Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Contestations dans le monde normand médiéval (xie-xiie siècle). Normandie ducale – Italie – Angleterre – Monde scan

La conquête de l’Italie du Sud : Contestation et légitimation d’après Geoffroi Malaterra

Marie-Agnès Lucas-Avenel

Texte intégral

  • 1 Elle est actuellement connue grâce à l’édition qu’en a faite Ernesto Pontieri, Gaufredo Malaterra, (...)
  • 2 Les deux autres sources essentielles à la connaissance de l’histoire de la conquête de l’Italie du (...)

1La chronique de Geoffroi Malaterra1 est une histoire de la conquête de l’Italie du Sud, menée par des chevaliers normands ambitieux qui, malgré leur petit nombre, affichaient une soif de domination et de richesses insatiable. Dans le contexte de l’Italie méridionale de la première moitié du XIe siècle, où le pouvoir est exercé par de multiples entités – lombardes, sous tutelle germanique, byzantine, arabe –, il s’agissait pour Malaterra non seulement de raconter les faits et les étapes de la prise brutale du pouvoir par les Normands, mais d’expliquer comment les fils de Tancrède de Hauteville, et en particulier Robert, puis Roger, pouvaient revendiquer légitimement ce pouvoir sur les populations forcées d’abdiquer2. Au fur et à mesure des progrès de la conquête, le duc et le Grand Comte devaient affirmer leur domination sur les autres familles normandes et sur leurs propres frères ou neveux. Aussi la contestation normanno-normande occupe-t-elle une grande partie de la chronique étudiée, car les conséquences en furent lourdes et mal vécues par les populations locales et les Normands eux-mêmes. Malaterra ne manque pas alors d’intervenir dans son récit et de porter un jugement sur ses personnages, et en particulier sur Roger, commanditaire de cette chronique, au point qu’il faut se demander si son œuvre ne contient pas aussi – au moins implicitement – une contestation anti-normande.

Contestations des hégémonies locales

  • 3 Malaterra, I, 9, emploie le terme construxerunt (p. 12, 17 P.), mais Melfi avait déjà été fortifiée (...)
  • 4 Malaterra, I, 13 (p, 14, 25 P.).
  • 5 Malaterra, I, 17 (p. 18, 5 P.).
  • 6 Hugues Tubeuf est mentionné par Malaterra en I, 9 (p. 12, 22-23 P.) comme personnage exemplaire de (...)
  • 7 Malaterra, I, 8 (p. 11, 24 P.), Arduinum quendam Italum, qui ex nostris erat, quia Graeci sermonis (...)
  • 8 Malaterra, I, 12 (p. 14, 19-20 P.), secundus frater Drogo totius Apuliae dominatum suscepit.

2À leur arrivée en Italie du Sud, les fils de Tancrède – car Malaterra ne dit rien des premiers émigrés – trouvent une situation politique complexe, énoncée par Malaterra de manière allusive. Ils s’offrent au prince de Capoue, dont ils ont appris qu’il était en conflit avec Guaimar de Salerne. Les Normands s’illustrent par leur strenuitas « une vaillance » extraordinaire, puis passent au service de leur adversaire qui paie plus généreusement ses mercenaires. Quand celui-ci craint de se voir dépossédé de ses terres par ces chevaliers dont la ruse n’a pas de limite, il les encourage à s’engager auprès de Maniachès, chargé par l’empereur de Constantinople de reconquérir la Sicile, occupée depuis deux siècles par les Arabes. On voit alors Guillaume Bras-de-Fer, l’aîné de Tancrède, faire preuve d’une énergie redoutable, au point d’affronter l’ensemble de l’armée sicilienne sans le secours des troupes byzantines, qu’il a devancées : celles-ci n’arrivent qu’après la bataille pour se livrer au pillage des dépouilles. Les Normands, privés de leur part du butin, abandonnent l’armée grecque, regagnent la Calabre et l’Apulie et décident de soumettre toute la région à leur profit. Avec Guillaume à leur tête, ils combattent dès lors de manière autonome, selon Malaterra, cessant d’exercer le métier de mercenaire et considérant qu’ils ont les moyens de s’approprier pour leur propre compte les terres d’Apulie. Ils construisent dans ce but le château de Melfi3, triomphent des Grecs, malgré leur infériorité numérique, et s’emparent d’une grande partie des terres avoisinantes. Au cours de cette première étape du récit, Malaterra se soucie peu d’exhaustivité et, du fait de ses nombreuses omissions, il fausse considérablement les faits. Ce qui ressort du récit de ces événements, que l’on connaît mieux par les chroniques d’Aimé du Mont-Cassin et de Guillaume d’Apulie, c’est une situation d’ensemble où l’on voit les chevaliers de Hauteville, remarquables de bravoure et extrêmement déterminés, aux prises avec les différentes entités politiques d’Italie du Sud, à savoir les princes lombards, présentés comme un genus semper perfidissimum4, et les Byzantins, « particulièrement craintifs (genus formidolosissimum) »5, en pleine décadence militaire, incapables de s’opposer à une poignée d’hommes, malgré leur nombre considérable. Ainsi, les Grecs ne sont plus aptes à exercer le pouvoir, parce qu’ils n’en ont plus la force nécessaire, et les Lombards sont trop occupés par leurs luttes internes pour se soucier de gouverner. La critique des populations locales est assez proche de celle faite par Aimé du Mont-Cassin et Guillaume d’Apulie, mais la spécificité de Malaterra, c’est la manière suivant laquelle il présente presque d’emblée les Normands comme indépendants, combattant seuls et se débarrassant très vite de la tutelle lombarde ou byzantine grâce aux Hauteville, chefs naturels et incontestés des chevaliers transalpins. En effet, le chroniqueur ne dit rien des premiers émigrés, ni des aléas des premières batailles, mais fait de Guillaume et de Dreux des pionniers venus en Italie du Sud, sous la conduite de Dieu (Deo se ducente), et auxquels incombe, immédiatement et sans contestation apparente parmi les Normands, le rôle de chefs de guerre. Aucune autre famille normande n’est nommée. Seul apparaît, au retour de Sicile, le redoutable Hugues Tubeuf, l’un des douze au partage de Melfi6, mais il ne tient pas le rôle de « leader » réservé aux Hauteville dans la chronique : c’est Guillaume qui encourage ses compagnons dans le combat et qui supervise la bataille. Par ailleurs, nombre de Lombards, à la solde desquels les Normands se battaient, ne sont pas mentionnés. Malaterra présente Ardouin, le chef des troupes normandes en Sicile, comme un simple interprète au service des Normands et engagé par eux, parce qu’il connaissait le grec7. Le chroniqueur a donc toujours omis de dire exactement dans quel état de sujétion les Normands se trouvaient, montrant au contraire leur grande liberté de choix, y compris lorsqu’ils étaient des mercenaires, comme si les Lombards et les Grecs n’étaient que des comparses à leur service. De même, Malaterra ne fait aucune mention de la répartition des territoires entre les douze comtes normands à Melfi, qui justifie pourtant les contestations ultérieures contre les Hauteville. Guillaume est le chef de tous les Normands, d’après la chronique, et Dreux, son cadet, lui succède à sa mort8, sans qu’il soit fait mention de Guaimar, son seigneur, ni de l’empereur germanique, qui entérine la situation, ni même encore du pape. Toutes ces précisions, essentielles à une présentation de la situation politique, sont absentes du texte de Malaterra. On ne peut penser qu’il s’agisse simplement pour lui de ne pas se perdre dans les détails, par souci d’en arriver rapidement aux triomphes de Roger. Malaterra procède selon un choix concerté : tout le premier livre de la chronique sert à présenter les Hauteville comme des hommes incapables d’accepter une autorité supérieure, parce qu’ils la jugent – et Malaterra avec eux – illégitime. Aussi montre-t-il leur capacité à conquérir des territoires et à affirmer leur autorité de sorte qu’ils peuvent s’affranchir très vite de la souveraineté lombarde, implicitement contestée par le chroniqueur. Aimé du Mont-Cassin n’a pas opéré une telle anticipation dans son récit, et l’on connaît grâce à lui ce qui a constitué en fait un lent processus d’accès à l’autonomie, et le rôle considérable qu’y a joué Guaimar de Salerne, protecteur des Normands.

  • 9 Malaterra I, 13 (p. 14, 25-31 P.). Dreux aurait été assassiné à l’instigation d’Argyros, passé au s (...)
  • 10 Malaterra, I, 14 (p. 15, 6 P.), […] necdum traditionibus exhausti.
  • 11 Malaterra, I, 14 (p. 15, 10-11 P.), […] ambitione captus, Alamannorum exercitu ab Imperatore sibi i (...)
  • 12 Malaterra, I, 14 (p. 15, 14 P.), Longobardi territi fuga seipsos tueri nituntur.
  • 13 Aimé, III, 40, p. 156, Et li Thodeschi se reguardent derrière pour veoir lor compaingnie ; mès nul (...)
  • 14 Malaterra, I, 14 (p. 15, 19-21 P.), Illi uero, ut semper perfidissimi, nulla pactione ad utilitatem (...)

3Dans cette perspective encore, Malaterra passe sur les préliminaires de la bataille de Civitate, la situation politique de Bénévent et l’incapacité de Dreux, bientôt assassiné9, à interdire aux Normands de piller la ville placée sous la tutelle du pape. Il se contente de rappeler la perfidie des Lombards, « qui n’en étaient pas encore à une trahison près »10, et d’indiquer que le pape « malgré son extrême sagesse, fut saisi par l’ambition », ayant obtenu de l’Empereur « une armée d’Allemands pour le soutenir »11. Les Hauteville, seuls contre tous, sont les victimes des contestations injustifiées formulées par les Apuliens, tandis que les revendications normandes sur le territoire conquis sont légitimes, comme le prouve la victoire. De fait, à peine le combat engagé, les Lombards, épouvantés, prennent la fuite12, ce dont témoignent aussi Aimé et Guillaume d’Apulie13, laissant les Allemands affronter seuls les Normands et mourir jusqu’au dernier. Le pape se réfugie dans la ville de Civitate, dont il est bien vite expulsé par les habitants qui « n’a (vaient) cherché un arrangement dans l’intérêt du pape que pour assurer leur propre sécurité »14. Aussitôt les vainqueurs se prosternent aux pieds du pape et s’attachent à le servir avec humilité :

  • 15 Malaterra, I, 14 (p. 15, 24-27 P.), Quorum legitimam beniuolentiam uir apostolicus gratanter suscip (...)

Le pape, recevant avec joie les bonnes dispositions qu’ils manifestaient comme de juste à son endroit, leur accorda le pardon de leurs offenses et sa bénédiction et concéda à ces hommes et à leurs héritiers, sur les terres de saint Pierre, la possession de tout le territoire qu’ils avaient envahi et de celui qu’ils pourraient gagner par la suite en Calabre et en Sicile, en fief héréditaire15.

