Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Contestations dans le monde normand médiéval (xie-xiie siècle). Normandie ducale – Italie – Angleterre – Monde scan

Vikings et contestataires : l’image des sagas

Jean Renaud

Texte intégral

1Contester est une manie chez les anciens Scandinaves, une manie qui marque indéniablement leur histoire. Or l’histoire est le maître mot des sagas, même si celles-ci sont avant tout de la littérature. Conçues de la fin du XIIe au début du XIVe siècle dans le milieu culturel de l’Islande, elles donnent effectivement une image de querelles et de conflits perpétuels : c’est la base même de leur schéma narratif, mais aussi le reflet d’une préoccupation constante de la société norroise.

2Il n’est donc pas surprenant d’y voir la contestation prendre des proportions spectaculaires, susceptibles d’ébranler un État tout entier. Je prendrai trois exemples pour illustrer les effets retentissants de la contestation du pouvoir, telle que la représentent les sagas. Au IXe siècle, une partie de l’élite norvégienne se rebiffe contre l’unification du pays par Haraldr hárfagri, ce qui aboutit en partie à la colonisation de l’Islande. Au XIIe siècle, un mouvement d’opposition au roi Sverrir se développe aux Orcades et sa répression sonnera le glas de la principauté. Enfin au XIIIe siècle, une contestation, devenue impuissante à contrecarrer les ambitions démesurées de certains Islandais, contribue à priver l’Islande de son indépendance.

3Or des anciens Scandinaves aux Normands, il n’y a qu’un pas… et il se peut que cette volonté contestataire des Vikings ait laissé des traces dans l’état d’esprit qu’ils ont contribué à créer en Normandie.

L’élite norvégienne conteste Haraldr hárfagri

  • 1 Haralds saga hárfagra, in Heimskringla, Bjarni ADalbjarnarson (éd.), Íslenzk Fornrit, 26, Histoire (...)

4La contestation du pouvoir trouve une première illustration excellente dans la Haralds saga hárfagra1.

5À la mort accidentelle de Hálfdan svarti (vers 860), qui régnait notamment sur le Vestfold et le Ringerike, où il institua les premières lois, son fils Haraldr n’avait que dix ans. Mais avec le soutien sans faille de son oncle, le jarl Guthormr, celui-ci se défendit contre les attaques de chefs rebelles et rétablit son autorité sur tout le sud-est de la Norvège.

6La saga raconte que Haraldr voulut alors prendre pour concubine la fille du roi de Hordaland, Gýða, qui refusa : elle n’y consentirait, dit-elle à ses messagers, que lorsqu’il aurait soumis toute la Norvège, comme le roi Gormr l’avait fait au Danemark et le roi Eiríkr en Suède. Piqué au vif, Haraldr fit le serment de ne pas se couper les cheveux, ni se les peigner, avant d’y être parvenu ! C’est ainsi qu’avec son oncle, Haraldr réunit une puissante armée et soumit l’un après l’autre les petits royaumes de Norvège. Il s’installa dans le Trøndelag, d’où il poursuivit ses conquêtes sur toute la côte ouest.

7Cette mainmise générale de Haraldr finit par susciter une contestation sans précédent. Les rois et princes de Hordaland, Rogaland, Agder et Telemark décidèrent de s’allier contre lui, et ils disposaient de navires, d’armes et de nombreux hommes. Apprenant cela, Haraldr leva lui aussi une armée et les deux flottes s’affrontèrent dans le Hafrsfjörðr, en 872 selon ladite saga : la bataille fut longue et acharnée, et elle s’acheva par la victoire du roi Haraldr. Ses principaux adversaires périrent au combat, et nombreux furent ensuite ceux qui fuirent le pays.

8Car la saga insiste à la fois sur l’ampleur de la contestation et sur la vague d’émigration qu’apparemment elle engendra. Elle évoque divers endroits peuplés par les opposants à la politique unificatrice du roi qui avaient pris la fuite. Et de fait, bien des chefs hostiles furent au nombre de ceux qui colonisèrent les archipels (Shetland, Orcades, Féroé) et surtout l’Islande.

