : respect des personnes, écoute, tolérance et volonté de travailler sérieusement pour être apprécié, et donc respecté par l’environnement politique et civil.

Une ressource inépuisable

19Ce qu’il faut retenir de plus important, c’est la ressource de connaissances, d’expertise et de savoir-vivre dont disposent les individus. Il y a une très grande attente de la vie démocratique moderne, favorisant la bonne santé de la vie collective. L’organisation politique d’aujourd’hui est souhaitée plus véritablement démocratique. Cela appelle, de la part des acteurs politiques, des attitudes davantage en harmonie avec notre époque. Il y a un besoin d’une vie publique où seraient cultivés la simplicité dans les rapports et le respect des citoyens, considérés non pas uniquement comme des électeurs, mais avant tout comme des acteurs de la vie commune.

20Les gestes de la vie publique, de la vie politique, ne peuvent plus, aujourd’hui, être déterminés par les seules délibérations faites dans l’espace institutionnel tel qu’il existe. Il y a beaucoup d’interventions extérieures à prendre en compte, en particulier les effets, sur l’opinion, des jeux de compétition des médias, mais aussi des choix des grands acteurs économiques et financiers qui interfèrent dans les vies individuelles et collectives à différents niveaux.

21Une vie démocratique mise à l’heure du monde actuel est en attente, une vie où la participation des citoyens, en dehors des élections, resterait ouverte et respectée. Il faut une démocratie qui favorise le volontariat, chez les citoyens, pour produire librement, mais avec sérieux et dans le respect des rôles, des apports de connaissances, de concertation et d’échange, une démarche qui, par ailleurs, élargirait le champ de la compréhension des problématiques et accroîtrait les convergences d’opinion dans les territoires sur les projets.

22Une réflexion approfondie sur les rôles des différents acteurs dans la vie démocratique doit être initiée : celui des élus ayant reçu mission de la conduite des collectivités, et celui des citoyens volontaires pour contribuer à l’examen des différentes problématiques et, au débat, dans le respect de la mission des élus. Une formalisation de ces rôles, après une explicitation des contenus, est à élaborer pour clarifier le champ d’action des intervenants dans la vie démocratique du territoire.

23Les conseils de développement ont permis d’ouvrir une piste dans une zone de démocratie nouvelle, encore vierge, qui déplace la frontière institutionnelle actuelle. Il faut mettre en valeur ce nouvel espace, afin d’accroître nos chances de progrès démocratique, un progrès dans le bien-être, qui se fonde sur une plus grande fraternité et une réelle solidarité.

Retrouver confiance en la jeunesse

24La société contemporaine se caractérise par l’allongement de la durée de la vie. C’est d’abord une chance avant d’être un problème. Il y a cependant un écueil, celui de la tentation de faire une place trop étroite à la jeunesse. Les jeunes sont la source du renouveau et ils ont à faire face à un monde de plus en plus difficile dans lequel leurs aînés occupent les « places », tout en contribuant à alourdir des déficits qu’ils n’auront pas à rembourser. Il y a un discours « jeuniste » qui laisse croire que les jeunes sont aux commandes. La réalité est plus complexe et le discours cache souvent une grande quantité de blocages. Dans un monde qui va de plus en plus vite, l’ouverture aux jeunes est pourtant de plus en plus nécessaire et c’est la condition essentielle du développement.

Auteur

Ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie de Nantes, il a créé l’Institut Kervégan (un « laboratoire d’idées » de la société civile, qui se propose d’« offrir aux citoyens la possibilité de contribuer par leurs connaissances, leurs expériences et leurs réflexions, à la conduite d’études et débats permettant le choix des voies et moyens d’une évolution maîtrisée de la société » ; pour plus ample information : www.institutkervegan.com) et préside le Conseil de développement de Nantes Métropole. Il est l’auteur de Rue Kervégan 1977-1988. L’action des citoyens dans la cité, 20 ans qui ont changé la ville, Nantes, Éditions Kervégan, 1999 ; Démocratie à la nantaise – Chronique d’une nouvelle expression de la société civile, Paris, L’Harmattan, 2002, et Nantes, Clefs pour le futur, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2006.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540