Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands contre l'occupation anglaise

La Farce de Pates-Ouaintes (1493), un épisode méconnu de contestation estudiantine : approche historique, littéraire et linguistique

Stéphane Laîné

Texte intégral

  • 1 Le scribe de l’université était en quelque sorte le secrétaire général de l’université. Voir Amédée (...)
  • 2 Le couvent des Cordeliers était voisin de l’université. Voir Amédée de Bourmont, ibid., p. 363-364, (...)
  • 3 Cette dernière partie est appelée « Breve Compendium Universitatis Cadomensis ».
  • 4 La décime est une « imposition établie par le pape sur les temporels ecclésiastiques à titre except (...)

1Le 1er octobre 1515, Pierre de Lesnauderie, scribe de l’université de Caen1, présenta à l’assemblée générale de l’université réunie dans le couvent des Cordeliers2 un document nommé Matrologe de l’université. Il s’agissait d’une compilation des divers documents officiels relatifs à l’institution, retraçant donc l’histoire de sa fondation et expliquant son organisation interne3. Parmi les documents rassemblés et copiés alors par Lesnauderie, plus d’une vingtaine de pièces concernent la contestation que l’université de Caen fit de la décime4 papale levée en 1492 par Alexandre VI. Au folio 332 figure ainsi une pièce de théâtre écrite et jouée lors de ces événements :

  • 5 « De l’autre côté suit une farce nommée Pattes Ointes, qui concerne la décime, et qui fut jouée dur (...)

Ensuit delaustre coste une farce nommee pates ouaintes qui fut jouee a karesmepernant touchant le decime et durant lanoese dicellui Ou Il y auoit douze torches et deux faloz ardans en cordes goctrannees sans les autres faloz achandelle Et y auoit plus de cent escoliers armes et abastons ala conduire Et fut jouee deuant buriau qui estoit nomme en Icelle pates ouaintes Et la jouerent legeneral biauues maistre jehan decaux les deux nepueus duhericy conseruateur enchief. Et maistre pierre delesnauderie qui jouait patesouaintes et estoit abilley comme buriau et sy le contrefaisoit deparolle et mesmes en sa presence. Et fut jouee pour aucuns deluniuersite qui estoient traitres5.

2Le Matrologe de l’université quitta les archives de l’université lors de la Révolution. Il fut conservé par M. Lecocq de Biéville, qui le vendit au célèbre libraire caennais Mancel. En 1843, La Farce de Pates-Ouaintes fut éditée isolément par Théodore Bonnin, mais depuis personne ne s’est plus inquiété de cette œuvre. Or elle est intéressante à plus d’un titre.

3Dans la préface de trois pages et demie qu’il rédigea lors de son édition, Bonnin indiqua le cadre historique qui explique la rédaction de la farce. Cette approche est toutefois restreinte aux informations contenues dans le Matrologe de l’université et comporte plusieurs erreurs. Il nous a donc semblé judicieux de compléter l’étude de Bonnin, La Farce de Pates-Ouaintes étant la manifestation d’une contestation du pouvoir royal à la fin du XVe siècle.

4Nous tenterons d’abord de comprendre les implications historiques de l’œuvre, en rappelant les conditions de création de l’université de Caen, l’étendue de ses privilèges, et les raisons qui l’ont poussée à s’opposer résolument à la décime de 1492. Nous présenterons ensuite l’œuvre elle-même, son auteur probable, ses personnages, ses thèmes dominants et le genre auquel il est possible de la rattacher. Enfin, nous essaierons de déterminer si l’opposition au pouvoir royal se traduit également par une pratique langagière à portée régionale, que ce soit dans les particularités phonétiques, morphologiques ou syntactiques, ou encore dans le choix du vocabulaire utilisé.

Repères historiques

La fondation de l’université de Caen ; ses privilèges

5La fondation de l’université de Caen est indissociable du contexte de la guerre de Cent Ans.

6Henri V, roi de France et d’Angleterre, conquit Caen le 4 septembre 1417. Falaise fut prise en février 1418, Rouen en janvier 1419. La Normandie était alors aux mains des Anglais dans sa quasi-totalité. Il manquait cependant des institutions permettant de former des administrateurs et des juristes en mesure de gouverner la Normandie de manière autonome. C’est cette raison qui motiva la création d’une université à Caen, à l’initiative de Jean, duc de Bedford, gouverneur de la Normandie et régent du royaume, puisque Henri V était mort en 1422 et que son fils Henri VI n’était âgé que d’un an.

  • 6 Pour la signification précise de l’expression studium generale et sa distinction du terme universit (...)

7Le 31 mars 1424, le pape Martin V répondit favorablement à une requête du gouvernement anglais pour fonder dans la province ecclésiastique de Rouen un studium generale in facultate artium jurisque civilis6.

  • 7 … et non en 1431, comme l’écrit Bonnin dans sa préface : le texte porte bien la mention Datum Rotho (...)

8Ce n’est qu’en janvier 14327 qu’eut lieu la fondation officielle de l’université de Caen, par lettres patentes d’Henri VI émises à Rouen. La charte de fondation indiquait que les membres de l’université de Caen bénéficieraient des mêmes privilèges, franchises et libertés que les autres studia du royaume. Le roi nomma le bailli de Caen conservateur des privilèges royaux.

9Le 15 février 1437, Henri VI créa par lettres patentes, avec ces mêmes privilèges, une faculté des arts, une faculté de théologie et une faculté de médecine à Caen.

10Le 29 mai 1437, le pape Eugène IV reconnut dans une bulle la création du studium generale de Caen, avec ses cinq facultés, et lui attribua les privilèges apostoliques. Il lui accorda les mêmes privilèges, exemptions et immunités qu’aux autres studia du royaume. Il nomma également l’évêque de Bayeux chancelier de l’université, en charge de conférer les grades universitaires. Dans une nouvelle bulle émise en mai 1439, Eugène IV désigna les évêques de Lisieux et de Coutances conservateurs des privilèges apostoliques, en principe en alternance.

11Les universitaires bénéficièrent donc peu à peu de tous les privilèges des clercs : les recteurs, docteurs, régents, maîtres, étudiants, écoliers… mais aussi les bedeaux, libraires, sonneur de cloche… étaient justiciables de la justice ecclésiastique, exempts de service armé et du guet, exempts de la taille, des tonlieux, et des droits de marché, avantagés pour les loyers, titulaires de bénéfices ecclésiastiques.

  • 8 Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 346, indique la date du 13 avril 1 (...)
  • 9 Lettre de Henri VI du 13 février 1450, citée par Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université (...)

12Henri VI dut constamment rappeler ces privilèges, en 1440, 1444, 1445, 1446… Le 13 février 14508, il prit encore la défense des privilèges universitaires mis à mal par « les paroissiens, manans et habitans de nostre Dame dudit Caen, vulgairement nomee Froide rue » qui ne voulaient pas reconnaître l’exemption de « taillez, aidez et octroys », et avaient « mis et tennus en grans et sumptueulx proces » les « suppotz, familliers et serviteurs » de l’université. Il rappelait qu’il s’agissait de « telz et semblables previleges, prerogatives, franchises et libertez que ont les autres universitez de nostre dit Royaume de France »9.

  • 10 Pour plus de détails, voir les articles et les ouvrages déjà évoqués d’Amédée de Bourmont, de Henri (...)

13Tant que l’université de Caen demeura sous la protection de son fondateur, le roi d’Angleterre, elle bénéficia de privilèges particuliers mais souvent temporaires, destinés à assurer son existence et son développement10. La reconquête de la Normandie par les troupes françaises modifia cette situation, sans toutefois la bouleverser.

14En 1450, Charles VII accéda à la requête des « gens d’eglise, nobles, bourgeois, et habitans de nostre ville de Caen » et accorda provisoirement le maintien de l’université en confirmant ses privilèges. Les trois États de Normandie demandèrent rapidement au pape Nicolas V une confirmation des privilèges de l’institution, qu’il accorda le 6 juillet 1451. Le 30 octobre 1452, Charles VII, qui voulait ignorer le rôle de son ennemi anglais mais reconnaissait celui joué par Eugène IV et les trois États de Normandie, choisit de créer à nouveau un studium generale à Caen, doté de ses cinq facultés et bénéficiant des mêmes privilèges, franchises et libertés que ceux octroyés aux autres universités du royaume.

  • 11 Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, p. 54.
  • 12 Le 14 mars selon Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 106 ; le 16 selon H (...)

15Louis XI reconnut les privilèges judiciaires de l’université de Caen rapidement après son accession au trône, avant 1465 selon Prentout11, sur la demande de l’institution. Il confirma encore tous ses privilèges judiciaires et économiques le 14 mars 148112.

  • 13 Armand Bénet, Inventaire des Archives de l’Université de Caen Conservées aux Archives départemental (...)

16En 1483, Charles VIII réitéra cette confirmation générale des privilèges de l’université de Caen. Mais dès 1485, il dut intervenir à nouveau pour défendre la corporation universitaire, en conflit avec les bourgeois de la ville. Le 9 mai et le 7 septembre 1485, Charles VIII confirma que les membres de la corporation universitaire étaient « francs, quictes et exemps de toutes tailles, aides, subscides, tribuz et autres subvencions quelzconques mises en nostre royaume, soit pour le paiement de noz gens de guerre ou autrement »13.

17Le constat est assez clair : l’université de Caen ne fut pas dotée de privilèges exceptionnels. Après la fin de la domination anglaise, les rois de France se contentèrent de confirmer les privilèges qui distinguaient les membres de l’université du reste de la population. Les universitaires avaient l’habitude de les défendre constamment et d’être toujours soutenus dans cette attitude par un pouvoir royal très protecteur, l’habitude aussi de réclamer d’autres avantages éventuels. C’est certainement cet ensemble d’habitudes qui peut expliquer l’affaire de la décime.

L’affaire de la décime

18Après la prise de Constantinople par Mehmet II en 1453, la menace ottomane pesa sur l’Occident chrétien. En 1488, le pape Innocent VIII, convaincu de la nécessité d’unir les royaumes chrétiens pour faire face à cette menace, délégua trois nonces apostoliques auprès du roi de France, Charles VIII, pour lui exposer le besoin d’une croisade qui devait être financée par la perception d’une décime. Deux dixièmes de la décime devaient revenir au roi de France. Cela favorisait ses projets : l’idée de la croisade s’associa en effet dans son esprit à celle d’une conquête du royaume de Naples, auquel il pouvait prétendre au titre de l’héritage de la maison d’Anjou.

