Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre Baroque et Lumières : Saint-Évremond (1614-1703)

 | 
Suzanne Guellouz

Voltaire et Saint-Évremond

José-Michel Moureaux

Texte intégral

1Évoquer les réactions de Voltaire à Saint-Évremond au terme d’un colloque consacré à cet écrivain, mort quand Voltaire avait neuf ans et son siècle trois, c’est, je crois, logiquement déboucher sur le problème de sa réception, amorcer l’étude de sa fortune littéraire au Siècle des lumières. Or cette intéressante étude, qui nécessiterait une vaste enquête (restant encore à entreprendre, à ma connaissance), appelle comme un préalable indispensable l’examen attentif que je me propose des différents jugements que Voltaire a portés sur Saint-Évremond.

2Car en dépit de sa relative jeunesse, le presque quadragénaire qui a écrit Le Temple du goût et déjà entrepris Le Siècle de Louis XIV apparaît comme le censeur incontournable qui fait ou défait les réputations des écrivains du siècle précédent. C’est particulièrement vrai de Saint-Évremond, dont Voltaire, nous le verrons, semble bien avoir imposé à ses contemporains une image rétrécie au poète, au dramaturge et au critique littéraire, sans que soient jamais sérieusement prises en compte ni la réflexion de l’historien, ni surtout cette dimension proprement philosophique des œuvres en prose, qui déterminait par exemple un Gustave Lanson étudiant en 1908, dans la Revue des cours et conférences, les « origines et premières manifestations de l’esprit philosophique dans la Littérature française de 1675 à 1748 », à consacrer toute une leçon à « la philosophie de Saint-Évremond ». Jusqu’à plus ample informé, on peut soupçonner la plupart des philosophes des Lumières d’un oubli quelque peu ingrat de ce précurseur que fut à sa manière Saint-Évremond ; mais de cette oublieuse ingratitude Voltaire, on va le voir, paraît bien avoir pris l’initiative et porté la responsabilité.

  • 1 Voir R. Pomeau, D’Arouet à Voltaire 1694-1734, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985, p. 32.
  • 2 Voir Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou – Leningrad, Éditions de l’Académie
  • 3 des sciences de l’URSS, 1961, nos 3061 et 3062.
  • 4 Environ 25 du vivant de Voltaire, selon le dénombrement opéré par E. Carcassonne dans son édition c (...)

3Même s’il est impossible de dater avec précision les premières lectures que le jeune Arouet a pu faire de Saint-Évremond, il est vraisemblable qu’elles remontent aux années de sa fréquentation de la Société du Temple ou même du collège, puisqu’on a trouvé un Saint-Évremond dans la bibliothèque familiale1. Dans la sienne propre figurent deux éditions2 dont l’une – Œuvres meslées de M. De Saint-Évremont, Paris, Barbin, 1689 – porte de nombreuses traces de lecture attestant que Voltaire a lu de façon attentive la plus grande partie des œuvres en prose3. Mais sauf erreur, on ne rencontre pas le nom de Saint-Évremond dans la correspondance et les œuvres de Voltaire avant 1733 et la publication du Temple du goût, le 15 mars de cette année-là. Dans cette œuvre rendant des jugements qui indisposèrent une bonne partie du public tout autant par leur ton péremptoire que par leur contenu, Saint-Évremond, nommé de deux à quatre fois selon les éditions4 (et nous verrons que ces variantes ne sont pas sans intérêt), fait l’objet de la plus grande sévérité, puisqu’il figure parmi les sept écrivains condamnés par le dieu du Goût à être expulsés de son temple :

  • 5 Ibid., p. 82-83.

Je fus fort étonné de ne pas trouver dans le Sanctuaire bien des gens qui passaient, il y a soixante ou quatre-vingt ans, pour être les plus chers favoris du Dieu du Goût. Les Pavillons, les Bensérades, les Pélissons, les Segrais, les Saint Évremonts, les Balzacs, les Voitures, ne me parurent pas occuper les premiers rangs : ils y étaient autrefois, me dit un de mes guides. Ils brillaient avant que les beaux jours des Belles Lettres fussent arrivés ; mais peu à peu ils ont cédé la place aux véritablement Grands Hommes. Ils ne font plus ici qu’une assez médiocre figure ; en effet, la plupart n’avaient guère que l’esprit de leur temps et non cet esprit qui passe à la dernière postérité.
Déjà de leurs faibles écrits
Beaucoup de grâces sont ternies
Ils sont comptés encore au rang des beaux esprits
Mais exclus du rang des Génies5.

  • 6 Ibid., p. 83.

4Est alors énoncé le motif de chacune de ces expulsions. Celle de notre auteur est due à son insigne médiocrité de poète et de dramaturge : « L’inégal Saint-Évremond n’ose parler de vers à personne »6. Une note explique aussitôt les raisons de cette confusion :

  • 7 Ibid., p. 132, note 23.

On sait à quel point Saint-Évremond était mauvais poète. Ses comédies sont encore plus mauvaises. Cependant il avait tant de réputation qu’on lui offrit cinq cents louis pour imprimer sa comédie de Sir Politik7.

5Figurant dans les trois premières éditions et subsistant telle quelle dans la plupart de celles qui ont suivi, cette condamnation sans appel peut surprendre qui ne dit mot du prosateur, quand Voltaire savait parfaitement que ceux de ses contemporains qui appréciaient Saint-Évremond étaient des lecteurs de ses essais bien plus que de son théâtre et de sa poésie. Mais on le sent peu disposé à faire quartier, car se disant résolu à « mettre les étrangers au fait des bons auteurs », il écrit à Thiriot le 1er avril :

  • 8 Voltaire, Correspondence and Related Documents, T. Besterman (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation (...)

Jusqu’à présent il n’y a personne qui ait pris la peine de les avertir que Voiture est un petit esprit et St. Évremont un homme bien médiocre, etc8.

  • 9 Les Œuvres complètes de Voltaire / The Complete Works of Voltaire, Oxford, The Voltaire Foundation, (...)

6Un peu plus tard, il notera laconiquement dans ses Carnets : « Fausses réputations, Bussy, St. Évremont »9. Il s’agit donc de ramener ce dernier à son véritable rang, celui d’un esprit de seconde zone et d’un écrivain mineur, en faisant bonne justice d’une réputation proprement usurpée.

  • 10 Œuvres complètes de Voltaire, L. Moland (éd.), Paris, Garnier frères, 1877-1883, 52 vol., t. VIII, (...)

7Voltaire a dû pourtant sentir le caractère partiel et donc partial du jugement qu’il avait porté, puisque dans la quatrième édition (Amsterdam, Jacques Desbordes, 1733), la première qu’il ait avouée publiquement et dont les remaniements constituent sa réponse aux violentes critiques qu’il venait d’essuyer, il tempère sa sévérité par une plus grande objectivité en prenant en compte aussi l’œuvre du prosateur. Il ajoute d’abord une préface, sous la forme d’une lettre à son ami Cideville, donnant le Temple du goût pour le simple procès-verbal d’une « plaisanterie de société » : « Chacun fournissait ses idées et je n’ai guère eu d’autre fonction que de les mettre par écrit »10. Or que disait-on dans ce cercle de Saint-Évremond ?

  • 11 Ibid.

