Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Introduction

Du « Gamin d’Apulie » à la « Splendeur du Monde », les grandes étapes du règne de Fréderic II

Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

Enfance et adolescence

1Le lendemain de Noël 1194, deux jours après que son père eut été couronné à Palerme roi de Sicile, Frédéric II de Hohenstaufen, futur roi des Romains, futur roi de Sicile et de Jérusalem, futur empereur de Germanie, vit le jour. Il naquit à Jési, dans la marche d’Ancône, une bourgade italienne proche de la côte adriatique, où sa mère Constance, fille posthume de Roger II, elle-même âgée de quarante ans – dix de plus que son époux –, s’était arrêtée quand son mari avait entrepris sa seconde expédition, victorieuse, pour la conquête du royaume. L’enfant réunissait en sa personne l’hérédité de deux dynasties qui au XIe siècle avaient été portées au sommet de la noblesse européenne : les Souabes, auxquels l’alliance matrimoniale avec la maison impériale avait ouvert la voie à l’Empire, et la maison normande des Hauteville qui, en 1130, avait fondé en Italie méridionale une monarchie nouvelle. Par ses grands-parents, l’empereur Frédéric Barberousse et le roi de Sicile Roger II, Frédéric avait des liens avec les familles princières et la noblesse de toute l’Europe.

2Constance, au printemps 1195, partit à la rencontre de son mari vers Bari, où ils furent couronnés conjointement le dimanche de Pâques, puis rejoignit Palerme. Pour assurer la régence du royaume après le départ d’Henri VI, elle confia son fils à la duchesse de Spolète, épouse du duc allemand Conrad d’Urslingen, qui résidait à Foligno. La duchesse s’occupa de l’enfant et, en 1196, organisa son baptême qui eut lieu à Assise. La naissance de l’héritier de la dynastie poussa Henri VI à de nouvelles initiatives visant à consolider son vaste domaine. Son projet de transformer l’Empire en une monarchie héréditaire échoua du fait de l’opposition des princes allemands et du pape Célestin III. Toutefois les princes élurent Frédéric roi de Germanie en 1196. Henri aurait dû alors partir à la croisade, mais en septembre 1197 il mourut brutalement à Messine où il venait d’essuyer et de mater une grave révolte.

3Constance fit conduire son fils à Messine ; il s’y trouvait en décembre 1197, et, le 17 mai 1998, avec l’accord du nouveau pape Innocent III, elle fit couronner l’enfant roi de Sicile. Après cette investiture, le titre de roi des Romains, attribué jusque-là à Frédéric, ne fut plus reporté sur les documents, ce qui prouve que Constance ne revendiquait plus les droits qui, en raison de l’élection de 1196, revenaient à son fils : son objectif politique était seulement la succession de Sicile. Lors des tractations avec Innocent III, elle avait accepté les conditions du pape en matière de politique ecclésiastique. Les documents étaient rédigés mais pas encore signés quand, le 27 novembre 1198, Constance mourut.

4Dans son testament, elle nommait le pape Innocent III régent du royaume et tuteur de Frédéric qui avait alors quatre ans. Un collège fut désigné pour gouverner, il était composé de prélats et du chancelier Gauthier de Palear, évêque de Troia qui devait en outre s’occuper de l’éducation de l’enfant. En même temps, le principal soutien allemand d’Henri VI, Markward d’Anweiler, revendiquait la régence et la tutelle. Ses prétentions furent reconnues par Philippe de Souabe élu roi de Germanie par le parti souabe en 1198. L’invasion de la Terre de Labour provoqua une lutte pour la régence qui compromit gravement l’ordre et les droits de la couronne. Après quelques succès en Campanie, en 1200, Markward débarqua en Sicile avec l’aide génoise et en novembre 1201 il s’empara de la personne de Frédéric à Castellamare de Palerme. Dès lors, il gouverna au nom du jeune roi mais son autorité, dans les faits, se limitait à la Sicile. Après sa mort en 1202, un autre capitaine allemand lui succéda : Guillaume Capparone qui tint Frédéric sous son contrôle jusqu’en 1206 au palais royal de Palerme.

5Même s’il ne pouvait se déplacer librement dans la ville, Frédéric y reçut une éducation chevaleresque dans une ambiance culturelle ouverte et cosmopolite. Sa vive intelligence, ses dons de chevalier, l’acuité de son jugement et sa détermination frappèrent les observateurs dès ses premières années.

6À partir de 1206, Frédéric résida dans la cité sous la garde du chancelier Gauthier de Palear, ancien homme de confiance d’Henri VI qui n’avait pas hésité à affronter le pape pour éviter de compromettre la succession de Frédéric au trône de Sicile. Avec son accord, Innocent III reprit les vieux projets matrimoniaux d’alliance avec les Aragonais et conclut le mariage de Frédéric avec Constance d’Aragon, veuve du roi de Hongrie, de dix ans plus âgée que lui. Elle devait amener cinq cents chevaliers, sous la conduite de son frère Alphonse de Provence. Cette alliance mit Frédéric en contact non seulement avec les chevaliers, mais aussi avec les dames et troubadours familiers de la cour de Provence et donna au jeune homme les manières raffinées qui lui faisaient encore défaut.