19Le roi adressa donc à ce sujet un mandement « au grant seneschal de Normendie, ballifz de Rouen, Caux, Evreux, Gisors, Caen et Costentin, ou a leurs lieutenans », le 8 octobre 1492. Il mentionne d’abord la bulle du nouveau pape Alexandre VI levant la décime, qu’il présente comme déjà ancienne, et les dispositions adoptées pour la perception de l’impôt.

20Le cardinal archevêque de Lyon et l’évêque d’Albi étaient chargés de lever la décime sur l’ensemble du royaume. Ils avaient délégué leurs pouvoirs à l’évêque de Rouen et au doyen de son chapitre, Jean Masselin, pour la province ecclésiastique de Rouen. Toutefois, la suite du document évoque les difficultés nombreuses rencontrées lors de la collecte.

21Avant même octobre 1492, la levée de la décime paraît avoir connu des oppositions de la part du clergé normand, et pas seulement des universitaires caennais qui ne sont pas mentionnés expressément dans le document. Les termes « clameurs », « doléances » et « appellations » laissent penser que des recours en justice eurent lieu. Le roi avance un nouvel argument pour justifier l’impôt :

[…] pour obvier aux entreprinses des Anglois, lesquelz, comme l’en dit, font grant amatz de gens de guerre et d’artillerie, en intencion de invahir, et qui jà y ont fait descente en grant nombre, en quoy l’Église et mesmement nostred. païs de Normendie, qui touche la mer, pourroit avoir dommaige, autant que nulz autrez […]

22L’évocation du péril anglais est habile et d’actualité : les Anglais ont débarqué à Calais le 2 octobre, quelques jours avant le mandement royal, et ils ont mis le siège devant Boulogne. Le danger à cette date est donc véritable. Cependant, dès novembre la paix fut conclue ; le traité d’Étaples prévoyait le versement de 745 000 couronnes par la France à l’Angleterre. La levée de la décime devenait une nécessité absolue : Charles VIII charge donc une personnalité extérieure à la Normandie, l’évêque de Chalon, de son recouvrement.

23Le mandement s’achève sur un rappel de la volonté papale et sur l’utilité de la décime, qui ne grève pas davantage le peuple, pour le royaume.

  • 14 Le texte du Matrologe donne la date du 11 janvier 1492, ce qui correspond dans notre calendrier act (...)

24L’université de Caen, si prompte à défendre ses privilèges apostoliques et donc son appartenance implicite au clergé, était en conséquence concernée par la décime. Dès le 11 janvier 149314, « Messrs de l’Université de Caen » firent une appellation « contre l’évesque de Chalon pour l’exaction qu’il faisoit sur les escoliers touchant la décime, de laquelle ilz disoient estre exemps par leurs privilèges ».

  • 15 « sans avertissement ni délai ».
  • 16 Il s’agissait alors de Jean Le Héricy.
  • 17 Voir supra.
  • 18 « contre le meurtrier impie et le très rigoureux persécuteur de sa mère l’Église (contre l’évêque d (...)
  • 19 Selleur, scelleur ou garde du scel : « officier à qui est confié le sceau ».
  • 20 Faut-il prendre cette formulation littéralement, et penser que Lyon est le palefrenier de la mule d (...)

25Le 3 février, l’évêque de Chalon prononça des excommunications à l’encontre de ceux « qui ne vouloient paier la décime, et sans monicion ne suspense »15. Le 10 février, le conservateur des privilèges apostoliques de l’université, c’est-à-dire un docteur en droit qui représentait l’évêque de Lisieux ou celui de Coutances16, conservateurs ecclésiastiques en titre définis par le pape17, rendit publiques des inhibitions « pour ce que on se efforçoit contraindre les escolliers par la prinse de leurs biens et autrement ». Dans les mêmes temps, deux membres de l’université, Guillaume de la Mare et Guérin Regnouf, composèrent des vers latins de facture classique « ad impium parricidam ecclesieque matris persecutorem gravissimum (ad episcopum Cabilonensem) »18. Le 28 février, Jean Le Héricy, conservateur des privilèges apostoliques décidément très actif, décida une série d’excommunications. Il en prononça une sur l’évêque de Chalon « pour ce qu’il n’avoit point obéy aux inhibitions ne cessé à tourmenter et excommunier les suppostz de l’Université pour lad. décime », une autre « sur Maistre Pierre Regnault, selleur de Caen19, et sur Thomas Lyon, palefrennyer de la mulle Buriau20, lieutenant, pour ce qu’ilz avoient attempté contre les inhibitions du conservateur », une autre encore sur

  • 21 Ajourner : « convoquer à son tribunal ».
  • 22 Le Matrologe indique « dernier fevrier » pour cet acte et le mois de février comportait vingt-huit (...)

Girard Bureau, lieutenant du bailly à Caen, pour ce qu’il ala à l’encontre des privilèges desquelz il devoit estre conservateur, et fut afixée à toutes les églises de Caen et mesmes à sa maison viron une heure après medy, ad ce faire plus de cent escoliers, car il avoit fait adjourner21 le conservateur à son de trompe et donné mandement de prendre les biens des escoliers pour la décime22.

  • 23 Les textes de l’époque mentionnent le lieutenant du bailli, mais la dénomination exacte est en prin (...)
  • 24 Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, Caen, Imprimerie artistiq (...)

26Si l’excommunication touche plusieurs personnes, dont le responsable de la collecte désigné par le roi, l’évêque de Chalon, il en est une qui se distingue particulièrement, comme l’indiquent les citations du Matrologe que nous venons de faire : il s’agit de Girard Bureau, lieutenant général23 du bailli de Caen. Lors de la fondation de l’université de Caen, en 1432, nous avons vu que Henri VI avait désigné le bailli de Caen comme conservateur royal des privilèges de l’université. Or, dans l’affaire de la décime, le lieutenant général du bailli n’a jamais joué un rôle de défenseur, bien au contraire. Son attitude fut parfaitement résumée par Henri Prentout : « Pris entre les ordres du Roi et sa situation de défenseur de l’Université, il n’hésita pas et obéit aux ordres de Charles VIII »24. En réalité, le problème était inexistant puisqu’aucun de ces privilèges n’exemptait véritablement de la décime. Il est cependant vrai que le même monarque qui exigeait maintenant la collecte de cet impôt avait, le 9 mai et le 7 septembre 1485, confirmé que les membres de la corporation universitaire étaient « francs, quictes et exemps de toutes tailles, aides, subscides, tribuz et autres subvencions quelzconques mises en nostre royaume, soit pour le paiement de noz gens de guerre ou autrement »… En raison de la position ambiguë à laquelle l’obligeaient les attributions mêmes de sa charge, Bureau concentra les haines sur sa personne, ce qui lui valut les déboires déjà évoqués et ceux que nous allons expliquer.

27Le 16 mars eut lieu la plus grande manifestation publique de l’université tentant de s’opposer à la levée de la décime :

  • 25 Armand Bénet, Inventaire des Archives de l’Université de Caen Conservées aux Archives départemental (...)

Eu temps de ce débat furent faictes unes processions générales de l’Université, qui partirent des Cordeliers et allèrent par le Carrefourc St-Pierre aux Jacobins, ausquelles il y avoit troys mille escoliers ou viron, desquelles ensuit la teneur des scédulles pour les publier25.

  • 26 Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 119.
  • 27 « chez les notaires donner une copie ».
  • 28 La clameur de haro est une pratique propre au droit normand ; dans le cas présent, elle vise à susp (...)

28L’estimation de Pierre de Lesnauderie est généreuse : selon les historiens la population caennaise, au début du XVe siècle, était de 5 000 à 18 000 habitants, avec de fortes chances qu’elle ait été inférieure à 10 000 habitants. Les matricules de l’université permettent d’évaluer la population étudiante à environ 700 individus26. La manifestation a sans doute montré la force, au moins numérique, de l’université, mais elle n’a certainement pas réuni 3 000 étudiants ! En mars, la bataille des excommunications céda également le pas aux actions en justice et Bureau se révéla particulièrement combatif. L’université s’adressa d’abord à l’Échiquier de Normandie, dont elle obtint seulement une doléance, une plainte pour réclamation. Cette doléance aurait dû être rendue exécutoire par les vicomtes du bailliage de Caen, qui s’y refusèrent. Un sergent de Pont-l’Évêque, nommé Geffroy Gyemare, se rendit alors à la cour de l’official puis à la maison du lieutenant général du bailli pour notifier la plainte. Bureau réagit pour le moins vivement : il fit arrêter Gyemare et convoqua ses sergents afin qu’ils le mènent en prison. Le convoi, lorsqu’il arriva au « carrefourt de Froiderue », c’est-à-dire dans le quartier de l’université, fut assailli par plusieurs écoliers qui voulaient délivrer Gyemare, « entre lesquelz estoient Guillaume de Creullet et Maistre Pierre de Lesnauderie, l’espée toute nue en la main ». Gyemare calma les esprits en indiquant qu’il se rendait seulement « chieux les tabellions ballier copie »27 et le convoi reprit sa route. L’incident aurait pu facilement dégénérer, ce ne fut heureusement pas le cas. De son côté, Bureau réunit les autres officiers du roi à la Cohue, son tribunal, et tenta de les convaincre de mettre Gyemare en prison. Ils s’y refusèrent. Il menaça ensuite le sergent pour qu’il renonce à sa notification, sans plus de succès. Acculé, il fit alors haro28 sur la doléance et sur le mandement royal, et confisqua les documents qu’il confia à Robert de la Hogue, lieutenant du vicomte de Caen.

29L’université sollicita ensuite vainement le procureur du roi, avant de convoquer Bureau, l’official, le garde du scel et toutes les personnes impliquées dans la levée de la décime. Mais les sergents de Caen, échaudés par les événements précédents et intimidés par Bureau, refusèrent d’intervenir : « l’ung disoit qu’il le [Bureau] craignoit, l’autre disoit qu’il n’estoit plus sergent, chacun se excusoit au mieux qu’il povait ». Les actions judiciaires en restèrent là, ou presque. L’université fit appel au pape, « ad summum pontificem », mais sans résultat. Bureau, pour sa part, fit plusieurs supplications au Grand Conseil du Roi, sans plus de succès. Mais d’autres événements se produisirent durant le même mois d’avril.

  • 29 Ce document figure dans le Matrologe après un autre qui contient le mandement de provision convoqua (...)