[qu’il] n’aurait jamais dû faire de vers et qu’on ne devait pas imprimer toute sa prose. C’est le sentiment du public éclairé ; et moi, qui trouve toujours tous les livres trop longs et surtout les miens, je réduisais aussitôt tous ces volumes à très peu de pages. Je n’étais en tout cela que le secrétaire du Public11.

8Cette réduction évoquée fait allusion à l’endroit du poème où le narrateur relate sa visite à la bibliothèque du dieu du Goût, qui de beaucoup d’ouvrages a accoutumé de ne conserver en effet que l’élixir. On lit dans la première édition (et une dizaine d’autres parmi celles qui ont suivi, du vivant de Voltaire) :

  • 12 E. Carcassonne (éd.), Le Temple du Goût, p. 92.

Presque tous les livres y sont de nouvelles éditions, revues et retouchées. Les œuvres de Marot et de Rabelais sont réduites à cinq ou six feuilles, Saint Évremont à un très petit volume, Bayle à un seul tome, Voiture à quelques pages12.

  • 13 Voltaire, Le Temple du Goût, Amsterdam, Jacques Desbordes, 1737 (BN Z Beuchot 154 (2)) et Amsterdam (...)

9Mais dans l’édition d’Amsterdam de 1733, ainsi que dans deux autres de 1737 et 173913, Voltaire, consentant à motiver davantage la réduction frappant Saint-Évremond, l’a fait en des termes qui, en dépit de leur évidente ironie, laissent deviner que l’absence d’estime n’est pas totale :

  • 14 On notera que Voltaire reprend là le mot même dont Saint-Évremond se servait volontiers pour désign (...)
  • 15 E. Carcassonne (éd.), Le Temple du Goût, p. 167.

St. Évremont, qui parle si délicatement de Religion, si solidement de Bagatelles14, et qui écrit de si longues lettres à la belle Madame Mazarin, est confiné dans un très petit volume ; encore n’y trouve-t-on pas la conversation du Père Canaye, qui appartient à Charleval15.

10Mieux encore : dans ces mêmes éditions de 1733, 1737 et 1739, Saint-Évremond se voit reconnaître au moins un mérite et qui n’est pas mince, celui d’avoir parfaitement possédé l’art de la conversation. Voici d’abord en quelle compagnie prestigieuse il l’exerce :

  • 16 Ibid., p. 163.

Chapelle, Chaulieu, La Fare, Saint-Évremond faisaient conversation avec le célèbre duc de La Rochefoucault et Madame de la Fayette16.

11Voltaire caractérise ensuite leurs entretiens :

  • 17 Ibid., p. 155-156.

[ils] n’ont ni l’affectation de l’hôtel de Rambouillet ni le tumulte qui règne chez nos jeunes étourdis.
On y sait fuir également
Le précieux, le pédantisme
L’air empesé du syllogisme
Et l’air fou de l’emportement
C’est là qu’avec grâce on allie
Le vrai savoir à l’enjouement
Et la justesse à la saillie
L’esprit en cent façons se plie
On sait lancer, rendre, essuyer
Des traits d’aimable raillerie
Le bon sens de peur d’ennuyer
Se déguise en plaisanterie17.

12Est enfin détaillée la matière de ces entretiens et l’on reconnaît dans cette liste certains sujets que Saint-Évremond a précisément abordés :

  • 18 Ibid., p. 164.

On y examine si les arts se plaisent mieux dans une monarchie que dans une république ; si l’on peut se passer aujourd’hui du secours des Anciens ; si les livres ne sont point trop multipliés ; si la Comédie et la Tragédie ne sont point trop épuisées. On établit quelle est la vraie différence entre l’homme de talent et l’homme d’esprit ; entre le critique et le satirique, entre l’imitateur et le plagiaire18.

13Mais cette relative bienveillance ne durera pas, puisque ces passages disparaissent des éditions postérieures à 1739.

  • 19 L’abbé Prévost, Le Pour et Contre, S. Larkin (éd.), in Studies on Voltaire and the Eighteenth Centu (...)

14En frappant Saint-Évremond d’ostracisme, l’auteur du Temple du goût n’était-il vraiment, comme il le prétend, que le « Secrétaire du Public » ? Rien n’est moins sûr, à en juger par les réserves, les silences, ou les protestations qui ont suivi. L’abbé Prévost, qui a généreusement consacré en juillet 1733 l’essentiel du nombre V de son Pour et Contre à un compte rendu fort élogieux du poème de Voltaire alors attaqué de toute part, demande tout de même en note « si parmi les Auteurs français, il n’y en a pas quelques uns qui puissent se plaindre d’avoir été exclus du Temple »19. Il ne nomme pas Saint-Évremond, il est vrai, mais Voltaire n’a pas douté que Prévost ne l’eût alors à l’esprit, puisqu’il lui fait répondre en septembre par son jeune protégé Linant :

  • 20 D 656. Linant confie à Cideville le 7 août (D 643) que c’est à la prière même de Voltaire qu’il a c (...)

Tout le monde convient que Saint-Évremond n’est pas poète, que ses comédies sont indignes même d’un esprit médiocre, que sa prose est pleine de longueurs et d’affectations. Il n’eût sans doute pas fait imprimer toutes ses lettres à Madame de Mazarin et à M. de… On sait qu’on lui a attribué plusieurs ouvrages qui ne sont pas de lui. Il a fait la lettre sur la paix des Pyrénées, mais il n’est pas l’auteur de la conversation du Père Canaye et du maréchal d’Hocquincourt. Ce petit morceau est de Charleval, ce qu’on tient de feu M. de Caumartin. Il faut donc convenir avec M. de Voltaire que les œuvres de Saint-Évremond peuvent former tout au plus un volume de grosseur raisonnable20.

15Cette réduction scandalise au contraire les adversaires déclarés du Temple du goût. Ainsi Jean du Castre d’Auvigny dans ses Observations critiques :

  • 21 J. du Castre d’Auvigny, Observations critiques sur « Le Temple du goût », s.l., 1733, p. 15.

Rabelais, Marot, Balzac, Voiture, Saint Évremond même et Bayle ne sont pas fort honorés dans le Temple de notre auteur, qui fait main basse sur la plus grande partie de leurs ouvrages21.

16Ou encore Pierre-Charles Roy dans son Essai d’apologie des auteurs censurés dans « Le Temple du goût » :

  • 22 P.-C. Roy, Essai d’apologie des auteurs censurés dans « Le Temple du goût », s.l., 1733, p. 11.

Peut-on, sans être indigné, voir le peu de cas que notre auteur fait du célèbre Saint Évremond dont les ouvrages /
Feront encor les délices du monde / Quand de Voltaire on ne parlera plus22.

17Les échos de ces réserves et protestations s’entendront jusque dans la seconde moitié du siècle. En 1743, le marquis d’Argens, publiant à Berlin des Réflexions historiques et critiques sur le goût et sur les ouvrages des principaux auteurs anciens et modernes qui comprennent un substantiel « Examen du Temple du goût de M. de Voltaire », consacre à la défense d’un écrivain qu’il regarde comme particulièrement « respectable » deux pages dont voici l’essentiel :

  • 23 J.-B. de Boyer, Réflexions historiques et critiques sur le goût et sur les ouvrages des principaux (...)

