Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands face à la centralisation française (xviie-xviiie siècle) : contestation ou résignation ?

Les pasteurs normands dans la seconde moitié du XVIIe siècle : la soumission dans la répression ?

Luc Daireaux

Texte intégral

1La Normandie est durement touchée par les troubles de la seconde moitié du XVIe siècle. Les contestations religieuses, particulièrement âpres dans une province très marquée par la Réforme, se doublent de contestations politiques et sociales. L’Édit de Nantes, signé en avril 1598, marque cependant une césure importante. Si la Normandie est quelque peu agitée par les troubles des années 1620, la signature de l’Édit de Grâce de Nîmes en 1629, qui ôte aux protestants leurs privilèges politiques, met fin à toute velléité de conflit. La Fronde ne change rien à ce comportement.

2Une évolution doctrinale décisive accompagne ce recul très net de la contestation. Les thèses des monarchomaques des années 1570, au premier rang desquels il faut placer Théodore de Bèze, François Hotman ou Philippe Duplessis-Mornay, sont abandonnées. La théorie qui voit en la souveraineté du Roi la conséquence nécessaire d’un lien contracté avec ses sujets et qui justifie le droit de résistance à un État qui menacerait la religion réformée est délaissée par les protestants dès la mort de François d’Alençon, en 1584. La perspective de voir monter sur le trône Henri de Navarre est à l’origine de ce changement. Les thèses monarchomaques sont d’ailleurs reprises par certains Ligueurs, ce qui souligne la fonction essentiellement militante de ces doctrines. La nécessité d’un Roi fort, à même de faire triompher les principes de l’Édit de Nantes, explique la convergence des Réformés vivant au Nord du Royaume vers un loyalisme sans faille.

  • 1 Pour l’évolution générale, consulter la thèse de Wladyslaw-Jözef Stankiewicz, Politics & Religion i (...)

3Le rôle des pasteurs dans l’exaltation de l’absolutisme de droit divin, de la monarchie et de la personne royale après 1598 est remarquable. Alors qu’à partir du milieu des années 1650, la politique religieuse du Roi tend à réduire considérablement la portée de l’Édit de Nantes, à définir de plus en plus strictement les privilèges accordés aux protestants, les pasteurs multiplient, dans leurs sermons ou dans des textes divers, les signes de soumission et de révérence à l’égard de la monarchie1.

4La Normandie constitue un terrain privilégié pour l’étude de ce phénomène paradoxal, une absence de contestation dans une période de répression. La proximité de plusieurs pasteurs avec le monde anglais explique pour partie la défense de l’absolutisme après la mort de Charles Ier en 1649, exécution traumatisante pour les Réformés, du fait des accusations de collusion avec les presbytériens. L’exaltation des pouvoirs du monarque et des vertus particulières de Louis XIV n’en sera que plus forte tout au long des années 1650-1680.

5J’ai pu recenser cent vingt pasteurs ayant exercé dans la province entre 1650 et 1685, date de la Révocation de l’Édit de Nantes. Si seule l’œuvre de quelques-uns d’entre eux – les plus prestigieux – nous est connue, elle est révélatrice des principes qui guident l’action des « ministres de la Religion Prétendue Réformée ». Les difficultés, la législation discriminatoire, l’interdiction de la pratique du culte dans certains lieux à partir de 1665 ne sont jamais attribuées au pouvoir royal, mais aux mauvaises intentions du Clergé et surtout à la colère de Dieu face aux péchés de son peuple. La Révocation de l’Édit de Nantes, en octobre 1685, place les pasteurs face à leurs contradictions. La très grande majorité choisit l’exil. Le royalisme enthousiaste des ministres a une limite : la défense de la foi.

Un loyalisme monarchique sans faille : une constante renforcée par la Révolution anglaise

  • 2 Au Sud de la Loire, les comportements sont souvent différents. Voir Robert Sauzet, « Contre-Réforme (...)
  • 3 Voir l’article d’Hubert Bost, « Élie Merlat… », p. 172.
  • 4 Hartmut Kratzer, « Remarques sur le droit de résistance des calvinistes français au début du XVIIe  (...)
  • 5 Si Jean Calvin appelle dans son Institution de la religion chrétienne (livre IV) à la soumission au (...)
  • 6 Hubert Bost, « Élie Merlat… », p. 157. Voir aussi les remarques d’Élisabeth Labrousse, « La doctrin (...)

6Après 1598, les protestants, surtout dans la France du Nord de la Loire2, ne cessent de manifester et de proclamer leur fidélité au Roi, au régime et au système politique de l’absolutisme. Leur loyalisme est d’autant plus fort que l’Édit de Nantes leur garantit une existence juridique et leur accorde, selon certaines modalités, la liberté de culte3. Dans les années 1620, les mouvements de contestation sont justifiés, non en vertu du droit de résistance, élaboré dans le célèbre traité Vindiciae contre tyrannos (1579), texte attribué à Philippe Duplessis-Mornay, mais sous la fiction d’une défense contre le pape et les catholiques fanatiques4. Après 1629, les discours des autorités réformées visent à souligner les vertus de l’absolutisme. Cette doctrine est conforme à la pensée calviniste5. Elle s’inscrit parfaitement dans la tradition gallicane. Elle permet enfin de faire du Roi le protecteur de la minorité protestante6. Les pasteurs normands partagent ces convictions.

  • 7 Dans ce domaine, les travaux d’Élisabeth Labrousse sont essentiels. On citera tout particulièrement (...)

7Ces positions doctrinales sont renforcées par un événement capital : la Révolution anglaise. La situation Outre-Manche peut paraître compromettante pour les protestants français : les presbytériens, leurs homologues britanniques, sont jugés par certains responsables du mouvement révolutionnaire. Les autorités réformées vont s’employer à dénoncer l’exécution de Charles Ier, à souligner leur solidarité avec l’Église anglicane, à minimiser le rôle des presbytériens, enfin à condamner fermement la théologie des Indépendants7.

  • 8 Ils sont conservés à la Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (B. P.  (...)
  • 9 Voir Fernand de Schickler, Les Églises du Refuge en Angleterre, Paris, Librairie Fischbacher, 1892, (...)
  • 10 Ce calcul est fondé sur les dépouillements des matricules universitaires, des thèses publiées ou de (...)

