Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

III. Le point de vue des aménagés

Henri Lefebvre : une pensée critique de l’espace conçu et aménagé

Maïté Clavel

Texte intégral

  • 1 Les sociologues de ce qui a été appelé plus tard l’École de Chicago ont étudié la ville de Chicago (...)
  • 2 H. Lefebvre, « Les métamorphoses planétaires de l’urbain », Manière de voir, Banlieues, octobre-nov (...)

1Henri Lefebvre a su dire et montrer les liens complexes qui liaient les espaces et leurs sociétés, montrer combien l’espace en fait partie intégrante, pas seulement comme produit mais comme outil de production, force productive. Pour lui, l’espace n’est pas seulement un vecteur économique, il est aussi support de symboles, langage, réservoir d’images. Il se distinguait ainsi d’autres chercheurs, dont les auteurs de référence étaient les mêmes, mais qui réduisaient ces liens à une simple dépendance : l’espace comme superstructure, l’espace comme lieu d’application du mode de production. Il se séparait d’autres encore, qui, à la suite des sociologues de l’École de Chicago1, cherchaient des lois de répartition de la population ainsi que l’implication du spatial dans la désorganisation sociale, sans se préoccuper du politique (ni de l’économique). La pensée critique de H. Lefebvre étonne par le mélange de références qui paraissent obsolètes aujourd’hui, et d’audace dans les avancées théoriques, l’interprétation des phénomènes sociaux et la construction d’une réflexion complexe sur l’espace social. Ce qui concerne le rôle de l’État, la prégnance du modèle dit communiste, n’est plus pertinent aujourd’hui, ce qu’il dit du capitalisme, bien que qualifié de gestionnaire et non plus concurrentiel, ne rend pas compte des formes actuelles de sa mondialisation, ni de ses dimensions financières. Par contre, ses analyses de l’espace, ses réflexions fréquentes sur l’écologie de notre planète, comme les perspectives qu’il propose ou suggère peuvent être reprises aujourd’hui. Ce n’est sans doute pas un hasard si ses livres sont tous réédités aux États-Unis et si l’intérêt pour cette pensée se manifeste à nouveau, en France aussi. Ainsi, le dernier numéro de Manière de voir consacré aux banlieues, publie un article de H. Lefebvre sur « les métamorphoses planétaires de l’urbain », texte écrit en 19892.

Espace construit, espace habité

  • 3 A. Haumont, N. Haumont, M.-G. Dezès, H. Raymond, L’Habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001.
  • 4 H. Lefebvre, De l’État. Les contradictions de l’État moderne, t. IV, Paris, Union générale d’éditio (...)
  • 5 H. Lefebvre, Critique de la vie quotidienne, Paris, L’Arche, 1947 (rééd. 1962 et 1981).

2H. Lefebvre centre sa réflexion sur l’espace habité durant une période relativement courte, entre 1966 et 1978. De la préface de L’Habitat pavillonnaire3, au tome IV des volumes consacrés à l’État : De l’État. Les contradictions de l’État moderne4. Avant et après ces dates, les recherches, les questionnements comme les analyses relatives à l’espace restent néanmoins présents dans sa réflexion. En particulier, ses travaux sur la vie quotidienne, jamais séparés de ses études sur la ville et l’urbain, avaient préparé et prolongent ses travaux sur le rôle et l’utilisation de l’espace dans les sociétés5.

  • 6 L’Internationale situationniste, dont le premier numéro diffusé paraît en 1958, est la revue d’un « (...)

3Dès le début des années soixante, on assiste à une intense activité critique, en France et ailleurs, et l’espace construit, l’espace habité n’y n’échappent pas. Le numéro 1 de l’Internationale situationniste date de 1958, le groupe Utopie publie des textes dès 19676. De nombreux libelles, opuscules, affiches, publications, tracts et articles de journaux, publications plus ou moins soignées, diffusent et développent des idées, des analyses, qui s’exprimaient dans les nombreux lieux de débats. L’effervescence se poursuivra jusqu’au début des années quatre-vingt.

