Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Rencontres

Philippe Soupault, Louis Aragon, frères d’écriture

Jean Chartier

Texte intégral

1Louis Aragon accusa un retard à publier ses textes de 1917 à 1920 tandis que Philippe Soupault publia un premier recueil dès septembre 1917 et qu’il prit dès lors la tête de l’avant-garde jusqu’au célèbre Rendez-vous des amis de Max Ernst en 1922, qui le plaça à gauche devant la banquise ou un champ magnétique. Je propose de reconsidérer les premiers textes d’Aragon et de Soupault, ce qu’ils écrivirent en miroir mais ne publièrent qu’avec des modifications, dans le désordre des années vingt. Dans le premier mentir-vrai placé à la suite de « La Glace sans tain » en octobre 1919, Aragon se donna une antériorité d’écrivain en rendant public un texte daté de 1904, quand il n’avait que sept ans. En donnant à lire Quelle âme divine (roman), il laissa entendre qu’il s’était adonné au roman avant toute chose, que cela avait été naturel, comme plus tard en 1932 il adopte le système balzacien du roman au moment où Soupault, en sens inverse, se retire définitivement de la prose narrative.

  • 1 Louis Aragon, Le Libertinage, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1984, p. 19.

2Aragon publia peu avant octobre 1919. Il rédigea la critique des Mamelles de Tirésias ce qui l’amena à des considérations sur « les femmes réelles » vis-à-vis de la Vénus de Milo dans « Alcide ou De l’esthétique du saugrenu » : « Pour nous convenir l’inattendu se doit d’être adéquat. La Samaritaine est assez l’exemple de la beauté moderne »1. Aragon établit la première position d’écriture dans ce texte qu’il amputa à sa publication jusqu’à la parution du Libertinage, sept ans plus tard.

  • 2 Philippe Soupault, Aquarium, Paris, Lachenal & Ritter, 1984, p. 17.

3Soupault, par contre, commit dès l’été 1917 l’« Avant-Dire » au recueil de calligrammes, Aquarium : « Tout autour de ma pensée/virevoltent/les poissons verts »2. L’un et l’autre se définissent à ce moment-là dans la mouvance d’Apollinaire. C’est leur point de départ. En 1918, ils écrivent des récits qu’ils ne publient pas avant plusieurs années, ce qui devient trompeur quant à la lecture qu’on en fait plus tard, à la lumière de la réception publique.

  • 3 Louis Aragon, « Pierre Fendre », Littérature, n° 1, mars 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, (...)

4Au lancement de Littérature, Soupault ne se réfère ni à Rimbaud, ni à Apollinaire, comme dans le premier poème et le premier recueil, il cherche à refaire le coup de la Nouvelle Revue française dix ans plus tard. En effet, Gide est invité à donner le coup d’envoi en 1919, comme en 1909. Non seulement Soupault mobilise-t-il Gide, Paulhan et Salmon mais encore Valéry, Fargue et Cendrars pour cette nouvelle NRF d’après-guerre tandis que Reverdy ferme Nord-Sud et cède la place à la nouvelle avant-garde. Aragon publie « Pierre Fendre », qu’il achève ainsi : « Il ne me reste plus qu’à mourir de froid en public »3. Et il assume la critique du livre de Tzara, Vingt-cinq poèmes en ces termes :

  • 4 Ibid., p. 23.

On ne sait jamais si c’est une fleur ou une bête, ni son sexe, et cet homme qui porte une veste à brandebourgs prend trop de liberté avec les sexes. Mais le vent l’emporte4.

  • 5 Ibid.

5De Période hors texte par Reverdy, Aragon écrit : « Poser mes doigts sur ce livre si blanc, couleur des fantômes »5. Soupault à côté ne publie rien, il retire son poème au marbre en annonçant pour le prochain numéro « des poèmes et des proses » d’Apollinaire, de Larbaud et de Tzara. Il n’apparaît qu’en deuxième page de couverture comme l’un des trois directeurs, et en dernière page comme le gérant. En avril et mai 1919 survient la publication des Poésies de Lautréamont avec cet incipit :

  • 6 Lautréamont, « Poésies », Littérature, n° 2, avril 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 2.

Les gémissements poétiques de ce siècle ne sont que des sophismes. Les premiers principes doivent être hors de discussion6.

  • 7 Philippe Soupault, « L’heure du thé », Littérature, n° 2, avril 1919, fac-similé Jean-Michel Place, (...)

6Telle est la ligne de conduite que suivent en effet Aragon et Soupault au début de leur prose : ils énoncent des principes à la manière de Lautréamont. Soupault fait paraître : « La glace est dans le jardin »7.

7En juillet 1919, Soupault livre un art poétique où il cite les Illuminations : et à la suite Alcools :

  • 8 Arthur Rimbaud, cité dans Philippe Soupault, « Vie de John Millington Synge », Littérature, n° 5, j (...)

La rivière de cassis roule, ignorée
A des vaux étranges8

et à la suite Alcools :

  • 9 Guillaume Apollinaire, cité dans « Vie de John Millington Synge », id., p. 17.

Mon verre est plein d’un vin trembleur comme une flamme
Écoutez la chanson lente d’un batelier
qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu’à leurs pieds9.

  • 10 Louis Aragon, « Soleil de plomb », Littérature, n° 9, novembre 1919, fac-similé, Jean-Michel Place, (...)

8Bref, il fait le point au moment des Champs magnétiques. Aragon écrit Anicet ou le panorama, roman où Rimbaud cède bientôt la place à Mirabelle, « la femme mystérieuse » entourée de sept hommes, soit l’envers du poème d’Apollinaire. Aragon dédicace en outre « Sommeil de plomb » à Soupault, un poème qui s’achève ainsi : « Ne me parlez pas de la lumière du soleil »10. Soupault répond avec « Fleuve » :

  • 11 Philippe Soupault, « Fleuve », Littérature, n° 11, janvier 1920, fac-similé Jean-Michel Place, 1978 (...)

