Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands face à la centralisation française (xviie-xviiie siècle) : contestation ou résignation ?

La contestation du pouvoir dans La Muse normande de David Ferrand1

Catherine Bougy

Texte intégral

La Muse et le Puy

  • 1 Nous nous conformons, pour l’orthographe de ce texte, aux « rectifications de l’orthographe » de 19 (...)
  • 2 Toutes les références à La Muse Normande dans le présent article proviennent de l’Inventaire de la (...)

1En 1655 parut l’Inventaire general de la Muse Normande Divisée en XXVIII. Parties Où sont descrites plusieurs Batailles, Affaires, Prises de villes, Guerres estrangeres, Victoires de la France, Histoires Comiques, Esmotions populaires, Grabuges et choses remarquables arrivées à Rouen depuis quarante Années par David Ferrand […] Et se vendent à Rouen chez l’autheur, ruë du Bec, à l’Enseigne de l’Imprimerie. Il ne s’agissait pas d’une publication nouvelle ; David Ferrand, poète, imprimeur et éditeur rouennais (1590-1660), avait derrière lui une longue carrière d’auteur : entre 1625 et 1660, il avait édité sous ce titre de La Muse Normande2 plus de trois cents poèmes, principalement de lui-même, mais aussi d’autres auteurs, et cet Inventaire reprenait les seules pièces écrites par lui.

  • 3 Le substantif puy, « lieu élevé », du latin podium, de même sens, désignait l’estrade sur laquelle (...)

2Les circonstances de leur composition sont originales : chaque année, le dimanche qui suivait le 8 décembre, les Rouennais célébraient la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, la Fête aux Normands, ainsi appelée parce que la province lui était particulièrement attachée depuis le Moyen Âge. À cette occasion, on organisait à Rouen un concours de poésie en l’honneur de la Vierge, le Puy des Palinods3.

  • 4 Un « chant royal » est un poème constitué de cinq ou six strophes de onze décasyllabes, le onzième (...)

3David Ferrand participait rarement aux épreuves, austères et fastidieuses. Il écrivait pour les joutes poétiques plaisantes qui se déroulaient lors du banquet offert par le Prince du Puy, la personnalité chargée de présider et de financer la cérémonie. C’est ainsi que le duc de Longueville, gouverneur de la Normandie, à qui est dédié l’Inventaire de la Muse Normande, accepta d’être prince du Puy en 1655. On trouve aussi, à propos d’un Cant Ryal4, composé en 1625, la mention suivante (« Premiere partie de la M. N. », p. 8) :

Ce Chant Royal fut faict le soir du Banquet que l’on donne le dimanche d’apres la Conception de la glorieuse Vierge, aux Princes, Poëtes, & Iuges des Ouurages : & presenté le Lundy sur la ligne que donna Monsieur Blondel, pour lors Conseiller en la Cour de Parlement, & c, pour lors Maistre de ladicte Confrairie.

  • 5 Poüette en une seule syllabe, conformément à la prononciation originelle du mot.

4La ligne palinodique, le refrain imposé était ce soir-là L’iau pour la Muse et le vin pour le poüette5.

Patois et contestation

5L’originalité de La Muse Normande réside dans le fait que la majorité des poèmes qui la constituent ont été écrits en parler purin ou gros normand, la forme de la langue d’oïl parlée à Rouen et dans sa région. Les Purins étaient les ouvriers du textile qui faisaient purer, c’est-à-dire « dégoutter » les étoffes après les avoir plongées dans les eaux des ruisseaux de la ville pour les teindre ou les faire feutrer.

  • 6 Il a d’ailleurs écrit en 1626 un Discours Apologetic en faveur de l’instinct et naturel admirable d (...)

6David Ferrand, homme instruit et parfaitement capable d’écrire en français6, a choisi de s’exprimer par écrit dans ce patois. Il est même le premier Normand à le faire délibérément.

7À première vue, son choix linguistique est source de comique. Mais il est également tactique : en faisant sourire le lecteur ou l’auditeur, on capte son attention et sa bienveillance et on peut alors sans le lasser lui faire entendre des sujets graves.

8La plupart de ses poèmes accréditent aussi la fiction d’un narrateur rouennais que l’on vient prévenir de l’incident, ou qui a été témoin de la scène développée dans le chant royal, la ballade ou le sonnet qui suit, comme dans la « Quatriesme Partie de la M. N. » (p. 81, v. 1-4) :

J’estions Gringoire et may à baire à la godelle, / « boire de la bière »
Por descroquer la say de notte gavion / « décrocher la soif de notre gosier »
Quand su Bertran no vint apporter la nouuelle
Qu’on z’allet à Roüen chanter le Tedion. / « Te Deum »

9L’impression de comique grossier n’est donc qu’un subterfuge. Car écrire dans la langue de ses concitoyens, rapporter leurs paroles et leurs opinions, c’est s’engager : c’est refuser le français d’un pouvoir central dont les Normands désapprouvent les décisions ; c’est partager la condition de locuteurs patoisants des Rouennais et des Cauchois ; c’est même être l’un d’entre eux et faire accéder leur langage purin à la consécration de l’écrit.

  • 7 Jacques Pignon, La Gente Poitevinrie, Paris, Éditions d’Artrey, 1960.
  • 8 Cf. Frédéric Deloffre (éd.), les Agréables Conferences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmore (...)
  • 9 Catherine Bougy, « Une mazarinade méconnue. Dialogue de deux paysans normands au XVIIe siècle » (L’ (...)
  • 10 Pascal Bouchard (éd.), Le Coup d’œil purin, Ouville-la-Rivière, Pascal Bouchard, 1982.
  • 11 Michel Gautier (éd.), La Misère des paysans, de l’Abbé François Gusteau, La Crèche, Geste édition, (...)

10Ce procédé, qui n’est pas nouveau, n’est pas propre à la seule Normandie : il s’inscrit dans une tradition bien établie de littérature contestataire en patois. En 1572 déjà, les personnages de la Gente Poitevinrie critiquaient en poitevin la gabelle, les gens de guerre et la justice7. Plus tard, dans les Agréables Conférences de 1648 et 1652, mazarinades écrites en divers parlers d’oïl, on a mis en scène des paysans qui contestent avec une feinte naïveté la politique du ministre de Louis XIV8. L’une d’elles, écrite en patois bas-normand est d’ailleurs conservée à la bibliothèque universitaire de Caen9. Au XVIIIe siècle, la virulence du Coup d’œil purin10, diatribe rouennaise de 1773 en parler purin contre la politique des ministres de Louis XV, a déjà des accents révolutionnaires, tout comme La Misère des Paysans, recueil de textes poétiques écrits en poitevin-saintongeais par l’abbé François Gusteau (1699-1761)11. Cet homme instruit se voulait le porte-parole de ses paroissiens, paysans écrasés par le mépris et la cupidité des nobles et par les tracasseries du pouvoir royal. Dans un dialogue entre deux de ses personnages, il explique de façon très claire le sens politique de l’usage du patois. Les paysans Denis et Lucas se répandent en invectives contre les écoliers du collège de Jésuites voisin qui ont osé parodier leur parler pour complimenter un noble visiteur (v. 429-453) :

[…] Sais-tu que ces garçons […] (v. 429)
Nous volent, maudits fripons !
Jusqu’au langage que nous parlons ? […]

  • 12 Michel Gautier, La Misère des paysans, p. 48-51 : « […] Sés tu bae que çhés gas […] Nous volant, pé (...)