4Cette période est importante dans le parcours de l’auteur. Depuis 1958, il n’est plus dans la mouvance du parti communiste, marxien cependant, libre de réfléchir sans références obligées et partisanes. Il est professeur de sociologie à l’université de Strasbourg en 1961, puis à Paris X-Nanterre en 1964, des lieux où il est actif et écouté. Il s’intéresse aux formes et aux transformations des villes, aux acteurs de ces transformations. La construction des grands ensembles, celle de la ville de Mourenx abritant le personnel de l’usine de Lacq, près de Pau, dans une région qu’il connaît bien, montrent de nouvelles manières de construire des collectifs urbains.

5À Strasbourg, ses étudiants participent aux premières enquêtes sur les quartiers périphériques. Avec d’autres, Chombart de Lauwe, René Kaës par exemple, mais avec une approche marxienne, dialectique, il tente de mettre au jour le jeu des intérêts en présence, les tactiques et stratégies des différents acteurs, de déceler le sens de ce nouvel investissement de l’espace, par l’État et les constructeurs, de dégager des perspectives pour une éventuelle action politique alternative.

6Ce dernier aspect désigne le militant que H. Lefebvre est resté toute sa vie. Selon lui, les analyses servent la connaissance nécessaire pour transformer le monde actuel.

Les contradictions spatiales des sociétés capitalistes

  • 7 H. Lefebvre, Espace et politique, Paris, Anthropos, 1972 [désormais abrégé (EP) et placé à la suite (...)

7H. Lefebvre ne s’occupe pas directement de l’aménagement du territoire, dans la mesure où il s’agit pour lui d’un découpage gestionnaire, administratif, non scientifique, mais de l’espace social dans son ensemble, celui des formes construites et des relations. Ce qui le préoccupe, c’est la vie quotidienne des gens et la réalité urbaine qui se révèle et s’impose sur l’ensemble de notre planète. Pour lui, urbain et quotidien sont « indissolublement liés » et entrent dans la reproduction des rapports de production, la reproduction des rapports sociaux. C’est la connaissance de ces rapports dans leur globalité qui permettra de détecter « le point de non-retour », « le moment où cesserait la reproduction des rapports de production existants par dégradation ou création de nouveaux rapports »7. Ce sont cette dégradation et cette création qu’il tente de déceler.

8Dès le début du recueil d’articles contenus dans Espace et politique, en 1972, H. Lefebvre annonce le projet : la recherche, la pensée sont orientées vers l’action, le devenir. Penseur et militant, il utilise la démarche et les concepts formulés par certains de ses prédécesseurs, Marx surtout, mais l’analyse de la reproduction des rapports de production ne l’enferme pas dans un système clos. La manière dont le capitalisme organise son existence et son expansion montre des failles, des contradictions. La mise au jour de ces brèches ouvre des perspectives, évite le cynisme ou le désespoir. Mettre au jour la cohérence de l’organisation de l’espace avec les rapports de production existants et la façon dont les rapports de domination et d’exploitation perdurent et se développent, c’est aussi repérer les issues possibles pour en sortir.

9Or ces contradictions sont nombreuses et touchent à la structure même de l’organisation sociale et spatiale capitaliste. Ainsi, il revient à de nombreuses reprises, dans tous ses ouvrages, sur le fait que « la fragmentation de l’espace pour la vente et l’achat (l’échange) est en contradiction avec la capacité technique et scientifique d’une production de l’espace social à l’échelle planétaire » (EP). Il écrit encore :

l’espace de la société capitaliste se veut rationnel alors que dans la pratique il est commercialisé, émietté, vendu par parcelles… Il y a des conflits inévitables entre ces deux aspects et notamment entre l’espace abstrait (conçu ou conceptuel, global et stratégique) et l’espace immédiat, perçu, vécu, émietté et vendu. Sur le plan institutionnel, ces contradictions apparaissent entre les plans généraux d’aménagement et les projets partiels des marchands d’espace (EP).