M. de Voltaire place Saint-Évremond parmi les auteurs qui sont exclus du rang des génies. L’Europe entière dément cette décision. Jamais personne ne pensa peut-être aussi profondément, aussi solidement et en même temps aussi naturellement que M. de Saint-Évremond. Lorsque Voltaire l’appelle l’inégal Saint-Évremond, qu’entend-il par cette épithète ? Veut-il dire simplement, comme il l’insinue dans une note, qu’il était mauvais poète ? En cela je suis entièrement de son opinion. Mais à peine les vers forment-ils le demi-quart de ses ouvrages ; et presque tous ces mêmes vers n’ont paru qu’après sa mort ; il ne les avait point destinés à voir le jour. Quant à ses ouvrages en prose, je ne fais aucune difficulté de dire que je les trouve presque tous excellents […] et j’oserais avancer ici hardiment qu’il n’est pas un seul auteur contemporain ou postérieur à M. de Saint-Évremond qui, lorsqu’il a parlé de lui, n’ait convenu que c’était un génie supérieur23.

  • 24 Abbé Chaudon, Les Grands Hommes vengés ou Examen des jugements portés par M. de Voltaire et par que (...)

18Ces propos recopiés intégralement en 1769, sans scrupules ni guillemets, par l’abbé Chaudon qui les donne pour siens, formeront la matière de l’article « Saint-Évremond » figurant dans son très polémique ouvrage Les Grands Hommes vengés ou Examen des jugements portés par M. de Voltaire et par quelques autres philosophes sur plusieurs hommes célèbres24. En 1773, Sabatier de Castres prendra à son tour l’exact contre-pied des vues de Voltaire, même s’il évite de le nommer, dans l’article étoffé qu’il consacre à Saint-Évremond :

  • 25 S. de Castres, Les Trois Siècles de notre littérature ou Tableau de l’esprit de nos écrivains depui (...)

La médiocrité de Saint-Évremond en matière de poésie n’influe en rien sur le mérite de sa prose. Ses expressions sont vives, justes, pittoresques, pleines d’imagination, de délicatesse ; ses pensées fines, ingénieuses, profondes : ses réflexions lumineuses, et assez souvent vraies. La plus grande partie de ses ouvrages annonce un esprit cultivé, solide, un écrivain consommé dans la connaissance du monde et du cœur humain. […] Ses Réflexions sur les divers génies du peuple romain, dans les divers temps de la République ; ses considérations sur Annibal, ses traités de l’Amitié et de la Conversation ; ses jugements sur quelques auteurs latins ; ses remarques sur les traducteurs, les historiens, sur l’art de la guerre ; ses maximes, ses pensées détachées, sont autant de productions exquises qui le placent parmi les plus estimables littérateurs […] Soit qu’il peigne les hommes, soit qu’il parle de Littérature, de Morale ou de Politique, il fait briller partout une finesse de raison qui ne laisse rien à désirer au lecteur. En un mot, ses différents Mélanges donnent l’idée la plus avantageuse de son discernement et inspirent l’amour des Lettres25.

  • 26 R. Naves, Le Goût de Voltaire, Genève, Slatkine Reprints, 1967, p. 199.

19Ces plaidoyers vaudraient davantage s’ils n’émanaient pas tous d’écrivains plus ou moins hostiles à Voltaire et qu’on peut soupçonner par conséquent d’être enclins à réhabiliter a priori une victime de leur grand adversaire. On peut douter en tout cas qu’ils reflètent après les années 1740 l’opinion du plus grand nombre sur Saint-Évremond, qui est bien devenu un écrivain mineur ; Le Temple du goût, « opération de salubrité », « nettoyage de la République des Lettres », selon les énergiques expressions de R. Naves26, y a de toute évidence contribué de façon décisive : la vraie question est de savoir s’il a causé ce déclin ou s’il l’a simplement précipité. À en croire J.-J. Rousseau, l’engouement pour Saint-Évremond que manifestait Mme de Warens à Annecy en 1729 avait déjà quelque chose d’anachronique :

  • 27 J.-J. Rousseau, Les Confessions, livre III, J. Voisine (éd.), Paris, Garnier, 1964, p. 122.

Elle ne parlait que de Bayle et faisait grand cas de Saint-Évremond, qui depuis longtemps était mort en France. Mais cela n’empêchait pas qu’elle ne connût la bonne littérature27

  • 28 Saint-Évremond, Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français moder (...)
  • 29 D. Diderot, Œuvres, L. Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, 1994, 4 vol., t. I, p. 1155-1159. Le c (...)
  • 30 D. Diderot, Correspondance, G. Roth (éd.), Paris, Minuit, 16 vol., t. III, p. 147-148, 14-15 octobr (...)
  • 31 D. Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, en cours de publication (33 volumes prévus, le premie (...)
  • 32 D. Diderot, Œuvres, t. I, p. 821.

20Rousseau lui-même, qui à la même époque a lu Saint-Évremond pour l’avoir trouvé dans la bibliothèque de sa protectrice, n’en parle dans ses œuvres que très rarement et presque uniquement à propos de ses réflexions sur l’opéra. On relèverait la même indifférence chez Diderot si Saint-Évremond ne s’était mêlé d’écrire sur Sénèque quelques pages28 qui ont vivement irrité l’auteur de l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron29 : Saint-Évremond s’y voit taxé d’ignorance et de légèreté, pour ne pas dire de sottise. Cet accès d’humeur passé, Saint-Évremond n’est guère plus pour Diderot que le héros d’une anecdote grivoise contée dans le salon de d’Holbach et rapportée à Sophie Volland30. Il approuve au reste Voltaire d’avoir « senti la faiblesse de Saint-Évremond »31. Car si l’auteur de la Réfutation d’Helvétius a apprécié particulièrement l’originalité de la Conversation du père Canaye et du maréchal d’Hocquincourt32, c’est en la croyant de Charleval et sans du tout s’interroger sur cette attribution, persuadé sans doute que l’auteur du Temple du goût, des Conseils à un journaliste et du Siècle de Louis XIV avait définitivement résolu la question. On trouve en effet dans le catalogue des écrivains qui clôt cette dernière œuvre une notice sur Charleval comportant cette mise au point qu’on pouvait croire définitive :

  • 33 M XIV-52. Dans les Conseils à un journaliste, datés par Voltaire du 10 mai 1737, mais publiés seule (...)

La fameuse Conversation du maréchal d’Hocquincourt et du P. Canaye, imprimée dans les œuvres de Saint-Évremond, est de Charleval, jusqu’à la petite dissertation sur le jansénisme et le molinisme que Saint-Évremond y a ajoutée. Le style de cette fin est très différent de celui du commencement. Feu M. de Caumartin, le conseiller d’état, avait l’écrit de Charleval, de la main de l’auteur33.

21L’auteur du Temple du goût s’est-il par la suite quelque peu relâché de son extrême sévérité à l’égard de Saint-Évremond ? Qu’il s’agisse du dramaturge ou du poète, l’écrivain proprement dit n’a jamais trouvé grâce à ses yeux. Lorsqu’en 1736 Voltaire avertit le public dans une préface à La Mort de César qu’il a voulu lui donner là une pièce composée « dans le goût anglais », il écarte aussitôt une possible et fâcheuse confusion :

  • 34 M III-309-310.