  • 2 Egils saga Skalla-Grímssonar, Sigurdur Nordal (éd.), Íslenzk Fornrit 2 (Saga d’Egill, fils de Grímr (...)
  • 3 Eyrbyggja saga, Einar Ólafur Sveinsson (éd.), Íslenzk Fornrit 4 (Saga de Snorri le Godi, Régis Boye (...)
  • 4 Laxdœla saga, Einar Ólafur Sveinsson (éd.), Íslenzk Fornrit 5 (Saga des gens du Val-au-Saumon, Régi (...)
  • 5 Svarfdœla saga, in Eyfirdinga sögur, Jónas Kristjánsson (éd.), Íslenzk Fornrit 9 (Saga des gens du (...)

9D’autres sagas confirment d’ailleurs cette impression que le roi Haraldr fut responsable d’une telle émigration : la Egils saga2 explique que les opprimés quittèrent alors la Norvège en masse, la Eyrbyggja saga3 signale le rôle de refuge pour l’hiver joué par les îles, la Laxdœla saga4 insiste sur l’intolérance de Haraldr envers les insoumis, et la Svarfdœla saga5 va jusqu’à parler de la tyrannie du roi qui contraignit tant d’hommes de haut rang à abandonner leurs terres.

10Les fuyards, qui trouvaient refuge dans les îles en hiver mais venaient harceler les côtes norvégiennes à la belle saison, incitèrent même le roi à mener une expédition punitive à l’Ouest. Toujours est-il qu’il prit Gýða comme concubine et qu’il se fit couper les cheveux, conclut la saga qui lui est consacrée : il portait jusqu’alors le surnom de lúfa (« le hirsute »), mais on lui en donna un nouveau : hárfagri (« à la belle chevelure »).

L’élite orcadienne conteste Sverrir

  • 6 Orkneyinga saga, Finnbogi Gudmundsson (éd.), Íslenzk Fornrit 34 (La Saga des Orcadiens, Jean Renaud (...)
  • 7 Sverris saga, in Flateyjarbók, Sigurdur Nordal (éd.), Akranes, Flateyjarútgafan 3, 1945.

11Autre exemple non moins célèbre de contestation du pouvoir, qu’évoque l’Orkneyinga saga6 et que raconte en détail la Sverris saga7, celui des Eyjarskeggjar (ou « Barbus des îles »), opposants au roi Sverrir qui se prétendait de sang royal mais n’était peut-être qu’un ambitieux malhonnête.

12Sverrir, étant resté seul sur le trône de Norvège en 1184, après avoir battu et tué Erlingr skakki et son fils, le roi Magnús, une conspiration fut menée dès 1192 par plusieurs chefs norvégiens dont Hallkell Jónsson, le gendre d’Erlingr skakki, Sigurðr, fils illégitime d’Erlingr, et Óláfr jarlsmágr, parent par alliance du jarl des Orcades, Haraldr Maddaðarson. Ces contestataires voulaient opposer à Sverrir un autre prétendant à la couronne en la personne du jeune Sigurðr, le fils du roi Magnús Erlingsson. Óláfr en tête, ils vinrent à plusieurs reprises chercher l’appui du jarl orcadien. Celui-ci les reçut chaleureusement et favorisa la réalisation de leur projet en souvenir de son ami, le roi Magnús : en fait, il encouragea l’adhésion des insulaires à leur parti.

13Un grand nombre d’Orcadiens et de Shetlandais couraient ainsi à la catastrophe. L’aventure pourtant commençait bien : arrivés en Norvège, ils remportèrent une victoire sur les Birkibeinar, les partisans de Sverrir, et prirent Oslo. Dès lors, leurs rangs ne cessèrent de grossir. Ils étaient d’ailleurs pacifiques et s’abstenaient de tout piller sur leur passage, fait exceptionnel à l’époque. Après Oslo, ils s’installèrent pour l’hiver à Bergen. Mais le 3 avril 1194 le roi Sverrir, venant de Trondheim, surprit leur flotte mouillée dans le Flóruvágr et l’anéantit complètement. Les Eyjarskeggjar manquèrent non de courage, mais d’un chef capable de bien mener le combat, d’autant plus que leurs navires étaient plus grands et plus hauts que ceux de Sverrir. Hallkell, Óláfr et le jeune roi Sigurðr trouvèrent la mort et avec eux périrent de nombreux insulaires.