10Dans la production de l’espace, cette opposition traduit le conflit entre le développement des forces productives et les rapports de propriété.

11Autre contradiction que relève H. Lefebvre :

D’un côté la classe dominante et l’État renforcent la ville comme centre de puissance et de décision politique, de l’autre, la domination de cette classe et de son État fait éclater la ville (EP).

L’urbanisation généralisée qu’il constate est à la fois la dégradation de la ville historique et sa « ruralisation ».

Elle n’a pas seulement généralisé la spéculation dite immobilière ; elle n’a pas seulement accompagné la commercialisation de l’espace ; elle a entraîné, au lieu du dépassement du rapport ville/campagne, un magma, un chaos dans lequel la ville et la campagne se mêlent confusément (EP).

La ville est à la fois nécessaire au capitalisme et détruite par la concentration sur les sites existants et l’urbanisation sans frein ni réflexion des campagnes. Face à cette contradiction majeure, les sociétés capitalistes se montrent incapables de construire de nouvelles villes qui joueraient des rôles comparables aux villes anciennes.

Espace conçu et espace vécu

12Une autre contradiction encore peut être résumée par l’opposition entre espace conçu et espace vécu. Pour les concepteurs d’espace, l’habiter est réduit à « une fonction assignable, isolable et localisable, l’habitat ». Pour cela, dit-il :

on fait correspondre point par point les besoins, les fonctions, les lieux, les objets sociaux dans un espace supposé neutre, indifférent, objectif (innocemment) ; après quoi on met en place les liaisons (EP).

Alors que, pour lui :

il ne s’agit pas de localiser dans l’espace préexistant un besoin ou une fonction, mais au contraire de spatialiser une activité sociale, liée à une pratique dans son ensemble en produisant un espace approprié (EP).

13H. Lefebvre a ferraillé sans répit contre cette réduction de la richesse du lieu lui-même, non pas neutre, mais fait de nature et d’histoire, passée et présente, et de la richesse des pratiques individuelles et sociales qui s’exercent dans et à partir du lieu habité ; il n’a cessé de dénoncer l’habiter-besoin, l’habiter-fonction, autrement dit : l’habitat qui est construit sur ces seules considérations.

14Un autre aspect de la contradiction entre espace conçu et espace vécu se rapporte à la pratique professionnelle des concepteurs d’espace. Le dessin d’architecture, en deux dimensions, sur une surface plane est, dit-il, « un décodage-recodage » du réel, une technique, un savoir-faire codifié, un filtre sélectif. Il rend visibles les besoins, les fonctions, les objets, mais ce faisant, le dessin « confond projection et projet », abstraction et réalisation prochaine. Non seulement la lisibilité du dessin est au prix de l’abandon d’autres prises en compte (les demandes sociales, les réalités pratico-sensibles), ce qui contribue à l’abstraction de l’espace conçu, mais elle homogénéise les propositions d’espaces à construire. C’est donc une « idéologie fort utile à la reproduction des rapports sociaux existants transportés dans l’espace et [qui justifie] la reproductibilité des espaces !… » écrit-il encore (EP).

15Un dernier exemple de contradiction de l’espace étudié par H. Lefebvre concerne la centralité. Elle est pour lui la forme urbaine même, une condition de l’existence de la ville et de l’urbain. La forme urbaine, c’est la simultanéité, le rassemblement de tout : objets, signes et sujets. Or cette forme sociale et spatiale, indispensable à la poursuite du capitalisme qui ne se conçoit pas sans villes, sans centres, est concrètement menacée. Les centres se détruisent eux-mêmes, soit par saturation, soit parce qu’ils tendent à se diviser en centres spécialisés (centres commerciaux (EP), centres de loisirs par exemple) perdant ainsi leur suprafonctionnalité, et surtout « parce qu’ils suscitent l’action de ceux qu’ils excluent et qu’ils expulsent vers les périphéries » (EP). Le droit à la ville, que H. Lefebvre revendique, s’oppose à une organisation urbaine discriminative et ségrégative. Il stipule le droit de rencontre et de rassemblement, insiste sur certains « besoins », certaines « fonctions » méconnus ou dédaignés : « le besoin de vie sociale et d’un centre, le besoin et la fonction ludiques, la fonction symbolique de l’espace… en deçà et au-delà des fonctions et besoins classés, de ce qui ne peut s’objectiver comme tel… » (EP). La destruction de la centralité, qui détruit la ville, atteint donc le système social dans son ensemble. La contradiction est majeure.

