Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Épilogue

L’abbé de Saint-Pierre, de la contestation totale à la reconstruction totalitaire

Frédéric Rouvillois

Texte intégral

  • 1 Cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie et sur les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, Paris, Hachet (...)

129 avril 1743. Dans un petit appartement du faubourg Saint-Honoré, Charles-Irénée Castel, abbé de Saint-Pierre, meurt à 85 ans, emporté par une congestion, « après avoir fait, rapporte d’Argenson, ses devoirs de chrétien »1. Pour une fois, le « fameux » abbé de Saint-Pierre ferait-il donc comme tout le monde ? Se plierait-il, in extremis, aux codes sociaux de son temps ? Même pas :

  • 2 Ibid.

ayant fini ce devoir, il fit appeler le curé, et lui dit qu’il n’avait à se reprocher que cette action, qu’il ne croyait pas un mot de tout cela, que depuis longtemps il n’avait trahi la vérité qu’en cette occasion, que c’était une vile complaisance pour sa famille et sa maison2.

  • 3 Ibid.
  • 4 Jean-Jacques Rousseau, Fragments, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), t. III, 1964, (...)

2L’abbé part, en somme, sur une ultime contestation – la plus radicale de toute, puisqu’elle porte sur la religion, fondement de la monarchie et de la société d’ancien régime. Et même d’Argenson s’en étonne : « Je ne crois pas que cet aveu fût arrivé à personne avant lui »3. Pourtant, ce pied de nez final n’a rien de très surprenant. Il ne fait que clore une longue vie passée aux portes du pouvoir, mais intégralement vouée à le contester, et à en rêver la reconstruction rationnelle. Une vie dont Rousseau, qui fréquente le vieil abbé chez Madame Dupin, dira qu’elle eût été celle « d’un homme très sage, s’il n’eût eu la folie de la raison »4.

  • 5 Cf. Maria Grazia Bottaro Palumbo, Ch. I. Castel de Saint-Pierre e la crisi della monarchia di Luigi (...)

3Né à Saint-Pierre-Église, le 13 février 16585, second fils du marquis Charles Castel de Saint-Pierre, « seigneur de Courcy, Clitourp, Varouville, Cosqueville, La Motte, Le Waast, Canteloup et Morsalines », c’est en Normandie que Charles-Irénée va apprendre à raisonner – formé précocement à la pensée cartésienne que lui inculquent les Jésuites des Collèges de Rouen, puis de Caen. C’est en Normandie aussi que cette raison impérialiste découvre ses premiers motifs d’irritation : en 1678, le futur abbé n’a que vingt ans lorsqu’il rédige un « projet pour diminuer le nombre des procès » dénonçant le caractère gothique, arriéré, lacunaire et nuisible de la Coutume de Normandie – dont il proposera un demi-siècle plus tard la refonte globale à l’intérieur d’un code unique commun à tout le Royaume.

  • 6 Bernard Le Bouyier de Fontenelle, Œuvres, Paris, Chez les libraires associés, 1766, t. X, p. 467.

4Ordonné prêtre, et installé à Paris avec son condisciple le mathématicien caennais Varignon, il y fréquente à partir de 1686 un autre esprit fort, « le plus normand de tous les hommes », qui va jouer un rôle considérable dans sa carrière : le rouennais Fontenelle6, son aîné d’un an, sur le point de devenir le héraut des « Modernes »…

  • 7 « Je m’appliquai à m’instruire d’abord des affaires de notre gouvernement, ce fut une des raisons q (...)

5C’est en effet Fontenelle qui lui présentera Malebranche, l’introduira dans le salon de Madame de Lambert, puis favorisera, en 1695, son entrée à l’Académie française – où l’abbé, qui n’a encore rien publié, est élu grâce à l’appui de la coterie des Modernes… Deux ans plus tôt, en 1693, l’abbé de Saint-Pierre avait acquis la charge de Premier Aumônier de Madame, belle-sœur du Roi et mère du futur Régent. C’est de cet observatoire choisi qu’il pourra étudier les dysfonctionnements du régime, les affres de la fin du règne, les malheurs de la guerre, et qu’il trouvera la matière première de ses futurs « projets »7.

6Le premier, et le plus célèbre, le projet de Paix perpétuelle, paraît en Hollande en 1713, au lendemain du traité d’Utrecht. Les encouragements qu’il reçoit, notamment de Leibniz, le poussent à persévérer, sur un ton qui se radicalise après la mort de Louis XIV. En 1717, son Mémoire sur l’établissement de la taille proportionnelle lui attire les foudres du Cardinal de Polignac. L’année suivante, le Discours sur la Polysynodie, à la fois philippique anti-absolutiste et critique serrée des Conseils établis par le Régent, lui vaudra d’être exclu de l’Académie française – à l’unanimité moins une voix, celle de Fontenelle.

7Mais l’abbé ne baisse pas les bras. Ayant contribué à la création du Club de l’Entresol, il l’inonde de mémoires, notes, traités, projets de toutes sortes et sur tous les sujets. C’est d’ailleurs durant cette seconde partie de sa vie, de 1713 à 1743, que celui que l’on surnomme désormais « le Bienfaisant » va produire l’essentiel de son œuvre.