  • 16 Salvatore Tramontana, La Monarchia normanna e sveva, Turin, UTET, 1986, p. 47 sq.
  • 17 Malaterra, I, 15 (p. 16, 1-4 P.), In Apuliam reuersus, omnem terram placidam et sibi oboedientem in (...)

4Malaterra ne dit donc rien de la longue détention du pape par les Normands à Bénévent (23 juin 1053-12 mars 1054), pendant laquelle Léon IX nourrit l’espoir de reprendre l’avantage avec le secours des empereurs germanique et byzantin. Si l’on en croit la chronique, les Normands, au lendemain de la bataille de Civitate, détiennent ou peuvent acquérir au nom du pape tous les territoires anciennement possédés par les Byzantins. Par ailleurs, aucune source ne nous informe sur les conditions dans lesquelles Léon IX fut libéré : si les Normands et le pape ont passé un accord au sujet d’une concession territoriale, elle ne peut correspondre à celle mentionnée par Malaterra, qui ne fut pas conclue en 1054, mais en 1059, à la suite du Concile de Melfi, présidé par Nicolas II16, et que Malaterra choisit de ne pas mentionner. Ainsi, Malaterra, qui pèche par omission et par anticipation, procède encore avec une grande habileté, car le récit de la bataille de Civitate, placé au centre du livre I, est essentiel dans l’économie narrative de la chronique. Elle permet d’abord à Malaterra d’illustrer encore une fois la bravoure extraordinaire des Normands, qui montrent au monde entier leur capacité à unir leurs forces et à renverser une armée immense, rassemblant à la fois les Lombards, des Allemands et des Grecs, mais surtout elle constitue l’étape décisive à partir de laquelle les Normands peuvent accéder à une réelle légitimité, accordée directement par le Saint-Siège et non par un prince local, de sorte qu’ils acquièrent un prestige considérable en Italie du Sud et dans toute l’Europe. Une grande partie du territoire concédé reste à conquérir, notamment en Calabre et en Sicile, mais les Normands entreprennent dès lors une conquête rendue légitime, parce qu’ils sont devenus les fidèles du pape. Peut-être est-ce la raison pour laquelle Malaterra a anticipé de cinq années la concession pontificale. Il peut ensuite intégrer dans le processus de la conquête les actions de pillage accomplies par Robert Guiscard en Calabre, qui sont pourtant probablement antérieures à Civitate. Placées ainsi dans le récit, elles répondent au nouveau droit des Normands à s’approprier cette terre. Au lendemain de la victoire, Onfroi de Hauteville s’impose parmi les Normands comme le premier bénéficiaire de cette concession : il est le seigneur d’une région pacifiée, où la sécurité est garantie17.

  • 18 Malaterra, II, 45 (p. 53, 19 P.), impiis Saracenis, et II, 1 (p. 29, 18 P.), usurpauerat.
  • 19 Malaterra, I, 40 (p. 25, 36 P.), incredulam Siciliam.

5Après avoir soumis la Calabre en 1060, les Normands – et surtout Roger – se tournent vers la Sicile, également concédée par Léon IX, selon le chroniqueur. Or, comme le comte considère que la Sicile est un « bénéfice » que Dieu lui a accordé, il conteste l’autorité des musulmans et leur refuse le droit de l’exercer, parce qu’ils sont « impies » et occupent une terre qu’ils ont « usurpée »18. La revendication du pouvoir sur une terre « infidèle »19 est donc plus légitime que jamais dans l’esprit de Roger. C’est du moins ce que prétend Malaterra, qui compose le De rebus gestis Rogerii comitis après l’appel aux croisades lancé par Urbain II : il pouvait déjà constater que la conquête de l’île par Roger, fidèle de Rome, avait permis de restaurer la chrétienté dans l’île et de rétablir le rite latin aux dépens du culte byzantin.

  • 20 Cf. aussi Guil. Ap., I, 1-5, p. 98, « Lorsque le Seigneur, qui préside à la succession des temps co (...)

6Ainsi, Malaterra présente les Normands comme de légitimes contestataires des pouvoirs en place à leur arrivée en Italie méridionale, en proie aux troubles et à l’insécurité. Et, malgré leur tentative pour liguer toutes les forces italiennes contre les Normands sous l’égide papale, les Lombards sont bien obligés de reconnaître la puissance de leurs adversaires. Les chroniqueurs, sans doute convaincus que la réussite de ces chevaliers faisait partie du dessein de Dieu20, ont donc composé des œuvres partisanes et élaboré une opposition stéréotypée entre les anciens princes déchus et les nouveaux détenteurs du pouvoir. Si la critique des adversaires des Normands pouvait être bien accueillie des conquérants, elle devait aussi en mécontenter certains, qui, jaloux de l’élévation des fils de Tancrède, n’avaient pas hésité à s’allier à tel ou tel Lombard ou Byzantin contre le duc.

Contestation des Hauteville par les Normands

  • 21 Malaterra, I, 40 (p. 25, 33-34 P.).

7Une fois la conquête achevée, l’enjeu de la chronique était peut-être moins de rappeler le passé et la supériorité normande sur les populations indigènes que de montrer aux fidèles de Roger et au monde entier que la lignée des Hauteville était la seule digne de prétendre aux plus hauts honneurs. Or, qu’en est-il en réalité des fils de Tancrède ? Petit chevalier de Hauteville, dans la région de Coutances, Tancrède gagne le service de dix milites, concédé par Richard II21, et ses deux épouses successives lui donnent douze fils, qui choisissent de s’expatrier, pour éviter que le patrimoine ne soit divisé entre eux tous. Leur extrême pauvreté, à leur arrivée en Italie du Sud, les contraint d’abord à servir les princes locaux en tant que mercenaires, puis à mener des opérations de pillage, dirigées notamment par Robert Guiscard, mais aussi par Roger, à propos duquel Malaterra dit la chose suivante :

  • 22 Malaterra, I, 25 (p. 20, 20-24 P.), Ubi quidem plurimum penuriarum passus est, sed latrocinio armig (...)

Il souffrit assurément maintes privations, mais il y faisait face grâce au brigandage que commettaient ses écuyers en de nombreuses occasions. Cela, nous ne le disons pas pour le déshonorer ; nous allons d’ailleurs relater à son sujet, sur sa propre injonction, des actions encore plus basses et plus condamnables, afin de dévoiler au plus grand nombre avec quelle peine et quelle difficulté il est sorti d’une extrême pauvreté pour atteindre au plus haut sommet des richesses et de l’honneur22.

  • 23 Cf. Vincenzo D’Alessandro (éd.), Storiografia e politica nell’Italia Normanna, Naples, Liguori Edit (...)

8Dans un premier temps, nous l’avons dit, Malaterra ne mentionne aucune contestation de la part des Normands contre les Hauteville. Il faut dire qu’au début de leur implantation, les immigrés ont plus que tout besoin d’être unis contre les populations locales et que l’hégémonie exercée par Guillaume, puis Dreux et Onfroi résultait d’une élection qui ne valait que sur le plan militaire23. Aussi Malaterra rapporte-t-il qu’à la mort de Guillaume Bras-de-Fer :

  • 24 Malaterra, I, 12 (p. 14, 17-18 P.), […] magnus dolor omnes Normannos inuasit, quippe qui tanti cons (...)

Une grande douleur envahit tous les Normands, qui ne comptaient pas, en effet, que l’avenir leur donnât un homme d’un si grand conseil, si vaillant à la guerre, si généreux, accueillant et complaisant à leur égard24.

9Mais, succédant à Onfroi, Robert Guiscard prit le pouvoir et, dès que la conquête fut bien engagée et qu’il eut les moyens d’affirmer son autorité sur les membres de sa famille et sur les autres Normands – c’est-à-dire quand il acquit le titre de dux –, les chevaliers de son peuple, et notamment les douze comtes de Melfi, contestèrent l’établissement de cette hiérarchie qu’ils n’avaient pas choisie. Malaterra consacre une partie extrêmement importante de son œuvre à rapporter ces rébellions, issues des Normands ou des hommes liés à eux par serment, car ils contribuèrent souvent à retarder les progrès de la conquête. Neuf personnages dans la chronique incarnent une forme de contestation – en tenant compte du fait que certains d’entre eux se sont rebellés plusieurs fois et se sont entourés d’alliés puissants. Trois types de contestations peuvent être discernées, telles qu’elles sont rapportées dans la chronique. Un premier type concerne deux personnages mineurs, Ingelmar et Costa Condonicita, à savoir un Normand et un Grec, au service des Hauteville. Les deux autres catégories regroupent l’une les rébellions soulevées contre Guiscard, l’autre celles des hommes qui osèrent s’opposer à Roger de Hauteville ou Roger Borsa.

  • 25 Cf. Jean-Marie Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, Publications de l’École française de (...)

10Les récits des rébellions de Costa Condonicita et d’Ingelmar ont pour point commun d’être des excursus sans grand intérêt dans l’économie narrative de la chronique. Costa Condonicita était un Grec de Calabre, transfuge, passé au service du duc, puis rebelle aux Normands par désir de se venger de l’injure que lui avait fait subir Costa Peloga, placé par Guiscard comme stratigot, c’est-à-dire « gouverneur de province »25. Il obtient la confiance des habitants de Stilo, s’empare de la place et sème le désordre en Calabre. Mais, apprenant la venue prochaine de Robert, il lui renouvelle sa fidélité. C’est alors que Malaterra intervient dans son récit en concluant de la manière suivante :

  • 26 Malaterra, II, 44 (p. 52, 30 P.), Istud hic inseruimus, ut caueant praelati sibi subditos prauis mi (...)

Nous avons inséré cet événement ici, afin que les souverains soient attentifs à ne pas laisser de mauvais serviteurs détourner leurs sujets de leur obligation d’allégeance26.

  • 27 Sur la promotion sociale de ce miles, cf. le commentaire qu’en fait Jean Flori dans 1095-1099, La M (...)
  • 28 Le château de Gerace se trouve sur la commune actuelle de Geraci Siculo, province de Palerme, cf. C (...)

11De même, lorsqu’il relate l’histoire d’Ingelmar, Malaterra n’est pas absent de son récit. Ingelmar est un chevalier de basse origine, mais dont la conduite à la guerre a été hautement récompensée par le comte : il lui offre la main de la veuve de son neveu Serlon, ainsi que la dot de la jeune femme27. Mais Ingelmar fait preuve d’un orgueil démesuré et revendique la noblesse de Serlon. Il fait construire une tour très bien fortifiée et s’attire la bienveillance des habitants de Gerace28, concluant avec eux un pacte d’amitié. Roger s’en offusque et ordonne d’abattre la tour. Alors, raconte Malaterra :

  • 29 Malaterra, III, 31 (p. 76, 28-30 P.), Ille uero, cum Geracensibus consilium habens, praue diffinito (...)

Ingelmar tint conseil avec les habitants de Gerace et, ayant pris la mauvaise décision sur la promesse qu’ils lui apporteraient leur aide, il choisit, contre tout honneur, de se rebeller contre le comte plutôt que de se soumettre, oublieux du bienfait qu’il avait reçu de lui, comme c’est l’habitude des hommes de basse extraction29.

