Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Épistolaire au féminin

 | 
Brigitte Diaz
, 
Jürgen Siess

Notes sur les Auteurs

Texte intégral

1Bruno Blanckeman est professeur de littérature contemporaine à l’Université Rennes II Haute Bretagne. Ses publications portent sur la littérature française des années 1968 à aujourd’hui. Il est l’auteur de deux essais – Les Récits indécidables : Jean Échenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard (Lille, Presses du Septentrion, 2000) ; Les Fictions singulières (Paris, Prétexte Éditeur, 2002 – nouvelle édition, printemps 2004) et il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont Le Roman français aujourd’hui : mythologies, perceptions, transformations (en collaboration avec Jean-Christophe Millois, Prétexte Éditeur, 2004), Lectures de Michel Leiris, L’Âge d’homme, (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004), Le Roman français au tournant du vingt-et-unième siècle (en collaboration avec Marc Dambre et Aline Mura-Brunel, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004).

2Françoise Bonali-Fiquet enseigne la littérature française à l’Université de Parme. Seiziémiste de formation, elle s’est intéressée à la littérature protestante, éditant en particulier l’œuvre d’Antoine de Chandieu, Octonaires sur la Vanité et Inconstance du Monde (Genève, Droz, 1979) et les Lettres à Monsieur et Mme de Falais de Jean Calvin (Genève, Droz, 1991). Elle est l’auteur de diverses études sur Marguerite Yourcenar (Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Essai de bibliographie chronologique (1922-1994), Tours, SIEY, 1994 ; Marguerite Yourcenar. Fragments d’un Album italien, Parme, Battei, 1999) ; Marguerite Yourcenar. L’infanzia ritrovata, Parme, Battei, 2004), et la co-éditrice de Marguerite Yourcenar essayiste. Parcours, méthodes et finalités d’une écriture critique (Tours, SIEY, 2000). Elle fait partie du comité de rédaction du Bulletin annuel de la Société Internationale d’Études Your-cenariennes, qui a son siège social à l’Université de Clermont-Ferrand depuis 2004.

3Marc Buffat est secrétaire général de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire). Il enseigne à l’Université Denis Diderot-Paris VII et il est spécialiste de littérature française du XVIIIe siècle. Dans le champ de l’épistolaire, il a publié des travaux sur les correspondances de Diderot (notamment les Lettres à Sophie Volland) de Rousseau et de Sade. Il a édité les Lettres à sa femme de Sade (Arles, Actes-Sud, Babel) et la Lettre à d’Alembert sur les spectacles de Rousseau (Paris, Garnier-Flammarion).

4Marianne Charrier-Vozel est maître de conférences à l’Université de Rennes. Elle est membre du Comité de rédaction de la Revue de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire). Elle a publié de nombreux travaux sur Mme Riccoboni, l’écriture épistolaire, les Secrétaires à l’Âge Classique, l’écriture des femmes.

5Claude Coste est professeur de littérature à l’université Grenoble III – Stendhal. Spécialiste de Roland Barthes, il a publié Roland Barthes moraliste (Lille, Presses du Septentrion, 1998) ; il a également établi, annoté et présenté le cours de Roland Barthes au Collège de France : Comment vivre ensemble (Paris, Seuil – IMEC, 2002). Spécialiste des rapports entre littérature et musique, il a co-édité, avec Jean-Louis Backès et Danièle Pistone, Littérature et Musique dans la France contemporaine (Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2001), et il a publié Les Malheurs d’Orphée, musique et littérature au XXe siècle (Paris, Éditions L’Improviste, 2003).

6Benedetta Craveri est professeur à l’université de Tuscia à Viterbe. Elle est spécialiste de la civilisation française des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est l’auteur de Mme du Deffand et son monde (Paris, Seuil, 1987) et de L’Âge de la conversation (Paris, Gallimard, 2002).

7Cécile Dauphin est historienne (CNRS) au Centre de recherches historiques – EHESS. Elle travaille dans deux domaines principaux : histoire sociale des pratiques d’écriture et histoire des femmes et du genre (France, XIXe siècle). Elle a publié Prête-moi ta plume, les manuels épistolaires au XIXe siècle, Paris, Kimé, 2000. Elle a écrit avec D. Poublan et P. Lebrun-Pézerat : Ces bonnes lettres, Paris, Albin Michel, 1995, et, avec A. Farge (dir.) Séduction et Sociétés, Paris, Seuil, 2001.

8Brigitte Diaz est professeur de littérature à l’Université de Caen Basse-Normandie. Spécialiste de la littérature du XIXe siècle, elle a publié plusieurs ouvrages sur les formes et les fonctions des correspondances au XIXe siècle : L’épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF, 2002 ; Stendhal en sa correspondance ou l’Histoire d’un esprit, Champion, 2003. Elle a publié de nombreux articles sur George Sand et sa correspondance, et a dirigé le colloque international de Cerisy-la-Salle sur George Sand en 2004, dont elle publie les actes (2005). Elle est actuellement présidente de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire).

