Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Vie culturelle

Fréderic II savant et empereur

Salvatore Fodale

Texte intégral

1C’est le même empereur, Frédéric II, qui s’est plu à défendre et à cultiver sa réputation d’homme de culture et de science, à affirmer la valeur de la lecture et de l’étude qu’il avait pratiquées depuis l’âge le plus tendre, à allier l’intérêt et la culture personnelle à la promotion et à la diffusion de la science et au soutien des savants, à affirmer enfin l’utilité des sciences pour le gouvernement des peuples. Frédéric se présente lui-même comme un homme de science et il est reconnu comme tel par ses adversaires qui en tirent argument pour formuler de graves accusations d’hétérodoxie, de cruauté, d’immoralité, parce que le savant ou réputé tel, avec ses questions, ses doutes, ses expériences et ses recherches, avec ses raisonnements et ses pensées, prête facilement le flanc à ce type de suspicion.

2En cela aussi, Frédéric II est l’héritier du royaume et de la tradition normande de Sicile. Déjà son grand-père maternel, Roger II de Hauteville, premier roi de Sicile, avait manifesté un intérêt et une curiosité de type scientifique (qui se seraient portés surtout sur la mathématique et la géographie) et avait accueilli à sa cour savants et artistes de toutes les cultures du royaume et en avait utilisé les connaissances à des fins politiques.

3Roger a voulu :

  • 1 Idrīsī, Libro di re Ruggero, M. Amari (éd.), Turin-Rome, 1880, t. 1, p. 36 ; trad. fr. par H. Bresc (...)

Connaître ses contrées suffisamment et exactement, en se fondant sur des connaissances certaines et éprouvées […]. Il a voulu connaître les limites de ces zones, leurs routes par terre et par mer, le climat dans lequel elles se situaient, les mers et les golfes qui s’y trouvaient [mais il a aussi voulu connaître] les autres contrées et pays des sept climats1.

Il charge un scientifique musulman, al-Idrīsī, d’écrire un traité de géographie et il lui fait dresser une carte qui fut gravée sur un disque d’argent.

4Quant aux recherches pour la rédaction du traité, le roi y prit part activement. Les notions fournies par la lecture et par l’étude des œuvres des géographes anciens furent passées au crible, soit à travers la doctrine des contemporains, soit à travers l’expérience des voyageurs. Trouvant « beaucoup de confusion » dans les auteurs antiques, le roi fit appeler quelques géographes pour les interroger et ainsi ils contribuèrent à l’étude. Il fit aussi chercher sur toutes ses terres les hommes qui avaient la pratique des lieux parce qu’ils y avaient voyagé, les fit venir à la cour et les fit interroger :

  • 2 Hugues Falcand, La historia ; o, Liber de Regno Siciliae […], G. B. Siragusa (éd.), Rome, 1897.

il acceptait les accords et excluait chaque point controversé. Le roi fut attentif à ce travail pendant quinze ans environ, sans omettre un instant l’examen des relations, la recherche de nouvelles comparaisons et la recherche du vrai jusqu’à ce qu’ils permettent l’accomplissement du projet2.

5L’intérêt de Roger pour la connaissance et l’étude, particulièrement du territoire sur lequel il exerçait sa domination, aurait été poussé jusqu’à faire effectuer des explorations sous-marines pour connaître les légendaires courants du détroit de Messine et calculer le périmètre exact des murailles de Naples. À Palerme, il fit monter une grande réserve à la Favara, avec des oiseaux et des animaux sauvages et la peupla « d’une grande variété de poissons provenant de diverses régions ».

6À un autre homme de science, Abu’l-Ṣalt Umayya, Roger fit construire pour le palais royal une horloge à eau,

  • 3 Michele Amari, Le Epigrafi arabiche di Sicilia […], Palerme, 1879, t. 1, p. 18.

avec une clepsydre qui indiquait l’heure au moyen de douze petites billes de bronze, qui tombaient dans un plat de métal sonore, les unes après les autres, d’une statuette représentant une jeune fille qui, à la fin de chaque heure s’accoudait à sa fenêtre3.

Le roi, en outre, intervint en 1134 à l’égard de l’exercice de la médecine, et par conséquent de l’École de médecine de Salerne, subordonnant l’exercice de la profession à un examen et à l’autorisation qui en découlait.