  • 30 Malaterra, III, 31 (p. 76, 32-33 P.), […] non tantum fidelitate Ingelmari, sed quia omne genus nost (...)
  • 31 Cicéron, L’Orateur, Albert Yon (éd.), Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1964, 120, p. 42 : Nescire a (...)

12Ingelmar profite ainsi du soutien des habitants de la ville « non par fidélité envers Ingelmar, précise Malaterra, mais parce qu’ils haïssaient toute l’espèce de notre peuple et souhaitaient bien plus voir la discorde s’installer entre les nôtres que la paix »30. Roger fait le siège de la place et les habitants cèdent à la pression tandis qu’Ingelmar s’enfuit. Malaterra insiste sur trois éléments dans ce récit : l’orgueil inconsidéré d’Ingelmar en comparaison de sa naissance et l’ingratitude attachée à sa condition ; la haine des Grecs envers les Normands, et le souci de Roger de maintenir sa loi et de faire respecter les serments de fidélité. Ainsi, le récit de ces deux premiers exemples de contestation contre le pouvoir des Hauteville est fortement modalisé par Malaterra, qui les condamne ouvertement et les considère comme des trahisons. Du point de vue historique, ils sont intéressants, parce qu’ils montrent la difficulté des Hauteville à maintenir partout en même temps leur autorité, exécrée par les populations locales. Mais plus généralement, ils témoignent de la conception de l’histoire du chroniqueur, qui se soucie d’instruire ses lecteurs par l’exemple, à la manière des historiens de l’Antiquité, selon le principe cicéronien31.

  • 32 Malaterra, I, 22 (p. 19, 33-34 P.), […] ut fidelis et studiosa apes.
  • 33 Malaterra, II, 21 (p. 35, 29-26, 1 P.), […] maxime quia iuuenculam uxorem […] decenter dotare uoleb (...)

13Les autres contestations émanent de personnages puissants liés par le sang ou par le mariage au duc ou au comte. Du point de vue chronologique, on observe deux phases : dans la première, c’est l’autorité de Robert Guiscard qui est contestée ; dans la seconde, celle de son cadet, Roger de Hauteville, et du fils de Robert, Roger Borsa. Or, une étude comparative de ces contestations montre que Malaterra ne porte pas le même jugement sur les contestataires. Dans la chronique, en effet, le premier à se lever contre Guiscard, c’est Roger lui-même, aidé de Guillaume du Principat, leur frère. De fait, malgré l’application avec laquelle Roger sert Robert à son arrivée en Italie méridionale, telle « une abeille fidèle et dévouée »32, le duc refuse de récompenser Roger selon ses mérites, de peur qu’il ne le quitte. Guillaume offre son aide à Roger, lui cède le château de Scalera, et ils combattent ensemble contre Guiscard. Un traité de paix est signé entre le duc et Roger, mais il est rompu au bout de trois mois, car Roger n’avait encore reçu qu’un cheval pour prix de ses services. Les pillages reprennent dans toute l’Apulie, Robert est en passe de perdre ses terres, si bien qu’il se résout à céder à Roger, dans le cadre d’un condominium, la moitié des villes de Calabre situées au sud d’une ligne allant de Nicefola à Squillace. Durant les quatre années de leur réconciliation, de 1058 à 1062, les deux frères achèvent la conquête de la Calabre et engagent la campagne de Sicile, dont ils prennent le Val Demone. Mais Roger s’insurge une seconde fois contre le duc, en 1062, après avoir épousé Judith. Malaterra explique qu’il « veut surtout doter convenablement sa jeune épouse »33, mais qu’il est dans l’incapacité de le faire puisqu’il n’est toujours pas entré en possession des territoires promis au moment de leur réconciliation, à l’exception du château de Mileto. Or, précise Malaterra, Robert refuse tout accord :

  • 34 La traduction respecte la répétition de frater. Malaterra insiste manifestement sur le lien du sang
  • 35 Malaterra, II, 21 (p. 36, 2-11 P.), Dux autem, quamuis pecunia largus, in distributione quidem terr (...)

S’il accordait généreusement de l’argent, il se montrait passablement plus parcimonieux dans la distribution des terres et, usant de procédés dilatoires, il faisait attendre son frère. Alors, comme le comte n’était pas dupe de la ruse de son frère ni ne pouvait supporter plus longtemps d’être abreuvé de mensonges, il le cita à rendre des comptes devant la noblesse de toute l’Apulie, réclamant ce qui lui avait été promis. Mais comme il n’obtenait pas non plus de résultat de cette manière, après avoir rompu le traité qui les unissait, il se sépara de son frère en fureur ; et, se rendant à Mileto, il fortifia vigoureusement la place, tout en engageant de partout à son service tous les meilleurs chevaliers, afin de nuire à son frère. Mais, bien que les torts de son frère34 envers lui fussent manifestes, cependant, voulant observer les formes que la loi lui imposait, il se garda quarante jours durant de porter tort à son frère, de crainte que, si d’aventure celui-ci venait à se repentir de son attitude à son égard avant l’expiration de ce délai, on ne jugeât que c’était lui, qui se plaignait du tort subi, qui s’était mis plutôt dans son tort, alors qu’il préférait qu’on imputât à son frère plutôt qu’à lui la responsabilité des torts dans cette dissension35.

  • 36 Gerace se trouve dans la province de Reggio di Calabria, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest (...)
  • 37 Malaterra, II, 45 (p. 53, 24-26 P.), […] dux, eam in suam proprietatem retinens, uallem Deminae cet (...)
  • 38 La chronique de l’Anonyme du Vatican (Anonymi Vaticani Historia Sicula ab ingressu Normannorum in A (...)

14C’est Robert qui vient combattre l’armée de son cadet à Mileto, provoquant une guerre fratricide, jusqu’au jour où, ayant appris que Roger se trouvait en fait à Gerace36, il déplace ses troupes et pénètre dans la ville en secret. Reconnu par un serviteur de Basile – le notable qui recevait Guiscard chez lui –, il est fait prisonnier par les habitants de la ville et échappe à la mort d’extrême justesse, grâce à l’habileté de son discours. C’est alors que les chevaliers de Guiscard, qui connaissent la loyauté de Roger, l’avertissent de la captivité de son aîné et le supplient d’intercéder auprès des habitants de Gerace pour qu’il obtienne la libération du duc. Roger, mêlant flatteries et menaces, sauve son frère-ennemi. Enfin, après un dernier désaccord, imputé encore une fois à Guiscard, Robert concède à Roger les terres promises dans le pacte de 1058. Après cette réconciliation, les deux frères ne cessent plus de se porter secours mutuellement. Roger quitte la Sicile en 1071 pour aider Guiscard à prendre Bari, tandis qu’aussitôt après Robert vient au secours de Roger pour assiéger Palerme. Et, si le duc conserve cette ville « comme son bien propre, il concède à son frère le Val Demone et tout le reste de la Sicile, acquise et restant à acquérir pour qu’il la possède de sa part : il en faisait la promesse sans intention de le tromper »37. On ne peut pas vérifier l’exactitude du récit de cette double querelle, dont Malaterra est le seul témoin38, malgré la situation critique dans laquelle s’est trouvé Guiscard. Quoi qu’il en soit, Malaterra défend la cause de Roger contre un pouvoir jugé tyrannique. Il condamne l’avarice de Guiscard et loue la droiture de Roger, qui, tout en se rebellant contre son frère – nommé exclusivement comme tel par Malaterra dans ce passage plutôt que par le titre de duc –, n’enfreint jamais les règles de la chevalerie. Lors de la première querelle, le jeune Roger prend aussitôt les armes contre Guiscard ; en revanche, en 1062, Roger respecte le code de l’honneur qui paraît établi entre les princes normands, en observant un délai de quarante jours avant de recourir à la force des armes. Tout cela répond, sans doute, à un pur calcul stratégique, qui permet à Roger, pendant ce délai, de conclure une alliance avec les habitants de Gerace et de les amener à rompre le serment prêté antérieurement à Robert. Mais Malaterra ne présente pas franchement les faits de cette façon, montrant au contraire que c’est Robert qui engage les hostilités et contraint Roger à l’affronter par les armes. En revanche, l’assurance des compagnons de Guiscard au sujet de la loyauté de Roger et de son amour fraternel pour Robert, qu’ils placent au-dessus de son amour du profit et de son besoin de vengeance, pourtant si ancrés dans le cœur des Hauteville, témoigne d’un grand sentiment de piété fraternelle :

  • 39 Malaterra, II, 25 (p. 38, 11-14 P.), Sciebant quippe legalitatem animi eius et, quamuis conuentione (...)

Ils connaissaient, en effet, la loyauté de son cœur et savaient que, malgré le litige qui l’opposait à son frère, depuis qu’il réclamait l’application du pacte, cependant, en considération de leur lien de parenté, il aimait son frère comme un frère et préférait aller sauver sa vie exposée à un si grand danger, en oubliant toute injustice portée à son encontre, que de faire un quelconque profit39.

  • 40 Malaterra, I, 27 (p. 21, 13-14 P.), […] gladius a Normannis, uix alicui parcens, desaeuiebat.
  • 41 Cf. Malaterra, I, 27 (p. 21, 30-31 P.) : les Calabrais en étaient réduits à manger des racines crue (...)
  • 42 Cf. Malaterra, II, 24 (p. 37, 25-30 P.), Quo uiso, si dux de uita desperauit mirandum non est, prae (...)

15La première querelle fut lourde de conséquences pour le pays. Malaterra s’attarde très longuement à décrire le fléau qui sévit en Calabre pendant le printemps 1058, et qui était dû à un triple mal : le glaive des Normands, « qui n’épargnait presque personne »40, la faim et le froid41. Durant cette période, les Calabrais se révoltent et s’emparent de Nicastro, mais Guiscard se réconcilie avec son frère pour réprimer les rebelles. De même, lorsque Roger s’insurge à nouveau contre Guiscard, les Siciliens en profitent pour tendre un piège à Betumen, laissé à Catane par Roger pour poursuivre la conquête au nom des Normands. Dès qu’il est tué par ses coreligionnaires, les Normands qui gardaient Troina et Petralia abandonnent les châteaux et se réfugient à Messine ou en Calabre, laissant aux Sarrasins la possibilité de reprendre presque toutes les terres conquises. Le chroniqueur rapporte la mort d’Arnaud pendant la lutte fratricide (quod dolor est dicere), ainsi que celle de Basile et de sa femme, atrocement assassinés par leurs concitoyens à Gerace42. Malaterra est donc bien présent dans son récit, lorsqu’il l’interrompt pour déplacer de la sorte le regard du lecteur sur les populations indigènes et normandes qui subissent de plein fouet les conséquences du conflit des Hauteville. Mais Robert est le seul responsable de la rébellion de son cadet, qui, au contraire, n’outrepasse jamais ses droits et ne fait que revendiquer l’application de l’accord qui lie les deux frères.