9Geneviève Haroche-Bouzinac est professeur de littérature française à l’Université d’Orléans. Elle est l’auteur de Voltaire en ses lettres de jeunesse (Klincksieck, 1992). Directrice de la Revue de l’AIRE, elle a publié de nombreux articles sur la lettre et la théorie épistolaire à l’âge classique. Elle est notamment l’auteur de L’Épistolaire (Paris, Hachette Supérieur, 1995).

10Dina Haruvi est spécialiste d’études féminines et de littérature contemporaine. Elle enseigne la littérature française à l’Université de Tel-Aviv. Elle a consacré sa thèse de doctorat à : « L’émergence d’une avant-garde féministe et sa consécration au Québec : La Barre du Jour/La Nouvelle Barre du Jour de 1975 à 1985 » (Montréal, Fides). Auteur de nombreux articles, parmi lesquels « L’avant-garde féministe québécoise », Écriture de soi et argumentation, (Caen, Presses universitaires de Caen, 2000) et « À la recherche d’une fil(l)iation », Revue des sciences humaines (à paraître).

11Anna Jaubert est professeur de langue française et de stylistique à l’Université de Nice. Membre de l’UMR 6039, Bases, Corpus, et Langage (CNRS), elle anime un groupe de recherche sur la linguistique et la pragmatique des textes littéraires. Des ouvrages illustrent sa méthode, depuis La Correspondance entre Henriette*** et J. -J. Rousseau. La subjectivité dans le discours, Genève – Paris, Slatkine – Champion, 1987, première application suivie dans le domaine français de la pragmatique à la stylistique, et La Lecture pragmatique (Paris, Hachette, 1990) jusqu’aux plus récents articles publiés dans Chronos 2000 et 2001, et des collectifs comme Pragmatique et Analyse des textes, Tel-Aviv University, 2002, ou L’analyse du discours dans les études littéraires Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004.

12Danièle Poublan est historienne au Centre de recherches historiques (École des hautes études en sciences sociales). Elle travaille sur les écritures ordinaires (histoires des familles, correspondances), l’iconographie, l’histoire des femmes (France, XIXe siècle). Elle a publié, avec C. Dauphin et P. Lebrun-Pézerat, Ces bonnes lettres, Albin Michel, 1995, et elle a participé à l’ouvrage collectif Séduction et Sociétés, C. Dauphin et A. Farge (dir.), Paris, Seuil, 2001.

13Odile Richard-Pauchet a enseigné à l’Université du Havre, puis de Besançon (IUT). Elle dispense désormais des cours de littérature du XVIIIe siècle à l’Université de Bourgogne. Spécialiste de Diderot, elle se consacre, notamment en relation avec l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire), à l’étude de correspondances du milieu du XVIIIe siècle au sens large (Lettres d’Italie du Président De Brosses, Lettres de Diderot à Sophie Volland, correspondance de Rousseau…). Elle prépare une nouvelle édition des Lettres d’Italie du Président De Brosses sous la direction de Sylviane Leoni. Elle s’intéresse également aux formes d’écriture épistolaire contemporaine (courrier électronique).

14Jürgen Siess, spécialiste de littérature comparée, a enseigné à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il est l’auteur de nombreuses publications sur l’épistolaire, sur la communication interculturelle et sur le théâtre (XVIIIe et XIXe siècles), entre autres, Rilke – Images de la ville, figures de l’artiste, Paris, Champion 2000 ; La double adresse (co-direction avec Gisèle Valency, Paris, L’Harmattan, 2002) ; « The Actor’s Body and Institutional Tensions », Drawing on Beckett, Linda Ben-Zvi (dir.), Tel Aviv, Assaph Books, 2003). À paraître : Penser l’ère nouvelle (co-direction avec Ulrich Mölk) et Le rapport de places dans le discours épistolaire (co-direction avec Séverine Hutin).

15Françoise Simonet-Tenant, est maître de conférences à l’Université Paris XIII, membre du groupe « Genèse et autobiographie » de l’ITEM/CNRS. Axes de recherches : écritures intimes (diaristique et épistolaire) et écritures féminines. Elle a édité la correspondance Catherine Pozzi et Jean Paulhan 1926-1934 (Claire Paulhan, 1999). Elle a publié Le Journal intime (Paris, Nathan, « 128 », 2001). Cet ouvrage a été réédité dans une version augmentée aux Éditions Téraèdre (2004).

16Suzan van Dijk enseigne à l’Instituut Huizenga d’Amsterdam. Elle s’intéresse à la réception des femmes écrivains des XVIIIe et XIXe siècles. Elle participe régulièrement aux travaux de la SATOR et elle a notamment collaboré dans ce cadre à la recherche collective : « Les écrivains femmes et leurs publics » travaillant plus spécialement sur la question d’une éventuelle spécificité de l’écriture féminine.

17Roxana Verona est professeur de littérature française à Dartmouth College, aux États-Unis. Elle a publié un livre sur Sainte-Beuve et les femmes de lettres de l’Ancien Régime (Les salons de Sainte-Beuve : le critique et ses muses, Paris, Champion, 1999). Elle prépare un livre sur les relations culturelles franco-roumaines.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540