Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Épistolaire au féminin

 | 
Brigitte Diaz
, 
Jürgen Siess

La médiation épistolaire – Lettres et Littérature

Madame du Deffand et Madame de Sévigné : les enjeux d’un modèle

Benedetta Craveri

Texte intégral

  • 1 Cité par le Marquis de Sainte-Aulaire, dans sa préface à la Correspondance complète de Mme du Deffa (...)

1En 1725, alors que la première édition des lettres de Mme de Sévigné à sa fille voyait le jour, Mme du Deffand – qui était née en 1696, l’année même de la mort de la marquise – venait d’avoir trente ans et essayait de faire oublier le souvenir d’une jeunesse remplie de scandales, baignant dans le climat de libertinage de la Régence. Le quatrain galant que son ami et contemporain Voltaire lui adressait au mois de janvier de cette même année – Qui vous voit et qui vous entend / Perd bientôt sa philosophie ; / Et tout sage avec du Deffand / Voudrait en fou passer sa vie1 – montrait, il est vrai, que la séduction féminine de la jeune marquise se fondait autant sur la beauté que sur l’intelligence. Rien cependant ne pouvait laisser présager que, rivalisant avec l’art épistolaire de Mme de Sévigné, elle était destinée à devenir la plus grande épistolière de son siècle.

  • 2 Lettres choisies de Mme la marquise de Sévigné à Mme de Grignan sa fille qui contiennent beaucoup d (...)
  • 3 Lettres de Marie Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, à Mme la comtesse de Grignan sa fille, Rouen (...)
  • 4 R. Duchêne, Naissance d’un écrivain. Mme de Sévigné, Paris, Fayard, 1996, p. 272.

2Nous ne savons pas dans laquelle des deux premières éditions de la Correspondance Mme du Deffand avait découvert Mme de Sévigné – celle de 17252 ou les deux autres3, qui s’étaient succédé l’année suivante –, des éditions qui, malgré des infidélités et des imprécisions sont, comme l’écrit Roger Duchêne, celles « qui ont enfin révélé au public les lettres de Mme de Sévigné à Mme de Grignan et qui les ont d’emblée posées comme le chef-d’œuvre d’un art épistolaire nouveau »4. Il est en revanche fort improbable que la marquise ait ignoré la nouvelle édition en six volumes des lettres de Mme de Sévigné (édition autorisée par la famille et considérablement augmentée qui comprenait six cent quatorze lettres au total) dont le texte avait été établi par Denis Marius Perrin, et publiée par l’éditeur Rollin en 1734-1737. À cette époque Mme du Deffand, encouragée par sa relation sentimentale avec le président Hénault, homme riche, cultivé et respecté, avait entrepris sa métamorphose en femme d’esprit : elle était l’hôte assidue de la cour de Sceaux, elle fréquentait le salon de Mme de Lambert et le clan puissant des Brancas, elle recevait elle-même ses amis les plus intimes dans son petit appartement de la rue de Beaune et retrouvait, de cercle en cercle, la même curiosité pour l’actualité culturelle, le même intérêt pour les nouveautés littéraires typiques de la culture mondaine du temps.

  • 5 Voir la lettre de Mme du Deffand à Horace Walpole, 17 mars 1776, in Horace Walpole’s Correspondence (...)

3Nous savons avec certitude5, encore qu’il ne figure pas parmi les livres mentionnés dans l’inventaire notarié rédigé après sa mort, que la marquise possédait le Recueil des lettres de Mme la marquise de Sévigné à Mme la comtesse de Grignan, sa fille, l’édition en 8 volumes de 1754, du même éditeur Perrin, qui comptait sept cent soixante-douze lettres. C’est à cette édition, destinée à faire oublier les précédentes, que Mme du Deffand se réfère dans sa correspondance avec Horace Walpole.

  • 6 Président Hénault, Mémoires du Président Hénault écrits par lui-même, recueillis et mis en ordre pa (...)

4En 1754, Mme du Deffand, qui approchait de la soixantaine, était depuis longtemps considérée comme une institution du beau monde parisien et son salon du Couvent Saint-Joseph était un lieu prisé par les aristocrates et les gens de lettres, bien qu’à cette époque la marquise, souffrant d’une grave maladie des yeux, eût déjà complètement perdu la vue. Ce n’est pas dans la correspondance de cette période, mais dans les Mémoires que son ancien amant, le président Hénault, s’apprêtait à écrire, que nous trouvons pour la première fois le nom de la marquise associé à celui de Mme de Sévigné. Dans le portrait qu’il fait de Mme du Deffand, après avoir rappelé son charisme – malgré une fortune médiocre, elle avait « rassemblé » chez elle « la meilleure compagnie et la plus brillante, et tout s’y assujettissait à elle » – ; après avoir énuméré, véritable décalogue des valeurs de l’esthétique mondaine, les qualités auxquelles Mme du Deffand devait son succès – « l’esprit juste, une imagination agréable, une gaieté qui la rajeunissait… l’esprit orné, et ne faisant trophée de rien » – ; après avoir noté que sa cécité n’avait entamé en rien l’à-propos légendaire de sa conversation, le président Hénault ajoutait : « Il serait bien à souhaiter que ce qu’elle a écrit ne fût pas perdu : Mme de Sévigné ne serait pas la seule à citer6. »

  • 7 Voir les Mémoires de Mme de Staal-Delaunay, Paris, Mercure de France, 1970, p. 220.
  • 8 Voir Horace Walpole’s Correspondence…, vol. VI, p. 48-116.

5Évoquait-il Mme de Sévigné comme modèle suprême de l’art épistolaire ou plus simplement comme la femme qui avait excellé dans l’art de l’écriture ? Et à quelle production littéraire de Mme du Deffand faisait-il allusion ? Le président pensait sans doute à la galerie des portraits d’amis ou de connaissances que la marquise avait rédigés au fil des années. Le jeu des portraits, passe-temps favori du beau monde, avait été lancé un siècle plus tôt par Mlle de Montpensier et avait continué à être à la mode même au siècle suivant. C’était un jeu pour virtuoses du paraître mondain qui exigeait finesse, esprit d’observation, pénétration psychologique, précision linguistique et qui visait à amuser, aduler ou dénigrer avec une égale élégance. Mme du Deffand avait démontré sa maîtrise du genre depuis l’époque de Sceaux7 et les vingt-deux portraits8 qui nous sont parvenus justifient pleinement l’admiration de Hénault.

