Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands contre l'occupation anglaise

Jeanne d’Arc, contestataire, face aux pouvoirs politique et religieux

François Neveux

Texte intégral

  • 1 Cf. Jacques-Olivier Boudon, « La figure de Jeanne d’Arc chez les catholiques français du XIXe siècl (...)

1Jeanne d’Arc est aujourd’hui considérée comme une sainte par l’Église catholique et comme une héroïne nationale par l’État français. Il est vrai que, ces dernières années, la ferveur républicaine a diminué à son égard, car son image a été récupérée par l’extrême droite politique. Elle avait pourtant été célébrée par les autorités sous la Troisième République. Le point culminant de ce culte à la fois religieux et patriotique a été atteint en 1920, aux lendemains de la Première Guerre mondiale. En cette année, Jeanne était canonisée par l’Église catholique et déclarée héroïne nationale par la République française1.

2De son vivant, il en fut tout autrement. Jeanne s’est manifestée en 1429 dans une période très difficile pour le royaume de France, alors partagé entre deux rois et deux pouvoirs concurrents. Elle se disait envoyée par Dieu. C’était difficilement acceptable pour les hommes d’Église, quelles que soient leurs opinions politiques et le « parti » auquel ils adhéraient. Ce ne fut accepté par le « dauphin Charles », qu’en dernier recours, alors qu’il se trouvait dans une position très difficile sur le plan militaire et diplomatique. Avec le recul, Jeanne apparaît surtout comme une femme contestataire, qui s’est opposée tout au long de sa courte vie aux pouvoirs en place, le pouvoir royal, et plus exactement les deux pouvoirs de Charles VII et d’Henri VI, et le pouvoir religieux, celui d’une Église qui venait de retrouver son unité et sa puissance.

3Après avoir dressé un bref état des sources et de la situation du royaume de France au début du XVe siècle, nous aborderons rapidement l’attitude de Jeanne au cours de quelques mois de sa « vie publique » (1429-1430), pour nous concentrer sur la période où elle se trouve en Normandie. Il s’agit bien entendu de son procès à Rouen, qui se déroule au cours des cinq premiers mois de l’année 1431. C’est à travers les actes de ce procès que nous pouvons saisir la personnalité de Jeanne. Elle se manifeste alors pleinement comme une « contestataire », face au pouvoir politique incarné par les autorités anglaises, et face au pouvoir religieux représenté par l’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, et les nombreux assesseurs rouennais participant au procès.

Les sources

  • 2 Cette œuvre est aujourd’hui facilement accessible dans une édition récente : Journal d’un bourgeois (...)
  • 3 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, (...)
  • 4 Pierre Cochon, notaire de la cour archiépiscopale de Rouen, est présent le 30 avril 1431, en tant q (...)
  • 5 Jules Quicherat (éd.), Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, Jules Re (...)
  • 6 Pierre Tisset (éd.), Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, 3 volumes, édition, traduction et intr (...)
  • 7 Pierre Duparc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, 5 vol., édition intégrale et t (...)

4Les sources que nous avons à notre disposition sont de natures diverses. Il s’agit d’abord de sources « extérieures » constituées par les chroniques du temps ou par des documents tels que le Journal d’un bourgeois de Paris2. Notons cependant que les sources proprement normandes font quasiment défaut. Ainsi la Chronique normande de Pierre Cochon, notaire de Rouen (à ne pas confondre avec son presque homonyme, Pierre Cauchon)3, passe sous silence les années du procès, auquel il avait pourtant participé4. Les documents essentiels restent donc les deux procès, le Procès de condamnation de 1431 et le procès de 1456, qu’on appelle traditionnellement le Procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc. Ces deux procès sont actuellement facilement accessibles à travers de bonnes éditions. Rappelons pour mémoire l’édition de Jules Quicherat (1841-1849) qui comprend, outre les procès, de nombreuses sources annexes5. Elle est aujourd’hui remplacée par deux éditions scientifiques qui nous ont donné le texte intégral des deux procès, celle de Pierre Tisset pour le Procès de condamnation (1960-1971)6 et celle de Pierre Duparc pour le Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc (1977-1988)7.

  • 8 Cf. François Neveux, L’Évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987 (notamment, p. 130-132 et 297-298 (...)
  • 9 Ibid., p. 216-226.

5Ces deux procès sont des procès d’Église conduits selon la procédure inquisitoriale. Ce sont aussi des procès politiques. Nul doute qu’à travers le premier procès, les autorités anglaises gouvernant le nord du royaume de France cherchaient à faire condamner Jeanne, et à la faire mourir : elles y sont parvenues. À l’inverse, après « le recouvrement du royaume », Charles VII a voulu laver son honneur, autant que celui de Jeanne, en faisant annuler ce premier procès par un autre tribunal d’Église : il y est également parvenu. Contrairement à beaucoup d’historiens de Jeanne d’Arc, nous avons tendance à considérer que le premier procès fut plus régulier que le second8. Il présente en tout cas l’avantage de nous faire entendre directement la voix de Jeanne. Les témoignages du second procès émanent souvent des acteurs du premier. Ceux-ci avaient tendance à abonder dans le sens souhaité par les enquêteurs et ils y étaient fortement incités par l’usage de questionnaires très orientés9.

  • 10 BnF, Ms. lat. 8838 (manuscrit d’Urfé). Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms. 518 (manuscrit d’Orlé (...)
  • 11 Signalons cependant que Thomas de Courcelles a effectué quelques manipulations mineures en réalisan (...)
  • 12 Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Ms. lat. 1119. BnF, Ms. lat. 5965 et 5966.
  • 13 Le notaire Nicolas Taquel a ajouté son seing manuel à la fin de la transcription du procès, à la su (...)
  • 14 Cf. supra note 6 les références de cette édition.

6En 1431, les débats du procès étaient consignés au jour le jour par deux notairesgreffiers rouennais, Guillaume Manchon et Guillaume Colles dit Bois-Guillaume. À partir de leurs notes, ils ont pu rédiger une minute française, dont nous avons conservé deux copies partielles10. Quelques années plus tard, une traduction latine officielle fut réalisée par les notaires et par un brillant universitaire parisien, Thomas de Courcelles11. Si l’exemplaire original a disparu, trois des cinq copies authentiques alors réalisées subsistent encore de nos jours12. Les notaires ont authentifié ces trois exemplaires de leurs seings manuels et en ont paraphé chaque page13. Pierre Tisset a publié dans son premier volume le texte latin officiel avec en parallèle le texte correspondant de la minute française. Nous nous appuierons principalement sur cette excellente édition14.

La situation historique

  • 15 Le roi Jean le Bon avait été fait prisonnier à la bataille de Poitiers et emmené en Angleterre. Ce (...)
  • 16 Cf. Paris 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue de l’exposition du Musée du Louvre, publié sous (...)

7Pour comprendre le personnage de Jeanne et son action, il importe de brosser à grands traits un panorama de la situation du royaume de France au début du XVe siècle. Son histoire se situe dans le contexte de la guerre de Cent Ans. En 1337, le roi d’Angleterre, Édouard III, défie le roi de France, Philippe VI, auquel il avait pourtant prêté hommage pour la Guyenne. Contestant sa légitimité, il se proclame roi de France en 1340. Désormais, lui-même et ses successeurs vont porter le titre de « roi de France et d’Angleterre ». La guerre est inévitable et elle commence dans les années suivantes. La première phase de cette guerre est d’abord marquée par des défaites françaises (Crécy, 1346, Poitiers, 1356) et par le « désastreux » traité de Brétigny (1360)15. À partir de 1364, cependant, le roi Charles V réussit à rétablir le pouvoir royal et à récupérer l’essentiel des territoires perdus, avec l’aide du connétable Bertrand du Guesclin. Après la mort d’Édouard III et l’avènement de Richard II (1377), on peut croire un moment que la guerre est terminée. Les vingt dernières années du XIVe siècle sont une période de paix relative, ce qui permet un essor économique et une remarquable floraison culturelle16.

  • 17 Cette faction tient son nom de Bernard VII, comte d’Armagnac, dont la fille avait épousé le nouveau (...)

8Cependant, rien n’est réglé sur le fond. En 1399, le pacifique Richard II est renversé par son cousin, Henri de Lancastre (Henri IV). Celui-ci reprend à son compte toutes les revendications d’Édouard III. Or le royaume de France n’est guère en mesure de répondre à une nouvelle agression. À la mort de Charles V, en 1380, lui avait succédé son fils mineur, Charles VI. En 1388, le jeune roi de vingt ans prend le pouvoir, en se libérant de ses oncles, le duc de Berry et surtout le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. Mais en 1392, il est frappé par la folie. Désormais, il sera sujet à des crises périodiques, qui l’empêcheront d’exercer la réalité du pouvoir. Les oncles profitent bien entendu des circonstances pour ressaisir les rênes du gouvernement. La situation s’aggrave nettement après la mort de Philippe le Hardi (1404). Deux hommes et deux « partis » se disputent en effet la première place : Louis d’Orléans, le jeune frère du roi, et Jean sans Peur, nouveau duc de Bourgogne. En 1407, l’irréparable est accompli : le duc d’Orléans est assassiné par des sbires aux ordres du duc de Bourgogne. À ce meurtre en répond un autre : en 1419, le duc de Bourgogne est tué à son tour par ses adversaires, en présence du dauphin Charles, alors âgé de 16 ans. L’assassinat du duc d’Orléans avait entraîné une véritable guerre civile entre ceux qu’on appela les « Armagnacs »17 et les « Bourguignons ».

