Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Châteaux et pouvoir

Les châteaux du royaume de Sicile au temps de Frédéric II

Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

  • 1 On se reportera notamment sur ce sujet à G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, 1 (...)

1Le règne de Frédéric II est sans doute, au Moyen Âge, l’époque qui engendra le plus de nouveautés en matière de châteaux. C’est aussi le moment où le château fort atteint son apogée ; cela est dû à la convergence de trois phénomènes : l’accroissement de la puissance royale qui se traduit par une intense activité édilitaire due à une fonction fortement symbolique, le perfectionnement de l’armement d’assaut qui oblige à renforcer les systèmes de défense et les apports liés aux croisades qui se traduisent par des innovations techniques et le renouvellement des plans1. Au même titre que Philippe Auguste ou que Richard Cœur de Lion, tous deux grands bâtisseurs de châteaux, Frédéric II marque le passage entre le XIIe siècle dit « roman » et le XIIIe siècle dit « gothique ». En affirmant sa puissance politique, il modifie les rapports de prééminence féodale et impose en Occident une conception nouvelle de l’architecture castrale : le château géométrique.

  • 2 A. Cadei, « Architettura federiciana. La questione delle componenti islamiche », in Nel segno di Fe (...)
  • 3 S. Bottari, « Intorno alle origini dell’architettura sveva nell’Italia meridionale ed in Sicilia »,(...)

2Dans l’empire Souabe ces innovations résultent d’une part de la connaissance de l’architecture militaire acquise par Frédéric II en Terre sainte où il se rend entre 1228 et 1229 pour la sixième croisade2 et de la tradition architecturale islamique présente en Sicile3. En outre le souverain s’appuie, en Italie méridionale, sur un système castral déjà établi dont il nous faut rappeler rapidement la genèse.

L’héritage normand et les innovations souabes

L’héritage normand

3Que les fondateurs de châteaux aient été Lombards, Sarrasins ou Byzantins, le mouvement d’incastellamento prénormand a privilégié les implantations stratégiques, étroitement liées aux phénomènes du peuplement et aux impératifs de l’exploitation agricole, mais guidées par des exigences de sécurité. Avec l’État normand la restructuration des forteresses a affecté surtout les territoires de la frontière. Le changement qui s’est opéré alors est lié à la féodalisation de la société ainsi qu’à une mutation décisive de l’assiette de la propriété terrienne. Le mouvement d’incastellamento, associé à la crise de la domination byzantine et aux premières conquêtes normandes, se développe à l’initiative des deux adversaires et souvent simultanément : d’une part il s’effectue contre les Normands, d’autre part il est l’œuvre des Normands eux-mêmes, surtout dans la phase de la conquête.

4La progression rapide de l’installation normande et l’essor de la féodalité s’accompagnent de la construction d’un grand nombre de fortifications (rocche, tours et forteresses) dont l’implantation perdurera et qui, plus tard, se trouveront englobées dans des structures souabes ou angevines puis aragonaises. Cette continuité perturbe très souvent les tentatives de datation des structures castrales sur lesquelles les témoignages de réfection sont masqués par les restaurations, et que la tendance locale aime à placer le plus loin possible dans le temps et tend à rattacher préférentiellement à l’incastellamento normand.

5Fondés lors de la conquête, les châteaux sont ensuite confiés à des hommes sûrs. À l’origine, les responsables des châteaux normands sont nommés par le seigneur ou par le roi. Le rôle de ces « châtelains » ne se borne pas à garder la forteresse et à diriger les serviteurs, le châtelain est choisi dans une frange sociale étroite pour sa richesse ou son prestige. Il représente le seigneur local ou l’autorité royale, il participe à la vie politique, militaire et sociale, il stipule des contrats et appose sa signature au bas d’actes notariés.

6Roger II, fondateur du royaume, va centraliser le système castral déjà en partie établi et le mettre au service du pouvoir central fort. L’implantation d’un château n’obéit pas seulement alors à une logique militaire, stratégique et défensive, le souverain l’utilise également dans le cadre d’un projet politique plus général, qui vise à renforcer la monarchie. Nous l’avons vu, l’exigence de sécurité est un des éléments qui motive l’incastellamento par rapport à la colonisation agricole ; le projet de Roger d’occuper toutes les forteresses urbaines en priorité témoigne en outre de la conception du système castral conçu comme un instrument de domination de la ville. On constate d’ailleurs que la terminologie se précise : tandis que le terme castrum désigne une installation fortifiée ou un château entouré d’habitations, d’une enceinte, ou d’une zone de colonisation agricole dense, celui de rocca s’applique à une fortification à caractère purement militaire.

Fonctionnement du système castral souabe

7Frédéric II s’inspire de Roger II en s’appuyant sur un droit qui lui appartient déjà, le droit régalien de bâtir des fortifications. Lors des assises de Capoue les ordonnances impériales affirment l’intégrité du domaine royal comprenant des cités, des forteresses, des châteaux, des terres, des casali. Des confiscations suivent cette déclaration. Les principales différences entre les deux souverains ne concernent pas tant la stratégie politique que la gestion des forteresses royales. En fait, tout repose sur la capacité du souverain à faire respecter les ordonnances prises, c’est pourquoi la resignatio privilegiorum et la réintégration des domaines vont de pair avec la destruction – annoncée par les Assises de Capoue – de châteaux, de fortifications et de murailles construites depuis 1189. Pour la première fois, forteresses et châteaux sont directement soumis à l’administration de la couronne, de l’État. La volonté de contrôle total sur les forteresses est renforcée par deux dispositions : la de novis aedificiis qui réclame explicitement que ne soit reconstruite aucune forteresse qui a été abattue sur ordre royal, et la de prohibita in terra demanii constructione castrorum qui interdit la construction de châteaux sur les terres domaniales. Dans les deux lois, à côté des châteaux et forteresses apparaissent aussi les tours dont la construction est rigoureusement prohibée sur les terres domaniales. Plus tard, quand il devra se défaire de certains de ses biens, Frédéric II soulignera encore avec force que les droits sur les châteaux sont de son unique ressort.

  • 4 Il s’agit du résultat de l’enquête des années 1241-1246. La plupart des châteaux se situent en Poui (...)

8Les châteaux des chevaliers deviennent ainsi ceux du royaume. Une source précieuse des années 1241-1246, le Statutum de reparatione castrorum, présente les résultats de l’enquête commandée par Frédéric II aux provisores castrorum ; deux cent cinquante structures castrales y sont recensées4 ce qui justifie la création d’un nouvel organe gouvernemental chargé de contrôler l’administration des forteresses. Dans les onze circonscriptions provinciales, des fonctionnaires spécifiques sont préposés à la gestion des châteaux, ce sont les provisores castrorum évoqués ci-dessus, héritiers en grande partie du vicecomites de l’époque normande ; ils gardent les châteaux, reçoivent les impôts, et sont également dotés de compétences judiciaires. Généralement ils sont choisis parmi l’aristocratie féodale ; ils s’occupent des constructions, de l’entretien, du ravitaillement et du paiement de la garnison ; ils doivent établir en trois exemplaires la liste des biens, des denrées et des armes. Pour effectuer ce travail, chaque provisor peut compter sur trois écuyers, un notaire et un courrier. Des visites d’inspection ont lieu régulièrement ; le provisor castrorum visite lui-même, tous les trois mois, les châteaux exemptés, donc directement administrés par le souverain, et mandate dans les autres deux hommes de confiance chargés d’une visite chaque semaine. En temps de paix les forteresses sont gardées par un châtelain et un ou deux hommes d’armes ; en temps de guerre les feudataires des localités d’alentour, qui financent l’entretien, doivent occuper les lieux.