7En 1208, Innocent III le déclara majeur. Le jeune roi, sans avoir dans les mains les moyens concrets de promouvoir une politique personnelle, décida, depuis Palerme, de restaurer l’autorité de la monarchie dans le royaume. Avec les premières révocations de concessions féodales, avec le renvoi de Gauthier de Palear, favorable à la noblesse, et par son intervention décisive dans l’élection controversée de l’archevêque de Palerme, Frédéric prit l’initiative d’une politique nouvelle qui provoqua des réactions qui ne furent pas uniquement le fait de la papauté. En 1209-1210, les révoltes et complots des feudataires siciliens et calabrais furent étouffés par Frédéric. Cette politique qui préoccupait la noblesse poussa des chevaliers allemands à une alliance avec le nouvel empereur Othon IV, qui, depuis son couronnement, était incité à reprendre la ligne politique d’Henri VI. Son expédition dans le royaume et les succès militaires qui suivirent montrèrent à quel point l’autorité du roi s’était affaiblie pendant la régence et soulignèrent la faiblesse de Frédéric sur le continent. Pour maintenir la liberté politique de l’Église romaine en Italie, le pape, avec l’appui de Frédéric, n’eut pas d’autre issue que de priver Othon IV du soutien des princes allemands. Mais, très vite, Frédéric dut réagir aux attaques de l’empereur qui avait occupé la partie continentale du royaume : Toscane, domaine pontifical, Pouilles et Calabre, et s’apprêtait à franchir le détroit de Messine.

8À l’automne 1211, avec l’accord du pape, un groupe de princes allemands soutenus par Philippe Auguste désigna en Frédéric II le roi des Romains et le futur empereur. La nouvelle de cette élection suffit pour qu’Othon interrompe sa campagne. Frédéric se trouvait ainsi confronté à la nécessité d’assumer l’héritage souabe et la plus haute dignité du monde occidental : l’Empire, mais en mettant en jeu le royaume de Sicile où il n’avait pas encore réussi à s’imposer complètement.

Frédéric II empereur (1212-1220)

9Contre l’avis de son épouse, Constance, et de hauts dignitaires, Frédéric accepta l’élection des princes et, avec une petite suite, se rendit en Allemagne. Il avait au préalable prêté, à Rome, l’hommage lige pour le royaume de Sicile, où, avant son départ, il avait fait couronner solennellement son fils Henri qui n’avait pas encore un an et nommé sa femme régente, tandis que Gautier de Palear était rappelé à la cour. Innocent III obtint en échange des garanties durables de séparation entre l’Empire et le royaume. Frédéric traversa la Lombardie et continua jusqu’à Constance où il précéda de peu Othon IV. Après ce succès, il réussit à étendre sa suprématie sur le Sud de l’Allemagne. L’équilibre précaire entre Frédéric et Othon IV, qui contrôlait les régions septentrionales, s’acheva par la défaite de ce dernier dans la rencontre franco-anglaise pour le contrôle des Flandres, à Bouvines, en juillet 1214. Philippe Auguste fit alors un geste symbolique sans équivoque : il restitua à Frédéric la bannière impériale prise à Othon au cours de la bataille. Quand Aix-la-Chapelle lui ouvrit ses portes en 1215, il se fit couronner de nouveau roi des Romains à la cathédrale, lieu où étaient traditionnellement couronnés les rois allemands. Il monta alors sur le trône de Charlemagne, referma de ses propres mains l’écrin reliquaire d’or où étaient conservés ses os et reçut la couronne d’argent d’Allemagne. Enfin, il se saisit publiquement de la croix, montrant par là qu’il voulait accomplir la tâche que, selon la légende, Charlemagne avait entreprise et qui n’avait été réalisée ni par son grand-père Frédéric Barberousse, ni par son père Henri VI.

10En novembre 1215, Innocent III convoqua le IVe concile du Latran. Une des questions débattues fut celle de l’accession de Frédéric à l’Empire. Le titre de Frédéric fut alors confirmé. Aussitôt après le concile, Frédéric prit les dispositions nécessaires pour faire venir en Allemagne l’impératrice Constance et le petit roi de Sicile. Mais toute allusion à leur départ suscitait l’irritation du pape et réveillait la crainte d’une union entre l’Empire et le royaume. Frédéric dut promettre à nouveau le maintien de la division, déjà convenue en 1212, entre les deux territoires. La colère du pape fut calmée par la décision de l’empereur de renoncer à la couronne de Sicile en faveur d’Henri et de nommer un nouveau régent ; mais quand Henri arriva en Allemagne, son père lui confia le duché de Souabe et le rectorat sur la Bourgogne et ne parla plus de la couronne de Sicile. Progressivement, dans les quatre années qui suivirent, le nom d’Henri fut associé à celui de Frédéric dans les documents officiels allemands, alors qu’il disparaissait des documents siciliens. L’élection d’Henri comme roi des Romains en 1220 donna l’occasion à Frédéric de revenir sur les accords de 1212 et de 1216 : il obtint par des tractations avec Honorius III, qui avait remplacé Innocent III, que soit levé le principe de la division des royaumes. Frédéric pouvait gouverner en vertu de ses droits héréditaires : il était en même temps empereur et souverain de la partie italienne de l’empire.

