Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre Baroque et Lumières : Saint-Évremond (1614-1703)

 | 
Suzanne Guellouz

Ouverture

Victor Convert

Texte intégral

1Je suis heureux d’ouvrir, avec Mme le professeur Suzanne Guellouz, ce colloque consacré à Charles de Saint-Denis, chevalier seigneur de Saint-Évremond, à l’origine duquel je me trouve par la conjonction de trois circonstances : d’abord le fait que j’ai été nommé, en juillet 1996, préfet de la Manche et, à cette occasion, ai découvert et fait découvrir aux Manchois eux-mêmes qu’ils sont les compatriotes de ce personnage né au début du XVIIe siècle dans un village, Saint-Denis-le-Gast, situé à quelques kilomètres d’ici ; ensuite l’enthousiasme avec lequel Suzanne Guellouz, dès qu’elle a été approchée à cette fin, a accepté d’en assurer la préparation scientifique ; enfin l’accueil qui nous est réservé par le Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, dans le cadre des colloques normands qui, depuis quelques années, clôturent sa programmation d’été, ce qui est naturellement justifié par les origines de notre auteur mais ne rend pas vraiment compte du caractère, je dirais volontiers universel, des raisons pour lesquelles on peut encore aujourd’hui avoir le désir de lui prêter attention.

2Cela étant dit, je n’ai d’autre qualité à ouvrir ce colloque que de vous apporter le témoignage d’un préfet de la République qui, à l’époque de sa formation, dans les années soixante, à l’Institut d’études politiques de Lyon, a trouvé chez Saint-Évremond des leçons « à vivre » et « pour travailler » qu’il a retenues et qu’il ne renie pas.

  • 1 Saint-Évremond, Sur la morale d’Épicure, in Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Socié (...)

3Saint-Évremond m’a fasciné dès ma jeunesse parce qu’il est à la fois un moraliste et un homme public, autrement dit en même temps un homme de réflexion et un homme d’action, qui non seulement est intéressant à ces deux titres, mais l’est surtout en ce qu’il a su vivifier ces deux versants de sa personnalité l’un par l’autre, l’autre par l’un, tout au long de ses quatre-vingt-dix années d’existence, dans des conditions qu’en idéalisant un peu, je vous l’accorde, on peut juger exemplaires… sans nullement pour autant oublier les faiblesses, les erreurs, voire les ridicules d’un personnage qui doit être bien étonné, là où il est s’il est quelque part, de nous voir réunis en son nom, sa vie, son œuvre, lui qui a toujours exclu de sacrifier quoi que ce soit aux intérêts, suivant ses propres termes, d’une « médiocre réputation »1.

  • 2 Œuvres en prose, t. IV, p. 131.

4Pour moi, Saint-Évremond est un moraliste et un homme public. En tant que moraliste, c’est le pendant, le parallèle, mais en sens opposé, de Blaise Pascal, son exact contemporain, qui m’intrigue. En tant qu’homme public, c’est le soutien qu’il apporte, toute sa vie ou presque, au pouvoir légitime en son temps de notre pays, responsable du « bien public »2 contre toutes les féodalités et factions, même après que ce pouvoir, à la suite d’une erreur de sa part il est vrai, l’eut contraint, pour sauver sa liberté, à choisir l’exil.

5Mais d’abord quelques mots sur notre homme. Charles de Marguetel de Saint-Denis de Saint-Évremond naît dans les derniers jours de 1613 ou dans les tout premiers de 1614 d’une famille dont les ancêtres les plus éloignés, les de Marguetel, sont localisés au XVe siècle au château de Montfort, aujourd’hui commune de Rémilly-sur-Lozon, canton de Marigny, puis s’installent plus tard à Saint-Denis-le-Gast, canton de Gavray, et en acquièrent du coup le nom. Quant à celui de Saint-Évremond, il lui a été donné comme étant celui d’une terre proche de Montfort, qui était aussi une paroisse sous le vocable de ce saint normand, né à Bayeux, mort vers 720, dont l’office figure dans divers livres liturgiques du Moyen Âge, notamment à Paris et à Chartres, mais dont on ne sait pas grand-chose. Il meurt quatre-vingt-dix ans plus tard, à Londres, le 10 septembre 1703, après quarante-deux ans d’exil en Angleterre, c’est-à-dire à peu près la moitié de sa vie, ne s’étant jamais marié, sans postérité. Celle de ses neveux s’étant éteinte au cours du XVIIIe siècle, ce lignage a donc entièrement disparu aujourd’hui.

6Au risque de tomber dans l’anecdote, j’observe qu’il se distingue, comme cela arrivait à l’époque dans son milieu – mais cela n’a pas suffi à en faire un bon chrétien –, tout d’abord en étant baptisé deux fois, une première dès le 5 janvier 1614 pour le sauver des limbes mais sans lui donner de prénom, une seconde deux ans plus tard, le 3 janvier 1616, pour recevoir le prénom de son parrain qu’on avait attendu puisqu’il s’agissait du haut et puissant Charles de Matignon, seigneur de Torigny. Le premier acte d’ondoiement, comme on dirait aujourd’hui, est longtemps resté ignoré de Saint-Évremond lui-même, qui, à un ou deux ans près, n’était pas sûr de son âge. Mais il a été retrouvé en 1929 aux archives départementales de la Manche, aujourd’hui détruites :

  • 3 R. Ternois, « Saint-Évremond, gentilhomme normand », Annales de Normandie, 1960, p. 235.