L’espace instrumental du capitalisme

  • 8 F. Choay, Connexions, Paris, Immobilière-Construction, 1971.

16Ces contradictions de l’espace affectent l’espace capitaliste, distinct d’autres espaces construits antérieurement, à d’autres époques historiques. Cet espace est instrumental, selon la formule de Françoise Choay8, citée par H. Lefebvre :

  • 9 H. Lefebvre, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974 [désormais abrégé (PE) et placé à la (...)

Il est produit et manipulé comme tel par les technocrates, au niveau global, de l’État, des stratégies. Il porte le nom bureaucratique d’« aménagement du territoire ». Ce n’est qu’une abstraction. D’un côté, il renvoie à l’historique, sur les ruines duquel il s’établit, ainsi qu’à l’anthropologique, voire la préhistoire. Mais d’autre part, seuls les intérêts dits « privés », ceux des promoteurs et des banques, lui confèrent une existence pratique […] eux seuls se servent de l’instrument que l’État leur fournit ; ils disposent des moyens, [sont] maîtres du terrain (malgré quelques obstacles institutionnels)9.

17Cet espace est « celui de la représentation, celui des technocrates, ce n’est pas l’espace social effectué […] il tend à se resserrer, à se clore, à ne rien admettre que du répétitif, du signifiant reconnu ». Cet espace abstrait est pour H. Lefebvre géométrique, visuel et phallique. « Espace et langage du pouvoir et de la volonté de puissance », c’est un espace du contrôle et de la surveillance. Pour lui, c’est aussi un espace de mort, qui réduit les capacités productives, qui contraint la pratique sociale au retour en arrière, qui détruit la nature, pendant que « l’urbanité se disperse dans un espace pseudo-naturel » (PE).

18L’espace instrumental est encore un espace stratégique en ce qu’il permet la ségrégation généralisée, celle des groupes, des fonctions et des lieux. Une planification spatiale dont les objectifs sont plus larges que ceux de l’urbanisme se met en place, lui semble-t-il, qui relèverait d’une économie politique de l’espace, « une science qui se cherche à l’échelle mondiale et tend à remplacer les modèles de croissance tombés en désuétude » (EP). Cette planification spatiale reprend les anciennes procédures de planification, les bilans-matières, les bilans financiers et traite aussi des flux, « des flux multiples : biens, gens, objets, matières premières, produits finis, argent, monnaie, capitaux, informations et connaissances, signes et symboles, etc. ». Les scénarios et les projections relatifs à ces flux lui paraissent mieux fondés que les méthodes prospectives habituelles. Ce qu’il en retient, c’est que « la classe ouvrière se répartit dans l’espace selon les exigences de ces flux et les contraintes des réseaux (arrivée des matières premières, de l’énergie ; écoulement des produits, finis ou non) », et que la division du travail, technique et sociale, se projette sur le terrain. Une division du travail « déterminée à l’échelle planétaire, celle du marché mondial, déterminante par rapport aux échelles locales, régionales, nationales, continentales ». Des exemples tels que le destin du bassin de Lorraine, les investissements massifs à Fos-sur-Mer, à Dunkerque, la construction des villes nouvelles, illustrent ses analyses.