Castra et domus, le système castral de Frédéric II (fig. 1)

9Parmi les deux cent cinquante châteaux recensés lors de l’enquête mentionnée ci-dessus, deux structures sont bien différenciées : le castrum et la domus. Le terme castrum souligne l’aspect militaire du château et moins les défenses annexes comme le bourg fortifié.

  • 5 A. A. Settia, Castelli e villagi nell’Italia padana, popolamento, potere e sicurezza fra il IXo e i (...)
  • 6 A. Marino Guidoni, « Architettura, paesaggio e territorio dell’Italia meridionale nella cultura fed (...)
  • 7 J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie de l’habitat et topographie urbaine en Pouille sous le règne de (...)

10Le terme domus indique au contraire une résidence, un palatium, qui bien que fortifié, peut s’articuler en aula, pavillons, jardins, tours, chapelle, ateliers, et qui présente par conséquent une structure plus complexe que celle du château tout en conservant de ce dernier la situation en marge du tissu urbain et l’enceinte de murailles munie de tours. Aldo Settia constate, pour l’Italie septentrionale, une utilisation comparable du mot. Il note que le terme palatium, rare au Xe siècle et toujours plus fréquent aux XIIe-XIIIe siècles, signale, à l’intérieur du château, la présence « d’édifices résidentiels architectoniquement confortables et mêmes luxueux, destinés au séjour du seigneur »5. Ainsi, chaque château devient le symbole du pouvoir et de la majesté royale6. De la liste des domus sont naturellement exclus les châteaux féodaux, les fortifications et les enceintes de villes ou de communautés ecclésiastiques, les tours urbaines et rurales et les établissements purement stratégiques. Leur nombre semble considérable. Jean-Marie Martin relève, pour les quatre provinces apuliennes, les chiffres suivants : en Capitanate, 24 castra et 27 domus, en Basilicate 18 castra et 10 domus ; en Terre de Bari 13 castra et 3 domus et en terre d’Otrante 13 castra et 2 domus7. Soit au total 68 castra et 42 domus.

  • 8 Ibid., p. 62.
  • 9 D’après le calcul de G. Fuzio, « Castelli : tipologie e strutture », in La Puglia tra medioevo e et (...)

11D’après les inventaires, parmi tous les ouvrages fortifiés inventoriés en Pouille entre 1220 et 1266 (à la mort de Manfred), trente-quatre ont été soit agrandis soit maintenus et autant ont été construits de toutes pièces. La Capitanate, moins peuplée que les autres régions, a été particulièrement bien dotée : Foggia est construit en 1223 et un grand nombre de palais et de pavillons de chasse sont créés alentour8. Contrairement à une idée largement répandue, il semble que les châteaux construits de toutes pièces soient fort peu nombreux : on peut citer les cas de Foggia, Apricena, Lucera, Castel del Monte et Gravina9.

Fig. 1 – Localisation des principaux châteaux de Frédéric II en Italie méridionale

Fig. 1 – Localisation des principaux châteaux de Frédéric II en Italie méridionale

12En Sicile, les remarques sont les mêmes : Castel Ursino à Catane, Castel Maniace à Syracuse, Augusta sont construits de toutes pièces, des tours circulaires comme Salemi, pentagonales comme Giuliana ou octogonales comme Enna, et la Colombara de Trapani sont édifiées par l’empereur mais beaucoup de sites sont simplement réaménagés, c’est le cas pour Milazzo et Enna.

  • 10 R. Licinio, Castelli medievali…, p. 137-138.
  • 11 J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie… », p. 73, note 80 : Salpi, Foggia en sont des exemples, ainsi (...)
  • 12 Ibid., note 81 : Apricena, Cerignola.
  • 13 Ibid., note 82.
  • 14 Ibid., note 83.

13On constate dans tous les cas la situation du château, toujours extérieur par rapport à l’habitat. Sur l’explication de cette position, R. Licinio montre que deux thèses s’opposent : tandis que l’une prétend que cette situation est choisie pour éviter que les châteaux ne soient assaillis en cas de révolte, l’autre fait prévaloir l’importance du contrôle de la communauté par le château ; mais les deux explications ne s’excluent pas l’une l’autre et il est probable que les deux avantages ont été exploités10. Jean-Marie Martin souligne toutefois que si la majorité des castra sont accolés à un habitat généralement ancien, deux d’entre eux qui sont isolés font exception : ce sont Tremiti et Castel Pagano situés sur le rebord occidental du Gargano. Les domus impériales en revanche sont rarement placées près de villes11 ou d’agglomérations importantes12, la plupart sont actuellement situées dans des casalia qui se sont parfois formés autour d’elles13, ou bien elles sont isolées quelquefois près d’une église14. Les massarie impériales peuvent se situer en ville, c’est le cas de Lucera, toutefois, la plupart du temps, elles sont liées à des casalia qui doivent leur fournir la main-d’œuvre et qui, très souvent, contiennent aussi une domus.

14Au sein de la planification militaire et territoriale de Frédéric II, une première distinction est possible entre les forteresses édifiées ou restructurées avant la croisade (première expédition 1228-1229) dans une stratégie qui privilégie la défense côtière et le renforcement du contrôle sur les territoires les plus importants, et les forteresses des années suivantes aménagées dans un contexte politique et militaire où il devient plus important de protéger le littoral adriatique notamment des incursions vénitiennes.

15À la première période on peut rattacher Melfi (fig. 2), nid d’aigle impérial qui abritait la trésorerie royale et servait de lieu de détention ; Barletta, au plan quadrilatéral avec quatre bastions aux angles (voir infra), reconstruit sur les vestiges d’une structure normande préexistante et sans doute endommagé au début du XIIIe siècle quand la cité s’est révoltée contre Othon de Brunswick en 1210 ; Foggia, résidence, et Oria, probablement édifiée ex novo avec du moins une enceinte et des tours cylindriques attribuées à Frédéric II.

  • 15 R. Licinio, Castelli medievali…, p. 139-142.

16À la seconde période on peut associer : Bari, Trani, Brindisi, Gioia del Colle – où serait né Manfred, fils de l’empereur et de Bianca Lancia –, Lucera édifié vers 1233, Gravina construit en 1231, Fuccio destiné à la chasse, Castel del Monte, Lagopesole, Termoli aménagé en 1247 d’après une inscription perdue, Vieste, Vico del Gargano (fig. 3), Otrante et Sannicandro di Bari aménagé en 124215.

17Enfin, parmi les rôles du château apparaît nettement celui de gestionnaire du territoire rural et urbain, ce rôle s’est avéré important pour répandre un certain nombre de techniques comme celle de la rotation triennale des cultures.