Le cinquième jour dudit moys et an mil six centz quatorze fut baptisé un fils pour noble et puissant seigneur Charles de Saint-Denys seigneur et chastelain de Saint-Denys le Gast et ledit fils ne fut encore nommé3.

7Il n’est pas l’aîné et il est envoyé très tôt, dès 1619, dans les meilleurs collèges, à Paris et à Caen. On songeait peut-être pour lui à la magistrature, ou aux ordres, mais il se décide, lui, dès l’adolescence, pour les armes.

  • 4 H. Quéru, L’Aéciste, mars 1965, p. 3.

8De solide constitution, bel homme, « bien fait »4 comme on disait à l’époque, doué pour l’épée, il fréquente ensuite un établissement appelé l’Académie, alors situé sur une partie de l’actuel jardin des Tuileries, où vont les gentilshommes qu’on destine à la Cour ou à l’armée. Il y apprend à monter à cheval, à chasser, à faire des armes, à jouer du luth, à voltiger, un peu de mathématiques : au total donc, une formation complète.

9Ce qui devait le conduire à mener, pendant trente ans, une brillante et courageuse carrière militaire – il fut assez grièvement blessé au moins une fois – sur tous les principaux théâtres d’opérations de son temps, de la guerre de Trente Ans à la Fronde : conquête de la Savoie, bataille de Rocroi, sièges d’Arras et de Lérida, campagne de Guyenne, sachant s’attacher aux meilleurs capitaines de l’époque : Bassompierre, Condé, Turenne et au bon moment de leur carrière de surcroît, pour ce qui est de Condé au moins. Il est, en récompense, nommé maréchal de camp par le jeune Louis XIV en 1652 :

  • 5 P. Silvestre, Œuvres de M. de Saint-Évremond, Londres, J. Tonson, 1711, p. LXXVIII-LXXIX.

Aujourd’hui 16 septembre mille six cent cinquante deux, le Roi étant à Compiègne, mettant en considération les fidèles et agréables services qui lui ont été rendus par le Sieur de Saint-Évremond, et se confiant particulièrement en sa valeur, expérience en la guerre, vigilance et bonne conduite, et en sa fidélité et affection singulière à son service pour les diverses preuves qu’il en a rendues en toutes les charges et emplois qu’il a eus, dont il s’est dignement acquitté ; et sa Majesté voulant lui témoigner la satisfaction qui lui en demeure, et lui donner moyen de la servir de plus en plus utilement, en l’élevant dans les charges de la guerre, sa Majesté l’a retenu, ordonné et établi en la charge de Maréchal de Camp en ses armées5.

  • 6 Ibid., p. LXXXIV.

10Mais alors on ne combat que l’été. Et Saint-Évremond se fait vite remarquer chaque hiver par sa fréquentation assidue des plus brillants salons parisiens où son esprit « ravageur » ne va pas sans un goût de connaisseur pour la bonne chère, les bons vins et les bonnes fortunes : avec quelques amis, il fonde la confrérie « des coteaux »6 d’Ay, d’Hautvillers et d’Avenay, villages du vignoble de la montagne de Reims qui produisent déjà un vin qu’on appelle aujourd’hui le champagne.

11Les choses se gâtent pourtant pour lui au cours de cette décennie 1650. Il doit d’abord se réfugier une première fois en Normandie pour s’être battu en duel, sur des motifs ignorés. Et surtout, malgré sa fidélité au roi, il s’attire l’inimitié de Mazarin, qui le fait embastiller à deux reprises pour des raisons d’autant plus mystérieuses que le Cardinal l’appelle à faire partie de la suite qui l’accompagne pour aller, au cours de l’été 1659, négocier, sur les rives de la Bidassoa, avec le premier ministre espagnol, don Luis de Haro, la paix des Pyrénées.

12Et c’est immédiatement après la signature de ce traité, le 7 novembre 1659, que Saint-Évremond, à quarante-six ans, alors qu’il lui en reste presque autant à vivre, commet l’acte qui réoriente complètement la seconde moitié de son existence : il écrit au maréchal de Créqui, lui-même hostile à la paix, une lettre dans laquelle il critique vertement la personne et la politique de Mazarin. Non destiné à être publié, ce document est pourtant découvert deux ans plus tard à la suite de l’arrestation de Fouquet, dont il était proche. Averti à temps, il se réfugie à nouveau en Normandie, mais, ne se sentant pas en sécurité, et n’ayant nulle envie d’être à nouveau embastillé, il passe en Angleterre où il reste, à l’exception de quelques années passées en Hollande, jusqu’à la fin de sa vie.