Le jeu serait acceptable, quand ils veulent le faire, (v. 448)
Si parlant aux seigneurs, ils parlaient
En faveur des pauvres paysans.
Mais que crois-tu que vont demander ces garçons ?
Des congés, des campos, cinquante futilités
Pour empêcher leurs études12.

11Pour l’abbé Gustaud, comme pour David Ferrand, l’usage légitime du patois, en dehors de la communication quotidienne entre ses utilisateurs, sert à l’expression des doléances et des revendications des pauvres et des opprimés par eux-mêmes ou par leurs représentants dument choisis. Le choix de la langue par ces poètes est donc bien polémique et politique.

  • 13 Cf. « Vingt-cinquiesme partie de la Muse Normande », datée de 1649 : Ce petit Ouurage est vn grand (...)

12À chaque Puy des Palinods, en effet, le libraire-imprimeur rendait compte d’évènements marquants survenus au cours de l’année écoulée dans sa ville, sa province, son pays13. Parmi les thèmes exposés dans le titre de l’Inventaire de la Muse Normande, nous nous intéresserons aux Esmotions populaires et aux Grabuges, c’est-à-dire aux « manifestations » et aux « émeutes ». Elles furent fréquentes à Rouen au XVIIe siècle, provoquées le plus souvent par des décisions fiscales, à une époque où la France, en guerre contre l’Espagne, éprouvait un cruel besoin d’argent et cherchait à s’en procurer par tous les moyens.

  • 14 Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Cahiers des États de Normandie sous les règnes de Louis XII (...)

13La confrontation des textes de La Muse Normande avec les Cahiers des États de Normandie de l’époque14 montre une fréquente convergence entre ces deux sources d’information et confirme que c’est bien d’actualité que traite La Muse Normande.

Le peuple face au fisc

14Dès le premier texte, daté de 1621, dont la ligne est Ptit brit o vin et gogaille à la biere, le narrateur regrette le fait que, la vigne ayant gelé cette année-là, il faille se restreindre sur le vin (lui faire petit bruit) et festoyer (faire gogaille) avec une boisson moins appréciée, la bière. L’auteur commente ainsi l’évènement (« Premiere partie de la M. N. », p. 1-4) :

Tieulle bechon est par trop rencherie / « une telle boisson » (le vin)
Le Grand Party a oncor bien enuie
Su su piot de faire encor ses ieux : / « sur cette boisson », « ses jeux »
Le poure n’est qu’vn niquet de merelle / « le pauvre » ; « un jeton (de marelle ?) »
S’on sait qu’il a vn sou à l’esquerchelle. (p. 2, v. 14-18)

  • 15 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690 (rééd (...)

15Le Grand Party désigne les partisans, les financiers qui, ayant fait un accord (un parti) avec le roi, ont pris à ferme le recouvrement de certains impôts15. David Ferrand les tient pour responsables de l’enchérissement du vin, supposant de leur part une spéculation qui ferait du pauvre, comme d’habitude, leur victime. Il déplore les charges fiscales dont on accable le peuple et les manœuvres des financiers. Dans un Cant Rial daté des Palinods de 1636, il s’adresse en ces termes aux Poures Manans (« Septiesme partie de la M. N. », p. 124-127) :

Et vous ossi poures Manans qui estes
Le portefaix des guerres et debats,
Et le burin des sansuës secrettes
Qui vont suchant par phas et par nephas / « suçant par tous les moyens » (autorisés et interdits)
Iournellement le labeur de vos bras :
Quand vo voyais toute la pillerie / « vous voyez »
De maints soudars, aueuq la mengerie
Qui se commet aux tailles et taillons,
Et autres maux que ie ne veux décrire,
Dite vou pas, pleurant à vo tizons
A l’escorcher la queuë en est le pire. (p. 126, v. 34-44)

  • 16 La ville de Rouen en était exemptée.
  • 17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, s. v. taillon.

16Ce qui accable le peuple, ce portefaix, cette asne (sic) accablée de fardeaux, c’est, entre autres, la taille, impôt qui pèse sur les roturiers et qui est calculé d’après les biens et le niveau de vie16 ; le taillon, qui sert à « l’entretien, vivre et munition des gens de guerre »17, dont les Normands subissent aussi les exactions : plus ces charges s’accumulent, plus elles sont insupportables et la situation empire au fil du temps, comme l’indique la ligne palinodique : A l’escorcher la queue en est le pire. Il y a bien d’autres témoignages de la colère et de la détresse des Rouennais dans La Muse Normande. Et le sentiment de l’injustice qu’ils éprouvent les incite à des manifestations et des émeutes (émotions et grabuges).

Émotions et grabuges

17Le récit de la première Esmotion Rouennoise, datée des 16 et 17 novembre 1623, de ses causes, de son déroulement et de ses conséquences, est confié par David Ferrand à un « Purin » nommé Alixis en garnison à Rouen (« Seconde Partie de la M. N., “L’Esmotion Roüennoise, Dialogue” », p. 44-49) :

I’estais en guernison dans Rotho l’artisaine / « Rouen l’artisane »
Quand ch’est qui vint vn brit parmi tous les quartiers / « quand il vint un bruit »
Que nos alét lever la sepmaine prechaine
le ne sçay queul impots dessus les viuandiers. / « sur les marchands de vivres » (p. 44, v. 1-4)

  • 18 Amable Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Rouen, Édouard Frère, 1841, p. 520 sq.

18Selon Amable Floquet18, l’origine de cette émotion est

la plus incroyable invention dont le génie fiscal se fût jamais avisé depuis la création du monde […] à l’occasion d’un édit qui ordonnait la revente du domaine et déclarait offices domaniaux les plus infimes métiers au moyen desquels les gens du peuple gagnaient leur pain à la sueur de leur front.

  • 19 Cahiers des États de Normandie, t. II, p. 65-66.

19Les Cahiers des États de Normandie de décembre 162319, qui mentionnent l’évènement, énumèrent quelques-uns de ces métiers :

  • 20 Cf. pour ce terme le Dictionnaire François de Richelet, Genève, Jean Herman Widerhold, 1680 (Slatki (...)

[…] langueurs de porcs20, porteurs de pommes, boys et charbons, compteurs d’oranges et d’écailles (« d’huitres »), déchargeurs de marée, emballeurs et chargeurs de marchandises et autres mercenaires de pareille condition […].

20Tous doivent aller à Paris payer une taxe sur leurs offices, faute de quoi ces derniers seront revendus. Alixis évoque leur réaction :

Le quemun en murmures […] / « le commun, le peuple »
Va dret o quemandeux dire auec doulianche / « aux commandants » (ici, au Parlement)
Que no ne pourret pu sa poure vie gaigner. / « sa pauvre vie » (p. 45, v. 22-24)

21La foule se presse au Parlement. Les hommes, mais aussi les femmes qui n’auest a la gueulle la cranque (« la crampe », v. 28), protestent :

Songe point accueillis d’assez de pouretez, / « ne sommes-nous pas »
Auonge point assez de poux et de freloque / « n’avons-nous pas » ; « haillons ».
Sans que ie sions oncor de rechef labitez ? » / « que nous soyons » ; « tourmentés » (p. 45, v. 33-35)

  • 21 Amable Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, p. 521.