8Une œuvre paradoxale :

  • 8 Jean-Jacques Rousseau, Confessions, livre IX, Paris, GF, 2002, t. II, p. 156 et 157.

vingt-trois volumes diffus, confus, pleins de longueurs, de redites, de petites vues courtes ou fausses, parmi lesquelles il en fallait pêcher quelques-unes, grandes, belles, et qui donnaient le courage de supporter ce pénible travail8,

9se lamente Rousseau, que Mably et Madame Dupin ont chargé de « traduire » les « ouvrages mort-nés » de l’abbé. Paradoxale, parce que critique, mais tolérée :

  • 9 Ibid., p. 174.

la plupart des écrits de l’abbé de Saint-Pierre, constate encore Rousseau, étaient ou contenaient des observations critiques sur quelques parties du gouvernement de France, et il y en avait même de si libres qu’il était heureux pour lui de les avoir faites impunément. Mais […] on le laissait dire tout à son aise, parce qu’on voyait bien que personne ne l’écoutait9.

  • 10 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrit de Neufchâtel, Bibliothèque publique et universita (...)
  • 11 George Sand, Histoire de ma vie, cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 322.

10Mais paradoxale, surtout, parce qu’en dépit de passages franchement grotesques – du « trémoussoir » au « pédiposte », de la défense raisonnée des ragoûts10 à la réforme de l’orthographe universelle –, malgré des faiblesses d’écriture et une vanité ombrageuse, cette œuvre s’avère en fin de compte secrètement influente – et pas seulement grâce à Rousseau, à Condorcet ou à Kant. Un siècle après la mort de l’abbé, la petite-fille de Madame Dupin, George Sand, y verra d’ailleurs le vrai précurseur des « idées révolutionnaires, constitutionnelles, saint-simoniennes et même […] humanitaires »11 – et de bien d’autres encore, dont le XXe siècle constatera tragiquement qu’elles sont beaucoup moins anodines.

11D’où l’intérêt qu’il peut y avoir, aujourd’hui encore, à scruter ce magma des projets, et à tenter d’en éclairer les lignes directrices, de la contestation totale à la reconstruction totalitaire.

De la contestation totale…

  • 12 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique et de morale, Rotterdam, Jean Daniel B (...)

12L’abbé de Saint-Pierre n’est pas seulement cartésien : il l’est avec cette radicalité ingénue qui caractérise toute sa pensée. Chez lui, l’esprit de géométrie atteint son comble, et le conduit notamment à transposer à l’ordre politique la vision mécaniste d’un univers cohérent qu’une simple chiquenaude originelle a suffi à animer. Dans l’ordre moral comme dans l’ordre physique, tout se tient, tout s’enchaîne, jusque dans les moindres détails, chaque phénomène se rattachant à une chaîne causale simple et nécessaire, celle du Mal, ou celle du Bien. Conception qu’il prétend d’ailleurs emprunter à Malebranche, qui « a le premier découvert la disposition organique des hommes à recevoir le Bien par imitation, et le Mal par contagion »12.

13D’où, une histoire politique qui se réduit à un jeu de dominos et où l’on peut prévoir avec certitude, dès lors que les pièces sont correctement disposées, la suite des conséquences de telle loi ou de telle action. L’univers moral est transparent : l’ambiguïté, la duplicité n’y ont aucune place. Voilà pourquoi, dans la situation actuelle dominée par le Mal, il est finalement assez facile de désigner ce qu’il faut éliminer, afin de permettre au Bien de l’emporter.

Le Mal s’étend à tout

  • 13 Lettre au cardinal Fleury, 1740, cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 68.
  • 14 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle (1713), Simone Goyard-Fabre (éd.) (...)
  • 15 Ibid., p. 362.

14Le point de départ, pour celui qui se définit comme « l’apothicaire de l’Europe »13, c’est donc la maladie : le Mal dont souffrent ses contemporains. Dont ils souffrent encore, faudrait-il dire plutôt, puisqu’ils sont par ailleurs dans une situation incomparablement moins mauvaise que leurs ancêtres sauvages. Lecteur de Hobbes et inventeur, en France, de l’idée de Progrès dans sa forme achevée, l’abbé ne manque jamais d’opposer « la vie malheureuse des sauvages » aux avantages dont bénéficient leurs lointains descendants dans l’état social : la sûreté, la sécurité, « toutes les commodités et tous les agréments de la vie »14. « Qui, conclut-il, serait assez insensé pour préférer leur misère à notre bonheur ? »15.

  • 16 Cf. Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 275 sq.

15Mais d’un autre côté, ce bonheur, ce niveau de développement s’avèrent très relatifs. Nous ne sommes heureux, vertueux et raisonnables que par comparaison avec la misère absolue de l’état de nature, de même que nous ne paraissons adultes que par rapport aux primitifs. Dans l’absolu, nous sommes encore dans l’enfance – un terme qui revient sans cesse sous la plume de l’abbé, et toujours avec un sens péjoratif, l’enfance du genre humain, comme celle de chaque individu, étant pour lui l’âge obscur, celui des passions, de l’agitation brouillonne, de la déraison et de la superstition16.

