Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

II. Régions, villes, Europe… d’autres acteurs de l’aménagement

Régions, villes, Europe... d’autres acteurs de l’aménagement – introduction

Texte intégral

1L’État reste un acteur essentiel de l’aménagement du territoire, mais il n’est plus le seul, si tant est qu’il le fût jamais. Aujourd’hui plus que jamais s’imposent d’autres acteurs. C’est ce qu’illustrent les contributions de cette deuxième partie.

2Parmi les acteurs, il y a les villes qui, pour le géographe Jacques Lévy, prennent d’une certaine façon leur revanche à l’égard d’un pouvoir étatique longtemps réticent à leur reconnaître un rôle, en France du moins. Une évolution favorisée par le phénomène de métropolisation, ainsi que le montre le témoignage d’un élu, Jean-Michel Guyard, adjoint au maire de Rouen. De son côté, Jean-Marie Rouillier illustre le rôle des collectivités locales à travers l’exemple d’une initiative touchant à l’organisation du milieu rural en Basse-Normandie.

3Cette implication des villes comme des autres collectivités territoriales est très largement favorisée par la politique des pôles de compétitivité sur laquelle revient Christophe Demazière, mais aussi la politique européenne dont Guy Baudelle souligne la convergence avec les orientations de la DATAR, sans qu’on puisse dire qui de l’une influence l’autre.

4L’immixtion d’une pluralité d’acteurs dans l’élaboration des politiques touchant à l’aménagement du territoire soulève naturellement des questions de gouvernance. En France, comme dans d’autres pays au contexte très différent en apparence, comme la Corée du Sud par exemple, ainsi que l’illustre la contribution d’une géographe coréenne, Okju Jeong, à partir d’une analyse de l’influence de la politique d’aménagement à la française au pays du Matin Calme.

5Avec le recul, la politique d’aménagement du territoire n’apparaît pas autant qu’on l’imagine avoir été le fait du seul Prince (l’État centralisateur), y compris au cours des années considérées comme son âge d’or (les années 1950-1960). « Il y avait le feu (la nécessité de reconstruire), mais il y avait aussi de puissants moteurs dans l’avion », nous dit Jean-Eudes Roullier dans un texte en forme de témoignage portant sur les années 1960-1970. En l’occurrence, au-delà de la volonté de l’État, des dispositifs novateurs impliquent des acteurs de différents horizons professionnels, sans compter des personnalités, ayant su engager la région parisienne et la province dans une dynamique positive d’épaulement réciproque.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540