Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre Baroque et Lumières : Saint-Évremond (1614-1703)

 | 
Suzanne Guellouz

Saint-Évremond et la poésie

Dominique Roulland

Texte intégral

1Dans la préface à son édition des Œuvres meslées de 1705, P. Silvestre écrivait :

  • 1 Saint-Évremond, Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français moder (...)

Il y a entre autres des pièces de poésie, qui sont au-dessous du médiocre. Quoiqu’au jugement de tout le monde sa poésie soit fort au-dessous de sa prose, il n’en jugeait pas toujours comme le public. On peut même dire qu’il avait souvent un peu trop de prévention pour ses vers. D’ailleurs, il les faisait avec beaucoup de facilité1.

2Dès cette première édition, la cause semble entendue, Saint-Évremond est un mauvais poète. La Harpe, dans son cours de littérature, le présente comme « un homme de beaucoup d’esprit, un écrivain agréable, délicat et ingénieux, du moins en prose (car il ne faut pas même parler de ses vers) », avant de s’emporter contre « cette foule de vers de toute espèce, qui ne sont que de la prose rimée » et de conclure : « tout ce fatras fut mis au rang des vieilleries du temps passé. » La tradition critique et éditoriale a entériné la condamnation, la poésie de Saint-Évremond n’est plus lue, et, même si l’on exhibe parfois une de ces « vieilleries », n’a pas bénéficié d’une édition critique ; René Ternois l’a exclue de son édition tout en en donnant des fragments nombreux, parfois assez longs, mais souvent assortis d’épithètes peu flatteuses.

 

3Il ne s’agit pas ici de « réhabiliter » la poésie de Saint-Évremond, ni même de la juger, mais simplement de visiter ce corpus considérable de vers et de réflexions sur la poésie, pour tenter de mieux comprendre quelles furent la place et la fonction de la poésie dans la vie de celui que Silvestre présentait comme un « homme du monde » et un « bel esprit » et qui se présentait lui-même comme « un homme qui n’a jamais fait que des bagatelles ».

4On est d’emblée frappé par l’omniprésence des vers dans les œuvres de Saint-Évremond, l’écriture poétique apparaît extrêmement abondante, variée, permanente. La moitié des volumes des éditions de Desmaizeaux présentent des textes entièrement rédigés en vers, mais les vers sont présents dans tous les écrits : citations de poètes et vers pastichés émaillent la correspondance, vers et prose n’alternent pas seulement dans les lettres, dans les essais ; la réflexion développée en prose est reprise condensée en vers ; à l’inverse, dans la lettre adressée à La Fontaine, ce sont les strophes qui développent les motifs annoncés dans les paragraphes en prose ; parfois, un même sujet donne lieu à deux textes distincts, l’un en vers, l’autre en prose. Il n’y a pas plus de domaine réservé à la prose qu’à la poésie, tous les aspects de la vie trouvent à s’exprimer dans ces deux formes de langage : vie publique ou privée, vie quotidienne et événements mondains, culturels et politiques, tous les sujets de réflexion morale, religion, littérature sont abordés en vers et en prose. Ce ne sont ni les circonstances, ni les sujets qui commandent le choix. Les deux modes d’écriture semblent également fonctionnels, interchangeables.

5Une telle diversité dans les contenus donne lieu à une grande variété dans les formes poétiques pratiquées. Les formes fixes – dizain, sonnet – sont représentées mais restent rares ou prennent des allures peu académiques (on trouve par exemple un sonnet d’octosyllabes) ; Saint-Évremond préfère les genres plus souples de l’épigramme, du madrigal, de l’élégie ou de la fable et surtout des stances quand elles sont dites irrégulières. Sa pratique d’écriture apparaît donc comme une pratique libre, peu soucieuse des règles ni des contraintes formelles, même s’il s’y soumet parfois, et pour autant que l’on peut se fier à l’ordre choisi par l’éditeur, de moins en moins souvent. Les premiers poèmes témoignent en effet d’un plus grand souci formel ou du moins se conforment à l’usage ; ainsi les premiers vers présentés par Desmaizeaux, élégies, stances, sonnet, dédiés à Mme ***, s’apparentent aux vers mondains par la banalité de leur sujet – un amant se plaint d’être éloigné de son Iris – et par le traitement du sujet (le jeu entre l’anonymat de la dédicace et le prénom convenu) et des lieux déjà trop communs :

  • 2 Saint-Évremond, Œuvres meslées, Amsterdam, Desmaizeaux, 1753, 12 vol. (cité désormais Œuvres meslée (...)