8Les liens de la Normandie réformée avec l’Angleterre ne sont pas négligeables. En 1655, date de la tenue d’un synode provincial à Condé-sur-Noireau dont nous possédons les actes8, au moins quarante-huit pasteurs exercent en Normandie. Parmi eux, trois, Daniel Brevint, ministre de Carentan, Jean Durel, pasteur de Caër près d’Évreux après avoir servi l’Église de Caen, et Philippe Lecouteur, ministre de Caen, sont originaires de Jersey. Le parcours de Jean Durel est édifiant : né en 1626 à Jersey, chassé d’Oxford par les troubles de 1643, il se réfugie en France où il reçoit les ordres anglicans du diaconat et de la prêtrise en 16509. Certes, les pasteurs exerçant en Normandie en 1655 sont rarement passés par l’Angleterre pour y étudier : trois mentions de passages à Oxford pour les trente-deux pasteurs dont le parcours scolaire est au moins partiellement connu contre vingt pour l’Académie de Sedan, huit pour celle de Genève, huit pour l’Université de Leyde, sept pour l’Académie de Saumur10. Il faut ajouter cependant que Jean-Maximilien de L’Angle (1590-1674), célèbre pasteur de Rouen, a séjourné à Londres en 1622, et que Louis Hérault, ministre d’Alençon, est appelé dans la capitale britannique pour servir l’Église française en 1642 et en 1643, en plein cœur des troubles.

  • 11 Les trois sermons sont imprimés en tête du recueil Le Pacifique Royal en dueil, compris en douze se (...)
  • 12 J’utilise la traduction œcuménique de la Bible.
  • 13 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en dueil…, 1650, p. 115 et 116 [sermon prononcé à Alençon, le dim (...)
  • 14 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en dueil…, p. 130 [sermon prononcé à Alençon, le mercredi 30 août (...)
  • 15 Ibid.

9L’expérience londonienne de Louis Hérault est exemplaire à bien des égards. En février et en mars 1643, alors que la guerre civile fait rage, ce ministre prononce trois sermons d’un royalisme ardent. Il est d’ailleurs bien vite contraint de retourner en Normandie11. À Alençon, le pasteur renouvelle ses défenses passionnées de l’absolutisme de droit divin. Il prononce ainsi, en août et en septembre 1645, quatre prédications sur le premier verset du chapitre 13 de l’Épître aux Romains de saint Paul, « Que tout homme soit soumis aux autorités qui exercent le pouvoir, car il n’y a d’autorité que par Dieu et celles qui existent sont établies par lui »12. La monarchie est, affirme Louis Hérault, « sans difficulté plus excellente & plus avantageuse que ny l’Aristocratie ny la Démocratie. » Il ajoute : « Un Soleil au Ciel, un Général en une Armée, un Père de famille dans une maison, un Prince dans un estat, c’est le moyen que tout aille, & se porte bien »13. L’obéissance est nécessaire, elle est « l’anchre qui asseure le vaisseau contre les vents, & les vagues, les orages, & les tempestes »14. Le royalisme de Louis Hérault a cependant une limite : « Quelque pouvoir que les Princes ayent sur leurs sujets, c’est tousjours à la conscience prez […] »15.

  • 16 Louis Hérault, Le Pacifique royal en dueil…, p. 374 [sermon prononcé à Alençon le mercredi 24 févri (...)
  • 17 Voir Jean-Maiximilien de L’Angle, Lettre de M. de L’Angle à feu Monsieur de Saumaise sur son apolog (...)
  • 18 Voir le texte en français de ce traité de Samuel Bochart, Lettre de Monsieur Bochart à Monsieur Mor (...)
  • 19 Le texte de cette lettre figure dans Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc, ministre du saint (...)
  • 20 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en joye, compris en XX sermons, Amsterdam, 1665.

10L’annonce de la mort de Charles Ier provoque une réaction particulièrement vive chez les pasteurs normands. Louis Hérault dénonce avec violence, dans un sermon du 24 février 1649, le supplice de Charles Ier, action « la plus lasche, la plus infâme, la plus noire & la plus damnable qui se puisse jamais concevoir de la pensée & pour laquelle despeindre selon son mérite il faudroit de nouvelles paroles »16. Jean-Maximilien de L’Angle, ministre de Rouen, dans sa Lettre à feu Monsieur de Saumaise sur son Apologie du Roy d’Angleterre s’emploie à innocenter les presbytériens17. La situation en Angleterre suscite enfin la publication d’un traité fondamental du pasteur et érudit caennais Samuel Bochart (1599-1667), texte paru en 1650, en latin puis en français. Il s’agit d’une réponse au chapelain du Roi en exil Charles II, Georges Morley (1597-1684). Bochart, voulant comprendre les raisons de la méfiance des Anglicans à l’égard des protestants français, est amené notamment à réfléchir à la question politique. Soucieux de dégager les huguenots de toute collusion avec ceux qui ont permis l’exécution de Charles Ier, Samuel Bochart en vient à justifier le plus parfait absolutisme. À la violence des Rois, les larmes et les prières constituent le seul remède18. La Restauration anglaise et le retour du Roi Charles II sont naturellement très bien accueillis par les pasteurs normands. Le ministre de Caen, Pierre Du Bosc (1623-1691), dit ainsi en 1660 à Daniel Brevint, son ancien collègue normand devenu chapelain de Charles II, « l’excès de [sa] joie »19. Louis Hérault retourne en Angleterre dès 1660 ; en 1665, il dédie à Charles II son nouveau recueil de sermons paru à Amsterdam20.

Face à la répression, la fidélité au Roi, une garantie ?

11La première moitié des années 1660 marque une nette césure dans l’histoire des protestants du Royaume de France. Une succession de déclarations, d’édits et autres arrêts du Conseil vise à restreindre leurs privilèges et à endiguer tout ce qui relève de ce que le discours royal appelle les « abus » et les « contraventions à l’Édit ». Même si en Normandie la campagne de répression est plus tardive qu’ailleurs, les pasteurs sont très vite conscients des effets défavorables de la politique du Roi.

  • 21 Voir Gabriel Laforgue, Pierre du Bosc. Étude historique, 1623-1692. Thèse publiquement soutenue dev (...)
  • 22 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc… Philippe Legendre (1636-1725), pasteur de Honfleur pui (...)
  • 23 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc, p. 32.

12Il est ainsi d’autant plus remarquable de constater que les ministres du culte protestant trouvent plusieurs occasions de montrer un royalisme sans faille. Le cas de Pierre Du Bosc est exemplaire. Ministre de Caen depuis 1645, Pierre Du Bosc est à la fois une des grandes figures de la prédication réformée du XVIIe siècle et un zélé défenseur des Églises réformées normandes21. À partir du milieu des années 1660, il est régulièrement député par les synodes provinciaux pour se rendre à la Cour à l’effet de préserver les intérêts des communautés de la province. Ses multiples démarches auprès du pouvoir ont été scrupuleusement notées dans la biographie que lui a consacrée après sa mort son gendre, le pasteur normand Philippe Legendre22. À croire ce dernier, Pierre Du Bosc fut un des pasteurs les « plus jaloux du respect & de l’obéissance que les peuples doivent à leur Souverain »23.