19L’espace lui apparaît stratégique en ce que les rapports sociaux du capitalisme se maintiennent « par et dans l’espace entier, par et dans l’espace instrumental » (EP). À « la production des choses dans l’espace » s’ajoute « la production de l’espace planétaire » :

on passe de la considération classique des lieux d’implantation industrielle à l’espace entier. […] Par stratégie, entendons que toutes les ressources d’un certain espace dominé politiquement servent de moyen pour viser et atteindre des objectifs à l’échelle planétaire et même au-delà. Les stratégies globales sont à la fois économiques, scientifiques, culturelles, militaires et politiques.

L’espace approprié

20Après cette lecture trop rapide des analyses de H. Lefebvre sur l’espace conçu et construit des années soixante et soixante-dix, on peut essayer de préciser « ce qui se constitue » selon lui, malgré la prégnance capitaliste, ce qui émerge des contradictions qui ne sont donc ni de simples incohérences, ni de simples dysfonctionnements (PE).

21Ce qui se constitue est en quelque sorte l’envers de ce qui existe, une autre forme de critique de la réalité urbaine présente. C’est la qualité de l’espace :

l’idée d’un espace social élaboré, complexe et réussi, celui des pratiques sociales, en un mot : un espace approprié et non seulement dominé par la technique et par le pouvoir politique (EP).

C’est aussi « un temps-espace différentiel », celui de l’ère urbaine alors que le temps et l’espace de l’ère industrielle qui la précédaient ont tendu et tendent encore vers l’homogénéité, l’uniformité, la continuité contraignante. Par l’enchevêtrement et la superposition des réseaux et des flux différents, ceux des voiries, des informations, des produits, des symboles, par la dialectique de la centralité, qui introduit un puissant mouvement différentiel, des espaces différenciés apparaissent qui peuvent être distingués en isotopies, des espaces aux fonctions et structures analogues, en hétérotopies, des espaces contrastants, où se jouent des forces répulsives et des tensions, parfois extrêmes, en utopies, lieux de l’ailleurs et de ce qui n’a pas de lieu, le divin, le sacré, le possible (EP).

22D’une manière générale, les contre-projets, les contre-espaces qui sont imaginés :

quand une population s’oppose à un programme d’autoroute ou d’extension urbaine, quand elle réclame des « équipements » des places vacantes pour les jeux et les rencontres, [s’élèvent] contre l’Œil et le Regard, contre la quantité et l’homogène, contre le pouvoir et l’arrogance, contre l’extension sans limites du « privé » et de la rentabilité d’entreprise, contre les espaces spécialisés, contre les fonctions étroitement localisées (PE).

De nouveaux espaces peuvent être induits par l’économie et le pouvoir capitalistes, ainsi le monde pavillonnaire, les banlieues, les centres commerciaux ou les équipements sportifs, par exemple. Ils ne sont pas produits par d’autres forces. Même s’ils sont aussi un argument électoral (qui satisfait le désir de verdure des citadins), et un argument économique (une façon d’élever la rente des riverains propriétaires), le maintien ou l’aménagement d’« espaces verts » souvent réclamés par les citadins, manifestent la persistance d’une consommation improductive (PE). C’est parce que la problématique de l’espace se pose en termes de forces et de rapports de forces que « la pression de la base doit s’en prendre à l’État en tant qu’organisateur de l’espace, contrôlant l’urbanisation, la construction des édifices, la planification spatiale » (PE) et qu’elle doit continuer à imaginer d’autres espaces. Aussi, toute proposition d’un contre-espace, ébranle l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs, parce que c’est une pratique sociale qui met en jeu des capacités inventives et contrevient, si peu que ce soit, à l’espace défini et réalisé par les groupes dominants.

[D’un côté,] les forces qui tentent de dominer et de contrôler l’espace : l’entreprise et l’État, les institutions et la famille, l’établissement et l’ordre établi, les corporations et corps constitués. De l’autre côté, les forces qui tentent l’appropriation de l’espace : les formes diverses d’autogestion des unités territoriales et productives, les communautés, les élites qui veulent changer la vie et tentent de déborder les institutions politiques et les partis (PE).