  • 18 Azincourt, canton de Fruges, arrondissement d’Arras, Pas-de-Calais.
  • 19 Henri V meurt le premier le 31 août 1422, à l’âge de 35 ans, et Charles VI le 21 octobre, à 54 ans.
  • 20 La bataille de Verneuil eut lieu le 17 août 1424. Dans le camp français, on compta beaucoup de pris (...)
  • 21 Concernant Jeanne d’Arc, signalons la récente biographie que lui a consacrée notre collègue Colette (...)

9Le royaume de France est livré à l’anarchie et le roi d’Angleterre va en profiter. En 1413, Henri V a succédé à son père, Henri IV. En 1415, il débarque une première fois, s’empare d’Harfleur et bat l’armée française à Azincourt18. En 1417, il débarque une seconde fois à Touques et entreprend la conquête systématique de la Normandie. En 1419, il négocie une alliance avec le nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Bon. En 1420, il conclut le traité de Troyes avec Charles VI, ou ceux qui gouvernent en son nom. On connaît les grandes lignes de ce traité : Charles « soi-disant dauphin de Viennois » est déshérité ; Henri V devient « le fils » et l’héritier de Charles VI, en épousant sa fille, Catherine. En 1418, le duc de Bourgogne reprend le contrôle de Paris, ce qui n’est pas difficile, car la ville a toujours été favorable aux Bourguignons. L’édifice du traité de Troyes aurait pu s’effondrer rapidement. Les deux rois Charles VI et Henri V meurent en effet presque en même temps, en 142219. Mais le pouvoir anglais va se maintenir en France grâce à un homme d’État remarquable, le frère d’Henri V, Jean, duc de Bedford. Se proclamant régent du royaume de France, celui-ci gouverne au nom du jeune Henri VI, né en 1421. En 1424, à la bataille de Verneuil, il est vainqueur des troupes du dauphin Charles20. En 1428, il entreprend le siège d’Orléans, dernier verrou sur la Loire, qui l’empêche d’envahir le sud de la France. C’est alors qu’intervient Jeanne d’Arc21.

Jeanne d’Arc déjà contestataire en 1429-1430 ?

  • 22 Domrémy-la-Pucelle, canton de Coussey, arrondissement de Neufchâteau, Vosges.
  • 23 On appelle Barrois mouvant la partie du comté de Bar situé sur la rive gauche de la Meuse. Il avait (...)
  • 24 Le duché de Lorraine était un fief d’empire. L’expression aux marches de Lorraine signifiait donc : (...)
  • 25 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 296 (déposition de Durand Laxart en 1452).

10Nous connaissons l’histoire de Jeanne par ses propres déclarations du procès de condamnation et par les témoignages du second procès. Les grandes lignes en sont bien connues. Née en 1412 à Domrémy22, Jeanne entend des « Voix » à partir de l’âge de 13 ans. En 1428, à 16 ans, elle se rend auprès du « dauphin Charles », pour lui communiquer le message qu’elle a reçu de ses Voix. Elle va donc trouver le capitaine de Vaucouleurs, Robert de Baudricourt, qui reste fidèle au « roi de Bourges ». Pour comprendre l’attitude de Jeanne, il faut rappeler qu’elle habite à la frontière orientale du royaume, dans une petite châtellenie située dans le « Barrois mouvant »23, « aux marches de Lorraine »24. Ce petit coin de France est gravement menacé par les forces anglo-bourguignonnes, qui assiègent la forteresse de Vaucouleurs au mois de juin 1428. Jeanne doit alors fuir avec sa famille : c’est sa première expérience de la guerre. Vaucouleurs n’est cependant pas prise. À cette époque déjà, Jeanne fait montre de sa force de caractère : elle n’hésite pas à importuner l’homme de guerre gouvernant la région, Robert de Baudricourt, qui ne la prenait guère au sérieux. Voici ce qu’en dit son oncle, Durand Laxart, en 1452 : « Ce Robert m’a dit à plusieurs reprises que je la ramène à la maison de son père après l’avoir bien giflée »25. Robert de Baudricourt finit cependant par lui fournir une escorte de six hommes qui la conduit à Charles, en traversant les territoires ennemis (en janvier 1429).

  • 26 Ceux-ci sont à l’origine de la fondation de l’université de Poitiers, en 1431.
  • 27 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. III, p. 391-392.
  • 28 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 328 (déposition de François Garivel).

11Passons sur l’épisode très connu de la rencontre de Chinon, entre Jeanne et Charles. Celui-ci prend la précaution de la faire examiner par des clercs, à Poitiers, où se sont réfugiés les transfuges de l’université de Paris26. Les actes de cet examen de Poitiers sont malheureusement perdus. Nous ne les connaissons que par un résumé publié par Quicherat27 et par plusieurs témoignages du procès de réhabilitation. On peut penser que ces clercs, partisans du dauphin, ont examiné la Pucelle avec bienveillance, et c’est ce qui ressort du témoignage des survivants (François Garivel, Guillaume Aymeri ou Seguin Seguin, par exemple). Je n’insisterai que sur un point. Selon François Garivel, on demanda à Jeanne pourquoi elle ne parlait que du dauphin, et non du roi. Charles VII était en effet devenu roi en 1422, à la mort de son père. Le qualifier encore de dauphin sept ans plus tard pouvait laisser penser qu’on ne le tenait pas pour légitime. Jeanne fournit pourtant une réponse qui parut satisfaisante : « Elle disait qu’elle ne l’appellerait pas roi jusqu’à ce qu’il ait été couronné et sacré à Reims »28. Le vrai roi était le roi sacré à Reims : c’est ce que pensait Jeanne, et sans doute une grande partie des habitants du royaume. Conduire le roi dans la ville du sacre fut donc l’un de ses objectifs majeurs.

  • 29 Elle est prise par un archer du bâtard de Wandonne, vassal de Jean de Luxembourg, comte de Ligny.

12Entre-temps, Charles avait accepté de l’envoyer à Orléans. On sait qu’elle obtint la levée du siège en quelques jours, par une action plus psychologique que strictement militaire. Orléans est délivrée le 8 mai 1429. C’est ensuite la marche triomphale vers Reims, où le sacre de Charles VII a finalement lieu le 17 juillet. Grâce à Jeanne, la situation a changé du tout au tout. Le dauphin en difficulté s’est mué en roi vainqueur. Cependant, Charles VII est certainement humilié de devoir ces succès à une simple femme de modeste origine. Il sait aussi qu’il ne pourra l’emporter définitivement qu’en obtenant un renversement d’alliance. Aussi négocie-t-il avec des envoyés du duc de Bourgogne, en ne mettant plus beaucoup d’ardeur dans les opérations militaires. Quand enfin il autorise une attaque contre Paris, celle-ci se solde par un échec (le 8 septembre 1429). Jeanne est même blessée sous les murs, que les Parisiens, fidèles au duc de Bourgogne (et au roi Henri VI), refusent d’ouvrir à Charles VII. Celui-ci renonce à poursuivre le grand dessein que lui avait assigné Jeanne. Le 21 septembre, l’armée est licenciée. Dès lors, le roi ne sait plus trop que faire de cette encombrante protégée. Elle est confinée à des opérations mineures : le siège de La Charité-sur-Loire se solde par un échec (novembre-décembre 1429). Au mois de mai 1430, elle est en opération autour de Compiègne, avec une maigre troupe, alors que la ville est investie par les Bourguignons. Le 23 mai, elle est faite prisonnière devant la ville par un homme de Jean de Luxembourg29. Dans les opérations militaires, Jeanne s’est toujours montrée indisciplinée, refusant d’obéir aux chefs de guerre qui avaient été nommés par le roi. Elle comptait sur l’effet de surprise et c’est ainsi qu’elle s’est fait prendre, en tentant une sortie au-delà de l’Oise. Ce faisant, elle passait du diocèse de Soissons au diocèse de Beauvais, dont Pierre Cauchon était l’évêque…

Jeanne livrée à l’Église

  • 30 Cité notamment par Régine Pernoud et Marie-Véronique Clin, Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 1986, p. 14 (...)

13Jeanne a été capturée par des hommes de guerre dans le cadre d’une opération militaire. Peut-elle être considérée comme une prisonnière de guerre ? Dans la mentalité du temps, il est difficile d’admettre qu’une femme puisse combattre les armes à la main, et que pour ce faire elle revête des habits masculins. Charles VII avait accepté la présence de Jeanne dans son armée, alors qu’il se trouvait dans une situation très difficile. Désormais, Jeanne était entre les mains de ses adversaires politiques. Le duc de Bourgogne demande à la voir aussitôt et il écrit une circulaire aux villes de ses États pour leur annoncer la « bonne nouvelle ». Au duc de Savoie, il précise : « de laquelle prise sera connue l’erreur et folle créance de tous ceux qui aux faits de cette femme se sont rendus enclins et favorables »30. Dans le camp de Charles VII, il n’y a pas beaucoup de voix pour réclamer le rachat de la Pucelle, selon les lois de la guerre (mais celles des hommes de guerre). Nous ne connaissons aucune démarche de ce sens du roi de France, alors que le gouvernement d’Henri VI va œuvrer en ce sens et finalement verser une rançon afin de récupérer Jeanne. Partisan de Charles VII, l’archevêque de Reims, Regnault de Chartres, écrit aux habitants de sa ville épiscopale que

  • 31 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. V, p. 166-169.

Dieu avait souffert prendre Jeanne la Pucelle pour ce qu’elle s’était constituée en orgueil et pour les riches habits qu’elle avait pris et qu’elle n’avait pas fait ce que Dieu avait commandé, mais avait fait sa volonté31.