Ce n’est pas ici une pièce telle que le Sir Politick de M. de Saint-Évremond, qui, n’ayant aucune connaissance du théâtre anglais, et n’en sachant pas même la langue, donna son Sir Politick pour faire connaître la comédie de Londres aux Français. On peut dire que cette comédie du Sir Politick n’était ni dans le goût des Anglais ni dans celui d’aucune autre nation34.

22Trente-quatre ans plus tard, en 1770, il n’a pas changé d’avis en jugeant une autre pièce de Saint-Évremond :

  • 35 Dans Connaissance des beautés et des défauts de la poésie et de l’éloquence dans la langue français (...)
  • 36 M XVII-53. Article « Académie » des Questions sur l’Encyclopédie.

La comédie des Académiciens […] eut quelque réputation de son temps ; mais une preuve de son peu de mérite, c’est qu’on ne s’en souvient plus […] Il me semble que c’est un simple dialogue sans intrigue et sans sel, aussi fade que le Sir Politik et que la comédie des Opéra35, et que presque tous les ouvrages de Saint-Évremond, qui ne sont, à quatre ou cinq pièces près, que des futilités en style pincé et en antithèses36.

  • 37 M XXIII-508-509. On lit dans Sur Mlle de Lenclos à M. (1751) : « Elle mérita les quatre vers que Sa (...)
  • 38 Voltaire écrit à Falkener le 27 mars 1752 (D 4851) : « The best books I know in regard to History a (...)

23Quant à ses vers, ils sont tombés dans un oubli complet, sauf peut-être les quatre qu’il a mis au bas du portrait de Ninon37. À l’égard de l’historien, il semble à peine mieux disposé38. Bref, le bilan reste bien négatif de cet écrivain d’un esprit sans réelle envergure, comme Voltaire le réaffirme en 1767 :

  • 39 Voltaire, Lettres à S.A. Mgr le Prince de*** sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir m (...)

C’était un esprit agréable et assez juste ; mais il avait peu de science, nul génie, et son goût était peu sûr : ses Discours sur les Romains lui firent une réputation dont il abusa pour faire les plus plates comédies et les plus mauvais vers dont on ait jamais fatigué les lecteurs, qui n’en sont plus fatigués aujourd’hui puisqu’ils ne les lisent plus. On peut le mettre au rang des hommes aimables et pleins d’esprit qui ont fleuri dans le temps brillant de Louis XIV, mais non pas au rang des hommes supérieurs39.

  • 40 P. Andrivet, Saint-Évremond et l’Histoire romaine, Orléans, Paradigme, 1998, p. 7.
  • 41 M VI-210.

24On prendra garde toutefois que les nombreux jugements critiques qu’a portés Saint-Évremond prosateur (dans ses divers essais, réflexions, dissertations, considérations, lettres, conversations, etc.) n’ont pas fait nécessairement l’objet d’une désapprobation de la part de Voltaire. Le fin connaisseur de l’Antiquité, dont « l’œuvre la plus développée est un ouvrage consacré aux Romains »40, se voit par exemple loué, dans une note mise par Voltaire à sa tragédie du Triumvirat (1764), d’avoir été le premier, bien que l’on disposât depuis longtemps des ouvrages de Cicéron, « qui nous ait avertis qu’il fallait considérer en lui l’homme d’État et le bon citoyen »41. En revanche, désaccord complet sur le héros de Virgile :

  • 42 Voltaire, Essai sur la poésie épique (1727), Voltaire 3b, p. 431. Saint-Évremond, dans ses Quelques (...)

Saint-Évremond dit qu’Enée est plus propre à être le fondateur d’un ordre de moines que d’un empire. Il est vrai qu’Enée passe auprès de bien des gens plutôt pour un dévot que pour un guerrier ; mais leur préjugé vient de la fausse idée qu’ils ont du courage42.

25Divergence aussi sur Pétrone et le sens du Satiricon : déplorant dans son discours de réception à l’Académie française en 1746 que des hommes peu éclairés « qui se sont donnés pour des maîtres de goût et de volupté estiment tout dans Pétrone », Voltaire précise en note :

  • 43 M XXIII-207. Il n’est pas certain que Voltaire ait saisi dans toute sa nuance la position de Saint- (...)

Saint-Évremond admire Pétrone, parce qu’il le prend pour un grand homme de cour, et que Saint-Évremond croyait en être un : c’était la manie du temps. Saint-Évremond et beaucoup d’autres décident que Néron est peint sous le nom de Trimalcion ; mais en vérité quel rapport d’un vieux financier grossier et ridicule et de sa vieille femme qui n’est qu’une bourgeoise impertinente, qui fait mal au cœur, avec un jeune empereur et son épouse […] ? Quel rapport des débauches et des larcins de quelques écoliers fripons avec les plaisirs du maître du monde43 ?

26Il est arrivé à Saint-Évremond de porter aussi des jugements sur des contemporains illustres, comme Malherbe, La Fontaine, Boileau, Molière, mais surtout Corneille et Racine dont il admire le premier bien plus que le second, ce qui suffit a priori, on le devine, à rendre ses jugements suspects aux yeux de l’auteur des Commentaires sur Corneille. Assurant qu’on n’a rendu justice à Racine que très tardivement, Voltaire en veut pour preuve la totale myopie du regard d’un contemporain, celui de Saint-Évremond précisément, incapable de mettre leur juste prix aux œuvres :

  • 44 M XIV-118. Notice sur Racine dans le catalogue des écrivains français du Siècle de Louis XIV.

Nous avons été touchés, dit Saint-Évremond, de Mariamne, de Sophonisbe, d’Alcyonée, d’Andromaque et de Britannicus. C’est ainsi qu’on mettait non seulement la mauvaise Sophonisbe de Corneille, mais encore les impertinentes pièces d’Alcyonée [de du Ryer] et de Mariamne [de Tristan] à côté de ces chefs-d’œuvre immortels. L’or est confondu avec la boue pendant la vie des artistes et la mort les sépare44.

27Et lorsque de cette « mauvaise Sophonisbe de Corneille » Voltaire commentera la scène 3 de l’acte I, c’est-à-dire le dialogue de ces deux reines que sont Eryxe et Sophonisbe, il en flétrira le « langage trivial et comique », en citera pour le prouver une douzaine de vers lui paraissant être de ces « vers de comédie que Corneille s’est permis dans toutes ses pièces depuis Cinna », pour finalement stigmatiser une fois encore les erreurs de jugement de Saint-Évremond :

  • 45 Saint-Évremond, dans Sur Pétrone, p. 185, assure plutôt que les Anciens n’ont pas su, à l’exception (...)
  • 46 On trouve en cette même année 1764 un écho de ce jugement sévère de la part de Palissot dans la pré (...)
  • 47 Voltaire 55, p. 901.

C’est là ce que Saint-Évremond appelle parler avec dignité, c’est la véritable tragédie45. Et l’Andromaque de Racine est à ses yeux une pièce dans laquelle il y a des choses qui approchent du bon ! Tel est le préjugé. Telle est l’envie secrète qu’on porte au mérite nouveau sans presque s’en apercevoir. Saint-Évremond était né après Corneille et avait vu naître Racine. Osons dire qu’il n’était digne de juger ni l’un ni l’autre46. Il n’y a peut-être jamais eu de réputation plus usurpée que celle de Saint-Évremond47.