13Une rapide analyse de quelques-uns de ses prêches permet de confirmer cette assertion. Le sermon prononcé devant les pasteurs et les anciens réunis à Rouen, à l’occasion du synode annuel, le 10 juin 1663, est révélateur des idées politiques de ce ministre. Commentant un verset du premier chapitre de l’Apocalypse, Du Bosc fait allusion à la situation présente. Il en donne même une vision dramatique :

  • 24 Pierre Du Bosc, Les Estoiles du Ciel de l’Église ou Sermon sur ces Paroles de Saint Jean en l’Apoca (...)

Nous pouvons bien dire, & il n’est que trop véritable, que nos Églises sont maintenant dans la tempeste, puisque nous sentons fondre sur nous des orages de toutes parts. L’air nous paroist tout plein de nuages & tout enflammé d’éclairs : Des vents impétueux & bruyants soufflent avec véhémence : les vagues s’émeuvent violemment contre notre vaisseau, & lui causent de rudes secousses, Et dans cette triste agitation de notre Nacelle, les gens craintifs & de petite foy commencent desjà à crier, Seigneur sauve nous, nous périssons24 !

14Dans ces temps de trouble, les pasteurs doivent jouer le rôle de guides, d’étoiles. Les malheurs actuels des communautés réformées ne procèdent pas de l’action du Roi « puisque c’est par luy que nous respirons, & que de luy dépend toute notre vie. » Le pasteur ajoute :

  • 25 Citations extraites de Pierre Du Bosc, Les Estoiles du Ciel…, p. 65. Dans ce prêche, Pierre Du Bosc (...)

Si quelques-uns nous travaillent, & nous rendent notre condition amère, c’est contre l’intention de cet équitable & généreux Prince, qui connoissant le zèle ardant & inviolable que nous avons pour son service, nous regarde comme ses fidèles sujets, & veut que nous jouissions comme les autres de la douceur de ses Lis, & des avantages de cette heureuse Paix qui est l’entourage de sa Sagesse & de sa Vertu25.

  • 26 Voir la communication d’Olivier Tréhet dans ce recueil. Le chevalier de Rohan (né en 1635) est déca (...)
  • 27 Voir Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte convenables au Tems, Rotterdam, (...)

15Onze ans plus tard, en 1674, alors que la découverte du complot fomenté par Rohan a placé les protestants normands dans une position difficile26, Du Bosc aborde de front la question de la souveraineté. Dans son commentaire du 17e verset du chapitre 2 de la première Épître de Pierre, « Craignez Dieu, honorez le Roi »27, Il proclame son admiration de la monarchie avant de dresser un panégyrique de Louis XIV, éloge dont le caractère outrancier ne laisse pas d’étonner. Le ministre fait ainsi de la naissance du Roi un événement d’origine divine :

  • 28 Pierre Du Bosc, Sermons…, t. 4, p. 111. Rappelons que le mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche (...)

Vingt-deux années de stérilité qui avoient précédé sa conception, ôtent évidemment à la nature la gloire de sa naissance. Une force au dessus de toutes les causes secondes a produit un Prince si extraordinaire ; & les qualités qu’il possède en sont une preuve incontestable28.

16Le respect et l’obéissance des sujets sont nécessaires. Pierre Du Bosc ajoute :

  • 29 Pierre Du Bosc, Sermons, p. 122.

Que nous sommes heureux, Mes Frères, de vivre sous un Prince pour le service duquel notre inclination s’accorde si agréablement avec notre devoir, & en qui nous trouvons dans un degré éminent tout ce qui peut obliger à honorer les Monarques. Car c’est un Héros […]29.

  • 30 De nombreux auteurs ont étudié ce sermon, devenu l’emblème de la faiblesse d’un protestantisme déjà (...)

17Notre ministre rappelle toutefois que l’obéissance à Dieu prime sur toutes les autres30. En 1682, alors que plusieurs temples ont été fermés par décision royale, Pierre Du Bosc, élu modérateur (président) du synode tenu à Quevilly, déclare en présence des commissaires députés par Louis XIV son admiration à l’égard d’un

  • 31 Texte reproduit dans la biographie de Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc…, p. 120 [Discour (...)

Monarque qui est encore plus grand par sa personne que par ses exploits & par ses victoires, bien que ses armes triomphent par tout où elles paroissent. Les quatre parties du Monde en ont ressenty la force ; ce n’est plus l’Europe seule qui l’éprouve ; c’est l’Asie, c’est l’Afrique, c’est l’Amérique même qui tremblent sous son pouvoir31.

  • 32 Sur le mouvement non violent de 1683 dans le Sud de la France, voir l’article d’Yves Krumenacker, « (...)
  • 33 Sur le Traité d’Élie Merlat, voir l’article d’Hubert Bost, « Élie Merlat… ».

18Ce discours de soumission, qui n’évite pas toujours la flagornerie, veut montrer au Roi le loyalisme des Réformés et rendre ainsi inutile toute répression. Ce n’est qu’en 1683, avec l’appel d’un « directoire » clandestin demandant aux protestants du Midi de se réunir pacifiquement sur les lieux des temples abattus, qu’un divorce se crée entre les fidèles et les élites32. Mais ce genre de manifestation reste de toute façon totalement étranger à la France du Nord de la Loire. Il faut rappeler que le Traité du pouvoir absolu des Souverains d’Élie Merlat (1634-1705), pasteur saintongeais en exil à Lausanne après une période d’emprisonnement, paraît en septembre 1685, un mois avant la Révocation de l’Édit de Nantes33.

  • 34 Archives Nationales (A. N.), TT 272/27 (171-1164). Sur ce sujet, voir l’article de G.-E. de Falguer (...)

19Les pasteurs normands s’engagent ainsi dans une voie qui, du fait de la répression de plus en plus vive, s’apparente à une véritable gageure. La fidélité au pouvoir et à la personne royale se veut la garantie ultime de la liberté religieuse. En réponse à l’Avertissement pastoral, texte élaboré par l’Assemblée du clergé de 1682, appel solennel à la réunion au catholicisme, les pasteurs, sollicités au sein même de leurs consistoires par l’intendant et des représentants de l’évêque, définissent une ligne de conduite étroite. Le loyalisme à l’égard des autorités ne signifie pas la conversion. À Trévières par exemple, le dimanche 23 mai 1683, le ministre du lieu, Jean Cartault (mort après 1699), accueille l’intendant Antoine Barillon de Morangis et quatre ecclésiastiques venus faire la lecture de l’Avertissement pastoral. Tout en reconnaissant l’autorité du commissaire royal et en saluant les ecclésiastiques, il rejette le texte et dit espérer que le Roi « n’exigera rien de nous contre notre conscience »34.