  • 43 Malaterra, III, 4 (p. 59, 3-5 P.), Abagelardus uero, filius Humfredi comitis, nepos uidelicet ducis (...)

16D’autres Normands ne respectent pas l’autorité de Guiscard, et notamment Abélard, fils d’Onfroi, dépossédé par Robert de l’héritage de son père. Abélard, nous dit Malaterra, soutenait le prince Gisolf assiégé à Salerne par Guiscard « en raison de la haine qu’il avait pour le duc depuis que ce dernier l’avait privé de son héritage »43. Il ne semble pas que, dans cette partie du récit, Malaterra condamne l’insurrection du fils d’Onfroi. Au contraire, Malaterra précise les causes de sa rébellion comme pour la justifier, tandis que Guiscard est un fourbe, dont les promesses calculées attirent la haine de ceux qu’il a dupés. De même, lorsque Geoffroi de Conversano se rebelle, Malaterra précise :

  • 44 Malaterra, II, 39 (p. 48, 11-18 P.), Robertus dux […] Gaufridum de Conuersano, nepotem uidelicet su (...)

Le duc Robert […] attaqua Geoffroi de Conversano, c’est-à-dire son neveu – c’était en effet le fils de sa sœur – afin qu’il s’acquitte de son service vassalique pour le Montepeloso, ainsi que pour les autres places fortes qu’il tenait en très grand nombre sous l’autorité de Guiscard. Et comme il ne devait en aucune façon au duc d’avoir acquis cette forteresse et les autres, mais à sa propre énergie, sans que le duc lui eût apporté son aide, c’était par ses propres moyens qu’il s’était enrichi sur l’ennemi. Comme il refuse d’obéir, le duc met son armée en marche et part assiéger cette place forte : et, après que des deux côtés on eut accompli de nombreux exploits dans le combat, finalement, le duc contraignit son neveu à lui promettre de s’acquitter du service pour cette place forte comme pour les autres44.

  • 45 Guil. Ap. II, 446-450, p. 156, […] quia dum virtutibus eius/Invidere viri comites a plebe vocati/Qu (...)
  • 46 Aimé, V, 4, p. 224-226.
  • 47 Cf. Malaterra, III, 34 (p. 78, 4-5 P.), […] seditiones quas infedilitas turbauerat « les rébellions (...)

17Malaterra prend ici manifestement la défense de Geoffroi contre Robert, qui affirme son autorité en s’appropriant les terres de son neveu par la violence. Il reflète plus généralement la pensée des comtes normands de Melfi, qui supportaient mal la suprématie de Guiscard et les obligations vassaliques imposées dans tout le duché. Guillaume d’Apulie précise que le mariage de Guiscard avec la princesse lombarde Sikelgaite lui valut la jalousie des douze comtes, qui « envieux de ses vertus, conspirèrent tous ensemble pour l’assassiner dès qu’ils trouveraient une occasion favorable »45. La rébellion dura quatre ans, de 1064 à 1068, de sorte que Guiscard dut quitter la Sicile, non seulement pour combattre Geoffroi de Conversano, mais encore Gocelin et Abélard ; Aimé cite aussi Ami, fils de Gautier, Roger Tubeuf et il indique l’alliance des conjurés avec l’empereur de Constantinople46. Le duc réprima la rébellion avec la pensée qu’il devait absolument pacifier l’Apulie et s’attirer la bienveillance de ses vassaux avant d’entreprendre le siège de Bari et surtout de tenter à nouveau de prendre Palerme. L’ampleur de cette contestation n’apparaît aucunement dans la chronique de Malaterra, plus porté, semble-t-il, à accuser Guiscard d’exercer un pouvoir tyrannique, que de montrer l’enjeu politique et stratégique de la pacification de l’Apulie. Seule la dernière tentative de rébellion de Geoffroi de Conversano et d’autres comtes normands contre le duc, pendant son expédition en Romania, est condamnée par Malaterra, qui les accuse d’avoir usurpé les terres de Guiscard47, alors que le duc, présenté cette fois sous un jour très favorable, rentre de Romania pour libérer le pape détenu à Rome. La protection du pape sera par la suite l’apanage du comte Roger.

18En revanche, aucune des rébellions menées contre Roger par les hommes de son camp ne trouve d’autre explication que la perfidie de leurs auteurs. Elles ne sont que deux et elles ont été vivement réprimées. La première fut préparée par Jourdain, le propre fils de Roger. Profitant de l’absence de son père appelé par Guiscard à libérer avec lui le pape, Jourdain déclenche une insurrection ourdie depuis longtemps. Le vocabulaire de la perfidie et de la duplicité est décliné sous toutes ses formes dans un passage, dont voici un extrait :

  • 48 Malaterra, III, 36 (p. 78, 23-28 P.), Et iamdudum, consilio prauorum sibi adhaerentium iuuenum taci (...)

Et comme depuis longtemps, sur le conseil de jeunes gens perfides de son entourage, il complotait en secret un attentat contre son père, il crut trouver dans le départ de celui-ci l’occasion de réaliser son projet perfide ; entreprenant habilement un grand nombre d’hommes, il s’attachait leur confiance artificieusement, sans encore leur découvrir l’affaire, si bien qu’ils demeuraient ses complices en exécutant toutes les actions dont il prenait l’initiative. À ces hommes, qu’il avait ainsi abusés, il révèle enfin le plan de sa trahison arrêté depuis longtemps ; si certains sont contre, la majorité approuve48.

  • 49 Malaterra, III, 36 (p. 79, 7 P.), […] territo filio, de cetero pro libitu suo, ut decuit, usus est.

19L’entreprise de Jourdain est découverte par les « fidèles du comte (fideles comitis) », qui le repoussent hors de Troina et préviennent Roger du danger. À son retour, il applique sa justice : ayant fait crever les yeux des complices de son fils, il feint de le menacer du même sort, si bien qu’ensuite « il disposa de son fils terrifié à son gré », et Malaterra ajoute « comme il convenait »49, intervenant ensuite plus longuement dans le récit pour justifier la répression sévère du Grand Comte à la lumière des Écritures :

  • 50 Ibid., […] nam disciplina et rigor iustitiae cum pace communionem habent, Psalmista attestante, qui (...)

En effet, la discipline et la rigueur de la justice ont partie liée avec la paix, comme l’atteste le psalmiste, qui dit : « L’amour et la fidélité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées ». Et de fait on ne doit user de mansuétude qu’à la condition que la justice, dans sa clémence, ne dépasse pas les limites du raisonnable, pour éviter que les vices n’augmentent massivement. C’est pourquoi, le père prévoyant, agissant comme un sage médecin, pour préserver son propre fils de l’erreur, le laissa terrifié, écrasé sous le poids d’une si grande rigueur50.

20C’est par ailleurs un dénommé Mainerius de Gerentia, qui s’insurge contre le comte pendant les préparatifs de la conquête de Malte. Roger assiège la place, de sorte que Mainerius abandonne bien vite son projet de sédition et offre toutes ses richesses au comte. Malaterra témoigne alors de l’attitude exemplaire de Roger :

  • 51 Malaterra, IV, 16 (p. 94, 24-26 P.), Comes super iis quae fecerat eum penitere uidens, ut semper pi (...)

Le comte, voyant qu’il regrettait ce qu’il avait fait, en homme toujours plein de piété, lui fit grâce de tout, à ceci près qu’il reçut de lui mille solides d’or – par souci de rigueur plutôt que par avidité –, afin de le détourner à l’avenir d’une telle audace51.

  • 52 Malaterra, IV, 4 (p. 87, 15 P.), […] ambitione ducatus ; IV, 10 (p. 91, 4-5 P.), ambitione nancisce (...)
  • 53 Malaterra, IV, 4 (p. 87, 15-16 P.), […] urbem quae Oriae dicitur traditione ciuium adeptus erat. Et (...)
  • 54 Malaterra, IV, 20 (p. 99, 14-16 P.), […] ueritus etiam ne […] pictis uerbis fraudem occultans, in p (...)
  • 55 Malaterra, IV, 21 (p. 99, 20 P.), […] summa cupiditate correptus, turpi illectus auaritia.
  • 56 Malaterra, IV, 21 (p. 99, 32-33 P.), […] impudenti fronte fraudem ostentans, eandem urbem pro posse (...)

21On ne peut donc contester l’autorité de Roger, qui réprime violemment ou avec piété. Mais le comte agit toujours selon le droit et la justice, faisant respecter les serments de fidélité et imposant un ordre indispensable au maintien de la paix. C’est aussi la raison de l’empressement du Normand à répondre toujours favorablement aux demandes de son neveu, en lutte continuelle contre ses vassaux. Plus du tiers du livre IV témoigne des difficultés du jeune Roger Borsa, héritier de Guiscard, à imposer son autorité dans son duché, et de l’aide que lui apporte le comte. Ainsi, il doit réprimer les diverses tentatives de son demi-frère, Bohémond, qui projette de récupérer l’héritage de son père, et dont l’ambition52 se nourrit de la trahison des Apuliens ou des Calabrais53. Enfin, après leur réconciliation, Bohémond s’attaque une dernière fois aux possessions de son frère, sous prétexte de protéger l’héritage de ses neveux, car la rumeur fait courir le bruit de la mort du duc. Bohémond, de son propre chef, décide de préserver le duché jusqu’à la majorité de ses neveux. Mais Roger Borsa craint la « fourberie » de son demi-frère et ses « paroles mensongères »54. C’est ensuite l’audace du très puissant Guillaume de Grandmesnil, dont la cupidité est sans égale55, qu’il faut réprimer. Il revendique en effet sa part de l’héritage de Guiscard, ayant épousé Mabile, une de ses filles. Aussi refuse-t-il de rendre la ville de Rossano, dont il s’est emparé pendant la maladie du jeune duc. Au contraire, « étalant sa fourberie avec impudence, renforçant la ville autant qu’il peut, il l’arma contre lui, pour le cas où il tenterait de l’attaquer »56. La répression ne se fait jamais attendre : à l’appel de son neveu, Roger de Hauteville accourt, accompagné de milliers de Sarrasins et Calabrais, et assiège les unes après les autres les villes contestataires. Il élargit ainsi son territoire, grâce aux récompenses que lui accorde son neveu, mais assure aussi sa propre sécurité. Malaterra ne manque jamais de dire que le comte accepte d’abandonner ses propres affaires pour soutenir son neveu dans la difficulté.

  • 57 Ainsi, sa participation à l’expédition sicilienne est motivée par son désir d’avoir sa part du buti (...)
  • 58 Malaterra, III, 24 (p. 71, 16-21 P.), […] festinus cum omni classe transfretare accelerat, pluribus (...)