7La plupart des intellectuels arabes, scientifiques ou littéraires, avaient été de toute façon conduits par la conquête normande à l’abandon de la Sicile dont ils cultivaient souvent le regret dans leurs lieux d’exil, comme le faisait le poète Ibn Ḥamdīs : né à Syracuse, il se lamentait dans ses vers que la mer lui cache :

  • 4 Ibn Ḥamdīs, Il Canzoniere […], Roma, C. Schiaparelli (éd.), Rome, 1897, cité par A. Ahmad, La Sicil (...)

un paradis derrière le rivage opposé […] là, à l’aube de ma vie, j’ai vu briller le soleil resplendissant. Maintenant, lointain et en larmes, je le revois à son coucher. Oh, pourquoi me prive-t-on de la terre que la mer divise ? […] J’aurais emprunté le bateau du croissant lunaire, volant vers le rivage sicilien, [vers] l’île lointaine, […] puisque – comme l’écrit un autre exilé, le poète ‘Abdul ‘Arab – la patrie, que les chrétiens ont rendue esclave, m’abandonne4.

D’autres toutefois, comme Idrīsī, furent attirés par la suite par le royaume normand. Parmi ceux-là se trouvaient les deux ‘Abd al-Raḥmān, l’un de Trapani, l’autre de Butera et Abu Dax, poète de cour, qui chantèrent pour le roi Roger les splendeurs de ses palais et de ses jardins, et pansèrent la blessure causée par la mort de son fils et héritier au trône, Simon.

8Un intellectuel byzantin, Teofane Cerameo, fut orateur officiel à la cour du roi normand, en présence duquel il prononçait ses homélies :

  • 5 Theophanus Cerameus, Homiliae in Evangelia dominicalia […], Scorso, Paris, 1644, 16e hom.

le plus bel ornement est la présence du roi qui siège devant nous dans toute la splendeur de sa couronne et de son esprit5.

Protecteur du monachisme grec, Roger de Hauteville accepta en outre et peut-être favorisa que Neilos Doxapatros, un Byzantin émigré en Sicile, écrive une œuvre historique qui, véhiculant l’hypothèse d’un retour de l’Église sicilienne au patriarcat de Constantinople, contribuait avec cette menace à maintenir l’image, peut-être exagérée par ses célébrateurs, d’un souverain cultivé et orientalisant, non sans scandale de la part de l’Occident chrétien.

9À l’expérience des ouvriers que l’on faisait venir de Thèbes semble lié l’essor de la fabrication des tissus au palais royal de Palerme mais aussi la rumeur que le souverain y enfermait un harem. Résultat de cette activité de tiraz l’ample et splendide manteau conservé aujourd’hui dans la Weltliche und Geistliche Schatzkammer du Kunsthistorisches Museum de Vienne, daté de l’an 528 de l’hégire (correspondant à novembre 1133 – octobre 1134), bordé d’une inscription en caractères coufiques, et orné au centre d’une palme chargée de dattes et sur chacun des côtés d’un lion qui terrasse un chameau. On voit, grâce à son excellent état de conservation et par la représentation efficace aujourd’hui encore, comme avec la mosaïque byzantine de l’église palermitaine de Santa Maria dell’Ammiraglio représentant le couronnement de Roger par le Christ, comment Roger II de Hauteville utilisait et adoptait la culture et l’art des peuples dominés avec des objectifs qui étaient les siens propres dans ses activités de gouvernement.

10Avec les successeurs de Roger, Guillaume Ier et Guillaume II, la monarchie normande continua à utiliser les intellectuels arabes et byzantins, généralement non indigènes mais de préférence immigrés, dans les domaines de l’administration et des connaissances techniques. Henri Aristippe, traducteur du grec en latin de quelques œuvres de saint Grégoire de Nazianze et d’un traité de Diogène Laërce et surtout du quart livre de la Météorologie d’Aristote, du Ménon et du Phédon les deux dialogues de Platon, auteur dont on ne connaissait en latin que le Timée, fut placé à la tête de la chancellerie de Guillaume Ier, souverain qui avait une riche bibliothèque de manuscrits arabes, grecs, latins et français. Dans les mêmes années, l’amiral Eugène « assez doué en grec et en arabe et pas ignorant en latin », traducteur depuis l’arabe de l’Optique de Ptolémée, se trouvait à la tête de l’administration financière de Guillaume II.