  • 35 Voir « Les Leçons de la Justice, ou Sermon sur les paroles de l’Évangile de notre Seigneur selon sa (...)
  • 36 Pierre Du Bosc, Sermons, p. 126. À propos de ce sermon, voir l’analyse d’Alfred Galland, « Les deux (...)

20La dureté de la répression n’échappe évidemment pas aux pasteurs. Les allusions à la dégradation de la situation politique des Réformés affleurent ainsi dans un célèbre sermon de Pierre Du Bosc sur les versets 4 et 5 du chapitre 13 de l’Évangile de saint Luc, prononcé le 23 mars 1681, un mois et demi après que le Roi a rendu un arrêt du Conseil favorable aux protestants caennais35. Alors que plusieurs temples normands ont été fermés, Pierre Du Bosc déclare à ses ouailles : « Notre bien propre nous appelle à la joye : mais le mal de nos frères nous appelle à la douleur et aux larmes »36. Les pasteurs reconnaissent dans leurs difficultés les effets de la colère divine sur un peuple pécheur. Ils voient dans les larmes et les jeûnes un moyen d’émousser l’ire divine. L’appel à la repentance, dont les larmes sont le signe, n’est pas nouveau. Dès 1658, Pierre Du Bosc, dans un sermon prononcé un jour de jeûne à Caen intitulé « Les Larmes de saint Pierre », incitait le peuple à la contrition. Si « nos Églises jouissent encore de leurs principaux privilèges […] nos Temples nous sont conservez ; nos chaires sont maintenues », le pasteur croit déceler cependant

  • 37 « Les Larmes de S. Pierre ou sermon sur ces Paroles de l’évangile selon St. Luc, chap. 22. vers. 62 (...)

l’extrême corruption qui s’est répandue dans nos mœurs, le mépris qui se fait parmi nous de la Religion, l’indifférence qu’on y témoigne pour le service de Dieu, les débauches excessives qui s’y commettent, sans que ni les menaces de la Loy, ni tous les préceptes de l’Évangile en puissent arrêter le cours37.

  • 38 On peut se reporter également aux deux sermons contenus dans le recueil du pasteur rouennais Lucas (...)

21Les véritables larmes, celles des yeux et celles du cœur, sont une marque de repentance et d’amendement38. Les jeûnes constituent le cadre idéal pour de tels actes de repentir :

  • 39 Christian Grosse, Françoise Chevalier, Raymond A. Mentzer et Bernard Roussel, « Anthropologie histo (...)

ils conduisent les fidèles à se reconnaître responsables de l’événement redouté qui survient et à demander à Dieu de modérer l’expression de sa colère : ils contribuent ainsi à décourager toute rébellion contre une autorité répressive […]39.

  • 40 A. N. TT 263/6 (61-310).

22C’est dans cet esprit qu’il faut interpréter la décision d’un jeûne solennel par les autorités du synode provincial tenu en 1682. Les autorités synodales appellent, « en affligeant le corps, à briser les cœurs et à les offrir à Dieu contrits et abattus par le sentiment de leurs péchés pour désarmer la main de Sa justice et en faire tomber les verges dont Il nous frappe »40. Ce discours n’est pas nouveau mais il prend un relief tout particulier dans un contexte de répression accrue.

La soumission dans la répression ou les paradoxes d’une voie étroite

  • 41 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc…, p. 31-32. En novembre 1664, à son retour à Caen, le m (...)
  • 42 Attestation du lieutenant général du bailliage-présidial d’Alençon, 15 mars 1676, Archives départem (...)
  • 43 Cet arrêt du Conseil a été imprimé, Alençon, Martin de la Motte et veuve J. Malassis, [1676], A. N. (...)
  • 44 Procès-verbal du commissaire Guillaume Scot de la Mésangère, commissaire député au synode de Rouen, (...)
  • 45 Les procès de 1676 et 1681 sont racontés par Élie Benoist, autre célèbre ministre d’Alençon, dans s (...)

23Les manifestations de soumission des autorités réformées dans la seconde moitié du XVIIe siècle sont d’autant plus étonnantes que les pouvoirs n’ont cessé de s’attaquer à l’exercice de la fonction pastorale. Condamner tel ou tel ministre revient à décapiter une Église et ainsi à menacer son existence même. Le pasteur Pierre Du Bosc lui-même est condamné, sur demande des Jésuites, à un exil temporaire à Châlons par lettre de cachet du 2 avril 166441. Au cours des années 1670, les attaques contre les pasteurs se multiplient dans le Royaume et en Normandie. Pierre Méhérenc de la Conseillère, un des ministres d’Alençon, est ainsi accusé d’avoir tenu des propos attentatoires à l’honneur de l’Église et du Roi lors d’un sermon prononcé le 15 mars 1676 en présence du Père Jérothée, Capucin. Il aurait notamment déclaré qu’il ne « falloit pas quitter [Dieu] pour suivre un Roy idolastre »42. Un arrêt du Conseil du 17 juillet 1676 le condamne à un exil de six mois à Nantes et exige une rétractation publique43. Le pasteur peut reprendre son activité à la fin de 1676 ou au début de 1677. Le synode provincial de 1677 le condamne néanmoins en des termes virulents et lui demande de se retirer de l’assemblée44. En 1681, le ministre est accusé à nouveau d’avoir tenu des propos outrageants contre le Roi. Interdit d’exercice, il décide de partir pour le Refuge, répondant ainsi favorablement aux lettres de vocation envoyées le 26 janvier 1682 par la communauté réformée d’Hambourg-Altona. Le synode tenu à Quevilly en septembre 1682 le remercie des services rendus à la province45.

Fig. 1 – Le sort des pasteurs de Normandie attestés au sortir du synode provincial de Quevilly (septembre 1682), à la fin de l’année 1685 ou au début de l’année 1686

24La multiplication des interdictions d’exercice à partir de 1679 touche particulièrement les pasteurs. Certains d’entre eux, ne trouvant plus d’emploi, font ainsi le choix de partir pour l’étranger dès le début des années 1680.

  • 46 Je me contente de reprendre les idées développées par Élisabeth Labrousse, « Mythes huguenots au XV (...)

25Il serait trop facile de souligner l’échec patent du discours de soumission des pasteurs normands. Leur loyalisme procède à la fois de solides convictions absolutistes partagées par la majorité de leurs contemporains et d’un impératif stratégique : la fidélité au Roi est supposée exempter les communautés huguenotes du pire. La Révocation de l’Édit de Nantes n’a jamais été envisagée. Un autre choix, celui de la contestation, était de toute façon difficilement imaginable. On peut même penser que les illusions politiques des pasteurs ont d’une certaine manière préservé la communauté protestante avant que la Révocation ne provoque sa désintégration46.