30L’évêque de Coutances se rendit à Paris. Le 2 avril, Bureau « fist tant presser Monsr de Coustances estant à Paris, tant par prières que par menasses, que il luy décréta et aud. selleur une telle absoulte contenante cassation de censures ». Les excommunications de Bureau, de Regnault, mais aussi de l’évêque de Chalon et de Thomas Lyon, connurent donc une rémission grâce à l’intervention énergique du lieutenant général du bailli. Peu avant le 12 avril29 et la délivrance des mandements de provision, Bureau convoqua le conservateur des privilèges apostoliques de l’université, Jean Le Héricy, à son tribunal. Mais en chemin

il se trouva à St-Pierre de Caen bien cinq cents escoliers ou viron auvesquez led. conservateur devant led. Buriau, lequel fut tout troublé et cuidoit estre mort. Et ainssy renvoia led. conservateur sans assignation […].

  • 30 En principe, les cinq facultés désignaient chacune un intrant chargé d’élire le recteur deux fois p (...)
  • 31 « secouru ».

31Le lieutenant général du bailli convoqua alors à son de trompe le « vicesgérent », c’està-dire l’autre représentant de l’évêque de Coutances et conservateur des privilèges apostoliques. Il s’agissait d’Ursin Cauvin. Celui-ci n’obtempéra pas et les sergents de Bureau « se efforcèrent plusieurs foys de le prendre par corps, mès il se garda bien ». Le matin même de son élection au poste de recteur30, une nouvelle tentative eut lieu. Cauvin ne fut pas capturé mais « fut prins et rescoux31 Maistre Pierre de Lesnauderie, et furent les sergens un peu batus devant les grans escolles ». L’université ne resta pas non plus sans réagir à l’absoute prononcée par l’évêque de Coutances le 2 avril. À l’initiative du nouveau recteur, elle fit appel de l’absoute. Pour cette action, Ursin Cauvin est dit « vray filz et protecteur de lad. Université ».

32La conclusion de l’affaire de la décime eut lieu de manière plus conventionnelle, entre un représentant de l’université et l’évêque de Chalon :

  • 32 « Il faut noter ici que Maître Jean Le Riche, curé de Vaucelles, docteur en médecine, participait a (...)

Or est ycy à noter que Maistre Jehan Le Riche, curé de Vaucelles, docteur en médecine, estoit de la ligue et brigue de l’official, Lefrançois, selleur, Regnault et Bureau, non obstant qu’il fust ambassadeur pour l’Université à l’évesque de Chalon, et pour aller à luy à Rouen lui remonstrer les priviléges de l’Université, mès on ne sceult qu’il y fist, touteffois nichil boni reportavit32.

33Jean Le Riche fut mandaté par ses pairs et alla rencontrer l’évêque de Chalon à Rouen dans l’espoir de le convaincre que les privilèges de l’université l’exemptaient de la décime. Cette ambassade n’eut pas l’effet escompté et l’envoyé ne s’expliqua apparemment pas clairement sur sa mission à son retour, ce qui fait que Lesnauderie l’accuse de traîtrise dans le Matrologe. Aucun document ne précise ce qui advint ensuite, mais selon toute vraisemblance les universitaires caennais payèrent la décime.

Analyse littéraire

Présentation générale

  • 33 La Cohue était initialement installée rue des Cordeliers et c’est dans ses bâtiments que le studium (...)
  • 34 Même si la façade (notamment les fenêtres), a subi des remaniements au XVIIIe siècle, l’hôtel de Gi (...)

34La Farce de Pates-Ouaintes fut écrite et jouée à l’occasion de l’affaire de la décime. Comme nous l’avons vu dans l’introduction, Lesnauderie affirme qu’elle fut représentée durant le carême prenant. Cette expression désigne les trois jours de réjouissances qui précèdent le début du carême et s’applique en particulier au mardi gras. Les circonstances décrites dans le Matrologe permettent de penser que la pièce ne connut qu’une seule représentation. Le jour de Pâques, qui marquait le début de l’année 1493, fut le 7 avril. Le mercredi des Cendres était donc le 20 février, et le mardi gras le 19. Sans grand risque d’erreur, nous pouvons par conséquent estimer que La Farce de Pates-Ouaintes fut jouée le mardi 19 février 1493 après la tombée de la nuit. Cette représentation eut lieu devant le lieutenant général du bailli de Caen : comme il n’était probablement pas un spectateur volontaire, il est possible d’imaginer que le spectacle se déroula devant son tribunal, la Cohue, rue de Geôle33, ou bien plus probablement devant son domicile personnel, le bel hôtel particulier qu’il venait de se faire construire rue Écuyère (on disait aussi à l’époque rue de la Tainturerie)34. Cent étudiants armés (avec des épées, comme Lesnauderie lors de l’échauffourée destinée à délivrer le sergent Gyemare ?) et avec des bâtons, éclairés par des torches et des flambeaux, assistaient au spectacle, si l’on porte crédit au récit cité en introduction. Contrairement à ce que laissent entendre Théodore Bonnin ou Lyse Roy, ce n’est donc pas à la fin de l’affaire de la décime que La Farce de Pates-Ouaintes fut jouée, mais plutôt dans les premiers temps du conflit. Si la date du 19 février que nous avons retenue est exacte, l’université a déjà fait une appellation contre l’évêque de Chalon, qui a répondu par l’excommunication de tous les réfractaires à l’impôt. Jean Le Héricy a rendu publiques ses inhibitions en retour, mais il n’a pas encore prononcé les excommunications contre l’évêque de Chalon, Bureau, Regnault et Lyon. Les manifestations publiques, les recours judiciaires et les bastonnades ne se produiront que dans les deux mois qui suivront. La pièce semble pourtant évoquer certains de ces événements…

35La Farce de Pates-Ouaintes est composée de 559 vers. 445 vers, en ne tenant pas compte des erreurs de métrique, sont des octosyllabes. Dans le dernier quart du texte, 72 vers sont des décasyllabes et 40 des pentamètres.

L’auteur

36Lyse Roy, comme Henri Prentout ou Amédée de Bourmont, estime que Théodore Bonnin a attribué avec raison la paternité de La Farce de Pates-Ouaintes à Pierre de Lesnauderie. Deux arguments au moins militent en faveur de cette opinion : le récit de l’affaire de la décime a montré combien le scribe de l’université était impliqué dans le conflit, jouant le personnage éponyme de la farce au carême prenant et n’hésitant pas à en venir aux mains avec les sergents du lieutenant général du bailli à deux reprises au moins, dont une fois armé d’une épée ; presque tous les textes du Matrologe, que l’on sait indubitablement rédigés par Lesnauderie, sont de la même main, y compris La Farce de Pates-Ouaintes.

37Ce que nous savons de Pierre de Lesnauderie est exposé en tête du Matrologe, qui fut en quelque sorte l’œuvre suprême de son existence et son testament. Une notice biographique de Lesnauderie ouvre le manuscrit et s’achève par l’épitaphe qu’il souhaite voir inscrire sur sa tombe le jour de sa mort.

  • 35 Auvillars : département du Calvados, arrondissement de Lisieux, canton de Cambremer.
  • 36 Sur le statut de régent, voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 440.

38Pierre de Lesnauderie est né à Auvillars35, dans la vallée d’Auge, dans une famille de la petite noblesse peu fortunée. Son nom apparaît aux matricules de l’université en mars 1482 et il devient maître es arts en octobre 1484 : il a alors plus de dix-neuf ans, condition requise pour obtenir la maîtrise. Il prête le serment de notaire apostolique et, selon Bourmont, « la beauté de son écriture lui valut la charge de greffier de la Cour des Privilèges, tribunal dont le conservateur était le chef ». Il est licencié en droit civil en octobre 1501, puis docteur dans les deux droits. Il prête serment comme régent36 à la faculté des droits de 1510 à 1522.

39Lesnauderie occupe plusieurs postes électifs importants à l’université de Caen. Il est intrant pour les différentes facultés à cinq reprises. Il est élu receveur de l’université, c’est-à-dire chargé de percevoir les cotisations des étudiants, en juin 1498. Il est procureur de l’université à la cour ecclésiastique en mars 1501. Il occupe enfin et surtout la fonction suprême, celle de recteur, à deux reprises, en octobre 1505 et en octobre 1520.

40Lesnauderie représente les intérêts de l’université ou de certains de ses membres lors de litiges avec la ville de Caen ou le bailli en mai 1505, en janvier 1515 et en mai 1515. Le 23 décembre 1511, il fait don à l’université d’une maison sise dans la paroisse Saint-Sauveur de Caen. Il meurt en 1524, mais auparavant il donne ses livres, au nombre approximatif de quatre-vingts, à la bibliothèque de l’université.

  • 37 Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 24.

[Pierre de Lesnauderie] s’est un peu servi du matrologe comme d’une œuvre personnelle en y insérant ses discours, ses réflexions et en signalant les largesses qu’il a faites à son alma mater, et comme si l’histoire de l’Université était, en quelque sorte tributaire de la sienne (ou vice versa)37.

  • 38 Pour plus de détails sur ces ouvrages, voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de C (...)

41Outre le Matrologe, et donc La Farce de Pates-Ouaintes, il a écrit trois essais : Epistola incitativa ad vitam contemplaticam, Louenge du mariage et Opusculum de doctoribus38.

Les personnages

42La Farce de Pates-Ouaintes comporte sept personnages, dont l’importance est très variable.

La Mère

43La première didascalie annonçant ce personnage précise : « LA MÈRE, NOMMÉE L’UNIUERSITÉ, OU L’ÉGLISE. » Elle est le personnage principal de la pièce, une allégorie qui représente évidemment l’université de Caen mise en péril par la levée de la décime, et donc la prétendue violation de ses privilèges. D’une façon plus générale, elle symbolise aussi le clergé, dont les biens sont saisis par le pouvoir temporel. Elle s’inscrit dans une thématique élégiaque. Dès sa tirade initiale, elle expose les dangers auxquels elle est confrontée et le soutien défaillant de ses enfants, c’est-à-dire les universitaires.

  • 39 Certains vers connaissent un phénomène de stichomythie. La prise de parole est partagée par deux, v (...)

44La Mère a la prise de parole la plus fréquente : elle totalise 50 répliques et 245 vers peuvent lui être attribués, au moins partiellement39.

45La Mère est certes le personnage principal de la pièce, mais elle paraît dénuée de grandeur et de grandiloquence. L’université ainsi représentée semble prompte à s’apitoyer sur son sort, à maudire et à menacer, mais il faut la dernière extrémité, quand tout est déjà joué en réalité, pour qu’elle se décide à agir réellement.