11En août 1220, Frédéric rentra en Italie pour être couronné empereur, à Rome, par Honorius III. Revêtu des habits impériaux et symboliquement enveloppé dans le manteau de son grand-père Roger orné de tigres et de chameaux, il reçut l’onction sainte et la couronne de Charlemagne ainsi que le glaive, le sceptre et le globe ; puis l’impératrice fut couronnée à son tour. À la fin de la cérémonie l’empereur renouvela son vœu de croisade ; il avait aussi donné sa sanction aux lois qui défendaient les libertés ecclésiastiques comme l’exemption des tribunaux civils et des impôts laïques et avait renforcé les lois contre l’hérésie et celles protégeant les paysans de la saisie ainsi que les étrangers et navigateurs contre les pirates.

Le retour dans le royaume

12Après son retour dans le royaume, en décembre 1220, Frédéric réussit une transformation radicale de la vie politique grâce aux assises de Capoue. Plutôt que de recourir à la force après trente ans d’anarchie, il décréta le retour à la situation du temps de Guillaume II, le dernier roi normand légitime. Remontant une génération en arrière, il fixa la date de 1198 comme terme pour l’existence de tous les droits, coutumes et propriétés et annonça que tous les droits du pays venaient de la couronne et qu’il pouvait par conséquent les réorganiser, en recourant même à la révocation des privilèges. Cette politique avait des précédents mais sous le prétexte d’un retour à la tradition c’était une révolution. Dans le domaine judiciaire, la justice devait être rendue par des juges des cours dépendant de la couronne, dans le domaine administratif, des baillis royaux reçurent la charge des villes qui n’avaient plus le droit d’élire leur maire.

13Dans le domaine fiscal, les impôts furent ramenés à ce qu’ils étaient à la mort de sa mère, Constance. Seuls ceux qui portaient les armes au temps de Guillaume eurent le droit de continuer à le faire. En outre, les lois visèrent les usurpations effectuées par les nobles : les châteaux illégalement construits et les châteaux royaux qui avaient été accaparés furent confisqués. Tous les privilèges accordés à qui que ce soit depuis le départ de Guillaume durent être confirmés par la chancellerie royale avant Pâques 1221. Les lois promulguées à Capoue réglementaient également la possession des terres, elles permirent à Frédéric de s’assurer des fiefs : ainsi l’Église et la noblesse perdirent fiefs et juridictions, marchés et ports, terres et ressortissants. Avec la confiscation des châteaux et des fortifications, soumis désormais directement à l’autorité de la couronne, une partie du pouvoir leur fut retirée. Les cités furent privées de leur liberté d’action, dont certaines avaient déjà profité pour promouvoir des initiatives commerciales ou passer des accords politiques. Les républiques maritimes comme Gênes perdirent leurs privilèges commerciaux et les bases acquises en Sicile pendant la régence.

14Les Assises de Capoue conduisaient à un nouvel équilibre entre la monarchie et la noblesse. Les charges distribuées à l’aristocratie furent abolies. Ces lois ne furent pas acceptées sans protestations et l’ordre de restituer les châteaux donna lieu à des révoltes armées conduites par Rainer de Manente ou par Thomas de Celano, comte de Molise. Plusieurs campagnes militaires en 1223 et 1224 furent nécessaires pour calmer la révolte féodale suscitée par cette nouvelle politique.

15Dans le même temps, Frédéric dut affronter la révolte des Sarrasins siciliens. Là encore la solution fut radicale : les habitants sarrasins de Sicile battus lors de plusieurs campagnes furent, après 1224-1225, systématiquement déportés à Lucera, en Pouille. Les musulmans y furent concentrés dans un centre urbain, ce qui permit de les isoler complètement du monde islamique ; mais cela leur permit aussi, sous la garantie de l’empereur, de profiter de la liberté religieuse et de conditions favorables pour le développement de leur production, notamment artisanale. La nouvelle cité connut ainsi une vie économique florissante. Lucera devint également le lieu de la garnison d’un corps militaire d’élite qui soutint la monarchie souabe jusqu’après la mort de Frédéric II.

16D’autres réformes concernant la nomination des fonctionnaires provinciaux furent rapidement entreprises et vinrent modifier la structure de l’État. Justiciers et camériers constituèrent désormais une nouvelle classe de fonctionnaires formés au service de l’État. À partir de 1221, le tribunal de la Magna curia fut renouvelé et une nouvelle organisation qui devait survivre à l’époque souabe fut introduite. Le tribunal collégial devint un tribunal organisé hiérarchiquement, présidé par un maître justicier issu du groupe des barons, et qui, par conséquent, n’était pas expert en droit comme les juges ; ils furent accompagnés de juristes professionnels ou, au moins, diplômés dans cette discipline. La nouvelle organisation garantit une meilleure application de la justice et une meilleure efficacité de l’administration, elle devint une école d’où émergèrent des talents comme Pierre de la Vigne et Thaddée de Sessa qui eurent la possibilité de faire carrière auprès de la couronne.