Mes yeux, mes inutiles yeux2.

6Les textes assurément plus tardifs de l’exil montreront une distance souvent ironique et beaucoup de désinvolture vis-à-vis des formes poétiques.

7Hormis les comédies et les idylles en musique, peu de pièces en vers apparaissent de façon autonome. La plupart des pièces sont liées aux circonstances de la vie ; les vers célèbrent les événements, la mort d’un roi, l’anniversaire de la reine, la guerre, la paix, la prospérité de l’Angleterre. C’est en vers que Saint-Évremond tente d’obtenir la clémence de Louis XIV, en 1678 :

  • 3 Saint-Évremond, Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 196 (...)

Arbitre des mortels, je connais ta puissance,
Que ne puis-je aussi bien connaître ta clémence !
L’excès de tes bontés en tous lieux est connu,
Mais tu m’as réservé pour une autre vertu :
Je dois servir toujours à montrer ta justice
Sans murmurer jamais d’un assez long supplice3

8Cent vingt-huit vers affirment ainsi, non sans flatterie, la soumission au « premier des Rois ».

9C’est en vers aussi que Saint-Évremond intervient dans les grands débats, religieux, moraux ou littéraires ; un sonnet (daté de 1657 par F. Lachèvre) reprend la thématique et les arguments de la réflexion « Sur les Plaisirs » :

Nature, enseigne-moi pour quel bizarre effort
Notre âme, hors de nous, est quelquefois ravie ?
Dis-nous comme à nos corps elle-même asservie,
S’agite, s’assoupit, se réveille, s’endort ?

Les moindres animaux, plus heureux dans leur sort
Vivent innocemment, sans crainte et sans envie,
Exempts de mille soins qui traversent la vie,
Et de mille frayeurs que nous donne la mort.

Un mélange incertain d’esprit et de matière,
Nous fait vivre avec trop ou trop peu de lumière,
Pour savoir justement, et nos biens et nos maux.

  • 4 Œuvres meslées, t. II, p. 105.

Change l’état douteux dans lequel tu nous ranges,
Nature ; élève-nous à la clarté des anges,
Ou nous abaisse au sens des simples animaux4.

10Plus malicieusement, ce sont des fables comme Le Cercle ou La Prude et la Coquette, des dialogues comme Dialogue sur le Quiétisme qui expriment les positions de Saint-Évremond ou qui raillent ce qu’il condamne. Le ton se fait nettement polémique quand il intervient dans la querelle des Anciens et des Modernes :

  • 5 Ibid., t. VI, p. 19.

L’ordinaire et honteux pillage
Que l’on fait chez l’Antiquité
Au lieu d’enrichir notre ouvrage,
découvre notre pauvreté.
[…] Pourquoi révérer comme Antique
Ce que les Grecs dans leur Attique
Aimaient comme des nouveautés5.

11Le long poème affirmant la supériorité des Modernes se conclut par cette chute, un peu lourde il est vrai :

  • 6 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

Modernes reprenez courage
Vous remporterez l’avantage6 !

12Tous ces vers sont bien d’« un homme du monde, qui dans une grande oisiveté cherche à passer agréablement le temps ; qui écrit tantôt sur un sujet, tantôt sur un autre, uniquement pour s’amuser », comme l’indiquait Silvestre dans la préface de 1705 en précisant :

  • 7 Ibid., t. I, p. XX.

Saint-Évremond n’est pas un Docteur qui écrit pour instruire et dogmatiser : c’est un Bel-Esprit qui pense à se divertir, et à divertir un certain nombre d’Honnêtes-gens avec qui il est en commerce7.

13Les vers les plus nombreux appartiennent bien à ce « commerce ». Il s’agit des vers d’usage privé plus encore que mondain, qui apparaissent dans la correspondance avec les amis éloignés, comme Ninon de Lenclos, et surtout dans les billets, épîtres, et multiples missives que Saint-Évremond envoie à Londres aux membres de la petite société qui l’entoure, à la duchesse de Mazarin, plus tard à Mme de La Perrine.