11Confier la traduction du Phédon à un intellectuel anglais, peut-être Robert de Selby, chancelier de Guillaume Ier, sous-entendait la latinisation progressive et désormais bien entamée du royaume. Depuis sa rencontre avec Aristippe, le graecus interpres, Jean de Salisbury avait eu connaissance de la Nova Logica d’Aristote. Un élève de Jean, Pierre de Blois, venu du royaume avec son frère Guillaume et avec d’autres à la suite d’Étienne du Perche, exerça les fonctions de sigillarius de la chancellerie et fut précepteur de Guillaume II. Il s’en alla maudissant la Sicile et les Siciliens mais beaucoup d’autres restaient comme prélats et fonctionnaires de la cour.

12À la culture latine, essentiellement monastique, qui était la culture des conquérants et de leur Église, mais aussi de la partie « lombarde » du royaume méridional, avait appartenu, depuis le début le monopole de l’historiographie. Le délicat devoir de relater les péripéties de la conquête normande, de célébrer les protagonistes, de justifier et de légitimer l’entreprise du point de vue de l’Occident latin lui avait été confié. L’optique était substantiellement et nécessairement de récupérer toutes les terres sous la juridiction de l’Église romaine autant comme gage d’allégeance au pape et d’alliance avec lui, qu’en terme de précroisade contre les infidèles et de libération de la part des Normands, défenseurs de la foi chrétienne.

13Frédéric II fut donc l’héritier de cette tradition de la monarchie normande, qui, sans conduire à l’unité, respectait, appréciait et utilisait les différentes cultures du royaume avec une tolérance dont les limites s’étaient constituées par la progressive mais inexorable avancée de la latinisation qui, non sans traumatisme, unifiait la population du royaume. L’affirmation du pseudo Jamsilla que dans le royaume normand, avant lui, erant litterati pauci vel nulli, est probablement inexacte si elle doit être prise à la lettre.

14La nouveauté toutefois est le fait qu’à la différence de ses prédécesseurs normands, qui avaient plutôt empiriquement consenti à favoriser la juxtaposition de différentes cultures dans un syncrétisme dépourvu de synthèse, Frédéric II, au contraire, planifie scientifiquement et ouvertement le développement à travers écoles, études et traductions, d’une nouvelle culture laïque et rationnelle qui fournit un support idéologique à l’Empire dont le royaume était devenu le fondement.

15Les savants appelés à sa cour ou qu’il avait interpellés, sans distinction de religion, eurent dans la personne de l’empereur l’infatigable guide et l’animateur qui les chargeait de devoirs et de recherches particulières, soumettant leur quête d’ordre scientifique ou philosophique et réclamant la traduction des œuvres de l’Antiquité. Connaissant beaucoup de langues – outre le latin et l’allemand, l’arabe et le grec, le français et le provençal et peut-être l’hébreu – Frédéric eut de vastes et profonds intérêts de nature scientifique et littéraire.

16De la curiosité scientifique de l’empereur, de sa nature et de sa qualité témoignent abondamment les nombreuses et diverses questions qu’il formulait. Il interrogea de nombreux et doctes musulmans sur les rapports entre théologie et philosophie, sur la preuve de l’immortalité de l’âme, sur les catégories d’Aristote, sur la démonstration de la thèse aristotélicienne de l’éternité du monde. Il envoya à Michel Scot (qui fut l’astrologue de la cour) la traduction depuis l’arabe de la paraphrase par Avicenne du traité d’Aristote De animalibus et lui dédia aussi d’autres écrits d’astrologie et de météorologie. L’empereur demanda entre autres à connaître

  • 6 Michel Scot, Encyclopedia, cité par E. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987, (...)