6Au nombre des écrits de la marquise qu’il convenait de sauver, le président comptait sans doute les lettres. Mais quelles lettres ? Nous pouvons être sûrs que Hénault avait été parmi les premiers à prendre acte – parfois à ses dépens – de la verve épistolaire de la marquise, comme le démontrent les missives qu’elle lui avait envoyées en 1742 de la station thermale de Forges. Mais il s’agissait toutefois d’une correspondance de caractère trop privé pour qu’il souhaitât vraiment sa publication. Hénault pensait plus sûrement à la correspondance mondaine de la marquise, une sorte de prolongement des conversations qui avaient rendu célèbre son salon. On y relève en effet de nombreuses traces de cette conversation transposée qui accompagnait depuis plus d’un siècle la vie de société : lettres échangées avec les amis et les connaissances absents, avec des lettrés célèbres, des diplomates et des visiteurs étrangers illustres, lettres écrites pour qu’on ne vous oublie pas, lettres souvent destinées à être lues à haute voix et commentées, lettres dictées par le désir d’être applaudi. Mais Mme du Deffand ne venait pas seulement confirmer brillamment cet ancien lieu commun qui reconnaissait aux femmes une particulière aptitude à briller dans le genre épistolaire ; elle pouvait se vanter d’entretenir une correspondance suivie avec le plus célèbre écrivain du siècle.

7Les premières lettres de Voltaire à la marquise que nous possédons, remontent en effet aux années 1730. Hénault les connaissait forcément car il jouait souvent le rôle de troisième interlocuteur dans leur échange épistolaire. Mais ce sera à partir des années 1750, qui marquent le début de l’exil suisse de l’écrivain, que leur correspondance deviendra régulière. Dans cette compétition entre virtuoses où le public n’était jamais oublié, où le désir de briller n’ignorait pas que le brio du rival était indispensable pour mettre en valeur le vôtre, Mme du Deffand montra d’emblée qu’elle savait tenir tête au patriarche des Lumières. Il n’est donc pas étonnant que Hénault ait souhaité que ses lettres, dont les habitués de Saint-Joseph avaient probablement eu connaissance, soient un jour publiées.

  • 9 Mme du Deffand à Voltaire, 21 mars 1769, in The Complete Works of Voltaire, Correspondence and Rela (...)
  • 10 R. Duchêne, Naissance d’un écrivain…, p. 313-314.

8L’un des thèmes récurrents de Mme du Deffand dans sa correspondance avec Voltaire était la nostalgie pour la grande littérature du siècle précédent, une nostalgie qui déplorait la décadence du goût ; pourtant la marquise ne fait allusion qu’une seule fois à Mme de Sévigné, évoquant son nom à côté de ceux de La Bruyère et de La Rochefoucauld9. Cela ne doit pas nous étonner. En premier lieu, et bien que Voltaire ait reconnu en Mme de Sévigné un « modèle de parfaite réussite épistolaire », Mme du Deffand savait les réticences que nourrissait Voltaire à son endroit10. En second lieu, parce que l’exercice d’admiration qu’était à l’époque l’imitation n’avait pas coutume de citer ses sources, même si Mme du Deffand avait été frappée et influencée par la lecture des lettres de Mme de Sévigné. Certes, s’agissant de l’esthétique de la surprise, du badinage galant, de l’art dissimulé du naturel, les points communs entre les deux épistolières sont multiples et évidents. Mais de tels caractères connotent aussi les lettres de Voltaire et, au-delà de leurs attitudes critiques, ils renvoient en dernière analyse au même archétype, à savoir la correspondance de Vincent Voiture. Seule une minutieuse analyse comparée des deux styles – un travail important qui reste à faire – pourra établir si Mme du Deffand a réellement subi l’influence de Mme de Sévigné ou si les points communs entre elles ne sont que l’effet de la continuité d’une même culture mondaine qui les avait toutes deux formées.

  • 11 Lettre de Mme du Deffand à H. Walpole, 21 avril 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, (...)
  • 12 Lettre de Mme de Sévigné à Bussy-Rabutin, 16 mai 1672, in Correspondance, R. Duchêne (éd.), Paris, (...)

9Permettez-moi de donner un seul exemple. Lorsque dans une lettre de Mme du Deffand à Walpole nous rencontrons le passage suivant : « Quand vous étiez dans les mêmes lieux que moi, je devinais ce que vous pensiez, vous saviez ce que je pensais, et nous ne tardions pas à nous le dire »11, comment ne pas penser à une lettre écrite presque cent ans plus tôt par Mme de Sévigné à Bussy-Rabutin dans laquelle elle dit : « Vous savez bien, Monsieur le comte, qu’autrefois nous avions le don de nous entendre avant que d’avoir parlé. L’un de nous répondait fort bien à ce que l’autre avait envie de dire ; et si nous n’eussions point voulu nous donner le plaisir de prononcer assez facilement des paroles, notre intelligence aurait quasi fait tous les frais de la conversation »12 ? Le rapport privilégié que les deux marquises suggéraient avec une telle étonnante similitude, c’est-à-dire la joie de se comprendre à demi-mots et de se savoir anticipés, n’était-il pas justement la réussite suprême d’un art de la conversation qui était au cœur de la culture mondaine et demeurait inchangé de génération en génération ? Il faut enfin rappeler que, sur le plan plus général de la comparaison stylistique entre les deux auteurs, le caractère et le ton de l’échange épistolaire entre Mme du Deffand et Voltaire n’obéissent pas à une pulsion des affects et de l’imagination, comme chez Mme de Sévigné, mais à un jeu lucide des idées, à la passion commune, typique de leur siècle, pour le pur exercice de l’intelligence. Ce fut Voltaire qui le premier donna cette orientation à leur dialogue épistolaire. Dans une lettre du 18 mars 1736, le philosophe avait incité la marquise à prendre acte de sa vocation intellectuelle, sans se soucier des bienséances qui imposaient aux femmes de dissimuler leur savoir, par cette phrase magnifique :

  • 13 Voltaire à Mme du Deffand, 18 mars 1736, in Voltaire’s Correspondence, vol. III, p. 396.

Ce qui est beau et lumineux est votre élément. Ne craignez pas de faire la disserteuse. Ne rougissez point de joindre aux grâces de votre personne la force de votre esprit. Faites des nœuds avec les autres femmes, mais parlez-moi raison13.

  • 14 Mme du Deffand à H. Walpole, 21 juin 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 82.

10Comme il ressort de leur admirable correspondance, Mme du Deffand allait effectivement relever le défi. Contrairement à ce qui s’était passé avec les lettres de Mme du Deffand à Voltaire, Hénault ne connaîtra pas celles qui devaient constituer l’autre face de la correspondance de Mme du Deffand, à savoir l’échange qu’elle aura, à partir de 1766, avec Horace Walpole. Non seulement parce dans ces années-là l’esprit du président se brouillait et laissait prévoir une mort prochaine, mais parce cet échange épistolaire était infiniment plus intime que celui qu’ils avaient eu au temps de leur jeunesse. C’est dans le sillage de l’excentrique gentilhomme anglais qui était venu à Paris à l’automne 1765 pour un séjour de six mois, que Mme de Sévigné fit irruption dans la correspondance de Mme du Deffand et s’y installa comme une divinité tutélaire. « Il faudra dater nos lettres de l’ère de Mme de Sévigné »14, écrivait-elle à Walpole au début de leur échange. En effet, Horace Walpole vouait un véritable culte à Mme de Sévigné et c’est sans doute en espérant trouver en Mme du Deffand une émule digne de la marquise qu’il avait entrepris avec elle une correspondance suivie.

11Depuis les années 1740, Walpole nourrissait l’ambition de faire la chronique de son siècle à travers un grand recueil de lettres à plusieurs voix, choisissant avec soin ses correspondants. Chacun d’eux devait, soit partager ses goûts, soit être propre à illustrer les traits de son époque dont il voulait laisser la mémoire à ses descendants : les anecdotes mondaines et sociales, le théâtre, l’art, la littérature, la science des antiquités, ainsi de suite. Il lui manquait pourtant un correspondant de Paris – considérée alors comme la capitale intellectuelle et mondaine de l’Europe – dont tout le monde voulait connaître les dernières nouveautés, à commencer par une quinzaine de princes et de têtes couronnées qui s’étaient associés pour avoir une correspondance littéraire à leur usage exclusif. Lors de son séjour parisien, il s’aperçut très vite que personne ne pouvait mieux remplir ce rôle que la vieille dame aveugle qui, du fond de son « tonneau », suivait avec un esprit critique zélé toutes les choses notables qui se passaient en France dans le domaine de la mondanité, de la littérature, de la politique. La première description de Mme du Deffand qu’il envoya à son ami Thomas Gray était le portrait parfait de son correspondant idéal :

[She] is now very old and stone blind, but retains all her vivacity, wit, memory, judgment, passions and agreeableness. She goes to operas, plays, suppers, and Versailles ; gives suppers twice a week ; has everything new read to her, makes new songs and epigrams, ay, admirably, and remembers every one that has been made these fourscore years.

12Mises à part la cécité et la vieillesse, n’est-ce pas justement l’ensemble de ces caractères qui a fait de la correspondance de Mme de Sévigné un document irremplaçable pour la connaissance de la société du Grand Siècle ? Walpole savait la part qu’a le style de la narratrice dans l’efficacité et la séduction de ses lettres, et les informations qu’il avait rassemblées sur Mme du Deffand, comme il prenait soin de le préciser à Thomas Gray, pouvaient garantir la qualité de l’écriture :

  • 15 H. Walpole à T. Gray, 25 janvier 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. XIII et XIV, p. 15 (...)

She corresponds with Voltaire, dictates charming letters to him, contradicts him, is not bigot to him or anybody, and loughs both at the clergy and the philosophers15.

13Trois mois plus tard, quand Walpole rentra à Londres, la correspondance entre l’aristocrate dilettante anglais aux goûts excentriques qui avait lancé dans son pays la mode du gotic revival et la vieille dame qui s’érigeait en gardienne du goût classique français, prenait naissance sous les meilleurs auspices, apparemment. Cette correspondance allait se poursuivre pendant presque quinze ans, jusqu’à la mort de Mme du Deffand en 1780. Elle compte environ 1 700 lettres dont 995 sont parvenues jusqu’à nous. Parmi celles-ci, 840 sont de Mme du Deffand, 100 de Walpole – le plus souvent des fragments –, 14 du secrétaire de la marquise ; 700 lettres de Walpole ont été détruites selon la volonté de leur auteur. Une correspondance nourrie de profondes connivences puisque l’un des fils conducteurs de cet énorme flot de missives était justement l’intérêt que les deux correspondants portaient à l’écriture épistolaire. Et cela au moment même où – à partir des années 1750 – cette écriture révélait la noblesse de ses ascendants littéraires et la variété de ses choix stylistiques au fur et à mesure que les grandes correspondances et les mémoires du siècle précédent voyaient le jour. Une correspondance, enfin, qui naissait sous le signe de Mme de Sévigné comme on pouvait le prévoir.

14Le 2 avril, vingt jours avant son départ, Walpole avait fait un pèlerinage à Livry où Mme de Sévigné avait séjourné si fréquemment et, pour complaire à leur hôte anglais, les habitués du salon de Saint-Joseph avaient longuement disserté sur le degré de ressemblance de divers portraits de la grande marquise. Mme du Deffand, quant à elle, savait pertinemment à quel modèle épistolaire ses missives allaient être comparées.

15Dès sa deuxième lettre à Walpole, la marquise ne fait pas mystère de l’inquiétude que suscite en elle cette attente tacite :

  • 16 Mme du Deffand à H. Walpole, 21 avril 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 7.

C’est que je ne suis pas encore à mon aise en vous écrivant ; vous êtes si affolé de cette sainte de Livry que cela me bride l’imagination ; non pas que je prétende à lui être comparée, mais je me persuade que votre passion pour elle vous fait paraître sot et plat tout ce qui ne lui ressemble pas16.

16C’est la première fois, à notre connaissance, que Mme du Deffand cite le nom de Mme de Sévigné (la « sainte de Livry »), mais elle ne le fait, à mon avis, que pour prendre ses distances. À part la déclaration convenue de modestie, ce qu’elle redoutait c’était moins la confrontation avec la grande épistolière que l’obsession maniaque de Walpole pour un modèle exclusif auquel il fallait se plier pour trouver grâce à ses yeux. Habituée à être elle-même, la marquise avait de bonnes raisons pour ne pas vouloir changer d’attitude. Voyons ces raisons.

17Comme l’atteste la correspondance de Mme de Sévigné, l’esthétique qui depuis plus de cent ans présidait à la lettre mondaine était celle du naturel, de l’improvisation qui, par définition, refusait les modèles. La seule école où il convenait de se former était celle de la conversation et, de ce point de vue, nous savons que Mme du Deffand n’avait rien à apprendre. Depuis plus de trente ans, la personnalité et le talent de la marquise dans ce domaine faisaient l’admiration de la société mondaine la plus exigeante d’Europe. C’était précisément son originalité et sa singularité qui la distinguaient d’une foule de virtuoses de la parole qui alimentaient, à travers le rite de la conversation, la flamme de la sociabilité française. Le témoignage du marquis de Châtel est explicite. Il écrit à la marquise en 1742 :

  • 17 Le marquis du Châtel à Mme du Deffand, 1742 env., in Correspondance complète de la marquise du Deff (...)

Vous êtes faite pour attraper la nature du premier bond, aussi propre qu’elle à créer ; vous n’entendez rien à imiter. S’il était question de faire et d’exécuter des comédies sur-le-champ, ce serait à vous qu’il faudrait aller. J’ai souvent éprouvé ce plaisir au coin de votre feu : là vous êtes admirable. Que de variétés, que d’oppositions dans le sentiment, dans le caractère et dans la façon de penser ! Que de naïveté, de force et de justesse, même en vous égarant ! Rien n’y manque, il y a de quoi en devenir fou de plaisir, d’impatience, d’admiration17.

18Si Mme du Deffand connaissait ses talents pour la conversation, elle ne pouvait douter de ses dons d’épistolière. Sa longue correspondance avec Voltaire, la considération que le philosophe lui témoignait n’étaient-ils pas la preuve évidente que ses qualités avaient résisté à l’épreuve de l’écriture ? Et l’intérêt que lui avait manifesté Walpole en devenant un habitué de son salon et en envisageant de correspondre avec elle ne laissait-il pas supposer qu’il n’ignorait pas ses atouts ?

19Forte de ces considérations, et sans savoir encore quel pli prendrait sa correspondance avec Walpole, Mme du Deffand déclarait fièrement qu’elle se sentait menacée dans la faculté même qui, selon elle, déterminait le bonheur de l’expression, à savoir l’imagination. Elle va très vite renoncer à la revendiquer, du moins explicitement. Son correspondant la soumettra à un processus d’auto-mortification tellement implacable, la contraindra à une telle autocensure, que son imagination va peu à peu s’engourdir. Walpole subira à son tour les conséquences de sa politique d’intimidation, compromettant la faculté de son interlocutrice à s’intéresser vraiment à ce qu’elle était censée raconter et l’empêchant de toutes les façons de rivaliser avec la « sainte de Livry ». D’où cette constatation amère :

  • 18 Mme du Deffand à H. Walpole, 12 novembre 1777, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. IV, p. 491

Malheureusement je ne ressemble en rien à Mme de Sévigné, je ne suis point affectée des choses qui ne me font rien ; tout l’intéressait, tout réchauffait son imagination. La mienne est à la glace18.

20Ce n’est point ici le lieu de nous interroger sur la véritable nature de l’amitié entre les deux correspondants ou de retracer la longue série d’équivoques, de drames, de récriminations qui allaient les soumettre tous deux à rude épreuve, sans pour autant les inciter à interrompre, une fois pour toutes, leur relation. Remarquons simplement que, dès les premières lettres, les attentes de Mme du Deffand et de Walpole apparaissent tristement divergentes.

  • 19 Mme du Deffand à H. Walpole, 19 avril 1766, ibid., vol. I, p. 3.

21La marquise avait trouvé sa raison d’être chez cet Anglais de vingt ans plus jeune qu’elle, excentrique, réservé, anxieux, qui ne voulait pas s’exposer aux risques de la vie et se retranchait derrière son personnage d’aristocrate dilettante. Le sentiment qu’elle éprouvait pour lui avait bouleversé son existence et c’est cette « récompense »19 tardive qu’elle voulait célébrer à chaque page de leur correspondance. Walpole, de son côté, avait de l’attachement et de l’admiration pour la vieille dame, il espérait légitimement obtenir d’elle des lettres qui refléteraient le ton de la conversation de son salon, mais il détestait son exaltation et ses ridicules et folles prétentions affectives. Comme c’était Walpole qui pouvait se passer de Mme du Deffand et non le contraire, c’est lui qui dictait les règles du jeu et la rappelait sans cesse à l’ordre.

22Au cours de cette épuisante guerre défensive, humiliée dans son orgueil, rappelée brutalement à ses devoirs de chroniqueur, Mme du Deffand découvrit que Mme de Sévigné pouvait être une alliée potentielle et modifia son attitude première à son égard. Le problème de la confrontation demeurait, mais Mme du Deffand apprit à l’utiliser à son avantage en élaborant une stratégie subtile et complexe. Mme de Sévigné devenait pour elle la divinité tutélaire à laquelle elle pouvait recourir pour apaiser les fureurs de Walpole. Seule la sainte de Livry pouvait en effet légitimer par son exemple les sentiments que la marquise éprouvait pour lui, lui permettant de revendiquer par personne interposée cette affectivité créatrice que son correspondant refrénait. En outre, ce constant rapprochement, volontairement joué sur le ton de l’auto-dénigrement, incitait pour la première fois Mme du Deffand à réfléchir de façon systématique à sa manière d’écrire et lui faisait prendre conscience des particularités de son style.

23Voici un exemple dans lequel elle utilise un extrait de la correspondance de Mme de Sévigné à sa fille pour exprimer de façon indirecte ce qu’elle éprouve pour Walpole. Dans la lettre du 28 juin 1766, après avoir déclaré : « C’est une maudite chose que la séparation », elle cède en effet la parole à Mme de Sévigné pour illustrer ses propres sentiments :

  • 20 Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 8 avril 1676, Mme de Sévigné, in Correspondance, vol. II, p. 262.

Je ne vous dis point si je désire de vous voir, ni combien je regrette de passer ma vie sans vous ; il semble qu’on en ait une autre où l’on réserve de savoir et de jouir de sa tendresse ; et cependant c’est notre présent et notre tout que nous dissipons, et l’on trouve la mort ; je suis touchée de cette pensée20.

  • 21 « Je pourrais vous faire une belle citation de Madame de Sévigné, mais elle vous déplairait, et j’o (...)

24S’abriter derrière les sentiments de Mme de Sévigné était certes un expédient habile, mais il ne réussit pas à déjouer longtemps les interdits de Walpole21. Mme du Deffand fut donc obligée d’élaborer une autre stratégie défensive qui se fondait, en premier lieu, sur une analyse des lettres de la grande épistolière qui l’avait précédée. Mme du Deffand était prête à reconnaître que Walpole avait cent fois raison de vouer un culte à Mme de Sévigné, toutefois, en focalisant l’attention sur ses qualités de narratrice, ne risquait-il pas de négliger un aspect tout aussi important de sa personnalité, celui de l’amour maternel ? Dans cette optique, les lettres de Mme de Sévigné à sa fille ne démontraient-elles pas à l’évidence que le langage sentimental n’était pas l’apanage des amants ? Ne justifiaient-elles pas, indirectement, l’affection qu’elle portait à Walpole ?

25Après la première crise grave entre eux, la marquise écrivait à Walpole :

  • 22 Mme du Deffand à H. Walpole, 9 juillet 1766, ibid., vol. I, p. 88.

Vivez en paix avec votre sainte. Livrez-vous tout entier à votre passion pour elle ; en conséquence, lisez et relisez ses lettres, et jugez si l’amitié ne peut faire sentir et dire des choses mille fois plus tendres que toutes les tendresses du monde22.

26Deux mois plus tard, la marquise revenait sur le sujet dans une perspective un peu différente, se demandant si c’était la supériorité de son style qui autorisait Mme de Sévigné à dire des choses qui, à elle, étaient interdites :

  • 23 Ibid., 4 septembre 1766, p. 127.

Toutes les tendresses qui vous ont si fort choqué sont beaucoup moins tendres et infiniment moins passionnées que toutes celles de votre sainte à sa fille ; mais le style de votre sainte est si divin, que tout est charmant dit par elle, et que les mêmes choses, dites par un autre sont gauches, désagréables, malsonnantes, etc.23

  • 24 Ibid., 30 septembre 1766, vol. I, p. 144.

27Et à nouveau : « J’intercède votre sainte, je la prie d’apaiser votre colère : elle vous dira qu’elle a eu des sentiments aussi criminels que moi ; qu’elle n’en était pas moins honnête femme »24.

  • 25 Lettres de Mme de S*** à M. de Pomponne, Amsterdam, [Paris], 1756.

28Walpole désirait lire les lettres de Mme de Sévigné à Pomponne sur le procès Fouquet25, publiées en 1756 dans une édition alors introuvable. Mme du Deffand, avec le zèle qu’elle mettait toujours à satisfaire les désirs de Walpole, lui fit parvenir en Angleterre une copie calligraphiée à son intention d’un exemplaire du livre trouvé dans la bibliothèque d’un ami. Elle profita de l’occasion pour lui faire remarquer la parfaite légitimité de l’amitié tendre qui unissait les deux correspondants :

  • 26 Mme du Deffand à H. Walpole, 2 décembre 1767, in Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 387.

Les lettres de Mme de Sévigné à Pomponne… sont beaucoup plus tendres que les miennes. Il y a des gens dont l’amitié a ce caractère : l’agrément du style peut sauver l’ennui de ce langage, et le faire paraître simple et naturel ; il ne choque que bien peu de personnes dans Mme de Sévigné26.

29Pas disposée le moins du monde à renier la nature de ses sentiments, Mme du Deffand se montrait prête, en revanche, à incriminer son propre style, persuadée que cette attitude d’autocritique lui fournirait des retranchements inédits et souterrains. Si Walpole trouvait ses lettres ridicules, ce devait être vrai ; elle allait donc en prendre bonne note et changer leur style :

  • 27 Ibid., 4 décembre 1767, p. 388.

Ah ! Je puis dire, avec la dernière vérité, que jamais je ne les ai crues bonnes ni amusantes… Je tâcherai d’en retrancher tout ce qui vous choque, de les rendre une simple gazette ; nos lettres, moyennant cela, deviendront des nouvelles à la main27.

  • 28 Ibid., 17 février 1768, vol. II, p. 24.
  • 29 Ibid.

30C’était ce que lui demandait Walpole depuis le début, et précisément ce qui lui faisait vénérer Mme de Sévigné. Pourtant il devait savoir, insinuait perfidement Mme du Deffand, que la préférence qu’il donnait à l’anecdote aux dépens de l’affectivité chez Mme de Sévigné, pouvait déconcerter, non seulement elle, mais une grande dame au goût infaillible telle que la duchesse de Choiseul : « Elle est étonnée, ainsi que moi, que ce qui vous a engagé à appeler Mme de Sévigné votre sainte soit la partie gazette de ses lettres ; cela est difficile à deviner28 ». Walpole aurait-il par hasard un esprit malicieux ? « Ce que je voudrais savoir c’est si vous y voyez des obscénités cachées dans ses tendresses pour sa fille, et dans ses lettres à M. de Pomponne »29.

31Style de gazette, soit, si c’était là le mot d’ordre. Mais en dépit de toute sa bonne volonté, elle ne savait « rien faire sur commande » et ne savait pas écrire sur les sujets qui ne l’intéressaient pas :

  • 30 Ibid., 10 avril 1771, vol. III, p. 63.

Il n’appartenait qu’à Mme de Sévigné de raconter des nouvelles, elle y prenait tant d’intérêt et s’exprimait avec tant de chaleur qu’il n’y avait point de gazette qu’elle n’eût rendue agréable, il s’en faut bien que je lui ressemble30.

32Mme du Deffand revient avec insistance sur deux idées fondamentales : le style exprime l’homme et pour être de quelque valeur un écrivain doit être en mesure d’exprimer librement sa personnalité. Mme de Sévigné écrivait bien parce que

  • 31 Ibid., 21 février 1772, ibid., p. 187.

tout son esprit n’était que passion, imagination et sentiment ; elle ne voyait rien avec indifférence et peignait les amours de sa jardinière avec la même chaleur qu’elle aurait peint celles de Cléopâtre et de Madame de Clèves31.

  • 32 Ibid., 8 novembre 1778, vol. V, p. 83.
  • 33 Ibid., 7 février 1772, vol. III, p. 180.
  • 34 Ibid., 23 février 1768, vol. II, p. 29.
  • 35 Ibid., 12 novembre 1777, vol. IV, p. 491.
  • 36 Ibid., 27 octobre 1766, vol. I, p. 164.

33Mme du Deffand reconnaissait qu’elle se trouvait dans la situation inverse : « Moi je suis d’une indifférence extrême pour tout ce qui arrive, un assez grand mépris pour tout ce que j’entends, nul désir de le répéter »32. « Je n’ai pas assez de gaieté pour vous dire des riens »33 ; les riens restaient pour elle des riens, et Walpole devait en conséquence se contenter de chroniques fort médiocres. « Il est malheureux pour vous que j’aie si peu de curiosité et si peu de talent pour raconter – lui avait-elle écrit non sans ironie – : ainsi ne me canoniserez-vous jamais34 ». Cela ne signifiait pas que Mme du Deffand fût dépourvue de « passion, imagination et sentiment », mais ces facultés s’étaient concentrées chez elle sur une unique personne, et celle-ci la soumettait à une censure implacable : « Vous n’aimez pas que je vous parle de moi. Je vous ennuie quand je vous communique mes pensées, mes réflexions ; vous avez raison, elles sont toujours fort tristes »35. Pourtant, comme elle l’avait écrit à Walpole en chantant les louanges de Montaigne : « Quelles sont les connaissances qu’on peut avoir, si ce n’est le je et le moi ? »36.

  • 37 Ibid., 18 janvier 1767, ibid., p. 215.
  • 38 Maxime 102.
  • 39 Mme du Deffand à H. Walpole, 11 juin 1769, in Walpole’s Correspondence…, vol. II, p. 246-47.

34De quoi parler alors ? Confrontée à la même expérience que Mme de Sévigné, mais dénuée de son talent, de son expansivité, de sa liberté d’expression, comment pouvait-elle maintenir en éveil, lettre après lettre, l’attention d’un correspondant lointain, distrait, impatient ? Comment empêcher que le fil ténu qui la reliait encore à Walpole se brise à jamais ? Mme du Deffand pouvait certes recourir à cet esprit qui l’avait rendue célèbre et lui avait valu l’intérêt de Walpole ; mais désormais elle ne voyait dans cette réputation qu’« un malheur »37, le signe d’une vie ratée. Renversant la maxime de La Rochefoucauld, « L’esprit est toujours la dupe du cœur »38, elle faisait du sentiment la voie royale de la connaissance : « Je crois qu’on a de l’esprit qu’autant qu’on a du cœur. C’est la chose qui fait tout connaître, tout démêler. Tout est de son ressort »39. Et une fois encore, ne pouvant pas parler de sa découverte tardive du sentiment, Mme du Deffand se servait d’un médiateur susceptible de captiver Walpole, celui de la littérature épistolaire, à commencer par Mme de Sévigné jusqu’aux exemples les plus récents.

  • 40 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 octobre 1769, ibid., p. 289.

Sentiment ! Ce mot vous semble ridicule ; eh bien, moi je vous soutiens que sans sentiment l’esprit n’est rien qu’une vapeur, une fumée ; j’en eus la preuve hier… On lut une douzaine de lettres du chevalier (de Boufflers) ; il y en avait de toutes sortes ; elles me parurent insupportables. Beaucoup de traits, je l’avoue, parfois naturels, mais le plus souvent recherchés, enfin fort semblables à ceux de Voiture, si ce n’est que le chevalier a plus d’esprit… Tenez…, vous avez beau déclamer contre le sentiment, il y en a plus dans vos invectives que dans tous les semblants du chevalier40.

35La correspondance de Mme du Deffand avec Walpole devait donc cheminer laborieusement sous le poids de deux hypothèques. La première, de caractère objectif, était que :

  • 41 Mme du Deffand à H. Walpole, 17 février 1773, vol. III, p. 330.

Toute lettre où l’on ne parle pas à cœur ouvert, où l’on ne dit pas tout ce qu’on pense, tout ce qu’on voit, tout ce qu’on sait, où l’on n’écrit que pour écrire, où l’on démêle de la réserve, de la contrainte, devient une lecture bien fade41.

36Mais n’était-ce pas la situation dans laquelle la marquise se trouvait vis-à-vis de Walpole ?

  • 42 Ibid., 27 juillet 1777, vol. IV, p. 463.

Quand c’est à vous que j’écris la crainte m’offusque, jamais mes lettres ne vous contentent ; il faut que j’évite tout ce qui serait susceptible de certaines interprétations, que je me rappelle les choses dont je vous ai déjà parlé, pour ne pas tomber dans des répétitions ; enfin, je ne suis point à mon aise avec vous, je vous crains42.

  • 43 Ibid., 11 juin 1769, vol. II, p. 246.
  • 44 Ibid., 11 septembre 1768, vol. II, p. 139.

37La seconde hypothèque qui pesait sur les lettres de Mme du Deffand était, au contraire, de nature personnelle ; elle dépendait du fait de « ne pouvoir écrire que ce qu’elle pensait et ce qu’elle sentait »43. Dans une telle situation, et bien que la marquise parvînt à préserver une marge de liberté d’expression grâce à l’usage savant de l’hyperbole, du paradoxe, de la parodie, les moments de découragement étaient inévitables et fréquents. Dans ces circonstances, la confrontation avec Mme de Sévigné devenait insupportable et ses lettres la « dégoûtaient » d’écrire44.

  • 45 Ibid., 22 septembre 1768, vol. II, p. 141.

38C’était alors Walpole qui se sentait obligé de réconforter sa correspondante pour éviter de la perdre en chemin : Mme de Sévigné, écrivait-il à la marquise, « ne doit pas vous décourager. Votre style est à vous comme le sien est à elle. Si vous essayiez à l’imiter, vous perdriez les grâces d’originalité et peut-être n’y réussiriez-vous pas. Enfin je vous prie d’être contente de vos lettres ; je le suis infiniment »45.

  • 46 Ibid., 30 septembre 1766, ibid., vol. I, p. 144.
  • 47 Ibid., 4 janvier 1767, vol. I, p. 199.

39Quel était donc le style de Mme du Deffand ? Quelle conscience avait-elle de ce style ? Comme nous l’avons vu, afin d’émousser l’agressivité de Walpole et en vue de l’amadouer, la marquise avait adopté la technique de l’auto-dénigrement. Bien que de divers côtés on lui ait dit le contraire, elle savait qu’elle écrivait mal46, qu’elle n’avait pas un « style original » comme celui de Walpole ou de sa sainte. Elle affirmait : « Ce que j’écris est sans feu et sans vie, mon style sent l’imitation ; s’il est assez correct, ce dont je doute fort, il est lâche et froid, je le sais bien »47. De lettre en lettre, elle ne semblait prendre conscience d’elle-même que par défaut, par aveu d’incapacité, par négations successives. Toutefois, les comparaisons fréquentes et désobligeantes avec Mme de Sévigné lui avaient enfin permis de se définir a contrario. En reconnaissant qu’elle était fondamentalement différente de la « sainte de Livry », elle finit par dresser comme un défi son irrémédiable dissemblance, affichant son désenchantement envers la vie, l’indifférence dédaigneuse qu’elle éprouvait pour ses semblables, son incapacité à raconter un monde qui l’ennuyait profondément. Il y avait, à la rigueur, une correspondante de Mme de Sévigné qui elle aussi ignorait l’enjouement et souffrait de vapeurs, et avec laquelle la marquise « trouvait beaucoup de conformité ». Cette correspondante n’était autre que Mme de la Fayette et, en se reconnaissant en elle, Mme du Deffand se consacrait elle-même comme écrivain :

  • 48 Ibid., 17 septembre 1768, vol. II, p. 144.

Mon style tient un peu de celui de Mme de la Fayette, elle ne pense point à bien dire, elle n’a point de plaisanterie de coterie, c’est une femme d’esprit, d’assez mauvaise humeur, qui n’était point aimable, mais qui n’était point caillette (l’épithète dont Voltaire avait affublé Mme de Sévigné) ; elle était triste ainsi que moi, je ne l’aurais peut-être pas aimée… mais ce que j’aime encore moins, c’est moi-même48.

  • 49 H. Walpole à Mme du Deffand, 22 septembre 1768, ibid., p. 141.
  • 50 Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 16 mars 1762, in Correspondance, vol. I, p. 459.
  • 51 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 mai 1767, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 296.

40En prenant ses distances envers Mme de Sévigné, son amour de la vie et son art de « dorer »49 le monde qui avait tellement enchanté Walpole, Mme du Deffand avait cependant méconnu l’aspect le plus secret de la personnalité de la grande épistolière, ce que Proust appellera le côté Dostoïevski de Mme de Sévigné. La marquise ne s’était pas aperçue que cette créature de lumière, qui portait en elle la vie et la gaieté, ne supportait pas l’idée de devoir un jour retourner dans les ténèbres. Elle savait bien qu’elle était plus attachée au monde qu’à Dieu, et l’angoisse de ce qui l’attendait lui faisait regretter de n’être pas morte « dans les bras de sa nourrice »50. Est-ce que Mme du Deffand, tout en n’aimant pas la vie, n’était pas tenaillée par la même terreur, par la même « grande répugnance » pour sa « propre destruction »51 ? Si, à la différence de Mme de Sévigné, la marquise n’avait pas le don de la foi, l’angoisse qu’elle ressentait et la peur de la mort s’exprimaient de la même façon.

  • 52 Ibid.

Ignorez-vous, écrivait-elle à Walpole, que je déteste la vie, que je me désole d’avoir tant vécu, et que je ne me console point d’être née ? Je ne suis point faite pour ce monde-ci ; je ne sais pas s’il y en a un autre ; en cas que celui-ci soit, quel qu’il puisse être, je le crains52.

  • 53 B. Bray, « Quelques aspects du système épistolaire de Mme de Sévigné », Revue d’Histoire littéraire (...)
  • 54 Mme du Deffand à H. Walpole, 17 mars 1772, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. III, p. 201.

41Écartelée entre passé et avenir, incapable de vivre dans le présent, rabaissée dans son besoin d’aimer, Mme du Deffand finissait par admettre l’importance qu’avait eu pour elle l’écriture. Écrire était devenu une fin en soi et plus seulement un moyen de communiquer avec Walpole. Comme l’a montré Bernard Bray53, Mme de Sévigné avait elle aussi connu une prise de conscience semblable, mais dans des conditions pratiques très différentes. La cécité ne permettait pas à Mme du Deffand de savourer ce plaisir presque physique qui avait fait le bonheur de Mme de Sévigné chaque fois qu’elle se retrouvait seule, dans le recueillement de sa chambre, laissant courir sa plume, communiant mentalement avec sa fille adorée. « J’écrirais volontiers si j’avais des yeux »54, avouait la marquise qui, elle, était obligée de dicter, de recourir à une présence étrangère et de se plier au rythme et aux modalités de l’improvisation orale. En effet, aucune autre correspondance (à l’exception de celle de Voltaire qui lui aussi dictait ses lettres) ne conserve mieux que la sienne la vivacité et la réactivité typiques de la conversation mondaine. Confrontée à la nécessité quasi quotidienne de capter l’attention d’un correspondant terriblement exigeant, la marquise avait appris à connaître ses propres capacités et ses propres limites :

  • 55 Ibid., p. 201-202.

J’ai la faculté de sentir et non celle de comprendre. Ce qui frappe mon imagination n’arrive point, ou du moins très difficilement et très rarement, à mon entendement… Je crois qu’il me serait impossible de dicter des faits… à peine puis-je dicter mes pensées. Je n’ai point le talent de raconter ; ma mémoire qui est très courte, est à la glace55.

  • 56 L. Dusit, Mme du Deffand épistolière, Genève, 1963, p. 119.
  • 57 E. Bury, « Les lieux de l’esprit mondain », in L’Esprit en France au XVIIe siècle, Paris – Seattle  (...)

42De nature éminemment intuitive, son intelligence s’abandonnait, ainsi que l’écrit Lionel Dusit, à la « spontanéité et à la vivacité de ses premiers mouvements »56 et répugnait au raisonnement abstrait, à la « lourdeur »57 de la mémoire. Mais s’agissait-il vraiment d’une marque d’infériorité comme le prétendait la marquise ? Et son éternel autodafé devant la « sainte de Livry » traduisait-il vraiment sa pensée ou n’était-il qu’une formule rhétorique de complaisance ?

  • 58 Mme du Deffand à Voltaire, 2 mai 1764, in Voltaire’s Correspondence…, vol. XXVII, p. 353.
  • 59 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 août 1778, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. IV, p. 67.
  • 60 H. Walpole à Mme du Deffand, 11 septembre 1773, vol. III, p. 397.

43Parvenue au terme de sa vie, angoissée à la perspective du grand « néant de la mort », mais ayant aussi conscience de sa propre « valeur intrinsèque », Mme du Deffand cessait d’utiliser Mme de Sévigné et Walpole comme modèles absolus de l’art épistolaire et affrontait le plus grand écrivain de son temps, celui à qui elle avait écrit, bien avant que Walpole n’entre en scène : « Il semble qu’il n’y a rien de si facile que d’écrire comme vous, et cependant personne au monde n’en approche ; il n’y a que Cicéron qui, après vous, est tout ce que j’aime le mieux58 ». Cette fois il s’agissait d’une confrontation d’égal à égal, qui révélait que la marquise était enfin assurée de posséder un talent d’épistolière qui la comblait. En 1778 elle écrivait en effet à Walpole : « J’ai relu ces jours-ci le recueil de ma correspondance avec Voltaire : toute personnalité et vanité à part, j’en ai été très contente : elle pourrait soutenir l’impression »59. La reconnaissance la plus inespérée et la plus belle lui était venue pourtant, deux ans plus tôt, de son implacable censeur, en conclusion d’une aventure tragi-comique qui avait été un des moments les plus noirs de leur relation. En juin 1766, pendant les premiers mois de leur correspondance, Mme du Deffand avait fait parvenir à Walpole à Londres, une splendide tabatière ronde d’or et d’émail, avec une miniature de Mme de Sévigné sur le couvercle. La boîte renfermait une lettre délicieuse, écrite de main féminine, envoyée des Champs-Élysées et signée Rabutin Sévigné, qui l’invitait à revenir au plus vite à Paris. La lettre avait été écrite évidemment par Mme du Deffand, mais, aussi étrange que cela puisse paraître, Walpole n’avait pas deviné aussitôt. D’où une série de quiproquos qui l’avaient rendu furieux et bien décidé à donner à Mme du Deffand une leçon mémorable. Il avait fallu à la marquise des mois de patience et de diplomatie pour réparer les dégâts provoqués par la « maudite lettre », mais son cadeau démontrait du moins qu’elle connaissait mieux que quiconque les penchants de son correspondant. Sept ans plus tard, faisant l’éloge du goût du Grand Siècle que la France contemporaine avait perdu, Walpole lui écrivait : « Vous en avez tâté du meilleur ; vous en avez été, la lettre des Champs-Élysées en fait foi. Je viens de l’imprimer dans un catalogue raisonné que j’ai fait de ma collection »60.

44En effet, dans la description qu’il venait d’achever de sa maison de Strawberry, dernière étape de sa passion de collectionneur, Walpole donnait à la tabatière et à la lettre de Mme du Deffand plus d’espace qu’à tous les autres trésors rassemblés au cours de sa vie. Dans la préface du catalogue il publiait la lettre in extenso et l’annonçait en ces termes :

  • 61 A Description of the Villa of Mr Horace Walpole, at Strawberry-Hill, near Twickenham, Strawberry-Hi (...)

To those who have still more taste than consists in mere sight, the catalogue itself will convey satisfaction, by containing a copy of Madame du Deffand’s letter in the name of Madame de Sévigné ; not written in imitation of that model of letter-writers, but composed of more delicacy of thought and more elegance of expression than perhaps Madame de Sévigné herself could have attained. The two ladies ought not to be compared – one was all natural ease and tenderness – the other charms by the graces of the most polished style, which however, are less beautiful than the graces of the wit they clothe61.

Notes

1 Cité par le Marquis de Sainte-Aulaire, dans sa préface à la Correspondance complète de Mme du Deffand avec la duchesse de Choiseul, l’abbé Barthelémy et M. Craufurd, 3 vol., éditée par le Marquis de Sainte-Aulaire, Paris, Calmann Lévy, 1877, vol. I, p. XXXIII.

2 Lettres choisies de Mme la marquise de Sévigné à Mme de Grignan sa fille qui contiennent beaucoup de particularités de l’Histoire de Louis XIV, s. l., 1725, 1 vol. in-12 de 75 pages (trente et une lettres ou fragments).

3 Lettres de Marie Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, à Mme la comtesse de Grignan sa fille, Rouen, 1726, 2 vol. in-12, Avant-propos de M. de Bussy, fils de Bussy-Rabutin, et Lettre-préface de Mme de Simiane (cent trente-huit lettres) ; Lettres de Mme Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, à Mme la comtesse de Grignan sa fille, La Haye, 1726, 2 vol. in 12, (cent soixante-dix-sept lettres ou fragments) Avant-propos de M. de Bussy, Lettre-préface de Mme de Simiane et Avertissement anonyme.

4 R. Duchêne, Naissance d’un écrivain. Mme de Sévigné, Paris, Fayard, 1996, p. 272.

5 Voir la lettre de Mme du Deffand à Horace Walpole, 17 mars 1776, in Horace Walpole’s Correspondence with Mme du Deffand and Wiart [1939], W. S. Lewis et W. H. Smith (éd.), New Haven – Londres, Yale University Press – Oxford Press, vol. IV, 1962, p. 286. La correspondance de Walpole avec Mme du Deffand, avec une numérotation autonome de I à VI, constitue les vol. 3-8 de la Horace Walpole’s Correspondence, éditée toujours par W. S. Lewis et W. H. Smith en 48 vol., New Haven – Londres, Yale University Press – Oxford Press, 1937-1974.

6 Président Hénault, Mémoires du Président Hénault écrits par lui-même, recueillis et mis en ordre par son arrière-neveu M. le baron de Vigan, Paris, Dentou, 1855, p. 113.

7 Voir les Mémoires de Mme de Staal-Delaunay, Paris, Mercure de France, 1970, p. 220.

8 Voir Horace Walpole’s Correspondence…, vol. VI, p. 48-116.

9 Mme du Deffand à Voltaire, 21 mars 1769, in The Complete Works of Voltaire, Correspondence and Related Documents, Theodore Besterman (éd.), Genève, Institut et Musée de Voltaire, 1968-1975, 85 vol., vol. XXVIII, Voltaire’s Correspondence, p. 353.

10 R. Duchêne, Naissance d’un écrivain…, p. 313-314.

11 Lettre de Mme du Deffand à H. Walpole, 21 avril 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 8.

12 Lettre de Mme de Sévigné à Bussy-Rabutin, 16 mai 1672, in Correspondance, R. Duchêne (éd.), Paris, Gallimard (La Pléiade), vol. I, 1972, p. 638.

13 Voltaire à Mme du Deffand, 18 mars 1736, in Voltaire’s Correspondence, vol. III, p. 396.

14 Mme du Deffand à H. Walpole, 21 juin 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 82.

15 H. Walpole à T. Gray, 25 janvier 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. XIII et XIV, p. 150.

16 Mme du Deffand à H. Walpole, 21 avril 1766, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 7.

17 Le marquis du Châtel à Mme du Deffand, 1742 env., in Correspondance complète de la marquise du Deffand avec ses amis…, M. de Lescure (éd.), Paris, 1865, 2 vol., rééd. Genève, Slatkine, 1971, vol. I, p. 81.

18 Mme du Deffand à H. Walpole, 12 novembre 1777, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. IV, p. 491.

19 Mme du Deffand à H. Walpole, 19 avril 1766, ibid., vol. I, p. 3.

20 Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 8 avril 1676, Mme de Sévigné, in Correspondance, vol. II, p. 262.

21 « Je pourrais vous faire une belle citation de Madame de Sévigné, mais elle vous déplairait, et j’observe religieusement de me tenir à mille lieues de tout ce qui peut vous choquer », Mme du Deffand à H. Walpole, 25 juin 1769, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. II, p. 249.

22 Mme du Deffand à H. Walpole, 9 juillet 1766, ibid., vol. I, p. 88.

23 Ibid., 4 septembre 1766, p. 127.

24 Ibid., 30 septembre 1766, vol. I, p. 144.

25 Lettres de Mme de S*** à M. de Pomponne, Amsterdam, [Paris], 1756.

26 Mme du Deffand à H. Walpole, 2 décembre 1767, in Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 387.

27 Ibid., 4 décembre 1767, p. 388.

28 Ibid., 17 février 1768, vol. II, p. 24.

29 Ibid.

30 Ibid., 10 avril 1771, vol. III, p. 63.

31 Ibid., 21 février 1772, ibid., p. 187.

32 Ibid., 8 novembre 1778, vol. V, p. 83.

33 Ibid., 7 février 1772, vol. III, p. 180.

34 Ibid., 23 février 1768, vol. II, p. 29.

35 Ibid., 12 novembre 1777, vol. IV, p. 491.

36 Ibid., 27 octobre 1766, vol. I, p. 164.

37 Ibid., 18 janvier 1767, ibid., p. 215.

38 Maxime 102.

39 Mme du Deffand à H. Walpole, 11 juin 1769, in Walpole’s Correspondence…, vol. II, p. 246-47.

40 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 octobre 1769, ibid., p. 289.

41 Mme du Deffand à H. Walpole, 17 février 1773, vol. III, p. 330.

42 Ibid., 27 juillet 1777, vol. IV, p. 463.

43 Ibid., 11 juin 1769, vol. II, p. 246.

44 Ibid., 11 septembre 1768, vol. II, p. 139.

45 Ibid., 22 septembre 1768, vol. II, p. 141.

46 Ibid., 30 septembre 1766, ibid., vol. I, p. 144.

47 Ibid., 4 janvier 1767, vol. I, p. 199.

48 Ibid., 17 septembre 1768, vol. II, p. 144.

49 H. Walpole à Mme du Deffand, 22 septembre 1768, ibid., p. 141.

50 Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 16 mars 1762, in Correspondance, vol. I, p. 459.

51 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 mai 1767, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. I, p. 296.

52 Ibid.

53 B. Bray, « Quelques aspects du système épistolaire de Mme de Sévigné », Revue d’Histoire littéraire de la France, LXIX (mai-août 1969), 3-4, p. 491-505 ; « Mme de Sévigné et l’art de la narration », in L’Intelligence du passé. Les faits, l’écriture et les sens. Mélanges offerts à Jean Lafond par ses amis, P. Aquilo et al. (éd.), Tours, Université de Tours, 1988, p. 295-302.

54 Mme du Deffand à H. Walpole, 17 mars 1772, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. III, p. 201.

55 Ibid., p. 201-202.

56 L. Dusit, Mme du Deffand épistolière, Genève, 1963, p. 119.

57 E. Bury, « Les lieux de l’esprit mondain », in L’Esprit en France au XVIIe siècle, Paris – Seattle – Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Litterature (Biblio 17), 1997, p. 85-93.

58 Mme du Deffand à Voltaire, 2 mai 1764, in Voltaire’s Correspondence…, vol. XXVII, p. 353.

59 Mme du Deffand à H. Walpole, 23 août 1778, in Horace Walpole’s Correspondence…, vol. IV, p. 67.

60 H. Walpole à Mme du Deffand, 11 septembre 1773, vol. III, p. 397.

61 A Description of the Villa of Mr Horace Walpole, at Strawberry-Hill, near Twickenham, Strawberry-Hill, 1774, cité in Horace Walpole’s Correspondence with Mme du Deffand, vol. III, p. 397, note 7.

Auteur

Professeur à l’université de Tuscia à Viterbe. Elle est spécialiste de la civilisation française des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est l’auteur de Mme du Deffand et son monde (Paris, Seuil, 1987) et de L’Âge de la conversation (Paris, Gallimard, 2002)

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540