22Floquet ajoute que le Parlement décida de ne pas exécuter l’édit avant que le roi ait entendu les remontrances qu’on lui ferait21. Cette volonté d’apaisement transparait dans La Muse Normande, où l’on voit les quemandeux (les « commandeurs ») du Parlement s’adresser aux manifestants en ces termes :

Ne vo furlufez point car ch’est chose assurée / « Ne vous fâchez pas »
Que no vo fera dret, iustiche et esquité. / « droit, justice et équité » (p. 45, v. 38-39)

23Mais la foule excitée poursuit sur son élan,

[…] Et pis se va ietter comme beste farouche
Sur deux ou trois maisons dont on auet soubchon […] / « soupçon » (p. 45, v. 42-43),

24Elle met au pillage plusieurs maisons de partisans ou de financiers :

Il entre donc tretous de grand esquilbourdie / « dans un grand élan »
Et vont dret o chelier enfondrer vn tonnel / « droit au cellier enfoncer un tonneau »
(p. 46, v. 48-49)

No veyet emporter vne robe, vne scie,
Vn coffre, vn caperon, vne table, vn mantel, / « un chaperon »
Vn parpoint, vn gredil, vne espée, vne chouque […] / « un pourpoint » ; « un gril » ; « une souche »
(p. 46, v. 58-60)

25Cela pendant deux jours, avant que n’intervienne la justice (la balanche), « faisant happer plusieurs qu’o boutit (« qu’elle mit ») en prison » (v. 104).

  • 22 Cahiers des États de Normandie, t. II, décembre 1623, p. 65-66.

26La balanche, selon David Ferrand est elle mesme en balanche, « hésitante » : Floquet note en effet que le Parlement réprime l’émeute en faisant intervenir la Cinquantaine, la compagnie de cinquante arbalétriers à cheval chargés de la protection de la ville, mais qu’en même temps il soutient les revendications des Rouennais. Des échos des évènements figurent dans les Cahiers des États de Normandie de décembre 162322, dans lesquels les députés supplient le roi de

considérer que le seul bruit et estonnement d’iceluy a desjà poussé les plus misérables à telle extrémité, voire plus tost de fureur et desespoir, que de commettre des actes contre l’obéissance qu’ils vous doibvent, plus dignes néantmoins de pardon et de miséricorde que de punition.

27Et par conséquent de révoquer l’édit.

28L’analyse de Floquet et la relation précise des incidents qui est faite dans La Muse Normande convergent. Alixis, qui faisait partie des troupes chargées de la répression, avoue avoir réagi mollement, tout comme ses camarades :

No le z’vt bien blechez, vere mis sur la plache, / « on les aurait bien blessés, voire tués »
Mais quai ! no z’auet pur de les trop engaigner / « Mais quoi » ; « peur » ; « fâcher »
Et pis y faisait mal, estant tout d’une rache / « d’une même race »
De bailler o fossiez de l’argent à gaigner. / « fossoyeurs » (p. 46, v. 93-96).

29Comme les membres du Parlement, Alixis n’approuve pas les brutalités des manifestants, mais il comprend leurs raisons et s’avoue solidaire de la cause qu’ils défendent.

30Une de ces nouvelles daces (« contributions »), sur le papier et les cartes à jouer, va provoquer, en 1634, un grabuge dont David Ferrand expose avec humour l’origine (« Neufiesme partie de la M. N., “Aux papetiers” », p. 151) :

Le papier comme noble estoit exempt d’impost
Mais comme roturier il est mis à la taille. (v 1-2)

  • 23 Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les Révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, 1970, p. 1 (...)

31Ce grabuge est cité par Madeleine Foisil23 parmi les « micro-révoltes » préliminaires à la révolte des Nu-Pieds de 1639 : en 1634, le commis Trotart, venu à Rouen pour établir l’impôt sur les cartes et tarots, fut attaqué par la foule, jeté à la rivière, puis porté à moitié mort au Prieuré de Bonnes Nouvelles, dont le prieur était justement le Prince des Palinods de cette année-là. Le Prieuré fut assiégé par les manifestants qui montèrent sur des échelles pour escalader les murs de l’édifice. Dans l’Envoy d’un Cant Rial (« Dixiesme partie de la M. N. », p. 165-168), on lit l’allusion suivante :

Prinche veyant à vos Bonnes Nouuelles
Se z’estrelins grimpez à de z’esquelles / « ces vauriens grimpés sur des échelles »
Pensant croquer ceux qu’estest escappais / « attraper » ; « échappés »
Dans tieux grabuge où y n’y a que rire / « un tel » ; « où il n’y a pas de quoi rire »
Emmy ses camps à part may ie disais / « au milieu des champs »
Le temps va mal, Dieu nous garde d’un pire. (p. 168, v. 55-61)

  • 24 Cahiers des États de Normandie, t. II, p. 63.

32David Ferrand juge l’action brutale et répréhensible ; il nomme estrelins (« vauriens ») les agresseurs du financier, mais il considère que leur cause est juste. Dès décembre 1623, les États avaient mis en garde le roi contre cette levée d’impôts, dont ils prédisaient qu’«  elle attireroit la ruine totalle d’une infinité de personnes qui gaignent leur vie à la manufacture des chartes […] et à propos de laquelle ils indiquaient qu’un grand nombre d’artisans cartiers, de crainte d’être ainsi taxés, avaient déjà émigré en Angleterre »24. Le roi avait donné son accord à la suppression de l’impôt, mais, probablement pressé de trouver de quoi financer la guerre, il n’avait pas honoré ses engagements. On voit ici que les décisions prises à la suite des Remonstrances n’étaient pas toutes suivies d’effet. Une nouvelle émeute éclata le 2 avril 1639 à propos de cet impôt sur les cartes, très impopulaire, l’année même de la révolte des Nu-Pieds.

Un auteur engagé ?…

33Cependant, si le poète soutient dans ses écrits la cause du peuple, c’est sans trop s’engager personnellement. Il suit en cela la ligne du Parlement de Rouen qui, nous l’avons vu, défendit avec vigueur les intérêts du peuple sans toutefois approuver, officiellement du moins, ses exactions.

34Un incident montre d’ailleurs les limites de ses prises de position : en décembre 1639, peu de temps après la très violente et meurtrière émeute rouennaise des 20-23 aout dont la cause immédiate est un édit fiscal sur les teintures, il renonce volontairement à y faire allusion et s’en explique en français dans un Chant Royal (« Quinziesme partie de la M. N. », p. 241-244) :

L’Autheur descrit contre quelques vns, qui le blasmerent cette année là, pour n’avoir parlé pertinemment du tumulte qui s’estoit passé dans la ville, ignorant la deffence qui luy en avoit esté tacitement faite par les Magistrats d’icelle. 1639.