23H. Lefebvre voit dans les espaces de loisir un champ d’observation de pratiques qui manifestent l’expression de désirs et non plus de seuls besoins. Non qu’ils constituent, comme espaces ludiques, des contre-espaces.

Le procès du loisir, dit-il, n’a pas besoin d’une instruction supplémentaire : aliénés-aliénants comme le travail, symétriquement, récupérateurs et récupérés, les loisirs font partie intégrante-intégrée du « système », [du] mode de production.

24Même si « la simulation et la mimesis supplantent une véritable appropriation de l’être et de l’espace naturel », même si l’énergie du corps tourne en passivité, le corps tend à se comporter comme champ différentiel, avec ses organes des sens, sans privilège du visuel, comme corps total, sujet et objet. Ainsi :

transition entre les espaces anciens, les monumentalités et les localisations par et pour le travail d’une part et les espaces virtuels de la jouissance et de la joie, l’espace de loisir est l’espace contradictoire par excellence (PE).

Espace possible / impossible

25L’espace différentiel que H. Lefebvre prévoit et souhaite est approché comme espace possible / impossible, comme espace à imaginer dès aujourd’hui. Les questions qu’il se pose sont concrètes : comment établir une science de l’espace ? Comment éclairer l’action politique ? Comment convaincre les professionnels de l’espace de renouveler leurs approches et leurs pratiques ? Elles sous-tendent les analyses, les prises de parole et les rencontres de l’auteur pendant toute la période considérée.

26Ainsi, ne pourrait-on casser la séparation et la spécialisation des approches architecturales et urbanistiques ?

Le niveau inférieur, c’est celui du village, du quartier. Le niveau « macro » est celui de l’urbain. Entre les deux, au point d’attaque, la population pour laquelle on pourrait tenter actuellement la production d’un espace approprié, se situerait entre dix mille et vingt mille habitants. Pour le moment, comme étape !

27À cette échelle, le « droit à la ville », c’est-à-dire :

  • 10 H. Lefebvre, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968, p. 161 ; Espace et politique, p. 21.

le droit à la vie urbaine, à la centralité rénovée, aux lieux de rencontres et d’échanges, aux rythmes de vie et emplois du temps permettant l’usage plein et entier de ces moments et lieux, [ce droit] peut intervenir d’une façon opératoire et stimuler la recherche10.

28Ou encore lorsqu’il envisage une condition qui lui semble préalable à la possession et la gestion collectives de l’espace, la suppression de la propriété du sol :

L’étatisation donne des résultats désastreux, écrit-il, car elle transfère à l’État les droits absolus du propriétaire […], la municipalisation du sol a révélé ses inconvénients, ses limites.

29La socialisation, c’est-à-dire le peuple entier, transgressant les rapports de propriété, occupant et s’appropriant l’espace social, est, précise-t-il, une considération « utopienne », mais ce qui est impossible aujourd’hui sera peut-être possible demain (EP). Nulle part H. Lefebvre n’envisage que le capitalisme puisse continuer sa progression avec ses contradictions et qu’il puisse même digérer les oppositions à l’ordre existant. Les inventions scientifiques et techniques, l’intellectualisation du travail et le déclin de la classe ouvrière (qu’il note pourtant), les mutations dans l’organisation de la production et de la consommation, et même la décentralisation politique ou la mondialisation des échanges… Tous les changements lui paraissent nécessairement aller, à travers des contradictions, dans le sens de la qualité, de la créativité, de l’usage, non vers l’échange, mais vers l’appropriation, par les gens, de leur espace et de leur temps.

Henri Lefebvre aujourd’hui

  • 11 « Préface » à L’Habitat pavillonnaire, p. 18.