Quelques exemples caractéristiques parmi les châteaux de Frédéric II

Châteaux hérités des Normands

18La majorité des châteaux souabes d’Italie méridionale est par conséquent constituée par des forteresses d’origine plus ancienne : byzantines ou normandes, adaptées aux besoins nouveaux. L’absence d’études d’archéologie du bâti associées à des fouilles qui permettraient, ensemble, de décrypter les différentes phases de construction et par conséquent l’évolution des fortifications est à signaler, à quelques très rares exceptions près, comme Fiorentino, Ordonna, Castel del Monte et Lucera. Cette lacune ne permet donc pas d’avoir une idée précise des apports frédériciens à l’architecture castrale de la période qui précède. Les restaurations massives qui ont été apportées aux châteaux frédériciens à l’occasion des années anniversaires (1994 et 1997) rendent souvent, aujourd’hui, toute lecture impossible sauf dans les quelques cas privilégiés mentionnés ci-dessus. Je me bornerai donc à donner quelques exemples de ces châteaux hérités des Normands en les choisissant dans les différentes régions d’Italie méridionale : Bari, Barletta, Oria et Trani en Pouille, Cancello en Campanie et Rocca Janula dans le Latium, Scribla et Cosenza en Calabre, Milazzo en Sicile.

En Pouille

• Bari (fig. 4)

  • 16 M. Benedetelli, « Il castello di Bari », in Federico II, immagine e potere, M. S. Calò Mariani et R (...)

19Le site du château de Bari a dû être occupé dès le XIe siècle avec l’arrivée des Normands. Il ne s’agissait alors que d’un noyau urbain organisé autour d’une église. La première mention du château remonte à l’année 1135 quand Roger commence la construction de la forteresse. D’après Marcello Benedetelli16, la configuration du château normand est encore apparente avec son plan trapézoïdal et ses hautes tours. Le château aurait été détruit et serait resté inutilisé au début de la domination souabe. Sa reconstruction commence dans la première moitié du XIIIe siècle entre 1233 et 1240 quand le château est confié à Riccardo Comite, habitant de Bari. Le nouvel édifice réutilise ce qui subsiste de la courtine et des tours normandes. C’est probablement de cette période que datent les deux tours polygonales qui ont été réalisées au centre des côtés sud et ouest de la courtine normande et dont seule la base subsiste aujourd’hui (fig. 4).

20Au cours de la période angevine d’importants travaux sont réalisés, la courtine est reprise et percée de biphores. On renforce les tours du noyau central et on rehausse celle du sud-ouest (fig. 5). Cette configuration subsiste jusqu’à la période aragonaise au cours de laquelle seront ajoutés le grand fossé périphérique au château et le front bastionné (fig. 4).

  • 17 A. Lorusso Bolettieri, « La decorazione scultorea del castello di Bari », in Federico II, immagine(...)
  • 18 A. Haseloff, Architettura sveva nell’Italia meridionale, Bari, 1992, p. 421.

21Le décor sculpté du château de Bari est particulièrement remarquable17, il mêle des éléments orientaux romans et gothiques qui font penser que l’on a employé au château des sculpteurs qui travaillaient sur des édifices religieux. A. Haseloff souligne également la tradition islamique qui se traduit par des bossages18.

  • 19 A. Lipinsky, « Le aquile gemmifere di Federico II ed altre aquile sveve », in Scritti di storia del (...)

22Parmi les éléments du décor, le portail (fig. 6) situé sur le côté ouest, qui devait, à l’époque de Frédéric II, constituer l’entrée principale, démontre une ascendance plus orientale que gothique. Il présente dans une série de cuvettes des motifs végétaux qui alternent avec des figures humaines plus ou moins fantastiques. Sur le claveau central, on voit un aigle – emblème de Frédéric – aux ailes repliées qui tient une proie dans ses serres ; il devait être orné d’une pierre enchâssée qui a laissé une empreinte en creux19. On note aussi sur la droite un personnage féminin fabuleux muni de deux nageoires, un homme barbu à cheval et deux harpies. Il existe des relations avec l’ambon de la cathédrale de Bitonto et les sculptures de la cathédrale de Foggia et de San Vescovo. Annamaria Lorusso Bolettieri suggère que l’auteur du portail pourrait être l’un des artistes qui ont travaillé sur ces édifices.

23Les chapiteaux (fig. 7), très caractéristiques, présentent un décor de feuilles stylisées qui rappellent la cathédrale d’Altamura. Ces coïncidences font penser à A. Haseloff et à M. S. Calò Mariani que Frédéric II aurait pu ramener des artistes orientaux avec lui après la croisade. L’un des chapiteaux de Bari est d’ailleurs signé Ismaël, nom évidemment d’origine islamique mais qui ne suffit pas à apporter la preuve de l’hypothèse avancée.

• Barletta (fig. 8)

24L’origine du château de Barletta semble remonter à l’époque normande mais les sources font défaut pour proposer une datation sûre. La première mention du site remonte à 1202 mais c’est sans nul doute Frédéric II qui a donné l’impulsion nécessaire à l’agrandissement de la fortification. Des arcs et des fenêtres qui étaient sans doute à l’origine des biphores sont surmontés de l’aigle, symbole de Frédéric II (fig. 9). Le château a été fortement restauré par Charles d’Anjou qui y a ajouté le palais, de nouveaux murs, la chapelle, des tours et des fossés, puis par les Aragonais qui ont encore renforcé les murs. Charles V, enfin, y a fait ajouter les bastions. Il est donc assez difficile sur ce site de faire la part des interventions successives.

• Oria

  • 20 A. Pepe, « Insediamenti di età sveva in Terra d’Otranto », in Federico II, immagine…, p. 322.

25La forteresse d’Oria, probablement restructurée autour d’un donjon normand, se confond avec la colline qu’elle surmonte. Ainsi placée, elle ressemble à la proue d’un navire. L’empereur y résida quelque temps d’octobre à novembre 1225 en compagnie de son beau-père Jean de Brienne20.

• Trani (fig. 10)

  • 21 M. Pasquale, « Il castello di Trani », in Federico II, immagine…, p. 253-254.
  • 22 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia Diplomatica Friderici Secundi, Paris, 1852-1861, t. V, p. 413

26Le château de Trani s’élève au nord-ouest de la ville, en bordure de mer, il est entouré sur les autres côtés par un fossé profond actuellement interrompu21. Le château, fortifié par Roger II, a été détruit en 1137 et ne réapparaît dans les chartes qu’en 1233. Il est conçu comme une série de carrés emboîtés munie de quatre tours carrées aux angles, il possède des citernes pour le stockage de l’eau. Il faisait partie des castra exempta dépendant directement du souverain22. Le décor lapidaire qu’on y voit semble provenir en partie de la destruction d’un édifice sacré assez important. On peut en donner pour exemple un biphore orné d’un rinceau habité d’oiseaux et des colonnettes à griffes.

Deux exemples plus centraux : Rocca Janula près du mont Cassin et Cancello en Campanie

• Rocca Janula

  • 23 Cette phase est rapportée dans Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in (...)

27C’est l’exemple même d’une fortification réutilisée par l’empereur en raison de son intérêt stratégique. Il s’agit d’un complexe fortifié situé sur un piton rocheux quasi inaccessible de tous côtés (fig. 11). Le noyau primitif remonte à la fin du Xe siècle. Au début du XIIe siècle, la rocca fut occupée par les habitants de San Germano qui supportaient mal les interventions du pouvoir abbatial dans la vallée. Mais l’abbé Gérard réussit à reconquérir la forteresse et la fit restaurer, renforçant les fortifications et ajoutant sur la partie la plus haute une tour pentagonale. L’édit de Capoue n’épargna pas la fortification qui aurait dû être détruite mais dont les murailles, sur l’intervention d’habitants influents, furent seulement abaissées23. En 1227, la rocca fut reconstruite par l’empereur qui, appréciant l’intérêt du site, confia la forteresse à Rainaldo Pellegrino de Sant’Elia. En 1231, 1235 et 1239, elle fut renforcée. L’intérêt de sa situation, dominant le village, est toujours bien visible. Après l’époque souabe, elle passa à Charles d’Anjou et fut ensuite l’objet de contestations continuelles entre les abbés du Mont-Cassin et les Français.