  • 32 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 8-9.

14On peut constater qu’un haut dignitaire de l’Église du camp de Charles VII doute fortement de la mission divine de Jeanne. Après sa capture, il peut exprimer ouvertement des sentiments qu’il a dû cacher jusque-là. Bien entendu, les clercs de l’autre camp sont encore plus virulents contre Jeanne. Les maîtres de l’université de Paris considèrent que Jeanne est notoirement diffamée et qu’elle doit être jugée par un tribunal d’Église : ils s’adressent donc aux représentants locaux de l’inquisition. Dès le 26 mai 1430, frère Martin Billorin, vicaire général de l’inquisiteur du royaume de France, sur le conseil de maîtres de l’université, demande au duc de Bourgogne la livraison de la Pucelle, mettant en avant « plusieurs grandes offenses et scandales contre l’honneur divin et notre sainte foi »32.

  • 33 Le comte d’Armagnac lui avait envoyé une lettre à ce sujet et elle y avait répondu. Le texte des de (...)

15Jeanne va donc être confrontée à l’Église. Or l’Église sort à peine d’une très grave crise. Elle vient de vivre la dure épreuve du Grand Schisme d’Occident (1378-1417). Pendant près de quarante ans, il y a eu deux papes, voire trois. L’unité a été rétablie au cours du concile de Constance (1414-1418). Les séquelles du schisme sont toutefois encore présentes dans les années 1430, puisque deux antipapes se maintiennent (Clément VIII et Benoît XIV). Au cours du procès, on reprocha à Jeanne de s’être mêlée de cette délicate affaire33. Cependant, l’immense majorité des clercs et des rois reconnaissent comme légitime le pape élu à Constance, Martin V (1417-1431), puis son successeur Eugène IV (1431-1447). La conquête d’une partie du royaume de France par le roi d’Angleterre et le traité de Troyes ne vont pas entraîner une scission majeure dans l’Église de France. Cependant, les évêques des régions « occupées » doivent prêter un serment de fidélité au « roi de France et d’Angleterre », Henri VI. Pour éviter les cas de conscience, le pape nomma dans les évêchés normands des évêques italiens ou des clercs nettement favorables au duc de Bourgogne. L’alliance entre les Anglais et les Bourguignons avait entraîné dans le clergé de nombreux ralliements au nouveau régime. C’était le cas de la grande majorité des clercs de l’université de Paris, encore prestigieuse en dépit du Grand Schisme. L’ensemble de l’université était restée bourguignonne, comme la plupart des Parisiens, et avait donc reconnu l’autorité du gouvernement d’Henri VI. Au sein des diocèses du royaume, il n’y a pas eu de gros problèmes. Quand un évêque appartenant à l’un des camps voyait sa ville épiscopale occupée par les partisans de l’autre camp, il n’avait d’autre solution que de partir. C’est ce qui est arrivé à Regnault de Chartres, archevêque de Reims, quand la Champagne a été prise par les Anglo-Bourguignons et, dans l’autre sens, à Pierre Cauchon lui-même.

  • 34 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 135-137.
  • 35 C’est pourtant relativement peu par rapport à ce qui était exigé des grands seigneurs. Prisonnier a (...)
  • 36 Au mois d’août 1430, les États de Normandie votèrent une aide de 120 000 livres, sur laquelle fut p (...)

16Le personnage de Pierre Cauchon se trouve au cœur des événements qui nous intéressent. Il représente aussi le type même du clerc français, d’abord fidèle du duc de Bourgogne et ralliant le « royaume de France et d’Angleterre » après le traité de Troyes. Il est vrai qu’il avait participé à la négociation de ce traité. Grâce à la protection du duc de Bourgogne, cet homme mène parallèlement une brillante carrière politique et une belle carrière ecclésiastique. Longtemps étudiant à l’université de Paris, dont il fut deux fois recteur (en 1397 et 1403), Pierre Cauchon obtient en 1421 l’évêché de Beauvais, bien qu’il n’appartienne qu’à une famille bourgeoise de Reims. Or Jeanne a été capturée dans les limites de son diocèse de Beauvais. Il apparaît donc au gouvernement du duc de Bedford comme l’homme idéal pour mener les négociations qui vont aboutir à la livraison de la Pucelle34. Pour obtenir Jeanne, il doit verser une rançon de 10 000 livres, ce qui est une somme importante pour une personne de modeste origine35. Notons au passage que ce sont les contribuables normands qui procurent au gouvernement les fonds nécessaires au paiement de cette rançon36.

  • 37 Les Anglais se méfiaient à juste titre des Parisiens, puisque ceux-ci choisirent de livrer leur vil (...)

17Jeanne ne fut conduite à Rouen qu’à la fin de l’année 1430 (le 23 décembre). La ville était alors le siège du gouvernement d’Henri VI, à une époque où les Anglais n’étaient plus sûrs de la fidélité des Parisiens37. Jeanne allait se trouver directement confrontée aux deux pouvoirs concurrents, celui de l’Église et celui du gouvernement royal.

Jeanne face au pouvoir ecclésiastique et au pouvoir royal

  • 38 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. V, p. 136-137.

18Les autorités anglaises et les clercs pro-bourguignons avaient à peu près la même opinion concernant la Pucelle. Ils ne voulaient pas croire à sa mission divine. Bons chrétiens, ils ne pouvaient imaginer que Dieu était intervenu en faveur de leurs ennemis. Dans leur esprit, si Jeanne n’était pas envoyée par Dieu, elle ne saurait provenir que du Diable. C’est ce qu’avait écrit sans ambages le duc de Bedford : pour lui, les Anglais ont eu affaire à « un disciple et limier de l’Ennemi [c’est-à-dire le Diable], appelé la Pucelle, qui a usé de faux enchantements et de sorcellerie »38. Pour les clercs, comment Dieu serait-il intervenu au travers de cette simple femme, alors qu’ils sont ses représentants patentés sur cette terre ? Pierre Cauchon est leur porte-parole quand il écrit dans le premier acte du procès :

La voix publique répandait que cette femme… portait… de honteux habits convenant au sexe masculin… Elle osait accomplir, dire et propager bien des choses en dehors et à l’encontre de la foi catholique.

  • 39 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 1-3. Notons que dans la version définitive du proc (...)

19Finalement cette « femme diffamée » est « suspecte d’hérésie »39.

20Jeanne doit donc faire face à deux autorités qui lui sont hostiles. L’autorité laïque est celle du gouvernement d’Henri VI, dont elle ne reconnaît pas la légitimité. De plus, ce gouvernement est représenté essentiellement par des Anglais, ces ennemis qu’elle a combattus depuis Orléans. C’est ce gouvernement qui l’a rachetée et qui n’entend pas la laisser au clergé sans garantie. Le 3 janvier, sont expédiées à l’évêque de Beauvais les lettres royaux par lesquelles Jeanne est abandonnée à la justice ecclésiastique. Mais les autorités royales prennent leurs précautions. La prisonnière continuera d’être incarcérée dans le château de Rouen et gardée par des soldats anglais. Elle restera donc en prison laïque et ne quittera sa cellule que pour les interrogatoires. C’est évidemment une irrégularité de procédure, qui sera reprochée à Pierre Cauchon lors du procès de 1456. Les lettres royaux vont encore plus loin. Le gouvernement se refuse par avance à un acquittement de Jeanne :

  • 40 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 14-15.

Toutefois, c’est notre intention de ravoir et reprendre par devers nous ladite Jeanne, s’il arrivait qu’elle ne fût pas convaincue ni atteinte des cas dessusdits… regardant notre foi40.

21L’évêque de Beauvais n’a donc qu’une marge de manœuvre fort étroite. Il est pris entre l’obéissance qu’il doit au gouvernement d’Henri VI et son désir de mener un procès régulier. Quel est donc l’objectif poursuivi par Pierre Cauchon ? Sans doute sincèrement convaincu de la culpabilité de Jeanne, il veut l’amener à reconnaître ses erreurs et à les abjurer. S’il parvient à ses fins, la personne de Jeanne sera déconsidérée, et avec elle tous ceux qui l’ont suivi, à commencer par le roi Charles VII. Le procès de Jeanne est donc bien un procès politique, mais n’en reste pas moins un procès d’Église, aussi régulier qu’il était possible dans ces circonstances. N’oublions pas que le clergé favorable à Henri VI pouvait de bonne foi formuler de graves accusations contre Jeanne, que bien des clercs de l’autre camp auraient pu reprendre à leur compte. Pierre Cauchon n’était pas un homme isolé.

  • 41 Les lettres de commission de Jean Graverent sont datées du 4 mars 1431. Jean Le Maistre communique (...)

22Pour conduire ce procès à Rouen, et non à Beauvais, Pierre Cauchon dut obtenir des autorités locales une concession de territoire. Le chapitre de Rouen la lui accorda le 28 décembre 1430, l’archevêché étant alors vacant. L’évêque devait aussi s’assurer de la présence d’un co-juge, membre de l’inquisition. L’inquisiteur de France, Jean Graverent, refusa d’accomplir cette tâche, qui revint donc à son vicaire au diocèse de Rouen, Jean Le Maistre. Celui-ci n’accepta pourtant de siéger que lorsqu’il eut reçu les lettres de commission de son supérieur, le 12 mars 143141. Pressé par les Anglais, Pierre Cauchon ne pouvait attendre si longtemps, et le procès commença sans inquisiteur, dès le 9 janvier.