22Ainsi, il semble que Malaterra prenne soin de justifier les contestations dont Robert fait l’objet, en précisant qu’il s’agit de défendre un héritage ou d’obtenir les justes récompenses du service accompli. En revanche, il n’est jamais juste ni légitime de contester l’autorité de Roger dans la chronique de Malaterra, ni celle de Roger Borsa, dont la succession est protégée par le Grand Comte. Cette dichotomie peut paraître schématique, et les exemples sont trop peu nombreux dans la chronique pour affirmer que Malaterra conteste implicitement l’autorité de Guiscard. Cependant, excepté lors de sa campagne de libération du pape, Guiscard apparaît comme un tyran peu préoccupé de ses vassaux, et bien plus soucieux d’assouvir sans cesse davantage son auiditas dominationis57. Il s’attirait ainsi la haine de ses sujets, en imposant de lourds tributs aux villes conquises et le service militaire à ses chevaliers, contraints en outre de le suivre dans ses plus folles conquêtes et jusqu’en Romania, malgré la peur qui leur donnait la fièvre et l’incompréhension d’avoir à s’engager dans une telle entreprise58.

Une critique de la conquête ?

  • 59 Salluste, Catilina, Alfred Ernout (éd.), édition revue par Joseph Hellegouarc’h, Paris, Les Belles (...)
  • 60 Malaterra, I, 17 (p. 18, 1 P.), […] gaudentes quasi de triumpho.
  • 61 Malaterra mentionne en particulier un vol de chevaux à Melfi, I, 25 (p. 20, 26-28 P.).
  • 62 Malaterra, I, 19 (p. 19, 9-12 P.).
  • 63 Malaterra, II, 42 (p. 50, 20-22 P.).
  • 64 Malaterra, II, 11 (p. 32, 30-31, 2 P.).

23Bien que les deux héros du récit de Malaterra ne suscitent pas les mêmes contestations auprès des hommes de leur camp, leur comportement à la guerre est tout à fait comparable dans la conquête des territoires. Il reflète le portrait que Malaterra a dessiné des Normands au début de son œuvre, après le bref récit de la conquête de la Normandie par les Vikings. Certes, ce sont de redoutables chevaliers, éloquents, habiles, extrêmement durs à la peine et endurants, mais ce sont aussi des dissimulateurs et des intrigants, avides de pouvoir et de richesses, nous dit Malaterra, qui s’inspire, pour peindre ainsi les Normands, de la description de Catilina faite par Salluste59. À son arrivée en Calabre, le jeune Roger est doté des mêmes qualités et vices que ses aînés, c’est-à-dire qu’il est potentiellement un tyran. Pour assouvir leur volonté de puissance, les Normands ne reculent devant rien. Malaterra témoigne de massacres, de tortures, de déportations. Au début de la conquête, Robert et Roger, poussés par la faim, se conduisent en véritables brigands : Robert s’empare de Pierre de Tire, après l’avoir attiré dans un piège ; les Normands s’en réjouissent « comme d’un triomphe », note Malaterra60. Roger multiplie les vols61, répand la terreur en tous lieux. C’est ainsi qu’il fait ses preuves en Calabre, obtenant la soumission de divers châteaux sans combattre62, ou qu’il sème la panique à Palerme, en annonçant la défaite des Sarrasins à Miselmir au moyen des pigeons voyageurs trouvés parmi les dépouilles des vaincus ; il les envoie vers la capitale sicilienne, porteurs de messages écrits à l’encre de sang63. C’est encore en se faisant précéder d’une telle réputation que Roger parvient à Messine, si bien qu’un jeune Sarrasin, ayant pris la fuite, tue sa sœur, qu’il aimait tant, parce qu’elle était sa sœur unique, précise Malaterra, de peur de la voir souillée par un Normand64. Roger encore réprime très durement les Siciliens responsables de la mort de son gendre, Hugues de Gircée, massacrant au hasard et provoquant la famine dans toute la Sicile :

  • 65 Malaterra, III, 10 (p. 62, 19-25 P.), Sed quia animus principis dolore generi interfecti ad mentis (...)

Mais comme le cœur du prince était presque empoisonné de douleur à la suite de la mort de son gendre, jusqu’à la prostration, et qu’il ne pouvait être guéri que par une vengeance terrible, cherchant à se venger avec acharnement, il se rendit dans la province de Noto et ravagea toute la région au point de réduire en cendres jusqu’aux moissons elles-mêmes – c’était en effet le temps de les battre –, parce qu’elles ne pouvaient être transportées. Répétant encore la même opération de tous côtés en diverses régions de Sicile, il frappa l’île, cette année-là, d’une extrême pénurie.
Ainsi naît la famine, parce que les flammes ont fait disparaître le pain65.

  • 66 Keneth Baxter Wolf, Making History…, chap. 6 (« Geoffrey Malaterra and the Normans », p. 143-171).

24Faut-il en conclure que Malaterra, en décrivant les horreurs accomplies par son commanditaire, compose non un panégyrique à la gloire du Grand Comte, comme il l’annonce lui-même dans la lettre dédicatoire, mais une œuvre de contestation ? Kenneth Baxter Wolf en a émis l’hypothèse66, et nous voudrions y répondre, en résumant d’abord sa pensée. De la comparaison entre les deux portraits, celui de Catilina et celui des Normands et de Roger, le critique américain attire particulièrement l’attention sur le mos insitus des Hauteville – leur auiditas dominationis –, car celle-ci, dit-il, est le seul véritable moteur des entreprises menées par tous les fils de Tancrède, depuis leur départ du Cotentin jusqu’à la prise de Noto par Roger. Elle est soutenue par la strenuitas, une énergie redoutable à la guerre, qui leur assure la victoire, sans qu’ils aient besoin, sauf exception, d’être conduits par Dieu. Ainsi, selon Wolf, il n’y a pas de rupture dans le récit de Malaterra, contrairement à celui d’Aimé du Mont-Cassin, qui oppose les premiers mercenaires à Robert de Hauteville et à Richard de Capoue, protecteurs de la chrétienté.

  • 67 Ibid., p. 162.

Robert’s and Roger’s relationship to the church is at best a leitmotif of Geoffrey’s history. The central story is the consistent actualization of the Norman auiditas dominationis. Sometimes this process had explicit ecclesiastic implications. Most of the time it did not67.

  • 68 Malaterra, III, 11 (p. 63, 17-19 P.), […] nostri coeperunt, ut in tali gente assolet, auiditate eam (...)

25Or, continue à expliquer Wolf, chez les Anciens, cette auiditas dominationis n’est jamais considérée comme une force bénéfique : c’était l’amour de la gloire et de la renommée qui animait les conquérants de l’ancienne République romaine. Cependant, Wolf ne va pas jusqu’à considérer que Malaterra fait de Robert et Roger deux disciples de Catilina, car, outre l’œuvre de Salluste, précise-t-il, le chroniqueur avait une profonde connaissance de celle de saint Augustin et de sa Cité de Dieu. La conquête des Hauteville, placée dans la conception universelle de l’histoire de saint Augustin, ne constitue qu’un exemple de plus des excès humains causés par la libido dominandi qu’éprouve nécessairement tout homme qui s’efforce de gouverner, et qui consiste en un appétit insatiable de domination. Adopter cette lecture de la chronique revient à considérer finalement que Roger est un homme politique banal, incapable plus qu’un autre de maîtriser son amour du pouvoir. Il nous semble au contraire que le récit de Malaterra correspond à un long processus de légitimation de l’accession au pouvoir de Roger. Certes, le comte de Sicile est animé par cette auiditas dominationis depuis son arrivée jusqu’au moment où il décide de conquérir encore l’île de Malte. Malaterra l’attribue à tous les Normands au début de la chronique : gens […] quaestus et dominationis auida, ainsi qu’au livre III, lors de l’attaque de Trapani68, aux fils de Tancrède en II, 38 et à Robert plus qu’à tous les autres :

  • 69 Malaterra, II, 38-39 (p. 48, 6-12 P.), Filiis denique Tancredi naturaliter hic mos inditus fuit, ut (...)

Les fils de Tancrède avaient naturellement hérité cet usage : toujours avides de pouvoir, pour autant qu’ils en avaient les forces, ils ne pouvaient souffrir, sans en être jaloux, que dans leur voisinage immédiat un homme possédât des terres ou des domaines, sans le soumettre et en faire un vassal ou sans aussitôt s’emparer de tous ses biens par leur bravoure. C’est pourquoi le duc Robert, qui avait fait sien cet usage plus que tous les autres, attaqua Geoffroi de Conversano69.

  • 70 Malaterra, III, 7 (p. 60, 28-29 P.).
  • 71 Cf. Malaterra, III, 36 (p. 78, 22-23 P.), Jourdain : […] gloriae siue dominationis appetitor ; Bohé (...)
  • 72 Malaterra, III, 7 (p. 60, 26-27 P.), […] quippe quem egestas, labor, minae, hostis imminens, iugis (...)
  • 73 Malaterra, I, 3 (p. 8, 22-9, 6 P.), Dei adiutorio et sua strenuitate, gradatim altioris honoris cul (...)
  • 74 Cf. Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolic (...)
  • 75 Keneth Baxter Wolf, Making History…, p. 155.
  • 76 Cf. Marie-Agnès Lucas-Avenel, « Les populations de Sicile et les conquérants normands vus par Geoff (...)
  • 77 Ainsi en IV, 6 (p. 88, 4 P.), après la prise d’Agrigente et de dix autres places, Roger obtient la (...)

26Roger est ainsi caractérisé par deux fois, d’abord lorsqu’il exprime les mobiles qui le poussent à conquérir la Sicile : ut semper dominationis auidus erat, puis au moment d’assiéger Castrogiovanni : ipsa humano more animo suo innata dominationis cupidine uincere quam uinci nitebatur « par un désir de domination inné en son cœur – et commun aux hommes –, il s’efforçait de vaincre plutôt que d’être vaincu »70. On trouve encore trois occurrences de ce trait, une pour Jourdain et deux pour Bohémond71. On peut même dire, pour aller dans le sens de la thèse de Wolf, que, lorsque Malaterra attribue une seconde fois cette qualité au comte Roger, il évoque en même temps son endurance en des termes assez proches de ceux de Salluste pour Catilina72, tandis que la précision humano more « selon l’habitude des hommes » exprime en quelque sorte la conception augustinienne : Roger n’est pas différent des autres, c’est un pécheur, qui subit les conséquences du péché originel, comme tous les hommes de pouvoir. Cependant, Malaterra dit assez clairement, par ailleurs, que la cupiditas de Roger n’est pas entretenue pour son seul profit. Car Roger, vassal de Dieu, entreprend la conquête de la Sicile pour le bénéfice de son Seigneur, privé par « les païens » de la terre sicilienne. Il répond ainsi au présage énoncé au début de l’œuvre, selon lequel les descendants de Hauteville doivent « accéder au sommet des plus hauts honneurs, grâce à l’aide de Dieu et à leur propre énergie » et qu’ainsi « la divine Providence […] éleva ces héritiers précisément à de tels honneurs que, semblablement à ce qui avait été promis à Abraham, ils se multiplièrent pour devenir un grand peuple, étendirent leur domination par les armes et assujettirent de nombreux peuples »73. Les honneurs promis aux fils de Tancrède consistent dans l’accès au pouvoir et dans la domination sur les autres peuples. Roger n’entend accomplir le présage qu’en associant le profit qu’il en tire à celui de Dieu, c’est-à-dire en garantissant la domination de Dieu sur terre par son propre intermédiaire. Et Urbain II lui-même fut contraint de reconnaître le lien direct de vassalité avec Dieu revendiqué par Roger, selon Malaterra, car le chroniqueur présente le privilège que le pape accorde à Roger en 1098 comme une « Légation apostolique »74. Il est impossible d’énoncer ici toutes les interventions divines, que Wolf considère seulement comme des « surimposition(s) »75 à la bravoure normande, ni toutes les preuves de l’évolution du personnage de Roger, au fur et à mesure des progrès de la conquête : de petit chevalier de basse origine, intrigant et voleur, il devient le Grand Comte de Calabre et de Sicile, protecteur de la papauté, bâtisseur d’églises et de monastères et, plus encore peut-être que Robert dans la chronique d’Aimé, il manifeste une piété exemplaire76. En outre, dans le livre IV, c’est-à-dire dans les dernières batailles menées contre les « impies », il ne manque jamais de reconnaître qu’il doit sa victoire à Dieu ni de montrer sa reconnaissance pour ses bienfaits. Cette précision apportée par Malaterra devient un leitmotiv77. Roger marque sa reconnaissance par une dévotion nouvelle envers Dieu qui transparaît aussi dans son attitude vis-à-vis de ses chevaliers :