[…] la construction de la terre. Comment la terre est-elle établie au-dessus de l’Enfer, comment l’Enfer existe-t-il sous la terre ? La terre est-elle supportée par autre chose que l’air et l’eau ? Ou bien repose-t-elle sur elle-même ? Ou sur des cieux au-dessous d’elle ? […] Quelle distance y a-t-il, selon nos mesures, d’un ciel à l’autre ? […] Comment se fait-il […] que les eaux de la mer soient amères et forment des sels en différents endroits ? Et que maintes eaux éloignées de la mer soient douces, bien que toutes proviennent pourtant de la mer vivante ? […] Et d’où vient-il que certaines sont douces, tièdes et claires quand elles sortent de terre, d’autres sauvages, d’autres encore épaisses et gluantes ? […] D’où viennent les eaux salées et amères qui bondissent avec une grande force en maints endroits […] Et ces eaux qui sont bouillantes, comme si elles sortaient d’une chaudière placée sur un feu ? La terre contient-elle des creux, ou est-elle un corps solide comme une pierre vivante ? […] D’où vient ce vent qui souffle de différentes parties du globe terrestre ? […] D’où vient le feu que la terre crache aussi bien dans les plaines que dans les montagnes ? Comme le feu, la fumée apparaît tantôt ici, tantôt là. Qu’est-ce qui la nourrit et quelle est la cause de ses éruptions ? On l’observe en plusieurs endroits de la Sicile et près de Messine, comme sur l’Etna, le Vésuve, les îles Lipari et le Stromboli6.

17D’autres questions furent posées au mathématicien pisan Leonardo Fibonacci, qui dédia à l’empereur son Liber quadratorum et lui envoya quelques corollaires concernant la théorie des fractions. L’Hébreu Judas Ben Salomon ha-Cohen composa pour Frédéric une encyclopédie scientifique et fournit la solution à quelques questions de géométrie. Pendant sa croisade, il demanda aux doctes musulmans la raison pour laquelle les objets immergés partiellement dans l’eau apparaissaient pliés ; pour quelle raison l’étoile Canope paraît plus grande quand elle est proche de l’horizon bien que l’absence d’humidité dans le désert exclut que cela puisse dépendre de l’humidité ; quelle est enfin la cause des points noirs qui semblent se déplacer devant les yeux.

18Plus que la mathématique et la géométrie, plus que l’optique et que l’astronomie, plus que la cosmologie, c’est l’astrologie considérée comme une science exacte qui attire l’intérêt de Frédéric et offre à ses amis des accusations faciles d’hétérodoxie. On doit à l’astrologue de cour Michel Scot la compilation d’une sorte d’encyclopédie du savoir astronomico-astrologique en trois traités, dont le dernier fut celui sur la Fisiognomia, science nouvelle qui devait permettre à l’empereur de connaître d’après l’allure et le ton de la voix l’âme secrète de ses interlocuteurs.

19L’empereur avait aussi un profond intérêt pour la médecine (surtout pour l’hygiène personnelle et pour la diététique) et pour l’anatomie animale et humaine. Il institua près de l’école salernitaine la première chaire d’anatomie et mit à la disposition des étudiants des cadavres humains, alors que l’autopsie était encore interdite à l’université de Bologne. Pierre d’Éboli lui dédia un traité sur les eaux de Pouzzoles dont l’empereur avait pu expérimenter personnellement les vertus curatives. Sa pratique du bain, même le dimanche, scandalisa ses contemporains.

20Un médecin de la cour rédigea un traité d’ophtalmologie. Me Théodore, qui s’occupait de la correspondance en arabe de l’empereur, écrivit pour lui un traité d’hygiène et traduisit de l’arabe un traité de fauconnerie. L’empereur lui-même écrivit une œuvre importante et réputée sur les oiseaux de proie, le De arte venandi cum avibus, en se fondant sur la littérature existante, sur les informations des experts et sur son expérience personnelle où il affirmait la supériorité de l’observation directe sur les affirmations d’Aristote (quod ergo Aristoteles dicit non sic se habet). Dans la dédicace à son fils Manfred, il explique avoir écrit ce livre pour éliminer les erreurs de ceux qui, sans connaissance de la fauconnerie, imitent libros mendaces et insufficienter compositos et c’est pourquoi il n’a pas toujours suivi Aristote qui n’avait pas de pratique de la chasse alors que l’empereur l’avait toujours aimée et pratiquée.

21Il se procura des rapaces de toutes les parties du monde « d’Angleterre, d’Irlande, d’Espagne, de Bulgarie, d’Asie mineure, d’Égypte, d’Inde et d’autres pays d’Orient » pour pouvoir les comparer. Pour prendre au-dessus d’un abîme un nid de faucons blancs, opération pleine de risques, il se serait servi d’un condamné à mort en lui proposant sa grâce. Il effectua sur les oiseaux de nombreuses expériences pour savoir, entre autres, si les volatiles trouvaient leur nourriture avec la vue ou avec l’odeur, pour vérifier la possibilité d’incubation artificielle des œufs de poule et si les œufs des autruches pouvaient vraiment éclore à la chaleur du soleil. De telles expériences scientifiques contribuèrent à alimenter contre Frédéric les accusations d’impiété.