  • 47 Voir les articles 4, 5 et 6 de l’Édit de Fontainebleau révoquant celui de Nantes, octobre 1685, dan (...)
  • 48 J’ai présenté le corpus pastoral normand au sortir du synode de 1682 dans « Aspects du protestantis (...)

26L’Édit de Fontainebleau place les pasteurs face à leurs contradictions. Tout en encourageant la conversion des ministres, ce texte autorise ceux qui refuseraient l’abjuration à quitter le Royaume47. Comme on peut le constater en observant le graphique ci-dessous, le loyalisme des pasteurs ne saurait entamer leurs convictions religieuses. La plupart des pasteurs normands en exercice en 1682 ont fait le choix de l’émigration48.

 

27L’exil de centaines de pasteurs français vers les pays du Refuge se double d’une évolution du discours politique. La plupart des ministres reste certes fidèle à ses convictions absolutistes. La solution la plus praticable consiste à se tourner vers un prince protestant. Guillaume d’Orange et Marie II deviennent les nouvelles « références ». Pierre Du Bosc dédie ainsi le premier tome des Sermons sur divers textes etc. au prince d’Orange. Il déclare ainsi :

  • 49 Épître dédicatoire de Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte…, t. I, non pa (...)

Une effroyable Tempête, telle que l’Église n’en avoit peut-être jamais senti de pareille, nous ayant jettez hors de notre Patrie : Dieu qui dans sa colère se souvient d’avoir compassion a voulu que cette Tempête nous ait fait trouver un Port doux & agréable dans les pays de votre Gouvernement, Monseigneur49.

  • 50 Épître dédicatoire de Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Rotterdam, Re (...)

28Le second tome des Sermons de Pierre Du Bosc est dédié à Marie II50.

  • 51 Jacques Basnage, Considérations sur l’état de ceux qui sont tombez ou lettres à l’Église de ***** s (...)
  • 52 Sur ce thème, voir l’article de Myriam Yardeni, « Problèmes de fidélité chez les protestants frança (...)

29Le traumatisme que représentent l’exil et les persécutions amène cependant certains pasteurs à dénoncer la violence et à opposer à l’autorité royale le droit naturel. Évoquant les enlèvements d’enfants dans une de ses Lettres pastorales envoyées à son ancienne Église de Rouen, vibrant appel à la repentance, Jacques Basnage s’écrie : « on a violé le droit naturel […] »51. Pierre Jurieu (1637-1713) va encore bien plus loin : dans sa défense d’une monarchie tempérée, il réactualise les idées monarchomaques52.

 

30La ligne de conduite politique des pasteurs normands de la seconde moitié du XVIIe siècle est conforme au modèle observé dans la France du Nord. Les effets, traumatisants à bien des égards, de la mort du Roi Charles Ier, sont ressentis cependant davantage dans une province si proche de l’Angleterre. Face à une répression de plus en plus vive, les ministres normands n’ont jamais voulu reprendre les choix contestataires de leurs aïeux. Leurs convictions royalistes, leur profonde déférence à l’égard de Louis XIV, le refus de tout ce qui pourrait apparaître comme acte de rébellion leur semblent une garantie suffisante contre les attaques les plus mortelles du pouvoir. En ce sens, la Révocation constitue un véritable traumatisme. Elle ne suscite que peu de conversions au catholicisme mais elle occasionne, notamment aux Provinces-Unies, d’importants débats politiques, une des matrices des contestations du Siècle des Lumières.

Notes

1 Pour l’évolution générale, consulter la thèse de Wladyslaw-Jözef Stankiewicz, Politics & Religion in Seventeenth-Century France. A Study of Political Ideas from the Monarchomachs to Bayle, as reflected in the Toleration Controversy, Berkeley – Los Angeles, University of California Press, 1960, ainsi que les articles de Myriam Yardeni, « French Calvinist Political Thought », in International Calvinism, 1541-1715, Menna Prestwich (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1985, p. 315-337, et Michel Reulos, « La Monocratie chez les Réformés français, XVIe-XVIIe siècles », in Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des Institutions, Bruxelles, La Librairie Encyclopédique, 1969, XXI, La Monocratie, 2e partie, p. 657-674. Pour le XVIe siècle, voir la synthèse d’Hugues Daussy, « Les Huguenots entre l’obéissance au Roi et l’obéissance à Dieu », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, no 22/1, 2004, p. 49-69. Sur la question des monarchomaques, on se reportera notamment au travail d’Isabelle Bouvignies, « Monarchomachie : tyrannicide ou droit de résistance ? », in Tolérance et Réforme. Éléments pour une généalogie du concept de tolérance, Nicolas Piqué et Ghislain Waterlot (éd.), Paris – Montréal, L’Harmattan, 1999, p. 71-98. Pour le XVIIe siècle, on peut citer plusieurs articles et ouvrages aux conclusions parfois divergentes. Il faut commencer par les excellents résumés des conférences prononcées à l’École Pratique des Hautes Études entre 1969 et 1972 sur le thème des doctrines politiques des protestants entre 1630 et 1685 par Élisabeth Labrousse, Annuaire 1970-1971, École pratique des Hautes Études, IVe section, Sciences historiques et philologiques, 103e année, p. 601-613 ; Annuaire 1971-1972, 104e année, p. 529-538 ; Annuaire 1972-1973, 105e année, p. 549-559. Voir aussi Solange Deyon, Du loyalisme au refus : les protestants français et leur député général entre la Fronde et la Révocation, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1976, et, du même auteur, « Les protestants et la monarchie en France au XVIIe siècle », in Christianisme et pouvoirs politiques. Études d’histoire religieuse, Maurice Carrez et al. (éd.), Lille – Paris, Centre de recherches pour l’étude des religions, 1973, p. 43-55, ainsi que Klaus Malettke, « Huguenotten und monarchischer Absolutismus in Frankreich », Francia. Forschungen zur westeuropaïschen Geschichte, Band 15, 1987, p. 299-319. Sur le point particulier du loyalisme des pasteurs, outre le travail d’Alfred Galland, Les Pasteurs français Amyraut, Bochart, Merlat, etc. et la royauté de droit divin de l’Édit d’Alais à la Révocation (1629-1685), Paris, Librairie Fischbacher, 1929 [initialement paru dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, en 1928], voir la thèse d’Hartmut Kretzer, Calvinismus und französische Monarchie im 17. Jahrhundert. Die politische Lehre der Akademien Sedan und Saumur, mit besonderer Berücksichtigung von Pierre Du Moulin, Moyse Amyrault und Pierre Jurieu, Berlin, Duncker et Humboldt (Historische Forschungen ; Band 8), 1975, et, du même auteur, « Le royalisme des Calvinistes français du XVIIe siècle », Le Pays sedanais, 6, 1978, p. 49-61 ; on peut consulter aussi l’article d’Hubert Bost, « Élie Merlat ou la fin du monde », in Ces Messieurs de la R. P. R. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion (Vie des Huguenots ; no 18), 2001, p. 148-174, spécialement p. 172 [article publié pour la première fois, en collaboration avec Didier Poton, en 1990].