Couloir longitudinal des grands bâtiments souterrains
tendance obscure des lions parasites
ô lune affreuse qui court comme une grande lueur
fleuve impressionnant et magique11.

  • 12 Louis Aragon, « Moi », Littérature, 2e année, n° 13, mai 1920, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, (...)

9Les thématiques se resserrent. Aragon publie Feu de joie tout près du second recueil de Soupault, Rose des vents. Après l’eau d’Aquarium et « Fleuve », on évoque la sécheresse du désert et le feu de paille. En mai 1920, Aragon publie le manifeste Dada, « Moi » : « Tout ce qui n’est pas moi est incompréhensible »12, le premier soliloque des Aventures de Télémaque, après l’initiation sexuelle par la nymphe Eucharis. Aragon joint « Révélations sensationnelles », le propos du jeune ondin qui fait sa révérence à Calypso :

  • 13 Louis Aragon, « Révélations sensationnelles », id., p. 20.

Tout ce qui part de mon cœur est une fusée sans feu. Cette image va vous déplaire. Je commence déjà à vous ennuyer. Je ne vous injurierai même plus. On ne sait pas où commence la lassitude, on ne sait pas où elle finit. Je vous regarde et vous me regardez13.

10Il ajoute à l’endroit de la déesse :

  • 14 Ibid.

À tout instant je me trahis, je me démens, je me contredis : Je ne suis pas celui en qui je placerai ma confiance14.

11Télémaque se noie chez Dada après avoir échoué sur une île, au pays des nymphes.

12Soupault réplique avec « Littérature et le reste » :

  • 15 Philippe Soupault, « Littérature et le reste », Littérature, id., p. 7.

Qu’on s’amuse si l’on veut à m’arracher les yeux et à regarder ce qui pousse sur le fumier qui me sert de cerveau. Vous n’y verrez rien, parce qu’il n’y a rien. Vous tous qui êtes gonflés d’idées et de principes comme des oies et qui me ressemblez comme des frères, allez vous promener dans les champs15.

13Il dispose de la « Machine à écrire Dada » :

  • 16 Philippe Soupault, « Machine à écrire Dada », id., p. 19.

Depuis que nous sommes au monde, quelques paresseux ont essayé de nous faire croire que l’art existait. Aujourd’hui, nous qui sommes plus paresseux encore, nous crions, l’Art, ce n’est rien. Il n’y a rien16.

14Soupault assume définitivement le pluriel de Littérature en 1920.

15Le mois suivant, il signe une « Épitaphe » quelque peu ironique à Aragon :

  • 17 Philippe Soupault, « Épitaphes », Littérature, n° 14, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 10.

Tes petites amies font une ronde
Elles t’ont dressé des couronnes
avec tes petits mensonges
Je t’ai apporté du papier
et une très bonne plume
Tu feras des poèmes pendant l’Éternité17.

16La fin de la première période n’est pas loin. Soupault signe la critique de Feu de joie :

  • 18 Philippe Soupault, « Livres choisis - Feu de Joie », id., p. 31.

La paille qui brûle est notre jeunesse. Louis Aragon s’est approché de ce feu pour s’y chauffer les doigts. Le cœur reste froid. Pourquoi mon ami parle-t-il de son enfance avec cette désinvolture ? Je sais qu’il ne peut oublier les livres de prix, les ballons multicolores et les yeux inquiétants des filles de joie. Je sais encore que cette indifférence est une pudeur mal déguisée. Mais nous n’avons pas peur de lui, nous n’avons pas peur de pleurer18.

17Sur le même registre, il dit :

  • 19 Ibid.

Je n’ai pu m’empêcher d’être triste en songeant à ces jolis feux qu’on allume dans la campagne et qui ne durent qu’une soirée. J’attends au bord de la route l’incendie des fermes et des forêts19.

18En juillet, Aragon fait paraître le « Système Dd (Introduction à une morale momentanée) », un troisième extrait du Télémaque où Mentor s’adresse aux pingouins. Aragon écrit :

  • 20 Louis Aragon, « Système Dd (Introduction à une morale momentanée) », Littérature, n° 15, juillet-ao (...)

Le système Dd : jeu du miroir blanc sur le miroir noir, jeu du miroir blanc sur le miroir plan, jeu du miroir plan sur le miroir convexe, jeu du miroir convexe sur le miroir concave, jeu20.

19Je m’arrête à l’écho du « jeu du miroir » à l’orée de 1920, l’exercice que reprend Aragon dans les années 1960, longtemps après le panorama d’Arthur et de Mirabelle, longtemps après les aventures du fils d’Ulysse sur une île. Aragon se lance à petite allure en 1917 mais file dans les romans de 1918 à 1920 avec 400 pages de prose pour le panorama en Rimbaldie et un voyage en sensualité, Anicet et le Télémaque, la voie parallèle du Voyage d’Horace dans la nuit de Soupault et de « 80 jours » passés dans l’inconscient.

***

20Dès septembre 1918, Aragon écrit au front deux chapitres d’Anicet ou le panorama, roman, soit le monologue de Rimbaud et la réponse d’Anicet à Rimbaud. Il a confié à Francis Crémieux en 1962 :

  • 21 Louis Aragon, Entretiens avec Francis Crémieux, Paris, Gallimard, 1964, p. 30.

Dans mon esprit, c’était comme une espèce de défi à la guerre que d’écrire, dans le corps même de la guerre, déjà comme si elle avait été finie21.

21Le premier mot du roman claque : « Arthur. » L’écrivain règle ses comptes avec les principes littéraires. Voici l’incipit :

  • 22 Louis Aragon, Anicet ou le Panorama, roman, Paris, Gallimard, 1936, p. 7.