Les enfants

Qui-ne-le-peult-souffrir

46Si l’on se fie au nombre de répliques, 37, et à celui des vers qui peuvent lui être attribués même partiellement, 123, ce personnage est le deuxième de la pièce par ordre d’importance. Cette constatation simple et logique a pourtant échappé à tous les auteurs qui ont évoqué La Farce de Pates-Ouaintes. En effet, Qui-ne-le-peult-souffrir est le seul des enfants de l’université qui ne trahisse pas sa mère. Même s’il ne se comporte pas d’une manière héroïque et ne peut empêcher le préjudice final, il est d’une constance remarquable. Son nom même, comme celui des autres personnages, laisse apparaître ce que sera son attitude. Qui-ne-le-peult-souffrir, « qui ne peut le supporter, le tolérer », sera le seul à refuser d’admettre le sort de La Mère, le seul donc à s’opposer durablement à la levée de la décime sur les universitaires caennais. La Mère pressent ce rôle à l’énoncé de son nom.

Lache-enmanché

47C’est le premier des enfants de La Mère à apparaître. Il n’a qu’un rôle mineur : 37 vers peuvent lui être imputés, au moins partiellement, lors de 18 répliques. Son nom métaphorique révèle son comportement futur : littéralement, Lache-enmanché signifie « dont le manche est fixé de manière lâche », ce qui pourrait se traduire par « mal engagé ».

Va-t’en-quitte

48Il s’agit du troisième enfant de La Mère. Comme le précédent, son rôle est mineur : il possède 13 répliques, ce qui correspond à 27 vers. Son nom est tout autant symbolique : Va-t’en-quitte, c’est « celui qui déserte en n’ayant pas à subir les conséquences de ses actes ».

49Son attitude est similaire à celle de Lache-enmanché, empreinte d’encore plus de lâcheté. Dès sa première réplique, il semble mettre en doute la réalité du danger encouru par la mère.

Escoute-s’il-pleult

  • 40 Les moulins à eau avaient besoin d’un certain flux pour être actionnés, le meunier était donc atten (...)
  • 41 « Moi, je suis Écoute-s’il-pleut ; / Je suis baptisé avec discernement / Parce que je suis habile / (...)

50C’est le quatrième enfant de La Mère. Il a un rôle assimilable à celui de Va-t’en-quitte : 28 vers contenus dans 13 répliques. Son nom n’est pas celui d’un meunier40 mais est explicité dans le texte de la pièce par son personnage : « Moy je suis Escoute-s’il-pleut, / En ce point sui-ge batizé ; / Pour cause que je suis ruzé, / De bien nager entre deux eaux » (vers 85-88)41.

51Comme presque tous ses frères, il cède lors de l’attaque conjointe de Ribon-Ribaine et de Pates-Ouaintes, et préfère se vendre à l’ennemi.

Ribon-Ribaine

52Ribon-Ribaine est un personnage important de La Farce Pates-Ouaintes : il prononce 24 répliques, soit 64 vers. Il représente l’évêque de Chalon, comme l’indique la didascalie à sa première apparition.

  • 42 Jean-Louis Bazin, Histoire des évêques de Chalon-sur-Saône, Chalon-sur-Saône, Société d’Histoire et (...)

53Il s’agissait d’André de Poupet, évêque de Chalon-sur-Saône. Il quitta sa charge épiscopale en 1503, ce qui s’accorde assez mal avec le Matrologe, qui prétend que « […] led. évesque de Chalon mourut bien tost après »… Cependant, en raison de la graphie du nom Chalon dans les textes médiévaux, de sa forme latine dans le texte du Matrologe, Cabilonensem, et d’un passage de l’Histoire des évêques de Chalon-sur-Saône rédigée par Jean-Louis Bazin42, il semble assuré qu’il s’agit bien d’André de Poupet. Bazin indique en effet :

  • 43 Ibid., p. 44.

Charles VIII, « qui aimoit beaucoup nostre Evesque », lui remit, en 1495, les sommes imposées sur le Clergé du Chalonnais dans le subside levé sur le Clergé de Bourgogne pour les biens qu’il possédait. Dans le même temps, André de Poupet fut chargé par le pape Alexandre VI de l’exécution de ses bulles pour une levée de deniers sur les biens d’Église43.

54La chronologie des faits et les faits eux-mêmes, puisque le pape est présenté comme l’initiateur de la désignation, ne correspondent pas exactement au récit du Matrologe et André de Poupet, qui résigna son évêché en 1503 à son neveu Jean, mourut seulement en 1506 d’une mort que Bazin ne qualifie jamais d’horrible. Mais Lesnauderie a peut-être quelque peu contraint la réalité pour lui donner un caractère plus édifiant.

55Son nom est métaphorique : ribon-ribaine est une locution adverbiale d’origine inconnue dont le sens en moyen français est « coûte que coûte », « bon gré mal gré ». L’évêque est celui qui percevra la décime quoi qu’il en coûte, malgré les oppositions, le nom du personnage qui le représente le démontre.

56Ribon-Ribaine ne se défend pas de l’accusation d’avoir quitté les habits ecclésiastiques pour revêtir ceux du « gros lou déuorateur », c’est-à-dire d’avoir abandonné sa charge pastorale pour celle de percepteur de l’impôt. Il agit avec la caution du pape et du roi de France ; il n’a par conséquent aucun état d’âme.

57Il est à noter que, dans l’esprit de Lesnauderie, La Mère représente d’une manière large le clergé ; Ribon-Ribaine, dont le personnage correspond à l’évêque de Chalon, est donc aussi l’un de ses enfants, malheureusement traître à sa cause.

Pates-Ouaintes

58Il est le personnage qui donne son nom à la pièce, parce qu’il symbolise la traîtrise aux yeux des membres de l’université de Caen. Ses interventions ont une importance comparable à celle de son commanditaire et comparse, Ribon-Ribaine : 24 répliques et 69 vers.

59Son nom est tout aussi emblématique que celui des autres personnages de la pièce : Pates-Ouaintes, mot formé avec le substantif pate « patte » et le participe passé du verbe oindre « frotter d’huile ou d’une matière grasse », c’est « celui dont on graisse la patte », « celui que l’on corrompt par l’argent ».

  • 44 Grentheville : département du Calvados, arrondissement de Caen, canton de Bourguébus.
  • 45 Michel Béziers, Chronologie historique des baillis et des gouverneurs de Caen, p. 88.

60Pates-Ouaintes représente le lieutenant général du bailli de Caen, Girard Bureau, écuyer et seigneur de Grentheville44, près de Caen45. Selon Michel Béziers, Girard était le neveu de deux personnages bien connus de l’histoire de France, Jean et Gaspard Bureau :

  • 46 Ibid.

Il étoit originaire de Paris, & neveu de Gaspard Bureau, Grand Maître de l’Artillerie de France, & de Jean Bureau, un des députés commis pour recevoir la capitulation de Caen en 145046.

  • 47 Ibid.

61Les Bureau participèrent à la reconquête de la Normandie par les troupes françaises. Jean était au siège de Caen qui débuta le 5 juin 1450, il fut l’un des représentants de Charles VII qui négocièrent la reddition de la ville, le 25 juin 1450. Il est probable que Girard ait accompagné alors ses oncles en campagne. En effet, la ville se rendit le 1er juillet, conformément au traité conclu six jours auparavant, et Girard fut nommé dès le lendemain vicomte de Caen47.

62Girard Bureau fut confirmé dans cette charge en 1461 et la conserva jusqu’en 1465. L’année suivante, il fut choisi par le bailli Jean de la Mollière pour être son lieutenant général. Il garda cet office jusqu’en 1483. Après une interruption de quatre ans, il le retrouva à nouveau en 1487. Il est toutefois possible de se demander s’il s’agit de la même personne. Gustave Dupont-Ferrier semble en douter, ce qui n’était pas le cas de Michel Béziers :

  • 48 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussé (...)

Un Girard Bureau avait été vicomte de Caen, de 1450 à 1465, […] ; mais les signatures quelque peu différentes, celle du lieutenant général très simple, celle du vicomte agrémentée de paraphes, peuvent faire croire à deux personnages au lieu d’un seul ; à moins qu’en avançant en âge et en dignités, Girard Bureau ait adopté une signature plus dénuée d’ornements et plus rapide. Béziers, p. 88, en tous cas croit que le vicomte et le lieutenant général ne font qu’un48.

  • 49 Voir Jacques Heers, Louis XI, Paris, Librairie Académique Perrin, 1999, p. 271.
  • 50 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia…, p. 465, notice 4288.

63Le Girard Bureau qui fut lieutenant général du bailli de Caen de 1487 à 1494, celui par conséquent qui fut l’acteur de l’affaire de la décime, mourut en 1494 selon Béziers et Dupont-Ferrier, le 19 avril 1495 selon le Matrologe. Il n’y a aucune raison de remettre en cause cette dernière date, puisque son fils Hugues fut nommé pour le remplacer dans son office de lieutenant général le 18 juillet 1495. L’office n’est vraisemblablement pas resté vacant plus de six mois… On peut supposer que Girard Bureau était assez âgé à sa mort et il n’y a donc pas d’impossibilité absolue pour qu’il ait été nommé vicomte de Caen en 1450 et lieutenant général du bailli une première fois de 1466 à 1483. S’il s’agit d’une seule et même personne, cela indique seulement que, lors de l’affaire de la décime, l’officier royal chargé de percevoir l’impôt auprès du clergé était un homme d’expérience, certainement peu susceptible d’être influencé. Il fut en 1468 « maistre de l’artillerie de l’ost et l’armée à présent estans sus ou pays de Normendie par l’ordonnance et soubz la conduicte de Monseigneur l’admiral de France, lieutenant du roi [Louis de Bourbon] » et d’autres responsabilités du même type lui furent confiées à plusieurs reprises49. Ce constat permet sans doute de comprendre mieux l’attitude résolue, voire belliqueuse, de Bureau face aux membres de l’université. Son caractère apparemment inflexible lui avait déjà valu un ajournement à l’Échiquier de Normandie le 18 avril 1492, par Charles VIII, pour répondre à certaines doléances50.

  • 51 Giberville : département du Calvados, arrondissement de Caen, canton de Troarn.
  • 52 Michel Béziers, Chronologie historique…, p. 93. À cette époque, les officiers royaux pouvaient auss (...)
  • 53 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia…, p. 469, notice 4319.

64Le fils de Girard Bureau se prénommait Hugues ; le Matrologe lui attribue le diminutif de Huguet. Il était écuyer, sieur de Giberville51. Il fut probablement lui-même étudiant de l’université de Caen car deux mandements, de 1510 et 1511, le disent « licencié en lois ». Il fut « premier Échevin de Caen »52 et nommé lieutenant commis du bailli de Caen le 9 juillet 149253. Nous avons déjà vu qu’il succéda à son père dans la charge de lieutenant général du bailli de Caen à la mort de celui-ci, en 1495. Il conserva cet office vingt-trois ans, jusqu’à sa mort en 1518.