  • 7 Saint-Évremond, À Monsieur Barbin (?), in Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des tex (...)

13Pendant plus de quarante ans, aussi bien sous les Stuarts catholiques restaurés qu’après la « glorieuse révolution » sous le protestant Guillaume Ier d’Orange, il mène en Angleterre une vie de loisirs et de galanterie, calme et agréable, faite de conversations avec les ami(e)s présent(e)s et d’échanges de correspondances avec les autres, à la fois lointaine et proche de la cour de Saint-James et de celle de Louis XIV, laissant « échapper » à l’occasion divers écrits ou textes qualifiés par lui-même de « bagatelles »7, une vie d’oisiveté certes, mais, conformément à la notion d’otium du stoïcisme, une vie riche aussi de labeur discret, donc en fin de compte et pour la caractériser comme cette école de pensée, une vie « utile à l’humanité ».

14En quoi la vie et l’œuvre de Saint-Évremond ont-elles été et peuvent-elles être encore aujourd’hui utiles à tout ou partie de l’humanité et, en tout cas, à celui qui vous parle, c’est ce que je vais maintenant aborder en distinguant les deux aspects fondamentaux, à mon sens, du personnage : d’une part l’écrivain et le moraliste, d’autre part l’homme public, le soldat, le serviteur de l’État ; tout en soulignant que ce qui fait précisément son originalité, c’est la synthèse assez élégamment réussie de ces deux facettes car elles expliquent et justifient son œuvre par sa vie, sa vie par son œuvre.

15Encore une fois, mes titres pour présenter cette œuvre, au demeurant peu ou mal connue, sont bien minces.

16Matériellement, elle n’est pas considérable, ni même très soignée. Dans l’édition réalisée dans les années soixante de ce siècle à la librairie Marcel Didier par René Ternois, elle tient en quatre volumes d’œuvres en prose, complétés par deux de correspondance. Elle est constituée de textes divers et variés, souvent de circonstance, dont il ne s’est à peu près jamais soucié d’assurer la publication, considérant

  • 8 Œuvres en prose, t. III, p. 425.

[qu’]une heure de vie bien ménagée [lui était] plus considérable que l’intérêt d’une médiocre réputation8.

17De son vivant, ses écrits ont été plagiés, augmentés, diminués dans des éditions non autorisées. Et il est encore aujourd’hui souvent bien délicat de démêler les textes authentiques de ceux qui ne le sont pas. Par ailleurs, les rares lettres autographes de lui conservées montrent qu’il s’abstenait presque de toute ponctuation, ignorant en outre l’usage de la majuscule, d’où les erreurs de transcription qui ont suivi.

18Mais c’est une œuvre « touche-à-tout ». En cela Saint-Évremond est bien de son siècle et aucun sujet n’est étranger à l’« honnête homme » dont il est un modèle, qu’il s’agisse de philosophie, de morale, de sciences et de religion bien sûr, mais aussi de littérature, de théâtre, de musique, de politique ou d’histoire. Elle est constituée le plus souvent de ce qu’on appellerait aujourd’hui des essais, des chroniques, d’une abondante correspondance aussi, sans oublier les inévitables pièces en vers : stances, sonnets ou élégies, qui généralement ne sont pas de grande qualité. Saint-Évremond est un bon prosateur, un brillant causeur, pas un bon poète.

19Ce qui frappe essentiellement dans cette œuvre, c’est la liberté de ton dont témoigne son auteur. Malgré ses origines et sa formation, immergé au sein d’une société mondaine et politique dont il a su mettre à profit les privilèges et dont il a admis les conventions, sans jamais les remettre en question, Saint-Évremond s’est forgé un art de vivre et de juger en toute indépendance. Libre de tout préjugé, il se fie à son seul discernement :

  • 9 À Monsieur le maréchal de Créqui, in Œuvres en prose, t. IV, p. 130.

J’ai vu, depuis quelques années, beaucoup de critiques, et peu de bons juges9.

  • 10 Quelques observations sur le goût et le discernement des François, in Œuvres en prose, t. III, p. 1 (...)

Si vous en demandez la raison, je vous dirai que l’industrie tient lieu en France du plus grand mérite, et que l’art de se faire valoir donne plus souvent la réputation que ce que l’on vaut10.

20Et comment parvient-il à ce discernement ? En acquérant cette « lumière pure » qui ne naît que dans certaines conditions :

  • 11 Ibid., p. 128.

Le point le plus essentiel [pour] acquérir un vrai discernement est de se donner une lumière pure. La nature nous y prépare, l’expérience et le commerce des gens délicats achèvent de nous y former11.

21Où puise-t-il les sources de cette lumière pure ? Chez les Anciens, tels Épicure, Sénèque et Pétrone, ou chez Montaigne. Quel en est le principe ? Le principe de volupté. Est juste et bon ce qui donne du plaisir :

  • 12 Sur la morale d’Épicure, p. 426.