2 Au Sud de la Loire, les comportements sont souvent différents. Voir Robert Sauzet, « Contre-Réforme et confessionnalisation en Bas-Languedoc aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Les Deux Réformes Chrétiennes. Propagation et Diffusion, Ilana Zinguer et Myriam Yardeni (éd.), Leyde, Brill (Studies in the History of Christian Traditions), 2004, p. 274-289.

3 Voir l’article d’Hubert Bost, « Élie Merlat… », p. 172.

4 Hartmut Kratzer, « Remarques sur le droit de résistance des calvinistes français au début du XVIIe siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, tome 123, 1977, p. 54-75.

5 Si Jean Calvin appelle dans son Institution de la religion chrétienne (livre IV) à la soumission aux puissances, il revendique également un devoir de résistance aux commandements injustes : voir les remarques de Max Engammare, « Calvin monarchomaque ? Du soupçon à l’argument », in Protestantisme et politique (Actes du IXe colloque Jean Boisset. Actes du XIVe Colloque d’histoire des Réformes et du protestantisme de l’Université de Montpellier), Michel Péronnet et Emmanuelle Rebardy-Julia (éd.), Montpellier, Publications de l’université Paul Valéry – Montpellier III, 1997, p. 13-33, et d’Isabelle Bouvignies, « Monarchomachie… », p. 75-76.

6 Hubert Bost, « Élie Merlat… », p. 157. Voir aussi les remarques d’Élisabeth Labrousse, « La doctrine politique des huguenots, 1630-1685 », in Conscience et Conviction. Études sur le XVIIe siècle, Paris – Oxford, Universitas – Voltaire Foundation, 1996, p. 81-88 [article publié pour la première fois en 1972].

7 Dans ce domaine, les travaux d’Élisabeth Labrousse sont essentiels. On citera tout particulièrement son article paru dans Annuaire 1970-1971…, p. 601-613. Voir aussi « Une foi, une loi, un Roi ? ». La Révocation de l’Édit de Nantes, Genève – Paris, Labor et Fides – Payot, 1985, p. 39-41, « La doctrine politique… », et « Les stratégies huguenotes face à Louis XIV, 1629-1685 », in Conscience et Conviction…, p. 89-95, spécialement p. 93 [article publié pour la première fois en 1982].

8 Ils sont conservés à la Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (B. P. F.), Ms. 11/2, 58-72.

9 Voir Fernand de Schickler, Les Églises du Refuge en Angleterre, Paris, Librairie Fischbacher, 1892, t. 2, p. 205, n. 1, 218-225 et 510.

10 Ce calcul est fondé sur les dépouillements des matricules universitaires, des thèses publiées ou de toute autre allusion. Rappelons que les matricules n’existent que pour l’Académie de Genève et les Universités de Leyde, Groningue (une occurrence dans le corpus étudié) et Heidelberg (une occurrence). Pour les Académies françaises (Sedan, Saumur et Montauban où au moins deux pasteurs sont passés), ce type de sources a disparu.

11 Les trois sermons sont imprimés en tête du recueil Le Pacifique Royal en dueil, compris en douze sermons sur quelques textes de l’Escriture par Louis Hérault, ministre du Sainct Évangile, Saumur, Jean Lesnier Imprimeur et Libraire au Livre d’Or, 1649 et 1650 [épître dédicatoire au Roi Charles II]. Sur ce séjour à Londres de Louis Hérault, voir les remarques d’Élisabeth Labrousse, « Great Britain as Envisaged by the Huguenots of the Seventeenth Century », Huguenots in Britain and Their French Background, 1550-1800. Contributions to the Historical Conference of the Huguenot Society of London, 24-25 September 1985, Irene Scouloudi (dir.), Londres, The Huguenot Society of Great Britain and Ireland, 1987, p. 143-157, ici p. 145, et de Bernard Cottret, Terre d’exil. L’Angleterre et ses réfugiés français et wallons, de la Réforme à la Révocation de l’Édit de Nantes, 1550-1700, Paris, Aubier (Historique), 1985, p. 177-178. Voir aussi l’article du pasteur Benjamin Robert, « Louis Hérauld, pasteur d’Alençon et de Londres. Sa controverse avec un Capucin », L’Église réformée d’Alençon. Études historiques, Alençon, Imprimerie Corbière et Jugain, 1940, p. 38-47, et les ouvrages de Fernand de Schickler, Les Églises du Refuge en Angleterre…, t. 2, p. 86 sq. et t. 3, p. 197-207, et Hartmut Kretzer, Calvinismus…, p. 178 (thèses de 1623 de Louis Hérault sous la direction de Pierre Du Moulin père, 1568-1668).

12 J’utilise la traduction œcuménique de la Bible.

13 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en dueil…, 1650, p. 115 et 116 [sermon prononcé à Alençon, le dimanche 27 août 1645].

14 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en dueil…, p. 130 [sermon prononcé à Alençon, le mercredi 30 août 1645].

15 Ibid.

16 Louis Hérault, Le Pacifique royal en dueil…, p. 374 [sermon prononcé à Alençon le mercredi 24 février 1649].

17 Voir Jean-Maiximilien de L’Angle, Lettre de M. de L’Angle à feu Monsieur de Saumaise sur son apologie du Roy d’Angleterre, monstrant que les Presbytériens sont innocens de la mort du Roy son père, Leyde, 1660 [exemplaire de la B. P. F., Réserve in 8° 13584/2]. La Lettre datée de Rouen, le 8 avril 1650, se veut une réponse à l’Apologie royale pour Charles Ier, traité d’abord paru en latin (1649) de Claude Saumaise (1588-1653), professeur à l’Université de Leyde.