  • 24 Architettura sveva nell’Italia meridionale. Repertorio dei castelli federiciani, A. Bruschi et G. M (...)

28Le plan du château (fig. 12) est vaguement triangulaire ; les angles nord et ouest sont renforcés par des tours de tailles diverses. L’intérieur est divisé en deux cours par un mur transversal dans lequel s’ouvre une porte de communication. On retrouve au fond ici le schéma traditionnel : haute cour / basse cour, accentué par la différence de niveau entre les deux parties. Dans la cour sud-ouest subsistent les ruines d’une chapelle et d’une autre petite construction. Dans celle du nord-est, la plus élevée, s’élève la tour pentagonale de Gerardo qui s’ouvre sur le côté sud-ouest de l’enceinte. Sur le même côté se trouvait la porte de l’enceinte agrandie qui avait la fonction d’avant-poste de protection de l’accès de la forteresse. À l’heure actuelle, il est très difficile de reconnaître les différentes phases de construction de l’édifice très remanié aux époques postérieures24.

• Cancello en Campanie (fig. 13)

  • 25 L. Santoro, « Insediamenti svevi in Campania », in Federico II, immagine…, p. 339.

29Cette fortification s’est substituée à une forteresse lombarde du IXe siècle agrandie par la suite par les Normands. C’est une petite résidence qui occupe une position stratégique. Le château flanqué de tours carrées s’organise autour d’une cour selon un plan général qui est aussi un carré. L’organisation de l’espace interne et les installations d’hygiène sont caractéristiques de l’époque de Frédéric. Une tour surélevée assure la fonction de donjon. Elle comprend trois niveaux en élévation couverts d’une voûte ogivale et une citerne enterrée. Les communications verticales sont assurées par des escaliers placés à l’intérieur des murs25. On peut se demander si ce plan carré qui caractérise de nombreuses constructions de Frédéric II n’a pas pu être inspiré par des édifices de ce type.

En Calabre : Cosenza et Scribla

• Cosenza

  • 26 Basilicata e Calabria (Guide du Touring Club Italiano), Milan, 1965, p. 387.

30Le château se situe là encore en position dominante par rapport à la ville. Déjà présent à l’époque normande il sera agrandi sous Frédéric II, notamment par l’adjonction d’une tour polygonale, et modernisé avec le percement de larges baies26. Malheureusement le château a été fortement remanié par la suite et aucune étude sérieuse n’a cherché à repérer les différentes phases de construction, en outre des fouilles « sauvages » (que nous avons pu constater à la fin des années quatre-vingt) sont venues perturber fortement les horizons stratigraphiques, rendant difficile pour ne pas dire impossible cette analyse.

• Scribla (fig. 14)

  • 27 A.-M. Flambard Héricher, « Un instrument de la conquête et du pouvoir, les châteaux normands de Cal (...)

31Le château de Scribla, en Calabre, fouillé entre 1976 et 1980 est un exemple de site dont l’origine reste mystérieuse : elle peut être, compte tenu des découvertes, soit byzantine, soit normande, mais ce sont les Normands qui vont y établir le premier château important qui cependant a laissé des traces fort ténues sur le terrain. Il n’est pas impossible que Frédéric soit à l’origine de la destruction d’une partie de la fortification normande. Le château fut en effet confisqué soit à la suite des Assises de Capoue soit, plus probablement après la conjuration de Capaccio (1246), puisqu’il apparaît en 1277 dans l’enquête conduite par Charles d’Anjou pour la restitution des biens confisqués. Il sera rendu aux San Severino fortement impliqués dans la conjuration. Cependant entre 1230 et 1250 Frédéric crée à Scribla un casale où il rassemble les populations des alentours ; sur le site, des monnaies attestent l’occupation de la période souabe qui se traduit dans le bâti par le rehaussement du donjon (fig. 15) muni d’une citerne suspendue se déversant par un système de tubulures de céramique placées dans l’épaisseur des murs27.

En Sicile : Milazzo

  • 28 W. Krönig, in L’Art dans l’Italie méridionale, t. V, Aggiornamento dell’opera di Émile Bertaux, A.  (...)

32Milazzo, réaménagé par Frédéric II, est constitué d’un rempart flanqué de nombreuses tours et d’un bâtiment résidentiel contigu au donjon normand. La domus de Frédéric, une construction rectangulaire divisée par des arcs doubleaux en berceau brisé, est du même type selon W. Krönig28 que le Castelluccio de Gela, la domus de Fiorentino, et le castellum d’Ordonna.

Les châteaux nouvellement édifiés

33La réputation de Frédéric II repose sur ces châteaux édifiés de toutes pièces, ce qui est parfois, nous le verrons, relativement inexact puisque beaucoup de sites sont, là encore, réutilisés. On peut distinguer, parmi ces édifices, ceux dont le plan, irrégulier, s’adapte avant tout à la morphologie du terrain. Leur plan n’a rien de caractéristique ni évidemment d’original. Un deuxième cas correspond à l’adjonction à un château, par l’empereur, d’un élément fortement caractéristique, très souvent une tour. J’examinerai quelques exemples de ces tours particulières où l’on voit en modèle réduit les grands partis architecturaux qui se développent dans les châteaux. Parmi ces édifices, il nous faudra prêter une attention particulière à des châteaux de plan carré du type dit « châteaux du désert » très caractéristiques des constructions frédériciennes et dont on retrouve des parallèles dans l’architecture arabe. Enfin, il nous faudra examiner les deux grands sites qu’on ne peut passer sous silence, Lucera et Castel del Monte, en faisant ressortir de quelle manière ils se rattachent aux autres cas présentés.

Châteaux dont le plan s’adapte à la morphologie du terrain

• Rocca imperiale

  • 29 Architettura sveva…, p. 113-115.

34Rocca Imperiale (fig. 16) s’élève sur une colline en position isolée par rapport au reste de la cité qu’il domine ; il a été construit par Frédéric dans la première moitié du XIIIe siècle et fut réaménagé par la suite par Alphonse d’Aragon. Il n’a pas pu être bien étudié en partie à cause de difficultés d’accès, mais les chercheurs pensent qu’il a fait l’objet d’une véritable reconstruction29.

• Roseto Capo Spulico (fig. 17)

35Le château placé sur un piton rocheux domine la mer. L’endroit se situe, à l’époque normande, dans une zone de confins entre la Calabre et les régions limitrophes, pourtant la tradition fait de ce château une construction souabe et plus précisément l’œuvre d’un architecte militaire de Frédéric : Boretti Barillaro, mais les références documentaires fiables font défaut. Il a un plan en forme de triangle irrégulier, parfaitement adapté à la configuration du rocher, d’où émergent deux tours, l’une, au sud-est, est carrée et plus élevée, à l’intérieur on y trouve de grandes salles, la plus grande reçoit la lumière d’un biphore ; l’autre tour, au milieu du côté ouest, est circulaire et couronnée de mâchicoulis. Les détails des portes et des fenêtres montrent qu’elles sont l’œuvre d’excellents sculpteurs.