28Il faut certainement faire la part de l’humeur dans cette décision si cassante, puisqu’à propos de la scène des adieux (III, 5) de la Bérénice de Racine qu’il juge « plus élégante et mesurée que déchirante », Voltaire s’appuie du jugement de Saint-Évremond, qui donc ne se trompe pas toujours :

  • 48 Saint-Évremond, du moins dans Sur les caractères des tragédies, in Œuvres en prose, t. III, p. 331- (...)
  • 49 Voltaire 55, p. 953.

Tout cela me paraît petit, je le dis hardiment ; et je suis en cela seul de l’opinion de Saint-Évremond, qui dit en plusieurs endroits que les sentiments dans nos tragédies ne sont pas assez profonds48, que le désespoir n’y est qu’une simple douleur, la fureur un peu de colère49.

29Déjà en 1761, Voltaire avait rendu un hommage sans équivoque à la perspicacité de Saint-Évremond jugeant le théâtre de son pays :

  • 50 Dans l’appréciation du goût de Saint-Évremond, Voltaire a décidément beaucoup varié, ses différents (...)
  • 51 Voltaire, Appel à toutes les nations de l’Europe, M XXIV-218-219.

Dans les beautés frappantes de notre théâtre, il y avait un autre défaut caché […] Ce défaut ne fut relevé que par Saint-Évremond : il dit que « nos pièces ne font pas une impression assez forte ; que ce qui doit former la pitié fait tout au plus de la tendresse ; que l’émotion tient lieu de saisissement, l’étonnement de l’erreur ; qu’il manque à nos sentiments quelque chose d’assez profond ». Il faut avouer que Saint-Évremond a mis le doigt dans la plaie secrète du théâtre français ; on dira tant qu’on voudra que Saint-Évremond est l’auteur de la pitoyable comédie de Sir Politick et de celle des Opéras ; que ses petits vers de société sont ce que nous avons de plus plat en ce genre ; que c’était un petit faiseur de phrases ; mais on peut être totalement dépourvu de génie et avoir beaucoup d’esprit et de goût. Certainement son goût était très fin50, quand il trouvait ainsi la raison de la langueur de la plupart de nos pièces51.

  • 52 M XIV-554.

30L’auteur du Siècle de Louis XIV lui a encore accordé un autre satisfecit dans le célèbre chapitre XXXII (« Des Beaux arts ») développant sa vision de la littérature du siècle précédent : Saint-Évremond compte parmi ceux qui ont contribué, avec les grands auteurs classiques et les intellectuels français réfugiés à l’étranger (les pasteurs calvinistes, un Bayle et un Rapin de Thoiras), à faire du français la langue de l’Europe. Au reste si nous l’avons vu avoir le privilège, dans certaines éditions du Temple du goût, de converser avec La Rochefoucault et Mme de La Fayette, c’est précisément pour avoir été celui « dont toute la cour de Londres recherchait le commerce »52, ainsi que celui de la duchesse de Mazarin « à qui l’on ambitionnait de plaire ». Par son art consommé de la conversation, il a donc joué aux yeux de Voltaire un rôle historique important dans le perfectionnement, l’essor et le rayonnement de celle de toutes les langues

  • 53 M XIV-555.

qui exprime avec le plus de facilité, de netteté et de délicatesse, tous les objets de la conversation des honnêtes gens et par là […] contribue dans toute l’Europe à un des plus grands agréments de la vie53.

31Tous les propos de Voltaire cités jusqu’ici se rapportant au Saint-Évremond auteur ou critique, on est en droit de se demander s’il lui est arrivé de s’intéresser aussi à l’homme, ainsi qu’au philosophe : rarement et brièvement. L’historien du Siècle de Louis XIV racontant au chapitre XXV la chute retentissante de Fouquet a été amené à évoquer quelques-uns de ceux qui, attachés comme Saint-Évremond au surintendant, furent enveloppés dans sa disgrâce. Elle a, selon Voltaire, indirectement causé l’exil de Saint-Évremond :

  • 54 On sait qu’il s’agit en réalité moins d’une lettre familière que d’un pamphlet soigneusement compos (...)
  • 55 M XIV-434.

Colbert, qui cherchait partout des preuves contre celui qu’il voulait perdre, fit saisir des papiers confiés à madame du Plessis-Bellière ; et dans ces papiers on trouva la lettre manuscrite de Saint-Évremond sur la paix des Pyrénées. On lut au roi cette plaisanterie qu’on fit passer pour un crime d’État. Colbert, qui dédaignait de se venger de Hesnault, homme obscur, persécuta, dans Saint-Évremond, l’ami de Fouquet qu’il haïssait et le bel esprit qu’il craignait. Le roi eut l’extrême sévérité de punir une raillerie innocente54, faite il y avait longtemps contre le cardinal Mazarin, qu’il ne regrettait pas et que toute la cour avait outragé, calomnié et proscrit impunément pendant plusieurs années. De mille écrits faits contre ce ministre, le moins mordant fut le seul puni et le fut après sa mort55.

32Cette disproportion que croit apercevoir Voltaire entre la faute et le châtiment confère à l’exilé le statut prestigieux d’une victime de l’arbitraire sachant lui opposer une dignité hautaine et exemplaire :

  • 56 Ibid.

Saint-Évremond, retiré en Angleterre, vécut et mourut en homme libre et en philosophe. Le marquis de Miremond, son ami, me disait autrefois à Londres qu’il y avait une autre cause de sa disgrâce et que Saint-Évremond n’avait jamais voulu s’en expliquer. Lorsque Louis XIV permit à Saint-Évremond de revenir dans sa patrie, sur la fin de ses jours, ce philosophe dédaigna de regarder cette permission comme une grâce ; il prouva que la patrie est où l’on vit heureux et il l’était à Londres56.

33Quant à la notice biographique de quelque dix-sept lignes dont Saint-Évremond fait l’objet dans le catalogue des écrivains du même Siècle de Louis XIV, elle demeure étrangement décevante, puisque les quatre dixièmes en sont consacrés à une critique virulente de la vie de l’auteur placée par Desmaizeaux en tête de son édition. De Saint-Évremond même reste une appréciation plutôt négative, suivie d’une anecdote :

  • 57 M XIV-128. Voltaire aime aussi rapporter un autre mot de Saint-Évremond à l’agonie répondant à un a (...)

Une morale voluptueuse, des lettres écrites à des gens de cour, dans un temps où ce mot de cour était prononcé avec emphase par tout le monde, des vers médiocres, qu’on appelle vers de société, faits dans des sociétés illustres, tout cela avec beaucoup d’esprit contribua à la réputation de ses ouvrages […]. On connaît son exil, sa philosophie et ses ouvrages. Quand on lui demanda à sa mort s’il voulait se réconcilier, il répondit : « Je voudrais me réconcilier avec l’appétit. » Il est enterré à Westminster, avec les rois et les hommes illustres d’Angleterre57.

34Voltaire a écrit : on connaît sa philosophie, mais c’est précisément du philosophe qu’il a très peu parlé, s’obstinant étrangement à ne jamais considérer que le poète, le dramaturge ou le critique littéraire. Il faut attendre 1767 pour le voir prendre en compte également – mais avec une brièveté aussi décevante qu’allusive – la dimension proprement libertine de cette pensée :

  • 58 M XXVI-499-500.

on trouve dans ses véritables ouvrages plusieurs traits qui annoncent un esprit dégagé des préjugés de l’enfance. D’ailleurs, sa vie épicurienne et sa mort toute philosophique servirent de prétexte à tous ceux qui voulaient accréditer de son nom leurs sentiments particuliers […]. Au reste, ceux qui l’ont appelé athéiste sont d’infâmes calomniateurs58.