17La réforme du tribunal de la Magna curia conduisit à la fondation de l’université de Naples au printemps 1224 ; ce fut la première université d’État en Europe. Le nouveau studium generale, quand Frédéric interdit d’aller étudier ailleurs, avait deux fonctions : fournir à l’État des juristes pour l’administration du royaume, et s’assurer que le contenu de l’enseignement était bien orienté vers le droit public et les lois locales.

18Avec le rétablissement de la souveraineté de l’État sur les fortifications, la couronne acquit une centaine de châteaux, de tours de guet ou de tours côtières et lança une série de nouvelles constructions. L’administration des châteaux fut réformée. Avant 1228, des provisores imperialium castrorum, bientôt flanqués de collecteurs particuliers, furent nommés en Calabre. Après 1240, un statut obligea les feudataires, les églises et les communautés locales à pourvoir aux frais d’entretien des édifices.

19Après l’expulsion des Génois, Frédéric créa une flotte autonome ; une importante levée de feudataires réalisée sur la base de la liste des barons remise à jour eut lieu, elle permit le renforcement militaire de la couronne et fournit le personnel et les moyens nécessaires pour l’armée, pour l’entretien des châteaux et pour la constitution et l’entretien de la flotte.

20La révocation des privilèges aux assises de Capoue posa aussi le problème de la dépopulation des territoires domaniaux. Les habitants furent rapatriés et de nouveaux établissements furent créés et peuplés parfois de manière coercitive.

La croisade

21L’échec de la cinquième croisade remit à l’ordre du jour le vœu de Frédéric qui avait été sans cesse reporté. En outre, l’élection d’évêques siciliens et l’invasion du duché de Spolète créèrent de nouvelles tensions dans les rapports entre le souverain et le pape, malgré leur désir commun de trouver un accord. En septembre 1225, Honorius III nomma cinq évêques et archevêques de son choix. Frédéric s’opposa d’abord à leur nomination puis l’accepta et, sur la proposition du Saint-Père, il consentit à épouser Yolande de Brienne, âgée de quatorze ans, héritière du royaume de Jérusalem. Aussitôt après les noces, il prit le titre de roi de Jérusalem, contestant ainsi à son beau-père, lui-même roi consort, ses droits sur ce royaume. Jean de Brienne partit se plaindre au pape. Honorius III fixa l’année 1227 comme terme ultime pour la croisade. Frédéric invita les princes allemands et les communes italiennes à une diète à Crémone lors de la Pâques 1226. Il mit à l’ordre du jour la lutte contre l’hérésie et l’organisation de la croisade. Cela provoqua un mouvement de résistance parmi les communes qui ressuscitèrent la ligue lombarde qui avait contraint Frédéric Barberousse à changer de politique. La diète de Crémone n’eut pas lieu car les cités lombardes empêchèrent les princes allemands de s’y rendre. La crise s’acheva sans choc frontal, Honorius III réussit à trouver un compromis entre Frédéric et la ligue, mais les conséquences de ces échecs devaient se ressentir longtemps.

22L’élection du nouveau pape Grégoire IX eut lieu en mars 1227. Au cours du mois d’août qui suivit, Frédéric se rendit à Brindisi pour le départ de la croisade. Une épidémie se déclara parmi les croisés et les pèlerins : elle n’épargna pas l’empereur lui-même et l’expédition fut aussitôt interrompue. Grégoire IX, interprétant la maladie comme un prétexte, protesta et le 29 septembre, dans la cathédrale d’Anagni, excommunia l’empereur : c’était la sanction courante que l’on appliquait à un croisé en retard et, selon l’accord de San Germano, Frédéric aurait dû partir au cours de l’été 1227.

23Frédéric II renouvela sa promesse de départ et poursuivit l’organisation de la croisade. Après l’envoi d’une avant-garde composée de cinq cents cavaliers, il s’embarqua à son tour en juin 1228 pour rejoindre Saint-Jean-d’Acre après une halte à Chypre. Peu de temps auparavant, en avril, l’empereur avait tenu sa cour à Barletta. Là, devant les prélats et les nobles assemblés, il avait donné lecture du testament qu’il avait préparé au cas où il mourrait au cours de l’expédition. Raynaud d’Urslingen, duc de Spolète, y était nommé gouverneur du royaume pendant l’absence du souverain. Il y désignait son fils Henri comme son successeur et si ce dernier mourait, c’est Conrad, le fils nouveau-né de Yolande de Brienne, qui devenait l’héritier. Le 1er mai, Yolande, qui n’avait pas seize ans, étant morte en couches, Frédéric n’était plus à l’égard du royaume de Jérusalem que le tuteur de l’enfant-roi.