Les tours : Brolo, Termoli, et Enna

• Brolo (fig. 18)

  • 30 Ibid., p. 133-134.

36Le château de Brolo qui se dresse sur une hauteur rocheuse au point le plus haut de la ville aurait, selon la tradition, été construit par Frédéric II. Il a été plusieurs fois restauré et enrichi par la famille Lancia à qui il appartenait à la fin du XVIIe siècle. Il ne subsiste du château qu’une grande tour carrée et une tour circulaire accolée, plus petite, contenant un escalier à vis. La tour carrée, qui n’est pas sans rappeler le donjon de Scribla, possède, tout comme Scribla, trois niveaux superposés. La tour est couronnée de merlons30.

• Termoli (fig. 19)

  • 31 Architettura sveva…, p. 23.

37La tour de Termoli s’élève actuellement au centre d’une enceinte postérieure au château, sa construction, à mettre en relation avec celle de la cité, est entreprise par Frédéric II après l’attaque de la flotte vénitienne en 1240. Le donjon de Termoli présente, en moins raffiné, une structure voisine de celle de Lucera. Comme lui il se compose de deux parties : un socle en forme de pyramide tronquée et la tour proprement dite qui émerge du socle, accessible par un pont-levis qui enjambe le fossé et par une porte qui débouche sur une galerie couverte, voûtée, qui existait probablement aussi à Lucera. Correspondant aux arcs de renfort des quatre angles devaient exister des murs de refend munis chacun d’une porte, ils délimitaient quatre salles éclairées par une fenêtre étroite. Au-dessous de cette galerie couverte se trouvaient des pièces utilisées comme citernes et comme magasins, qui sont actuellement presque complètement détruites. La tour résidentielle de 10 m de côté qui surmonte le socle possédait deux étages avec, encore au-dessous, au niveau le plus bas, une autre citerne. Les étages étaient divisés en deux par un mur de refend, les pièces ainsi créées étaient équipées d’une cheminée. L’appareil du socle formé de pierres irrégulièrement équarries contraste avec la tour où subsiste encore un appareil de briques alternées avec des blocs carrés31.

• Enna

  • 32 Ibid., p. 162.
  • 33 F. Maurici, « Castelli federiciani. Capolavori di pietra », Kalos. Luoghi di Sicilia, Palerme, 1994 (...)

38La tour d’Enna est une tour octogonale entourée d’une chemise de même forme, elle est divisée en trois niveaux reliés par un escalier à vis placé dans l’épaisseur du mur. Le rez-de-chaussée et le premier étage étaient couverts d’une voûte en parapluie dont les nervures retombaient sur des demi-colonnes à chapiteau32. On peut la rapprocher des tours de La Colombara à Trapani33 et, pour la distribution des espaces, de la tour de Salemi, bien que cette dernière soit circulaire.

Les plans carrés du type châteaux du désert : Castel Ursino (fig. 20), Castel Maniace, Augusta (fig. 21)

  • 34 D. Sack, « Castel del Monte e l’Oriente », in Federico II, immagine…, p. 300-302.

39Parmi les châteaux construits par l’empereur, un certain nombre présentent des plans très comparables entre eux qui ont intrigué les observateurs. Castel Ursino, Castel Maniace et Augusta en sont de bons exemples. Dorothée Sack34 a fait le rapprochement entre ces édifices et les châteaux ommeyades du désert de Syrie et de Jordanie construits dans la première moitié du VIIIe siècle. Elle souligne la ressemblance entre les plans carrés, munis aux angles et au milieu des côtés de tours et organisés en petites pièces réparties autour d’une cour centrale. On retrouve cette organisation, notamment au palais de Djabal el Sais (fig. 22). Ce plan se serait ensuite transmis aux ribats édifiés lors de la conquête islamique comme ceux de Sousse (fig. 23) et de Monastir datables de la seconde moitié du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle. Elle suggère que des édifices comparables auraient pu être construits en Sicile et pourraient avoir servi de modèle aux châteaux frédériciens.

Les résidences

40Elles sont nombreuses mais nous n’en retiendrons que deux exemples.

• Lagopesole (fig. 24)

  • 35 C. A. Willemsen, I castelli di Federico II nell’Italia meridionale, Naples, 1978.
  • 36 É. Bertaux, L’Art dans l’Italie méridionale, Paris, 1903, 3 vol.

41Surplombe le village du même nom, il était autrefois situé près d’un bois et à proximité d’un lac asséché au XVIe siècle. Il est impossible de savoir dans l’état actuel si le château a été édifié de toutes pièces par Frédéric ou sur une construction préexistante, les auteurs ne sont pas d’accord à ce sujet, la majorité (notamment C. A. Willemsen35 et É. Bertaux36) pensent qu’il a été édifié sur une construction préalable qui a été intégrée ensuite dans la construction souabe ou que ce premier édifice était totalement détruit quand Frédéric a fait entreprendre les travaux. L’édifice primitif est attesté lors de la rencontre de Lothaire III et Innocent III pendant la guerre contre Roger le Normand, on ne sait pas ce que cet édifice primitif est devenu. Sous le règne de Frédéric, les travaux débutèrent vers 1242 pour s’achever après la mort de l’empereur. Le château apparaît pour la première fois dans le registre angevin de 1249 où il est qualifié de domus comme pour souligner son utilisation comme lieu de distraction et de repos. Charles Ier le trouve déjà complet puis fait effectuer des travaux de restauration en 1268 et en 1294.

42Le plan est quadrangulaire renforcé par des tours peu saillantes aux angles. Vers le sud et le sud-ouest, le quadrilatère s’achève seulement par un mur. L’entrée s’ouvre sur le côté ouest entre deux avant-corps rectangulaires, on accède à la cour après un vestibule couvert. Au sud-est se trouve la chapelle, construction simple à nef unique et abside semi-circulaire. À cause de cette chapelle, la cour est divisée en deux parties inégales par un mur transversal qui relie le sanctuaire à l’aile occidentale où se trouvaient les appartements de l’empereur. En passant par une galerie couverte ménagée sur la partie supérieure du mur on pouvait rejoindre directement l’église.

  • 37 Architettura sveva…, p. 90-93.

43Dans la petite cour s’élève, avec une orientation oblique par rapport au reste de l’édifice, une grosse tour carrée : le beffroi. On suppose qu’elle est un vestige de l’édifice primitif et qu’elle n’a été englobée que tardivement dans la construction, ce qui expliquerait l’absence d’une aile au sud37.

• Gravina (fig. 25)

  • 38 D. Nardone, « Il castello svevo di Gravina in Puglia », Japigia, 5, 1934.
  • 39 R. De Vita, Castelli, torri ed opere fortificate in Puglia, Bari, 1974.

44Le site du château de Gravina, isolé, domine le centre agricole et la campagne environnante. L’édifice aurait été construit au début du XIIIe siècle par l’architecte et sculpteur Fuccio qui, suivit de l’empereur, après le couronnement, dans son voyage à travers diverses provinces du royaume de Naples, et eut à charge de construire, à Gravina, un parc clos de murs pour le gibier à plumes38. L’ensemble était probablement achevé en 1227 puisque l’édifice accueillit alors la cour impériale dans son entier39. Il s’agit d’un de ces lieux de résidence que Frédéric II aimait tant et où il venait se reposer des fatigues militaires.