14Les conséquences de cette contestation ne se limitèrent pas à cela pour les Orcades. L’été suivant, le jarl Haraldr se rendit en Norvège pour tenter d’apaiser la colère de Sverrir qui le tenait pour responsable du mouvement. Le roi accepta de faire la paix avec lui, mais les conditions qu’il imposa assenèrent un coup si rude à la principauté orcadienne qu’elle ne s’en releva jamais. La Sverris saga en donne tous les détails. D’une part, Sverrir fit établir la liste des propriétés dans les archipels de tous ceux qui trouvèrent la mort à la bataille du Flóravágr et se les appropria : il donna trois ans aux parents et descendants des disparus pour les racheter ; passé ce délai, elles reviendraient définitivement au souverain norvégien. D’autre part, il prit possession des Shetland : c’est à lui désormais que les Shetlandais payèrent tributs et impôts. Enfin, il laissa Haraldr à la tête des Orcades, mais exigea que lui soit versée la moitié de toutes les amendes infligées. Il plaça également un gouverneur dans l’archipel. Les Orcades perdirent ainsi leurs richesses et une grande partie de l’indépendance que les jarls s’étaient toujours efforcés de conserver.

L’élite islandaise se conteste elle-même

15Lorsqu’ils rédigeaient leurs sagas, les Islandais étaient parfaitement conscients de leurs antécédents historiques. Ils racontaient des récits du passé et décrivaient les aspects contemporains de leur société isolée de l’Atlantique nord.

16L’Islande était dépourvue de pouvoir exécutif : ni roi, ni prince, ni conseil d’État. L’unique prise de décisions centralisée était le fait de l’assemblée annuelle, l’alping. Cette forme de gouvernement laissait en réalité le maintien de l’ordre et la législation à de simples individus, contrairement à ce qui se passait dans le reste de la Scandinavie et dans l’Europe médiévale, où chaque exécutif s’efforçait de conserver, voire d’accroître les prérogatives royales. Autrement dit, l’Islande n’avait pas besoin d’éliminer une quelconque contestation nationale, mais seulement de trouver des solutions aux querelles privées. Car il n’existait pas de grandes forces contestataires destructrices à réprimer manu militari, mais uniquement des rapports contestataires au sein des groupes sociaux.

17Dès le début de la colonisation, il s’était développé un type de relations personnelles entre les paysans libres (bændr) et les chefs (godar). Ces derniers, une cinquantaine au total, servaient les intérêts des bændr de leur district et comptaient en échange sur leur appui en tant que pingmenn (c’est-à-dire « qui siégeaient à l’assemblée »). Mais ils ne pouvaient en aucun cas le leur imposer, et un paysan pouvait choisir de prêter main forte à tel ou tel chef, en veillant avant tout à ses propres intérêts. Cela se faisait souvent sur la base de longues traditions familiales.

  • 8 Guðmundar saga dýra, in Sturlunga saga, Jón Jóhannesson, Magnús Finnbogason et Kristján Eldjárn (éd (...)

18On trouve dans les sagas islandaises des luttes incessantes visant à empêcher les plus ambitieux, qu’ils soient bændr ou godar, de bouleverser l’équilibre dont dépendaient les droits de chacun. La Guðmundar saga dýra8 évoque, par exemple, à la fin du XIIe siècle, de graves discordes dans la région de l’Eyjafjörðr où pas moins de cinq chefs se disputaient le soutien de pingmenn dispersés : les exploitations de deux d’entre eux, Guðmundr dýri et Önundr Porkelsson, étaient proches l’une de l’autre, mais ils rivalisaient pour obtenir l’appui de paysans éparpillés jusque dans d’autres vallées.

19Ce n’est qu’au XIIIe siècle qu’une demi-douzaine de familles finirent effectivement par acquérir des richesses et un pouvoir sans précédent : un phénomène nouveau dans l’histoire islandaise, mais qui continuait de reposer sur les bases antérieures. Dans la plupart des cas, un chef plus belliqueux parvenait à en dominer d’autres. L’émergence de véritables dirigeants régionaux (höfðingjar) fut donc exceptionnelle et chaque fois éphémère, car ils dépendaient largement de leurs familles pour exercer leur pouvoir. Or une famille, même aussi puissante que celle des Sturlungar, ne constituait jamais un groupe politique uni.

  • 9 Íslendinga saga, in Sturlunga saga, Jón Jóhannesson, Magnús Finnbogason et Kristján Eldjárn (éd.), (...)