Anicet n’avait retenu de ses études secondaires que la règle des trois unités, la relativité du temps et de l’espace ; là se bornaient ses connaissances de l’art et de la vie. Il s’y tenait dur comme fer et y conformait sa conduite22.

22À la lumière de cette déclaration, la vie devient un théâtre, le geste gratuit fonde la littérature et la mise en relief survient dans la dérision, avant toute mise en situation. Dès le deuxième paragraphe, Aragon narre la rencontre avec Rimbaud :

  • 23 Ibid.

Un soir, dans une auberge d’un pays quelconque [...] il remarqua tandis qu’il dînait que son voisin de table d’hôte ne touchait à aucun des mets et semblait cependant passer par toutes les jubilations gastronomiques du gourmet. Anicet saisit immédiatement que ce convive étrange était un esprit libre qui se refusait à recourir aux formes a priori de la sensibilité et n’éprouvait pas le besoin de porter les aliments à ses lèvres pour en concevoir les qualités23.

  • 24 Ibid., p. 9.

23Arthur ne mange pas de ce pain-là qu’est la littérature de 1918. Telle est la mise en situation d’Aragon, la rencontre avec Rimbaud dans une taverne. Le roman se passe en un lieu non décrit ; le texte se concentre plutôt sur le dialogue avec un personnage mythique. Que ferait Rimbaud dans la France de 1918 ? Telle est la question qui se pose. Rimbaud réfute un système d’écriture dans lequel le verbe dispose du temps et de la réalité des choses et où « son cerveau n’est au fond qu’une grammaire »24.

  • 25 Ibid., p. 12.
  • 26 Ibid., p. 13.
  • 27 Ibid., p. 16.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid., p. 19.
  • 30 Ibid., p. 21.

24Le personnage de beuverie, Rimbaud, assume le récit. Arthur considère l’approche de la nature et demande de se libérer du mensonge de la perspective. Il découvre Paris comme ville avec des époques simultanées. Bientôt, il parle d’un jeu de constructions avec cette illustration : « l’Obélisque fit pousser le Sahara Place de la Concorde tandis que des galères voguaient sur les toits du Ministère de la Marine »25. Arthur rencontre Hortense, la femme qui « admit toutes les expériences »26. Après quelques discussions avec son meilleur ami « qui dégénèrent en querelles »27, Arthur liquide ce qui restait de son passé et va faire « la traite des nègres »28 en Afrique. Il rencontre Viagère, une vierge noire d’une beauté exceptionnelle, « folle-par-philosophie »29. Arthur conclut : « Cela dura toute une éternité. Mais c’est en France que je suis mort, voici plus de vingt ans »30.

25Soupault réplique par le texte même de Rimbaud au début de Voyage d’Horace et par le voyage aux antipodes de l’Afrique. Chez Aragon, le Panorama reçoit le « Récit d’Anicet » qui conteste l’approche de Rimbaud :

  • 31 Ibid., p. 23.

Vous vous êtes peint dans l’enfance, l’adolescence et la maturité ; vous m’avez promené par les contrées les plus diverses ; vous m’avez conté au moins trois romans amoureux. Il eût été très simple et bien plus démonstratif de vous soumettre dans cet exposé à la règle des trois unités, qui présente l’avantage de réduire au minimum l’importance des concepts humains et de permettre une clarté narrative qu’on n’atteindrait pas sans elle. Ainsi, vous eussiez présenté dans un seul décor, sans sacrifier à l’exotisme, vos amours avec une seule femme qui prît successivement les diverses attitudes de vos maîtresses successives dans une unité de temps à votre choix, le jour par exemple31.

26Or, Soupault adopte précisément la règle d’unité de lieu dans la première partie de Voyage d’Horace, soit dans l’igloo. Anicet condamne le sens caché qu’Arthur tire de son propos qu’il appelle « pour parler grec », « un symbole » et se sépare de Rimbaud sur ces paroles : « Nous représentons ici l’un et l’autre aussi bien que nous le pouvons deux générations différentes. » Bref, la rencontre avec Rimbaud s’achève sur un désaccord. Au panorama brossé par Rimbaud et à la grammaire du cerveau, Soupault répond par son récit autour de « Mauvais Sang » et des passages d’Une saison en enfer au début de chacune des parties de son récit. Soupault cite ce passage :

  • 32 Arthur Rimbaud, passage recopié de la main de Philippe Soupault à la première page du manuscrit, Vo (...)

Que les villes s’allument dans le soir. Ma journée est faite ; je quitte l’Europe. L’air marin brûlera mes poumons ; les climats perdus me tanneront. Nager, broyer l’herbe, chasser, fumer surtout ; boire des liqueurs fortes comme le métal bouillant – comme faisaient ces chers ancêtres au coin du feu.
Arthur Rimbaud, Une saison en enfer32

27Soupault indique que la prose a pour mission l’illumination finale dans la nuit, en quittant l’Europe vers une destination inexplorée : New York, puis un port de la mer de Baffin dans le désert blanc du pôle magnétique. Il narre les nuits sans jour d’Horace, sa rencontre avec une Esquimaude qui renouvelle la beauté telle que définie dans « l’esthétique du Saugrenu », avec le passe-temps d’Horace :

  • 33 Ibid., p. 289.

Le soir nous nous réunissions sous une grande tente et j’écoutais parler mes amis tandis qu’ils polissaient leurs armes d’ivoire et d’os et qu’ils fabriquaient des flèches. Ils me présentèrent leurs femmes qui portent le même costume qu’eux-mêmes : ils sont vêtus de tuniques et de pantalons en peau d’ours ou de chien. Au début de mon séjour il m’était pénible de rester dans leur demeure où règne une forte puanteur. Dans de grands vases de schistes brûle jour et nuit de l’huile de baleine qui répand une odeur assez désagréable pour les profanes qui ne savent pas goûter non plus les parfums qui émanent des poissons secs, des quartiers de viande et des étrons que déposent ça et là les hommes, les femmes et les chiens33.