Le procès de Rouen : Jeanne d’Arc face à ses juges ecclésiastiques

23L’inquisition a aujourd’hui très mauvaise réputation. Elle représente pourtant le système judiciaire le plus élaboré du Moyen Âge, dont vont s’inspirer toutes les juridictions laïques des pays romano-germaniques, à commencer par la justice des rois de France (et celle des rois d’Angleterre).

  • 42 Ibid., p. 18-19. Comme beaucoup de ses contemporains, Jean d’Estivet cumule plusieurs prébendes can (...)
  • 43 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 21-22. Les officiers sont Jean de la Fontaine, com (...)

24Un procès d’inquisition se décomposait en deux phases : le procès d’office ou procès préparatoire, correspondant à l’instruction, et le procès ordinaire. Contrairement à ce qui se passe dans notre système judiciaire, les mêmes hommes se chargeaient de l’instruction et du jugement. Le procès préparatoire s’ouvre le 9 janvier 1431. Pierre Cauchon commence par constituer le tribunal. Seul le promoteur, Jean d’Estivet, est chanoine du diocèse de Beauvais42. Les autres officiers désignés sont tous des Normands, de même que la majorité des assesseurs qui assisteront aux séances publiques (entre 40 et 60)43. Les témoignages sont recueillis pendant un mois, puis le procès ordinaire peut commencer. Les interrogatoires publics vont se poursuivre du 21 février au 3 mars. On assiste alors enfin à la confrontation de Jeanne et de son principal juge.

  • 44 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 33-34.
  • 45 Ibid., p. 35.

25Jeanne avait reçu dans sa prison la lettre de citation portée par Jean Massieu. Elle y était présentée comme « véhémentement suspecte d’hérésie » et notoirement diffamée44. En réponse à la citation, Jeanne fait déjà preuve d’esprit contestataire, puisqu’elle demande la convocation d’ecclésiastiques « du parti de France »45. C’est une façon de dénoncer d’emblée le caractère politique du procès. La première séance a lieu dans la chapelle du château de Rouen : c’est la seule concession faite par les autorités anglaises à la juridiction d’Église. Les autres séances auront lieu dans des salles purement laïques, toujours à l’intérieur du château.

26Le premier heurt entre Jeanne et son juge se produit très rapidement quand on lui demande de prêter serment de dire la vérité. Après bien des atermoiements, elle accepte de prêter un serment conditionnel. Elle dirait la vérité sur les questions de foi, mais non sur ses révélations :

  • 46 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 38. Cette citation des paroles de Jeanne est en fr (...)

Et si on devait lui couper la tête, elle ne les révélerait pas, parce qu’elle savait par ses visions qu’elle devait les tenir secrètes46.

  • 47 Ibid., p. 40-41.
  • 48 Ibid., p. 42.

27La séance se poursuit par un interrogatoire d’identité. Mais quand on lui demande de réciter ses prières, Pater, Ave et Credo, que sa mère lui a apprises, elle refuse à moins que l’évêque ne l’entende en confession ! Jeanne ne sait peut-être pas que les manuels d’inquisition déconseillent fortement aux juges de confesser les accusés, pour des raisons faciles à comprendre. En tout cas, elle s’obstine dans son refus, qui fait très mauvais effet sur les assistants : cette femme suspecte d’hérésie ignorerait-elle les prières de base de la religion catholique47 ? Une dernière escarmouche a lieu quand Pierre Cauchon lui interdit « de quitter sans sa permission les prisons à elle assignées dans le château de Rouen, sous peine d’être convaincue de crime d’hérésie »48. Cette interdiction peut nous paraître étonnante, et surtout le lien fait entre une éventuelle évasion et le crime d’hérésie. En tout cas, Jeanne ne l’accepte pas et proclame qu’il est licite pour tout prisonnier de s’évader.

  • 49 Ibid., p. 45 (séance du jeudi 22 février).

28Les cinq autres interrogatoires se déroulent dans « la chambre du parement au bout de la grand salle » du château. Pierre Cauchon préside toujours, mais c’est Jean Beaupère qui conduit les interrogatoires. Chaque jour la séance commence par une passe d’arme entre le juge et l’accusée à propos du serment. Elle lui répond en des termes qui peuvent paraître arrogants : « Je l’ai fait hier. Vous me chargez trop »49. Elle se résout finalement à prêter le même serment conditionnel que la première fois. Parfois, Jeanne n’hésite pas à s’adresser directement à Pierre Cauchon en termes menaçants :

Avisez bien de ce que vous dites être mon juge, car vous prenez une grande charge et me chargez trop.

29ou encore,

  • 50 Ibid., p. 55 et 59 (séance du samedi 24 février).

Vous dites que vous êtes mon juge ; avisez bien que vous ferez ; car, de vérité, je suis envoyée de par Dieu et vous mettez en grand danger50.

30Jeanne n’hésitait donc pas à défier son juge. On peut se demander si elle mesurait la gravité de ses propos. En rejetant obstinément le serment sans conditions, elle se montrait rebelle et refusait de se soumettre à l’Église, dont Pierre Cauchon était alors le représentant officiel. Pour le moment, le juge ne mit pas en avant ce grief, qui ne fut exploité que plus tard.

31En attendant, les interrogatoires sont menés de façon habile par Jean Beaupère, qui utilise avec brio les méthodes éprouvées de l’inquisition. L’objectif est de traquer l’hérésie chez l’accusée. Pour parvenir à savoir la vérité dans des domaines où Jeanne veut s’y soustraire, l’interrogateur passe du coq à l’âne et pose des questions inattendues. Jeanne refuse souvent de répondre et se contente d’un « passez outre ». Quand elle consent à parler, elle fait preuve d’intelligence et surtout d’un solide bon sens.

32Interrogée sur ses Voix, elle donne des précisions de plus en plus grandes. Elle les identifie à des saints et saintes bien connus, sainte Catherine et sainte Marguerite. Le plus intéressant pour nous est l’archange saint Michel. Celui-ci est le patron de la dynastie des Valois et Jeanne ne peut ignorer que la forteresse du Mont-Saint-Michel est la seule en Normandie à résister obstinément aux assauts des Anglais.

  • 51 Ibid., p. 63-64.

33Petit à petit, on aborde les questions politiques et militaires. Le 24 février, on lui demande si les habitants de Domrémy sont bourguignons ou armagnacs. Elle répond, non sans candeur, « qu’elle ne connaissait qu’un Bourguignon, qu’elle eût bien voulu qu’il eût la tête coupée ». Elle ajoute : « depuis qu’elle entendit que les Voix étaient pour le roi de France, elle n’a point aimé les Bourguignons »51. Ce faisant, elle est évidemment tombée dans le piège qui lui était tendu. Pour le juge et les assesseurs, tous bourguignons et partisans d’Henri VI, comment Dieu aurait-il pu choisir le camp adverse ?

  • 52 Ibid., p. 221-222 (texte de la lettre du 22 mars 1429).
  • 53 Ibid., p. 50-51 (séance du jeudi 22 février) et p. 221-222.
  • 54 Ibid., p. 51 et 220.
  • 55 Ibid., p. 78 (séance du mardi 27 février). L’expression a certainement frappé les juges et les asse (...)
  • 56 Ibid., p. 78.
  • 57 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 376 (témoignage de Jean Barbin en 1456).

34Les juges ont également entre les mains des documents fort compromettants pour elle. Ainsi la lettre qu’elle a adressée le 22 mars 1429 au roi d’Angleterre : « Rendez à la Pucelle, qui est ici envoyée de par Dieu, le roi du Ciel, les clés de toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France »52. Dans la même lettre, Jeanne ajoute à l’adresse des Anglais : « s’ils ne veulent obéir, je les ferai tous occire ». On y trouve aussi la formule célèbre selon laquelle elle est chargée de « bouter [les Anglais] hors de toute France »53. Jeanne conteste bien certains termes de la lettre, mais elle reconnaît son authenticité54. Jean Beaupère va donc pousser son avantage. Il en vient à évoquer Jeanne combattante, son étendard et son épée, découverte miraculeusement à Saint-Catherinede-Fierbois. Les réponses à l’emporte-pièce, qui font notre admiration, vont porter tort à Jeanne. Elle affirme ainsi qu’elle avait lors de sa capture une épée « bonne à donner de bonnes buffes et de bons torchons »55. Se rendant compte du danger, elle ajoute qu’elle ne portait que son étendard « pour éviter de tuer quelqu’un et elle dit qu’elle n’a jamais tué personne »56. On lui reproche aussi d’avoir suscité un véritable culte à son égard. Il est vrai qu’elle avait laissé faire quelques admirateurs, ce qui fut admis par certains témoins du procès de réhabilitation57.

  • 58 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, 67 (séance du 24 février).
  • 59 « Une femme ne portera pas un costume masculin, et un homme ne mettra pas un vêtement de femme ; qu (...)
  • 60 « Toute femme qui prie ou prophétise le chef découvert fait affront à son chef ; c’est exactement c (...)

35L’accusation va bientôt se concentrer sur la question de l’habit d’homme. Pour faire la guerre, Jeanne avait coupé ses cheveux et revêtu un habit masculin. C’était incontestable et elle portait encore un tel vêtement au cours du procès. Elle commence par prendre les choses à la légère et, quand on lui demande si elle veut revêtir un habit féminin, elle fait de l’humour : « Baillez-m’en un, et je le prendrai et je m’en irai »58. Malheureusement pour elle, les juges n’ont guère envie de plaisanter. Au XXIe siècle, ce grief peut paraître étonnant, mais Jeanne contrevenait directement aux prescriptions de la Bible (Deutéronome XXII, 559 et Première Épître aux Corinthiens XI, 56-1060). En portant un vêtement masculin, Jeanne conteste l’ordre de la société, et surtout l’ordre de l’Église. Les juges en sont scandalisés, et ils vont exploiter cette faille.

