Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Octave Mirbeau

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Gérard Poulouin

Vers une esthétique mirbellienne

Du bon usage de l’allégorie : du Jardin des supplices à Dingo

Éléonore Reverzy

Résumé

Mirbeau, romancier politique et philosophe, définit dans ses récits une « philosophie littéraire » pour reprendre l’expression de Pierre Macherey dans À quoi pense la littérature ?. Il recourt, pour la mettre en œuvre, à la figure didactique de l’allégorie, en disposant à l’intérieur de ses récits, des personnages herméneutes, relais du questionnement. Ainsi Le Jardin des supplices présente un sens obscur du fait des incompétences du narrateur-témoin. Avec l’automobile puis Dingo, l’écrivain invente des allégories modernes et denses, résolument porteuses d’un sens inépuisable – la Vie, l’Art, le Progrès, la Violence

Mirbeau’s novels are also political and philosophical works. The novelist invents a “literary philosophy” as says Pierre Macherey in his À quoi pense la littérature ?. Mirbeau resorts to educational allegory and in his novels he inserts some characters of readers, who are more or less competent. Thus The Torture Garden is quite obscure because the narrator-as-witness is quite incompetent. The novelist invents new allegories, such as the 628-E8 or the dog, which are clear and modern and the meaning of which is inexhaustible—Life, Art, Progress, Violence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je vous parle justice !… Et vous me répondez politique !…
Vous êtes de pauvres petits imbéciles !
« Chez l’illustre écrivain », Le Journal, 28 novembre 18971

Mirbeau est un écrivain politique. Il est aussi un écrivain philosophe. Il a très profondément conscience que la littérature n’est rien si elle n’est pas accompagnée d’un discours. Il est en cela l’héritier des Lumières. Très loin donc de ce silence qu’étudie Jean de Palacio dans la littérature du tournant de siècle2, les œuvres de Mirbeau, qu’elles soient narratives, théâtrales ou discursives, sont bruissantes et engagées. Certes elles sont caractéristiques d’une déconstruction et d’une poétique de la fragmentation et de la rhapsodie, mais elles participent aussi d’une entreprise de mise en forme du sens. Les œuvres du romancier, pour relever de problématiques génériques propres à la fin du siècle, n’en sont pas moins lestées de valeurs, celles-là même au nom desquelles écrit le pamphlétaire Mirbeau pour constater leur faillite. ...

Auteur

Enseigne la littérature française du XIXe siècle à l’université Marc Bloch – Strasbourg II. Elle est responsable du CERIEL, Centre de recherches : idées, esthétique, littérature, aux côtés de Michèle Finck et Corinne Grenouillet, et membre du secrétariat de rédaction et du conseil de rédaction de la revue Romantisme. Elle est membre de l’Équipe Goncourt (ITEM/CNRS) dirigée par Jean-Louis Cabanès et participe à l’édition du Journal des Goncourt (tome I paru en 2005, tome II à paraître). Ses recherches actuelles portent sur l’allégorie dans l’œuvre de Zola (La Chair de l’idée. Poétique de l’allégorie dans Les Rougon-Macquart, Genève, Droz, 2007), sur les relations entre littérature et politique et sur Mirbeau

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540