Qui vous a fait crier par imprudence
Que ie manquais maintenant de science
Pour n’avoir fait comme annuellement ?
Ie veux icy vous monstrer le contraire ;
Ce n’est pas tout de parler librement,
Il sçait beaucoup qui sçait en temps se taire […]

Sçavez vous bien que dans cette audience
Le Prince avoit requis par sa prudence
Qu’on ne parlast du grabus nullement
Et que chacun luy desirant complaire,
Ainsi que luy, a dit fort doctement :
Il sçait beaucoup qui sçait en temps se taire. (p. 242, v. 6-11 et 17-22)

35Il porte ensuite un jugement sévère sur les émeutiers et préconise un châtiment rigoureux :

Que diroit-on de la mutinerie
De ces coquins le rebut et la lie
Des plus meschans et des plus factieux
Et qui n’aymant que la pillerie
Voudroient brouiller l’air, la terre et les cieux ?
Ie croy pour moy que ie ferois offence
De mettre au iour toute leur insolencee (sic)
On doit leurs faits abolir plainement
Et les punir d’une peine exemplaire. (p. 242-243, v. 23-31)

36Il est donc loin de passer sous silence les évènements dont il ne devait pas faire mention.

  • 25 Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds…, p. 242 et 254.

37On notera que ceux qu’il nomme le rebut et la lie ou les factieux, termes que l’on retrouve exactement dans les Registres du Parlement et ceux de l’Hôtel de Ville de Rouen, n’étaient pas tous des gens de bras appartenant au menu peuple. Beaucoup sont des artisans, comme leur meneur, Gorin, horloger et fils de coutelier. Madeleine Foisil indique que d’une part des drapiers, des tanneurs, artisans que l’auteur avait soutenus en d’autres temps, faisaient partie de la foule des mutins et que, d’autre part, les bourgeois de Rouen avaient de très mauvaise grâce accepté de réprimer la révolte : certains allèrent même jusqu’à prêter main-forte aux mutins dans l’attaque et le pillage de la maison de Le Tellier de Toumeville, receveur des gabelles, qui trouva la mort dans l’émeute. Les parlementaires eux-mêmes « agissent, mais sans hâte, comme à regret, et avec le souci de ménager les manifestants »25, et l’on voit s’opposer les partisans de la tiédeur et ceux de la répression.

  • 26 Cf. Alexandre Héron, La Muse Normande de David Ferrand, livre II, note p. 398.

38Comment expliquer l’attitude surprenante de David Ferrand, le défenseur du peuple rouennais ? Elle lui avait été suggérée par le Prince auquel il fait allusion, Messire Jacques des Hommetz, Sr de Guichainville et de Lettré, chevalier de l’ordre du Roy, gentilhomme ordinaire de sa chambre et son conseiller et maitre ordinaire en sa chambre des Comptes de Normandie26. C’est qu’une prise de position de sa part en faveur des émeutiers, dont certains, ou leurs partisans, pouvaient se trouver dans le public des Palinods, n’aurait fait que raviver les tensions, provoquer des réactions dans le public. Or Rouen, « sous haute surveillance », devait éviter d’attirer sur elle l’attention des autorités royales. L’attitude du poète est d’ailleurs justifiée a posteriori par la sévère répression organisée à Rouen même et dans sa région, dès janvier 1640, par le chancelier Séguier et les troupes du colonel Gassion.

  • 27 Cette « Balladre » figure dans l’édition d’Alexandre Héron (t. II, p. 189, v. 1-8).

39Et pourtant, quelques pages avant ces lignes officielles, il a fait figurer une ballade qui n’est pas de lui, et dont on appréciera le ton27 :

Vray Dieu ! que no z’est en souffrance
En su temps chy calamiteux !
No perd quasi toute esperance
Durant vn regne si douteux / « siècle »
Le poure monde est souffreteux ;
Y faut qui se plaigne sa vie, / « il faut qu’il »
Veyant en su temps malureux
Bois, sel et candelle encherie.

40et ce cri du cœur :

Hélas ! où est le temps qu’en France
Vn chequ’vn viuet si hureux ?

41S’il a consenti à publier ces vers, c’est qu’il ne désapprouvait pas son contenu : loyaliste, certes, ennemi de la violence et prudent, il n’en était pas moins sensible, nous l’avons vu, aux malheurs d’un peuple accablé d’édits fiscaux de toutes sortes et désespéré de sa misère.

Manger ou être mangé, voilà la question

42Les difficultés rencontrées par les personnages de La Muse s’expriment surtout en termes de nourriture : il s’agit de savoir si l’on va pouvoir manger (et même boire…) ou si, au contraire, on ne va pas être « mangé » par toute sorte de profiteurs.

Collecteurs, taxes et passe-droits

43Les collecteurs d’impôts sont ainsi présentés comme venant arracher à leurs victimes ce qui leur permet de se nourrir. C’est l’entrée en matière d’un Cant Ryal dont la ligne palinodique est Mes dix Coppins et leur Mere Coppine (« Troisiesme partie de la M. N. », p. 58-61) :

Qv’as tu Linot, dis may tost qu’eu frichon / « quel frisson »
Te fet ainchin delouzer de tristesse / « te désoler »
Les Colleteux ont y prins t’en cochon […] / « les collecteurs » (p. 58, v. 1-3)

44La réponse de Linot est dans le même registre lexical :

Vn chicanard qui portet la fachon / « vêtu à la manière »
D’vn scribe extraict de petite noblesse
Ayant fiqué ô quos vn esquchon / « ayant mis à son cou un écusson »
S’est eslanché tout dret dans ma maison
Plus zaffamé que n’est vn quien de lesse : / « un chien en laisse »
Pis de sen sein tirant chertain papier,
S’en clerc commenche à inuentorier / « son clerc »
Men grand coq denge et sa femme Gueline / « race, espèce » ; « geline »
Dont pu le zœufs men fieux ne humera, / « les œufs »
Mais dessu tout men cœu regrettera / « mon cœur »
Mes dix coppins et leu mere Coppine. / « dindons », « dinde » (p. 58-59, v. 10-20)

  • 28 Cf. l’indication en exergue de ce Cant Rial : « Les vignerons se complaignent en vne année où il es (...)

45Les vignerons vernonnais Tassin et Colas partagent les mêmes soucis28 dans ce « Cant Rial » intitulé « Les vignerons poures par l’abondanche » (« Cinquiesme partie de la M. N. », p. 92-95) :

Les laboureux coume cheux d’entour Chatre / « ceux des alentours de Chartres »
Sont des Monsieux prés nous dans leu maison, / « comparés à nous »
Vo les vaiez en Hyuer prés leu z’astre / « vous les voyez » ; « près de leur âtre »
En morfiant le leurault et l’Oizon / « en dévorant »
Aueu du feu a rostir un Cochon.
Y sont des Rois dedans leu Meterie
Et nou chetifs pleins de melencolie,
Cuiits o Souleil loquetés et hecqueux / « en loques et déguenillés »
No n’auon pas dont fourrer note panche, / « de quoi garnir notre panse »
Et chets qui fet que no vait marmiteux / « c’est » ; « on voit affligés »
Les vignerons poures par l’abondanche. / « appauvris par l’abondance (de vin) » (p. 92-93, v. 12-22)

46Ils imputent leur situation à des questions fiscales :

Pis che qui pu accret note desastre / « ce qui accroit encore… »
Chets que st’Escu qui se pois pour poinson / « par tonneau »
Ne che verra iamais ie cray abbatre / « ne se verra jamais je crois supprimer »
Chy su bon Roy st’Auguste de Bourbon / « si ce… »
Ne le permet aueuq commission,
Et quand i’estets aueu ta compagnie / « j’étais en ta compagnie »
Dans su Roüan, vi tu pas ie te prie / « ne vis-tu pas »
Chets qu’Erpentiés suant d’enhan entr’eux / « ces charpentiers » ; « de peine »
A faire un pont de Bastiaux et de planche
Pour en tout temps rendre calamiteux
Les vignerons poures par l’abondanche. (p. 93, v. 23-33)