22La passion de la chasse s’accompagnait naturellement chez l’empereur de celle pour les chevaux, qui furent l’objet d’un autre traité, un manuel vétérinaire, écrit par le maréchal impérial, Jordanus Ruffo : le De medicina equorum. L’intérêt pour la zoologie se doublait de l’élevage d’un grand nombre d’espèces animales pas uniquement exotiques – il y avait naturellement les rapaces, les chevaux et les chiens, sans compter les chameaux et les léopards, ainsi que les poules et colombes – et de l’aménagement de véritables réserves naturelles et d’une ménagerie voyageant à sa suite – avec éléphants, dromadaires, panthères, lions, singes, léopards, girafes.

23Par nature, Frédéric II était certainement d’une curiosité intellectuelle large et spontanée. Elle fut alimentée par les lectures que procurait une bibliothèque, unique en son temps, riche et variée, en plusieurs langues, dont le premier noyau avait été constitué sous ses prédécesseurs normands et dont une partie des volumes l’accompagnait dans ses déplacements, par les conversations avec les sages qui vivaient à la cour ou qu’il rencontrait et par la correspondance qu’il entretenait avec beaucoup d’autres dans toutes les parties du monde. Il satisfaisait de cette façon, et non sans de grandes dépenses, sa curiosité scientifique et philosophique tant théorique que pratique. Il faisait le point sur les sciences du siècle dans lequel il vivait et approfondissait rationnellement la connaissance de la réalité et de la nature, c’est-à-dire du monde sur lequel il exerçait son empire universel. Mais pour Frédéric, la science, que ce soit par l’authenticité et la spontanéité de ses intérêts intellectuels ou par les avantages et les plaisirs qu’elle lui apportait, contribuait aussi à l’affirmation de la majesté impériale, jusqu’à lui permettre de soutenir que les empereurs ne se distinguent des autres hommes que parce qu’ils commandent (quod altius sedeant), et parce qu’en plus de travailler mieux que les autres (quod virtuosius operentur) ils ont une meilleure connaissance des choses (quod profundius videant).

24À ce sujet, l’envoi à l’université de Bologne des œuvres d’Aristote et des autres philosophes de l’Antiquité qu’il avait fait traduire du grec et de l’arabe est significatif. Dans la lettre qui les accompagnait il se mettait en parallèle avec les savants, déclarant l’amour qu’il avait toujours eu pour l’étude et pour la science, avant même de ceindre la couronne. Bien qu’accablé par les charges royales et impériales, il avait continué à consacrer son temps libre à l’étude, convaincu que sans la recherche du savoir la vie humaine n’était pas complètement et dignement vécue. Dans l’introduction de De arte venandi cum avibus – le livre où il avait appliqué la méthode rigoureuse de la recherche scientifique à la connaissance d’un domaine, celui de la chasse, qui convenait assez bien aux activités et à l’imagination d’un empereur – Frédéric confie à son fils Manfred, qui peut-être, avec d’autres, avait aidé à la confection du livre, avoir utilisé trente ans pour le porter obstinément à la perfection jusqu’à l’accomplissement, dans le temps libre qui lui restait à côté des « affaires ardues et complexes du gouvernement de notre royaume et empire ».

25En tant que savant Frédéric se tenait et se déclarait comme faisant partie de la communauté scientifique internationale. En tant qu’empereur universel il voulait se considérer, et devait se considérer également comme étant à la tête de cette communauté. Tel était le sens de l’envoi impérial (bien plus qu’un don) qu’il fit à l’université de Bologne, prestigieuse, mais rivale. La diffusion de la science, sa communication et sa transmission étaient considérées comme nécessaires par Frédéric, lequel, de fait, entretenait de vastes relations. Dans la transmission à la communauté scientifique des œuvres d’Aristote, Frédéric affirmait son rôle d’empereur par la diffusion de la culture. Il déclarait en outre explicitement, non plus comme un homme de science qui ne pourrait jamais se débarrasser de sa qualité impériale, mais comme empereur sans égal, que, comme les armes et les lois, la science, elle aussi, était nécessaire au gouvernement parce qu’elle tendait à freiner les passions et neutralisait le danger de l’ignorance, empêchant la dispersion des énergies et l’affaiblissement de la justice.