36Le dernier interrogatoire public a lieu le 3 mars mais, du 10 au 17 mars, quelques séances supplémentaires se tiennent dans la prison de Jeanne, en présence d’un petit nombre d’assesseurs. C’est désormais Jean de la Fontaine qui pose les questions. Le 10 mars, Jeanne n’hésite pas à affronter à nouveau Pierre Cauchon à propos du serment :

  • 61 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 110 (séance du samedi 10 mars).

Je vous promets que je dirai la vérité de tout ce qui touchera votre procès ; et plus vous me contraindrez à jurer, et plus tard vous le dirai61.

37Le 14 mars, elle réitère les menaces qu’elle lui avait faites précédemment :

  • 62 Ibid., p. 147-148 (séance du mercredi 14 mars, au matin).

Vous dites que vous êtes mon juge ; je ne sais si vous l’êtes, mais avisez bien que ne jugiez mal : vous vous mettez en grand danger. Et je vous avertis afin que si Notre-Seigneur vous en châtie, j’aie fait mon devoir de vous le dire62.

  • 63 Le vicaire de l’inquisiteur, Jean Le Maistre, a en effet accepté de se joindre au procès le 12 mars (...)
  • 64 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 148.

38C’est une menace directe au juge, proférée d’ailleurs en l’absence de Pierre Cauchon, mais devant l’inquisiteur Jean Le Maistre63. Quand on l’interroge sur le danger qui guette le juge, elle répond que « ses Voix lui disent qu’elle sera délivrée par grande victoire »64. Elle s’attend donc encore, à ce moment-là, à une intervention militaire ordonnée par Charles VII.

  • 65 Ibid., p. 169-170 (séance du samedi 17 mars, au matin).
  • 66 Ibid., p. 175 (séance du samedi 17 mars, après-midi).
  • 67 Ibid., p. 132-140 (séance du mardi 13 mars). Elle donne alors de nombreux détails sur ce signe de l (...)
  • 68 L’attaque contre Paris, le 8 septembre 1429, avait eu lieu un jour de fête religieuse (la Nativité (...)

39Le 17 mars, Jean de la Fontaine lui demande si les saintes, et Dieu lui-même, aiment les Anglais. C’est évidemment une question piège, que Jeanne parvient à désamorcer : « De l’amour ou de la haine que Dieu a aux Anglais,… elle ne sait rien ; mais elle sait bien qu’ils seront boutés hors de France, excepté ceux qui y mourront »65. Sur la lancée, on lui demande également si son roi a bien fait d’assassiner le duc de Bourgogne, Jean sans Peur. C’est une question fondamentale pour tous ces clercs, bourguignons de cœur. Elle répond que ce fut « grand dommage pour le royaume de France », mais réaffirme aussitôt sa mission divine66. Passons rapidement sur les autres sujets abordés : signe de la couronne apportée par un ange au dauphin Charles67, péchés mortels qui lui sont imputés (port de l’habit d’homme, mais aussi attaque contre Paris un jour de fête religieuse et saut de la tour de Beaurevoir, considéré comme une tentative de suicide)68.

  • 69 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 154-155 (séance du jeudi 15 mars).
  • 70 Ibid., p. 166-167 (séance du samedi 17 mars, au matin).

40Le 15 mars, on lui avait posé la question essentielle, celle de la soumission à l’Église69. Le 17 mars encore, compte tenu de la faiblesse présumée de ses connaissances religieuses, l’interrogateur lui fait un vrai cours de catéchisme, en lui expliquant la différence entre Église triomphante et Église militante. Elle répond alors clairement qu’elle accepte de se soumettre à « l’Église victorieuse de là-haut ». Concernant l’Église militante (le pape, les prélats, le clergé et les bons catholiques vivant sur terre), « elle n’en répondra maintenant pas autre chose »70. On peut comprendre ses hésitations, puisque l’Église militante était représentée pour elle par ces juges qui cherchaient à la condamner. Pour ces derniers, cette réponse dilatoire était extrêmement grave. Ne pas se soumettre à l’Église militante, c’était tomber dans l’hérésie. Les juges et les assesseurs avaient à l’esprit des hérétiques bien réels de ce temps, qui menaçaient l’Église, tels que John Wyclif et Jean Hus. L’un et l’autre opposaient en effet l’Église visible, considérée comme mauvaise, à l’Église invisible, la seule qui pût être considérée comme parfaite.

41Jeanne apparaît ainsi aux juges comme une femme « contestataire » vis-à-vis de l’Église. Car, ne l’oublions pas, la liberté de conscience n’existe absolument pas au XVe siècle. Tous les chrétiens, et même tous les habitants du royaume, doivent se soumettre à l’Église. À cet égard, il n’existe aucune différence entre la « France lancastrienne » et l’ancien « royaume de Bourges ». Les Anglais sont d’aussi bons chrétiens que les Français fidèles à Charles VII ! Il ne reste plus à cette époque, en France, de population officiellement non chrétienne. Les juifs ont été expulsés sous Charles VI, en 1394, et l’on peut considérer cette expulsion comme définitive. Notons au passage qu’un nombre important d’entre eux se sont paradoxalement réfugiés dans les États pontificaux, autour d’Avignon, dans le Comtat-Venaissin. Ils n’y furent jamais persécutés.

42Aux yeux des juges et des assesseurs de Rouen, les interrogatoires ont montré que Jeanne était rebelle à l’Église. C’était à coup sûr l’un des objectifs poursuivis par les instigateurs du procès (Pierre Cauchon en tête). Dès lors, la procédure d’inquisition va se poursuivre de façon inexorable.

Jeanne condamnée par l’Église

  • 71 Ibid., p. 192-286 (texte des 70 articles). Ces articles furent lus à Jeanne au cours des séances de (...)
  • 72 Ibid., p. 191-192.
  • 73 Rappelons que Jean d’Estivet était le seul clerc disponible du diocèse de Beauvais. Cf. supra.
  • 74 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 290-296 (texte des 12 articles).

43Le lundi 26 mars s’ouvre le « procès ordinaire ». Les deux jours suivants, 27 et 28 mars, sont consacrés à la lecture des 70 articles de l’acte d’accusation, rédigés par le promoteur, Jean d’Estivet71. Dès le préambule, le ton est donné : Jeanne est « véhémentement suspecte, scandaleuse et extrêmement et notoirement diffamée… sorcière ou lectrice de sorts, devineresse, fausse prophétesse, invocatrice et conjuratrice de malins esprits, superstitieuse, impliquée et appliquée aux arts magiques, mal pensante et… schismatique »72. Développant ces accusations dans le détail, les 70 articles sont outranciers et utilisent des procédés critiquables : déformation, amalgame ou omission. Pierre Cauchon n’avait choisi que par défaut le promoteur Jean d’Estivet73. Il ne se montra pas satisfait de cet acte d’accusation, pensant qu’il ne lui permettrait pas de réaliser le procès incontestable qu’il entendait mener. Aussi laissa-t-il de côté les 70 articles. Dès le 2 avril fut élaboré sous sa direction un nouvel acte d’accusation beaucoup plus habile, sous la forme de 12 articles74.

  • 75 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 290-291.

44Dans les 12 articles, les accusations ne sont pas moins graves, mais elles sont formulées de façon très simple, hors de toute polémique. Le premier article dit l’essentiel. « Une certaine femme » (quedam femina) affirme que lui sont apparus les anges saints Michel et Gabriel et les saintes Catherine et Marguerite. Les saintes lui demandèrent d’aller trouver « un prince du siècle » qui grâce à elle, mais « par la force des armes », pourrait remporter la « victoire sur ses adversaires ». Les saintes lui demandèrent en outre de porter l’habit d’homme. Cette femme « se dit envoyée par le Dieu du ciel et l’Église victorieuse des saints… mais à l’Église militante, elle différa et refusa de se soumettre »75. Les autres articles apportent des compléments sur des points particuliers, dans le même esprit d’objectivité (signe de la couronne, prophéties, lettres de Jeanne, saut de Beaurevoir) ou développent les éléments essentiels (Voix, habit d’homme, mission divine, soumission à l’Église).

45Ces 12 articles sont remarquablement composés. Ils se limitent à des accusations incontestables aux yeux des hommes d’Église, quel que soit le camp auquel ils appartiennent. Jeanne prétend être envoyée directement par Dieu, qui se serait manifesté à travers des anges et des saintes alors très populaires. Par son intermédiaire, Dieu aurait pris parti dans une guerre purement humaine (une guerre entre chrétiens). Grâce à son action, l’un des protagonistes l’emporterait militairement sur l’autre. Jeanne affirme tenir ses ordres directement du ciel, mais refuse de se soumettre à l’Église visible. Tous les aspects outranciers ont été supprimés, et même toutes les questions ouvertement politiques. Les contemporains pouvaient cependant lire entre les lignes, tout comme nous. Le « prince du siècle » est évidemment Charles VII, et « ses adversaires », les Anglais et les Bourguignons.

  • 76 Ibid., p. 297-300.
  • 77 Ibid., p. 300-327. Signalons au passage que Pierre Cauchon allait bientôt succéder à Zanon de Casti (...)
  • 78 Ibid., p. 354-367.
  • 79 Ibid., p. 367-374.
  • 80 Il existe cependant entre les différents avis quelques nuances, qu’il est impossible de développer (...)

46Dans une cause aussi importante, Pierre Cauchon ne veut pas juger seul, ni même en la seule compagnie du vicaire de l’inquisiteur, Jean Le Maistre. Il va donc solliciter le maximum d’avis. Le 12 avril a lieu une délibération collective de 22 théologiens de Rouen76. Sont également sollicités le chapitre de Rouen, les évêques de Coutances, Philibert de Montjeu, et de Lisieux, Zanon de Castiglione77, l’université de Paris, qui rend son avis définitif le 14 mai, à l’issue d’une assemblée générale78 et, enfin, les docteurs et les maîtres présents à Rouen, qui s’expriment en dernier lieu, le 19 mai79. Tous ces avis sont convergents80 : Jeanne est coupable et suspecte d’hérésie.

  • 81 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 327-348.
  • 82 C’est la seule tour subsistante du château de Rouen, celle qu’on appelle aujourd’hui « Tour Jeanne- (...)
  • 83 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 348-350 (séance du mercredi 9 mai).

47Entre-temps, les juges ont tenté d’amener Jeanne à reconnaître qu’elle était dans l’erreur. Ce sont d’abord les « exhortations charitables » qui ont pour objectif d’amener Jeanne à résipiscence : le 18 avril, dans la prison, puis le 2 mai, au cours d’une séance solennelle81. Le prédicateur est alors Jean de Châtillon, archidiacre d’Évreux. Ces admonestations restant sans effet, Pierre Cauchon décide d’utiliser d’autres moyens, admis par la procédure d’inquisition. Le mercredi 9 mai, l’accusée est emmenée dans la tour maîtresse du château de Rouen, qui subsiste encore de nos jours82. C’est là que se trouvent les instruments de torture et l’on menace Jeanne de la soumettre à la question83. Mais elle répond :

  • 84 Ibid., p. 349.

Vraiment, si vous deviez me faire arracher les membres et faire partir l’âme hors du corps, je ne vous dirais pas autre chose ; et si je vous disais quelque chose, après, je dirais toujours que vous me l’auriez fait dire par force84.

  • 85 Ibid., p. 350-352 (séance du samedi 12 mai). Raoul Roussel, trésorier du chapitre de Rouen et futur (...)

48Cette réponse courageuse incite Pierre Cauchon à surseoir. Le 12 mai, il réunit douze assesseurs, qui se prononcent en majorité contre la torture85. Jeanne ne fut donc pas torturée.

  • 86 Ce cimetière est aujourd’hui un jardin public entourant l’ancienne église abbatiale de Saint-Ouen. (...)
  • 87 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 386.

49Le 19 mai, l’avis de l’université est parvenu à Rouen, transmis par cinq maîtres qui ont fait le voyage. Rien n’empêche plus de mener le procès à sa conclusion. Le jeudi 24 mai, Jeanne est conduite pour la première fois hors du château, dans le cimetière de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen86. L’accusée doit entendre une dernière prédication faite par Guillaume Érard, docteur en théologie et professeur à Paris. Il prend pour thème un extrait de l’Évangile selon saint Jean (XV, 4) : « le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même, s’il ne demeure attaché à la vigne »87. Elle est ensuite interrogée par le prédicateur sur la soumission à l’Église et répond :

  • 88 Ibid., p. 387.

J’ai dit [aux juges] en ce point de toutes les œuvres que j’ai faites et mes dits, qu’ils soient envoyés à Rome, devers notre Saint-Père le pape auquel, et à Dieu premier, je me rapporte. Et quant aux dits et aux faits que j’ai faits, je les ai faits de par Dieu88.

  • 89 Ibid., p. 175-176 (séance du samedi 17 mars après-midi) et p. 343 (séance du mercredi 2 mai). Dans (...)
  • 90 Le 2 mai, Jean de Châtillon avait demandé à Jeanne si elle voulait se soumettre au concile général. (...)
  • 91 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 14-15 (texte des lettres royaux du 3 janvier 1431) (...)

50Jeanne formule ainsi un appel au pape, qu’elle avait déjà fait sous une autre forme le 17 mars et le 2 mai89. Il ne fut pas reçu. Il n’était certes pas rédigé par écrit, dans les formes requises. Mais les juges étaient également embarrassés du fait de la situation de la papauté : Martin V venait de mourir le 20 février et son successeur, Eugène IV, avait été élu rapidement, alors que le concile de Bâle allait s’ouvrir90. Les clercs de Rouen et les maîtres de Paris ne savaient pas encore s’ils allaient reconnaître ce nouveau pape. Par ailleurs, il est certain que les autorités anglaises n’auraient pas admis que Jeanne fût envoyée à Rome. Elles entendaient qu’elle fût jugée… et condamnée à Rouen. Les lettres royaux du 3 janvier 1431 l’avaient clairement laissé entendre91.

51L’appel au pape n’étant pas retenu, et Jeanne demeurant insoumise à l’Église (du point de vue des juges), il ne restait plus à Pierre Cauchon qu’à prononcer la sentence de condamnation, et il commence à le faire. C’est alors qu’on assiste à un retournement inattendu. Jeanne ne laisse pas l’évêque terminer sa lecture.

  • 92 Ibid., p. 388-392.

Elle dit plusieurs fois que, puisque les gens d’Église disaient que ses apparitions et révélations n’étaient point à soutenir ni à croire, elle ne voulait pas les soutenir ; mais du tout, elle s’en rapportait aux juges et à notre mère sainte Église92.

  • 93 Ibid., p. 392-394.

52C’était une abjuration, et Pierre Cauchon en tire immédiatement les conséquences. Il se met à lire la seconde sentence, qu’il avait préparée. Il s’agissait d’une sentence de clémence (relative). Jeanne demeurait évidemment coupable, mais n’était condamnée qu’à la prison perpétuelle93.

53Pierre Cauchon pouvait estimer qu’il avait enfin gagné. Il ne voulait sans doute pas, comme les Anglais, la mort de Jeanne, mais souhaitait qu’elle reconnaisse ses erreurs, ce qu’elle venait de faire. Désormais, la Pucelle ne représentait plus aucun danger pour le régime d’Henri VI, roi de France et d’Angleterre. Plus personne ne pourrait croire à la réalité de sa mission divine. Plus personne ne pourrait soutenir que Dieu protégeait l’un des adversaires contre l’autre, Charles VII contre Henri VI, son gouvernement et ses fidèles. Dès lors la mort de Jeanne devenait inutile, et même nocive. L’évêque de Beauvais se faisait fort de convaincre les Anglais. Il n’en eut pas l’occasion, en raison d’un nouveau revirement de Jeanne.

54Jeanne avait craqué. Elle accepta de revêtir un habit féminin et ses cheveux furent tondus. Elle espérait certainement être conduite en prison d’Église et gardée par des femmes. Il n’en fut pas ainsi. Les Anglais la ramenèrent dans sa prison du château, où Jeanne retrouva ses gardiens habituels, des hommes et des soldats. Dès lors, elle changea d’avis.

55Le lundi 28 mai, Pierre Cauchon et quelques assesseurs se rendent à la prison. Ils ne peuvent que constater que Jeanne a repris l’habit d’homme. L’habit était devenu au cours du procès une question essentielle. C’était le symbole de sa soumission, ou de sa rébellion. Interrogée à ce sujet :

  • 94 Ibid., p. 395-396.

Elle répond qu’elle l’a pris de sa propre volonté, sans nulle contrainte, et qu’elle aime mieux l’habit d’homme que celui de femme94.

  • 95 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. II, p. 8.

56N’y a-t-il vraiment pas eu de contrainte ? On peut se le demander. Au cours de l’information conduite en 1450, après la reconquête, un témoin bien placé affirma que Jeanne avait été violée par « un milord anglais ». Mais ce témoignage ne fut pas joint au procès officiel de réhabilitation95.

57En tout cas, Jeanne savait ce qu’elle faisait en reprenant l’habit d’homme, et la suite de ses réponses le montre :

  • 96 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 397-399.

58« Elle n’a point dit ou entendu révoquer ses apparitions », ce qu’elle avait pourtant fait en abjurant. Jeanne reconnaît qu’elle avait cédé par crainte du terrible supplice qui l’attendait : « Tout ce qu’elle a fait, c’est de peur du feu »96.

59On peut certes la comprendre, mais pour les juges ecclésiastiques, elle était devenue une hérétique relapse. Dès lors, il ne restait plus qu’une seule sentence possible : l’abandon au bras séculier. Cela signifiait la mort par le feu car, non sans hypocrisie, la justice d’Église refusait de condamner quelqu’un à mort, laissant ce soin aux autorités laïques.

60Le matin du jeudi 30 mai 1431, Jeanne est emmenée à la place du Vieux marché et Pierre Cauchon lit la sentence définitive :

  • 97 Ibid., p. 411-412.

Tu es à nouveau tombée (ô douleur), comme un chien a coutume de retourner à son vomissement, dans ces mêmes erreurs et ces crimes déjà dits… Nous te disons relapse et hérétique… et nous jugeons que tel un membre pourri, afin que tu n’infectes point également les autres membres, il faut te rejeter de l’unité de l’Église, te retrancher de son corps et t’abandonner à la puissance séculière97.

  • 98 Le 7 juin 1431, huit jours après la mort de Jeanne, Pierre Cauchon réunissait sept témoins, qui aff (...)

61Le procès-verbal authentique s’arrête là, mais nous connaissons la suite98.

  • 99 Cf. Colette Beaune, Jeanne d’Arc…, passim.