14Beaucoup de ces vers s’inscrivent dans les usages de la civilité : étrennes, souhaits de rétablissement après une maladie, « sur la perte d’un moineau blanc ». Tous les événements de ce petit monde fournissent des sujets variés et plaisants, ce sont des portraits gentiment flatteurs ou ironiques, des comptes rendus de soirées, de parties de cartes. Ainsi ces quelques vers qui caricaturent le parler de Morin (grand joueur de bassette mais homme très ignorant) :

  • 8 Ibid., t. IV, p. 322.

Z’ai perdu ma première femme
Z’ai perdu deux fois tout mon bien
Z’ai perdu quinze fois le valet et sa dame
[…] Zuzez par là si ze m’étonne
Moi ze ne suis pas plus escrupuleux qu’un autre8.

15D’autres vers déplorent les piètres talents de chanteuse de la duchesse ; ailleurs Saint-Évremond raconte qu’elle triche au jeu, que pour le jeu, elle a abandonné Plutarque et même Cervantès :

  • 9 Ibid.

Ah ! qu’il est mal-aisé de se voir toujours sage
[…] Vous tombâtes dans la bassette ;
Vous tombez, et c’est dire pis,
De la bassette aux Amadis9.

16En fait, tous ces vers adressés à la duchesse de Mazarin mettent en scène les relations, au quotidien, entre les deux exilés ; l’amour du vieil homme pour cette jeune dame, belle et brillante, se dit en des vers galants, trop galants même pour ne pas être parodiques, qui mobilisent tous les clichés et lieux communs :

  • 10 Ibid., t. V, p. 39.

Vous m’imputez de l’indolence :
Plût à Dieu que j’en eusse, Hortense !
Mon cœur serait exempt des inquiets désirs
Que font naître vos charmes,
Ma bouche ignorerait l’usage des soupirs,
Mes yeux celui des larmes10.

17Les dialogues représentent les fâcheries, les retours en grâce, les jalousies de Saint-Évremond, les rebuffades. Il fait, par exemple, dire à la duchesse :

  • 11 Lettres, t. II, p. 52.

Croire que tout vous est permis ;
Que pour une « Divine Hortense »
Et quelque malheureux écrit,
Vous gouvernerez mon esprit,
C’est trop, c’est trop de confiance.
Le plus sage quand il est vieux,
Dans le commerce est ennuyeux,
Et le plus méchant personnage,
C’est d’être vieux sans être sage11.

18Ce véritable roman des amours malheureuses de M. de Saint-Évremond est à la fois sincère et dérisoire ; comme si la dérision de la galanterie, dans la caricature de sa poésie, autorisait l’aveu d’un amour évidemment sans espoir, et en même temps le dissimulait dans le jeu de la plaisanterie. Parfois, le ton se fait plus sérieux, plus amical, l’aveu est plus grave :

  • 12 Lettres, t. II, p. 54-55.

Sans vous une lente vieillesse
Me donnerait l’air de sagesse ;
Sans vous le fardeau de mes ans,
Semblerait le poids du bon-sens.
[…] Sans vous en homme d’importance,
Banni pour sa vertu de France,
Je parlerais de probité
Avec un ton d’autorité.
[…] Avec vous voici mon partage
[…] Je suis pour vous rendre service
En affection sans égal ;
Il n’est ordre où je n’obéisse,
Fût-il en faveur d’un rival…
La charge de tout endurer,
Sans qu’on entende murmurer,
Fâcheuse, difficile à faire,
Et chez vous assez nécessaire,
Cette charge, si je la rends,
Ne se remplira de longtemps
Qui ferait tant de personnages ?
Qui serait bon à tant d’usages ?
Qui porterait le petit chien ?
[…] Seigneur, Seigneur, donne-moi patience.
Qu’on a du mal à servir Dame Hortense12 !

19L’autodérision affleure, mais on est loin de la badinerie ; ces vers, dont la mesure et les rimes semblent un peu laborieuses, rejettent les ornements du discours figuré convenu de la galanterie, ne reposent que sur les figures syntaxiques de l’anaphore et du parallélisme, ce qui leur donne ce son plat, ce ton de la sincérité nue.