Le mot de volupté me rappelle à Épicure, et je confesse que de toutes les opinions des philosophes touchant le souverain bien, il n’y en a point qui me paroisse si raisonnable que la sienne. Il seroit inutile d’apporter icy des raisons cent fois dites par les Épicuriens : que l’amour de la volupté et la fuite de la douleur sont les premiers et les plus naturels mouvements qu’on remarque aux hommes, que les richesses, la puissance, l’honneur, la vertu, peuvent contribuer à nostre bonheur ; mais que la seule jouissance du plaisir, la volupté pour tout dire, est la véritable fin où toutes nos actions se rapportent. C’est une chose assés claire d’elle-même, et j’en suis pleinement persuadé12.

22Cette source de discernement peut paraître un peu courte, mais il faut savoir que, lorsque Saint-Évremond parle de satisfaction, il pense autant aux satisfactions de l’esprit qu’à celles des sens. De plus, il faut goûter aux unes et aux autres avec « justesse » :

  • 13 Sur les plaisirs, in Œuvres en prose, t. IV, p. 16-17.

Il y a un certain tems à prendre, une justesse à garder qui n’est pas connüe de tout le monde. Il faut joüir des plaisirs présens, sans intéresser les voluptés à venir13.

23Y compris dans les plaisirs de la table, qui représentent pour Saint-Évremond un moment essentiel de l’art de vivre, à propos duquel il ne manque pas de nous donner des conseils savoureux :

  • 14 Saint-Évremond, Sentences et Maximes XXXIV à XXXVII, in Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évr (...)

Si vous avez quelque soin de la délicatesse de votre goût et de l’intérêt de votre santé, vous ne mangerez que des viandes naturelles sans mélange aucun, mais exquises par leur bonté propre et par la curiosité de votre choix.
Que tous les potages gommés, ragoûts, hors-d’œuvre, et généralement toutes compositions de cuisine, soient bannies de votre table, pour éviter des maladies qu’on ignorait autrefois dans la simplicité des repas.
La diversité des vins peut être agréable quelquefois, jamais utile. Soyez tempérant et délicat, buvez peu de vin, mais excellent, et le plus longtemps du même qu’il sera possible.
Les vins de Champagne sont les meilleurs. Ne poussez pas trop loin ceux d’Ay ; ne commencez pas trop tôt ceux de Reims. Le froid conserve les esprits des vins de rivière, les chaleurs emportent le goût de terroir des vins de montagne14.

24Mais le repas n’est pleinement délicieux qu’à deux autres conditions. La première est qu’il soit pris en commun avec des amis :

  • 15 Sur l’amitié, in Œuvres en prose, t. III, p. 310-311.

L’Amitié est l’ouvrage de la Nature : l’Amitié fait toute la douceur de notre vie, quand la Justice avec toutes ses rigueurs a bien de la peine à faire notre sûreté. Si la Prudence nous fait éviter quelques maux, l’Amitié les soulage tous ; si la Prudence nous fait aquérir des biens, c’est l’Amitié qui en fait goûter la jouissance.
Avez-vous besoin de conseils fidèles, qui peut vous les donner qu’un Ami ? À qui confier vos secrets, à qui ouvrir votre Cœur, à qui découvrir votre Âme qu’à un Ami ? Et quelle gêne seroit-ce d’être tout resserré en soi-même, de n’avoir que soi pour confident de ses affaires et de ses plaisirs ? Les plaisirs ne sont plus plaisirs, dèz qu’ils ne sont pas communiqués15.

25La seconde condition est qu’avec ces amis, on pratique l’art de la conversation :

  • 16 À Monsieur le maréchal de Créqui, p. 127.

Depuis dix ans que je suis en païs étranger, je me trouve aussi sensible au plaisir de la conversation et aussi heureux à le goûter, que si j’avois toujours esté en France. J’ay rencontré des personnes d’autant de mérite que de considération, dont le commerce a sçeu faire la plus grande douceur de ma vie. J’ay connu des hommes aussi spirituels que j’en aye jamais veu, qui ont joint la douceur de leur amitié à celle de leur entretien16.

26Est-ce à dire que Saint-Évremond s’était définitivement installé dans une béate félicité, aussi aveugle que sotte ? Tout au contraire, nul plus que lui n’est conscient du tragique de l’humaine condition et de ses contradictions.

  • 17 Sur la morale d’Épicure, p. 437.

27Il a aimé le combat, mais il a connu les horreurs de la guerre. Il a mis au moins quinze ans à accepter le malheur de son exil. Dans cette vallée de larmes, où le drame menace à tout instant, on n’a souvent d’autres ressources, constate-t-il, que d’admettre que « la cessation de la douleur est [le premier sinon le seul stade] de la félicité »17. Alors, cultivons les moments de répit, quand ils se présentent, en oubliant tout cela :

  • 18 Sur les plaisirs, p. 12.

Pour vivre heureux, il faut faire peu de réflexion sur la vie mais sortir souvent comme hors de soi18.