24En Terre sainte, les chrétiens, le patriarche de Jérusalem et la plupart des ordres chevaleresques refusèrent leur aide à cause de l’excommunication de Frédéric qui fut, dès lors, obligé de recourir à la diplomatie. Comme il avait gagné la confiance du sultan d’Égypte al-Kamîl, Frédéric conclut un traité avec lui en 1229. Il s’agissait en fait d’une trêve de dix ans qui prévoyait la restitution de Jérusalem et d’un couloir aboutissant à Jaffa. Il englobait Nazareth, Bethléem et un territoire tenu par les musulmans près de Sidon. À Jérusalem, les deux lieux les plus saints pour le monde islamique, la mosquée El-Aqsa et le Dôme du Rocher, restèrent aux mains des musulmans bien que les pèlerins chrétiens aient conservé la possibilité d’y accéder. Ce traité souleva une vive opposition tant dans la chrétienté que dans le monde musulman. Les adversaires prétextèrent que la liberté de Jérusalem reposait uniquement sur une trêve temporaire. Quelques semaines plus tard, Conrad, fils de Frédéric et de Yolande de Brienne fut fait roi de Jérusalem et une régence fut établie.

25Grégoire IX prit le résultat de la croisade comme prétexte pour renouveler l’excommunication de Frédéric et, en mars 1228, il suscita l’élection d’un nouveau souverain antisouabe en Allemagne.

26Le régent que Frédéric avait laissé à la tête du royaume, Raynaud d’Urslingen, avait lancé une attaque sur la marche d’Ancône. En représailles Grégoire IX envoya des soldats qui rencontrèrent les troupes impériales près du mont Cassin et les poussèrent en Pouille. En apprenant cette nouvelle Frédéric interrompit la croisade. Dans le royaume, un début de révolte et la rumeur de la mort de l’empereur en Orient déclenchèrent l’invasion de l’armée pontificale. Dès le retour de Frédéric, la rumeur s’éteignit. La reconquête s’accompagna de procès contre les feudataires et les cités traîtres. Frédéric s’attacha à ne pas empiéter sur les terres de l’Église pour montrer son désir de négocier et après de longues tractations on aboutit dans le courant de l’été 1230 à la paix de San Germano. Le 28 août, l’excommunication de l’empereur fut levée et un an plus tard, le pape le reconnut officiellement comme roi de Jérusalem.

Les Constitutions de Melfi

27En août 1231, dans son château de Melfi, au cœur de la botte italienne, Frédéric réunit des gens d’Église, des barons, des justiciers et de grands officiers. L’invasion avait fait émerger une profonde crise de l’État qui fut à l’origine des Constitutions de Melfi et de réformes économiques de grande ampleur qui occupèrent la décennie suivante.

28Dans la conception de la source du pouvoir royal comme dans les lois elles-mêmes, les Constitutions de Melfi sont une sorte de réédition des Assises d’Ariano de Roger II. L’une des nouveautés majeures réside dans la conceptualisation philosophique et dans l’élégance du langage derrière lesquelles s’affirmaient le tribunal de la Magna curia et la nouvelle science juridique.

29Les premières lois traitaient de l’hérésie, elles avaient probablement pour but de servir de base à la théorie frédéricienne de la sainteté de l’État, ce que l’article 17 des Assises de Roger II affirmait déjà. Frédéric alla plus loin encore en faisant de la révolte contre le pouvoir impérial l’équivalent de l’hérésie. Les Constitutions affirmaient également l’égalité de tous devant la loi et la concentration entre les mains du souverain de toutes les rênes du pouvoir. Pourtant, l’image que les Constitutions donnaient des tâches de l’État, de l’autonomie des magistrats, des fondements juridiques de leur action ainsi que des devoirs du souverain, était en contradiction avec le développement réel de l’administration de la justice, de la division des pouvoirs et du recrutement des fonctionnaires ; en dépit de cela, ces lois anticipaient sur leur temps parce qu’elles tentaient d’organiser l’État et ses organes en un système cohérent et de ce fait elles amplifiaient considérablement les obligations de l’État vis-à-vis des administrés.

30Le droit administratif des Constitutions reflétait la légitimité d’un système qui allait au-delà de l’organisation normative des formulaires et des habitudes de la chancellerie. Les Constitutions ne s’arrêtaient pas à la sphère privée, mais organisaient pour les médecins et pharmaciens un système sanitaire moderne. L’œuvre législative de Frédéric eut une durée considérable et fut admirée et considérée par les juristes comme l’œuvre majeure de l’empereur. Le travail d’interprétation qui suivit permit d’acquérir la conviction que la monarchie sicilienne devait être considérée comme une sorte d’œuvre d’art en avance sur son temps.

31Les Constitutions introduisirent également des réformes économiques, notamment le contrôle des transports, des ports et des marchés, l’interdiction de l’usure – sauf pour les juifs –, l’État contrôla aussi les poids et mesures. L’un des effets fut l’affirmation des marchands amalfitains comme partenaires privilégiés de l’économie de l’État.

32Frédéric décida que tous les fonctionnaires seraient nommés par lui pour un an renouvelable ; d’autre part, les justiciers ne pouvaient être originaires de la province qu’ils administraient. Il institua également le contrôle des fonctionnaires qui géraient l’argent de l’État et, en 1240, il créa la cour des comptes. La réforme de 1231 portait aussi sur les biens de l’Église sicilienne, grâce aux Nova Statuta, Frédéric II garantit à l’Église le statu quo du point de vue patrimonial et conserva des liens étroits entre la couronne et l’Église sicilienne.