  • 78 Malaterra, IV, 15 (p. 94, 2-7 P.), Deo coepit sese deuotum existere ; et quanto ampliori honore ter (...)

Il se mit à faire preuve de dévotion envers Dieu ; et plus grand était l’honneur terrestre qu’il savait devoir à Dieu, plus grand était son empressement à toujours fixer la marche de son esprit dans un état de parfaite humilité. C’est pourquoi, remerciant avec beaucoup de douceur ses chevaliers, avec l’aide desquels il avait atteint un si haut degré d’honneur, il récompensait la sueur de leur peine, tantôt par des terres et de vastes domaines, tantôt par d’autres gratifications diverses78.

  • 79 Malaterra, II, 25, extrait cité note 39.

27Roger est le seul des fils de Tancrède à adopter une telle conduite dans la chronique en cause. Une fois la Sicile pacifiée, on ne trouve plus trace de contestation dans l’île, si bien que le comte peut à loisir soutenir dans la péninsule son neveu Roger Borsa et Richard de Capoue, évincé de sa principauté. Le comte refuse la proposition des habitants de Capoue, prêts à lui céder la ville plutôt qu’à Richard. Il reste fidèle à sa parole et reprend la ville pour le jeune prince. Ce n’est pas la première fois que Roger se montre plus loyal que cupide. C’est aussi en raison de la confiance que Roger inspirait aux fidèles de Guiscard que ceux-ci sont venus implorer son aide contre les habitants de Gerace, persuadés qu’il préférait sauver la vie de son frère plutôt que de rechercher un profit79.

  • 80 Cf. Serge Lancel, Saint Augustin, Paris, Fayard, 1999, p. 569-571, à propos de la Cité de Dieu, XIX (...)

28Si Roger est ainsi animé par la cupiditas dominationis, il est aussi habité par le sens profond de la fidélité et du respect de la parole donnée, grâce auquel il acquiert un grand prestige et assure la cohérence de son territoire et sa légitimité, malgré la diversité des populations qui y cohabitent. Cette légitimité, que l’œuvre de Malaterra cherche à asseoir, est le meilleur garant de l’éradication des contestations. Or, dans la conception augustinienne de la société terrestre, c’est bien vers cela qu’il faut viser : Augustin enseigne qu’il faut accepter l’autorité de celui qui gouverne, si sa légitimité est reconnue, afin que l’ordre et les lois soient respectés, car du maintien de l’ordre dépend aussi la paix80. Roger est le protecteur d’une paix nouvelle, établie non seulement en Sicile, dont il est le seul conquérant après la prise de Palerme, mais aussi dans toute l’Italie méridionale, où il est venu à maintes reprises réprimer les contestations levées contre Roger Borsa et, enfin, contre Richard de Capoue. La chronique de Malaterra est donc bien un panégyrique écrit à la gloire du comte Roger, dont le héros, petit dernier de douze chevaliers redoutables, a su imposer son droit face à Guiscard par la contestation d’un pouvoir trop personnel, et rétablir l’ordre en Italie du Sud, où le pouvoir partagé et affaibli était la proie du plus ambitieux et où les populations étaient les victimes des pillages continuels des Sarrasins. Cependant, Malaterra n’oublie pas de montrer les conséquences parfois désastreuses de la guerre sur les populations locales et la folie des luttes fratricides. Il ne cherche pas à vanter la gloire des Normands en général, ni même de certains Hauteville, dont les contestations ont mis la conquête du territoire italien trop souvent en danger. Il semble plutôt vouloir montrer que l’Italie du Sud a besoin d’un homme fort et consensuel, comme Roger, qui sache rendre la justice avec sévérité – même envers son fils –, tout en récompensant chacun selon son mérite.

Notes

1 Elle est actuellement connue grâce à l’édition qu’en a faite Ernesto Pontieri, Gaufredo Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, 2e éd., in Rerum Italicarum Scriptores, V, 1, fasc. 211 et 218-219, 2 vol., Bologne, Nicola Zanichelli, 1927-1928. Notre thèse de doctorat, Édition critique avec traduction et commentaire des deux premiers livres de la chronique de Geoffroi Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, Langues et Littératures anciennes, Université de Caen Basse-Normandie, 21 décembre 2001, 4 vol., 580 p. (dactyl.), propose un nouvel établissement du texte des deux premiers livres, ainsi qu’une traduction et un commentaire. Nous travaillons actuellement sur les deux livres suivants. Les passages cités présenteront le texte que nous avons établi pour notre thèse ou qui est en cours d’établissement, avec l’aide d’Olivier Desbordes – que je remercie, en outre, de celle qu’il m’a apportée en relisant cet article – mais les références renverront à la pagination d’Ernesto Pontieri, cité P., précédé du numéro de page, puis de ligne. Concernant les problèmes d’édition de la chronique, cf. Gianvito Resta, « Per il testo di Malaterra e di altre cronache meridionali », in Studi per il CL anno del Liceo ginnasio, Tommaso Campanella (éd.), Reggio, 1964, p. 3-60 ; Edoardo D’Angelo, « Ritmica ed ecdotica nel testo di Goffredo Malaterra », in Poesia dell’alto medioevo europeo : manoscritti, lingua e musica dei ritmi latini, Atti delle euroconferenze per il Corpus dei ritmi latini (IV-IX sec.), Arrezzo 6-7 novembre 1998 e Ravello 9-12 settembre 1999, Francesco Stella (éd.), edizioni del Galluzzo, Florence, 2000, p. 383-394, reproduit, avec des compléments, in Storiografi e cronologi latini del Mezzogiorno normanno-svevo, Naples, Liguori Editore, 2003, p. 216-226 ; Olivier Desbordes, « Notes de critique textuelle sur le livre premier de Geoffroi Malaterra », in Mélanges Pierre Bouet, François Neveux et Catherine Bougy (éd.), Cahier des Annales de Normandie, 32, 2002, p. 39-47 ; Marie-Agnès Lucas-Avenel, « La nouvelle édition de la chronique de Geoffroi Malaterra », in Primo rapporto sull’edizione delle fonti del Mezzogiorno medievale, Atti del convegno internazionale (Napoli 11-12 aprile 2003), sous presse ; Olivier Desbordes, « Nouvelles notes critiques sur les deux premiers livres de la chronique de Geoffroi Malaterra », Kentron, no 21, 2005, p. 111-159.

2 Les deux autres sources essentielles à la connaissance de l’histoire de la conquête de l’Italie du Sud sont celles d’Aimé du Mont-Cassin et de Guillaume d’Apulie. Elles sont aussi pro-normandes. Cf. Vincenzo De Bartholomaeis (éd.), Storia dei Normanni di Amato di Montecassino, Rome, Fonti per la Storia d’Italia dell’Istituto Storico Italiano, 1935 (cité infra Aimé dans cette édition). Graham A. Loud, The History of the Normans by Amatus of Monte Cassino, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2004 ; Marguerite Mathieu (éd. et trad.), Guillaume de Pouille, La Geste de Robert Guiscard, Palerme, Instituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici, 1961 (cité infra Guil. Ap.).

3 Malaterra, I, 9, emploie le terme construxerunt (p. 12, 17 P.), mais Melfi avait déjà été fortifiée par le catépan Basile Bojoannès, comme d’autres villes d’Apulie (Cf. Guil. Ap., I, 247-248, p. 112 : Hac sede Basilius ante,/Quem supra memini, modicas fabricauerat aedes).

4 Malaterra, I, 13 (p, 14, 25 P.).

5 Malaterra, I, 17 (p. 18, 5 P.).

6 Hugues Tubeuf est mentionné par Malaterra en I, 9 (p. 12, 22-23 P.) comme personnage exemplaire de la force normande : il abat d’un coup de poing le cheval de l’ambassadeur grec et terrorise toute l’armée adverse.

7 Malaterra, I, 8 (p. 11, 24 P.), Arduinum quendam Italum, qui ex nostris erat, quia Graeci sermonis peritiam habebat « Ardouin, un Italien qui était des nôtres, parce qu’il avait la maîtrise de la langue grecque ».

8 Malaterra, I, 12 (p. 14, 19-20 P.), secundus frater Drogo totius Apuliae dominatum suscepit.

9 Malaterra I, 13 (p. 14, 25-31 P.). Dreux aurait été assassiné à l’instigation d’Argyros, passé au service des Byzantins, et non par les Lombards, comme l’affirme Malaterra, tout comme Guaimar et la même année. Mais Malaterra ne dit rien de la mort du prince de Salerne (Cf. Ferdinand Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, Paris, 1907 [rééd. New York, 1960], I, p. 129 et 132, approuvé par Vincenzo De Bartholomaeis, Storia dei Normanni […], p. 136).

10 Malaterra, I, 14 (p. 15, 6 P.), […] necdum traditionibus exhausti.

11 Malaterra, I, 14 (p. 15, 10-11 P.), […] ambitione captus, Alamannorum exercitu ab Imperatore sibi in adiutorio accepto.

12 Malaterra, I, 14 (p. 15, 14 P.), Longobardi territi fuga seipsos tueri nituntur.

13 Aimé, III, 40, p. 156, Et li Thodeschi se reguardent derrière pour veoir lor compaingnie ; mès nul Longobart venoit après eauz, quar tuit s’en estoient foui. Guil. Ap., II, 207-209, p. 142 : Diffugiunt Itali, sed quos capit ipse, uel ipsi/Haerentes socii fuga nil iuuat. Occidit illuc/Plurima gens Latii bello, pars maxima fugit.