47À l’impôt de neuf livres par tonneau perçu à Rouen pour l’entrée des vins, venait de s’ajouter une taxe de vingt sols par muid pour assurer la réfection du pont entre les deux rives de la Seine. Le prix demandé par les vignerons pour leur vin était donc diminué par les taxes qu’ils subissaient :

Men vin vendu ma vandange cueillie
Y m’est por tout resté vn franc ou deux, / « au total »
Est che por vivre et se couurir les hanche / « est-ce assez »
Nenny, ossi seront toujou entre eux
Les vignerons poures par l’abondanche. (p. 94, v. 40-44)

48Si l’année était abondante, le vin se vendait à bas prix avec, pour conséquence, une diminution des revenus des vignerons qui étaient donc « pauvres dans l’abondance ». D’où la décision de Tassin :

[…] Adieu penniers serpette et serpillons / « paniers »
Ie veux aller dedans ma vigne abattre
Les eschallats, et auec vn ognon
En fricasser des courez de monton […] / « des abats de mouton » (p. 94, v. 46-49)

49Il a l’intention de sacrifier sa vigne pour faire cuire son repas. En clair, il renonce à son métier. Et ce qu’expose le personnage mis en scène par David Ferrand n’est pas une fiction : c’est effectivement à cette époque que la culture de la vigne décrut considérablement en Normandie.

50Dans le « Double Cant rial sur le grabuge des Drapiers » (« Sixiesme partie de la M. N. », p. 106-112), les manifestants protestent contre l’introduction à Rouen de drap anglais qui va les ruiner :

  • 29 « La douane ».

Les Anglois deschargeoient vn Vaisseau remply de toutes sortes de drap d’Angleterre, et ja deux grandes balles estoient pour estre visitées deuant la Romaine29, quand mille ou douze cens Purins et Drapiers vindrent sur le Quay, bruslent les deux Balles entierement, prennent des petites Barques, entrent dans le Vaisseau, rompent et deschirent les draps qu’ils trouuerent par lambiaux, et iettét le tout à la Riuiere, sans qu’on y peut apporter aucun ordre. L’autheur y estant present en fist ces vers suivans.

Y vont tretou parler ô Magistrat, / « tous parler au… »
A chets Englais donnant des malleboche, / « maudissant ces Anglais »
Disant qu’ici y l’apportetz des draps / « ils apportaient »
Qui les fezetz en leu poures z’estats / « faisaient » ; « dans leur situation de pauvreté »
Mourir de faim opres de la brioche.
Note Senat de tout temps Iusticier
Promit garder les drets de leu metier : / « les droits »
Mais de fierté ayant l’ame enulimée / « envenimée »
Chetz aualleux d’ensenciere et de fais / « ces mangeurs de tripes et de foie »
No firent vais par leu modits effais / « voir par leurs maudites conséquences »
Des Grip-nodins la diantre de Hemée / « la terrible mêlée des Purins » (p. 108, v. 23-33)

51Pour les manifestants, ces aualleux d’ensenciere et de fais, déjà contraints par leur condition modeste à se nourrir de bas morceaux, l’enjeu est vital : il s’agit d’éviter que la concurrence anglaise ne les fasse mourir de faim opres de la brioche

52Dans cette lutte pour manger et pour vivre, les Anglais ne sont pas les seuls adversaires des Rouennais. Un « Cant Rial » montre un chargement d’huitres arrivé à Rouen et destiné aux seuls Maillotins, surnom des Parisiens, par référence à l’insurrection parisienne du XIVe siècle. La colère des revendeuses de coquillages monte car c’est leur gagne-pain qui leur échappe (« Vingt-deuxiesme partie de la M. N. », p. 353-358) :

Ie somme bien chinq chens de compagnie  « nous sommes »
Dessu su quay à guaitter ses batiaux.
I’auon les mains dessouz nos deuantiaux, / « nous avons » « nos tabliers »
Le cul o vent, & au nez la roupie / « la goutte »
Auec nos pots peintres de maqueriaux, / « nos chaufferettes qui tachent notre peau »
Et ie verron vn nombre de quenaille / « canailles »
No z’enlever notte propre vitaille, / « nourriture »
Chen qui no dait nourrir iournellement, / « ce qui doit… »
Gens qui ne sont o pays que des tritres ! / « au pays » ; « des traitres »
Chela sera, i’en auons fait serment : / « cela se produira »
Les Maillotins n’aualleront pus d’oüistres / « Les Parisiens » ; « d’huitres » (p. 355, v. 34-44)

53Il faut donc empêcher que ces bateaux ne remontent à Paris et approvisionner d’abord Rouen. C’est finalement ce que réussissent à obtenir ces femmes qui n’avaient à la gueulle la cranque, en utilisant pour défendre leur cause l’organe mixte de la parole et de la manducation…

Les langues saffres des gens de guerre30

  • 30 Saffre, adjectif : « gourmand ».

54À ces contrariétés s’ajoute l’obligation de loger les gens de guerre, une véritable calamité. Les voici en action, non sur le champ de bataille, mais dans les champs et les chambres des paysans qui les logent. Leurs armes, redoutables, sont leur bouche, leurs dents, leur gosier… Dans une missive adressée à son fils étudiant à Rouen, une mère fait le récit de l’arrivée chez elle de vint chinq o six soudars au moment de la prise de Corbie en 1636 (« Septiesme partie de la M. N. », p. 128-131) :

Ste Missiue fut donnée à Colas Hen Escolier à la Maresquerie pres d’vn petit rissel qui coule à Aubette.
L’vn criet cha me noste enuiez vite o vin, / « envoyez vite chercher du vin »
L’autre notte grand pain happit entre ses pattes, / « attrapa »
Qui en couppet des drilles au geu de Tabourin, / « des tranches comme s’il jouait du tambour »
Qui iuret comme vn peintre en auallant nos mattes. / « jurait » ; « notre fromage blanc » (p. 129, v. 25-28)

55En 80 vers, ces diantres affamez (v. 29), aux méchantes goules (v. 34), ces langues saffres (« gourmandes », v. 50), ces gloutons (v. 59) vont manger moutons et poules, boire le vin et le doux baire (« le cidre », v. 46) et partir avec la somme que le paysan avait mise de côté pour poyer vn quartier de la taille (v. 58).