26Le rôle impérial fut affirmé aussi par l’institution à Naples de la première et unique université du royaume de Sicile, laquelle devait servir non seulement à la formation des fonctionnaires et à leur préparation technique, mais aussi au contrôle de l’enseignement délivré, et à l’accord entre les doctrines et les intérêts de la monarchie et du royaume. Le roi-empereur interdit en fait aux susdits d’étudier ailleurs : à l’extérieur ou dans le royaume dans d’autres studia particularia, qui furent interdits à l’exception des écoles locales de grammaire. Le nouveau studium generale devait comprendre, outre l’étude prioritaire du droit civil et du droit canonique, la faculté de théologie et des arts (comprenant pour cette dernière l’étude de la philosophie et des sciences naturelles) et initialement aussi la faculté de médecine.

27Dans l’annonce de la fondation de la nouvelle université, Frédéric II exprimait le désir que grâce à la réduction (par une moindre distance) des coûts et des sacrifices demandés aux étudiants et à la possibilité d’obtenir des subsides pour les travaux, le studium generale napolitain contribue à la diffusion de la science dans le royaume, même parmi les moins riches, et favorise la formation des étudiants craignant Dieu et respectueux de la loi. Pour la première fois une université naissait non pas spontanément mais par la volonté du souverain et cela arrivait en opposition et avec hostilité envers les études générales bolognaises qui se ressentaient de l’influence pontificale et que les étudiants furent invités à abandonner alors qu’à Naples on interdit l’accès aux étudiants provenant des cités guelfes d’Italie centro-septentrionale.

28L’empereur réorganisa en outre les études de l’école salernitaine à laquelle il réserva, à la fin, l’enseignement de la médecine et de la chirurgie, introduisant la chaire d’anatomie et mettant de l’ordre dans l’admission à la profession médicale et dans son exercice. Aux étudiants de médecine il imposa la fréquentation préalable d’un cours triennal de logique.

29Une intervention normative, attentive et minutieuse, mais aux maigres résultats, créa donc pour le royaume de Sicile une structure publique d’enseignement supérieur innovante, dégagée de l’hégémonie ecclésiastique parce que contrôlée par le souverain, en accord avec les exigences politiques générales de l’opposition entre l’empereur et le pape. Une telle politique d’instruction, appliquée au royaume strictement, faisait partie de la vision politique d’ensemble de Frédéric II. Savant, selon une tradition propre à la dynastie siculo-normande, mais qui n’était pas étrangère à la tradition souabe, et homme d’une culture exceptionnelle et encyclopédique selon l’image qu’il donnait de lui-même, il tendait à affirmer que la primauté universelle de l’empereur s’étendait par nécessité aussi au champ des sciences, c’est-à-dire à la culture dont Frédéric affirmait l’influence sur les possibilités d’exercice du pouvoir temporel (d’autant plus qu’il était en conflit avec l’Église romaine) et sur la qualité des résultats ; et qui devait faire par conséquent partie des organes de gouvernement.

30Cette primauté de la culture et sur la culture, Frédéric la manifestait ouvertement dans le royaume même, à travers sa cour composée essentiellement de laïcs et de juristes comme Roffroi de Benevent, célèbre professeur de l’université de Bologne, Taddeo di Sessa et surtout Pierre de la Vigne auquel on doit en grande partie la réalisation du grand dessein frédéricien de réorganisation et de codification du droit dans le royaume de Sicile. Le projet s’intégrait lui aussi dans la tradition législative normande et confirmait l’idée frédéricienne de la primauté des sciences, dans ce cas la science juridique. En même temps, à travers les tentatives de rationalisation systématique du droit, il réaffirmait avec la publication du Liber Augustalis la suprématie, au-dessus du droit et de la science, du droit de Frédéric, puisqu’en légiférant pour le seul royaume et en codifiant les lois il ajoutait à l’exercice maximum de ses fonctions royales son indicible nature et sa qualité personnelle, son essence impériale. En tant que telle, source principale et gardienne du droit, elle réalisait de cette façon (selon l’expression synthétique et bien venue de Paolo Colliva) l’« impérialisation » du pouvoir royal.