45Le château, dans lequel on accédait, à l’est, par un court atrium, est rectangulaire, deux fois plus long que large (58 m sur 29 m), et bâti sur deux niveaux (fig. 26). Les appartements de l’empereur devaient occuper l’étage supérieur tandis que le rez-de-chaussée était dévolu aux serviteurs, aux écuries et aux réserves. L’aile ouest était sans doute la plus résidentielle, tandis que les longs côtés, peu éclairés, ne devaient pas servir d’habitation.

  • 40 M. Benedetelli, « Il castello di Gravina », in Federico II, immagine…, p. 269.

46Après la mort de l’empereur, le château s’est progressivement dégradé, la restauration qui a commencé dans les années cinquante a permis de mettre en évidence la présence de petites tours collées au mur est. Au centre de la cour se trouvait une salle souterraine voûtée de 7 m sur 10 qui était probablement une citerne40.

Les plans élaborés mais dérivant des précédents : Lucera, Castel del Monte

47Je terminerai cette présentation des châteaux par ces deux exemples sans doute les plus célèbres des édifices frédériciens, ils ont fait l’objet de tant de réflexions et d’études que je ne les aborderai que brièvement.

• Lucera (fig. 27)

  • 41 N. de Jamsilla, « De rebus gestis Frederico II imperatoris ejusque filsorum Conradi et Manfredi Apu (...)
  • 42 Ibid., p. 196 et A. Haseloff, Architettura sveva nell’Italia meridionale, p. 108.
  • 43 Architettura sveva…, p. 32.
  • 44 N. Tomaiuoli, « Il “palatium” de Lucera », in Federico II, immagine…, p. 242-243.

48Lucera est le premier avant-poste important aux confins du royaume. En arrivant de la montagne de Molise il domine toute la plaine environnante. La chronique de Jamsilla41 mentionne un castrum novus et un castrum vetus. On ne sait toujours pas à l’heure actuelle si ce château plus ancien était normand ou antique mais la construction de Frédéric a entraîné une large destruction de vestiges préexistants (fig. 28). C’est là qu’il regroupa les Sarrasins du royaume, méthode que les Normands avaient déjà utilisée à Scribla où ils avaient déporté les Sarrasins de Bugami. Le souverain y séjourna lui-même à plusieurs reprises et pour de longues périodes. En 1240, l’édifice devait être déjà assez avancé et l’empereur y fit apporter des statues de marbre venant de Naples et en 1242, venant de Santa Maria de Grottaferrata, des bronzes destinés à orner les fontaines. D’après Jamsilla, on peut penser qu’il s’agissait d’une construction en forme de tour dominant Lucera42, comme le suggère une gravure ancienne. Sous la monarchie angevine il fut englobé dans un réduit défensif et de résidence impériale devint castrum avec garnison, châtelain et serviteurs43. À partir du dessin de Desprez et des travaux réalisés, on peut reconstruire l’ensemble : sur un socle quadrangulaire de cinquante mètres de côté s’élevait une structure troncopyramidale, au centre s’élevait un bâtiment à deux étages composé de quatre ailes organisées autour d’une cour centrale (fig. 29). Les quatre ailes d’habitation se dressaient sur trois niveaux. L’étage inférieur donnait sur la cour au même niveau que la galerie des archers placée au niveau supérieur du socle (fig. 30). Les deux autres niveaux de la tour émergeaient au-dessus du chemin de ronde. Par un jeu d’arcs en ogive placés dans les quatre angles, le plan de la terrasse formait une figure octogonale. Le rez-de-chaussée était éclairé par des fenêtres rhomboïdales ; au niveau du premier étage courait une frise d’arcs suspendus d’inspiration arabo-normande qui peut avoir été calquée sur le transept de la cathédrale de Cefalù et sur l’abside de la cathédrale de Monreale. Les pièces étaient couvertes d’arcs en ogives comme à Castel Ursino, à Capoue ou à Castel del Monte44. De la brèche calcaire revêtait les murs et créait un effet décoratif qui a été souligné par les visiteurs du XVIIIe siècle. De cette œuvre exceptionnelle ne subsiste plus que le socle et une partie du mur d’escarpe ainsi que la base du palatium.

• Castel del Monte (fig. 31)

  • 45 W. Schirmer, « Castel del Monte : osservazioni sull’edificio », in Federico II, immagine…, p. 285-2 (...)
  • 46 M. S. Calò Mariani, « Castel del Monte, la veste ornementale », in Federico II, immagine…, p. 305-3 (...)

49C’est le dernier et le plus célèbre des châteaux de Frédéric II en Italie méridionale et il a fait couler beaucoup d’encre puisque plus de quatre cents publications lui ont déjà été consacrées. Son plan octogonal (fig. 32) a été l’objet de multiples interprétations visant à le rattacher soit aux châteaux du désert que nous avons déjà mentionnés, soit à des constructions européennes contemporaines, notamment à des châteaux alsaciens45. Le plan, parfaitement octogonal, s’organise autour d’une cour de même forme. À l’intérieur, des pièces trapézoïdales toutes identiques rayonnent autour de la cour ; la disposition des barres de fermeture des portes permet de mettre en évidence les relations entre différentes pièces. Le château est surtout célèbre par les aménagements sophistiqués qu’il possède et que les chercheurs rattachent volontiers à l’Orient : le système de contrôle de l’entrée conçue comme un labyrinthe, le système de ventilation du rez-de-chaussée, et surtout le système d’adduction et d’évacuation d’eau qui comprenait trois types de citernes, des citernes suspendues au niveau supérieur des tours, une citerne creusée dans la roche sous la cour et une citerne artificielle creusée devant la porte du château. On peut enfin souligner la qualité de l’ornementation de ce château même si, comme le fait remarquer M. S. Calò Mariani, l’édifice a subi, comme beaucoup d’autres chantiers, une suspension des travaux en 1239 et une réduction importante du programme initial. La couleur jouait un grand rôle dans la décoration, elle était apportée par des matériaux variés : brèche rose (fig. 33), marbre blanc et grès blond, et par des éléments ornementaux très élégants : décor végétal, faune fantastique, animaux (fig. 34), figures humaines, œuvres de maîtres sarrasins travaillant en 1240 pour l’empereur46.

Conclusion

  • 47 Notamment à l’Échiquier du château de Caen construit par Henri Ier Beauclerc.
  • 48 On pourra à ce sujet voir M. S. Calò Mariani, « Utilità e diletto. L’acqua e le residenze regie del (...)

50Comme on a pu le voir dans cet exposé, les constructions de Frédéric doivent beaucoup à celles de ses prédécesseurs. Si l’empereur pousse à son paroxysme la schématisation des plans et la stylisation des formes, on ne peut oublier qu’il s’inspire de solutions déjà mises en pratique par les souverains normands notamment dans les palais siciliens. Parmi les aménagements caractéristiques repérés en particulier à Castel del Monte, la plupart étaient déjà utilisés, plus modestement, au siècle précédent. L’aménagement complexe des entrées existe en Europe du Nord, en Angleterre ; des systèmes d’adduction d’eau ont été aménagés dans les châteaux normands de Normandie47 et d’Italie méridionale ; Frédéric ne fera que multiplier des solutions déjà mises en œuvre avec d’immenses citernes comme celles de Lucera (fig. 35) ou de Castel del Monte. Ces solutions techniques ne doivent pas faire oublier l’importance de l’eau comme élément fondamental de l’agrément du paysage. Sous la dynastie normande, l’eau est déjà un élément du décor des jardins ; Frédéric II se plaira à les faire restaurer, garnir de fontaines ou créer de toutes pièces. Les témoignages de la sensibilité de l’empereur à l’aménité des lieux ne manquent pas : lacs artificiels, pêcheries, parcs, réserves de chasse pour gibier à plumes ou à poil viennent compléter l’environnement du château et embellir le paysage et le séjour de l’empereur et de sa cour48. Le fait le plus nouveau c’est sans doute, avec Frédéric, l’abandon systématique du donjon et de la basse-cour qui caractérisent la forteresse normande.