28Soupault se caractérise par la mise en situation des amis. Le provocateur isole Horace aux confins du monde. Qui ira plus loin ? Le combat s’engage et le lieu de prédilection des avancées se campe sur le terrain des femmes. Chez Aragon, le personnage Rimbaud évoque trois femmes et Anicet se dit berné par Lulu avant d’être rescapé par Mirabelle dans l’« Aventure de la chambre ». Celle-ci devient la maîtresse du jeu avec sept hommes masqués.

29Chez Soupault, Horace, à l’autre bout du monde, se rend chez une femme jaune, idéalisée dans une esthétique de l’igloo et ravie à un rival. Aragon raconte les aventures de Rimbaud avec Hortense, Gertrud et Viagère, avant l’outrage de Lulu. Qu’à cela ne tienne ! Soupault annonce que son Horace s’isole dans un igloo 240 heures avec une femme aux « gros cheveux raides et noirs » et tire des coups de feu au hasard dans les fenêtres des igloos voisins. Le texte tient du manifeste deux ans avant Dada. Soupault écrit :

  • 34 Ibid., p. 294.

De temps en temps pendant la veillée qui durait une centaine de jours mes amis venaient chez moi. Un vieux se levait et clamait un poème dont tous les assistants répétaient chaque vers. Je n’ai malheureusement retenu que celui qu’ils récitaient le plus souvent et qu’ils intitulaient « La Neige »34.

30Comment décrire les nuits les plus longues ? Le récit d’Horace se structure autour de cette interrogation. Soupault approche l’érotisme avec des évocations de l’acte gratuit. Horace vit à la fois chez Rimbaud et chez Cendrars. Soupault décrit à côté d’une photographie de l’Esquimaude à l’enfant, l’illustration triple de l’acte gratuit. Ce volet deviendra la référence de l’acte exemplaire de 1924. Ce passage vaut qu’on le cite. Voici le récit d’Horace :

  • 35 Ibid., p. 296-299.

La sœur de Tookoomah, Eilatoo, venait souvent me voir portant son très jeune fils. Elle ôtait ses vêtements et commençait à parler mais son enfant la gênait et elle me le confiait. Puis elle commençait à parler nous expliquant avec de nombreux détails et d’interminables commentaires les disputes de son mari et de son père, énumérant les coups. Parfois, elle éclatait de rire en décrivant la bosse récente qui ornait le front de son père. Pendant ces récits l’enfant hurlait brusquement. Au bout de peu de temps, je résolus de m’en débarrasser. Négligemment je le laissai choir et il se fendit le crâne. Pendant cette longue nuit de deux cent quarante heures environ je dormais beaucoup et copulais fréquemment. Ces occupations ne suffisaient d’ailleurs pas à remplir la nuit. J’aiguisais mes armes et astiquais mon revolver. De temps en temps je déchirais le carreau et je m’exerçais à tirer. Dans la nuit sans étoiles les fenêtres éclairées des igloos voisins me fournissaient des cibles excellentes. Je tirais ainsi et par hasard une demi-douzaine d’Esquimaux35.

31À l’Horace de l’igloo, Aragon réplique avec l’Anicet de la chambre noire pour la rencontre de Mire, la femme du monde qui préfigure le Bar de l’amour. Anicet, invité par l’aubergiste dans la chambre de Mirabelle, « la beauté singulière », surgit dans la mise en scène qui ne trouve d’équivalent, écrit Aragon, « que dans les romans historiques ». Il compare la situation à un récit de Jules Verne tandis que l’« Aventure de la chambre » survient dans la nuit.

  • 36 Aragon, Œuvres romanesques complètes I, édition établie par Daniel Bougnoux, Paris, Gallimard, « Pl (...)
  • 37 Louis Aragon, Anicet ou le Panorama, roman, id., p. 45.
  • 38 Ibid.

32On peut présumer qu’Aragon a écrit cela avant « En 80 jours » de Soupault. Car Aragon lit les quatre premiers chapitres d’Anicet à Philippe Soupault en mars 191936. Il se réfère à la scène de la cruauté ordonnée par l’émir à l’encontre de Michel Strogoff, avec l’exigence de l’inconnue du lac Baïkal devant les hommes masqués. Cela établit le lien avec la scène d’Horace chez Tookomah et Eilatoo. Anicet relate les offrandes de sept hommes masqués à Mirabelle. Le premier lui offre un « globe dans lequel les astronomes contemplent l’univers »37 et Mire voit « tout rond, circulaire, sphérique »38. La réplique d’Anicet à Rimbaud laisse toute la place à la discussion avec l’un des hommes masqués. Anicet entre dans la société des prétendants de la femme mystérieuse et Aragon relance son roman avec un défi qui contient le théâtre dada et l’annonce de la dernière nuit de Paris :

  • 39 Ibid., p. 60.

Depuis six mois qu’il ne vivait plus que pour elle, Anicet n’avait fait qu’entrevoir Mirabelle de temps en temps au prix des plus périlleux exploits. Quelques minutes d’entretien l’avaient payé de la formidable machination du vol des Musées : dans la même journée disparurent de tous les Musées de Paris, grâce à la complicité des gardiens, tous les Greuze, les Boucher, les Meissonnier, les Millet, les Harpignies, les Pissarro, les Carolus Durand, les Antonin Mercier, les Bartholomé, les Dalou. Les conservateurs sur les dents lancèrent en vain la police à la recherche des œuvres disparues. Les plus fins policiers échouèrent, et l’affaire allait être classée lorsqu’un soir, en sortant du théâtre, Paris vit avec stupéfaction un immense brasier au sommet de l’Arc de Triomphe39.