20Ce type de vers, qui peut sembler tellement dénué de poésie, « la prose rimée » dont parle La Harpe, occupe une place très importante dans l’ensemble de la production versifiée de Saint-Évremond ; on les remarque d’autant plus que, dans les très nombreuses pièces écrites à Londres, beaucoup sont consacrées aux sujets, même triviaux, du quotidien – visites, repas, nettoyage :

  • 13 Ibid., p. 232.

Sus petit sénateur romain
Sus Franc, et Fille
De la famille,
La brosse en main13.

21ou bien dans la même lettre d’invitation à la duchesse :

  • 14 Ibid., p. 231.

Qui veut du fruit en apporte ;
Mon repas est fait de sorte
Que pour le vin en boira
Celui qui l’apportera14.

22Il écrit, plus tard, à Mme de La Perrine pour s’excuser d’avoir quitté la compagnie trop tôt, lors d’un dîner où il s’était trouvé « un peu mal » :

  • 15 Ibid., p. 435.

Huîtres, chapon, ragoûts, perdrix, bon vin
Passent un repas ordinaire ;
J’ay vu perdre Monsieur Chardin,
J’ay vu Sa Candeur en colère ;
Mon plaisir est d’un goût plus fin
Que ne fut votre bonne chère15.

23Citons encore les derniers vers de Saint-Évremond, adressés en 1703 à Mme de La Perrine :

Aucun vin ne me fait envie,
D’aucuns mets je ne suis tenté ;
Que puis-je faire dans la vie,
Qui peut m’y tenir arrêté ?

Je prends peu de plaisir à lire
J’oblige le public en m’abstenant d’écrire :
La seule douceur que j’attends,
C’est d’entendre Mylady Bond.

  • 16 Ibid., p. 435-436.

Je n’aime plus que l’harmonie :
La voix au clavecin puisse-t-elle être unie,
Pour entendre les doux accords
Qu’on promet aux Ames sans corps16.

24Cette poésie surprend et déconcerte et l’on a bien du mal à nommer « poésie » ces vers et ces strophes qui contrarient tant la syntaxe que la phrase, parfois, se perd, et où le plus souvent la rime est le seul élément rythmique. Ce langage ne nous semble pas « poétique » parce qu’il ne se distingue guère de la prose et quand ces deux formes de discours s’entremêlent et se redoublent, les deux formulations sont souvent très proches : « Mais à qui puis-je m’adresser, sans avoir le même sujet d’appréhension ? » devient :

  • 17 Œuvres meslées, t. V, p. 36.

Ciel à qui me plaindre,
Sans avoir à craindre
Mêmes sentiments17.

25Ce passage constant d’une forme à l’autre semble tellement naturel qu’il n’est que rarement signalé dans le discours ou ironiquement : après le récit en vers d’une partie de cartes, on peut lire :

  • 18 Ibid., t. IV, p. 322.

Après m’être élevé au genre sublime pour donner les louanges aux vertus de mon héros, vous trouverez bon, Madame, que je descende à la naïveté du stile ordinaire, pour vous rendre compte de la volatile de votre maison18.

26Les deux modes de discours ne s’opposent ni par les sujets abordés ni dans la formulation, mais on peut penser qu’ils étaient nettement distingués à la lecture ; l’oralisation des vers obéit en effet aux règles de la déclamation, et ce qui déçoit notre lecture silencieuse, intériorisée, trouvait sa dimension réelle dans l’acte éminemment social de lecture. Il s’agit d’abord d’un acte de communication qui s’inscrit dans ce « commerce des honnêtes gens », c’est un « agrément » de la conversation ou un « ornement » de la lettre ; Silvestre avait raison d’avertir que beaucoup de pièces présentées n’avaient de sens et d’intérêt que dans les circonstances pour lesquelles elles avaient été écrites. Ces poésies nous rebutent d’abord parce qu’elles ne nous sont pas destinées, leur lecture est une intrusion dans une intimité, dans une sociabilité dont nous ne pratiquons plus les codes, elles donnent à entendre, elles permettent de mieux se représenter la conversation d’un honnête homme, pour qui l’écriture des vers fait partie de la vie quotidienne, sociale, conviviale.