56Un autre poème, intitulé « Svr le temps qvo veit ichite. Balladibus » (« Vingt-cinquiesme partie de la M. N. », p. 407-410) évoque les exigences des gens de guerre :

Ils ne veulent à l’ordinaire
Bœuf ny mouton cuit o naviaux ; / « mouton cuit aux navets »
Du meilleur Vin y veulent baire / « boire »
Ou y cassent tou no vaissiaux. / « ils cassent tous nos récipients »
Y leuzen faut quasi des siaux, / « il leur en faut » ; « des seaux »
Ou l’vn iure, & l’autre petille, / « éclate de colère »
Et n’entendent leu Generaux / « et leurs généraux n’entendent pas »
Les Grabus que font la Soudrille […] / « les abus commis par les soudards » (p. 408, v. 9-16)

Manger, mangeriaux, mangeries

57À la gloutonnerie des soldats en campagne s’ajoute, au figuré, celle des collecteurs d’impôts. David Ferrand les réunit sous la dénomination de mangeriaux, et ne se prive pas de proclamer leur nocivité, comme dans ce « Cant Ryal (Fleuren) », daté de 1637 (« Douziesme partie de la M. N. », p. 198-201) :

Depuis que i’ay dans notte Draperie
Veu installer vn tas de mangeriaux / « vu »
Qui ont voulu, coume des viperiaux,
Ronger le corps de notte Foullerie, / « corps d’état des foulons »
Pa leu moulins & leu enginsgorniaux, / « inventions »
Et que i’ay veu pu de mouque & mouquette / « espions veillant au paiement des droits sur les marchandises »
Qu’à l’opital n’y a de sapinettes » ; / « vermines »
Griper les draps, & pis en Parlement, / « s’emparer des draps »
En poursessions par engain les condire, / « en procession, par dépit »
Craignant d’en vair vn grabuge autrement, / « d’en voir une émeute »
Tant pu i’en pense et mains i’en ose dire. (p. 199, v. 12-22)

58L’année 1637 vit en effet une augmentation considérable des impôts pour subvenir à la subsistance des armées et à l’entretien des maisons royales, et le projet de création d’offices nouveaux qui auraient entrainé des charges supplémentaires pour le peuple. Le refus de payer exprimé par les Rouennais et par leur Parlement ne céda que devant la menace du roi de venir en Normandie.

59Dans l’Envay du poème intitulé « Sur le temps quo veit ichite. Balladibus » (« Vingtcinquiesme partie de la M. N. », p. 407-410), le poète prend ouvertement parti :

Messieurs, y seret necessere / « il serait nécessaire »
Que no cachit tieux mangeriaux, / « que l’on chassât »
Si vous songiez à tieulle affere ;
Y font des poures par mouchiaux. / « ils font des pauvres en grand nombre »
Plaise à Dieu qu’auant les gattiaux / « avant la fête des Rois »
Vienne Monsieur de Longueuille,
Pour punir comme criminiaux
Les Grabus que font la Soudrille ! (p. 410, v. 49-56)

60On en trouve aussi parmi les Rouennais, ceux qui veulent avoir l’exclusivité du commerce d’une denrée, en l’occurrence celui des huitres de Cancale et des ports de Normandie vers leur ville et que les revendeuses d’huitres blament amèrement (« Vingt-deuxiesme partie de la M. N. », p. 353-358) :

Mais qui nous met encor en frenaisie, / « en fureur »
Et qui no fait deureder dans no piaux, / « enrager »
Ch’est qu’o no dit que de ces mangeriaux
Il y en a de notte draperie
Gens qui ont riflé tout iusqu’à leu houziaux. / « mangé et bu (tout dilapidé), jusqu’à leurs guêtres »
(p. 357, v. 67-77)

  • 31 Ibid., p. 358, « Envay aux escalieres », v. 91.

61Mangeriaux, avaller, ronger, rifler : le paradigme sémantique s’élargit au substantif mangerie « action de manger le peuple en l’appauvrissant par les impôts et les exactions » : la conclusion des marchandes d’huitres est Pu que iamais l’y a de la mangerie31. Dans un autre « Cant Rial », les fruitières, débarrassées de ceux « qui avaient pris le party de la reuente des fruicts en la ville de Roüen » et faisaient peser sur elles des impôts très lourds, supplient les membres du Parlement de prendre leur défense (« Vingt-deuxiesme partie de la M. N. », p. 359-361) :

Nostre benin Sauueur, derechef nou vou prie / « on vous prie »
No retirer des grifs d’aintieulle mangerie […] / « de nous retirer… » (p. 359, v. 6-7)

62La gradation va jusqu’à l’emploi du terme entre-mangerie qui laisse entrevoir une situation dramatique de cannibalisme, où tous s’entredévorent (« Neufiesme partie de la M. N., “Cant rial sur le Monopole du papier” », daté de 1633, p. 147-150) : Queu chiecle est chy ! queulle entre-mangerie (v. 1 : « quel siècle est le nôtre ! Quelle entre-mangerie ! »).

Le peuple à la diète

63Réduit à ne se nourrir que de bas morceaux, le peuple peut être poussé à « manger » au sens de « vendre pour se nourrir » jusqu’au moindre objet lui appartenant (« Septiesme partie de la M. N. », p. 128-131), jusqu’à sa terre :

J’auon (ainchin qu’o dit) mangé bas & billots, / « les bâts et les pièces de bois »
Ie gremisson de pur d’engager notte terre, / « nous frémissons »
Notte Monsieur a eu vn coin de notte clos […] (p. 131, v. 69-71)

64Sa chance de pouvoir manger est fonction de l’arrivée d’une prochaine trainée de gens de guerre :

Si tu peux tu viendras faire aueucq nou tes Rois,
Si ny a point de soudars ie fron de la galette, / « nous ferons »
Si tu sais qu’il y en ait, atten vne autre fois,
Que i’en sions debadrez, o que la Paix set fette. / « que nous en soyons débarrassés »
(p. 131, v. 77-80)

65Il lui faut aussi renoncer à certaines autres « nourritures », et, par exemple, dire adieu à cette Damette friolière qu’on invitait parfois à prendre la collation legere sur la Seine (Vingtcinquiesme partie de la M. N., « Svr le temps qvo veit ichite. Balladibus », p. 407-410) :

Vous n’erez pu dans vo batiaux / « vous n’aurez plus »
Craime ny laict de Sotteville, / « crème ni lait »
Je n’auon pu vaque ny viau / « nous n’avons plus vache ni veau »
Des Grabus que font les Soudrilles. / « à cause des grabuges que fait la soldatesque »
(p. 410, v. 45-48)

66Dans l’esprit des personnages de David Ferrand, paix et abondance de nourriture sont indissociables. Rouen, parfois, peut se féliciter de bénéficier de l’une et de l’autre. Le « Cant Rial sur les mouvements de la Guerre de Paris » (« Vingt septiesme partie de la M. N. », p. 461-464) en témoigne. Le texte s’ouvre sur un plantureux repas de noces :

[…] une poule o poriaux, / « aux poireaux »
Bœuf, lard, monton & bien d’autre carnage, / « viande »
Aueuq du sidre à remplir les bouyaux (p. 461, v. 3-5)

67Les invités, des Rouennais et quelques Normands installés à Paris (qui s’expriment en maillotin langage…), évoquent, en janvier 1650, les conséquences de la Fronde : comme l’indique la ligne palinodique, Rouen en ioüais et Paris en tristesse, tandis que Rouen a été épargnée par ces troubles, la « Guerre de Paris » a provoqué dans la capitale l’arrivée de soldats à mouchiaux (« en tas ») :

Qui les pu grands ménachent de pillage / « menacent »
Pour de leu bien en terquer leu musiaux. / « s’en torcher le museau », « s’en pourlécher les babines »
(p. 462, v. 15-16)

68Mais les victimes sont surtout les petites gens :

Le z’artisans, les bleffreux de bisette : / « les mangeurs de pain bis »
Faute de pain, de travail & d’argent,
Sortent en pleurs & deschergez de gresse. / « allégés de leur graisse » (p. 462, v. 18-20)

69Ces temps troublés font s’effondrer l’économie et si, dans cette guerre même, les pu grands sont victimes des mangeries des soudars, c’est toujours le peuple qui trinque ! On remarquera que si la table est garnie de bons morceaux de viande, c’est qu’il s’agit d’un repas de fête exceptionnel. Car ces bleffreux de bisette, se nourrissent habituellement de pain bis, aliment de base qui vient souvent à leur manquer ; les privations les laissent alors deschergez de gresse, « amaigris ».