20L’Íslendinga saga9 retrace justement les grands moments de ce type de contestation familiale entre les trois fils de Sturla : Þórðr, Sighvatr et Snorri. L’aîné, Þórðr, se contentait de régner sur la péninsule du Snæfellsnes. Sighvatr détenait le goðorð de son père et exerçait son influence dans la région des Dalir. Le cadet, Snorri, disposait du Borgarfjörðr.

21En épousant une femme d’une famille de höfðingjar du Nord de l’Islande, Sighvatr déclencha un conflit de près de quinze ans avec Snorri. Ce conflit s’exacerba lorsque son propre fils, Sturla, épousa Solveig, la fille de Sæmundr Jónsson qui avait élevé Snorri, la très riche héritière de la famille des Oddaverjar. Snorri aurait eu l’intention soit de l’épouser lui-même, soit de lui donner son fils Jón en mariage. C’est alors qu’il maria ses filles aux fils des plus grandes familles islandaises et qu’il devint à son tour le plus puissant. Les deux factions familiales s’efforçaient ainsi d’acquérir le plus grand nombre possible de goðorð, et donc de pingmenn, d’où de sanglantes rivalités pour prendre le contrôle de l’héritage paternel des Sturlungar.

22Le conflit prit un tour encore plus dur lorsque Sturla, se soumettant au roi norvégien Hákon, sembla vouloir gouverner toute l’Islande avec le titre de jarl. Malgré l’intervention de Þórðr, Sturla et son père envahirent le Borgarfjörðr à la tête d’un millier d’hommes et en chassèrent Snorri. Une coalition en règle des Islandais hostiles au roi extermina Sturla, aux mœurs brutales et sans scrupules, tandis que Snorri était convoqué à son tour en Norvège par Hákon : il est possible qu’il ait également accepté ce titre de jarl offert par le roi qui tenait à faire passer l’Islande sous sa couronne, mais il se ravisa et rentra au pays malgré son interdiction. Considérant cela comme un cas de haute trahison, le roi exploitant habilement la situation le fit assassiner par un autre homme fort d’Islande, Gizurr Þorvaldsson. La vengeance fomentée par les Sturlungar contre Gizurr servit d’ailleurs remarquablement les intérêts norvégiens qui aboutirent, vingt ans plus tard (en 1264), à la soumission définitive de l’Islande à la Norvège.

23La contestation de tout excès de pouvoir qui avait régulé la société islandaise pendant plus de deux siècles fut finalement prise en défaut et ne put empêcher l’escalade incontrôlée d’ambitions démesurées.

Des Vikings aux Normands

24Certes, pour l’histoire du roi Haraldr, les sagas des rois de Norvège (notamment la Heimskringla de Snorri Sturluson, dont fait partie la Haralds saga hárfagra), ou celles des familles islandaises que j’ai mentionnées, renvoient à un lointain passé de trois siècles et en présentent une image particulièrement romancée. Ce n’est pas le cas des deux autres exemples. La Sverris saga est l’œuvre de l’abbé du couvent islandais de Pingeyrar, Karl Jónsson, contemporain de Sverrir : la première partie en a même été composée en Norvège entre 1185 et 1188, sous la direction du roi en personne ! Quant à l’Íslendinga saga, qui fait partie, tout comme la Guðmundar saga dýra, d’un vaste ensemble consacré aux Sturlungar (Sturlunga saga), elle a été rédigée peu avant 1284 par le propre neveu de Snorri, Sturla Þórðarson, une quarantaine d’années après les événements en question, encore gravés dans toutes les mémoires. Bref, la vision littéraire peut fort bien être authentique.

25Les sagas n’évoquent guère la Normandie que pour présenter Rollon (Hrólfr) comme le fils du jarl de Møre, fidèle ami du roi Haraldr hárfagri. Le croira qui voudra… Il n’empêche que les colons scandinaves insufflèrent une grande partie d’eux-mêmes pour forger le duché normand et jeter les bases de son remarquable essor politique et économique. Sans doute ont-ils imposé leur pragmatisme aux populations locales, qui en auront ensuite conservé certaines inclinations. Ce qui a fait et continue de faire l’originalité des Normands semble venir tout droit de leurs lointains ancêtres scandinaves.