30Nos espoirs ne sont pas ceux de cette période très récente et déjà très lointaine. Pourtant, lire H. Lefebvre est toujours stimulant quand il ouvre des perspectives, propose une lecture renouvelée de l’histoire des villes, s’interroge sur le rôle de l’espace dans la pensée et les activités humaines, la politique, l’économie, le langage, la vie quotidienne ; quand il crée des concepts. Ainsi, par exemple, l’appropriation ou l’habiter, qui transcendent l’opposition privé / public, qui relient l’ordre proche et l’ordre lointain, supposent que chaque personne est un acteur de sa propre vie et un acteur dans la cité. L’appropriation implique non pas la propriété mais une quotidienneté active et débordant l’habitation comme lieu séparé des autres activités, lieu privé, lieu spécialisé. L’habiter correspond à « une socialisation de l’habitation et une individualisation de l’espace social »11. Il relève à la fois de la dimension anthropologique et de l’œuvre, de la condition humaine et de ce qui la transcende. Habiter, c’est être présent au monde et réaliser ses capacités créatrices. C’était le souhait et l’utopie d’Henri Lefebvre.

Notes

1 Les sociologues de ce qui a été appelé plus tard l’École de Chicago ont étudié la ville de Chicago comme un terrain privilégié pour rendre compte des transformations sociales en cours. Entre 1915 et 1940, enseignants et étudiants du département de sociologie et d’anthropologie de l’université de Chicago ont mené des enquêtes empiriques sur les migrants et leur insertion dans la société américaine. En particulier, les lieux et les modalités d’installation, les formes de déviance, les nouveaux métiers, etc.

2 H. Lefebvre, « Les métamorphoses planétaires de l’urbain », Manière de voir, Banlieues, octobre-novembre 2006.

3 A. Haumont, N. Haumont, M.-G. Dezès, H. Raymond, L’Habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001.

4 H. Lefebvre, De l’État. Les contradictions de l’État moderne, t. IV, Paris, Union générale d’édition (10/18), 1978.

5 H. Lefebvre, Critique de la vie quotidienne, Paris, L’Arche, 1947 (rééd. 1962 et 1981).

6 L’Internationale situationniste, dont le premier numéro diffusé paraît en 1958, est la revue d’un « groupe organisé de théoriciens et expérimentateurs », selon leur propre formulation, qui menait une critique radicale de la société. Cette critique se voulait révolutionnaire, bien que « profondément ancrée dans la culture et l’art de ce temps ». Aussi affirmaient-ils la rupture avec tout pouvoir, avec toute forme de résignation, comme avec toute forme d’adhésion sans autonomie. Parmi leurs nombreux écrits : De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens d’y remédier, ou La Société du spectacle de Guy Debord. Le groupe s’est autodissous en 1971. Utopie est une revue éphémère dont le premier numéro paraît en 1967. Ses rédacteurs, des architectes, des paysagistes, des sociologues et des écrivains, critiquent le discours habituel sur la technique, l’urbanisme et l’urbain, et les façons de produire la ville et l’espace habité.

7 H. Lefebvre, Espace et politique, Paris, Anthropos, 1972 [désormais abrégé (EP) et placé à la suite des citations concernant cet ouvrage].

8 F. Choay, Connexions, Paris, Immobilière-Construction, 1971.

9 H. Lefebvre, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974 [désormais abrégé (PE) et placé à la suite des citations concernant cet ouvrage].

10 H. Lefebvre, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968, p. 161 ; Espace et politique, p. 21.

11 « Préface » à L’Habitat pavillonnaire, p. 18.

Auteur

Sociologue, après avoir été chargée d’étude à l’OREAM-Lorraine de 1966 à 1968, puis enseignant-chercheur à l’université de Paris X-Nanterre, elle est depuis 2000 chercheur associé à l’IPRAUS (UMR 7136 AUS, architecture urbanisme société du CNRS). Auteur notamment de Sociologie de l’urbain (Paris, Anthropos, 2002), ouvrage qui tente de faire le point sur les recherches sociologiques sur la ville et l’urbain en France, elle poursuit ses recherches sur les formes de l’urbanisation contemporaine et la nature urbanisée.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540