18 Voir le texte en français de ce traité de Samuel Bochart, Lettre de Monsieur Bochart à Monsieur Morley, chapelain du Roy d’Angleterre, Paris, 1650. La thèse latine d’Alfred Galland porte sur ce traité, Quid Samuel Bochartus de jure regum anno 1650 disseruerit, Alençon, Guy, 1897. Voir aussi, du même auteur, Les Pasteurs français Amyraut, Bochart, Merlat, etc. et la royauté…, p. 18-27. Alfred Galland étudie en parallèle le traité de Bochart et celui de Moïse Amyrault (1596-1664), Discours sur la souveraineté des Roys, paru également en 1650. C’est certainement le traité latin de Pierre Du Moulin fils, Regii sanguinis clamor ad coelum adversus parricidas anglicanos, paru à La Haye en 1652 qui constitue la dénonciation la plus violente de l’exécution du Roi. Voir Bernard Cottret, Terre d’exil…, p. 182-183.

19 Le texte de cette lettre figure dans Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc, ministre du saint Évangile, enrichie de lettres, harangues, dissertations et autres pièces importantes, Rotterdam, Reinier Leers, 1694, p. 18 des pièces annexes.

20 Louis Hérault, Le Pacifique Royal en joye, compris en XX sermons, Amsterdam, 1665.

21 Voir Gabriel Laforgue, Pierre du Bosc. Étude historique, 1623-1692. Thèse publiquement soutenue devant la faculté de théologie protestante de Montauban, Montauban, Victor Macabiau Imprimeur, 1883. De manière plus générale, consulter également la thèse de Françoise Chevalier, Prêcher sous l’Édit de Nantes. La prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et Fides (Histoire et Société ; no 30), 1994.

22 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc… Philippe Legendre (1636-1725), pasteur de Honfleur puis de Rouen à partir de 1671, épousa Judith, fille de Pierre Du Bosc, à Rotterdam où il s’était réfugié après la Révocation.

23 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc, p. 32.

24 Pierre Du Bosc, Les Estoiles du Ciel de l’Église ou Sermon sur ces Paroles de Saint Jean en l’Apocalipse, Chapitre I v. 16. Et il avoit en sa main droite sept Estoiles. Prononcé à Quevilly le Dimanche 10 de Juin 1663. En la présence du Synode tenu à Rouen par Pierre du Bosc, Quevilly, Centurion Lucas, 1663, p. 2. Ce sermon est précédé d’une épître adressée à Jean-Maximilien de L’Angle.

25 Citations extraites de Pierre Du Bosc, Les Estoiles du Ciel…, p. 65. Dans ce prêche, Pierre Du Bosc demande à ses coreligionnaires de s’associer aux réjouissances décidées à la suite du rétablissement du Roi, tout juste sorti de maladie.

26 Voir la communication d’Olivier Tréhet dans ce recueil. Le chevalier de Rohan (né en 1635) est décapité le 27 novembre 1674. Les autorités provinciales démentent tout lien entre les protestants normands et Rohan. Voir Klaus Malettke, Opposition und Konspiration unter Ludwig XIV. Studien zu Kritik und Widerstand des französischen Königs während der ersten Hälfte seiner persönnlichen Regierung, Göttingen, Vanderhoeck et Ruprecht, 1976, p. 142 sq. et Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie de l’Édit de Nantes à la Révolution [1898], Caen – Paris, Société d’histoire du Protestantisme en Normandie – Les Bergers et les Mages, 1991, p. 151.

27 Voir Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte convenables au Tems, Rotterdam, Reinier Leers, 1701, t. 4, p. 89-128. La date du texte est fournie par un extrait de La Vie de Pierre Du Bosc…, p. 32, de Philippe Legendre, qui évoque « le Sermon qu’il fit en 1674. lors que Mr. le Duc de Roquelaure fut envoyé en Normandie, sur ces paroles de St. Pierre, Craignez Dieu, et honorez le Roy. » Le duc de Roquelaure (1617-1683) est envoyé en Normandie à la suite de la découverte du complot du chevalier de Rohan.

28 Pierre Du Bosc, Sermons…, t. 4, p. 111. Rappelons que le mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche eut lieu à Bordeaux le 28 novembre 1615 et que le futur Louis XIV naquit le 5 septembre 1638.

29 Pierre Du Bosc, Sermons, p. 122.

30 De nombreux auteurs ont étudié ce sermon, devenu l’emblème de la faiblesse d’un protestantisme déjà moribond. Il faut lire, à ce sujet, les remarques iconoclastes d’Élisabeth Labrousse, « Une foi, une loi, un Roi ? »…, p. 165-166.

31 Texte reproduit dans la biographie de Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc…, p. 120 [Discours prononcé lors de l’ouverture du synode tenu à Quevilly, le 2 septembre 1682].

32 Sur le mouvement non violent de 1683 dans le Sud de la France, voir l’article d’Yves Krumenacker, « Violence ou non-violence : les protestants français sous Louis XIV », Révolte et Société (Actes du IVe colloque d’histoire au temps présent), Fabienne Gambrelle et Michel Trebitsch (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, t. II, p. 106-113.

33 Sur le Traité d’Élie Merlat, voir l’article d’Hubert Bost, « Élie Merlat… ».

34 Archives Nationales (A. N.), TT 272/27 (171-1164). Sur ce sujet, voir l’article de G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 dans les consistoires », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 113e année, 1967, p. 87-95.

35 Voir « Les Leçons de la Justice, ou Sermon sur les paroles de l’Évangile de notre Seigneur selon saint Luc, chap. 13. vers. 4-5 », dans Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte convenables au Tems, Rotterdam, Reinier Leers, 1701, t. III, p. 125-164. Un arrêt du Conseil daté du 10 (en fait du 3) février 1681 décide le maintien de « l’exercice de la Religion Prétendue Réformée » à Caen, A. N. E 1809 (27).

36 Pierre Du Bosc, Sermons, p. 126. À propos de ce sermon, voir l’analyse d’Alfred Galland, « Les deux procès du temple de Caen d’après des documents, pour la plupart, inédits (1661-1685) », Société de l’Histoire du Protestantisme Français. Bulletin historique et littéraire, 39e année, 1890, p. 569-582, ici p. 581-582. Depuis 1679, douze temples normands, essentiellement dans le ressort du diocèse de Bayeux, ont été interdits. Je me permets de renvoyer au tableau présenté dans mon édition des actes du synode provincial de 1682, « Aspects du protestantisme en Normandie à la veille de la Révocation de l’Édit de Nantes. Actes du synode provincial tenu à Quevilly et procès-verbaux des commissaires catholique et réformé y assistant (septembre 1682) », Cahiers Léopold Delisle, t. LI, 2002, fasc. 3-4, p. 1-116, ici p. 104-105 (annexe 4).

37 « Les Larmes de S. Pierre ou sermon sur ces Paroles de l’évangile selon St. Luc, chap. 22. vers. 62. Alors Pierre étant sorti dehors, pleura amèrement », dans Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Rotterdam, Reinier Leers, 1687, t. I, p. 1-54, ici p. 3. Il existe plusieurs éditions antérieures de ce sermon ; la plus ancienne connue date de 1666 (Genève, Jean-Antoine et Samuel de Tournes).