35Encore faut-il prendre garde que ce sujet n’est abordé que dans le cadre d’une mise au point visant à désabuser le public :

  • 59 Ibid. Durant les années 1763 et 1764, le nom de Saint-Évremond revient fréquemment dans les lettres (...)

On a donné quelques ouvrages contre le christianisme sous le nom de Saint-Évremond, mais aucun n’est de lui. On crut après sa mort faire passer ces dangereux livres à l’abri de sa réputation […]. Nous avons surtout une Analyse de la religion chrétienne qui lui est attribuée. C’est un ouvrage qui tend à renverser toute la chronologie et presque tous les faits de la sainte Écriture […]. Au reste, Saint-Évremond était incapable de ces recherches savantes59.

36Tout se passe donc comme si Voltaire était mû par le refus plus ou moins conscient de ne jamais prendre acte d’une filiation que Sainte-Beuve fut un des premiers à avoir mis en lumière :

  • 60 Sainte-Beuve, Causeries du Lundi, Paris, 1870, IV, p. 190.

De Montaigne et de Charron à Saint-Évremond et à Ninon et de Ninon à Voltaire, il n’y a que la main, comme on voit. C’est ainsi que dans la série des temps, quelques esprits font la chaîne60.

  • 61 Œuvres de Monsieur de Saint-Évremond publiées sur les manuscrits de l’auteur, nouvelle édition revu (...)
  • 62 Saint-Évremond, Œuvres en prose, t. IV, p. 152, l. 59-61.
  • 63 Ibid., p. 153.

37Les mérites proprement philosophiques dédaigneusement consentis par Voltaire à l’auteur de textes comme Réflexions sur la religion, Lettre à M. Justel, Considération sur la religion, ou encore Lettre à la duchesse Mazarin contenant des Réflexions sur l’esprit de religion, se réduisent à quelques traits qui annonceraient seulement « un esprit dégagé des préjugés de l’enfance » ! L’auteur même du Temple du goût avait su se montrer moins injuste dans les éditions évoquant un Saint-Évremond sachant parler « si délicatement de religion ». Comment ne pas se souvenir ici que de certaines grandes idées voltairiennes en matière de religion, de morale, de dogme, de tolérance, on trouve déjà chez Saint-Évremond la ferme expression, simplement plus prudente ? Ainsi à la duchesse de Mazarin est expliquée la dangereuse futilité des querelles doctrinales61 ; au maréchal de Créqui est exposée l’idée d’un fondement commun à toutes les religions, celui d’une morale qui servirait de base à leur accord62 ; ou encore la nécessité de laisser chacun « libre en sa créance », pourvu que ne soit point troublé l’ordre public63. Saint-Évremond s’est même avisé, bien avant Voltaire, d’opposer la tolérance des païens à l’intolérance des chrétiens. On trouve en effet dans ces différents textes les linéaments d’une philosophie de la tolérance

  • 64 G. Lanson, « La philosophie de Saint-Évremond », Revue des cours et conférences, XVI, 2e série, no  (...)

comparable à celle du XVIIIe siècle et consistant : 1°) dans le rejet du dogme comme absurde et divisant les hommes ; 2°) dans la réduction de la religion à la morale, qui les réunit64.

  • 65 Voir les rapprochements suggestifs qu’il a établis dans The Intellectual Development of Voltaire, p (...)

38Il fallait, je crois, le bref rappel de quelques-unes de ces similitudes très perceptibles pour mesurer tout ce qu’il y a d’étrange dans cette volonté persistante de les ignorer ou de ne voir rien de plus que l’affranchissement de « préjugés de l’enfance » dans l’expression d’idées qui sont pourtant, plus d’une fois, comme un premier crayon des siennes, ainsi que l’a fait voir I.O. Wade notamment65.

***

  • 66 Voltaire 55, p. 901, note 7 de D. Williams : « Voltaire’s dislike of Saint-Evremond’s literary phil (...)

39Faut-il alors, pour conclure, dénoncer chez Voltaire, comme l’a fait David Williams66, une véritable aversion pour Saint-Évremond, une antipathie constante à son égard ? Ce serait sans doute aller trop loin : le manque d’équité de Voltaire envers Saint-Évremond n’est pas douteux, mais il est plutôt dans la méconnaissance obstinée de la portée philosophique de sa prose (ce Saint-Évremond qui parle « si solidement de bagatelles ») que dans la volonté très tôt affirmée de mettre fin à la réputation usurpée d’un mauvais poète, d’un piètre dramaturge et d’un essayiste n’offrant guère que des « futilités en style pincé et en antithèses », mais capable à l’occasion de vues pertinentes auxquelles Voltaire se flatte de savoir alors rendre justice. Mais cette volonté même de réformer l’opinion du public témoigne de la faveur dans laquelle il tenait Saint-Évremond, dont il ne faut, comme Lanson le remarquait déjà, ni surfaire l’influence ni la diminuer outre mesure :

  • 67 G. Lanson, « La philosophie de Saint-Évremond », p. 492-493.

Il est superficiel et léger si on le compare à Bayle […]. Mais il représente une moyenne d’esprits variés et par sa médiocrité même, qui est fort significative, il a eu une large prise sur une société nombreuse67.

40De cette emprise de Saint-Évremond témoigne au reste la liste de ses éditions : une quinzaine d’œuvres mêlées de 1668 à sa mort, deux éditions authentiques des œuvres complètes en 1705 et 1706, une douzaine de rééditions ou contrefaçons de 1706 à 1753 et ensuite pratiquement plus rien, précisément parce que la campagne voltairienne avait porté ses fruits en vouant, pour toute la seconde moitié du siècle, un précurseur méconnu à un oubli qu’il ne méritait pas.

Notes

1 Voir R. Pomeau, D’Arouet à Voltaire 1694-1734, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985, p. 32.

2 Voir Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou – Leningrad, Éditions de l’Académie

3 des sciences de l’URSS, 1961, nos 3061 et 3062.

Si les notes marginales de Voltaire et autres traces de lecture sont actuellement en cours de publication dans le Corpus des notes marginales de Voltaire (Berlin, Akademie Verlag, et Oxford, The Voltaire Foundation ; 5 vol. parus), celles qui concernent Saint-Évremond ne sont malheureusement pas encore publiées, puisqu’on en est à la lettre M. Selon I.O. Wade, The Intellectual Development of Voltaire, Princeton, Princeton University Press, 1969, p. 127, note 14 : « apparently, Voltaire’s acquaintance with Saint-Evremond was perfunctory until the Cirey period. »

4 Environ 25 du vivant de Voltaire, selon le dénombrement opéré par E. Carcassonne dans son édition critique du Temple du Goût de Voltaire, Genève, Droz, 1953, p. 47-58.

5 Ibid., p. 82-83.

6 Ibid., p. 83.

7 Ibid., p. 132, note 23.

8 Voltaire, Correspondence and Related Documents, T. Besterman (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, 1968-1977, 51 vol., lettre no 584 (désormais cité D, suivi du numéro de la lettre).