14 Malaterra, I, 14 (p. 15, 19-21 P.), Illi uero, ut semper perfidissimi, nulla pactione ad utilitatem Apostolici, nisi ut se ipsos tuerentur, exquisita, eum per portas eiiciunt.

15 Malaterra, I, 14 (p. 15, 24-27 P.), Quorum legitimam beniuolentiam uir apostolicus gratanter suscipiens, de offensis indulgentiam et benedictionem contulit, et omnem terram quam peruaserant et quam ulterius uersus Calabriam et Siciliam lucrari possent, de sancto Petrohereditali feudo sibi et heredibus suis possidendam concessit.

16 Salvatore Tramontana, La Monarchia normanna e sveva, Turin, UTET, 1986, p. 47 sq.

17 Malaterra, I, 15 (p. 16, 1-4 P.), In Apuliam reuersus, omnem terram placidam et sibi oboedientem inuenit, quam longo tempore tanta in pace rexit ut uix in aliquo loco suae dominationis latro uel praedo uel qui suis imperiis contradicere auderet posset inueniri « Onfroi, de retour en Apulie, trouva toute sa terre pacifiée et soumise à son autorité, et il la gouverna longtemps dans une paix telle que, pendant qu’il était au pouvoir, c’est à peine si on pouvait trouver un bandit, un voleur ou un homme qui osât s’opposer à ses ordres ».

18 Malaterra, II, 45 (p. 53, 19 P.), impiis Saracenis, et II, 1 (p. 29, 18 P.), usurpauerat.

19 Malaterra, I, 40 (p. 25, 36 P.), incredulam Siciliam.

20 Cf. aussi Guil. Ap., I, 1-5, p. 98, « Lorsque le Seigneur, qui préside à la succession des temps comme à celle des empires, eut décidé que les Grecs, depuis longtemps possesseurs de la Pouille, cesseraient de l’occuper, les Normands, fameux par leurs chevaliers farouches entrèrent en Italie, en expulsèrent les Grecs, et en restèrent maîtres » (trad. Marguerite Mathieu, p. 99). Il n’est pas fait allusion aux Lombards dans cet extrait de Guillaume, qui les préserve de la critique, Roger Borsa, commanditaire de la chronique, étant né lombard par sa mère (Cf. Kenneth Baxter Wolf, Making History. The Normans and Their Historians in Eleventh-Century Italy, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1995, ch. 5).

21 Malaterra, I, 40 (p. 25, 33-34 P.).

22 Malaterra, I, 25 (p. 20, 20-24 P.), Ubi quidem plurimum penuriarum passus est, sed latrocinio armigerorum suorum in multis sustentabatur. Quod quidem ad eius ignominiam non dicimus, sed, ipso ita praecipiente, adhuc uiliora et repraehensibiliora de ipso scripturi sumus, ut pluribus patescat quam laboriose et cum quanta angustia a profunda paupertate ad summum culmen diuitiarum uel honoris attigerit.

23 Cf. Vincenzo D’Alessandro (éd.), Storiografia e politica nell’Italia Normanna, Naples, Liguori Editore, 1978, p. 108.

24 Malaterra, I, 12 (p. 14, 17-18 P.), […] magnus dolor omnes Normannos inuasit, quippe qui tanti consilii uirum, tam armis strenuum, tam sibi munificum, affabilem, morigeratum ulterius se habere diffidebant. Cependant, Guillaume d’Apulie (I, 318-327, p. 116), indique qu’après les victoires remportées en 1041 contre les Grecs près de Melfi et le partage des terres conquises en Apulie en douze comtés, « les honneurs terrestres excitent toujours l’envie des hommes : et bientôt les féroces Normands refusèrent obéissance aux comtes qu’ils avaient choisis comme chefs. Ils préférèrent se soumettre à un Italien, un prince de Bénévent, nommé Adénolf. Peut-être leur avait-il donné de l’or ou de l’argent pour leur faire renier leurs premiers engagements. À quoi la cupidité ne pousse-t-elle pas ? Elle peut corrompre les esprits les plus droits, et rompre les liens sacrés de la foi jurée » (trad. Marguerite Mathieu, p. 117).

25 Cf. Jean-Marie Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, Publications de l’École française de Rome (collection de l’École française de Rome ; 179), 1993, p. 764-765.

26 Malaterra, II, 44 (p. 52, 30 P.), Istud hic inseruimus, ut caueant praelati sibi subditos prauis ministris a sua fidelitate diuelli.

27 Sur la promotion sociale de ce miles, cf. le commentaire qu’en fait Jean Flori dans 1095-1099, La Mémoire des siècles, La Première Croisade, L’Occident chrétien contre l’Islam, Bruxelles, Éditions Complexe, 1992, p. 154-155.

28 Le château de Gerace se trouve sur la commune actuelle de Geraci Siculo, province de Palerme, cf. Castelli Medievali di Sicilia, Guida agli itinerari castellani dell’isola, Publication de la Région sicilienne et du Centro Regionale per l’Inventario, la Catalogazione e la Documentazione dei Beni Culturali e Ambienti, Palerme, 2001, p. 324.

29 Malaterra, III, 31 (p. 76, 28-30 P.), Ille uero, cum Geracensibus consilium habens, praue diffinito, ipsis se sibi auxilium laturos promittentibus, beneficii sibi collati, ut assolet inter degeneres, oblitus, contra comitem recalcitrare potius quam oboedire indecenter eligit.

30 Malaterra, III, 31 (p. 76, 32-33 P.), […] non tantum fidelitate Ingelmari, sed quia omne genus nostrae gentis illis inuisum erat et magis discordias inter nostros quam pacem fieri exoptabant.

31 Cicéron, L’Orateur, Albert Yon (éd.), Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1964, 120, p. 42 : Nescire autem quid antequam natus sis acciderit, id est semper esse puerum. Quid enim est aetas hominis, nisi ea memoria rerum ueterum cum superiorum aetate contexitur ?

32 Malaterra, I, 22 (p. 19, 33-34 P.), […] ut fidelis et studiosa apes.

33 Malaterra, II, 21 (p. 35, 29-26, 1 P.), […] maxime quia iuuenculam uxorem […] decenter dotare uolebat.

34 La traduction respecte la répétition de frater. Malaterra insiste manifestement sur le lien du sang.

35 Malaterra, II, 21 (p. 36, 2-11 P.), Dux autem, quamuis pecunia largus, in distributione quidem terrarum aliquantulum parcior erat, fratremque per ambages differendo protrahebat. Porro comes, fratris calliditatem animaduertens nec diutius fallaciis pasci sustinens, per meliores totius Apuliae ad rationem ponit, quod sibi promissum fuerat expetens. At cum nec ita proficit, foedere quod inter se habebant rupto, irato animo a fratre recedit ; Melitumque ueniens castrum uiriliter firmauit, optimos quosque milites undecumque sibi in fratris damnum conducens. Sed, quamuis erga se fratrem suum iniustum agere patulum esset, legalitatem tamen suam seruans, per quadraginta dies a fratris iniuria abstinuit, ne, si forte infra hunc terminum erga se resipisceret, ipse, qui de iniuria conquerebatur, potius iniurius haberi iudicaretur, mallens huius dissensionis iniuriosam culpam in fratrem potius quam in se retorqueri.

36 Gerace se trouve dans la province de Reggio di Calabria, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Locri. Il ne s’agit pas de la même localité mentionnée supra, note 27.

37 Malaterra, II, 45 (p. 53, 24-26 P.), […] dux, eam in suam proprietatem retinens, uallem Deminae ceteramque omnem Siciliam adquisitam et suo adiutorio, ut promittebat nec falso adquirendam fratri de se habendam concessit.

38 La chronique de l’Anonyme du Vatican (Anonymi Vaticani Historia Sicula ab ingressu Normannorum in Apuliam usque ad annum 1282, Giambattista Caruso (éd.), RIS1, VIII, Milan, 1726, p. 740-780) en témoigne aussi, mais son auteur connaissait assurément le texte de Malaterra.

39 Malaterra, II, 25 (p. 38, 11-14 P.), Sciebant quippe legalitatem animi eius et, quamuis conuentionem suam expetendo uersus fratrem aliquam controuersiam ostenderet, tamen in consideratione consanguinitatis fratrem eum ut fratrem diligere et fraternam uitam in tanto discrimine positam ereptum ire, omni sibi illata iniuria oblita, quouis lucro praeponere.

40 Malaterra, I, 27 (p. 21, 13-14 P.), […] gladius a Normannis, uix alicui parcens, desaeuiebat.

41 Cf. Malaterra, I, 27 (p. 21, 30-31 P.) : les Calabrais en étaient réduits à manger des racines crues, qui provoquaient des maux de ventre abominables, au point, précise Malaterra, que […] matres pietatis affectu ab ipso liberorum ore cibum rapere potius quam administrare impudenti uiolentia satagebant, « les mères, poussées par l’amour maternel, s’efforçaient avec une violence impudente d’arracher la nourriture de la bouche même de leurs enfants au lieu de la leur donner ».

42 Cf. Malaterra, II, 24 (p. 37, 25-30 P.), Quo uiso, si dux de uita desperauit mirandum non est, praesertim cum uidebat ciues a ciuibus, amicos ab amicis, praelatos a subditis absque recordatione alicuius praecedentis beneficii cum tanto furore crudeli ense perimi. Stat inter furentium hostium minantia tela miles inermis, quondam multorum millium hostium debellator, leoninam ferocitatem, quae sibi quasi quodam modo innata erat, in agninam transferens mansuetudinem : « Il ne faut pas s’étonner si le duc perdit à ce spectacle tout espoir de vivre, surtout en voyantdes habitants se faire tuer par d’autres habitants, des amis par leurs amis, des maîtres par leurs domestiques, passés cruellement au fil de l’épée, dans un déchaînement de folie furieuse, sans que personne se souvînt d’un bienfait passé. Il se tient au milieu des traits menaçants que brandissent les ennemis déchaînés, chevalier sans armes, vainqueur jadis de tant de milliers d’ennemis, ayant troqué la fougue du lion, qui était pour ainsi dire innée chez lui, contre la douceur de l’agneau ».

43 Malaterra, III, 4 (p. 59, 3-5 P.), Abagelardus uero, filius Humfredi comitis, nepos uidelicet ducis, qui Salernum propter inimicitias quas uersus ducem habebat propter hereditatem quae ab ipso sibi detinebatur, in adiutorium Gisulfi introierat.

44 Malaterra, II, 39 (p. 48, 11-18 P.), Robertus dux […] Gaufridum de Conuersano, nepotem uidelicet suum – filius quippe sororis suae erat –, ut de Montepiloso sibi seruitium, sicut et de ceteris castris quae plurima sub ipso habebat exhiberet adorsus est ; quod quia ab ipso, sicut et cetera, minime acceperat, sed sua strenuitate, duce sibi auxilium non ferente, per se de hoste lucratus fuerat. Id facere renuente, dux, ammoto exercitu, idem castrum obsessum uadit : multisque militariter ex utraque parte perpetratis, tandem, ut et de eodem castro, sicut et de ceteris, sibi seruitium promittens exhiberet, compulit.