65Théodore Bonnin confondit le père et le fils, et attribua à Hugues Bureau le rôle que joua dans l’affaire de la décime Girard Bureau : « Hugues Bureau, sieur de Giberville, auparavant écolier de l’Université et récemment pourvu de la charge de lieutenant-général du bailli de Caen, fit notifier cette ordonnance. » Ce n’est donc pas parce qu’il était un ancien étudiant de l’université de Caen que Girard Bureau passa pour un traître aux yeux des membres de l’université, donnant naissance au personnage de Pates-Ouaintes. C’est parce qu’il était lieutenant général du bailli de Caen et qu’à ce titre il était défenseur civil des privilèges de l’université. Or il appliqua le mandement royal et leva la décime, bafouant ainsi, selon l’opinion des universitaires, les privilèges qu’il devait protéger.

  • 54 Cf. supra.

66Le personnage de Pates-Ouaintes n’apparaît qu’au deuxième tiers de la pièce, après que Ribon-Ribaine a déjà fait une tentative infructueuse pour circonvenir les enfants. Sa préoccupation est surtout financière. Il est toutefois intéressant de constater que Pates-Ouaintes justifie ses actes dans des termes correspondant à l’argumentation déjà avancée dans le mandement de Charles VIII du 8 octobre 149254 :

C’est pour le secours des humains,
Poures rustiques tributaires,
Qui ne peuent aux nouuiaux affaires
Fournir, se la mère n’y frye. (vers 321-324)

[C’est pour venir en aide aux humains,
Pauvres paysans soumis à l’impôt,
Qui ne peuvent faire face
Aux nouveaux besoins, si la mère ne s’en mêle pas].

67Malgré tout, c’est l’argent qui justifie son nom et c’est encore lui qu’il évoque dans ses dernières répliques, légitimant son image de Judas.

Le thème de la pièce

  • 55 Nous laisserons à d’autres l’analyse psychanalytique de la pièce, l’image de la mère dévorée par un (...)

68Le thème de la pièce est bien sûr une transposition de l’affaire de la décime. Il s’agit de montrer comment le lieutenant général du bailli de Caen, conservateur civil des privilèges de l’université, a accepté de se mettre au service de l’évêque de Chalon pour obliger le clergé normand, et en particulier l’université, à verser un impôt considéré comme indû. Mais si le personnage principal de la pièce, La Mère, est une allégorie de l’université et du clergé, le thème est exprimé au moyen d’une métaphore filée tout au long du texte : les enfants vont manger la Mère. Le champ lexical de la nourriture est donc sans cesse évoqué : La Mère elle-même prend soin de rappeler à de nombreuses reprises son rôle nourricier ; dès son apparition, Ribon-Ribaine est comparé par la Mère à une figure emblématique de l’imaginaire médiéval et de la littérature, le loup55 ; Ribon-Ribaine lui-même ne se cache pas de vouloir dévorer la Mère ; son complice Pates-Ouaintes use aussi de la métaphore alimentaire, mais moins fréquemment.

Les champs lexicaux

69Plusieurs champs lexicaux pourraient être relevés. Nous en indiquerons quatre, qui montrent plus particulièrement les sources d’inspiration de l’auteur.

Le latin

70Ce n’est pas à proprement parler un champ lexical, mais l’emploi assez fréquent du latin dans le texte dénote une pratique habituelle, qui est celle d’un clerc, d’un lettré.

71Il y a treize didascalies dans l’ensemble de la pièce ; six d’entre elles sont rédigées en latin. Rien ne permet véritablement de comprendre pourquoi certaines didascalies sont en latin et d’autres en français : leur répartition ne paraît pas obéir à une logique particulière.

72Certains mots ou certaines expressions sont également en latin. Deux vers sont entièrement en latin, nous l’avons indiqué, mais ils nous amènent à évoquer le deuxième champ lexical, ou peut-être plutôt la deuxième source d’inspiration, de La Farce de Pates-Ouaintes.

La Bible

73La pièce débute par un chant d’entrée, en latin, emprunté à La Bible : Quomodo sedet sola civitas plena populo… Il s’agit des Lamentations, attribuées au prophète Jérémie. Dans la liturgie catholique, les Lamentations (ou « Leçons de ténèbres ») étaient chantées à l’office de matines des jeudi, vendredi et samedi saints. Cet office avait lieu originellement après minuit ; on prit, surtout en France, l’habitude de l’avancer à l’après-midi du jour précédent. Au Moyen Âge, ces leçons étaient cantillées, c’est-à-dire chantées monodiquement, avec un style peu orné qui convenait à la récitation du texte. Dans le culte catholique, l’interprétation des Lamentations changea quelque peu : le destin malheureux de Jérusalem tendit à symboliser l’abandon du Christ, ses souffrances, puis sa mort. C’est pourquoi la tradition exigeait que treize bougies fussent éteintes une à une, sauf une qui restait cachée. Le noir absolu qui terminait ces lectures a amené à qualifier cet office de « Leçons de ténèbres ». On se souvient que La Farce de Pates-Ouaintes fut jouée juste avant le Carême : cette introduction chantée s’inscrivait assez bien dans la chronologie religieuse et devait être connue de tous les spectateurs, et les torches ou flambeaux qui accompagnaient la représentation correspondaient bien aux « Leçons de ténèbres ».

74Les vers 1 à 42 s’inspirent du livre biblique, ils sont donc une longue tirade élégiaque – les Lamentations de Jérémie sont à l’origine du mot jérémiade en français – de la Mère destinée à informer le public du sort qui lui est réservé.

75Dans le texte des Lamentations, Jérusalem, prise militairement par les Babyloniens, était représentée sous les traits d’une reine soumise à l’esclavage. Lesnauderie utilise naturellement la même image pour l’université. Ce mimétisme le pousse même à reprendre certains vers textuellement. Ainsi, les quatre premiers des cinq vers qui servent quasiment de refrain à la tirade de La Mère :

La dame des gens salutaire,
Est faicte veufue et tributaire,
Princesse des pays désolée,
Sans estre des siens consolée,
Ceste offence n’est pas à taire. (vers 1-5 ; 9-12 ; 18-22)

  • 56 L’auteur met à profit l’allégorie et la polysémie des termes employés : veufue signifie étymologiqu (...)

[La dame, garante du salut des gens,
Est privée de ses droits et soumise à l’impôt56,
Souveraine des provinces dépouillée,
Sans être réconfortée par les siens ;
Cette attaque ne doit pas être dissimulée].

76sont la traduction en français, presque mot à mot, du texte de la Vulgate : « […] facta est quasi vidua domina gentium, princeps provinciarum facta est sub tributo. […] non est qui consoletur ».

  • 57 « Tous ses amis la rejetèrent, / Et devinrent ses ennemis », Lm I, 2 (Jr).

77Plus loin dans la pièce, le texte biblique est directement cité en latin : « […] Omnes amici eius spreuerunt eam, / Et facti sunt ei inimici » (vers 378-379)57.

78D’autres personnages bibliques sont évoqués. Rachel est prise à témoin par la Mère dans sa tirade initiale, comme Jérémie. Le premier fils de Rachel, Joseph, fut vendu comme esclave par ses frères en raison de la préférence que lui marquait leur père, Jacob. L’évocation de Rachel annonce le comportement des enfants de la Mère : ils ne se montreront pas unis et solidaires, seul Qui-ne-le-peult-souffrir sera fidèle.

  • 58 Ibid., 2, Chroniques XXVI, 16-20.

79Ozias58 est cité en raison de sa volonté d’assumer un rôle sacerdotal, de mêler le spirituel et le temporel, comme le lieutenant général du bailli de Caen, représenté par le personnage de Pates-Ouaintes, se mêle de percevoir un impôt ecclésiastique qui ne relève pas de lui en principe.

80Le Pharaon, incarnation du tyran idolâtre dans le livre de L’Exode, devient quasiment dans La Farce de Pates-Ouaintes un modèle de tolérance, comparé au pouvoir royal qui soumet maintenant le clergé à un impôt dont il s’estime exempté.

81Moïse est également mentionné aux vers 468-471, sans que l’allusion soit aussi explicite.

82De même, Dieu, le Christ (époux symbolique de la Mère, vers 476-479), sainte Marie, saint Paul et saint Pierre, ainsi que les Saints Pères de l’Église, sont invoqués plusieurs fois dans la pièce.

L’Antiquité

83Trois personnages historiques de l’Antiquité sont mentionnés dans une réplique de Qui-ne-le-peult-Souffrir, aux vers 440-442 : Néron, Trajan et Denys le tyran.

84La volonté de l’auteur est de montrer que certains souverains de l’Antiquité, bien que païens, firent preuve de plus de discernement que Charles VIII dans leur façon de traiter les intellectuels. Si Trajan (53-117) fut un excellent empereur, si Denys l’Ancien (v. 430-367 av. J.-C.) et son fils Denys le Jeune (v. 397-344 av. J.-C.), tyrans de Syracuse, furent des hommes cultivés et lettrés, en revanche Néron (37-68), n’est pas l’exemple le plus évident du monarque éclairé…

Le droit

85Le vocabulaire juridique est loin d’être absent du texte, même si le conflit qui oppose l’université au lieutenant général du bailli de Caen et à l’évêque de Chalon est essentiellement évoqué sur un mode métaphorique. Sans être exhaustif, nous pouvons cependant relever quelques exemples.

86Le terme droit apparaît à plusieurs reprises : vers 35, 176, 182, 190, 224, 487, ou 524. Le mot loy (vers 418) est également mentionné, de même que l’adverbe licitement (vers 328) et l’adjectif qualificatif juridique (vers 354).

87L’attaque dont la Mère est victime est exprimée au moyen de différents termes, certains généraux, d’autres plus particuliers : offence (vers 5, 12, 22, 328, 331), violée (vers 15, 477), Déboutée (vers 16), volée (vers 16), forcer ta mère (vers 276), forcement « violence » (vers 474)…

88Les débats judiciaires sont aussi indiqués : raisons « arguments » (vers 61, 414, 466), touche « argument » (vers 81), deffendre (vers 170, 398, 411), débat (vers 250), deffence (vers 329), Contradiction (vers 353).

  • 59 François Ragueau, Glossaire du droit français, Niort, édition L. Favre, 1882.
  • 60 Voir note 28.