 

27Cependant, si cet aspect quotidien de la poésie de Saint-Évremond peut expliquer la banalité des thèmes abordés, le style médiocre, voire bas qui y est adopté, et, il faut bien le dire, la platitude, la constance dans la platitude même, étonnent de la part d’un homme qui se dit non seulement amateur de poésie, mais aussi « bon connaisseur ». Il est difficile d’admettre que ce lecteur subtil et fin critique perde toute perspicacité face à ses propres productions ; le fait de savoir que ces « vers de société », ces « bagatelles » ont été faits à la hâte n’explique pas tout. Même si Saint-Évremond ne parle jamais de lui-même en tant que poète sauf avec ironie, ni de ses vers sans les présenter comme un amusement, ses réflexions sur la poésie en général ou sur certains poètes, disséminées dans la correspondance et les essais, laissent penser que cette médiocrité est assumée.

 

  • 19 Œuvres meslées, t. V, p. 18.

28S’il constate, sans trop s’en plaindre, que la mode est aux vers faciles, « la fantaisie ayant tourné les Français aux Énigmes, au Burlesque et aux Boutsrimés »19, il critique l’abus des lieux communs, le ressassement des mêmes banalités :

  • 20 Œuvres en prose, t. IV, p. 114.

Quelque nouveau tour qu’on donne à de vieilles pensées, on se lasse d’une poésie qui ramène toujours les comparaisons de l’aurore, du soleil, de la lune et des étoiles. […] Aujourd’hui ce ne sont pas seulement les mêmes idées que nous donnons ; ce sont les mêmes expressions et les mêmes rimes : je ne trouve jamais le chant des oiseaux, que je ne me prépare au bruit des ruisseaux ; les Bergères sont toujours couchées sur les fougères et on voit moins de bocages sans les ombrages, dans nos vers qu’aux véritables lieux où ils sont20.

29Comme le montrent, en pratique, ses propres vers, Saint-Évremond rejette le strict respect des règles et le purisme ; dans une lettre de 1698, il reproche à M. Julien de ne pas lui avoir envoyé un de ses poèmes parce qu’il restait un mot à corriger :

  • 21 Lettres, t. II, p. 320.

Il me semblait qu’il n’y avait rien à corriger dans votre Edit du Prato, quand vous eûtes la bonté de me le lire. L’idée de perfection gêne trop. J’aurais voulu le voir avec ses grâces naturelles, sans attendre ce qu’auraient mis ou retranché les soins de l’Art21.

30Que ce soit en position d’auteur ou en position de lecteur, Saint-Évremond récuse « l’idée de perfection », il préfère le naturel de la spontanéité ; comme les mondains, il refuse le travail d’écrivain.

31Son admiration pour la poésie des Anciens s’accompagne de sérieuses réserves : le paganisme, les « mœurs barbares » des civilisations antiques n’ont pu produire que des « fictions » qui abusent les esprits, multiplient les « figures extraordinaires » et les « comparaisons hors nature » ; ainsi, « Pégase », « Parnasse », « Hélicon » :

  • 22 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

Ce vieil attirail de la Grèce
N’est plus aujourd’hui qu’un grand son,
Vuide de sens et de raison22.

32Les changements qui sont intervenus dans la société, les mœurs, la religion, le goût et les connaissances doivent donner naissance à une autre poésie, c’est pourquoi il condamne l’imitation des Anciens, « la tyrannie de ces vieux siècles tant vantés » :

  • 23 Ibid., t. V, p. 109.

Si Homère vivait présentement, il ferait des poèmes admirables, accommodés au siècle où il écrirait. Nos poètes en font de mauvais, ajustés à ceux des anciens, et conduits par des règles, qui sont tombées avec les choses que le temps a fait tomber. […] C’est à une imitation trop servile et trop affectée qu’est due la disgrâce de tous nos poèmes. […] Concluons que les poèmes d’Homère seront toujours des chefs d’œuvre : non pas en tout des modèles. Ils formeront notre jugement ; et le jugement réglera la disposition des choses présentes23.

33Toutes ces critiques ne sont ni nouvelles ni très originales, ce sont celles des Modernes bien sûr, mais aussi celles des mondains ; en revanche l’exigence de rationalité que Saint-Évremond étend à la poésie l’amène à une position plus spécifique. L’émergence de la raison est, en effet, pour lui, caractéristique de son temps :

  • 24 Ibid., p. 117.

Le génie de notre siècle est tout opposé à cet esprit de Fables et de faux mystères. Nous aimons les vérités déclarées ; le bon-sens prévaut aux illusions de la fantaisie ; rien ne nous contente aujourd’hui que la solidité et la raison24.

34C’est au nom de la raison qu’il refuse les « fictions » et l’imagination, créatrices d’illusions ; plus nettement encore, il condamne les figures, non seulement parce qu’elles rendent le discours ambigu ou obscur, mais pour leur « extravagance » : les hyperboles dénaturent les choses par la disproportion qu’elles instaurent entre référent et signifiant ; les figures fondées sur l’analogie, les comparaisons et les métaphores font perdre leur nature propre aux objets et brouillent le système de la référence. Les premières strophes des stances Sur la dispute touchant les Anciens et les Modernes résument la position de Saint-Évremond :

La France dans sa poésie,
Veut qu’on s’exprime noblement :
Mais la figure trop hardie,
Qu’on voit ailleurs communément,
Et l’impétueuse saillie
Qui se pousse extravagamment ;
Le sens qu’il faut qu’on étudie,
Pour être mis obscurément ;
Mystérieuse allégorie,
Faux sublime, vain ornement ;
Tout cela choque son génie,
Son goût, son juste sentiment

Qui peut avoir l’heureux partage
Du naturel et du bon sens ;
Et sait bien le mettre en usage
A des charmes assez puissants.

Rien ne convient, rien ne contente
Sans le secours de la raison ;
Sans elle une chose plaisante
Déplaît pour être hors de saison. […]

Qui donne trop à la figure
Se laisse échapper la nature
De son véritable sujet
Pour se faire un nouvel objet […]

  • 25 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

On sait bien que la fiction
Est de droit dans la poésie ;
Mais ayons la discrétion
De ménager la fantaisie,
Et faisons que l’invention
Au bon goût soit assujettie25.

  • 26 Œuvres en prose, t. IV, p. 193.

35On voit se dessiner une poésie faite d’interdits et de compromis, de recherche d’équilibre entre l’exigence de raison, les charmes de l’imagination et le goût ; mais cet idéal improbable ne laisse pas de susciter l’inquiétude car « il reste à savoir si le caractère du poème a la vertu de rectifier celui de l’impiété et de la folie »26.

36Malgré la déclaration d’intentions qui ouvre les stances Sur la mort de Charles Second, le projet poétique semble bien difficile à mettre en œuvre :

  • 27 Œuvres meslées, t. V, p. 105.

N’attendez pas de moi ces merveilles étranges
Dont les faiseurs de vers composent leurs louanges ;
On ne me verra point recourir au soleil
Pour la comparaison d’un Prince sans pareil.
[…] Le triste et grand sujet de cette poésie
Rejette les secours de notre fantaisie ;
Toute fable l’offense : erreurs et vanités,
Faites place en mes vers aux pures vérités27.

  • 28 Œuvres en prose, t. IV, p. 113.

37Plus gravement, même si Saint-Évremond affirme constamment son goût pour certains poètes, s’il écrit : « il faut qu’il y ait d’excellents poètes pour notre plaisir »28, la possibilité d’existence d’une poésie de – et pour – l’homme en quête des lumières est mise en doute :

  • 29 Ibid., p. 112-113.

La poésie demande un génie particulier qui ne s’accommode pas trop avec le bon sens ; tantôt c’est le langage des Dieux, tantôt c’est le langage des fous, rarement celui d’un honnête homme. Elle se plaît dans les fictions, dans les figures toujours hors de la réalité des choses, et c’est la réalité seule qui peut satisfaire un entendement bien sain29.