33N’est-ce pas la fin annoncée des Dernières Nuits de Paris ? Voici un guide de la « société secrète » et le panorama d’une décennie de prose. Aragon donne la clé d’une autre énigme :

  • 40 Ibid., p. 61.

Nos lecteurs seront, nous n’en doutons pas, heureux d’apprendre que le sous-secrétariat des Beaux-Arts, devant l’incurie et l’incapacité de la police, n’a pas hésité au prix de gros sacrifices à attirer sur le continent le célèbre détective américain Nick Carter qui consent à s’occuper de cette mystérieuse et troublante affaire et qu’on attendrait prochainement au Havre40.

34Aragon se réfère dans cette affaire de l’incendie au détective dont Soupault raconte la mort à l’asile en 1926 dans Mort de Nick Carter. Il rapporte le propos de l’un des prétendants de Mirabelle, Jean Chipre, l’avocat de la nuit, celui qui ressemble tant à Soupault, en disant à propos du lieu et de la circonstance de la parole :

  • 41 Ibid., p. 67.

On n’a pas besoin de se voir pour parler, reprit Chipre, cela permet de mentir à son aise. Comme cela serait gênant une lampe qui ferait voir la pensée ! Ces journées d’hiver si courtes engagent à la somnolence. Dans cet état j’entends les bruits extérieurs et les voix des prophètes. Je reste les yeux clos, comme sur une mer, et j’écoute41.

35Aragon évoque ce personnage « sur une mer » et « les yeux clos » dans la réplique où il se réfère à Verne. Il omettra de publier, deux ans plus tard, cet autre passage :

  • 42 Louis Aragon, Œuvres romanesques complètes I, p. 1024.

Comme de la limaille chassée par une force magnétique, les gens se groupèrent loin de la porte au-delà d’une courbe dont le foyer était au seuil, de telle sorte qu’Anicet se trouva enserré dans une grappe noire, effarée et compacte qui festonna comme un motif décoratif le bas de la page lumineuse des parquets, vide et nue, au sommet de laquelle l’Être surgissait fantastiquement. Une sorte d’ivresse, d’extase, d’inconscience devant le prodige de son désir réalisé empêche tout d’abord le jeune homme de contempler celui qu’il avait appelé de toutes ses forces42.

36Le lien Lautréamont-Aragon-Soupault s’établit par la « force magnétique », cette « grappe noire » qui enserre Anicet. Aragon écrit cela entre les deux textes de Soupault, entre le Voyage d’Horace Pirouelle et Les Champs magnétiques. Soupault évoque cette nuit en ces termes dans le moment d’arrêt de « La Glace sans tain » :

  • 43 Philippe Soupault, « La glace sans tain », feuillet 9, Paris, Lachenal & Ritter, 1988, p. 51.

Tu sais que ce soir il y a un crime vert à commettre, comme tu ne sais rien, mon pauvre ami. Ouvre cette porte toute grande et dis toi qu’il fait complètement nuit, que le jour est mort pour la dernière fois43.

37Aragon a pour l’un de ses premiers titres, « la carte du monde », ce qui est proche d’« En 80 jours », on en conviendra. Soupault écrit les 15 feuillets des Champs magnétiques, le plus long des huit textes automatiques, la longueur du récit d’Arthur. Aragon écrit :

  • 44 Anicet ou le panorama, roman, p. 78.

Désormais, mon ombre marchera la première. Que le but soit ceci ou cela, je ne m’attacherai qu’au risque couru, et peut-être n’irai-je nulle part. J’ai sacrifié toutes les fééries anciennes pour m’adonner à la conquête de Mirabelle dont je ne connais pas même la figure. Enfin je viens de résister à la séduction romantique de la misère, l’un des serpents les plus redoutables pour la jeunesse, facilement fascinée par ces animaux qu’on jurerait purs tant ils se montrent dépouillés44.

38Anicet choisit l’ombre, risque le groupe et prend charge d’« animaux d’une élégance fabuleuse ». Il se dirige dans la ligne du texte automatique et annonce l’autofiction de Soupault en écrivant :

  • 45 Ibid., p. 97.

Le monde s’offre à moi, le siècle (mais je ne suis qu’un bon apôtre), il faut me confondre à lui, qui seul me donnera le triomphe cherché45.

39Anicet se définit comme « un bon apôtre » avant que Soupault n’annonce la chose dans le livre même des Champs magnétiques le 30 mai 1920. Anicet se caractérise par les « Mouvements » :

  • 46 Ibid.

Un instant il s’identifia avec le personnage consterné qui regardait vers lui de la toile, et il ne sut plus se trouver devant un écran ou devant un miroir. Cette image créa en lui une confusion indicible, un trouble singulier à l’idée qu’une glace lui présentait comme son reflet le fantôme d’autrui. Il eut envie d’appeler Omme : Ma douleur46.

40On se situe au cœur du texte reconsidéré par Aragon beaucoup plus tard. Au départ, le miroir forme une toile avec un personnage qui regarde le narrateur ; et il se transforme en une glace qui renvoie le reflet du fantôme d’autrui. Aragon écrit dans Le panorama de 1919 :

  • 47 Ibid.

Omme et Anicet se regardaient fixement dans l’âme, et celui-ci ne savait plus si celui-là n’était pas lui-même qui agissait sous quelque charme magique. Sa personnalité se dissolvait avec un bruit étrange d’orchestre à dix exécutants. Omme, malgré son émoi, demeurait plus ferme et semblait ignorer Anicet. Ce fut lui qui rompit l’illusion en descendant les marches de l’église. Il franchit la grille et tourna dans la ruelle qui longe Saint-Philippe sur le flanc droit. La douleur mord aussi bien les hommes de science que les autres. Mais ceux-là y sont moins préparés, car la douleur est un cas particulier et ils n’ont accoutumé d’envisager que les cas généraux47.