89Quelques termes sont très techniques et appartiennent à un vocabulaire exclusivement juridique, souvent même au vocabulaire du droit normand : br(i)ef « lettre pontificale » ou « recueil ayant trait à des possessions, sans auteur certain ni date » (vers 215, 295, 301, 307, 535), gaige plege ou gaige plaige « action pétitoire et possessoire tout-ensemble, quand aucun se doute qu’un autre fasse entreprise sursaisine possessoire ou droiture à luy appartenant »59 (vers 215, 296, 302, 308), clameur « déclaration publique » (vers 216), exco(m)munié (vers 275, 527), haro60 (vers 296, 302, 308), relief « spécifiquement le droit payé lors de la mort du détenteur d’un fief ou de son suzerain » (vers 299), opposition (vers 535).

90Ce qui apparaît nettement à l’examen de la pièce, c’est qu’il ne s’agit pas d’une œuvre populaire. Les choix qui ont prévalu au traitement du thème, le vocabulaire utilisé et les références fréquentes à la liturgie catholique, à la Bible ou à l’Antiquité semblent indiquer que l’auteur et le public visé appartiennent au monde des clercs. Pierre de Lesnauderie, alors scribe de l’université et futur docteur dans les deux droits, s’adresse apparemment en priorité à ses condisciples, non aux habitants de Caen.

Le genre de la pièce

  • 61 Louis Petit de Julleville, Histoire du théâtre en France. Répertoire du théâtre comique en France a (...)

91La pièce est dénommée « farce » dans le Matrologe et c’est sous le nom de La Farce de Pates-Ouaintes qu’elle fut éditée au XIXe siècle par Bonnin. Il est toutefois utile de s’interroger sur le genre théâtral médiéval auquel nous pouvons la rattacher. Dès 1886, Louis Petit de Julleville, s’appuyant notamment sur les vers 50-51 de la pièce, pensait en effet pouvoir la ranger dans la catégorie des sotties et non dans celle des farces61.

  • 62 Les critères qui nous ont permis de définir les différences entre la farce et la sottie sont essent (...)

92La farce et la sottie ont plusieurs caractéristiques communes62 : ce sont des pièces comiques, longues d’environ cinq cents vers (généralement des octosyllabes à rimes plates), jouées dans les rues, dans la tradition carnavalesque. Les monologues y sont rares, la stichomythie et les jeux de mots très fréquents, et le jeu des acteurs est très expressif, voire acrobatique. Hormis le dernier critère, dont nous ne pouvons avoir la moindre idée, ces caractéristiques se retrouvent dans La Farce de Pates-Ouaintes.

  • 63 Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 290.
  • 64 Ibid., p. 337-338.

93La farce possède cependant d’autres particularités qui lui sont propres. Son essor date des années 1440-1450, donc postérieurement à l’œuvre que nous étudions, même si le genre perce au cours du demi-siècle précédent. La farce est une représentation de la réalité quotidienne : « […] la transposition théâtrale et comique de la vie quotidienne semble bien rester le plus sûr des critères pour distinguer la farce de la sottie ou de la moralité »63. Ses personnages sont par conséquent représentatifs de la société de l’époque : paysans (souvent niais), bergers, artisans, commerçants (retors), meuniers, moines (paillards), curés (sensuels), nobles (avides), bourgeois, valets, marginaux… Mais la réalité reproduite par la farce est modifiée pour faire rire : « Dans un monde simplifié, caricatural, volontairement schématique, l’homme est saisi au niveau le plus bas, celui de ses besoins, de ses désirs primaires, sans échappée »64. Les sujets abordés opposent donc la ruse à la bêtise, les malins aux naïfs – qui dit farce, dit tromperie –, et traitent de querelles de marché, de vie conjugale, d’adultères, sans éviter l’obscénité ou la scatologie. Le langage est assorti : grossièretés, insultes, injures, mots crus… côtoient les onomatopées, les allitérations, les reprises, les néologismes, les patois, le latin de cuisine et les calembours. La farce use aussi de références constantes à la religion et ne craint pas de la parodier ou de s’en moquer : fausses litanies, fausses confessions, testaments fantaisistes ne sont pas rares.

  • 65 Ibid., p. 372.

94Aucune de ces caractéristiques de la farce ne correspond à La Farce de Pates-Ouaintes. En revanche, plusieurs traits propres à la sottie peuvent être vérifiés dans l’œuvre caennaise. Soixante sotties nous sont restées et la moitié environ datent du XVe siècle, comme La Farce de Pates-Ouaintes. « La sottie est un théâtre engagé – comme nous dirions aujourd’hui – qui utilise le spectacle scénique et le rire qu’il suscite aux fins de critique et peut-être aussi de réformes »65. La dénonciation et la revendication sont exprimées par le moyen d’une folie apparente. La sottie est, selon Aubailly,

  • 66 Jean-Claude Aubailly, Le Monologue, le Dialogue et la Sottie, p. 350.

[…] une pièce chargée d’exprimer les rapports d’opposition, voire de belligérance, existant entre des groupes de personnes différents, dont l’un au moins peut être un groupe de sots qui joue le rôle de l’élément contestataire alors que les autres groupes représentent l’élément mis en cause – personnifications allégoriques des classes sociales ou collectifs – et la cause l’opposition – personnifications allégoriques abstraites66.

95Nous ne savons pas si les étudiants caennais étaient revêtus du costume traditionnel des sots, comme le pensait Petit de Julleville. Toutefois,

  • 67 Ibid., p. 350.

certaines pièces qui ne mettent en scène aucun personnage de sot tel que le conçoit la tradition – avec un nom et un costume spécifiques – peuvent aussi être considérées comme sotties67.

  • 68 Ibid., p. 360.

96Le nom des personnages de La Farce de Pates-Ouaintes est également du type de ceux employés dans la sottie. Le meneur de jeu est fréquemment appelé Roy des Sots, Mère Sotte, Sotie, Mère Sotie, grand-mère Sottie, mère Folie ou… la mère68. Les autres personnages, qu’ils représentent l’élément mis en cause par la sottie ou plus rarement les plaignants, ont un nom qui est une personnification allégorique d’une classe sociale, de la société en général ou d’abstractions. Ce procédé était très en vogue à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. La visée critique de la sottie concerne les diverses classes sociales, les divers états. La noblesse est relativement épargnée, mais la justice, qui ignore les abus ou les cautionne, est fréquemment mise en accusation.

  • 69 Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 384.

Si la religion en tant que telle n’est pas mise en cause, les gens d’Église sont durement attaqués, comme plus avides de pouvoir, de bénéfices et de jouissances que sérieux dans leur mission spirituelle69.

  • 70 Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 387.

97Le roi n’est pas directement la cible des critiques, mais certaines sotties laissent entendre qu’il ne veille pas assez à la bonne marche de son royaume et attaquent ses ministres, ses conseillers, son entourage. Ainsi que l’énonce Mazouer, « En somme, que le roi choisisse désormais ses conseillers parmi la jeune élite des basoches – celle qui écrivait et représentait les sotties ! »70.

  • 71 Ibid., p. 378.

98L’ensemble des particularités que nous venons de définir montre que La Farce de Pates-Ouaintes peut raisonnablement être rangée dans la catégorie des sotties. Elle correspond précisément à ce que Jean-Claude Aubailly définit comme une sottie-action, adaptation et transposition à la scène d’un événement réel, et que Charles Mazouer estime être « un théâtre d’écoliers »71.

Analyse linguistique

99Puisque La Farce de Pates-Ouaintes est une contestation de la décime décidée par le pape mais levée par les officiers du roi de France, il convient de se demander si la langue employée participe à la revendication. Le scribe de l’université a-t-il choisi un langage différent de celui qu’utilisent les officiers auxquels il s’oppose, un langage pratiqué à Caen et pas à Paris ?

Phonétique

Phénomènes du domaine d’oïl occidental (Grand Ouest)72

Évolution d’un ē ou d’un ĭ latins accentués et libres

  • 73 Voir pour ces évolutions Geneviève Joly, Précis de phonétique historique du français, Paris, Armand (...)

100Le ē et le ĭ se sont confondus lors du bouleversement vocalique latin des Ier-IIIe siècles de notre ère en un [e]. Accentué et libre, ce [e] s’est diphtongué dans la première moitié du VIe siècle, aboutissant à [éi]. Au XIIe siècle, cette diphtongue a connu une série de dissimilations et d’assimilations : [éi] > [ói] > [óe] > [úe]73. La bascule de l’accent, vers 1200, a entraîné une autre série d’évolutions : [úe] > [ué] > [wé] > [wέ]. La langue savante en restera à cette prononciation jusqu’au XVIIIe siècle, mais la langue populaire, surtout parisienne, aboutira dès la fin du XIIIe siècle à [wa]. Dans les désinences de l’imparfait de l’indicatif et celles du conditionnel, ou dans les noms d’habitants de pays, de villes, etc., [wέ] se réduit à [έ] dès le XIVe siècle.

  • 74 René Lepelley, Le Parler normand du Val de Saire, Caen, Cahier des Annales de Normandie, no 7, 1974 (...)

101Dans l’ouest du domaine d’oïl, cependant, [éi] s’est réduit dès le XIIe siècle à [é], peut-être après une étape [éj]74 ; [é] peut parfois subir une contamination et s’ouvrir en [έ].

102Dans La Farce de Pates-Ouaintes, même si les graphies sont généralement conformes à ce qui se pratique à Paris, c’est-à-dire oi ou oy, nous pouvons être assurés que tous les mots issus de termes latins comportant un ē ou un ĭ accentués libres se prononcent [e], voire [ε]. Il suffit pour s’en convaincre de constater que mère (vers 124 et 136) rime avec boire (vers 125 et 137), que soit (vers 551) rime avec scait (vers 552), ou que nous trouvons la forme pouair et non pouoir aux vers 264, 278 et 544.

Non-labialisation de [e] derrière une consonne labiale

  • 75 Ibid., § 20, p. 14.

103À partir du XIVe siècle, à l’époque où l’évolution que nous avons précédemment évoquée a pu jouer une certaine influence, la voyelle [e], éventuellement nasalisée, sous l’effet d’une consonne labiale [p], [b], [f], [v] ou [m] antécédente, a connu une tendance à la labialisation, donc un passage à [we]75.

104Le fait que l’ouest d’oïl n’ait pas connu l’évolution de la diphtongue [éi] en [wé] ôtait toute possibilité de confusion entre les deux prononciations. Il n’y a donc pas eu dans cette partie du territoire de labialisation du [e].

105Par conséquent, nous avons dans La Farce de Pates-Ouaintes des occurrences telles que au mains (vers 50 et 56), du mains (vers 166), mains (vers 318) ou abayer (vers 230), et non moins ou aboyer.