31La cour frédéricienne fut en outre et en même temps un important centre d’activité littéraire, soit en latin soit en langue vulgaire. Pierre de la Vigne (notaire, juge de la Magna Curia, protonotaire du royaume) fut le principal représentant du renouveau littéraire latin dans le style épistolaire de chancellerie. Par émulation et en concurrence avec la chancellerie pontificale, les actes de l’administration et de la politique de l’empereur (homme toujours attentif à son image mais qui semblait avoir substitué la propagande épistolaire à l’historiographie officielle) furent rendus plus solennels et littérairement plus efficaces, écrits dans un style nouveau, soignés dans la forme par le recours à de nouvelles constructions, à un nouvel et riche emploi des adjectifs, à des mots rares et précieux, à des allégories et jeux de mots, assonances et allitérations, à des cadences rythmiques et à des vers. La nouvelle langue latine forgée par l’empereur fut utilisée par la cour, soit dans les activités politico-administratives, soit comme expression d’une production en prose ou en vers, plus naturellement artistique et littéraire, dont les auteurs étaient encore Pierre de la Vigne, Terrisio di Atina, Richard de Venosa, Nicolo della Rocca, Henri d’Avranches.

32À la cour, sous l’œil vigilant et avec la participation de l’empereur et de ses fils, fut forgée pour le royaume de Sicile aussi une nouvelle langue, le vulgaire illustre, et une nouvelle littérature, celle de l’école poétique sicilienne, capable de donner une identité linguistique au royaume dans ses classes cultivées et dirigeantes, royaume dont la latinisation (ou bien l’occidentalisation, l’européanisation et l’italianisation) avait beaucoup évolué avec Frédéric, par l’effet également de la dure répression des minorités musulmanes de l’île. Dante Alighieri reconnaissait le rôle de Frédéric II quand il écrivait que la langue de la première production littéraire italienne en langue vulgaire avait été appelée « sicilienne », quia regale solium erat Sicilia, et c’est toujours ainsi qu’on aurait dû l’appeler. À l’« école sicilienne », qui réunissait encore autour de l’empereur et de Pierre de la Vigne des chevaliers et notaires de cour comme Jacques et Renault d’Aquin, Guido delle Colonne, Roger d’Amicis, Jacques de Pouille, le Roi Jean, Roger de Palerme, Jacob Mostacci et beaucoup d’autres, la poésie italienne et européenne doit l’invention du sonnet, œuvre du notaire Jacques de Lentini. Écroulés royaumes et empire c’est tout ce qui reste du rêve de Frédéric, stupor mundi, de sa joie de vivre : cantare sciebat et cantilenas et cantiones invenire.

Bibliographie

Antonelli R., « Politica e volgare : Guglielmo IX, Enrico II, Federico II », in Seminario romanzo, Rome, 1979.

De Stefano A., La cultura alla corte di Federico II imperatore, 2e éd., Bologne, 1950.

De Stefano A., La cultura in Sicilia nel periodo normanno, 2e éd., Bologne, 1954.

Federico II, P. Toubert et A. Paravicini (dir.), Palerme, 1994, t. II, Federico II e le scienze. Federico e le nuove culture, Spolète, 1995.

Resta G., « La cultura siciliana dell’étà normanna », in Atti del Congresso Internazionale di studi sulla Sicilia normanna, Palerme, 1973, p. 263-278.

Tramontana S., Il Regno di Sicilia. Uomo e natura dall’XI al XIII secolo, Turin, 1999.

Notes

1 Idrīsī, Libro di re Ruggero, M. Amari (éd.), Turin-Rome, 1880, t. 1, p. 36 ; trad. fr. par H. Bresc et A. Nef (éd.), La première géographie de l’occident, Paris, 1999, p. 60.

2 Hugues Falcand, La historia ; o, Liber de Regno Siciliae […], G. B. Siragusa (éd.), Rome, 1897.

3 Michele Amari, Le Epigrafi arabiche di Sicilia […], Palerme, 1879, t. 1, p. 18.

4 Ibn Ḥamdīs, Il Canzoniere […], Roma, C. Schiaparelli (éd.), Rome, 1897, cité par A. Ahmad, La Sicile Islamique, Paris, Publisud, 1975, p. 83-84.

5 Theophanus Cerameus, Homiliae in Evangelia dominicalia […], Scorso, Paris, 1644, 16e hom.

6 Michel Scot, Encyclopedia, cité par E. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987, p. 324-326.

Auteur

Université de Palerme

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540