28C’est ici que je voulais en venir, pour vous faire comprendre que si Saint-Évremond m’a intéressé et m’intéresse encore, c’est par sa démarche bien sûr mais surtout en ce que par celle-ci et les conclusions auxquelles il aboutit, il apparaît à la fois en parallèle parfait et en totale opposition avec un grand contemporain dont on ne peut pas ne pas le rapprocher : Pascal. Celui-là cultive l’art de la tranquillité, celui-ci l’art du repos, deux arts qui ont en commun la distance qu’il importe de prendre et de conserver avec l’agitation et les vanités du monde. Mais ils divergent totalement sur le sens à donner à cette règle de vie. Pascal écrit :

  • 19 Pascal, Les Pensées, P. Sellier (éd.), Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1991, p. 215-216.

J’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre19.

29Saint-Évremond aurait pu exactement reprendre ces mots à son compte, mais alors que pour lui c’est le moyen de « sortir hors de soi » en cessant de « faire des réflexions sur la vie », autrement dit, en termes pascaliens, de se divertir, tout au contraire pour Pascal, c’est la condition pour faire face, en toute lucidité, aux misères de l’homme sans Dieu, c’est-à-dire d’échapper au divertissement.

  • 20 Sur la morale d’Épicure, p. 434.

30Et comme pour moi ces deux attitudes coexistent en chacun de nous, les deux auteurs doivent être simultanément médités. La grandeur de notre condition consiste à arbitrer en permanence, quotidiennement, entre l’une et l’autre, en assumant autant que faire se peut leurs contradictions : « Où est l’homme si uniforme qui ne laisse voir de la contrariété dans ses discours et ses actions ? »20, questionne lui-même Saint-Évremond.

31L’issue d’un tel combat entre ces contrariétés ou ces contradictions n’est jamais acquise d’avance. On peut finir par pencher résolument d’un côté ou de l’autre. Saint-Évremond et Pascal cherchent toujours à nous faire rendre à leurs raisons, sans aucun prosélytisme pour le premier, avec toute l’insistance d’un janséniste converti pour le second. Mais on peut aussi nourrir l’ambition de parvenir à une synthèse de ces deux attitudes en les fertilisant l’une par l’autre, en les harmonisant, comme on dirait en musique, à la manière d’un contrepoint qui superpose des lignes opposées. Car ces lignes opposées étant indissociables, nos deux auteurs ne vont pas l’un sans l’autre.

32Pour l’illustrer, je viens d’utiliser une métaphore musicale. Une autre me vient à l’esprit, empruntée au domaine de la peinture cette fois. Si, jouant au portrait chinois, on posait la question : si c’étaient des tableaux, à quel genre appartiendraient-ils ? La réponse, à mon avis, s’impose : à celui de la nature morte.

  • 21 N. Schneider, Les Natures mortes, Cologne, Benedikt Taschen, 1994, p. 17.

33L’apogée du genre leur est contemporain. Pas la dénomination toutefois, qui est apparue plus tard et qui, en français, est beaucoup moins heureuse qu’en anglais, puisque dans cette langue « nature morte » se dit still life, littéralement « vie tranquille », « vie silencieuse ». Mais en fait de nature morte ou de vie tranquille ou silencieuse, Saint-Évremond évoque une table finement dressée de mets délicats dans un décor flatteur, alors qu’à Pascal correspond bien mieux l’austère rigueur d’une « vanité » faiblement éclairée d’une chandelle se consumant comme la vie. Et le genre de la nature morte convient si bien à mon propos qu’il peut sinon illustrer la synthèse que j’appelais il y a un instant de mes vœux, du moins autoriser la double lecture d’une même réalité naturelle peinte. Une nature morte de fruits avec des raisins, des pommes et des poires serait pour Saint-Évremond une simple allégorie de l’un des cinq sens, le goût, alors que pour Pascal, suivant une symbolique de la fin du Moyen Âge ou de la Renaissance, elle pourrait contenir des allusions au sang du Christ, à la douceur de sa transformation en homme ou à son amour pour l’Église21.

34Ambiguïté ou équilibre, Saint-Évremond, pour revenir à lui, là encore est peut-être un modèle, non par le dialogue avec Pascal que leur hostilité commune aux Jésuites aurait pu faciliter, mais par l’art, la manière et le style avec lesquels il a conduit sa longue carrière de soldat et d’homme public, sa « philosophie » ne l’ayant jamais fixé sur je ne sais quel repli égoïste de privilégié à l’égard des problèmes de son temps, mais au contraire aidé à les vivre.

35C’est le moment pour moi de souligner que Saint-Évremond n’a jamais vécu dans une tour d’ivoire. Comme tous les gens de son état, il se sentait appelé, par sa naissance, à s’intéresser à la chose publique, et même à y jouer sa partie. Et il n’a jamais cessé de le faire jusqu’à la fin de sa vie.

36D’abord, Saint-Évremond a réfléchi sur la politique et l’histoire de l’Antiquité grecque ou latine comme sur celle de son temps. Il a pratiqué Salluste, Plutarque et Tacite. Il a écrit les parallèles d’Alexandre et de César, de Scipion et d’Hannibal, de Condé et de Turenne. Il a également écrit un long essai, assez désordonné, qui nous est peut-être parvenu incomplet, intitulé Réflexions sur les divers génies du peuple romain dans les divers temps de la République.