Évolution d’un ō ou d’un ŭ latins accentués libres

  • 76 Voir par exemple Geneviève Joly, Précis de phonétique historique…, p. 49-51, ou Gaston Zink, Phonét (...)

106Le ō et le ŭ se sont confondus lors du bouleversement vocalique latin des Ier-IIIe siècles de notre ère en un [o]. Accentué et libre, ce [o] s’est diphtongué dans la première moitié du VIe siècle, aboutissant à [óu]. Au XIe siècle, la diphtongue a connu une série d’ajustements : [óu] > [éu] > [´øu] > [´ø] XIIe siècle76.

  • 77 René Lepelley, Le Parler normand du Val de Saire, § 22, p. 16.

107Dans l’ouest d’oïl, [óu] n’a pas connu une évolution similaire au XIe siècle mais s’est simplifié en [ú]77.

108Dans La Farce de Pates-Ouaintes, nous trouvons une forme de l’ouest parallèlement à une forme « centrale » : engoulée (vers 482) / gueullée (vers 401).

Fermeture du [ar] en [εr]

  • 78 Ibid., § 33, p. 21-22.

109Aux XVe-XVIe siècles, la consonne [r] a un effet fermant sur la voyelle [a] antécédente dans l’ouest d’oïl, provoquant son passage à [ε]78.

110Nous avons dans La Farce de Pates-Ouaintes un exemple isolé de ce phénomène : alerme, vers 93, qui rime avec ferme.

Autres phénomènes

Dépalatalisation de [λ] (l mouillé) en finale de mot

111À la fin du XIIIe siècle, en langue populaire, surtout à Paris, la consonne palatale [l] s’affaiblit en [j] : [λ] > [j].

112En Normandie cependant, ce n’est pas l’élément palatal de la consonne qui se maintient, mais l’élément latéral : [λ] > [l].

113Plusieurs exemples attestent ce phénomène dans La Farce de Pates-Ouaintes : soullent (et non souillent, vers 340), veulle (et non veuille, vers 545) et veulles (au lieu de veuillez, vers 558).

Maintien de la triphtongue [jao]

114Dans les mots où la voyelle [ε] était accentuée, et suivie de [l] + consonne, il s’est produit une vocalisation : la consonne alvéolaire latérale [l], implosive, s’affaiblit ; elle glisse vers la zone alvéodentale et devient un [ł] apico-alvéodental (« l vélaire »). Au IXe siècle, le [ł] perd le contact apico-alvéodental et aboutit à [ω] ([w] non labial). Un [a] de transition se développe entre le [έ] et le [ω], d’abord peu audible. Après la vocalisation de [ω] en [u] vers le milieu du Xe siècle, le [a] est prononcé plus nettement, formant une triphtongue de coalescence : [έ] > [έαu]. Dans le courant du XIIe siècle, le [a], voyelle la plus ouverte de la triphtongue, donc la plus forte, attire à elle l’accent et se vélarise : [έαu]. Le [ε] désaccentué s’affaiblit, ce qui se traduit par une fermeture d’un degré : [eάu].

115Dans plusieurs dialectes, notamment en Normandie, cette fermeture se poursuit : [eάu] > [iάu] > [jáu]. Au XVe siècle, sous l’influence du [ά] antécédent, le [u] s’ouvre d’un degré : [jάo].

116En français « standard », la triphtongue [eάu] évolue différemment : au XIVe siècle, le [e] se centralise, d’où [əάu] ; au XVe siècle, sous l’influence du [ά] antécédent, le [u] s’ouvre d’un degré, d’où [əάo] ; au XVIe siècle, le [ə] se labialise en [œ] et la diphtongue [άo] se réduit à [o], d’où [œó].

117Dans La Farce de Pates-Ouaintes, il se trouve des formes « standard » et des formes dialectales : Buriau, biaucoup (vers 158) ou nouviaux (vers 323), mais eaux (vers 88) ou beaux (vers 89).

Morphologie

118Les particularités morphologiques sont beaucoup moins nombreuses que celles touchant à la phonétique. Un seul phénomène dialectal se dégage véritablement : les formes de futur simple de l’indicatif et le conditionnel présent du verbe avoir.

119Le futur, comme le conditionnel (ou futurs I et II), est composé d’une base faible (inaccentuée), qui est souvent celle de l’infinitif, et d’une désinence accentuée issue des formes réduites de l’indicatif présent de habere. Le conditionnel, lui, est formé avec les formes réduites de l’indicatif imparfait de habere. Les deux temps ont comme caractéristique commune la présence d’un morphème R hérité de la désinence de l’infinitif latin :-are,-ire,-ere.

  • 79 En raison de confusions en latin tardif après l’affaiblissement des consonnes intervocaliques et le (...)

120Le futur périphrastique et non héréditaire (ou étymologique)79, apparaît dès le latin classique avec différents verbes (debeo, volo, habeo…) mais se généralise fin IIIe siècle-courant IVe siècle avec habere.

121En ce qui concerne le verbe avoir, nous avons eu l’évolution suivante : *habere ájjo > *aberájjo > avrai. [b] > [β] > [v] (renforcement). Dans certains parlers, [β], au lieu de se renforcer, continue à s’affaiblir et se vélarise en [w] qui, au contact de [r], se vocalise en [u], d’où la forme aurai ; la diphtongue initiale se réduit à [o] en moyen français. En Picardie et en Wallonie notamment, et plus généralement dans le nord-ouest du domaine d’oïl, [awr] se réduit à [ar], d’où la forme arai. Aurai ne s’impose vraiment qu’au XVIe siècle. Dans le nord du domaine d’oïl, on peut aussi rencontrer des formes possédant un e épenthétique : averai.

122Nous avons vu précédemment que la voyelle [a] pouvait se fermer dialectalement d’un degré sous l’influence d’un [r] subséquent. Arai peut donc devenir aux XVe-XVIe siècles airai ou érai. Ce sont des formes de ce type que nous rencontrons dans La Farce de Pates-Ouaintes : airoy (vers 256 et 506), aira (vers 79 et 168), aires (vers 131), et airois (vers 133).

123Parallèlement à ces formes dialectales de futur simple et de conditionnel, quelques autres formes se rencontrent aussi : arroy (forme dialectale avec voyelle initiale ouverte, vers 401) et aura (vers 508).

124Hormis ces quelques éléments, rien de dialectal ne peut véritablement être relevé dans La Farce de Pates-Ouaintes. Aucun particularisme syntactique ou lexical ne se dégage.

 

  • 80 Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 296, Henri Prentout, L’Université (...)

125L’affaire de la décime, et La Farce de Pates-Ouaintes qui en est un épisode, sont une éminente contestation du pouvoir en Normandie à la fin du XVe siècle. Mais l’aspect politique local, indéniable puisque c’est le lieutenant général du bailli de Caen qui est principalement la cible des contestataires, n’est pas le plus important. Il ne s’agissait pas de remettre en cause le pouvoir de Charles VIII, par exemple en regrettant le temps de Henri VI, roi de France et d’Angleterre, fondateur de l’université de Caen. Un fait démontre cette idée : Pierre de Lesnauderie, auteur probable de La Farce de Pates-Ouaintes, voulut anéantir le souvenir de la fondation anglaise quand il réunit les pièces du Matrologe en 1515, et donc détruire les chartes de Henri VI. Cinq membres de l’université examinèrent les pièces concernées et cette commission conclut qu’elles ne nuisaient pas aux intérêts de l’université, ce qui les sauva80.

126L’affaire de la décime et La Farce de Pates-Ouaintes participent à une évolution des rapports entre les universitaires, qui bénéficient de très nombreux privilèges au regard de l’ensemble de la population, et le pouvoir temporel. Quelques années après cette affaire, les statuts de l’université de Caen furent révisés. En 1499, Louis XII fixa une durée maximale d’études, au-delà de laquelle étudiants et anciens étudiants perdaient le bénéfice des privilèges universitaires. Quand les étudiants parisiens firent la grève, le roi menaça de les poursuivre pour crime de lèse-majesté : la grève cessa aussitôt et elle fut la dernière manifestation de ce type. La contestation caennaise s’inscrit dans ce mouvement de perte d’autonomie de l’université face au pouvoir politique. Elle n’a aucun parti pris linguistique. Elle est écrite par des universitaires et s’adresse à des universitaires.

127Il faudra attendre le milieu du XVIIe siècle pour que la contestation utilise en opposition au pouvoir un langage qui n’est pas le sien : Les Maltotiers ou les Pescheurs en eau trouble En vers burlesques, langue normande Les Pesqueux en yau trouble (1649), l’Agreable Conferance de deux Normans, s’estant rencontrez sur le pont-neuf de ceste ville de Paris, traitans sur les affaires du temps présent (mazarinade, 1652), ou La Muse normande (1625-1653), de David Ferrand, œuvre à laquelle Catherine Bougy a consacré sa thèse, ainsi qu’une communication lors de ce même colloque.

Notes

1 Le scribe de l’université était en quelque sorte le secrétaire général de l’université. Voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen et son organisation au XVe siècle », in Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1884, t. XII, p. 293-641, p. 387.

2 Le couvent des Cordeliers était voisin de l’université. Voir Amédée de Bourmont, ibid., p. 363-364, et Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », thèse en vue de l’obtention du grade de Philosophiae Doctor en sciences médiévales, université de Montréal, 1994 (dactyl.), p. 180-181.

3 Cette dernière partie est appelée « Breve Compendium Universitatis Cadomensis ».

4 La décime est une « imposition établie par le pape sur les temporels ecclésiastiques à titre exceptionnel et pour financer la croisade. De ce fait, la décime est une contribution du clergé aux charges des princes temporels et la préparation de la croisade peut être l’occasion de lever des décimes destinées à faciliter le règlement des affaires purement temporelles qui s’opposent à la réalisation de la croisade » (s. v. « Décime » par Jean Favier, in Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (éd.), Paris, PUF, 2002).

5 « De l’autre côté suit une farce nommée Pattes Ointes, qui concerne la décime, et qui fut jouée durant le carême prenant [les trois jours de réjouissances qui précèdent le début du carême] et durant la querelle que provoqua la décime. Il y avait bien là douze torches et deux flambeaux allumés, en cordes enduites de goudron, sans compter les autres flambeaux de suif. Il y avait aussi à la conduire plus de cent étudiants armés et avec des bâtons. Elle fut jouée devant Bureau, qui était nommé Pattes Ointes dans la farce. La jouèrent le général Beauvais, maître Jean de Caux, les deux neveux de Le Héricy, conservateur en chef, et maître Pierre de Lesnauderie, qui jouait Pattes Ointes, était habillé comme Bureau, et imitait sa façon de parler, même en sa présence. Elle fut jouée pour ceux de l’université qui étaient des traîtres ». Traductions de Stéphane Laîné.