38 On peut se reporter également aux deux sermons contenus dans le recueil du pasteur rouennais Lucas Jansse (1607-1686), Les Larmes chrestiennes ou sermons faits en des jours de jeusne par Lucas Jansse, Quevilly, Nicolas Le Tourneur, 1669. Sur la question des larmes, voir les travaux de Danielle Roth, Larmes et consolation en France au XVIIe siècle, Lyon, Éditions du Cosmogone, 1997, et de Marianne Carbonnier-Burkard, « Larmes réformées », in De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse, Michelle Magdelaine et al. (éd.), Paris – Oxford, Universitas – Voltaire Foundation, 1996, p. 193-206.

39 Christian Grosse, Françoise Chevalier, Raymond A. Mentzer et Bernard Roussel, « Anthropologie historique : les rituels réformés (XVIe-XVIIe siècles) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 148e année, octobre-décembre 2002, p. 979-1009, ici p. 997.

40 A. N. TT 263/6 (61-310).

41 Philippe Legendre, La Vie de Pierre Du Bosc…, p. 31-32. En novembre 1664, à son retour à Caen, le ministre prononce un célèbre sermon : « Le Père et les Enfans dévouez à Dieu, ou Sermon sur les paroles de St. Pierre dans son Épître aux Hébreux Chap. 2. vers. 13. Me voicy moi, & les enfans que Dieu m’a donnez », Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte…, t. IV, p. 131-180.

42 Attestation du lieutenant général du bailliage-présidial d’Alençon, 15 mars 1676, Archives départementales (A. D.) Orne, 3 BP 249.

43 Cet arrêt du Conseil a été imprimé, Alençon, Martin de la Motte et veuve J. Malassis, [1676], A. N. TT 230/17 (16-1149-1153).

44 Procès-verbal du commissaire Guillaume Scot de la Mésangère, commissaire député au synode de Rouen, septembre 1677, A. N. TT 264/9 (46-170-171).

45 Les procès de 1676 et 1681 sont racontés par Élie Benoist, autre célèbre ministre d’Alençon, dans son Histoire de l’Édit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication etc., Delft, 1695, t. III, 2e partie, p. 335-338 et 462-472. On peut se reporter aussi aux travaux de Benjamin Robert, « Le pasteur Méhérenc de la Conseillère et son fils », in L’Église réformée d’Alençon. Études historiques, p. 56-73, Delphine Bouchard, Catholiques et Protestants à Alençon de l’Édit de Nantes à sa Révocation (1598-1685), mémoire de Maîtrise, Université Catholique de l’Ouest, Angers, 2001 (dactyl.), spécialement p. 178-181 et annexe 7 (circonstances de l’affaire de 1681), Emmanuel Roussard, L’Église réformée française de Hambourg Altona à travers les registres de délibération de son consistoire (1686-1693), mémoire de Maîtrise, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1994 (dactyl.), spécialement p. 68.

46 Je me contente de reprendre les idées développées par Élisabeth Labrousse, « Mythes huguenots au XVIIe siècle », p. 71-80, spécialement p. 74-77 (« la vision mythique du pouvoir politique »).

47 Voir les articles 4, 5 et 6 de l’Édit de Fontainebleau révoquant celui de Nantes, octobre 1685, dans le recueil de Catherine Bergeal, Antoine Durrleman (éd.), Protestantisme et libertés en France au XVIIe siècle de l’Édit de Nantes à sa Révocation, 1598-1685. Textes d’histoire protestante, Carrières-sous-Poissy, La Cause, 1985, p. 146-147.

48 J’ai présenté le corpus pastoral normand au sortir du synode de 1682 dans « Aspects du protestantisme… », p. 106-108 (annexe V) et p. 21 n. 69 (considérations méthodologiques). Une publication ultérieure détaillera exhaustivement les sources et la bibliographie utilisées pour établir le graphique ci-dessous. Je me contente d’indiquer les références générales suivantes : Samuel Mours, « Les pasteurs à la Révocation de l’Édit de Nantes », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 114e année, 1968, p. 67-105 (pour la Normandie, p. 82-85), G.-E. de Falguerolles, « Pasteurs, proposants et enseignants apostats vers 1685 et pensionnés du clergé (Archives Nationales série G8 : Agence générale du Clergé 208 à 261 et 604 à 618) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 126e année, 1980, p. 241-245, Hans Bots, « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un groupe socio-professionnel tout particulier, 1680-1710 », in La Vie intellectuelle aux Refuges protestants (Actes de la table ronde de Münster du 25 juillet 1995), Jean Häseler et Antony Mc Kenna (éd.), Paris, Honoré Champion (Vie des Huguenots ; no 5), 1999, p. 9-68 (avec une « Liste des pasteurs et proposants réfugiés dans les Provinces-Unies », p. 19-68).

49 Épître dédicatoire de Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte…, t. I, non paginé.

50 Épître dédicatoire de Pierre Du Bosc, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Rotterdam, Reinier Leers, 1692, t. II, non paginé. L’épître placée en tête du volume est datée du 10 décembre 1691, soit quelque trois semaines avant la mort du ministre normand.

51 Jacques Basnage, Considérations sur l’état de ceux qui sont tombez ou lettres à l’Église de ***** sur sa chute avec des prières pour l’Église & pour ceux qui sont tombez, Rotterdam, chez Abraham Acher et la veuve de Jacques Lucas, 1686, p. 328 [lettre no 5 du 26 janvier 1686]. Jacques Basnage (1653-1723) est ministre de Rouen-Quevilly de 1675-1676 à 1685 avant de partir pour Rotterdam puis La Haye. Sur ce texte, voir les remarques de Gerald Cerny, Theology, Politics and Letters at the Crossroads of European Civilization. Jacques Basnage and the Baylean Huguenot Refugees in the Dutch Republic, Dordrecht – Boston – Lancaster, Martinus Nijhoff publishers – Archives Internationales des Idées/International Archives of the History of Ideas, 1987, p. 71-76.

52 Sur ce thème, voir l’article de Myriam Yardeni, « Problèmes de fidélité chez les protestants français à l’époque de la Révocation », in Le Refuge huguenot. Assimilation et culture, Paris, Honoré Champion (Vie des Huguenots, no 22), 2002, p. 39-57 [article paru pour la première fois en 1981]. Les positions de Pierre Bayle, Jacques Basnage ou Pierre Jurieu y sont notamment expliquées.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le sort des pasteurs de Normandie attestés au sortir du synode provincial de Quevilly (septembre 1682), à la fin de l’année 1685 ou au début de l’année 1686
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

EHESS

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540