37Contrairement à ce qu’on pourrait déduire de son goût pour la conversation, il avait beaucoup lu, y compris Machiavel, Grotius ou Hobbes. Il cherchait dans l’histoire des leçons pour son temps, pour la compréhension des événements contemporains :

  • 22 À Monsieur le maréchal de Créqui, p. 131.

Après l’étude des belles lettres qui me touche particulièrement, j’aime la science de ces grands jurisconsultes qui pourraient être des législateurs eux-mêmes, qui remontent à cette première justice qui régla la société humaine22.

38Suivent deux phrases que l’on est tenté de trouver particulièrement modernes, puisqu’il y plaide pour ce qu’on appellerait aujourd’hui les droits de l’homme, en même temps que pour la prééminence du bien public sur les intérêts particuliers :

  • 23 Ibid.

ces législateurs […] qui connaissent ce que la nature conserve de liberté dans les gouvernements établis [c’est-à-dire les États de droit], et ce que la nécessité de la politique en ôte aux particuliers pour le bien public23.

39Je viens de parler d’État de droit : Saint-Évremond apparaît, tout au long de sa vie, non seulement respectueux du bien public mais pénétré du sens de l’État qui seul peut le garantir. Et il l’a montré et démontré, aussi bien avant qu’après 1661, date importante pour lui puisque c’est celle de sa disgrâce et de l’exil, mais avec un style et une manière qui n’appartiennent qu’à lui. Avant cette date, il s’engage résolument et sans jamais faiblir au profit de la dynastie qui a alors en héritage l’avenir de notre nation, contre tous ses ennemis, de l’étranger comme de l’intérieur, et alors même, après 1643, date de la mort de Louis XIII, qu’elle n’est plus représentée que par un enfant (le très jeune Louis XIV) au nom duquel gouvernent sa mère, Anne d’Autriche, une Espagnole, et son principal ministre, Mazarin, un Italien.

  • 24 Éloge de Monsieur le vicomte de Turenne, in Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évremont, p. 10

40Il sue, à proprement parler, sang et eau sur tous les champs de bataille de la guerre de Trente Ans jusqu’en 1648, puis de la guerre contre l’Espagne jusqu’en 1659, et, entre les deux, de la guerre civile de la Fronde, pour, « en sauvant la Cour, conserver l’État »24, comme il le dit d’une action de Turenne dans l’éloge qu’il consacre à ce capitaine brillant, économe de la vie de ses soldats et qui n’a jamais trahi.

  • 25 R. Ternois, « Saint-Évremond, gentilhomme normand », p. 233.

41Comment et pourquoi a-t-il fait ce choix ? À ma connaissance, il n’en a jamais parlé. Peut-être y avait-il là un peu d’atavisme, son grand-père Jean ayant déjà, en 1591, par devant mon lointain prédécesseur le bailli de Saint-Lô, prêté serment de fidélité au roi Henri IV « vrai, naturel et légitime héritier de la couronne de France »25, pourtant encore rien moins qu’assuré de conquérir son trône. Mais le fait est qu’il est toujours resté irréprochable à cet égard (à l’inverse d’un Condé, par exemple), avant comme après 1661, ce qui est peut-être encore plus méritoire.

42Avant de poursuivre, je voudrais m’attarder quelques instants sur ce fait majeur de la vie de Saint-Évremond : sa disgrâce de 1661 et ses causes. Ce n’est pas que les motifs ne soient pas clairs, ni même, je n’hésiterai pas à le dire, justifiés. Saint-Évremond commet là incontestablement une erreur en critiquant, non seulement la moralité de Mazarin (le Cardinal en avait vu d’autres !), mais surtout le couronnement de son œuvre politique : les dispositions mêmes du traité des Pyrénées, que Saint-Évremond trouve trop favorables aux Espagnols compte tenu de la situation sur le terrain, où les troupes françaises étaient en position de force. Cette manifestation d’hostilité est très grave car elle porte sur un événement qui, pour la France et pour l’Europe du XVIIe siècle, est aussi important que l’ont été, au cours de ce siècle, le traité de Versailles après 1918 ou la réconciliation franco-allemande après 1945. Et il y a cécité dans la position de Saint-Évremond, en ce sens qu’il ne voit pas que le calcul de Mazarin, à long terme, sera gagnant. Il s’agissait en effet pour la monarchie française d’en finir avec l’encerclement de la maison d’Autriche : de fait, quarante ans plus tard, sans autre conflit entre la France et l’Espagne, les Bourbons s’installaient à Madrid. Et c’était voir loin : ils y sont toujours !

43Comment expliquer un tel aveuglement de la part de Saint-Évremond ? Ou y a-t-il d’autres causes à sa disgrâce ? Le mystère est d’autant plus épais que l’intéressé lui-même, selon un de ses amis, plus tard cité par Voltaire, l’a laissé entendre sans pour autant jamais plus s’en expliquer.

  • 26 H. Quéru, L’Acéiste, p. 3.