38La quête de sens et de rationalité disqualifie la poésie et son langage inadéquat et trompeur. Entre le « langage des Dieux » et le « langage des fous », Saint-Évremond cherche une voie médiane, un langage qui n’égare pas la raison, qui s’ancre dans la vie et le réel. Il ne s’agit pas pour autant de promouvoir la prose comme seule langue de la raison, ni de condamner absolument les vers ; « Ce n’est pas qu’il n’y ait quelque chose de galant à faire agréablement des vers », mais c’est, on le voit, au nom des plaisirs de la sociabilité. Saint-Évremond distingue les « gens du monde » et les « poètes de profession », mais se démarque aussi des « faiseurs de vers », ménageant ainsi un espace de liberté pour les auteurs de bagatelles. C’est pourquoi il n’y a sans doute pas de contradiction absolue entre la réflexion et la pratique de Saint-Évremond. Ses vers illustrent et assument la voix médiocre, avec le sourire entendu de celui qui se méfie autant des fous que des dieux, mais fait confiance à un langage qui le met en communication avec ses semblables. La vie, la réflexion, la recherche du bonheur se disent dans des vers volontiers dérisoires, dépouillés des charmes de l’illusion, à prendre au pied de la lettre, c’est-à-dire là où, pour Saint-Évremond, les mots adhèrent aux choses.

 

39Au terme du parcours, nous constatons que, si nous n’avons pas rencontré un grand poète, nous avons pu découvrir les vers d’un honnête homme : poèmes de tous les jours ou des grandes occasions, des grands sujets ; ni meilleurs ni pires que beaucoup d’autres qui s’écrivaient alors. Ces vers montrent clairement ce qu’est la poésie pour un gentilhomme lettré de ce temps : une forme de communication, plus que d’expression, ordinaire, mondaine, curiale parfois, souvent amicale et ludique. Cette attitude, déjà traditionnelle, s’appuie sur une conception ornementale du langage poétique ; mais la position de Saint-Évremond est particulièrement éclairante en ce qu’elle montre les glissements qui s’opèrent à la fin du siècle : comme beaucoup, il refuse les facilités et les banalités d’une rhétorique mondaine convenue, il voit se séparer le domaine des auteurs de celui des amateurs ; en homme de son temps, en quête de rationalité, il se méfie des séductions d’un langage trop affranchi du réel et de l’imagination, qu’il conçoit surtout comme une « puissance trompeuse », un obstacle au déchiffrement du monde. Ce qui est très frappant, mais aussi, finalement émouvant, c’est son refus de la discordance entre les mots et les choses, qui rend toute « poésie » impossible car Saint-Évremond ne vise pas la fête du langage, mais la vie même. Or la vie n’est pas encore une fête. Exigence intenable, qu’il souligne avec humour :

  • 30 Lettres, t. II, p. 204.

Un jeune Duc de sa grâce,
Craignant que je ne manquasse
de rime à vos carpillons
M’envoya des perchillons.
Ils étaient bons pour la rime,
Poète je les estime :
Pour un Côteau délicat
C’était un fort méchant plat30.

Notes

1 Saint-Évremond, Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1962-1969, 4 vol. (cité désormais Œuvres en prose), t. I, p. XX.

2 Saint-Évremond, Œuvres meslées, Amsterdam, Desmaizeaux, 1753, 12 vol. (cité désormais Œuvres meslées), t. II, p. 34.

3 Saint-Évremond, Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1967-1968, 2 vol. (cité désormais Lettres), t. I, p. 350.

4 Œuvres meslées, t. II, p. 105.

5 Ibid., t. VI, p. 19.

6 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

7 Ibid., t. I, p. XX.

8 Ibid., t. IV, p. 322.

9 Ibid.

10 Ibid., t. V, p. 39.

11 Lettres, t. II, p. 52.

12 Lettres, t. II, p. 54-55.

13 Ibid., p. 232.

14 Ibid., p. 231.

15 Ibid., p. 435.

16 Ibid., p. 435-436.

17 Œuvres meslées, t. V, p. 36.

18 Ibid., t. IV, p. 322.

19 Œuvres meslées, t. V, p. 18.

20 Œuvres en prose, t. IV, p. 114.

21 Lettres, t. II, p. 320.

22 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

23 Ibid., t. V, p. 109.

24 Ibid., p. 117.

25 Œuvres meslées, t. VI, p. 19.

26 Œuvres en prose, t. IV, p. 193.

27 Œuvres meslées, t. V, p. 105.

28 Œuvres en prose, t. IV, p. 113.

29 Ibid., p. 112-113.

30 Lettres, t. II, p. 204.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540