Le conflit avec Henri VII

33L’œuvre de réforme du royaume s’interrompit brusquement quand le fils de l’empereur, Henri VII, devenu majeur, ne tint pas compte du fait que les princes allemands avaient, par leur médiation entre Frédéric et le pape pour la paix de San Germano, acquis le droit à des ménagements. La politique agressive d’Henri, qui visait à augmenter son contrôle sur le pays, fit l’unanimité entre les princes qui le contraignirent à un brusque changement de cap. La Constitutio in favorem principum émise en mai 1231 à Worms fut une capitulation, le roi renonçait aux droits impériaux de frapper monnaie, de lever impôts et droits de douane et de construire des fortifications sur les terres des princes. La monarchie perdait ainsi les moyens d’affirmer sa supériorité territoriale ; princes laïques et ecclésiastiques obtenaient l’égalité dans la souveraineté territoriale et repoussaient les aspirations d’indépendance des cités. À la Toussaint de la même année, Frédéric convoqua son fils, le roi Henri, les princes allemands et les représentants des villes d’Italie du Nord à une diète à Ravenne, mais la rencontre n’eut lieu qu’à Pâques 1232 à Aquilée et aboutit à la soumission d’Henri à son père et à la promesse d’une politique d’ouverture à l’égard des princes. Frédéric II dut cependant entériner la Constitutio et les concessions octroyées par son fils aux princes laïques. Il fit promettre aux délégués allemands de lever une armée au printemps suivant afin de soumettre la Lombardie.

34Pour résoudre la question lombarde, Frédéric tenta de se rapprocher de Grégoire IX, qui avait été chassé de Rome par une révolte, la rencontre fut amicale mais n’aboutit pas aux résultats attendus car le souverain pontife ne pouvait accepter qu’on touche aux privilèges des villes. Après une nouvelle rencontre à Rieti, entre l’empereur et Grégoire IX, ce dernier se déclara disposé à intervenir comme médiateur et à imposer aux cités l’obligation de ne plus s’opposer aux relations entre l’Allemagne et l’Italie. En outre, comme Henri avait totalement dévié de la voie tracée par son père dans la persécution de l’hérésie, Frédéric II se vit contraint de demander l’aide du pape qui, en 1234, prononça l’excommunication contre le jeune roi ; dans le même temps un rapprochement avec l’Angleterre s’esquissait. La tentative d’Henri de former un front d’opposition contre Frédéric en Allemagne et de convaincre les cités lombardes de bloquer le passage des Alpes conduisit à la crise définitive en mai 1235. Frédéric se rendit en Allemagne sans armée mais avec sa ménagerie et tout l’étalage de la splendeur orientale de sa cour et, à Worms, obligea Henri à renoncer à la couronne et à tous ses titres et possessions. Henri fut emprisonné pendant sept ans dans différents châteaux de l’Allemagne à la Calabre et, en février 1242, au cours d’un transfert d’une forteresse à l’autre, il se donna la mort.

35En juillet 1235, Frédéric se maria pour la troisième fois avec Isabelle, sœur d’Henri III d’Angleterre. Elle mourut vraisemblablement en 1241 après avoir donné le jour à un fils, Henri (ou Charles Othon), et à une fille, Marguerite. Le mariage marqua aussi l’apaisement dans le clan guelfe. Les droits accordés aux princes laïques par Henri lors de la diète de Worms et confirmés ensuite à Aquilée furent examinés dans le détail et intégrés dans un code de lois promulgué en allemand. En même temps cette diète mit un terme à la division entre Guelfes et Hohenstaufen. Frédéric, après avoir récupéré les domaines héréditaires de sa famille, les avait agrandis par l’acquisition des terres de Brunswick ; en août 1235, Frédéric donna à Othon ces dernières et le titre de duc de Brunswick-Lünebourg et il l’éleva au rang de prince d’Empire. Toujours en août, à la diète de Manzona, une trêve fut conclue, l’empereur la fit publier en allemand et en latin. Elle réglementait le droit pénal et l’application des peines. Elle établissait pour l’administration de la justice un juge de la curie impériale (iusticiarius curiae) qui avait le nom mais non les fonctions d’un juge de la Magna curia ; d’autre part, les droits de souveraineté (droit de battre monnaie, droits de douane et de juridiction) cédés aux princes furent de nouveau rattachés à la couronne, ce qui permit de contrôler leur exercice. Pourtant la trêve ne compensa pas toutes les concessions qui avaient été accordées, mais garantit au souverain un nouvel espace de manœuvre et une politique autonome.