16Or, cet état de la raison affecte par définition l’ensemble des réalités humaines : les individus eux-mêmes, d’abord, qui pour la plupart continuent de se comporter comme des enfants, coléreux et impressionnables.

  • 17 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Fragments de politique, in Manuscrits de Rouen, t. III, p. 6 (...)

J’appelle peuple tous les ignorants, et il y en a beaucoup parmi les riches et à la Cour, et surtout parmi les femmes [car] on n’a pas assez de soin de […] diminuer leur penchant au fanatisme et au merveilleux17.

  • 18 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 91.
  • 19 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle, p. 202.
  • 20 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Mémoire pour diminuer le nombre des procès, Paris, Cavelier (...)

17Les individus, mais également les grandes institutions du Royaume, dont l’abbé n’hésite pas à dénoncer les vices. C’est ainsi qu’il s’attaque à l’organisation administrative, sociale et économique dont il stigmatise violemment l’arriération, conspuant les fiefs, institution « aujourd’hui très nuisible »18, la noblesse héréditaire, « ces honnêtes fainéants »19, ou encore, le droit privé, « très bigarré et très difforme »20, et causant par là même le malheur d’une « multitude prodigieuse » de familles entraînées dans le cauchemar de procès sans fin.

  • 21 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, « Préface », Discours sur la Polysynodie, Londres, J. Tonsso (...)
  • 22 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 36.
  • 23 Ibid., t. XI, p. 285.
  • 24 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques (1747), Joseph Drouet (éd.), Paris, Libra (...)
  • 25 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. X, p. 349.

18Pour ce qui est de l’État royal, l’abbé se garde en général d’en attaquer ouvertement le principe, même s’il écrit en 1718 que « les deux tiers de l’espace que durent les monarchies sont remplis » de monarques fainéants, ou incapables, ou « trop jeunes, trop vieux, trop infirmes ou livrés à la débauche et à la volupté »21. D’ordinaire, il se borne à en dénoncer la corruption22, les choix politiques et l’immobilisme, imputés pour l’essentiel aux ministres ou aux courtisans23. Pourtant, il lui arrive d’aller plus loin, comme dans ses Annales politiques publiées à titre posthume en 1747, où après un éloge discret de la République, l’abbé rapproche le cérémonial royal du « gouvernement des siècles barbares et ignorants »24. Notons qu’il ne dit pas autre chose de l’Église et de la religion catholique : c’est parce qu’elles demeurent ancrées dans le passé qu’elles restent aussi imperturbablement attachées à des formes et à des superstitions absurdes, comme la prière, la liturgie, la mortification, etc. Car « les ignorants ont naturellement plus de respect pour les cérémonies sensibles, mystérieuses et figuratives que pour la Raison elle-même »25.

  • 26 Ibid., t. XI, p. 275.
  • 27 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle, p. 129.

19Ainsi, même en Europe, hommes et institutions restent englués dans cette « enfance de la raison » que manifestent les maux dénoncés par l’abbé. Situation qui s’explique en partie, selon lui, par la situation que le genre humain occupe dans le temps, puisque même dans cinq ou six millénaires, celui-ci ne sera qu’au « commencement de sa première jeunesse si on le compare à ce qui sera un jour lorsqu’il aura duré encore cent mille ans, toujours croissant en Sagesse et en Raison »26. Mais si l’humanité n’en est qu’à ce niveau encore primitif, c’est aussi pour d’autres causes, plus immédiates, qui font provisoirement obstacle au Progrès. Ces causes s’emboîtent les unes dans les autres, et se rattachent en définitive à une seule et même chaîne, qu’il suffit donc de remonter pour découvrir les « sources du Mal »27.

  • 28 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 257-316.

20Dans l’un de ses textes majeurs, les « Observations sur le progrès continuel de la Raison universelle »28, l’abbé de Saint-Pierre énumère trois obstacles généraux au « Progrès de la Sagesse humaine » : les guerres, les superstitions et les dysfonctionnements des États. Ce qu’on peut réduire à deux catégories : les causes morales, et les causes politiques au sens large, les premières procédant pour l’essentiel des secondes.

  • 29 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 280.
  • 30 Ibid., p. 284.
  • 31 Ibid., p. 282.
  • 32 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. II, p. 494.

21Du côté des causes morales, en effet, l’abbé constate que l’ignorance « produit la superstition intolérante », qui « éloigne les hommes du doute et de l’examen, et qui les dégoûte des preuves tirées des expériences et de la démonstration, qui sont pourtant les seules voies […] pour les faire avancer vers la Sagesse »29. La superstition, « cette maladie populaire des esprits »30, consiste « à prendre comme venant de Dieu des opinions fausses ou absurdes qui n’en viennent point », et qui ne sauraient en venir, puisque Dieu, rappelle l’abbé, est « la Raison même »31. Ce qui conserve les hommes dans l’enfance, c’est précisément cette habitude invétérée d’admettre pour vrai ce qui est manifestement absurde, uniquement parce que la tradition l’atteste : une habitude qui les porte aussi vers « les extravagances et les dérèglements du fanatisme »32.