6 Pour la signification précise de l’expression studium generale et sa distinction du terme universitas, voir Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, Caen, Imprimerie artistique Malherbe de Caen, 1932, p. 27, note 1, ainsi que Lyse Roy, L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles, p. 81-87.

7 … et non en 1431, comme l’écrit Bonnin dans sa préface : le texte porte bien la mention Datum Rothomagi, in mense januarii, anno Domini millesimo quadringentesimo tricesimo primo et regni nostri nono, mais Bonnin a sans doute omis le fait que l’année débutait alors à la date mobile de Pâques. Janvier 1431 correspond donc dans notre calendrier réformé à janvier 1432.

8 Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 346, indique la date du 13 avril 1450, mais dans les pièces justificatives, p. 554, il note bien « 13 février 1450 », conformément au texte de la lettre lui-même. Lyse Roy, L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles, p. 91, écrit simplement : « février 1450 ».

9 Lettre de Henri VI du 13 février 1450, citée par Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 554.

10 Pour plus de détails, voir les articles et les ouvrages déjà évoqués d’Amédée de Bourmont, de Henri Prentout et de Lyse Roy.

11 Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, p. 54.

12 Le 14 mars selon Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 106 ; le 16 selon Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent, p. 57.

13 Armand Bénet, Inventaire des Archives de l’Université de Caen Conservées aux Archives départementales du Calvados, Caen, Henri Delesques Imprimeur-Éditeur, 1892, t. I, articles 1-86, p. 51, cité également par Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 107. Les termes de cette déclaration sont importants pour l’affaire de la décime.

14 Le texte du Matrologe donne la date du 11 janvier 1492, ce qui correspond dans notre calendrier actuel au 11 janvier 1493.

15 « sans avertissement ni délai ».

16 Il s’agissait alors de Jean Le Héricy.

17 Voir supra.

18 « contre le meurtrier impie et le très rigoureux persécuteur de sa mère l’Église (contre l’évêque de Chalon) ».

19 Selleur, scelleur ou garde du scel : « officier à qui est confié le sceau ».

20 Faut-il prendre cette formulation littéralement, et penser que Lyon est le palefrenier de la mule de Bureau, ou bien estimer qu’il s’agit d’une dénomination injurieuse, essentiellement d’ailleurs pour Bureau, qualifié de mule ? La deuxième hypothèse est vraisemblablement la bonne, Prentout et Roy parlent de Lyon comme de l’acolyte du bailli ou de son lieutenant.

21 Ajourner : « convoquer à son tribunal ».

22 Le Matrologe indique « dernier fevrier » pour cet acte et le mois de février comportait vingt-huit jours en 1493 : cette excommunication a donc dû être prononcée le même jour que les autres.

23 Les textes de l’époque mentionnent le lieutenant du bailli, mais la dénomination exacte est en principe lieutenant général du bailli : voir Michel Béziers, Chronologie historique des baillis et des gouverneurs de Caen, Caen, Chez G. Le Roy, Imprimeur du Roi, 1769, Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie Nationale, 1842, t. 1, p. 465, notice 4285, et s. v. « Lieutenant » par Alain Demurger, in Dictionnaire du Moyen Âge.

24 Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, Caen, Imprimerie artistique Malherbe, 1932, p. 58.

25 Armand Bénet, Inventaire des Archives de l’Université de Caen Conservées aux Archives départementales du Calvados, p. 195.

26 Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 119.

27 « chez les notaires donner une copie ».

28 La clameur de haro est une pratique propre au droit normand ; dans le cas présent, elle vise à suspendre sur le champ l’action en justice entreprise.

29 Ce document figure dans le Matrologe après un autre qui contient le mandement de provision convoquant Bureau et les autres acteurs de l’affaire auprès du procureur du roi, daté du 12 avril, et il commence par ces mots : « Peu au devant de cecy […] ».

30 En principe, les cinq facultés désignaient chacune un intrant chargé d’élire le recteur deux fois par an, le 10 octobre et le 25 mars : voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 368. Il se peut donc que ces événements aient eu lieu un peu plus tôt, à la fin du mois de mars et non pas au début du mois d’avril.

31 « secouru ».

32 « Il faut noter ici que Maître Jean Le Riche, curé de Vaucelles, docteur en médecine, participait au complot et aux manigances de l’official, Lefrançois, du garde du scel, Regnault, et de Bureau, bien qu’il fût envoyé spécial de l’université pour parler à l’évêque de Chalon et pour aller auprès de lui à Rouen lui exposer les privilèges de l’université ; mais on ne sut pas ce qu’il fit là-bas. Toutefois il ne rapporta rien de bon ». Lyse Roy a mal interprété ce texte et cru qu’une délégation composée de Le Riche, Le François, Regnault et Bureau était allée rencontrer l’évêque de Chalon à Rouen. Le pronom personnel il, l’accord des verbes à la troisième personne du singulier, et la suite du texte, qui fait le récit de la maladie de Le Riche, indiquent sans ambiguïté que seul le curé de Vaucelles est allé à Rouen parlementer avec l’évêque de Chalon. Mais comme il n’a pas obtenu gain de cause, Lesnauderie l’accuse d’avoir été du parti des officiers royaux.

33 La Cohue était initialement installée rue des Cordeliers et c’est dans ses bâtiments que le studium generale fut logé par Henri VI. Mais l’exercice de la justice était bruyant et gênait les activités de l’université. En avril 1443, Henri VI décida donc de déplacer la Cohue rue de Geôle et de donner la jouissance de la totalité du bâtiment à l’université. Voir Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 88-89, Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 354-355 et Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent. 1432-1932, p. 59.

34 Même si la façade (notamment les fenêtres), a subi des remaniements au XVIIIe siècle, l’hôtel de Girard Bureau, appelé aujourd’hui Hôtel des Écuyers, peut toujours être admiré au numéro 42 de la rue Écuyère. Lui faisant face, une crêperie porte l’enseigne Les Pates-Ouaintes et perpétue le souvenir de la représentation de 1493.

35 Auvillars : département du Calvados, arrondissement de Lisieux, canton de Cambremer.

36 Sur le statut de régent, voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 440.

37 Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 24.

38 Pour plus de détails sur ces ouvrages, voir Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 300-301.

39 Certains vers connaissent un phénomène de stichomythie. La prise de parole est partagée par deux, voire trois personnages.

40 Les moulins à eau avaient besoin d’un certain flux pour être actionnés, le meunier était donc attentif à la pluie qui pouvait alimenter le bief de son moulin.

41 « Moi, je suis Écoute-s’il-pleut ; / Je suis baptisé avec discernement / Parce que je suis habile / À bien nager entre deux eaux ».

42 Jean-Louis Bazin, Histoire des évêques de Chalon-sur-Saône, Chalon-sur-Saône, Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, 1918, t. II, p. 37-47.

43 Ibid., p. 44.

44 Grentheville : département du Calvados, arrondissement de Caen, canton de Bourguébus.

45 Michel Béziers, Chronologie historique des baillis et des gouverneurs de Caen, p. 88.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, t. I, p. 465-466, notice 4288.

49 Voir Jacques Heers, Louis XI, Paris, Librairie Académique Perrin, 1999, p. 271.

50 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia…, p. 465, notice 4288.

51 Giberville : département du Calvados, arrondissement de Caen, canton de Troarn.

52 Michel Béziers, Chronologie historique…, p. 93. À cette époque, les officiers royaux pouvaient aussi occuper des postes plus tard réservés aux seuls bourgeois.

53 Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia…, p. 469, notice 4319.

54 Cf. supra.

55 Nous laisserons à d’autres l’analyse psychanalytique de la pièce, l’image de la mère dévorée par un loup qui n’est autre que l’incarnation de l’un de ses enfants n’étant certainement pas dénuée d’intérêt…

56 L’auteur met à profit l’allégorie et la polysémie des termes employés : veufue signifie étymologiquement « privé de » et spécifiquement « privé de conjoint », tributaire veut aussi bien dire « soumis à l’obéissance » que « soumis au tribut, à l’imposition ».

57 « Tous ses amis la rejetèrent, / Et devinrent ses ennemis », Lm I, 2 (Jr).

58 Ibid., 2, Chroniques XXVI, 16-20.

59 François Ragueau, Glossaire du droit français, Niort, édition L. Favre, 1882.

60 Voir note 28.

61 Louis Petit de Julleville, Histoire du théâtre en France. Répertoire du théâtre comique en France au Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1886, rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1967, p. 207.

62 Les critères qui nous ont permis de définir les différences entre la farce et la sottie sont essentiellement extraits de deux ouvrages : Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, Éditions SEDES, 1998, p. 287-358 et 372-389, et Jean-Claude Aubailly, Le Monologue, le Dialogue et la Sottie, Lille, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1973, p. 280-463.

63 Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 290.

64 Ibid., p. 337-338.

65 Ibid., p. 372.

66 Jean-Claude Aubailly, Le Monologue, le Dialogue et la Sottie, p. 350.

67 Ibid., p. 350.

68 Ibid., p. 360.

69 Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 384.

70 Le Théâtre français du Moyen Âge, p. 387.

71 Ibid., p. 378.

72 Pour la définition de ce domaine linguistique, voir René Lepelley, La Normandie dialectale, Caen, Presses universitaires de Caen, 1999, p. 45-47.

73 Voir pour ces évolutions Geneviève Joly, Précis de phonétique historique du français, Paris, Armand Colin (Collection U, série Lettres), 1995, p. 46-49, ou Gaston Zink, Phonétique historique du français, Paris, PUF (Linguistique nouvelle), 1986, p. 58-59.

74 René Lepelley, Le Parler normand du Val de Saire, Caen, Cahier des Annales de Normandie, no 7, 1974, § 21, p. 15.

75 Ibid., § 20, p. 14.

76 Voir par exemple Geneviève Joly, Précis de phonétique historique…, p. 49-51, ou Gaston Zink, Phonétique historique…, p. 59-60.

77 René Lepelley, Le Parler normand du Val de Saire, § 22, p. 16.

78 Ibid., § 33, p. 21-22.

79 En raison de confusions en latin tardif après l’affaiblissement des consonnes intervocaliques et le remaniement des voyelles finales (par exemple cantábit confondu avec cantávit, ou leget avec legit).

80 Amédée de Bourmont, « La Fondation de l’Université de Caen », p. 296, Henri Prentout, L’Université de Caen. Son passé – son présent, p. 61, et Lyse Roy, « L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles », p. 14.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540