  • 10 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Jules Lair (éd.), Caen, Mémo (...)
  • 11 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Auguste Le Prévost (éd.), Paris, Société de l’Histoire de Fr (...)

26Je conclurai d’ailleurs en évoquant une contestation de la part de Vikings installés en Normandie même : certes le récit en est fait par Dudon de Saint-Quentin10 et ne se trouve pas dans une saga, mais l’événement n’est pas sans rappeler l’exemple des opposants au roi Haraldr hárfagri, à quelques décennies d’écart : il s’agit de la révolte menée par Rioulf – dont le nom scandinave était sans doute Herjólfr – contre la politique de Guillaume Longue Épée qui faisait tendre le futur duché normand vers un régime plus féodal. Selon Orderic Vital11, le soulèvement de Rioulf (qu’il qualifie pour sa part de comte d’Évreux) et de ses partisans a pu avoir lieu en 935, auquel cas ce serait le don du Cotentin et de l’Avranchin à Guillaume par le roi Raoul qui aurait déclenché la révolte : des Vikings, Norvégiens venus d’Irlande et installés de longue date à la norroise dans le Cotentin, mais aussi Danois venus d’Angleterre et nouvellement installés dans le Bessin, tenaient à leur indépendance et refusaient de tomber sous la coupe de la nouvelle élite de plus en plus francisée de Rouen. Ces Vikings pour qui le vieil esprit d’égalité prévalait encore, s’insurgeaient légitimement de voir s’étendre les prérogatives de Guillaume : ils l’assiégèrent jusque dans Rouen et faillirent l’emporter, mais furent finalement mis en déroute à l’endroit qui porte encore le nom de Pré de la Bataille.

27Vikings et contestataires : cette image que donnent les sagas des anciens Scandinaves ne cessa pas de se vérifier une fois qu’ils eurent fait souche en Normandie.

Notes

1 Haralds saga hárfagra, in Heimskringla, Bjarni ADalbjarnarson (éd.), Íslenzk Fornrit, 26, Histoire de Harald à la belle chevelure (Histoire des rois de Norvège, François-Xavier Dillmann (trad.), Paris, Gallimard, 2000).

2 Egils saga Skalla-Grímssonar, Sigurdur Nordal (éd.), Íslenzk Fornrit 2 (Saga d’Egill, fils de Grímr le chauve, Régis Boyer (trad.), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, 1987).

3 Eyrbyggja saga, Einar Ólafur Sveinsson (éd.), Íslenzk Fornrit 4 (Saga de Snorri le Godi, Régis Boyer (trad.), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, 1987).

4 Laxdœla saga, Einar Ólafur Sveinsson (éd.), Íslenzk Fornrit 5 (Saga des gens du Val-au-Saumon, Régis Boyer (trad.), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, 1987).

5 Svarfdœla saga, in Eyfirdinga sögur, Jónas Kristjánsson (éd.), Íslenzk Fornrit 9 (Saga des gens du Svarfadardalr, Régis Boyer (trad.), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, 1987).

6 Orkneyinga saga, Finnbogi Gudmundsson (éd.), Íslenzk Fornrit 34 (La Saga des Orcadiens, Jean Renaud (trad.), Paris, Aubier, 1990).

7 Sverris saga, in Flateyjarbók, Sigurdur Nordal (éd.), Akranes, Flateyjarútgafan 3, 1945.

8 Guðmundar saga dýra, in Sturlunga saga, Jón Jóhannesson, Magnús Finnbogason et Kristján Eldjárn (éd.), Reykjavík, Sturlunguútgafan 1, 1946 (La Saga des Sturlungar, Régis Boyer (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2005).

9 Íslendinga saga, in Sturlunga saga, Jón Jóhannesson, Magnús Finnbogason et Kristján Eldjárn (éd.), Reykjavík, Sturlunguútgafan 1, 1946 (La Saga des Sturlungar, Régis Boyer (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2005).

10 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Jules Lair (éd.), Caen, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie 23, 1865 (History of the Normans, Eric Christiansen (trad.), Woodbridge, The Boydell Press, 1998, p. 64).

11 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Auguste Le Prévost (éd.), Paris, Société de l’Histoire de France, 1848 (François Guizot (trad.), Histoire de Normandie par Orderic Vital, Caen, Mancel, 1826, p. 143).

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540