  • 33 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 52.

22Mais si l’ignorance et la superstition prospèrent, c’est à cause de la pauvreté, qui elle-même résulte des guerres et des dérèglements politiques qui les accompagnent. Et l’on retrouve ici la trace du Léviathan. Pour l’abbé de Saint-Pierre, la guerre replonge les hommes dans l’anomie primitive, dans l’enfer de l’état de nature, qui n’était du reste qu’une guerre de tous contre chacun et qui produisait en définitive le même type de conséquences. C’est donc là, dans l’ordre politique, que l’abbé discerne la racine du Mal. Et c’est pour cela qu’il considère la politique comme « l’objet le plus important de toutes les connaissances humaines »33, très supérieur à la morale ou à la physique. Pour lui, en effet, c’est d’abord sur ce plan qu’il faut agir, si l’on entend faire échec au Mal et lever les obstacles au Progrès de la Raison.

Tout est donc susceptible d’être contesté

  • 34 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. I, p. 53.

23Puisque toutes les activités humaines se trouvent infectées par la déraison, aucune d’entre elles ne mérite d’échapper à une contestation, qui se donne comme le premier moment et la condition nécessaire d’une réforme de fond. Une contestation qui se doit d’être globale si elle veut éliminer tout risque de rechute, d’autant plus menaçante que le Mal « se gagne par contagion »34.

24Cette contestation, affirme l’abbé, ne fera d’ailleurs qu’accompagner le mouvement inéluctable d’une Histoire qui achemine le genre humain vers l’Âge d’Or. Le réformateur ne change pas le cours des choses, il se contente de le rendre plus aisé en levant les obstacles hérités du passé. Même lorsque le nombre et le poids de ces derniers le contraignent à un activisme forcené, que reflète à merveille la liste fabuleuse des projets de l’abbé – combinaison inattendue entre un volontarisme presque frénétique et un déterminisme implacable que l’on retrouvera dans les grandes constructions totalitaires du XXe siècle, où le sens de l’Histoire justifie n’importe quel type d’intervention, si radical soit-il.

25Pour l’abbé de Saint-Pierre, il s’agit donc, dans cette première phase, de déconstruire, d’éliminer toute trace d’un passé calamiteux et barbare, d’abord de l’ordre politique, puis tous azimuts, sans négliger aucun champ de l’activité humaine.

  • 35 Ibid., t. II, p. 525.
  • 36 Ibid., p. 555.

26Le nœud du problème est politique : c’est là qu’il faut commencer par agir, en purgeant l’État de ce qui le rattache encore à la barbarie. Voilà pourquoi, écrit l’abbé, « il faudrait ôter toute idée de sacre et de couronnement »35 dans le processus de dévolution du pouvoir royal, et tout risque d’incertitude à cet égard : au lieu de lois fondamentales coutumières, il réclame « une loi écrite », publiée et détaillée, qui ne laisse rien subsister « d’indécis » dans l’organisation de la Couronne36. Dans le même sens, il faudrait émanciper cet État de toute influence religieuse : en quoi il renchérit sur le gallicanisme politique en proposant par exemple que les évêques soient nommés pour une durée limitée afin d’empêcher qu’ils ne prennent trop de libertés à l’égard des pouvoirs publics.

  • 37 On peut rattacher à cette préoccupation son Mémoire pour perfectionner la police contre le duel (17 (...)
  • 38 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 18 et 35.
  • 39 Ibid., p. 8.

27Il faut enfin, dans le même ordre d’idées, abolir l’ensemble des contre-pouvoirs qui limitent l’action de l’État – celui-ci devant être, conformément à la thématique hobbesienne, le titulaire exclusif de l’autorité politique37. Et c’est cette même obsession de l’unité – chez l’abbé, Hobbes n’est jamais loin de Descartes – qui justifie la suppression de la vénalité des charges38 ou celle des « ministres d’État », que leur intérêt particulier pousse à mettre « des obstacles à tout ce qui pourrait augmenter les progrès de la science du gouvernement »39 – laquelle exige leur remplacement par une bureaucratie fondée sur le mérite.

  • 40 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. I, p. 361.
  • 41 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 198.

28Au nom du mérite, il lui paraît d’ailleurs nécessaire de supprimer toute hérédité des honneurs et des charges : cette hérédité qui a fait « des braves et laborieux castillans, [qui] semblaient nés pour gouverner le monde »40, des fainéants incapables et corrompus. Il n’y a guère qu’au sommet de l’État que l’abbé renonce à la contester – mais bien à contrecœur, on l’a vu, après avoir opposé les rois trop souvent enfants aux républiques, qui ont l’immense avantage d’être « toujours majeures »41.

  • 42 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Mémoire pour diminuer…, p. 30.