70La Muse Normande abonde en baufreux de galette ou de miche, fesseux de bisette ou de flamiche, en humeux de brouet, gloutons parce qu’affamés, nécessairement modestes dans leurs choix gastronomiques, toujours menacés de privations par des évènements qu’ils ne contrôlent pas… No n’est ioyeux veyant maquer sen bien (« quand on voit manger son bien ») dit pudiquement ma commere Marie, soulagée du départ de la soudrille des Faux-bourgs de Rouen (« Vingt cinquiesme partie de la M. N », p. 415-417 ; p. 417, v. 36) ; les « Stances » se terminent sur le souhait […] qu’en bref temps nos pisse vair la Paix (« on puisse voir la paix », p. 418, v. 64).

Débagouler en purin ou parler français ?

71Ce sont des situations pénibles, parfois désespérées que décrivent ces vers. Pourtant, quelles que soient la vigueur et l’éloquence des Cants Riaux, balladres, rondiaux ou stanches, on ne peut tout à fait prendre au sérieux la détresse des personnages qui s’y expriment. C’est toute l’ambigüité du recours au patois, associé dans l’esprit du lecteur à la plaisanterie, voire à la gaudriole. Quelques pièces en français développent les mêmes thèmes. L’une d’elles, la « Complainte d’un bon villageois », datée de 1638, se présente comme une supplique adressée à Dieu, puisque les hommes ont abandonné les Normands (« Quatorziesme partie de la M. N. », p. 228-231) :

Je sçay, grand Dieu, que par ta providence,
Que l’homme doit pour sa premiere offence
Viure en esclaue au labeur de ses mains. (p. 229, v. 6-8)

72Ce « Chant Royal » (et non « Cant Rial ») résume toutes les revendications des Rouennais et des Cauchois. On y retrouve la question des impôts :

Je n’ay pour bien qu’un loth de metairie […]
Et cependant auecques violence
L’on me rauit iusques à la semence
Que ie conserue à refaire mes grains […]
Foulant les Loix et la Chartre Normande. (p. 229, v. 14 ; v. 17-19 ; v. 20)

73Les collecteurs :

Vn collecteur entrera de furie
Qui ravira mes biens jusqu’à mes plats
Pour le taillon, taille ou autre industrie […] (p. 229-230, v. 23-25)

74La gabelle :

Vn archer entre et l’arrest recommence
Pour taux de sel (dont ie me sers le moins). (p. 230, v. 29-30)

75Enfin, les gens d’armes, le pire des fléaux :

Ce n’est vn rien que cette mangerie
(Ceux qui la font, la disent peu de cas),
Si la fureur de la gendarmerie
Ne mettoit pas nos biens en pillerie,
Rauageant tout sans regle et sans compas.
Elle est montée à tel point d’impudence
Que l’on rougit d’oüyr leur insolence.
Le feminin fuit leurs actes vilains
Y l’ont pillé aux pieds vin et viande,
Prins mon argent, qui fait que ie me plains :
Tant moins i’en ai, tant plus on m’en demande. (p. 230, v. 34-44)

76Cependant, en patois comme en français, la préoccupation est la même : semence, grains, plats, vins et viande, il s’agit pour chacun de sauver ce qui lui est nécessaire pour manger et donc pour vivre. Avec un détail supplémentaire, discrètement formulé : Le féminin fuit leurs actes vilains… (p. 230, v. 41).

77Au conflit qui oppose la France à une puissance étrangère s’ajoute donc une guerre interne à la France et dont le peuple est la victime. Abandonné de tous, il n’a plus d’autre recours que Dieu.

La fiction de la Charte aux Normands

78On aura relevé au v. 20 l’allusion à la Charte aux Normands. Plus précisément, c’est l’article 8, sur le droit de gite, qui est concerné :

  • 32 « Que nul n’obéisse à ceux qui, en notre nom, auront voulu prendre quelques provisions que ce soit (...)

Aucun ne obeisse a ceux qui en nostre nom auront voulu prendre denrees quelconques pour nos garnisons et necessitez, se ils n’apportent lettres patentes scellees de nostre scel ou de nostre hostel. Et jaçoit qu’ils apportent lettres de nous ou dudit maistre, ils soient tenus appeler la justice du lieu et faire priser par loyaux hommes les denrees et payer le prix qui en sera trouué auant qu’ils les emportent. Et qui fera le contraire soit arresté par cil a qui il appartiendra a eux corrigier32.

  • 33 Anne Bellanger-Vallez, La Charte aux Normands, mémoire de D.E.S. de l’Université de Caen, UFR d’His (...)

79Mais à l’époque de La Muse Normande, comme l’indique fort justement Anne Bellanger-Vallez33, la charte de 1315 n’était plus qu’un « mythe d’une liberté provinciale, mythe d’une époque plus heureuse où le roi manifestait des égards pour ses sujets normands », où grâce à elle, les Normands jouissaient « de réels avantages sur les plans juridiques et financiers ». En 1638, face à la monarchie absolue, la Charte aux Normands est une fiction que les habitants de la province évoquent pour exprimer leurs regrets et leur amertume.

La personne du roi

80Et pourtant ni David Ferrand ni ses Purins ne mettent jamais en cause la légitimité du roi. Bien au contraire, on l’évoque avec admiration, par exemple lorsqu’il entre dans La Rochelle reprise aux Protestants, dans ce « Double Cant Rial » daté de 1628, dont la ligne palinodique est La Grand Perrette à present égueullée (« la Rochelle à présent jugulée », « Quatriesme partie de la M. N. », p. 72-77) :

Qvand notre Rey Louys le débonnaire
Entrit dedans armé ainchin qu’vn Mars […] / « entra » ; « ainsi qu’un Mars » (p. 74, v. 47)

81Cette protestation de confiance envers le roi n’est pas unique dans La Muse Normande : par exemple, dans la « Neufiesme partie de la M. N. », p. 147-150, l’Envay du Cant Rial Sur le Monopole du Papier, daté de 1633 est adressé à Louis XIII :

Sacré Louys, notte erculle fidelle
Nou no fiquons souz l’abry de te z’elle, / « nous nous plaçons à l’abri de tes ailes »
Estouffe nou su Hydre criminel
Par qui no vait toute pitanche ostée
Et s’ensevelisse ô fin fond d’vn canel / « d’un ruisseau »
La Monopole o Papier imposée (p. 150, v. 56-61).

82Elle signifie que la contestation manifestée tout au long de ces milliers de vers, qui est celle d’un système jugé inique, laisse intacte la figure du roi. Peut-être cette protestation d’affection à l’égard du souverain est-elle sincère ? Peut-être aussi est-ce une façon de rendre acceptables les remarques acerbes faites dans l’œuvre sur les conséquences de la politique fiscale de l’époque, en les attribuant non pas au monarque, mais à ses ministres. Le roi apparait alors comme l’ultime recours, avant Dieu.