36Quand les princes allemands décidèrent au printemps 1236 une expédition contre les cités lombardes qu’ils considéraient comme rebelles, Grégoire IX s’efforça, par tous les moyens diplomatiques dont il disposait, d’éviter l’intervention impériale. Frédéric, qui était à Marbourg en mai 1236 pour le transfert du corps de sainte Élisabeth de Hongrie, dut, au cours de son voyage vers l’Italie septentrionale, diviser ses troupes pour réprimer la révolte du duc Frédéric d’Autriche. Il utilisa son séjour à Vienne en février 1237 pour faire élire par les princes son fils Conrad, âgé de neuf ans, comme roi des Romains et futur empereur. Frédéric en profita pour déclarer Vienne ville impériale dépendant directement de l’empereur et pour s’approprier les duchés d’Autriche et de Styrie. La question de la succession à l’Empire, restée en suspens après la déposition d’Henri, était ainsi résolue.

37Après l’échec des tractations entre représentants des cités lombardes, du pape et de l’empereur, Frédéric, en septembre, franchit le Brenner et pénétra en Lombardie avec une nouvelle armée. En novembre 1237, près de Cortenuova au sud de Bergame, il battit, grâce à une ruse et au prix de grandes pertes, l’armée milanaise qui se repliait ; profitant de sa position de force, il chercha à obtenir la soumission des communes lombardes.

La seconde excommunication

38Pourtant, en 1238, une nouvelle armée de mercenaires et de cavaliers échouait devant Brescia. Face à cette situation, Grégoire IX intervint en envoyant en Lombardie un légat chargé de négocier une alliance entre Gênes et Venise pour contrebalancer la suprématie militaire de Frédéric. Grégoire IX se joignit à cette alliance avec le projet d’envahir le royaume. Le Jeudi saint 1239, il officialisa la rupture avec l’Empire : il prononça l’excommunication de Frédéric en invoquant comme motif les attaques contre l’Église sicilienne. Ce prétexte permit de ne pas mentionner la véritable raison, politique, du conflit.

39Pour tenter d’en sortir, Frédéric dut recourir aux ressources militaires et financières du royaume. En 1239, deux capitaines généraux reçurent des pouvoirs militaires, politiques et judiciaires comparables à ceux d’un vice-roi. La pression fiscale s’accrut encore. Dans le même temps, Frédéric expulsa les anciens opposants et demanda aux évêques et aux fonctionnaires des preuves accrues de loyauté. Dans l’Empire, Frédéric changea de politique, il institua une dizaine de vicaires généraux dotés des pleins pouvoirs et créa un nouveau système administratif reposant sur l’unité territoriale. Comme légat général pour les régions italiennes de l’Empire, Enzio, fils de Frédéric, fut chargé de coordonner les initiatives militaires des légats.

40Afin de rétablir le lien territorial entre le royaume et les régions d’Italie du Nord, Frédéric pénétra dans la marche d’Ancône et dans le duché de Spolète et par conséquent dans les territoires septentrionaux des États pontificaux où il se présenta comme un libérateur. Des capitaines généraux du royaume et des fonctionnaires siciliens remplacèrent les recteurs pontificaux.

41Le tribunal de la Magna curia prit en charge la juridiction des régions italiennes de l’Empire et intégra dans ses rangs des juges lombards et toscans. La Chancellerie, la Chambre et les principaux conseillers de Frédéric commencèrent à former au sein de la cour itinérante un organisme de gouvernement autonome qui avait autorité sur toutes les parties de l’Empire, ce qui ne signifia pas pourtant, tant les réalités étaient différentes, une réelle homogénéité entre les structures administratives et politiques des régions italiennes de l’Empire et du royaume.

42Précédée par une intense propagande, l’invasion des États du pape commença. La menace de l’attaque de Rome fut écartée par Grégoire IX en février 1240 grâce à une procession au cours de laquelle il lança un appel à la résistance, pendant ce temps Frédéric poursuivait le siège de Faenza qui tomba après huit mois de résistance. Cependant, à Pâques 1241, Grégoire IX organisa un concile général à Rome. Frédéric se rendit compte que le concile ne serait pas le tribunal impartial qu’il avait souhaité et interdit à ses sujets d’y assister. L’accès par la terre étant condamné, Grégoire exhorta les délégués à venir par la mer. Au large de l’île d’Elbe, la flotte des Siciliens et des Pisans bloqua les navires génois qui transportaient les participants. La capture des prélats fut considérée par Frédéric comme un signe de Dieu, elle empêcha le concile mais provoqua un regain d’hostilité contre lui. L’empereur lança une attaque sur Rome, il en était proche quand, le 22 août 1241, survint la mort de Grégoire.

43Frédéric retourna en Pouille en attendant que le Sacré Collège, divisé, élise un nouveau pape. Après le premier conclave qui s’acheva avec la difficile élection de Célestin IV, mort après seulement dix-sept jours de pontificat, les cardinaux s’enfuirent à Anagni et le siège resta vacant pendant plus d’un an. Quand fut élu Innocent IV, en juin 1243, Frédéric accueillit la nouvelle avec joie, mais il ne tarda pas à déchanter. Une révolte suscitée par le cardinal Rainer éclata à Viterbe et Frédéric dut se porter au secours de la garnison impériale, son attaque de la ville fut repoussée et il dut accepter l’offre de négociation du pape malgré un nouvel assaut de Rainer. Un accord provisoire portant sur la restitution des territoires des États pontificaux occupés fut négocié. Pour la question lombarde, en revanche, aucune solution ne fut trouvée.