9 Les Œuvres complètes de Voltaire / The Complete Works of Voltaire, Oxford, The Voltaire Foundation, 1968, t. 82, p. 443 (désormais cité Voltaire, suivi du tome et de la pagination). Il s’agit des Leningrad Notebooks, commencés, selon T. Besterman, dans les années 1735.

10 Œuvres complètes de Voltaire, L. Moland (éd.), Paris, Garnier frères, 1877-1883, 52 vol., t. VIII, p. 551 (désormais cité M, suivi du tome en chiffres romains et de la pagination en chiffres arabes).

11 Ibid.

12 E. Carcassonne (éd.), Le Temple du Goût, p. 92.

13 Voltaire, Le Temple du Goût, Amsterdam, Jacques Desbordes, 1737 (BN Z Beuchot 154 (2)) et Amsterdam (Rouen ?), aux dépens de la Compagnie, 1739, (BN Z Beuchot 5 (2)). Voir E. Carcassonne (éd.), Le Temple du Goût, p. 49.

14 On notera que Voltaire reprend là le mot même dont Saint-Évremond se servait volontiers pour désigner ses propres ouvrages : ainsi dans une lettre à l’abbé de Hautefeuille d’octobre 1692, il se définit comme « un homme qui n’a jamais fait que des bagatelles » (Saint-Évremond, Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1967-1968, 2 vol., t. II, p. 330). Il écrit aussi au libraire Barbin (ibid., p. 354) : « Je vous suis fort obligé, Monsieur, de la bonne opinion que vous avez des bagatelles qui me sont échappées et qu’on a la bonté de nommer ouvrages. »

15 E. Carcassonne (éd.), Le Temple du Goût, p. 167.

16 Ibid., p. 163.

17 Ibid., p. 155-156.

18 Ibid., p. 164.

19 L’abbé Prévost, Le Pour et Contre, S. Larkin (éd.), in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, The Voltaire Foundation, 1993, t. 309, p. 99 (désormais cité SV, suivi du tome et de la pagination).

20 D 656. Linant confie à Cideville le 7 août (D 643) que c’est à la prière même de Voltaire qu’il a composé cette longue Lettre apologétique sur « Le Temple du goût » que son protecteur lui a fait adresser à Prévost, dans l’espoir, au reste déçu, qu’elle serait publiée par l’éditeur du Pour et Contre.

21 J. du Castre d’Auvigny, Observations critiques sur « Le Temple du goût », s.l., 1733, p. 15.

22 P.-C. Roy, Essai d’apologie des auteurs censurés dans « Le Temple du goût », s.l., 1733, p. 11.

23 J.-B. de Boyer, Réflexions historiques et critiques sur le goût et sur les ouvrages des principaux auteurs anciens et modernes, paru à Berlin chez Fromery en 1745 sous ce titre modifié : Pensées diverses et critiques sur les principaux auteurs françois, p. 43-45.

24 Abbé Chaudon, Les Grands Hommes vengés ou Examen des jugements portés par M. de Voltaire et par quelques autres philosophes sur plusieurs hommes célèbres, Amsterdam – Lyon, 1769, 2 vol., t. I, p. 313-314.

25 S. de Castres, Les Trois Siècles de notre littérature ou Tableau de l’esprit de nos écrivains depuis François 1er, jusqu’en 1772, Amsterdam – Paris, 1773, 3 vol., t. III, p. 211-212.

26 R. Naves, Le Goût de Voltaire, Genève, Slatkine Reprints, 1967, p. 199.

27 J.-J. Rousseau, Les Confessions, livre III, J. Voisine (éd.), Paris, Garnier, 1964, p. 122.

28 Saint-Évremond, Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1962-1969, 4 vol., t. I, p. 154-158.

29 D. Diderot, Œuvres, L. Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, 1994, 4 vol., t. I, p. 1155-1159. Le commentaire de la 95e lettre de Sénèque tourne au réquisitoire le plus violent contre « un vieillard frivole » qui « n’a jamais lu les ouvrages de Sénèque et n’en connaît guère que les titres » : « Un de ces hommes frivoles, qu’on appelait de son temps d’agréables débauchés, un épicurien sensuel, un bel esprit, était peu fait par son état, son caractère et ses mœurs, pour apprécier les ouvrages de Sénèque et goûter ses principes austères. »

30 D. Diderot, Correspondance, G. Roth (éd.), Paris, Minuit, 16 vol., t. III, p. 147-148, 14-15 octobre 1760.

31 D. Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, en cours de publication (33 volumes prévus, le premier est paru en 1975), t. XVIII (1984), p. 271.

32 D. Diderot, Œuvres, t. I, p. 821.

33 M XIV-52. Dans les Conseils à un journaliste, datés par Voltaire du 10 mai 1737, mais publiés seulement en 1744 et qu’il faut probablement dater de 1739 (M XXII-256), on lisait déjà : « Ne condamnez point avec dureté tout ce qui ne sera pas […] aussi plaisant et aussi original que la Conversation du P. Canaye et du maréchal d’Hocquincourt, écrite par Charleval, et à laquelle Saint-Évremond a ajouté une fin moins plaisante et qui languit un peu. »

34 M III-309-310.

35 Dans Connaissance des beautés et des défauts de la poésie et de l’éloquence dans la langue française, opuscule paru en 1749 et longtemps regardé comme étant de Voltaire (ou du moins très étroitement inspiré par lui), mais dont T. Besterman a montré qu’il fallait l’attribuer à David Durand, ministre protestant vivant à Londres, on lit à l’article « Opera » (M XXIII-408) : « Saint-Évremond s’est épuisé en froides railleries sur ce genre de spectacles. Il veut trouver du ridicule à mettre en chant des passions et des dialogues. Il ne savait pas que les tragédies grecques et romaines étaient chantées […]. Qui ne sait que la musique exprime les passions ? Saint-Évremond, en louant Sophonisbe et en blâmant l’opéra, a prouvé qu’il avait peu de goût et l’oreille dure. »

36 M XVII-53. Article « Académie » des Questions sur l’Encyclopédie.

37 M XXIII-508-509. On lit dans Sur Mlle de Lenclos à M. (1751) : « Elle mérita les quatre vers que Saint-Évremond mit au bas de son portrait et qui sont plus connus que tous les autres vers de cet auteur : L’indulgente et sage nature / A formé l’âme de Ninon / De la volupté d’Épicure / Et de la vertu de Caton. En effet elle était digne de cet éloge. »

38 Voltaire écrit à Falkener le 27 mars 1752 (D 4851) : « The best books I know in regard to History are these : La conspiration de Venise de Saint-Réal […] La Décadence de l’empire par M. Montesquieu, Les réflexions sur les Romains de St. Réal et même de Saint-Évremond. » I.O. Wade, The Intellectual Development of Voltaire, p. 127, estime pour sa part que Saint-Réal et Saint-Évremond ont tous deux exercé une « influence considérable » sur Voltaire entreprenant son Charles XII.

39 Voltaire, Lettres à S.A. Mgr le Prince de*** sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir mal parlé de la religion chrétienne, M XXVI-500.

