Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Épilogue

Conclusions

Catherine Bougy et Sophie Poirey

Texte intégral

1La problématique de notre colloque était de nous interroger sur la spécificité de la contestation normande. Qu’en est-il à l’issue de ces journées ?

2Il nous semble que la majorité des communications se rejoignent sur un point : ce que les Normands contestent, à quelques rares exceptions près, ce n’est pas le pouvoir lui-même mais plutôt ses excès. Lorsque le titulaire du pouvoir, le duc avant 1204, puis le roi, menace ce que les Normands regardent comme leurs droits et privilèges, on assiste à ces seditiones, contestationes ou rebelliones décrites par Orderic Vital et que nous a présentées Pierre Bouet en ouverture de ce colloque. Orderic Vital montre ainsi que les nobles ne se rebellent contre les lois du Conquérant que lorsqu’ils estiment que son pouvoir prend trop d’extension.

3La répression est d’ailleurs à la mesure de la contestation, ainsi que l’a démontré Matthew Strickland, décrivant la politique d’humiliation menée par les Plantagenêts pour réprimer toute velléité contestataire.

4Un même phénomène se retrouve en Italie, si l’on se réfère aux communications de Marie-Agnès Lucas-Avenel et d’Edoardo d’Angelo : les Normands de la péninsule italienne se montrent tout aussi contestataires que leurs cousins normands lorsqu’on empiète sur leurs privilèges.

5À partir du XIVe siècle, la Charte aux Normands offre à l’ancien duché une base juridique qui permet de contester, plus que le roi de France ou celui d’Angleterre durant la guerre de Cent Ans, les atteintes à des privilèges qui ne sont plus strictement nobiliaires mais deviennent pleinement « normands ». Sophie Poirey a montré que la Coutume de Normandie, texte officieux mais que les Normands considèrent comme un véritable code, est utilisée pour obtenir des garanties fiscales, judiciaires et juridiques.

6Pour Alain Sadourny, les Normands de Rouen sont sans cesse au bord de la contestation, la critique de la politique fiscale menée par le roi n’étant finalement qu’un prétexte à revendiquer d’autres privilèges. Et nous ne pouvons que constater, avec Vincent Challet, que, durant la guerre de Cent Ans, ce n’est pas tant l’occupation anglaise qui est contestée par les Tuchins normands que ses conséquences, les Normands ne reculant pas devant un choc frontal avec le pouvoir.

7Cette rébellion contestataire conduit les souverains à tenter de désamorcer les velléités contestataires des Normands, exigeant, par exemple, un comportement exemplaire de la part des troupes anglaises installées dans notre province, ainsi que l’a démontré Anne Curry.

8Autre point remarquable dans ce phénomène contestataire normand, la contestation n’y est pas le fait d’une seule catégorie de Normands, mais émane bien de tous.

9Stéphane Laîné a ainsi montré que les étudiants et les autorités s’opposent vigoureusement quand les privilèges de l’Université sont remis en cause. Dans la Farce de Pates Ouaintes, les Normands ne se retrouvent-ils pas dans ce deuxième fils, Qui-ne-le-peut-souffrir, c’est-à-dire celui qui reste jusqu’au bout fidèle à la défense de ses privilèges ?

10En évoquant la Fronde, Alain Hugon a mis en lumière le besoin d’expression autonome de la province, par n’importe quel biais, États, Parlement ou assemblées des nobles. Significativement, lorsque les Normands ne disposent plus de ces vecteurs d’expression, c’est la révolte qui risque d’advenir.

11À travers l’évocation de la Muse Normande, Catherine Bougy explique que la contestation, ici notamment dirigée contre les gens de guerre, peut s’exprimer de manière efficace et vigoureuse dans la littérature, allant même jusqu’à inquiéter le pouvoir. Et quel merveilleux symbole que Jeanne d’Arc qui, ainsi que l’a rappelé François Neveux, se place sous la protection de saint Michel, l’abbaye du même nom étant la seule place normande à résister contre l’Anglais !

12La contestation normande n’est toutefois pas une contestation inconsidérée et les Normands ne contestent pas « pour le plaisir », ils savent au contraire s’incliner lorsque la rébellion devient inutile, voire néfaste.

13Pour Katia Weidenfeld, la visibilité et la perfection de la Coutume de Normandie conduit à un respect du Parlement de Rouen par celui de Paris, attitude prudente qui désamorce finalement les velléités contestataires des magistrats provinciaux.

14Luc Daireaux a évoqué pour sa part ces pasteurs qui savent sagement s’effacer pour éviter les mesures de rétorsion. Certes, tous les Normands n’ont pas cette résignation et certains, comme autrefois leurs ancêtres scandinaves, choisissent l’exil. Ainsi des nobles s’enfuient-ils à l’étranger, d’où ils reviendront avec cette idée, étrangère à la mentalité normande, de s’attaquer à la personne du roi, comme l’a montré Olivier Tréhet à travers l’exemple du sieur de Latréaumont et du chevalier de Rohan.

15Alors, existe-t-il une spécificité normande en la matière ? Une fois de plus, nous sommes tentées de nous pencher sur un éventuel apport nordique. Jean Renaud a su montrer que les colons scandinaves ont insufflé une partie d’eux-mêmes au futur duché normand : les sagas sont remplies de ces hommes libres qui se rebellent contre un chef prenant trop de pouvoir ou qui choisissent l’exil.

16On se rend compte ainsi qu’en politique comme ailleurs, la contestation normande repose sur une indignation spontanée devant la violation d’un droit. « C’est mon droit et j’y tiens », la formule est bien connue et elle est révélatrice. Elle aurait pu être évoquée par chacun des contestataires rencontrés, des seigneurs résistant à Guillaume au nom de leurs droits féodaux, aux pasteurs résistant au roi au nom de leur conscience, en passant par ceux qui optent pour la fronde ou l’exil.

17Mais cette contestation ne remet que très rarement en cause les fondements mêmes du pouvoir auquel elle s’oppose. Dès que quelques garanties sont accordées ou confirmées, dès que le pouvoir est limité, elle s’estompe, ou même disparaît, d’où peut-être, au sein même de la contestation, ce fameux esprit de modération que l’on prête aux Normands et qu’a évoqué Philippe Jourdan à travers la pensée de l’avocat, puis député de Rouen, Jacques Thouret. Reste que la contestation du futur élu à la Constituante, qui touche pour la première fois le cœur du pouvoir au travers du fonctionnement institutionnel, traduit peut-être un changement de perspective, car elle n’est plus seulement conçue pour la défense des intérêts normands, mais dans une perspective nationale.

18Enfin, seule fausse note, ou plutôt seul bémol, dans le cas d’un musicologue, Frédéric Billiet a révélé que le célèbre Manuscrit de Bayeux ne serait pas normand ! Sans sombrer dans une « contestationnite » aiguë, à l’instar de l’Abbé de Saint-Pierre que Frédéric Rouvillois a présenté comme un professionnel de la contestation, peut-être le doute qui persiste donnera-t-il lieu à de nouvelles contestations, sur lesquelles nous aurons à revenir un jour…

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540