41Aragon nomme Soupault par la bande, ce qui est rarissime. Au dénouement de ce passage, on lit l’origine du projet de la mise en chantier de Blanche ou l’Oubli, avec la problématique de 1919 :

  • 48 Ibid., p. 98.

Pour guérir Omme de sa tristesse, deux solutions s’offraient : oublier Mire ou l’enlever. Les hommes qui ont vécu dans les laboratoires n’imaginent guère que les partis extrêmes. Tout d’abord Omme s’efforça d’oublier la traîtresse. Il s’attaqua à son portrait et tenta de la défigurer48.

42L’homme qui meurt en premier, c’est l’homme de laboratoire, le professeur Omme, celui qu’incarne Soupault avec l’invention de l’écriture automatique. Au long du récit, Aragon mêle les diverses intrigues. La chose n’est pas simple. Car le code passe par l’intrigue policière pour montrer qu’il y a une énigme. Soupault fait sienne cette approche dans À la dérive, dans Mort de Nick Carter, dans Corps perdu et dans Les Dernières Nuits de Paris. La femme apparaît avec le détective. Chez Aragon cela se passe avec Nick Carter. Soupault l’évoque en 1922 dans Westwego et en 1926 dans le récit sur la mort du détective, après En Joue ! On lit l’intrigue « des conspirateurs » que campe Aragon au café de Boulard et au café de Biard près de « la ruelle qui longe Saint-Philippe » tandis que les dix exécutants errent. Le narrateur dit : « La conquête de Mirabelle n’est qu’un épisode ».

43Le chapitre sept d’Anicet, « Mirabelle ou le dialogue interrompu », constitue quasiment le début des Dernières Nuits de Paris, le texte auquel Aragon réagit avec une virulence inouïe en mettant à mort la grammaire du cerveau dans un Traité du style. Texte de la fin du monde, de la fin du style et de la fin du roman. Aragon ouvre en ces termes son chapitre sept :

  • 49 Ibid., p. 105.

Une odeur fraîche comme l’anis révéla tout d’abord à l’indécis Anicet, au moment qu’il se trouva sur le seuil d’une pièce aux jalousies baissées, la présence de la dame et l’abandon que cette belle mettait à le recevoir. Il aperçut Mire, assise devant sa table à coiffer, de l’autre côté de l’Océan Pacifique, redoutable espace de laine moutonnante, tapis pentagonal qui escaladait obliquement la pièce des pieds du jeune homme à ceux de l’infidèle49.

  • 50 Ibid., p. 108, Anicet dit : « Il n’y a pas de raison que tôt ou tard je retrouve jamais le sens de (...)

44Anis comme Anicet. Odeur fraîche comme menthe et « crime vert ». Pôle Nord et femme de l’autre côté de l’Océan Pacifique d’À la dérive. Les images se répondent dans la deuxième année de prose50. Aragon joue avec le feu du dialogue interrompu comme Horace dans le Voyage. Anicet dit à Mirabelle :

  • 51 Ibid., p. 109.

L’arme peut dormir sur la table sans que je rougisse de ridicule. Il eût été sans doute théâtral de se tuer en réponse à votre défi. Mais j’ai le courage de résister à la provocation, et je sais courir le risque d’être perdu par là même à vos yeux51.

45À qui Anicet parle-t-il au juste ? Les dialogues de la bande des sept donnent une clé à cet égard dans le chapitre sept. On lit :

  • 52 Ibid., p. 110.

Songez que je sors, comme d’une forêt, de l’époque où l’on regardait en soi à l’aide d’un système de miroirs. Alors on n’attachait pas d’importance au but poursuivi. On ne se plaisait qu’à la méthode employée pour l’atteindre. Le monde était gouverné par des esprits qui raisonnaient sur eux-mêmes52.

46On est au théâtre. Le dénouement de cette scène survient en ces termes :

  • 53 Ibid., p. 114.

Qu’à cela ne tienne ! dit Omme, et il s’avança vers Anicet le poignard levé. Le jeune homme lut dans les yeux de son adversaire la résolution de frapper ; sa main se crispa sur le bord de la table à coiffer (car sa main était naturellement peureuse), et le sort voulut que sa paume sentit un objet métallique sur le meuble. L’instinct de défense le lui fit saisir et quand l’idée de revolver se forma dans sa conscience, il avait déjà tiré : Omme gisait à ses pieds comme un pauvre savant lequel est une fois sorti de ses habitudes avec toute l’ingénuité d’un amoureux de quarante ans. L’esprit d’Anicet avait quelque retard sur les événements, il en résultat qu’une sorte d’hébétude flotta comme le petit nuage de fumée du coup de53.

47La scène de la glace s’achève sur la mise à mort appelée par Mirabelle mais qui survient plutôt sur Omme tué par Anicet. Ce transfert de cadavre n’est pas le dernier du roman. Pol sera tué par Anicet, Traînée par elle-même, Pedro Gonzalves de même, sans parler de la condamnation d’Anicet pour le meurtre qu’il n’a pas commis. À la disparition du cadavre de Pedro, Nick Carter est chargé de l’enquête et mène Anicet à l’emprisonnement. Fin du théâtre d’Aragon.

48De là à ce que Soupault tue Nick Carter en lieu et place d’Anicet, il n’y a qu’un pas. Soupault met à mort Nick Carter et délivre Anicet de prison, il libère ce prisonnier et achève l’enquête sur les hommes masqués. On pourrait dire que Mire devient par anticipation la sœur d’Octave, celui qui se consume avec le feu dans Les Dernières Nuits de Paris. Soupault dispose de Nick Carter tué par le nègre et immole Octave par le feu, au-delà de l’Arc de triomphe. La « Société secrète » des hommes masqués de Mire, annonce Aragon. La prose à deux mains de Soupault et d’Aragon prend naissance en 1918 et conduit aux « Éclipses » décrites par Soupault à l’été de 1919 :

  • 54 André Breton, Philippe Soupault, « Éclipses », Les Champs magnétiques, le manuscrit original, fac-s (...)

La seiche neurasthénique jette un liquide huileux et la mer change de couleur. Sur ces plages de galets tachés de sang on entend les tendres murmures des astres. L’équinoxe absolu. Lorsque l’on tourne le dos à cette plaine on aperçoit de vastes incendies54.

49L’aventure policière dans le voisinage de la femme à la menthe fait mourir les hommes avec l’apparition de « paquets de varechs rouges » chez Aragon, de « galets tachés de sang » chez Soupault. Mise en scène du tragique. Pedro demande à Anicet de renoncer « à ces filles aux yeux vides » tandis que Traînée roule des yeux derrière le comptoir et se prend le cou à deux mains pour s’étrangler pendant qu’une voix lui tient un discours. Voilà une mascarade où chacun ne s’y retrouve plus. Dans la perte de conscience, le chapitre du « Décès » amplifie la référence aquatique :

  • 55 Anicet ou le panorama, roman, p. 134.

Anicet sut à ce détail qu’il avait retrouvé son sang-froid, et comme un poisson dans l’aquarium se dirigea, d’après le plan consulté tantôt, pour trouver le salon où le peintre avait fait son atelier. Le petit jet de sa lampe électrique troua la nuit, révéla la porte et le bouton de la porte55.

50Aragon conclut :

  • 56 Ibid., p. 136.

Anicet était mort un instant dans la nuit, puis avait devancé avec une précision d’automate le désastre imminent et maintenant, le danger passé, se représentait le bruit épouvantable qui eût réveillé la maison, Paris, l’Europe et la police56.

  • 57 Ibid., p. 143.
  • 58 Ibid., p. 157.
  • 59 Ibid., p. 168 : « Pedro Gonzalès prit le revolver et le fit sauter dans sa main. [...] On eut, sans (...)
  • 60 Ibid., p. 194.

51Chipre dit que Mirabelle, « c’est un mythe solaire »57 et l’heure annonce les gestes. Le narrateur constate : « Pol parlait de suicide à sept... »58 Le suicide de Pedro Gonzalès ressemble même à la fin d’En joue !59 À la fin, le chapitre quinze s’achève avec Isidore Ducasse au café tandis qu’Anicet attend « l’arrêt qui le mènerait à la guillotine »60. Aragon annonce « L’Évadé », la fin de la prose chez Soupault.

***

52Quand Aragon écrit Les Aventures de Télémaque, il choisit un exergue de Kant tiré de la Critique de la raison pure. Voici le prélude à la littérature érotique en tant que réécriture du roman d’éducation pendant que Soupault écrit Le Bon Apôtre qu’Aragon identifie comme L’Éducation sentimentale de sa génération. Soupault s’adonne à l’autofiction, à la réécriture de soi comme personnage de roman dans un livre écrit à la troisième personne. Les décors se campent. Aragon dit qu’il dessine des abstractions comme personnages et il met en scène la déesse de la guerre qui devient un Mentor :

  • 61 Louis Aragon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1978, p. 13-14.

Un bateau vint opportunément se briser aux pieds de Calypso. Il en sortit deux abstractions. La première n’avait pas vingt ans et ressemblait si parfaitement à Ulysse que les branches, même des arbustes, à la manière dont il les plia, reconnurent Télémaque, son fils, qui n’avait encore courbé aucune femme dans ses bras. La seconde entité n’était compréhensible ni pour le sable des allées ni pour la déesse désolée ni pour le printemps éternel qui régnait sur ces contrées fabuleuses : on ne pouvait reconnaître Minerve sous les traits du vieillard Mentor, fût-on nymphe ou divinité plus haute61.

53Tel est le sujet du deuxième roman d’Aragon. Il se met en contradiction de Fénelon et place Soupault en contradiction de Flaubert. Soupault citera plus tard Stendhal dans le Cœur d’or. L’exergue au deuxième chapitre du Télémaque se réfère à un texte qu’Aragon prête aux Champs magnétiques :

  • 62 Louis Aragon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1966, p. 25.

Autour de nous, j’ai tout de suite vu que les différents objets sentimentaux n’étaient plus à leur place62.

54Cette imputation ironique dit le résultat de l’écriture et la mise en forme du livre. Aragon prend ses exergues à Kant, Barrés, Picabia, Baudelaire, Lautréamont et l’Évangile ; cela ressemble en tous points aux exergues de Soupault remplaçant le texte de Rimbaud dans le Voyage d’Horace, tel que revu et corrigé pour l’édition de 1925. Aragon écrit :

  • 63 Ibid., p. 27.

De toutes les nymphes de Calypso, la plus troublante était Eucharis, pareille aux fleurs de lait que Télémaque voyait parfois en rêve. Pendant le récit de ce jeune prince, Eucharis ne cessa de rouler sur ses mains transparentes une longue boucle noire qui tombait de son front63.

55Aragon définit la vocation de la nuit pour le fils d’Ulysse :

  • 64 Ibid., p. 27-28.

Une nuit semblable à toutes les nuits, mais plus sombre, Eucharis visita Télémaque tandis qu’il dormait. Il ne sut d’abord quel nom lui donner. Puis il trouva tout un lot d’injures douces comme ce tendre réveil dans les ténèbres. La découverte d’un corps, quelle insinuante volupté64.

56Pendant qu’Aragon raconte la visite de la nymphe à Télémaque la nuit sur une île, Soupault écrit L’Invitation au suicide. Apparemment à mille lieux, Soupault traite en réalité de la fin d’Anicet. Aragon fonce dans le roman de l’érotisme, n’attendant ni les Cahiers noirs, ni La Défense de l’Infini. Le fils d’Ulysse trouve les nymphes sur son chemin à l’heure du suicide. Voilà où commence l’érotisme. Aragon achève ce roman au-delà du retour de Télémaque chez Eucharis. Anicet dit :

  • 65 Ibid., p. 89.

Il n’y a plus qu’à jouer la vie à pile ou face. Pile, on se tue. Face, on vit Hop ! Face j’ai perdu65.

57Télémaque met fin à sa vie et Aragon écrit :

  • 66 Ibid., p. 100.

Télémaque se dressa sur le bord de la falaise ; son vêtement tomba, et le corps nu, jeune et bien portant se précipita subitement dans le vide, tournoya, bolide oiseau mortel, tournoya pour s’abattre, sac d’os fracassés sur les rochers, devant les vagues qui ne sanglotèrent même pas. Mentor s’avança vers la cassure du sol et cria plus fort que la mer : Télémaque, fils d’Ulysse, est mort dérisoirement pour se montrer libre et sa mort déterminée par les sarcasmes et la pesanteur est la négative de ce hasard même qu’il voulut consacrer au prix de sa vie. Avec Télémaque, le hasard a péri66.

58Aragon met finalement Anicet en prison et jette Télémaque en bas du rocher tandis que Soupault écrit L’Invitation au suicide et Vous m’oublierez, Louis Aragon et Philippe Soupault sont les deux frères d’écriture de la prose enchevêtrée de 1918, de l’écriture de la nuit de la fin des années dix et des textes sur le suicide du début des années vingt. Le chemin du roman ne prend fin qu’aux deux extrémités de l’Europe au bout des années vingt, dans Lisbonne mise à feu et Moscou la rouge. Il reste à Aragon à réinventer l’aube sur le pont de Bâle pour le cycle du monde réel tandis que Soupault, fasciné, regarde la Seine qui coule sous le pont Marie, fleuve de mélancolie quittant l’île Saint-Louis pour un Océan de poésie.

Bibliographie

Textes croisés Aragon – Soupault 1917-1934

Livres de poèmes de Philippe Soupault de 1917 à 1936

Aquarium, recueil de quinze poèmes, Imprimerie Birault, septembre 1917.

Rose des Vents, recueil de vingt poèmes, Paris, Au Sans Pareil, août 1919.

Westwego, poème 1917-1922, les Éditions Six, 31 mars 1922.

Georgia, recueil de vingt-huit poèmes, Édition des Cahiers libres, 26 février 1926.

Il y a un Océan, poème, GML, 1936.

Livres de poèmes de Louis Aragon de 1917 à 1936

Feu de Joie, Paris, Au Sans Pareil, 1919.

Le Mouvement perpétuel, Paris, NRF, fév. 1926.

La Grande Gaîté, Paris, NRF, avril 1929.

Persécuté persécuteur, Paris, Denoël et Steele, octobre 1931.

Hourra l’Oural, Paris, Denoël et Steele, décembre 1934.

Œuvres en prose de Philippe Soupault de 1918 à 1934

Voyage d’Horace Pirouelle au Groenland, manuscrit, 1918.

Les Champs magnétiques, manuscrit dont les premiers textes furent écrits en mai 1919. Trois fragments, « La Glace sans tain », « Saisons » et « Éclipses », furent publiés dans Littérature en octobre, novembre et décembre 1919. Ces premier et troisième « fragments » sont formés d’un montage complexe.

S’il vous plaît, pièce en quatre actes écrite au début de janvier 1920. Cette pièce fut jouée au Théâtre de l’Œuvre le 27 mars 1920 par Philippe Soupault, Paul Éluard et Théodore Fraënkel, puis publiée dans le numéro de septembre-octobre 1920 de Littérature. Vous m’oublierez, sketch, écrit au début de mai 1920, joué Salle Gaveau le 27 mai 1920. Le texte fut publié dans Cannibale n° 1, daté d’avril 1920, puis dans Littérature, le n° 4, de la 2e série. Ce numéro du 1er septembre 1922 est le premier numéro dont Soupault n’est ni directeur, ni gérant.

L’Invitation au suicide, texte annoncé à l’endos du prospectus pour le Festival Dada du 27 mai 1920 à la Salle Gaveau. La maison d’édition Au Sans Pareil annonce : « Philippe Soupault, L’Invitation au suicide, avec sept préfaces (Sous presse) ». Une annonce paraît à nouveau dans Littérature en juin 1920. Des textes y sont liés : « Attestation » de Paul Éluard, « Épitaphes » de Philippe Soupault. Le livre sera publié à trente exemplaires en 1922.

Les Champs magnétiques, Paris, Au Sans Pareil le 30 mai 1920.

Le Bon Apôtre, annoncé « sous presse » Au Sans Pareil dans Les Champs magnétiques en mai 1920. Publié Aux Éditions du Sagittaire le 23 juin 1923.

A la Dérive, roman, Paris, J. Ferenczi & Fils, « Colette », 1923.

Les Frères Durandeau, roman, Paris, Grasset, 12 septembre 1924.

Voyage d’Horace Pirouette, 1re partie du nouveau texte dans Les Feuilles Libres, n° 34, septembre-octobre 1924. Paris, Le Sagittaire, avril 1925.

Le Bar de l’Amour, Paris, Les Cahiers libres, avril 1925.

En Joue !, roman, en tranches dans Demain en juin et juillet 1925 ; en livre chez Grasset, le 3 novembre 1925, daté à la fin 1920-1925. Ce livre reprend le récit précédent à partir des chapitres VII à X.

Corps perdu, Europe 15 mars et 15 avril 1926 ; en livre Au Sans Pareil le 30 novembre 1926 ; daté à la dernière page : 1924-1925.

« Déposition », Les Cahiers du mois, juin 1926.

Carte postale, Éditions des Cahiers libres, 10 juillet 1926.

Mort de Nick Carter, 900, Cahiers d’Italie et d’Europe, Rome-Florence, 18 novembre 1926.

Le Cœur d’or, