Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Épistolaire au féminin

 | 
Brigitte Diaz
, 
Jürgen Siess

Images de soi et regard de l'autre dans la lettre

L’autoportrait de l’épistolière au XVIIIe siècle : entre réalité et fiction

Marianne Charrier-Vozel

Texte intégral

1À propos de la correspondance entre Choderlos de Laclos et Mme Riccoboni, A. Sol souligne avec pertinence :

  • 1 A. Sol, « Pourquoi écrire en tant que femme ? La correspondance entre Laclos et Mme Riccoboni », Wo (...)

La voix féminine n’est pas une essence mais une position subjective et variable dont le moi est grammaticalement féminin. […] Les caractéristiques du discours féminin dépendent du contexte dans lequel il opère1.

  • 2 Mme de Graffigny, Choix de lettres, E. Showalter (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 2001 ; Lettres (...)
  • 3 L.-P. de La Madelaine, « Réflexions sur le style épistolaire », in Manuel épistolaire à l’usage de (...)

2Nous proposons donc, à la lumière de cette réflexion, d’étudier les modalités et les fonctions de l’autoportrait de l’épistolière dans quelques romans épistolaires et dans quelques correspondances de femmes du XVIIIe siècle2. Bien que l’ensemble des théoriciens mettent en garde les épistoliers contre un épanchement inconvenant qui briserait la réciprocité de l’échange, Louis Philipon de la Madelaine, dans son Manuel épistolaire3, note la supériorité des femmes prédisposées naturellement à entretenir une correspondance car elles maîtrisent le langage du cœur. Il semble ainsi particulièrement intéressant de comparer l’expression de soi au féminin dans des discours de natures différentes (fiction et correspondance) et de confronter cette expression avec les recommandations des pédagogues du genre épistolaire (discours normatif).

  • 4 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres à voix multiples de La Nouvelle Hé (...)
  • 5 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres…, p. 37.
  • 6 J. Siess, « Images et rapport de places dans le discours épistolaire de Mme du Deffand et Mme Ricco (...)
  • 7 J. Siess, « La place des femmes dans la correspondance amoureuse : le cadre normatif de l’épistolai (...)

3Dans « Le Personnage dans le roman par lettres à voix multiples de La Nouvelle Héloïse aux Liaisons Dangereuses », R. Bochenek-Franczakowa souligne qu’une « définition exhaustive, universelle et définitive à la fois du phénomène portrait ne sera probablement jamais disponible »4. Néanmoins, l’étude de l’autoportrait de l’épistolière nécessite d’admettre « une définition provisoire et générale qui puisse ensuite s’avérer opératoire dans l’analyse d’un matériau précis »5, facilement identifiable dans les romans épistolaires et dans les correspondances. Par autoportrait, nous entendons donc « un segment de texte dont le trait distinctif serait le discours descriptif » qu’énonce l’épistolière sur elle-même. Ainsi, dans la lettre, l’autoportrait se caractérise par le point de vue spécifique qui établit la convergence entre l’objet regardé et le sujet qui le décrit, convergence établie sous le regard du correspondant. J. Siess a bien montré dans « Images et rapport de places dans le discours épistolaire. Mme du Deffand et Mme Riccoboni »6 comment le discours épistolaire se construit dans des dimensions d’interlocution et d’interaction fondamentales. L’autoportrait de l’épistolière contient donc en germe les problématiques de la connaissance de soi et de la communication de cette connaissance (apologie ou censure) dans les genres codifiés que sont le roman épistolaire et la correspondance au XVIIIe siècle. Il pose également la problématique de l’expression de soi au féminin. Cette étude nécessite donc la prise en compte d’un code rhétorique avec la représentation de l’héroïne dans les romans au XVIIIe siècle (personnage-type), et d’une idéologie de la sociabilité que rappellent J. Siess dans « La place des femmes dans la correspondance amoureuse : le cadre normatif de l’épistolaire au XVIIIe siècle »7 ainsi que M.-C. Barbazza, M.-C. Grassi et S. Lazard, dans l’article « Femme » du Dictionnaire de politesse et de savoir-vivre dirigé par A. Montandon :

  • 8 Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre du Moyen-Âge à nous jours, A. Montandon (d (...)

Les règles de comportement destinées aux femmes sont étroitement liées aux composantes économiques et idéologiques d’une société à un moment donné de son histoire. Pour cerner ces règles, un des fils directeurs peut être le concept d’infériorité, postulat qui tente de justifier aux yeux de la nature et de la société une nette zone de démarcation entre ce qui est autorisé, voire toléré, et ce qui ne l’est pas8.

  • 9 G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, Paris, Hachette Supérieur (Contours Littéraires), 1995, p. 100.

4Dans L’Épistolaire, G. Haroche-Bouzinac note combien « parler de soi dans la lettre est ressenti comme une inconvenance »9 ; nous pourrions ajouter qu’elle est d’autant plus grande que la femme est alors assujettie à la retenue. Quelles sont les modalités de l’autoportrait de l’épistolière dans les romans et dans les correspondances de Mme de Graffigny, de Mme Riccoboni et de Mme d’Épinay ? Selon quel point de vue et quelle temporalité les femmes se décrivent-elles ? Pour donner quelles images ? Quelles sont alors les fonctions de l’autoportrait ? La mise en scène de soi dans la fiction révèle-t-elle une figure féminine exemplaire ? Cette figure, comparée à celle que nous découvrons dans les correspondances, est-elle une forme de compensation d’une réalité décevante ? En définitive, la fiction entretient-elle le mythe d’une nature féminine modeste et soumise et les correspondances révèlent-elles des femmes en résistance ?

Romancières et épistolières

  • 10 M.-L. Swiderski, « La condition de la femme française au XVIIIe siècle d’après les romans », in Wom (...)
  • 11 Vitrac, Traité élémentaire du genre épistolaire, de l’apologue et de la narration, Limoges, chez Lé (...)

5Dans « La condition de la femme française au XVIIIe siècle d’après les romans », M.-L. Swiderski note que le « triomphe féminin reste limité à quelques individualités remarquables »10. Dans notre étude, nous avons retenu trois femmes d’exception, Françoise de Graffigny, Marie-Jeanne Riccoboni et Louise d’Épinay. Il s’agit d’abord de dégager l’âge des correspondants, l’état de leur carrière respective et leur notoriété au moment de l’échange. Vitrac, dans son Traité élémentaire du genre épistolaire, de l’apologue et de la narration, rappelle que « le style épistolaire doit surtout à la personne à qui l’on écrit »11. Ainsi, la nature du lien qui unit les correspondants est un élément structurant de l’autoportrait. Mme d’Épinay ne confie-t-elle pas le 9 juillet 1769 :

  • 12 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. I, 1992, p. 69.

Une femme de mon âge peut traiter toutes sortes de sujets et puis je m’en moque, j’écris à mon ami, pourvu que je sois contente de moi et lui aussi, tout est bien12 ?

  • 13 M. le Marquis de Lezay-Marnézia, Plan de lecture pour une jeune dame, Paris, Chez Prault, 1784, p.  (...)

6À la lecture des textes théoriques de l’époque, il semble que l’épistolière ne pourra enfreindre, dans l’autoportrait, les croyances qui associent la femme à la modestie. Dans son Plan de lecture pour une jeune dame, M. le Marquis de Lezay-Marnézia conseille en effet aux jeunes femmes, d’échanger avec un homme « instruit et sage » « une correspondance exacte et suivie, […] source […] de réflexions solides et de bons raisonnements »13. Mme de Graffigny, Mme Riccoboni et Mme d’Épinay ainsi que leurs héroïnes se placent-elles sous la tutelle d’un homme plus cultivé et renommé qui les guidera ?

Mme de Graffigny et Devaux

  • 14 Mme de Graffiny, Choix de lettres, p. 194.
  • 15 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne.

7En 1738, lorsqu’elle débute sa correspondance avec Devaux, Mme de Graffigny, endettée, obtient la protection de la duchesse de Richelieu. Elle tient un salon réputé dans le quartier de la Montagne Sainte-Geneviève, mais ce n’est que vers 1750 qu’elle deviendra un auteur célèbre. Dès 1739, elle promet à Devaux de tout mettre en œuvre pour faire jouer sa pièce, Les Engagements indiscrets. Après de nombreuses modifications évoquées dans la correspondance et sources de conflits, la pièce de Devaux est mise en scène à la Comédie française en 1752. Cette même année, grâce à l’appui de Mme la Marquise de Boufflers, Devaux est nommé lecteur du roi de Pologne. Le 26 novembre 1750, Mme de Graffigny souligne la sagesse de celui qu’elle nomme affectueusement « Panpan » ou « Panpichon »14. Lucide, elle ne s’abandonnera pas à une mise en scène de soi complaisante, sous un regard pourtant bienveillant mais dont elle n’est pas dupe. Dans son roman, les Lettres d’une péruvienne15, son héroïne Zilia s’adresse à son mari dont elle est séparée pour lui déclarer sa fidélité et présenter également une analyse de la société française.

Mme Riccoboni, D. Garrick et R. Liston

  • 16 Mme Riccoboni, Lettres de Mme de Sancerre, p. 402.
  • 17 M. Charrier, L’Écriture épistolaire de Mme Riccoboni : les jeux de l’amour et de l’amitié, Thèse, U (...)
  • 18 Mme Riccoboni, Lettres de Mistress Fanni Butlerd, Genève, Droz, 1979.

8La correspondance de Mme Riccoboni, quant à elle, met en scène des liens complexes d’amour et d’amitié. Entre Garrick, le célèbre directeur du Théâtre du Drury Lane, et Mme Riccoboni, ancienne comédienne et auteur à succès des Lettres de Fanni Butlerd, s’établit immédiatement une fraternité théâtrale. En octobre 1766, la dédicace à Garrick des Lettres de Mme de Sancerre16 marque l’ambiguïté d’un lien qui oscille entre amitié et vanité. Avec Robert Liston, de vingt-neuf ans son cadet, Mme Riccoboni connaît les souffrances d’un amour que la décence réprouve. Dans de nombreuses lettres, l’épistolière donne des conseils au jeune homme qui souhaite débuter une carrière littéraire. Dans le deuxième chapitre de ma thèse17, j’ai montré comment se déploie une série de modalisations caractéristiques de la mise en discours d’une passion que l’épistolière qualifie d’« extravagance » en 1769, puis de « ridicule ». Dans les Lettres de Fanni Butlerd, parues en 174718, Mme Riccoboni met en scène la révolte d’une femme passionnée qui dénonce la vanité de son amant mondain. Mme de Sancerre, elle, écrit à son ami le Comte de Nancé, alors que devenue veuve, elle a acquis une certaine liberté qu’elle risque de perdre en se remariant.

Mme d’Épinay et l’abbé Galiani

  • 19 Mme d’Épinay, Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Mme de Montbrillant [1818], Paris, Mercure de (...)

9Avec l’abbé Galiani, Mme d’Épinay compense la solitude imposée par les nombreux voyages de son amant Grimm qui se consacre à la Correspondance Littéraire. Elle trouve en son ami un confident à l’écoute de son humeur mélancolique : il souffre lui-même d’un exil forcé. À sa demande, Mme d’Epinay évoque le foisonnement de la vie parisienne. Dans Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Mme de Montbrillant19, elle présente la correspondance principale entre Émilie, une jeune femme inexpérimentée qui découvre les réalités d’une vie conjugale décevante, et son tuteur M. le Marquis de Lisieux, qui lui demande également de rédiger son journal. De nombreux critiques se sont interrogés sur la nature autobiographique de ce texte.

10Après cette description du corpus, nous proposons de considérer le contenu des autoportraits. Les épistolières privilégient la description psychologique et morale, exprimant ainsi une rupture intérieure et la difficulté de se voir de l’extérieur.

Autoportrait moral

11Moment qui précède et qui suit la réception du courrier, pour Mme d’Épinay qui conditionne sa joie ou sa peine à la fréquence de l’échange. Déception de l’attente alors que Liston a promis à Mme Riccoboni une lettre de Douvre. Enfin, bonheur inattendu des amants qui se réconcilient après une dispute, pour Mme de Graffigny : les épistolières et leurs héroïnes constatent l’instabilité d’un moi qu’il est difficile de saisir au fil de la plume. Ainsi Mme de Montbrillant avoue-t-elle :

  • 20 Mme d’Épinay, Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Mme de Montbrillant, p. 1308.

Voilà une lettre écrite en deux fois, où il n’y a presque rien de tout ce que je voulais dire. Je ne sais pas ; je suis à moi, et je ne suis pas à moi. J’ai une sorte d’apathie fort bizarre20.

12Zilia, dans les Lettres d’une Péruvienne, s’interroge sur l’incommunicabilité et le rôle de la langue :

  • 21 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, p. 103.

Il arrive souvent, qu’après avoir beaucoup écrit, je ne puis deviner moi-même ce que j’ai cru exprimer. Cet embarras brouille mes idées, me fait oublier ce que j’avais rappelé avec peine à mon souvenir ; je recommence, je ne fais pas mieux, et cependant, je continue. […] J’y trouverais plus de facilité si je n’avais à te peindre que les expressions de ma tendresse ; la vivacité de mes sentiments aplanirait toutes les difficultés. Mais je voudrais aussi te rendre compte de tout ce qui s’est passé pendant l’intervalle de mon silence21.

13Les épistolières et les héroïnes de romans revendiquent avec la même force la vérité des sentiments. La transparence des cœurs et l’authenticité de la confidence constituent des thèmes majeurs dans les romans et dans les correspondances.

14Mme de Graffigny, Mme Riccoboni et Mme d’Épinay évoquent avec lucidité et humour le tragique d’une existence qui mêle les joies et les peines. Le 14 avril 1777, Mme d’Épinay souligne ainsi le paradoxe épistolaire qui, dans le souci des convenances, transforme la lettre en un miroir déformant :

  • 22 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. V, 1997, p. 145.

Je suis gaie, dites-vous, preuve que je me porte bien, bon je riais à l’agonie Point du tout, c’est que je suis triste, voilà pourquoi ma lettre était gaie22.

  • 23 B. Beugnot, « De l’invention épistolaire à la manière de soi », in L’Épistolarité à travers les siè (...)

15Cependant, le chagrin est le sceau d’une âme sensible et favorise l’empathie. Dans son article « De l’invention épistolaire : à la manière de soi », Bernard Beugnot remarque : « […] les récurrences thématiques viennent installer un déterminisme du vécu et donner sens à l’accumulation dispersées de touches »23.

  • 24 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 87.
  • 25 Ibid., p. 213.

16L’écriture épistolaire contribue à l’élaboration, sous le regard de l’autre, d’une persona imaginaire. Rappelons que persona signifie en étrusque masque de théâtre : la correspondance de Mme Riccoboni présente le destin de la jeune femme aux origines obscures, jouet d’une destinée capricieuse. La réalité rejoint alors la fiction qui met en scène des héroïnes victimes des injustices du sort. Le 6 janvier 1744, Mme de Graffigny esquisse, elle, dans une lettre revendicatrice et amère envoyée à son amant Demarest, qu’elle soupçonne d’infidélité, « le malheureux portrait de la plus malheureuse des femmes »24. Mais avec Panpan, il faut ménager l’échange débuté six ans plus tôt : « Puisque tu trouves si bon de m’entendre dire « Je suis heureuse », je te le répéterai tant que tu voudras, et ce ne sera pas autant que je le sens »25.

  • 26 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. IV, 1996, p. 166, 20 juillet 1774.

17Quant à Mme d’Épinay, sa vie se résume, écrit-elle, à un « long procès avec sa santé »26. Dans sa correspondance, l’autoportrait établit le plus souvent un lien étroit entre le physique et le moral.

Autoportrait physique

  • 27 Mme Riccoboni’s Letters…, p. 150 et p. 156.
  • 28 J. Raulin, Traité des affections vaporeuses du sexe, Paris, J.-F. Hérissant, 1758 et J. Bressy, Rec (...)

18Le XVIIIe siècle est marqué par le développement des sciences expérimentales et par le goût pour les sciences naturelles. Les philosophes contribuent à la vulgarisation de l’anatomie et de la physiologie. Les progrès de la médecine apportent, avec la vaccination, l’espoir d’une vie meilleure. Mme Riccoboni évoque dans deux lettres la pensée de Buffon27. Des médecins comme J. Raulin ou J. Bressy28 s’intéressent à l’anatomie féminine. Le 13 juin 1773, Mme d’Épinay peut enfin nommer la maladie dont elle souffre, l’hydropisie enkystée. Cette maladie lui inspire, le 26 octobre 1772, ce que Galiani appelle avec humour la « lettre aux pets » :

  • 29 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. III, 1994, p. 130.

Je suis devenue tout d’un coup enflée comme un ballon […], ne rendant rien et étouffant. À force de cataplasme […] de bains […] d’électuaire, je suis parvenue à péter et j’ai pété deux jours de suite du matin au soir, cela était superbe à entendre… Mon médecin en me tâtant me dit que la membrane qui enveloppe le péritoine était tendue comme un ballon29.

19Cette présence du corps et le réalisme de la description en des termes bas sont jugés inconvenants dans la fiction qui présente des personnages éthérés. Le lecteur sait que Mme de Montbrillant souffre de malaises, de langueurs et de frissons, sans plus de détails. Dans sa correspondance, Mme de Graffigny, elle, suggère les troubles de sa digestion ou les douleurs qui lui font craindre un cancer du sein alors qu’elle entre dans la ménopause. Les aphtes et la gale sont évoqués comme des petits tracas quotidiens. Mme Riccoboni, ne porte pas de regard médical sur elle-même ; néanmoins le discours épistolaire enregistre les souffrances du corps et de l’âme de la femme amoureuse qui doit exercer une censure sur ses propres sentiments : les tableaux constituent l’une des formes privilégiées de l’autoportrait dans les romans et dans les correspondances. Ils annulent la distance qui sépare les épistoliers, et créent un effet de direct pour le lecteur.

Modalités de l’autoportrait

20L’épistolière se donne à voir dans ses activités quotidiennes mais l’écriture et la réception de la lettre constituent les thèmes principaux de ces tableaux. Mme Riccoboni évoque l’attente fébrile des lettres de Liston qu’elle presse contre ses lèvres et qu’elle baigne de larmes ; son héroïne Fanni Butlterd fait de cette scène un leitmotiv de sa correspondance. L’épistolière pose un regard extérieur sur elle-même, opérant un étrange dédoublement. L’écriture est souvent une activité nocturne, signe du trouble intérieur et de l’accélération du temps. L’hypotypose est alors la figure privilégiée de l’autoportrait. Mme Riccoboni, ancienne comédienne du théâtre de Marivaux, affectionne particulièrement la mise en scène de soi qui donne à ses lettres et à ses romans vivacité et pétulance. Le 2 août 1765, l’énumération, en empruntant les ressorts de la caricature, doit frapper Garrick :

  • 30 MmeRiccoboni’s Letters…, p. 51.

Je vous le dis en secret, je suis étourdie, impatiente, grondeuse, pétulante, insupportable. Au reste la meilleure créature du monde : quand j’ai fait cent sottises, je me chagrine, je me désole ; je vois mes torts, je les sens, je m’en repens, je les avoue30.

  • 31 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 213.

21Avec Liston, l’autoportrait s’attarde sur les longs soupirs et les yeux rouges de celle qui pleure son absence. Bien que Mme d’Épinay imagine des « conversations mentales de deux ou trois heures tous les jours » avec ses amis, elle désigne Galiani comme le spectateur privilégié devant lequel elle a choisi de « se mettre en scène », le 10 avril 1775. À chaque crise, Mme de Graffigny, voit, elle, sa mort prochaine. Elle utilise la figure de l’amplification, ce qui crée un effet de dramatisation qu’elle juge elle-même excessif le 25 décembre 1743. L’autoportrait menace toujours la dimension pragmatique de l’échange, comme le souligne l’épistolière qui interrompt sa description le 28 décembre 1751 : « On ne parle pas en deux mots quand on parle de soi »31. Mme de Graffigny préfère se taire. En revanche, le style haletant, procédé largement exploité par les romancières qui en maîtrisent toutes les ressources, marque une infraction évidente aux règles de la correspondance. Selon R. Bochenek-Franczakowa,

  • 32 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres…, p. 137.

le style haletant doit donner l’impression d’un trouble si fort qu’il enlève au personnage la faculté de s’exprimer… les points de suspension sont à l’image de la voix entrecoupée32

  • 33 A. Lorenceau, « Sur la ponctuation au XVIIIe siècle », Dix-huitième siècle, no 10, 1978, p. 363-377

22Nous relevons ce procédé dans de nombreuses lettres de Fanni Budlerd et dans le journal d’Emily de Montbrillant. Dans son article « Sur la ponctuation au XVIIIe siècle », A. Lorenceau rappelle que le XVIIIe siècle est celui de la culture orale ; le « rôle de la ponctuation est alors de faciliter la lecture à haute voix »33. Devenu soliloque, l’autoportrait de Fanni Butlerd ne respecte pas la réciprocité de l’échange. Éléments de la caractérisation du personnage, il répond aux attentes du lecteur et à ses goûts pour le larmoyant : l’autoportrait doit émouvoir, faire pleurer et parfois rire. Tout en peignant la bonté et l’extrême délicatesse d’une âme généreuse, il montre le triomphe de la vertu. Selon Mme de Graffigny, Mme Riccoboni et Mme d’Épinay, les lectrices se reconnaîtront dans Zilia, Fanni Butlerd, Mme de Sancerre et Mme de Montbrillant ; l’édification repose sur l’identification. Les romans exaltent la dignité féminine en présentant l’image d’une héroïne fidèle à elle-même malgré un environnement hostile. Discours réflexif dans les romans, l’autoportrait doit se plier à la dimension pragmatique de l’échange dans les correspondances.

Pragmatique de l’autoportrait

23Mme de Graffigny, Mme Riccoboni et Mme d’Épinay expriment toutes la volonté de ne pas ennuyer ou attrister leur correspondant par le détail de leurs chagrins et de leurs peines, ce qui devient un lieu commun du discours épistolaire ; l’autoportrait de l’épistolière semble donc relever d’un exercice périlleux, celui de la prétérition.

24Dans la correspondance avec Liston, parler de soi revient à dire implicitement « je vous aime ». L’autoportrait moral est un acte perlocutoire. Dans les autres correspondances, l’épistolière établit souvent des ressemblances avec son ami ce qui explique la solidité et la particularité du lien qui les unit. Dans un jeu de miroirs, l’autoportrait de l’épistolière présente le portrait du correspondant qui découvre son propre reflet dans une image déformée et souvent magnifiée. La ressemblance peut également affranchir d’une certaine pudeur et permet à Mme de Graffigny d’évoquer avec humour ses problèmes de dentition comme le 11 mars 1776 :

  • 34 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. V, 1997, p. 69.

Nous avons une ressemblance, vous et moi dont nous nous serions bien passés, c’est que je perds mes dents tout comme vous. Elles dansent dans ma bouche… et je suis réduite incessamment à la bouillie, à la polenta34.

  • 35 Ibid., p. 242.

25Mme Riccoboni, Mme d’Épinay et Mme de Graffigny entrent toutes les trois dans la vieillesse ; leur témoignage, intime, revêt alors une valeur universelle. Pour Mme Riccoboni, le temps apporte l’apaisement des sens. L’autoportrait est souvent suivi d’une réflexion morale menée au présent gnomique. Le 12 mai 1781, Mme d’Épinay décrit sa laideur de manière insistante et suspecte, comme pour mieux séduire son correspondant et appliquer les vertus de l’autodérision car la vieillesse est cruelle : « Ma tête n’a pas plus d’assiette que mon corps, ma main tremble, mes dents tombent, de sorte que je ressemble pas mal à la vieille de Candide, sauf les fesses »35.

26Mme Riccoboni accumule avec humour, dans une lettre datée du 11 avril 1773, les traits dépréciatifs d’un autoportrait peu flatteur qu’elle complète un mois plus tard sur le même ton :

  • 36 Mme Riccoboni’s Letters…, p. 301.

Oh vous verrez une jolie créature. Jaune, ridée, courbée, bossue, un peu sourde, un peu aveugle ; rechignée, hargneuse, imbécile, radoteuse, bougonneuse, ennuyeuse, vaporeuse, remplie de vertiges, attaquée de cent maladies contagieuses et mortelles36.

27Mme d’Épinay utilise un artifice identique, le 16 septembre 1772 :

  • 37 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. III, 1994, p. 156.

Je rumine, je dors, je mange, j’aboie sans trop savoir pourquoi, car j’ai de l’humeur ; je n’ai encore mordu personne, mais cela viendra peut-être, je n’ai pas encore la gale, mais cela viendra peut-être37

28L’autoportrait établit, dans les correspondances, un bestiaire pittoresque. Mme Riccoboni se compare à une guenon, à un chat et au rat de la Fontaine ; elle se qualifie même de monstre. Mme d’Épinay, elle, compare le 9 novembre 1778 sa digestion à celle d’une autruche, son sommeil à celui d’un loir et son écriture à celle d’un chat. En définitive, un aspect extérieur repoussant contribue à l’élaboration d’une belle image morale destinée à soi et à l’autre, mais également à la postérité. Mme de Graffigny, Mme Riccoboni, et Mme d’Épinay, par la magie de la correspondance, élaborent leur autoportrait sous notre regard. La lettre leur permet de rectifier a posteriori, une image publique parfois déformée. N’est-ce pas le thème fondateur des Lettres de Mme de Sancerre ?

Autoportraits pour la postérité

29Pour Mme d’Épinay, la perspective de la postérité peut être la cause d’une autocensure le 26 juin 1773 :

  • 38 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. IV, 1996, p. 27.

Vous êtes insupportable en me rappelant que notre correspondance sera imprimée après nous. Je le savais bien, mais je l’avais oublié. Voilà à présent que je ne sais plus que vous dire : l’immortalité me fait une peur épouvantable38.

30Mme Riccoboni, elle, présente l’image d’une femme sensible conforme à celle de ses héroïnes. Le 9 décembre 1772, elle entre dans « un long et minutieux détail » pour, dit-elle, « prouver à Liston qu’elle est incapable de petitesse ». Mme de Graffigny, elle, déclare vivre pour les autres. Le 22 novembre 1741, elle riposte contrainte et forcée alors que Liébault la rend responsable de la trahison de sa maîtresse avec Aliot :

  • 39 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 61.

Mon cœur répugne à ce langage. Il me fait horreur, mais ce serait trop humiliant de me laisser noircir en public par de pareils traits que je ne souffre que par l’excès de bonté que vous devriez tous me connaître39.

31Pour la femme, la réputation est une des conditions de la vie en société. Mme d’Épinay affiche une grande sensibilité qui fait également d’elle une amie sûre. Le 8 décembre 1771, son interrogation révèle une estime de soi certaine :

  • 40 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. II, 1993, p. 24.

Au milieu de vos lettres, j’aperçois toujours un fond de mélancolie, et je me reconnais encore à cela […]. Dites-moi pourquoi ce sont les gens qui ont le plus d’esprit, le plus de ressources en eux-mêmes qui sont les plus mélancoliques […]40 ?

  • 41 Ibid., p. 192.

32Dans la même lettre, elle déclare se distinguer des autres femmes, car elle n’a jamais aimé « le coquetage de la galanterie ». Le 7 septembre, elle s’inquiète avec ironie de l’image qu’elle donne d’elle-même dans ses lettres : la confidentialité de la correspondance, n’étant pas toujours respectée, sa « vertu » et sa « réputation femelle » sont menacées41.

  • 42 Ibid., p. 196.

33En conclusion, la belle image de l’épistolière et de ses héroïnes présente des caractéristiques communes qui font de la femme un être sensible et généreux, dont les qualités ne sont pas appréciées à leurs justes valeurs. L’autoportrait dans les lettres et dans les romans contredit une image publique souvent injuste. La réputation est un thème central dans ces écrits de femmes qui trouvent, dans l’écriture de la lettre, un espace pour soi. Dans cet espace, Mme de Graffigny, Mme Riccoboni et Mme d’Épinay montrent une image absente dans les œuvres de fiction, celle de l’intellectuelle. Le concept d’infériorité est dépassé dans le plaisir de partager ses connaissances. Ce n’est pas l’autoportrait qui menace la réciprocité de l’échange dans la correspondance de Mme d’Épinay, mais bien les réflexions dans le domaine des arts, de la littérature et de la politique. Ainsi Galiani, le 17 septembre 1771, remarque que les lettres de son amie « deviennent une encyclopédie »42. Mais n’est-ce pas le signe d’une indépendance chèrement conquise et affirmée le 4 janvier 1771 :

  • 43 Ibid., p. 24.

J’aime à causer avec mes amis en toute sécurité, et je ne veux pas avoir de rôle à jouer. Est-ce orgueil ? Est-ce modestie ? Je n’en sais rien ; peut-être l’un et l’autre. Je suis très ignorante, voilà le fait. Toute mon éducation s’est tournée vers les talents agréables, j’en ai perdu l’usage. Il ne me reste que quelques légères connaissances de ces arts et le sens commun ; chose rare de nos jours j’en conviens mais qui ne vaut pourtant pas la peine d’en faire étalage. La réputation d’une femme bel esprit ne me paraît qu’un persiflage inventé par les hommes pour se venger de ce qu’elles ont communément plus d’agrément qu’eux dans l’esprit ; d’autant qu’on joint presque toujours à cette épithète l’idée d’une femme savante et la plus savante n’a et ne peut avoir même que des connaissances superficielles. Il me prend l’envie de disserter ceci pédantesquement43.

  • 44 E. Goffman, L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002.

34Romancières expérimentées et grandes érudites, Mme Riccoboni et Mme de Graffigny, elles, n’hésitent pas à conseiller Liston et Devaux qui amélioreront ainsi leurs propres écrits. Ainsi ce qui n’est pas conforme à « l’arrangement des sexes »44 tel qu’il est conçu au XVIIIe siècle, n’est pas explicitement exprimé dans un autoportrait statique qui heurterait les convenances, mais peut être décrypté en observant la dynamique des rôles sur la scène épistolaire.

Notes

1 A. Sol, « Pourquoi écrire en tant que femme ? La correspondance entre Laclos et Mme Riccoboni », Women in French Studies, 3, 1995, p. 34.

2 Mme de Graffigny, Choix de lettres, E. Showalter (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 2001 ; Lettres d’une Péruvienne [1747], C. Piau-Gillot (éd.), Paris, Côté-femmes éditions, 1990 ; Mme Riccoboni’s Letters to D. Hume, D. Garrick et sir R. Liston, J. C. Nicholls (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, vol. CXLIX, 1976 ; Lettres de Mme de Sancerre in Œuvres complètes, Paris, Foucault, 1818, vol. 4 ; Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, G. Dulac (éd.), Paris, Desjonquères, 1992-1997, 5 vol. ; Mme d’Épinay, Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Madame de Montbrillant [1818], Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1989.

3 L.-P. de La Madelaine, « Réflexions sur le style épistolaire », in Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse ou instructions particulières sur les divers genres de correspondances, Paris, Ferra jeune, 1823.

4 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres à voix multiples de La Nouvelle Héloïse aux Liaisons Dangereuses, Cracovie, Éditions de l’Université de Cracovie, 1996, p. 36.

5 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres…, p. 37.

6 J. Siess, « Images et rapport de places dans le discours épistolaire de Mme du Deffand et Mme Riccoboni », L’Esprit Créateur, vol. XL, no 4, Hiver 2000.

7 J. Siess, « La place des femmes dans la correspondance amoureuse : le cadre normatif de l’épistolaire au XVIIIe siècle », in Études sur le XVIIIe siècle, Portraits de femmes, R. Mortier et H. Hasquin (éd.), Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 2000, p. 117-127.

8 Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre du Moyen-Âge à nous jours, A. Montandon (dir.), Paris, Seuil, 1995, p. 393.

9 G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, Paris, Hachette Supérieur (Contours Littéraires), 1995, p. 100.

10 M.-L. Swiderski, « La condition de la femme française au XVIIIe siècle d’après les romans », in Women in the 18th Century and other essays, P. Fritz et R. Morton (éd.), Toronto, S. Stevens, Hakkert and Co, 1976, p. 125.

11 Vitrac, Traité élémentaire du genre épistolaire, de l’apologue et de la narration, Limoges, chez Léonard Barbou, 1788, p. 14.

12 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. I, 1992, p. 69.

13 M. le Marquis de Lezay-Marnézia, Plan de lecture pour une jeune dame, Paris, Chez Prault, 1784, p. 71.

14 Mme de Graffiny, Choix de lettres, p. 194.

15 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne.

16 Mme Riccoboni, Lettres de Mme de Sancerre, p. 402.

17 M. Charrier, L’Écriture épistolaire de Mme Riccoboni : les jeux de l’amour et de l’amitié, Thèse, Université de Limoges, Département de Lettres, 8 janvier 1996, 2 volumes (dactyl.).

18 Mme Riccoboni, Lettres de Mistress Fanni Butlerd, Genève, Droz, 1979.

19 Mme d’Épinay, Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Mme de Montbrillant [1818], Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1989.

20 Mme d’Épinay, Les Contre-Confessions ou l’Histoire de Mme de Montbrillant, p. 1308.

21 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, p. 103.

22 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. V, 1997, p. 145.

23 B. Beugnot, « De l’invention épistolaire à la manière de soi », in L’Épistolarité à travers les siècles (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 8-18 juillet 1987), M. Bossis et Ch. A. Porter (dir.), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1990, p. 35.

24 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 87.

25 Ibid., p. 213.

26 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. IV, 1996, p. 166, 20 juillet 1774.

27 Mme Riccoboni’s Letters…, p. 150 et p. 156.

28 J. Raulin, Traité des affections vaporeuses du sexe, Paris, J.-F. Hérissant, 1758 et J. Bressy, Recherches sur les vapeurs, Paris, chez Planche, 1789, p. 133.

29 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. III, 1994, p. 130.

30 Mme Riccoboni’s Letters…, p. 51.

31 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 213.

32 R. Bochenek-Franczakowa, Le Personnage dans le roman par lettres…, p. 137.

33 A. Lorenceau, « Sur la ponctuation au XVIIIe siècle », Dix-huitième siècle, no 10, 1978, p. 363-377.

34 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. V, 1997, p. 69.

35 Ibid., p. 242.

36 Mme Riccoboni’s Letters…, p. 301.

37 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. III, 1994, p. 156.

38 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. IV, 1996, p. 27.

39 Mme de Graffigny, Choix de lettres, p. 61.

40 Mme d’Épinay et F. Galiani, Correspondance, vol. II, 1993, p. 24.

41 Ibid., p. 192.

42 Ibid., p. 196.

43 Ibid., p. 24.

44 E. Goffman, L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Rennes. Elle est membre du Comité de rédaction de la Revue de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire). Elle a publié de nombreux travaux sur Mme Riccoboni, l’écriture épistolaire, les Secrétaires à l’Âge Classique, l’écriture des femmes.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540