 

83Ainsi le Chant Royal en français qui détaille avec amertume les charges dont la province est accablée se clot-il sur le souhait Que la grandeur de nostre roi s’estende (p. 231, v. 59). David Ferrand y exprime même l’espoir

Que notte tres bon Roy fera que chez impos / « ces impots »
Qui ne sont oncor rien, s’en iront en fumée…

Inventaire général de la Muse normande (1655), p. 147. Cant Rial (« chant royal ») sur le monopole du papier (1633). David Ferrand y déplore l’« entre-mangerie » de son siècle

Inventaire général de la Muse normande, p. 92. Un Cant rial évoquant les malheurs des vignerons : « Les vignerons poures par l’abondanche » (1629)

Notes

1 Nous nous conformons, pour l’orthographe de ce texte, aux « rectifications de l’orthographe » de 1990, agréées par l’Académie française.

2 Toutes les références à La Muse Normande dans le présent article proviennent de l’Inventaire de la Muse Normande de David Ferrand, Rouen, 1655, chez l’auteur. Deux exemplaires de cette édition de 1655 se trouvent à la Bibliothèque universitaire de Caen, sous les cotes 250073 et 218612 (exemplaire le plus complet). Une édition critique a été publiée par Alexandre Héron, d’après les livrets originaux de 1625 à 1653 et 1’Inventaire général de 1655, avec introduction, notes et glossaire, sous le titre de La Muse Normande de David Ferrand, Rouen, Alexandre Lestringant, 1891-1895 (5 tomes).

3 Le substantif puy, « lieu élevé », du latin podium, de même sens, désignait l’estrade sur laquelle montaient les participants au concours, puis, par métonymie, le concours lui-même.

4 Un « chant royal » est un poème constitué de cinq ou six strophes de onze décasyllabes, le onzième vers de chaque strophe constituant le refrain ou ligne palinodique, qui se terminait souvent par l’envoi d’une strophe complète ou de six vers.

5 Poüette en une seule syllabe, conformément à la prononciation originelle du mot.

6 Il a d’ailleurs écrit en 1626 un Discours Apologetic en faveur de l’instinct et naturel admirable de l’elephant, Alexandre Héron (éd.), Rouen, Imprimerie Léon Gy, 1903, qui témoigne de sa parfaite maitrise du français.

7 Jacques Pignon, La Gente Poitevinrie, Paris, Éditions d’Artrey, 1960.

8 Cf. Frédéric Deloffre (éd.), les Agréables Conferences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps, Paris, Les Belles Lettres, 1961 ; cf. aussi l’étude de Marie-Rose Simoni-Aurembou à propos du Dialogue de deux Guépéiens sur les affaires du temps (11 janvier 1649), mazarinade en parler de l’Orléanais, dans un article intitulé « L’aire linguistique centrale », in Français de France, français du Canada, Lyon, Éditions de l’Université de Lyon III-Jean-Moulin, Centre d’Études Jacques Goudet, 1995, p. 288-293.

9 Catherine Bougy, « Une mazarinade méconnue. Dialogue de deux paysans normands au XVIIe siècle » (L’Agreable conferance de deux Normans, s’estans rencontres sur le Pont Neuf de ceste bonne ville de Paris), Histoire et Sociétés rurales, no 6, 2e semestre 1996, p. 143-164.

10 Pascal Bouchard (éd.), Le Coup d’œil purin, Ouville-la-Rivière, Pascal Bouchard, 1982.

11 Michel Gautier (éd.), La Misère des paysans, de l’Abbé François Gusteau, La Crèche, Geste édition, 1999.

12 Michel Gautier, La Misère des paysans, p. 48-51 : « […] Sés tu bae que çhés gas […] Nous volant, péscres de fripuns ! Jhusqu’au lenghajhe qu’i parlun ? […] Nun qu’o sét a lo grai, mé parce que çhés gas Se maelant d’in métàe qui ne lo cunvént pa. Encor bun, quant ll’o velant faere, Si parlant aus ségnèurs, lle parliant d’afaeres Au profit daus pauvres paesans. Mé que cré tu qu’o vant demandàe chés marchands ? Daus cunjhais, dau campos, céncante ravauderies Pr enpaechàe los étuderies ».

13 Cf. « Vingt-cinquiesme partie de la Muse Normande », datée de 1649 : Ce petit Ouurage est vn grand Miroir où l’on peut voir toutes les actions du temps present.

14 Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Cahiers des États de Normandie sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, Rouen, chez Charles Métérie, Librairie de l’Histoire de Normandie, 1877 (t. II, 1620-1631) et 1878 (t. III, 1633-1666).

15 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690 (réédition Paris, Dictionnaire Le Robert, 1970).

16 La ville de Rouen en était exemptée.

17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, s. v. taillon.

18 Amable Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Rouen, Édouard Frère, 1841, p. 520 sq.

19 Cahiers des États de Normandie, t. II, p. 65-66.

20 Cf. pour ce terme le Dictionnaire François de Richelet, Genève, Jean Herman Widerhold, 1680 (Slatkine, Reprints, Genève, 1994), t. I, p. 453 : « Langueieur, s. m., celui qui tous les jours de marché se rend sur la place où se vendent les cochons, qui les visite et qui les voit et considère la langue, pour voir s’ils sont en état d’être vendus et s’ils ne sont point ladres ».

21 Amable Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, p. 521.

22 Cahiers des États de Normandie, t. II, décembre 1623, p. 65-66.

23 Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les Révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, 1970, p. 140.

24 Cahiers des États de Normandie, t. II, p. 63.

25 Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds…, p. 242 et 254.

26 Cf. Alexandre Héron, La Muse Normande de David Ferrand, livre II, note p. 398.

27 Cette « Balladre » figure dans l’édition d’Alexandre Héron (t. II, p. 189, v. 1-8).

28 Cf. l’indication en exergue de ce Cant Rial : « Les vignerons se complaignent en vne année où il est abondance de Vins, à cause du nombre des Subsides qu’ils payent, et n’ont presque rien de leur vin estant à Roüen pour leur nourrir le reste de l’année. »

29 « La douane ».

30 Saffre, adjectif : « gourmand ».

31 Ibid., p. 358, « Envay aux escalieres », v. 91.

32 « Que nul n’obéisse à ceux qui, en notre nom, auront voulu prendre quelques provisions que ce soit pour nos approvisionnements et nos besoins sans produire de documents officiels scellés de notre propre sceau ou de celui de notre maison. Et même s’ils produisent des lettres de nous-même ou de notre administrateur, qu’ils soient tenus d’appeler des représentants de la justice du lieu et de faire estimer les provisions par des hommes de loi et, avant de les emporter, d’en payer le prix qui aura été fixé. Que les contrevenants soient arrêtés par ceux à qui il appartiendra de les punir ».

33 Anne Bellanger-Vallez, La Charte aux Normands, mémoire de D.E.S. de l’Université de Caen, UFR d’Histoire, 1960, p. 94 et 99. Cf. également, dans ce volume, l’article de Sophie Poirey consacré à la Charte aux Normands.

Table des illustrations

Légende Inventaire général de la Muse normande (1655), p. 147. Cant Rial (« chant royal ») sur le monopole du papier (1633). David Ferrand y déplore l’« entre-mangerie » de son siècle
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Inventaire général de la Muse normande, p. 92. Un Cant rial évoquant les malheurs des vignerons : « Les vignerons poures par l’abondanche » (1629)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540