45 Guil. Ap. II, 446-450, p. 156, […] quia dum virtutibus eius/Invidere viri comites a plebe vocati/Qui numero bis sex fuerant, communiter illum/Morti tradendum coniuravere dolose,/Tempus ad hoc aptum fieri cum forte viderent (trad. Marguerite Mathieu, p. 157).

46 Aimé, V, 4, p. 224-226.

47 Cf. Malaterra, III, 34 (p. 78, 4-5 P.), […] seditiones quas infedilitas turbauerat « les rébellions que l’infidélité avait soulevées ».

48 Malaterra, III, 36 (p. 78, 23-28 P.), Et iamdudum, consilio prauorum sibi adhaerentium iuuenum tacito sub pectore uersus patrem insurgendi conspirationem uersans, hic, discedente patre, locum suae prauae dispositionis, ut sibi uidebatur, nactus, plures callide circumueniendo, fidem illorum, necdum negotio aperto, astu extrahit, ut quaecumque ipse prior inciperet ipsi complices in perficiendo persisterent. Talibus ita deceptis tandem dolum diu dispositum aperit ; cum quibusdam displicuerit, pluribus placet.

49 Malaterra, III, 36 (p. 79, 7 P.), […] territo filio, de cetero pro libitu suo, ut decuit, usus est.

50 Ibid., […] nam disciplina et rigor iustitiae cum pace communionem habent, Psalmista attestante, qui ait : « Misericordia et ueritas obuiauerunt sibi, iustitia et pax osculatae sunt » [Ps. 84, 11]. Sic enim misericordia sectanda est ut iustitia remissior ultra quam decet non sit, ne uitia nimium inolescant. Vnde et prouidus pater, ut sapiens medicus agens, ipsum filium ut a prauitate compesceret tanto rigore territum attriuit.

51 Malaterra, IV, 16 (p. 94, 24-26 P.), Comes super iis quae fecerat eum penitere uidens, ut semper pii cordis, omnia condonauit, excepto quod – quasi pro disciplina potius quam ambitione – mille aureos solidos de suo accepit, ut eum a tali praesumptione ulterius coerceat.

52 Malaterra, IV, 4 (p. 87, 15 P.), […] ambitione ducatus ; IV, 10 (p. 91, 4-5 P.), ambitione nanciscendarum […] urbium auidus.

53 Malaterra, IV, 4 (p. 87, 15-16 P.), […] urbem quae Oriae dicitur traditione ciuium adeptus erat. Et de même, Mihera en IV, 9 (p. 90, 34-35 P.), Mihera […] castrum, quod Maia dicitur, traditione ciuium sibi usurpans. Malaterra, IV, 10 (p. 91, 5 P.), Bohémond s’allie encore avec les habitants de Cosenza, qui trahissent le duc : cum Cusentinis secreto de traditione urbis agit.

54 Malaterra, IV, 20 (p. 99, 14-16 P.), […] ueritus etiam ne […] pictis uerbis fraudem occultans, in posterum contra nepote, ambitione captus aliquid fraudis machinaretur.

55 Malaterra, IV, 21 (p. 99, 20 P.), […] summa cupiditate correptus, turpi illectus auaritia.

56 Malaterra, IV, 21 (p. 99, 32-33 P.), […] impudenti fronte fraudem ostentans, eandem urbem pro posse muniens, contra ipsum ducem, si forte impugnare attentaret, armauit.

57 Ainsi, sa participation à l’expédition sicilienne est motivée par son désir d’avoir sa part du butin (Malaterra, II, 36, p. 46, 26 P., […] uolens expers esse quaestus), de même qu’il se dote d’un faux Michel VII pour légitimer sa conquête des terres byzantines (cf. III, 13, p. 65, 10-11 P.).

58 Malaterra, III, 24 (p. 71, 16-21 P.), […] festinus cum omni classe transfretare accelerat, pluribus ex remanentibus amicis, quibus Apuliam Calabriamque procuratum delegauerat, timore eum et qui cum ipso abibant amittendi, usque ad ipsa lachrimarum indicia quas affectus pietatis exprimebat dolentibus, quibusdam uero ex his qui cum ipso proficiscebantur, timore tam horribili ad quod intendebant incoeptus – ac si febrium tipo grauarentur –, uultibus demissis trementibus : « le duc dans son empressement hâte la traversée avec toute sa flotte, tandis qu’un grand nombre de ses amis qui restaient, à qui il avait confié l’administration de l’Apulie et de la Calabre, craignant de le perdre lui et ses compagnons, étaient affligés au point de le laisser paraître par les larmes que l’affection leur arrachait ; certains, en revanche, parmi ceux qui partaient avec lui, saisis d’une crainte si affreuse à l’idée de l’entreprise dans laquelle ils s’engageaient, tremblaient, tête baissée – comme s’ils étaient accablés par une sorte de fièvre ».

59 Salluste, Catilina, Alfred Ernout (éd.), édition revue par Joseph Hellegouarc’h, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1994, V, 3-4, p. 58-59.

60 Malaterra, I, 17 (p. 18, 1 P.), […] gaudentes quasi de triumpho.

61 Malaterra mentionne en particulier un vol de chevaux à Melfi, I, 25 (p. 20, 26-28 P.).

62 Malaterra, I, 19 (p. 19, 9-12 P.).

63 Malaterra, II, 42 (p. 50, 20-22 P.).

64 Malaterra, II, 11 (p. 32, 30-31, 2 P.).

65 Malaterra, III, 10 (p. 62, 19-25 P.), Sed quia animus principis dolore generi interfecti ad mentis debilitationem paene infectus nisi maiori uindicta sanari minime poterat, ampliorem uindictam expetens, usque ad prouinciam Notensem profectus, ita omnia exterminauit ut etiam ipsas messes – tempus enim triturae instabat –, quia asportari non poterant, penitus igni combusserit. Quod etiam passim per diuersa Siciliae loca facere addens, maximam egestatem ipso anno eidem insulae incussit : Nascitur ergo fames, quia sustulit ustio panes.

66 Keneth Baxter Wolf, Making History…, chap. 6 (« Geoffrey Malaterra and the Normans », p. 143-171).

67 Ibid., p. 162.

68 Malaterra, III, 11 (p. 63, 17-19 P.), […] nostri coeperunt, ut in tali gente assolet, auiditate eam, si aliquo astu queant, adipiscendi agitari.

69 Malaterra, II, 38-39 (p. 48, 6-12 P.), Filiis denique Tancredi naturaliter hic mos inditus fuit, ut semper dominationis auidi, prout illis uires suppeditabant, neminem terras uel possessiones habentem e proximo sibi absque aemulatione habere paterentur quin uel ab ipsis confestim subiecti deseruirentur, uel certe ipsi in sua uirtute omnia potirentur. Vnde et Robertus dux, qui prae ceteris hunc morem sibi uendicauerat, Gaufridum de Conuersano.

70 Malaterra, III, 7 (p. 60, 28-29 P.).

71 Cf. Malaterra, III, 36 (p. 78, 22-23 P.), Jourdain : […] gloriae siue dominationis appetitor ; Bohémond, IV, 24 (p. 102, 24 P.) : […] semper (Romaniam) sibi subiugare cupiens erat ; et Bohémond encore en IV, 10 (p. 91, 4-5 P.) : Boamundus, ambitione nanciscendarum – peruasione super fratrem – urbium auidus.

72 Malaterra, III, 7 (p. 60, 26-27 P.), […] quippe quem egestas, labor, minae, hostis imminens, iugis decertatio, uigiliae uel aura asperior ab incepto non deterrebant. Salluste, Catil., 5, 3 Corpus patiens inediae, algoris, uigiliae supra quam cuiquam credibile est.

73 Malaterra, I, 3 (p. 8, 22-9, 6 P.), Dei adiutorio et sua strenuitate, gradatim altioris honoris culmen scandentium. […] Diuina prouidentia […] heredes ipsos in tantum prouexit ut, sicut Abrahae repromissum est, in gentem magnam crescentes et suum imperium armis dilatantes, multarum gentium sibi colla subdiderunt.

74 Cf. Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, Manfredi Editore, 1970 ; « Il Gran Conte e la sede apostolica », in Ruggero il Gran conte e l’Inizio dello stato normanno. Atti delle seconde giornate normanno-sveve (Bari, 1975), Rome, Il Centro di ricerca Editore, 1977, p. 25-42 ; « L’Église et les Normands en Italie du Sud et en Sicile », in Les Normands en Méditerranée dans le sillage de Tancrède (Actes du colloque de Cerisy-La-Salle, 24-27 septembre 1992), Pierre Bouet et François Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1994, p. 171-178 ; L’Apostolica Legazia e altri studi su Stato e Chiesa, Messine, Sicania, 1991 ; « La politique des Normands face à la pluralité des religions », in De la Normandie à la Sicile : réalités, représentations, mythes (Actes du colloque tenu aux archives départementales de la Manche, 17-19 octobre 2002), Mariella Colin et Marie-Agnès Lucas-Avenel (dir.), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2004, p. 111-119.

75 Keneth Baxter Wolf, Making History…, p. 155.

76 Cf. Marie-Agnès Lucas-Avenel, « Les populations de Sicile et les conquérants normands vus par Geoffroi Malaterra », in De la Normandie à la Sicile…, p. 60-63.

77 Ainsi en IV, 6 (p. 88, 4 P.), après la prise d’Agrigente et de dix autres places, Roger obtient la victoire Dei miseratione ; en IV, 7 (p. 88, 30 P.), le comte sait que c’est grâce à Dieu qu’il détient toute la Sicile à l’exception de Butera et de Noto (ob propitiationem Dei). Aussi ne veut-il pas se montrer ingrat d’un si grand bienfait (ne ingratus tanti beneficii sibi a Deo collati existeret). En IV, 15 (p. 94, 1-2 P.), après la prise de Noto, toute la Sicile est pacifiée, et Malaterra emploie à nouveau les mêmes termes : […] collati sibi a Deo beneficii non ingratus existens.

78 Malaterra, IV, 15 (p. 94, 2-7 P.), Deo coepit sese deuotum existere ; et quanto ampliori honore terreno se a Deo prouectum cognoscebat, tanto ampliori studio agebat ut in perfectae humilitatis statu persistens gressum mentis figat. Militibus itaque suis, quorum auxilio tanti honoris culmen adeptus fuerat, gratias cum omni mansuetudine referens, quibusdam terris et largis possessionibus, quibusdam uero aliis diuersis praemiis, laboris sui sudores recompensat.

79 Malaterra, II, 25, extrait cité note 39.

80 Cf. Serge Lancel, Saint Augustin, Paris, Fayard, 1999, p. 569-571, à propos de la Cité de Dieu, XIX, 13-15.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540