62Tout au long de sa vie, Jeanne d’Arc apparaît comme une femme contestataire. C’est déjà le cas dans son enfance, où elle refuse d’obéir à ses parents, de se couler dans le moule social d’une fille de paysan des marches de Lorraine. Elle affirme entendre des voix, et se rattache ainsi à la catégorie des visionnaires, presque toujours féminines, qui pullulent au XVe siècle. Citons, à titre d’exemple, Constance de Rabastens, Catherine de La Rochelle, Pierronne la Bretonne ou Marie d’Avignon99. Prétendant communiquer directement avec Dieu par l’intermédiaire des anges et des saintes, elle conteste l’autorité de l’Église établie. Exigeant avec force d’être conduite auprès du « dauphin Charles », elle s’oppose parallèlement au représentant local de l’autorité royale, Robert de Baudricourt.

63Une fois parvenue dans le « royaume de Bourges », Jeanne ne peut se faire admettre que parce que la situation militaire paraît désespérée. Elle donne, ensuite, l’impulsion nécessaire au retournement de cette situation, d’Orléans à Reims, grâce à une action beaucoup plus psychologique que strictement militaire. On sait que le moral des troupes est essentiel pour obtenir la victoire. Grâce à elle, Charles VII est parvenu à se faire sacrer. C’est effectivement un succès décisif face au petit « roi de France et d’Angleterre », Henri VI, et à son gouvernement. Dès lors, les choses rentrent dans l’ordre en quelque sorte, et Jeanne devient encombrante pour son protecteur. Il n’est pas admis dans la société du temps qu’une femme porte l’habit d’homme, et encore moins qu’elle se place à la tête d’une armée. Cela contrevient aux usages du monde laïc, mais plus encore aux prescriptions de l’Église.

64Dans ces conditions, la capture de Jeanne par les Anglo-bourguignons était presque inévitable. Charles VII n’a rien fait pour l’empêcher, et surtout il n’a rien fait pour racheter la prisonnière, ce qui aurait été conforme aux lois de la guerre alors admises par tous.

65Les adversaires de Charles VII, Anglais et Bourguignons, vont remarquablement bien exploiter ces contradictions. Jeanne apparaissait déjà comme une « contestataire » au sein de son camp politique. Face au pouvoir royal d’Henri VI, elle passait de facto du statut de « contestataire » à celui de « rebelle ». Mais le gouvernement incarné par le duc de Bedford, eut l’habileté de confier son procès à l’Église (sur les conseils de Pierre Cauchon). L’Église était officiellement neutre dans le conflit qui déchirait alors la France. L’autorité du pape et celle des évêques était reconnue par les deux camps. Or Jeanne pouvait être jugée, et condamnée, pour insoumission à l’Église. C’est ce qui se passa effectivement à Rouen, en 1431.

  • 100 Pierre Duparc, Procès en nullité…

66Cette condamnation était très gênante pour Charles VII, puisqu’elle laissait entendre que le roi de France devait ses victoires à une mystificatrice. Ayant reconnu « ses erreurs » le 24 mai 1431, puis au matin du 30 mai (d’après l’Information posthume), Jeanne ne pouvait avoir été envoyée par Dieu. Le gouvernement d’Henri VI se hâta de le faire savoir dans une première lettre circulaire, adressée aux rois et princes chrétiens, dès le 8 juin 1431. Lorsqu’il eut reconquis la Normandie, en 1450, Charles VII lança une première enquête auprès des témoins du procès. L’objectif poursuivi était d’obtenir l’annulation du procès de 1431, mais c’était impossible sans l’accord des plus hautes autorités ecclésiastiques. Le pape Nicolas V était très réticent : il ne donna finalement son accord que le 11 juin 1455. Un nouveau procès d’Église s’ouvrit alors, qui aboutit à proclamer la nullité de la condamnation de Jeanne, le 7 juillet 1456. Ce second procès était tout autant politique que le premier. Ce qui importait, ce n’était pas de réhabiliter Jeanne, jeune fille contestataire, mais d’effacer l’infamie que sa condamnation avait infligée à Charles VII100.

67Il fallut encore près de cinq siècles pour que Jeanne fût reconnue comme une sainte par l’Église. Elle devait être canonisée par Benoît XV, en 1920, et reconnue patronne secondaire de la France par Pie XI, en 1922. L’Église la fête le 30 mai, jour de son supplice, mais la considère comme une vierge, et non comme une martyre. Nous savons que parallèlement, la République française, représentant l’autorité laïque, l’a proclamée héroïne nationale. C’est une reconnaissance bien tardive pour une personnalité qui a joué un aussi grand rôle dans l’histoire de la France. Quoi qu’il en soit, Jeanne reste une jeune fille courageuse qui a osé se dresser contre les plus hautes autorités de son temps, laïques et ecclésiastiques. Aujourd’hui encore, on peut la reconnaître comme une figure de la contestation.

Notes

1 Cf. Jacques-Olivier Boudon, « La figure de Jeanne d’Arc chez les catholiques français du XIXe siècle », in Images de Jeanne d’Arc (Actes du colloque de Rouen, 1999), Jean Maurice et Daniel Couty (dir.), Paris, PUF, 2000, p. 45-52 (p. 52) ; Jacques Dalarun, « Le troisième procès de Jeanne d’Arc », ibid., p. 53-65.

2 Cette œuvre est aujourd’hui facilement accessible dans une édition récente : Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, texte présenté et commenté par Colette Beaune, Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1990.

3 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870.

4 Pierre Cochon, notaire de la cour archiépiscopale de Rouen, est présent le 30 avril 1431, en tant que témoin, lors de la délibération de onze avocats de la même cour de Rouen. Cf. Pierre Champion (éd.), Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, Paris, Honoré Champion, 1920-1921, 2 vol., t. II, p. 228 et n. 438.

5 Jules Quicherat (éd.), Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, Jules Renouard et Cie, Publication de la Société de l’Histoire de France, 1841-1849, 5 vol. À ce sujet, cf. Philippe Contamine, « Jules Quicherat historien de Jeanne d’Arc », dans De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du XVe siècle, Orléans, Paradigme, 1994, p. 179-191.

6 Pierre Tisset (éd.), Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, 3 volumes, édition, traduction et introduction, Paris, Société de l’Histoire de France, 1960-1971.

7 Pierre Duparc, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, 5 vol., édition intégrale et traduction partielle, Paris, Société de l’Histoire de France, 1977-1988.

8 Cf. François Neveux, L’Évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987 (notamment, p. 130-132 et 297-298).

9 Ibid., p. 216-226.

10 BnF, Ms. lat. 8838 (manuscrit d’Urfé). Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms. 518 (manuscrit d’Orléans).

11 Signalons cependant que Thomas de Courcelles a effectué quelques manipulations mineures en réalisant cette traduction latine. Il a par exemple supprimé le passage dans lequel il opinait pour que Jeanne soit soumise à la torture, le samedi 12 mai 1431 : cf. Pierre Tisset, t. I, p. 351 et infra.

12 Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Ms. lat. 1119. BnF, Ms. lat. 5965 et 5966.

13 Le notaire Nicolas Taquel a ajouté son seing manuel à la fin de la transcription du procès, à la suite de ceux de Guillaume Manchon et de Guillaume Colles. Seules les pages de l’Information posthume n’ont pas été paraphées (cf. infra).

14 Cf. supra note 6 les références de cette édition.

15 Le roi Jean le Bon avait été fait prisonnier à la bataille de Poitiers et emmené en Angleterre. Ce sont ses représentants qui ont négocié ce traité, aux termes duquel une grande Guyenne est abandonnée au roi d’Angleterre, en toute souveraineté. En échange, Édouard III s’engageait à ne plus porter le titre de roi de France. Qualifié de « désastreux » (pour la France) par les historiens du XIXe siècle, ce traité ne fut jamais complètement appliqué. On ne procéda pas à « l’échange des renonciations » (renonciation à la souveraineté contre renonciation au titre de roi de France).

16 Cf. Paris 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue de l’exposition du Musée du Louvre, publié sous la direction d’Élisabeth Taburet-Delahaye et François Avril, Paris, Éditions de la réunion des musées nationaux/Librairie Arthème Fayard, 2004.

17 Cette faction tient son nom de Bernard VII, comte d’Armagnac, dont la fille avait épousé le nouveau duc, Charles d’Orléans. Chef du « parti armagnac » pendant une dizaine d’années, il fut lui aussi assassiné lors de la reprise de Paris par les « Bourguignons », en 1418.

18 Azincourt, canton de Fruges, arrondissement d’Arras, Pas-de-Calais.

19 Henri V meurt le premier le 31 août 1422, à l’âge de 35 ans, et Charles VI le 21 octobre, à 54 ans.

20 La bataille de Verneuil eut lieu le 17 août 1424. Dans le camp français, on compta beaucoup de prisonniers. Le plus illustre est le duc d’Alençon, Jean II, qui fut libéré quelques années plus tard contre rançon.

21 Concernant Jeanne d’Arc, signalons la récente biographie que lui a consacrée notre collègue Colette Beaune, professeur à l’université de Paris X-Nanterre : Colette Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004. En replaçant l’histoire de Jeanne dans le contexte d’une époque qu’elle connaît particulièrement bien, elle renouvelle très largement la question.

22 Domrémy-la-Pucelle, canton de Coussey, arrondissement de Neufchâteau, Vosges.

23 On appelle Barrois mouvant la partie du comté de Bar situé sur la rive gauche de la Meuse. Il avait été rattaché au royaume de France sous le règne de Philippe le Bel, en 1301. Le reste du comté de Bar continuait à relever de l’empire

24 Le duché de Lorraine était un fief d’empire. L’expression aux marches de Lorraine signifiait donc : « aux frontières de la Lorraine ».

25 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 296 (déposition de Durand Laxart en 1452).

26 Ceux-ci sont à l’origine de la fondation de l’université de Poitiers, en 1431.

27 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. III, p. 391-392.

28 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 328 (déposition de François Garivel).

29 Elle est prise par un archer du bâtard de Wandonne, vassal de Jean de Luxembourg, comte de Ligny.

30 Cité notamment par Régine Pernoud et Marie-Véronique Clin, Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 1986, p. 144-145.

31 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. V, p. 166-169.

32 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 8-9.

33 Le comte d’Armagnac lui avait envoyé une lettre à ce sujet et elle y avait répondu. Le texte des deux lettres fut inséré dans la version officielle du procès : Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 225-226.

34 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 135-137.

35 C’est pourtant relativement peu par rapport à ce qui était exigé des grands seigneurs. Prisonnier après la bataille de Verneuil, le duc d’Alençon dut ainsi verser une rançon de 200 000 livres.

36 Au mois d’août 1430, les États de Normandie votèrent une aide de 120 000 livres, sur laquelle fut prélevé le montant de la rançon de Jeanne.

37 Les Anglais se méfiaient à juste titre des Parisiens, puisque ceux-ci choisirent de livrer leur ville à Charles VII, en 1436 (après le ralliement du duc de Bourgogne, en 1435, à la suite du congrès d’Arras).

38 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. V, p. 136-137.

39 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 1-3. Notons que dans la version définitive du procès, l’acte initial du procès est écrit au nom de Pierre Cauchon, mais aussi de Jean Le Maître, vicaire de l’inquisiteur de France au diocèse de Rouen. Cf. infra.

40 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 14-15.

41 Les lettres de commission de Jean Graverent sont datées du 4 mars 1431. Jean Le Maistre communique ces lettres à Pierre Cauchon le lundi 12 mars et intervient dès lors officiellement dans le procès en tant que co-juge. Cf. Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 118-120.

42 Ibid., p. 18-19. Comme beaucoup de ses contemporains, Jean d’Estivet cumule plusieurs prébendes canoniales : il est aussi chanoine de Bayeux. Cf. François Neveux, L’Évêque Pierre Cauchon, p. 140.

43 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 21-22. Les officiers sont Jean de la Fontaine, commissaire examinateur des témoins, et Jean Massieu, exécuteur des mandements et convocations.

44 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 33-34.

45 Ibid., p. 35.

46 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 38. Cette citation des paroles de Jeanne est en français modernisé, mais reste le plus près possible du texte de la minute française, tel qu’il est édité par Pierre Tisset (t. I du Procès de condamnation). Il en sera de même pour toutes les citations qui suivront.

47 Ibid., p. 40-41.

48 Ibid., p. 42.

49 Ibid., p. 45 (séance du jeudi 22 février).

50 Ibid., p. 55 et 59 (séance du samedi 24 février).

51 Ibid., p. 63-64.

52 Ibid., p. 221-222 (texte de la lettre du 22 mars 1429).

53 Ibid., p. 50-51 (séance du jeudi 22 février) et p. 221-222.

54 Ibid., p. 51 et 220.

55 Ibid., p. 78 (séance du mardi 27 février). L’expression a certainement frappé les juges et les assesseurs : elle a été insérée telle quelle, sans traduction, dans la version officielle du procès (en latin).

56 Ibid., p. 78.

57 Pierre Duparc, Procès en nullité…, t. I, p. 376 (témoignage de Jean Barbin en 1456).

58 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, 67 (séance du 24 février).

59 « Une femme ne portera pas un costume masculin, et un homme ne mettra pas un vêtement de femme ; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé ton Dieu » (traduction Bible de Jérusalem).

60 « Toute femme qui prie ou prophétise le chef découvert fait affront à son chef ; c’est exactement comme si elle était tondue. Si donc une femme ne met pas de voile, alors qu’elle se coupe les cheveux ! Mais, si c’est une honte pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou tondus, qu’elle se mette un voile… Ce n’est pas l’homme, bien sûr, qui a été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit avoir un signe de sujétion » (traduction Bible de Jérusalem).

61 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 110 (séance du samedi 10 mars).

62 Ibid., p. 147-148 (séance du mercredi 14 mars, au matin).

63 Le vicaire de l’inquisiteur, Jean Le Maistre, a en effet accepté de se joindre au procès le 12 mars. Cf. supra.

64 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 148.

65 Ibid., p. 169-170 (séance du samedi 17 mars, au matin).

66 Ibid., p. 175 (séance du samedi 17 mars, après-midi).

67 Ibid., p. 132-140 (séance du mardi 13 mars). Elle donne alors de nombreux détails sur ce signe de la couronne. Elle affirme qu’il y eut de nombreux témoins, et notamment, Regnault de Chartres, archevêque de Reims, Jean II, duc d’Alençon, Charles de Bourbon, comte de Clermont, et Georges de la Trémoille (p. 134 et 137).

68 L’attaque contre Paris, le 8 septembre 1429, avait eu lieu un jour de fête religieuse (la Nativité de la Vierge). Les juges considèrent donc qu’en conduisant cette action militaire, Jeanne a commis un péché mortel. Après sa capture, en 1430, Jeanne avait sauté de la tour maîtresse du château de Beaurevoir, où elle était tenue prisonnière par Jean de Luxembourg. Pour elle, il s’agissait d’un tentative d’évasion, légitime pour tout prisonnier, mais les juges vont l’accuser d’avoir fait une tentative de suicide, ce qui est rigoureusement interdit à tout chrétien.

69 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 154-155 (séance du jeudi 15 mars).

70 Ibid., p. 166-167 (séance du samedi 17 mars, au matin).

71 Ibid., p. 192-286 (texte des 70 articles). Ces articles furent lus à Jeanne au cours des séances des mardi 27 et mercredi 28 mars. L’accusée était interrogée au fur et à mesure sur leur contenu. Ses réponses sont donc insérées à la suite du texte de chaque article.

72 Ibid., p. 191-192.

73 Rappelons que Jean d’Estivet était le seul clerc disponible du diocèse de Beauvais. Cf. supra.

74 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 290-296 (texte des 12 articles).

75 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 290-291.

76 Ibid., p. 297-300.

77 Ibid., p. 300-327. Signalons au passage que Pierre Cauchon allait bientôt succéder à Zanon de Castiglione comme évêque de Lisieux (en 1432).

78 Ibid., p. 354-367.

79 Ibid., p. 367-374.

80 Il existe cependant entre les différents avis quelques nuances, qu’il est impossible de développer dans le cadre restreint de cette contribution.

81 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 327-348.

82 C’est la seule tour subsistante du château de Rouen, celle qu’on appelle aujourd’hui « Tour Jeanne-d’Arc ».

83 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 348-350 (séance du mercredi 9 mai).

84 Ibid., p. 349.

85 Ibid., p. 350-352 (séance du samedi 12 mai). Raoul Roussel, trésorier du chapitre de Rouen et futur archevêque, s’exprime en premier lieu : il récuse la torture afin que le procès « ne puisse être calomnié ». Il est suivi par neuf assesseurs. Seuls trois opinent en sens contraire, dont Thomas de Courcelles (cf. supra).

86 Ce cimetière est aujourd’hui un jardin public entourant l’ancienne église abbatiale de Saint-Ouen. Une plaque commémorative rappelle la séance du 24 mai 1431 et une autre, la cérémonie qui fut organisée dans le même lieu lors du procès en nullité, en 1456.

87 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 386.

88 Ibid., p. 387.

89 Ibid., p. 175-176 (séance du samedi 17 mars après-midi) et p. 343 (séance du mercredi 2 mai). Dans les deux cas, elle avait réagi à peu près de la même façon. Le 2 mai, par exemple, interrogée si elle voulait se soumettre au pape, elle avait répondu : « Menez m’y et je lui répondrai ».

90 Le 2 mai, Jean de Châtillon avait demandé à Jeanne si elle voulait se soumettre au concile général. Elle avait répondu « Vous n’en tirerez pas autre chose ». Cf. Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 343.

91 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 14-15 (texte des lettres royaux du 3 janvier 1431). Cf. supra.

92 Ibid., p. 388-392.

93 Ibid., p. 392-394.

94 Ibid., p. 395-396.

95 Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation…, t. II, p. 8.

96 Pierre Tisset, Procès de condamnation…, t. I, p. 397-399.

97 Ibid., p. 411-412.

98 Le 7 juin 1431, huit jours après la mort de Jeanne, Pierre Cauchon réunissait sept témoins, qui affirmèrent sous serment qu’au dernier moment Jeanne avait reconnu que ses Voix l’avaient trompée. Cette pièce est appelée l’Information posthume. Elle est ajoutée à la suite du texte officiel du procès, mais elle n’est pas contresignée par les notaires, car elle rapporte des paroles qui n’ont pas été dites en leur présence. l’Information posthume a été considérée comme un faux par de nombreux historiens de Jeanne d’Arc. Ce n’est pas notre avis. Ce qui est certain, c’est que ces « aveux » tardifs n’ont pas empêché la mort de Jeanne. En revanche, ils ont permis aux juges de lui accorder la confession et la communion, qu’elle avait réclamées en vain depuis des mois. Pour eux, elle ne pouvait plus sauver son corps, mais elle pouvait encore sauver son âme. Par ailleurs, ces « dernières paroles » de Jeanne seront largement exploitées par le gouvernement d’Henri VI, qui les diffusera dans plusieurs lettres circulaires, au cours du mois de juin 1431. Cf. François Neveux, L’Évêque Pierre Cauchon, p. 185-191.

99 Cf. Colette Beaune, Jeanne d’Arc…, passim.

100 Pierre Duparc, Procès en nullité…

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540