51Il est possible enfin que le prestige de ces forteresses ait été exalté par les événements postérieurs comme la lutte de succession qui opposa Conradin et Manfred à Charles d’Anjou. Le changement dynastique avec le passage du royaume aux mains de Charles d’Anjou en 1266 définit en termes encore plus complexes que par le passé les rapports entre communautés locales et forteresses royales urbaines. En ville le château est le symbole du pouvoir central mais il s’enrichit de nouvelles structures et de nouvelles attributions : résidence temporaire du souverain ou de puissants personnages de sa cour, prison permanente ; il amplifie ses fonctions traditionnelles : surveillance contre les périls extérieurs, dépôts d’armes et de matériel varié, siège d’une garnison. Le château n’a plus désormais une fonction unique ou une fonction dominante mais une série de devoirs, notamment le contrôle d’une partie de la société urbaine. Il est représentatif aussi au plan institutionnel : à l’époque angevine les communautés locales, urbaines comme rurales, sont définies comme les Universitates, donc comme organismes dotés de pouvoir d’autogestion et qui s’occupent des rapports tant avec le pouvoir royal qu’avec la collectivité tout entière.

Fig. 2 – Le château de Melfi

Fig. 2 – Le château de Melfi

Sauf mention contraire, tous les clichés sont de l’auteur.

Fig. 3 – Vico del Gargano : le château dominant la ville

Fig. 3 – Vico del Gargano : le château dominant la ville

Fig. 4 – Plan du château de Bari

Fig. 4 – Plan du château de Bari

Fig. 5 – Tour à bossages du château de Bari

Fig. 5 – Tour à bossages du château de Bari

Fig. 6 – Décor sculpté du portail du château de Bari

Fig. 6 – Décor sculpté du portail du château de Bari

Fig. 7 – Chapiteau : château de Bari

Fig. 7 – Chapiteau : château de Bari

Fig. 8 – Vue de la cour intérieure du château de Barletta

Fig. 8 – Vue de la cour intérieure du château de Barletta

Fig. 9 – L’aigle, emblème de Frédéric II au château de Barletta

Fig. 9 – L’aigle, emblème de Frédéric II au château de Barletta

Fig. 10 – Château de Trani

Fig. 10 – Château de Trani

Fig. 11 – Situation du château de Rocca Janula : au fond, à droite, l’abbaye du Mont-Cassin

Fig. 11 – Situation du château de Rocca Janula : au fond, à droite, l’abbaye du Mont-Cassin

Fig. 12 – Rocca Ianula : plan du château et élévation

Fig. 12 – Rocca Ianula : plan du château et élévation

Fig. 13 – Plan du château de Cancello

Fig. 13 – Plan du château de Cancello

Fig. 14 – Vue générale du tertre portant le château de Scribla

Fig. 14 – Vue générale du tertre portant le château de Scribla

Fig. 15 – Tour de Scribla

Fig. 15 – Tour de Scribla

Fig. 16 – Rocca Imperiale : le château domine le village

Fig. 16 – Rocca Imperiale : le château domine le village

Fig. 17 – Le château côtier de Roseto Capo Spulico

Fig. 17 – Le château côtier de Roseto Capo Spulico

Fig. 18 – Plan et élévation du château de Brolo

Fig. 18 – Plan et élévation du château de Brolo

Fig. 19 – Tour côtière de Termoli

Fig. 19 – Tour côtière de Termoli

Fig. 20 – Plan du château de Castel Ursino à Catane

Fig. 20 – Plan du château de Castel Ursino à Catane

Fig. 21 – Plan du château d’Augusta

Fig. 21 – Plan du château d’Augusta

Fig. 22 – Plan du palais de Djabal Sais

Fig. 22 – Plan du palais de Djabal Sais

Fig. 23 – Plan du ribat de Sousse

Fig. 23 – Plan du ribat de Sousse

Fig. 24 – Plan du château de Lagopesole

Fig. 24 – Plan du château de Lagopesole

Fig. 25 – Gravina di Puglia, situation du château

Fig. 25 – Gravina di Puglia, situation du château

Fig. 26 – Gravina di Puglia, disposition intérieure

Fig. 26 – Gravina di Puglia, disposition intérieure

Fig. 27 – Plan général du château de Lucera

Fig. 27 – Plan général du château de Lucera

Fig. 28 – Arc supposé du XIe siècle au château de Lucera

Fig. 28 – Arc supposé du XIe siècle au château de Lucera

Fig. 29 – Plan et coupe du château de Lucera

Fig. 29 – Plan et coupe du château de Lucera

Fig. 30 – Lucera : la galerie des archers

Fig. 30 – Lucera : la galerie des archers

Fig. 31 – Castel del Monte, vue générale

Fig. 31 – Castel del Monte, vue générale

Fig. 32 – Plan du premier étage de Castel del Monte

Fig. 32 – Plan du premier étage de Castel del Monte

Fig. 33 – Castel del Monte : porte de brêche rose donnant sur la cour intérieure au rez-de-chaussée

Fig. 33 – Castel del Monte : porte de brêche rose donnant sur la cour intérieure au rez-de-chaussée

Fig. 34 – Castel del Monte : détail du décor d’une des ouvertures, lion couché

Fig. 34 – Castel del Monte : détail du décor d’une des ouvertures, lion couché

Fig. 35 – Citerne du château de Lucera

Fig. 35 – Citerne du château de Lucera

Notes

1 On se reportera notamment sur ce sujet à G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, 1978, p. 90-92.

2 A. Cadei, « Architettura federiciana. La questione delle componenti islamiche », in Nel segno di Federico II, Naples, 1989, p. 143-158 et du même auteur, « I castelli federiciani : concezione architettonica e realizzazione tecnica », Arte Medievale, 2, 1992, p. 39-67.

3 S. Bottari, « Intorno alle origini dell’architettura sveva nell’Italia meridionale ed in Sicilia », Palladio, I, 1951, p. 21-33 et G. Bellafiore, Architettura dell’età sveva in Sicilia 1194-1266, Palerme, 1993, p. 38.

4 Il s’agit du résultat de l’enquête des années 1241-1246. La plupart des châteaux se situent en Pouille, onze concernent la Calabre, ce sont tous des castra, quatre parmi eux se situent en Val di Crati et Terre du Jourdain. R. Licinio, Castelli medievali, Puglia e Basilicata : dai Normanni a Federico II et Carlo I d’Angiò, Bari, 1994, p. 127.

5 A. A. Settia, Castelli e villagi nell’Italia padana, popolamento, potere e sicurezza fra il IXo e il XIIo sec., Naples, 1984, p. 467-480.