44On en est alors réduit à l’alternative suivante. Ou bien c’est une pure et simple erreur de jugement, une bévue de soldat trouvant qu’il est trop bête de ne pas pousser son avantage quand on est en position favorable – tel qu’on le connaît, cela paraît peu plausible – ; ou bien il s’agit d’une hostilité non maîtrisée à l’égard de Mazarin. Mais pour quelles raisons ? Certes, le Cardinal l’avait embastillé à deux reprises à cause de son esprit persifleur. Et ce n’est pas là le genre de pratiques propres à cultiver l’amitié. Mais alors pourquoi Mazarin l’avait-il invité à faire partie à ses côtés de la délégation aux négociations préalables à la signature de ce fameux traité ? Un écrivain normand, Hermann Quéru, dans une conférence prononcée à Paris dans les années soixante26, a avancé une explication qui me paraît assez séduisante, c’est le cas de le dire. On sait l’attachement frisant le ridicule – l’humanité d’un homme est aussi dans ses faiblesses – dont Saint-Évremond a fait preuve à l’égard d’une nièce du Cardinal, Hortense Mancini, plus tard duchesse Mazarin, dès l’arrivée de celle-ci à Londres, en 1675. Son oncle avait eu pour elle de grandes ambitions en pensant la marier au futur Charles II d’Angleterre. L’affaire ne s’étant pas faite, elle avait dû épouser un fils du duc de La Meilleraie, devenu duc Mazarin, dont l’équilibre mental allait donner assez rapidement des signes inquiétants. Elle l’avait quitté pour arriver à Londres après diverses tribulations. Tombée malade, elle se rétablit mais dit un jour, en riant, qu’elle serait bien aise de savoir ce qu’on dirait d’elle après sa mort. Saint-Évremond releva le défi et rédigea immédiatement, du vivant d’Hortense, une oraison funèbre dans laquelle il évoque notamment son mariage. Faute de Charles II, dit-il,

  • 27 Oraison funèbre de Mme la duchesse Mazarin, in Œuvres en prose, t. IV, p. 230-231.

on examina le mérite de nos Courtisans pour vous donner un Mari digne de vous. Monsieur le Cardinal fut tenté de choisir le plus honnête-homme ; mais il sût vaincre la tentation, et un faux intérêt prévalant sur son estime, il vous livra à celui qui paraissoit le plus riche27.

45C’est-à-dire La Meilleraie. Et qui pourrait bien être ce « plus honnête homme » qu’on fut tenté de choisir sinon Saint-Évremond lui-même ? Cette hypothèse d’Hermann Quéru est séduisante car elle expliquerait à la fois la hargne de Saint-Évremond à l’encontre de Mazarin pour avoir été écarté comme prétendant, sans doute pour cause d’extraction trop modeste en naissance comme en fortune, et le fait que le Cardinal l’ait emmené avec lui sur les rives de la Bidassoa, n’ayant nulle envie de le laisser seul auprès de sa nièce pendant les nombreux mois prévus de son absence.

46Revenons à l’attitude de Saint-Évremond après 1661 à l’égard de son pays et du roi qui l’avait forcé à l’exil. Jamais il ne critiqua publiquement la personne ou la politique royales. Certes, pendant au moins les dix premières années où il espérait rentrer en grâce, il dut penser que c’était son intérêt. Il s’attacha même à rendre les services d’un agent plus ou moins officieux, d’une efficacité qui se retourna contre lui puisqu’il semble bien que Louis XIV ait jugé, non sans cynisme, qu’il avait d’autant moins d’intérêt à lui pardonner qu’il lui était utile.

47Mais, jusqu’en 1688 tout au moins, date à laquelle, ayant décliné l’offre de retour enfin parvenue de Versailles, il fait allégeance au nouveau roi d’Angleterre, Guillaume d’Orange, il ne dévie jamais de cette règle d’honneur qui veut qu’un opposant ne critique pas son pays en dehors de ses frontières. Même au moment de la révocation de l’édit de Nantes, il reste compréhensif à l’égard de Louis XIV, et bien peu à l’endroit des protestants, trop obstinés à ses yeux. À l’un d’entre eux qui s’était réfugié en Angleterre, il écrit :

  • 28 Lettre à M. Justel, in Œuvres en prose, t. IV, p. 279.

Voulez-vous me croire, Monsieur, jouissez paisiblement de l’exercice qu’on vous permet, tel qu’il puisse être ; et soyez persuadé que les Princes ont autant de droit sur l’extérieur de la Religion que les Sujets sur le fond de leur Conscience28.

48En somme, en tant qu’homme public, soldat, serviteur de l’État, il fait preuve d’autant de constance que d’élégance tout au long de sa vie, malgré la césure de 1659-1661 et les retournements de situation qui en résultent pour lui. D’autant plus fidèle au trône que celui-ci est menacé, il prend avec lui ses distances, au propre comme au figuré, au moment même où il est affermi. Ayant toujours conservé sa liberté de jugement et de parole quand il servait le pouvoir de près, dès qu’il en est éloigné, il respecte ce que l’on appellerait aujourd’hui le devoir de réserve.