44Mais la réconciliation n’était qu’apparente. Quand Frédéric proposa une rencontre, Innocent IV fit semblant d’être d’accord, en réalité il préparait sa fuite avec l’aide de la flotte génoise. En juin 1244, il s’embarqua à Civitavecchia à destination de Gênes puis rejoignit Lyon où il organisa un concile général en 1245. Un rapprochement s’amorça quand Frédéric se déclara prêt à se croiser pour s’opposer aux Khourasmiens qui venaient de prendre Jérusalem, et en 1245, Innocent IV leva temporairement l’excommunication qui pesait sur lui.

45À la fin juin, Frédéric se fit représenter au concile de Lyon par le juriste le plus expérimenté de sa cour, Thaddée de Sessa, qui ne parvint cependant pas à éviter qu’Innocent déclare Frédéric coupable, parjure, sacrilège, briseur de paix et hérétique et ne le dépose en tant qu’empereur et roi de Germanie. La décision concernant le royaume de Sicile, bien qu’elle ait été réservée au pape et au collège des cardinaux, fut également défavorable à Frédéric. Furieux, il fit alors appel à la solidarité des princes européens, sans obtenir le soutien attendu, car, contre l’attente de Frédéric, Innocent IV réussit à obtenir l’appui du roi de France, Louis IX.

46La déposition de Lyon mit Frédéric sur la défensive. En Allemagne, l’opposition élut l’un après l’autre deux antirois afin de déposséder le fils de Frédéric, Conrad, régent pour le compte de son père, qui avait acquis un nouveau statut du fait de son mariage avec Élisabeth de Bavière.

47Dans le royaume de Sicile, les partisans d’Innocent IV réussirent à mettre sur pied une conjuration élaborée par des proches de l’empereur, dont le but était d’éliminer Frédéric et de le remplacer par un nouveau souverain. Découverte, la conspiration déboucha sur une tentative de révolte à Capaccio au sud de la Campanie et fut très durement réprimée. Une bonne partie de la noblesse avait trempé dans l’affaire. Parmi les conjurés se trouvaient deux capitaines généraux. Pourtant Frédéric continua à considérer le royaume comme la base de sa stratégie politique et militaire. En 1246, l’administration des provinces et l’institution des capitaines généraux furent réformées.

48En 1247, Frédéric décida de se rendre à Lyon avec une armée pour se défendre des accusations portées contre lui. Une partie des armées impériales avait déjà quitté Turin pour traverser les Alpes quand arriva la nouvelle que Parme était tombée aux mains des guelfes. Frédéric s’arrêta et assiégea la cité. En février 1248, les Parmesans effectuèrent une sortie, bousculèrent les assiégeants qui avaient aménagé un camp fortifié et s’emparèrent du trésor dans lequel se trouvaient la couronne, le trône et le sceau impérial. Un dernier coup fut porté à l’empereur avec la trahison de Pierre de la Vigne, chancelier qui depuis vingt-cinq ans représentait la politique du souverain, et qui avait si souvent mis à son service sa voix et ses qualités d’orateur. Enfin, quand en mai 1249 il revint dans le royaume, Frédéric apprit que son fils Enzio avait été fait prisonnier par les Bolonais à Fossalta lors d’une simple escarmouche. L’année 1249 marque le déclin de la fortune de Frédéric, même sa santé s’altéra.

49En 1250 seulement, on parvint à une conjoncture favorable. Un nouvel espoir se fit jour après la victoire du vicaire général de la Marche sur le légat pontifical et les succès des vicaires généraux en Lombardie et au Piémont. L’empereur projetait une expédition en Allemagne quand, en novembre, alors qu’il se trouvait sur son lieu de séjour favori, à Castel Fiorentino, il fut pris d’une maladie intestinale. En présence de nombreux dignitaires, le 7 décembre, il fit son testament et après avoir revêtu la robe blanche des cisterciens et reçu l’extrême-onction des mains de l’archevêque de Palerme, il expira le 13 décembre 1250. Transportée dans la capitale sicilienne, sa dépouille fut déposée dans la cathédrale dans un sarcophage de porphyre rouge que Frédéric avait fait placer là vingt ans auparavant.

50Son testament désignait Conrad comme héritier de l’Empire et du royaume de Sicile, tandis que Manfred, fils naturel de Frédéric et de Bianca Lancia, devait assurer les fonctions de régent d’Italie. Frédéric ordonnait aussi des restitutions à l’Église romaine, à l’Église sicilienne et aux ordres chevaleresques et souhaitait que les taxes reviennent au niveau qu’elles avaient connu sous Guillaume II.

Bibliographie

Abulafia D., Frederick II. A Medieval Emperor, Londres, 1988.

Kantorowicz E., L’Empereur Frédéric II, Paris, 1987.

Masson G., Frédéric II de Hohenstaufen, Paris, 1963.

Van Cleve Th. C., The Emperor Frederick II of Hohenstaufen. “Immutator Mundi”, Oxford, 1972.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540