6 A. Marino Guidoni, « Architettura, paesaggio e territorio dell’Italia meridionale nella cultura federiciana », in Federico II e l’arte del Duecento italiano (Atti della settimana di studi di storia dell’arte medievale dell’Università di Roma), Rome, 1980, vol. I, p. 78.

7 J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie de l’habitat et topographie urbaine en Pouille sous le règne de Frédéric II », Archivio Storico Pugliese, XXXVIII, 1985, p. 61-89, en particulier p. 72.

8 Ibid., p. 62.

9 D’après le calcul de G. Fuzio, « Castelli : tipologie e strutture », in La Puglia tra medioevo e età moderna. Città e campagna, C. D. Fonsecca (dir.), Bari, 1981, p. 152 et p. 167.

10 R. Licinio, Castelli medievali…, p. 137-138.

11 J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie… », p. 73, note 80 : Salpi, Foggia en sont des exemples, ainsi peut-être que Fiorentino.

12 Ibid., note 81 : Apricena, Cerignola.

13 Ibid., note 82.

14 Ibid., note 83.

15 R. Licinio, Castelli medievali…, p. 139-142.

16 M. Benedetelli, « Il castello di Bari », in Federico II, immagine e potere, M. S. Calò Mariani et R. Cassano (dir.), Bari, 1995, p. 245-247.

17 A. Lorusso Bolettieri, « La decorazione scultorea del castello di Bari », in Federico II, immagine…, p. 250.

18 A. Haseloff, Architettura sveva nell’Italia meridionale, Bari, 1992, p. 421.

19 A. Lipinsky, « Le aquile gemmifere di Federico II ed altre aquile sveve », in Scritti di storia dell’arte in onore di Mario Salmi, Rome, 1961, t. I, p. 347-370.

20 A. Pepe, « Insediamenti di età sveva in Terra d’Otranto », in Federico II, immagine…, p. 322.

21 M. Pasquale, « Il castello di Trani », in Federico II, immagine…, p. 253-254.

22 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia Diplomatica Friderici Secundi, Paris, 1852-1861, t. V, p. 413.

23 Cette phase est rapportée dans Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in Rerum Italicum Scriptores, Nova series, VII, 2, Bologne, 1936-1938.

24 Architettura sveva nell’Italia meridionale. Repertorio dei castelli federiciani, A. Bruschi et G. Marielli Mariani (éd.), Florence, 1975, p. 38-39.

25 L. Santoro, « Insediamenti svevi in Campania », in Federico II, immagine…, p. 339.

26 Basilicata e Calabria (Guide du Touring Club Italiano), Milan, 1965, p. 387.

27 A.-M. Flambard Héricher, « Un instrument de la conquête et du pouvoir, les châteaux normands de Calabre : l’exemple de Scribla », Les Normands en Méditerranée, P. Bouet et F. Neveux (dir.), Caen, 1994, p. 89-110 et du même auteur, Le Château de Scribla (Calabre) et la Basse vallée du Crati du XIIIe au XVe siècle, Thèse dactylographiée, Caen, 1983, 3 vol., notamment vol. 1, p. 89-90.

28 W. Krönig, in L’Art dans l’Italie méridionale, t. V, Aggiornamento dell’opera di Émile Bertaux, A. Prandi (éd.), Rome, 1978, p. 929-951.

29 Architettura sveva…, p. 113-115.

30 Ibid., p. 133-134.

31 Architettura sveva…, p. 23.

32 Ibid., p. 162.

33 F. Maurici, « Castelli federiciani. Capolavori di pietra », Kalos. Luoghi di Sicilia, Palerme, 1994, p. 6-26, en particulier p. 20-23.

34 D. Sack, « Castel del Monte e l’Oriente », in Federico II, immagine…, p. 300-302.

35 C. A. Willemsen, I castelli di Federico II nell’Italia meridionale, Naples, 1978.

36 É. Bertaux, L’Art dans l’Italie méridionale, Paris, 1903, 3 vol.

37 Architettura sveva…, p. 90-93.

38 D. Nardone, « Il castello svevo di Gravina in Puglia », Japigia, 5, 1934.

39 R. De Vita, Castelli, torri ed opere fortificate in Puglia, Bari, 1974.

40 M. Benedetelli, « Il castello di Gravina », in Federico II, immagine…, p. 269.

41 N. de Jamsilla, « De rebus gestis Frederico II imperatoris ejusque filsorum Conradi et Manfredi Apuliae et Siciliae vegum », in Cronisti e scrittori sincroni napoletani, G. Del Re (éd.), Naples, 1968, t. II, p. 105-200.

42 Ibid., p. 196 et A. Haseloff, Architettura sveva nell’Italia meridionale, p. 108.

43 Architettura sveva…, p. 32.

44 N. Tomaiuoli, « Il “palatium” de Lucera », in Federico II, immagine…, p. 242-243.

45 W. Schirmer, « Castel del Monte : osservazioni sull’edificio », in Federico II, immagine…, p. 285-294 ; D. Sack, « Castel del Monte e l’Oriente ».

46 M. S. Calò Mariani, « Castel del Monte, la veste ornementale », in Federico II, immagine…, p. 305-312.

47 Notamment à l’Échiquier du château de Caen construit par Henri Ier Beauclerc.

48 On pourra à ce sujet voir M. S. Calò Mariani, « Utilità e diletto. L’acqua e le residenze regie dell’Italia meridionale fra XIIo e XIIIo secolo », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 104-1992, p. 343-372 et H. Bresc, « I giardini palermitani », in Federico II, immagine…, p. 369-376.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des principaux châteaux de Frédéric II en Italie méridionale
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 2 – Le château de Melfi
Crédits Sauf mention contraire, tous les clichés sont de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 3 – Vico del Gargano : le château dominant la ville
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 4 – Plan du château de Bari
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5 – Tour à bossages du château de Bari
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 6 – Décor sculpté du portail du château de Bari
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 7 – Chapiteau : château de Bari
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 8 – Vue de la cour intérieure du château de Barletta
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 9 – L’aigle, emblème de Frédéric II au château de Barletta
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 10 – Château de Trani
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 11 – Situation du château de Rocca Janula : au fond, à droite, l’abbaye du Mont-Cassin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 12 – Rocca Ianula : plan du château et élévation
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 13 – Plan du château de Cancello
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 14 – Vue générale du tertre portant le château de Scribla
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 15 – Tour de Scribla
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 16 – Rocca Imperiale : le château domine le village
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 17 – Le château côtier de Roseto Capo Spulico
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 18 – Plan et élévation du château de Brolo
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 19 – Tour côtière de Termoli
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 20 – Plan du château de Castel Ursino à Catane
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 21 – Plan du château d’Augusta
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 22 – Plan du palais de Djabal Sais
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 23 – Plan du ribat de Sousse
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 – Plan du château de Lagopesole
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 25 – Gravina di Puglia, situation du château
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 26 – Gravina di Puglia, disposition intérieure
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 27 – Plan général du château de Lucera
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 28 – Arc supposé du XIe siècle au château de Lucera
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 29 – Plan et coupe du château de Lucera
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 30 – Lucera : la galerie des archers
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 31 – Castel del Monte, vue générale
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 32 – Plan du premier étage de Castel del Monte
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 33 – Castel del Monte : porte de brêche rose donnant sur la cour intérieure au rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 34 – Castel del Monte : détail du décor d’une des ouvertures, lion couché
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 35 – Citerne du château de Lucera
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10166/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540