  • 29 Jugement sur les sciences où peut s’appliquer un honnête homme, in Œuvres en prose, t. II, p. 14.

49Ce superbe comportement s’explique d’abord par le souci de sa liberté mais il est aussi fondé sur la distance avec les événements et les affaires que son goût pour la tranquillité lui fait toujours conserver. Comme il le dit magnifiquement dans un texte intitulé Jugement sur les sciences où peut s’appliquer un honnête homme, il se comporte comme ces « honnêtes gens » qui « sçavoient séparer la personne du magistrat », et « donner leurs soings à la République en telle sorte qu’il leur en restoit et pour leurs amis et pour eux-mêmes »29.

50Voilà pourquoi j’ai été frappé il y a déjà longtemps par Saint-Évremond, comme je l’ai dit lors de mon arrivée dans la Manche.

51Pour terminer, je vais lui donner la parole encore une fois, à travers quelques extraits de stances datant de la fin de sa vie, où il nous donne quelques précieuses recettes valant art de bien vieillir, lequel pour lui commence par exclure toute culture de regret :

Je touche au dernier moment
De mes plus belles années,
Et déjà de mon printemps
Toutes les fleurs sont fanées…
Et je ne vis plus un moment
Sans sentir quelque changement
Qui m’avertit de ma ruine.

52Il ne faut pas regretter les plaisirs :

À présent l’expérience
M’apprend que la jouïssance
De nos biens les plus parfaits
Ne vaut pas l’impatience
Ni l’ardeur de nos souhaits.

53ni la carrière dont on a pu rêver :

La fortune à ma jeunesse
Offrit l’éclat des grandeurs…
Mais sur le peu de mérite
De ceux qu’elle a bien traitez,
J’eûs honte de la poursuite
De ses aveugles bontez.

54À cet âge, le premier des biens est de ne pas être malade :

Mais quoi ma goutte est passée,
Mes chagrins sont écartez
Pourquoi noircir ma pensée
De ces tristes vérités ?

55Et de revenir sur son attitude favorite :

Sur ce peu de temps qui coule
Faut-il des réflexions ?
Que sage est qui s’en défie,
J’en connais la vanité.

56avant d’achever sur ces simples mots :

  • 30 Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évremont, p. 314 à 316.

La bonne ou la mauvaise santé
Fait [toute] notre philosophie30.

Notes

1 Saint-Évremond, Sur la morale d’Épicure, in Œuvres en prose, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1962-1969, 4 vol. (cité désormais Œuvres en prose), t. III, p. 425.

2 Œuvres en prose, t. IV, p. 131.

3 R. Ternois, « Saint-Évremond, gentilhomme normand », Annales de Normandie, 1960, p. 235.

4 H. Quéru, L’Aéciste, mars 1965, p. 3.

5 P. Silvestre, Œuvres de M. de Saint-Évremond, Londres, J. Tonson, 1711, p. LXXVIII-LXXIX.

6 Ibid., p. LXXXIV.

7 Saint-Évremond, À Monsieur Barbin (?), in Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1967-1968, 2 vol., t. II, p. 354.

8 Œuvres en prose, t. III, p. 425.

9 À Monsieur le maréchal de Créqui, in Œuvres en prose, t. IV, p. 130.

10 Quelques observations sur le goût et le discernement des François, in Œuvres en prose, t. III, p. 124.

11 Ibid., p. 128.

12 Sur la morale d’Épicure, p. 426.

13 Sur les plaisirs, in Œuvres en prose, t. IV, p. 16-17.

14 Saint-Évremond, Sentences et Maximes XXXIV à XXXVII, in Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évremont, Paris, chez la veuve Barbin, 1700, p. 218-219.

15 Sur l’amitié, in Œuvres en prose, t. III, p. 310-311.

16 À Monsieur le maréchal de Créqui, p. 127.

17 Sur la morale d’Épicure, p. 437.

18 Sur les plaisirs, p. 12.

19 Pascal, Les Pensées, P. Sellier (éd.), Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1991, p. 215-216.

20 Sur la morale d’Épicure, p. 434.

21 N. Schneider, Les Natures mortes, Cologne, Benedikt Taschen, 1994, p. 17.

22 À Monsieur le maréchal de Créqui, p. 131.

23 Ibid.

24 Éloge de Monsieur le vicomte de Turenne, in Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évremont, p. 10.

25 R. Ternois, « Saint-Évremond, gentilhomme normand », p. 233.

26 H. Quéru, L’Acéiste, p. 3.

27 Oraison funèbre de Mme la duchesse Mazarin, in Œuvres en prose, t. IV, p. 230-231.

28 Lettre à M. Justel, in Œuvres en prose, t. IV, p. 279.

29 Jugement sur les sciences où peut s’appliquer un honnête homme, in Œuvres en prose, t. II, p. 14.

30 Nouvelles œuvres meslées de M. de Saint-Évremont, p. 314 à 316.

Auteur

Préfet de la Manche

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540