29La même vision gouverne sa conception du droit. En la matière, le progrès consiste à rendre les lois « telles qu’elles ne laissent à régler au juge que ce qu’il est impossible de régler par les articles de la loi »42 : c’est-à-dire, l’exactitude des faits allégués par les parties. D’où la nécessité de tout reprendre à la base et, en définitive, d’unifier le droit français en abolissant le superflu hérité du passé :

  • 43 Ibid., p. 50.

quelle prodigieuse différence entre un seul volume de 680 pages nécessaire pour tout le Royaume, et 10 000 volumes soit de coutumes différentes […], soit de droit romain, soit d’une infinité de commentaires43.

  • 44 Ibid., p. 38.
  • 45 Ibid., p. III.
  • 46 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 118-119.

30Pour résumer son idéal, l’abbé va jusqu’à inventer un mot, « uniformité »44 : grâce à elle, on réduira les procès, qui ne sont qu’« une espèce de guerre entre les citoyens »45, on établira la paix perpétuelle dans l’ordre interne. C’est d’ailleurs suivant cette même logique qu’il réclame, un demi-siècle avant Beccaria, la disparition du droit de grâce, jugé contraire à la prévisibilité du droit et à l’éradication du désordre juridique46.

  • 47 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. X, p. 382.
  • 48 Ibid., t. XI, p. 9.
  • 49 Ibid., t. XIV, p. 156.

31Cette volonté d’éradication se poursuit en dehors de la sphère politique, et notamment dans l’ordre religieux, où l’abbé se montre très critique et prodigue de projets. Il faut éliminer tout ce qui choque la raison et l’utilité. Par exemple, le célibat des prêtres, dont la suppression donnerait « 100 000 chrétiens de plus par an à l’Europe »47 ; les monastères et les ordres contemplatifs (seule l’action est estimable « puisque le but du précepte divin est évidemment la plus grande utilité des hommes »)48 ; ou encore la prière, qui n’est le fait que de « pieux fanatiques », imaginant sottement « un Dieu semblable aux hommes imparfaits qui veulent être priés »49. C’est ainsi que l’évêque idéal qu’il met en scène dans l’un de ses projets se consacre exclusivement, dans son diocèse, à des tâches sociales et humanitaires, renonçant, tout comme l’abbé lui-même, à administrer des sacrements dont la rationalité lui paraît sans doute incertaine.

  • 50 Ibid., t. VII, p. 144.
  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid., p. 147.
  • 53 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. I, p. 797-927.

32Enfin, cette frénésie contestataire conduit l’abbé à porter la main sur tout ce qui ne se conforme pas, y compris dans l’ordre intellectuel, à son idéal de géomètre. « Il est dans l’intérêt de l’État, écrit-il ainsi, de rendre la langue plus facile à écrire et à prononcer »50. Pourquoi ? Parce que « nous tenons des Romains et des Goths l’art d’écrire nos idées, nos sentiments, nos raisonnements et nos lois »51 : d’où l’inadéquation du français aux besoins contemporains, et son incapacité « à devenir la langue commune de l’Europe »52. Afin d’y remédier, l’abbé rédigera donc un « projet pour perfectionner l’orthographe »53, qui consiste en une simplification radicale tendant vers la phonétique et supprimant toute référence à l’étymologie : le texto avant la lettre, en somme.

  • 54 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 13.
  • 55 Ibid., p. 15.
  • 56 Ibid., p. 12.
  • 57 Ibid., p. 10-11.

33Rien, décidément, n’échappe à notre « philosophe Scythe », pas même les œuvres d’art, qu’il faudrait pouvoir corriger à intervalles réguliers afin de leur faire profiter des progrès du savoir – et l’abbé souligne que si son système était en vigueur, « les bonnes pièces de Corneille, de Racine, de Molière […] auraient reçu en cinquante ans plusieurs perfectionnements »54. On ne doit pas, explique-t-il doctement, « laisser vieillir les bonnes pièces », mais charger des « perfectionnneurs » de les émonder ou de les augmenter : et l’on pourra imprimer alors, annonce fièrement l’abbé, « Sertorius, de Pierre Corneille, perfectionnée par Monsieur B… »55. Toutefois, là encore, on ne saurait se méprendre : c’est pour des raisons politiques qu’« il faut raccommoder les bonnes pièces des auteurs morts »56, afin de pouvoir, « par le plaisir et la fiction […] mener les hommes […] à l’observation de la justice et à la pratique de la bienfaisance »57.

34Pour l’abbé, tout est politique, et tout se rapporte à la conviction que l’Âge d’Or et l’Homme nouveau sont pour demain – à condition de savoir aider le temps à en accoucher plus vite. Car cette contestation globale n’est jamais que le prélude à une reconstruction totalitaire.

…à la reconstruction totalitaire

  • 58 Voltaire, Lettre à Thiériot, 20 décembre 1768, cité dans Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ann (...)
  • 59 Comme l’écrivait son biographe Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 323.