40 P. Andrivet, Saint-Évremond et l’Histoire romaine, Orléans, Paradigme, 1998, p. 7.

41 M VI-210.

42 Voltaire, Essai sur la poésie épique (1727), Voltaire 3b, p. 431. Saint-Évremond, dans ses Quelques réflexions sur nos traducteurs, in Œuvres en prose, t. III, p. 113, avait observé : « Quant au bon Enée, il ne se mêle guère des desseins importants et glorieux. Il lui suffit de ne pas manquer aux offices d’une âme pieuse, tendre et pitoyable […]. C’était un pauvre Héros dans le Paganisme, qui pourrait être un grand Saint chez les Chrétiens, fort propre à nous donner des miracles et plus digne d’être fondateur d’un ordre que d’un État. »

43 M XXIII-207. Il n’est pas certain que Voltaire ait saisi dans toute sa nuance la position de Saint-Évremond dans Sur Pétrone, in Œuvres en prose, t. I, p. 174 : tout en jugeant indubitable « que Pétrone n’ait voulu décrire les débauches de Néron et que ce Prince ne soit le principal objet de son ridicule », il estime néanmoins « qu’il n’y a aucun personnage dans Pétrone qui puisse convenir généralement à Néron. Sous Trimalcion, il se moque apparemment de sa magnificence ridicule et de l’extravagance de ses plaisirs. Eumolpus nous représente la belle passion qu’il avait pour le théâtre […] Et par une agréable disposition de différentes personnes imaginées, il touche diverses impertinences de l’empereur et le désordre ordinaire de sa vie ».

44 M XIV-118. Notice sur Racine dans le catalogue des écrivains français du Siècle de Louis XIV.

45 Saint-Évremond, dans Sur Pétrone, p. 185, assure plutôt que les Anciens n’ont pas su, à l’exception du seul Pétrone, parler de galanterie et que les Modernes ont sur ce point une entière supériorité : « … je ne sache aucun de ces grands génies qui eût pu faire parler d’amour Massinisse et Sophonisbe, César et Cléopâtre aussi galamment que nous les avons ouï parler en notre langue. »

46 On trouve en cette même année 1764 un écho de ce jugement sévère de la part de Palissot dans la préface de son ouvrage La Dunciade ou La Guerre des sots, Chelsea, Poëme, 1764, p. 8 : « Le bel esprit S. Évremont avait introduit cette façon de penser si défavorable à Racine, sous prétexte de l’admiration exclusive qu’il avait vouée à Corneille : comme si l’on ne pouvait élever un homme célèbre qu’au préjudice de son concurrent. Assurément l’ennemi de Racine n’était pas digne d’admirer Corneille. »

47 Voltaire 55, p. 901.

48 Saint-Évremond, du moins dans Sur les caractères des tragédies, in Œuvres en prose, t. III, p. 331-332, reproche plutôt aux auteurs tragiques « d’employer une passion pour une autre, de mettre de la douleur où il ne faut que de la tendresse ; de mettre au contraire du désespoir où il ne faut que de la douleur […]. Dans le Titus de Racine vous voyez du désespoir, où il ne faudrait qu’à peine de la douleur. L’histoire nous apprend que Titus plein d’égards et de circonspections, renvoya Bérénice en Judée pour ne pas donner le moindre scandale au peuple Romain, et le poète en fait un désespéré, qui veut se tuer lui-même, plutôt que de consentir à cette séparation ».

49 Voltaire 55, p. 953.

50 Dans l’appréciation du goût de Saint-Évremond, Voltaire a décidément beaucoup varié, ses différents jugements frisant même la contradiction, puisqu’en 1767, on s’en souvient, il regarde ce goût comme « peu sûr ».

51 Voltaire, Appel à toutes les nations de l’Europe, M XXIV-218-219.

52 M XIV-554.

53 M XIV-555.

54 On sait qu’il s’agit en réalité moins d’une lettre familière que d’un pamphlet soigneusement composé (cf. Saint-Évremond, Œuvres en prose, t. I, p. 123-124) ; mais dès 1733, Voltaire (D 636) a manifesté ce parti pris de le réduire à une raillerie : faisant remarquer à Cideville qu’« il y a des temps où l’on peut impunément faire les choses les plus hardies [et qu’]il y en a d’autres où ce qu’il y a de plus simple et de plus innocent devient dangereux et criminel », il oppose le cas de l’auteur des Lettres persanes qui, tout en n’y ayant ménagé ni la religion ni le gouvernement, s’est ouvert par là les portes de l’Académie, à celui de Saint-Évremond qui « a passé sa vie dans l’exil pour une lettre qui n’était qu’une simple plaisanterie ».

55 M XIV-434.

56 Ibid.

57 M XIV-128. Voltaire aime aussi rapporter un autre mot de Saint-Évremond à l’agonie répondant à un ami intime qui lui proposait une question de philosophie : « Vous me prenez trop à votre avantage » (cf. D 8442 et D 11419). Cet ami n’est autre que le poète anglais Edmund Waller, à qui Voltaire a consacré la seconde moitié de la vingt-et-unième des Lettres philosophiques en commençant par ces mots : « On a beaucoup entendu parler du célèbre Waller en France. Messieurs de la Fontaine, Saint-Évremond et Bayle ont fait son éloge ; mais on ne connaît de lui que son nom » (M XXII-166). L’anecdote est évidemment fausse, du moins dans les termes rapportés par Voltaire, puisque Waller est mort en 1687, soit seize ans avant Saint-Évremond.

58 M XXVI-499-500.

59 Ibid. Durant les années 1763 et 1764, le nom de Saint-Évremond revient fréquemment dans les lettres de Voltaire à d’Alembert et Damilaville, mais toujours dans l’expression « le livre attribué à Saint-Évremond » – il s’agit de l’Examen de la religion dont on cherche l’éclaircissement de bonne foi – dont Voltaire et ses correspondants savent pertinemment qu’il n’est pas de lui. Voltaire en a averti Damilaville le 6 décembre 1763 (D 11535) : « Je connais depuis longtemps le livre attribué à Saint-Évremond. Ce n’est pas assurément son style ; et Saint-Évremond d’ailleurs n’était pas assez savant pour composer un tel ouvrage. Il est de Dumarsais… » Cela ne l’empêche pas de trouver cette formule plaisante pour vanter les mérites de l’ouvrage subversif (D 11612) : « Saint-Évremond est un très grand saint. »

60 Sainte-Beuve, Causeries du Lundi, Paris, 1870, IV, p. 190.

61 Œuvres de Monsieur de Saint-Évremond publiées sur les manuscrits de l’auteur, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée, Londres, Jacob Tonson, 1711, t. IV, p. 88 : « La doctrine est contestée partout ; elle servira éternellement de matière à la dispute dans toutes les religions ; mais on peut convenir de ce qui regarde les mœurs. Le monde est d’accord sur les commandements que Dieu nous fait et sur l’obéissance qui lui est due ; car alors Dieu s’explique à l’homme en des choses que l’homme connaît et qu’il sent. »

62 Saint-Évremond, Œuvres en prose, t. IV, p. 152, l. 59-61.

63 Ibid., p. 153.

64 G. Lanson, « La philosophie de Saint-Évremond », Revue des cours et conférences, XVI, 2e série, no 28, 21 mai 1908, p. 490.

65 Voir les rapprochements suggestifs qu’il a établis dans The Intellectual Development of Voltaire, p. 123-127.

66 Voltaire 55, p. 901, note 7 de D. Williams : « Voltaire’s dislike of Saint-Evremond’s literary philosophy was sustained throughout the years. »

67 G. Lanson, « La philosophie de Saint-Évremond », p. 492-493.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540