35Un penseur réactionnaire qui s’attaque au Mal espère tout au plus le remplacer par un moindre mal, résigné à l’idée qu’au fond, rien n’a jamais bien marché. L’utopiste, au contraire, est intimement convaincu qu’après avoir fait table rase, il pourra instaurer la perfection. Rien de plus facile, ne cesse de répéter l’abbé, qui mérite cent fois le surnom ironique de « Saint-Pierre-d’Utopie »58 dont l’affublera Voltaire. Rien de plus facile, puisqu’une fois lancé le mouvement de reconstruction, l’évidence de sa nécessité s’imposera nécessairement à tous. Rien de plus facile ? À condition, bien entendu, de s’en donner les moyens. Contrairement à l’acception vulgaire, en effet, le véritable utopiste est un rêveur casqué, armé, persuadé que la perfection n’adviendra pas d’elle-même, mais qu’il faut la construire. Cette dialectique des moyens et des fins, qui est au cœur de la pensée utopique, on la retrouve dans les projets de l’abbé, associée, chez cet esprit à la fois « chimérique et terre-à-terre »59, à la thématique optimiste de la contagion du Bien. Lorsqu’auront été mis en place les rouages de la machine, l’Âge d’Or promis adviendra à coup sûr.

Le Paradis à l’ombre des bureaux

36Directement ou non, tout se rattache au politique : pour l’abbé, l’économie, le social, la culture, la religion, la technologie même relèvent de la superstructure, de l’ordre des conséquences. Réciproquement, c’est au politique, dûment réorganisé, qu’il appartiendra d’imposer le « despotisme de la Raison ».

37Le règne du Mal était celui de la passion, du hasard et de l’ignorance. Celui de la perfection sera, au premier chef, celui des géomètres, des experts et des savants : obsession récurrente chez l’abbé, dont l’un des projets les plus célèbres, la Polysynodie, n’en est qu’une déclinaison adaptée aux besoins de la Régence.

  • 60 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 6.

De façon générale, écrit-il par ailleurs, les souverains ne sauraient avoir trop de bureaux pour examiner les différentes matières, les différents cas qui se présentent […], les bons mémoires politiques, […] [ou pour] rectifier les anciens règlements et en former de nouveaux60.

38Le bureau manifeste structurellement l’entrée de la Raison et du savoir technique dans l’ordre politico-administratif. Par suite, il va prendre, sous la plume maniaque de l’abbé, des allures de panacée applicable à toute chose – par exemple, à l’éducation, autre mythe central des Lumières.

  • 61 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 589.

Il est impossible qu’avant 60 ans le gouvernement […] ne donne à un bureau la direction des collèges du Royaume ; or ce bureau aura principalement en vue de fortifier les habitudes les plus importantes à l’augmentation du bonheur de la société, il est impossible qu’il n’en résulte de grands avantages à la société humaine61.

  • 62 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. I, p. 247.
  • 63 Ibid., p. 254.
  • 64 Ibid., p. 287.
  • 65 Ibid., p. 392.
  • 66 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. VII, p. 6.
  • 67 Ibid., t. III, p. 11.
  • 68 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. II, p. 434.

39Même remarque pour le droit : commentant les réformes de Colbert, l’abbé note qu’il « eût fallu en même temps établir un […] bureau perpétuel pour former peu à peu sur chaque matière un corps de droit français »62. Mais la solution vaut également pour la gestion des voies de communication63, pour la réglementation de la mendicité64, le ravitaillement65, la censure et la correction des œuvres littéraires66, l’amélioration de la science politique67, etc. « Pour faire des progrès dans chaque partie de la police d’un État, il faut des conseils consultatifs perpétuels, qui ne meurent point, qui […] perfectionnent toujours les bons établissements »68. Ainsi, le bureau est une représentation de la société, ou du genre humain : comme eux, il progresse nécessairement, en même temps qu’il favorise le progrès.

40Mais les bureaux resteraient inefficaces s’ils n’étaient eux-mêmes au service de l’État : d’un État rénové, rendu (grâce aux projets de l’abbé) semblable à une machine parfaite, indéréglable et toute-puissante, que les bureaux auront précisément pour objet d’assister et d’éclairer.

41Peu importe, alors, que les princes soient débiles, bambins ou barbons :

  • 69 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 200.

la machine politique bien construite ayant une fois son mouvement, elle agit d’elle-même […], se dirige d’elle-même vers la plus grande utilité publique, l’État devient florissant par sa seule bonne constitution, et voilà le sublime de la politique69.

  • 70 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 608.

C’est ainsi, note-t-il encore dans ses Fragments de politique, que la machine va toute seule, c’est ainsi qu’elle se remontera perpétuellement elle-même, ce sera un mouvement perpétuel qui par la succession des hommes les uns aux autres deviendra une machine éternelle70.

  • 71 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. V, p. 73.
  • 72 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. II, p. 409.
  • 73 Ibid., t. III, p. 612.
  • 74 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 203-204 (c’est nous qui (...)

42Cet État-machine, titulaire exclusif de l’autorité – « car la base du bonheur d’un État […] c’est la tranquillité, et par conséquent l’obéissance entière à une seule autorité »71 –, n’aurait d’autres limites que celles de son intérêt. Un intérêt coïncidant exactement avec celui du groupe, et avec la Raison, mais pas toujours avec la morale : dans son Projet pour rendre la Ville capitale d’un État plus grande, plus peuplée, plus commode et plus policée, l’abbé explique que le premier avantage d’un accroissement démographique de la capitale vient de ce qu’elle serait ainsi plus facile à « affamer, si elle se révoltait »72. L’État-machine est aussi un État total : « le Royaume le mieux gouverné [étant] celui où il y a le plus de choses réglées par les lois […], il ne saurait y avoir […] dans un État trop de cas réglés par les lois »73. Thème essentiel, et que l’on retrouve ailleurs, notamment lorsque l’abbé, pour récapituler son système, écrit que « quand le pouvoir est uni à la Raison, il ne saurait jamais être trop grand et trop despotique pour l’intérêt de la société »74. Là encore, l’idée ne restera pas sans postérité.

La disparition du hasard

  • 75 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 629.

43Une fois établi ce despotisme de la Raison, on entre dans l’ordre de la nécessité : le hasard, l’incertitude disparaissent, et c’est cette montée vers la perfection que l’abbé détaille dans ses « Prédictions politiques » – lesquelles apparaissent comme une sorte de testament intellectuel, celui d’un homme qui déclarait qu’il serait « fort content si [ses] ouvrages étaient pour [son] siècle aussi utiles que ceux de Platon le furent pour le sien »75.

  • 76 Ibid., p. 583.
  • 77 Ibid.

44Il est impossible, écrit l’abbé dans l’Avertissement, que les gouvernements d’Europe ne finissent point par adopter ses réformes « peu à peu les uns à l’envi ou à l’exemple des autres »76. De là, « on peut prophétiser et prédire à la France, à l’Europe et aux autres parties de la terre plusieurs événements heureux fondés sur ces démonstrations politiques »77. Dans l’avenir, le meilleur sera toujours sûr. L’Âge d’Or n’est plus qu’une question de patience. Dûment chiffrée et datée, la série de ces « prédictions » apparaît ainsi comme le pendant exact de la chaîne causale des maux évoquée plus haut. Pour l’abbé, le futur n’est pas moins certain que le passé et le présent, les causes et les effets se nouant avec une régularité qui les rendent parfaitement prévisibles.

  • 78 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 583.

On verra avant 60 ans […] une assemblée permanente de plénipotentiaires de tous les souverains d’Europe […] pour entretenir une paix perpétuelle entre eux et pour terminer sans violence et sans guerre tous les différends présents et futurs à la pluralité des voix78.

45Ce qui rend la chose aussi certaine ? Tout simplement, « le grand intérêt particulier de chaque souverain pour former cette alliance générale ». L’intérêt bien compris, et bien démontré, est la clé du Paradis.

46« De là, [deuxième prédiction], il suit que dans 60 ans il n’y aura plus de vaisseaux de guerre », sinon ceux qui servent à garantir la sûreté du commerce.

  • 79 Ibid., p. 584.

47De là, [troisième prédiction], il suit que tous les princes étant très intéressés à rendre la paix solide et perpétuelle, on trouvera tous les jours de nouveaux moyens très efficaces pour augmenter cette solidité si désirable79.

  • 80 Ibid.

48« De là, [quatrième prédiction], il suit qu’avant 100 ans, les Nations […] ne se haïront plus »80, qu’elles parleront une seule et même langue afin de faciliter le commerce, que les arts se perfectionneront plus vite, que la police se substituera à l’armée, que la sécurité sera renforcée, les services publics améliorés de même que le droit, l’organisation judiciaire, l’administration, le clergé, la religion, la moralité, le bonheur, la science et la Raison. Conclusion ?

  • 81 Ibid., p. 589.

L’exécution de ces […] projets suffira pour changer en 100 ans la face de la terre, et cependant toute cette grande augmentation du bonheur et de la vertu des hommes ne viendra originairement que des démonstrations de l’utilité de ces projets81.

49Le résultat, c’est l’Âge d’Or : un Âge d’Or que les Anciens, preuve supplémentaire de leur ignorance, situaient dans le passé, au début des temps, alors que c’est à leur terme qu’il doit advenir.

  • 82 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 229-231.

Nous tendons, pour ainsi dire, au commencement de l’Âge d’Or, car nous n’avons plus besoin pour y entrer que de quelques règnes sages dans nos États européens, car l’Europe une fois parvenue à […] cette espèce de paradis sur terre, y ferait en peu de temps entrer tous les autres peuples82.

  • 83 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. II, p. 633.

50Voilà ce qui est au bout du chemin : le paradis, conçu conformément à la tradition utopique irriguée par le souvenir de Joachim de Flore, mais aussi par le pélagianisme et le socinianisme à la mode. Vous ferez de la terre, promet-il au législateur bienfaisant, un lieu incomparablement plus heureux qu’il n’est aujourd’hui, peuplé « de saints qui jouiront d’une félicité éternelle »83.

  • 84 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 590.

51Un paradis qui durera éternellement, parce qu’arrivé à ce stade, une régression ne serait plus possible : « aucune nation n’aura plus désormais à craindre de retomber dans la barbarie »84 ; et qui s’étendra au monde entier par la force de l’évidence : le Bien est encore plus contagieux que le Mal. Du moins il le sera lorsqu’on aura éliminé les obstacles qui ralentissent son inéluctable triomphe.

Notes

1 Cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie et sur les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, Paris, Hachette, 1859, p. 71.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Jean-Jacques Rousseau, Fragments, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), t. III, 1964, p. 657.

5 Cf. Maria Grazia Bottaro Palumbo, Ch. I. Castel de Saint-Pierre e la crisi della monarchia di Luigi XIV, Gênes, Ecig, 1983, I, p. 19 sq.

6 Bernard Le Bouyier de Fontenelle, Œuvres, Paris, Chez les libraires associés, 1766, t. X, p. 467.

7 « Je m’appliquai à m’instruire d’abord des affaires de notre gouvernement, ce fut une des raisons qui me déterminèrent à acheter, en 1693, la charge de 1er Aumônier de feue Madame, ce qui me donnait comme une petite loge… » (cité dans Georges de Beaurepaire, L’Abbé de Saint-Pierre, Rouen, Académie de Rouen, 1902, p. 21).

8 Jean-Jacques Rousseau, Confessions, livre IX, Paris, GF, 2002, t. II, p. 156 et 157.

9 Ibid., p. 174.

10 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrit de Neufchâtel, Bibliothèque publique et universitaire de Neufchchâtel, cote R. 242, p. 36.

11 George Sand, Histoire de ma vie, cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 322.

12 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique et de morale, Rotterdam, Jean Daniel Beman, 1733-1741, t. V, p. 116.

13 Lettre au cardinal Fleury, 1740, cité par Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 68.

14 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle (1713), Simone Goyard-Fabre (éd.), Paris, Grasset (Classiques de la politique), 1981, p. 360-362.

15 Ibid., p. 362.

16 Cf. Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 275 sq.

17 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Fragments de politique, in Manuscrits de Rouen, t. III, p. 647 (Bibliothèque municipale de Rouen, trois volumes in folio, achetés par Le Tort d’Anneville, conseiller au Parlement de Rouen, aux héritiers de l’abbé, puis offerts à l’Académie de Rouen le 22 janvier 1783, et versés enfin dans le fonds de la bibliothèque municipale).

18 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 91.

19 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle, p. 202.

20 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Mémoire pour diminuer le nombre des procès, Paris, Cavelier Fils, 1725, p. 7.

21 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, « Préface », Discours sur la Polysynodie, Londres, J. Tonsson, 1718, p. III.

22 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 36.

23 Ibid., t. XI, p. 285.

24 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques (1747), Joseph Drouet (éd.), Paris, Librairie Champion, 1912, t. II, p. 526.

25 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. X, p. 349.

26 Ibid., t. XI, p. 275.

27 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet de Paix perpétuelle, p. 129.

28 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 257-316.

29 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 280.

30 Ibid., p. 284.

31 Ibid., p. 282.

32 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. II, p. 494.

33 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. XI, p. 52.

34 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. I, p. 53.

35 Ibid., t. II, p. 525.

36 Ibid., p. 555.

37 On peut rattacher à cette préoccupation son Mémoire pour perfectionner la police contre le duel (1715), celui-ci étant considéré comme une usurpation de la puissance étatique, ou encore, son désir de voir supprimer les privilèges et les lois particulières des provinces du Royaume (Mémoire pour diminuer le nombre des procès, p. 134 sq.).

38 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 18 et 35.

39 Ibid., p. 8.

40 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. I, p. 361.

41 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 198.

42 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Mémoire pour diminuer…, p. 30.

43 Ibid., p. 50.

44 Ibid., p. 38.

45 Ibid., p. III.

46 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 118-119.

47 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. X, p. 382.

48 Ibid., t. XI, p. 9.

49 Ibid., t. XIV, p. 156.

50 Ibid., t. VII, p. 144.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 147.

53 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. I, p. 797-927.

54 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. VII, p. 13.

55 Ibid., p. 15.

56 Ibid., p. 12.

57 Ibid., p. 10-11.

58 Voltaire, Lettre à Thiériot, 20 décembre 1768, cité dans Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, p. XXXIV.

59 Comme l’écrivait son biographe Édouard Goumy, Étude sur la vie…, p. 323.

60 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique…, t. III, p. 6.

61 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 589.

62 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. I, p. 247.

63 Ibid., p. 254.

64 Ibid., p. 287.

65 Ibid., p. 392.

66 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. VII, p. 6.

67 Ibid., t. III, p. 11.

68 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. II, p. 434.

69 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 200.

70 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 608.

71 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. V, p. 73.

72 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. II, p. 409.

73 Ibid., t. III, p. 612.

74 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 203-204 (c’est nous qui soulignons).

75 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 629.

76 Ibid., p. 583.

77 Ibid.

78 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 583.

79 Ibid., p. 584.

80 Ibid.

81 Ibid., p. 589.

82 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique..., t. III, p. 229-231.

83 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Annales politiques, t. II, p. 633.

84 Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Manuscrits de Rouen, t. III, p. 590.

Auteur

Université René Descartes – Paris V

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540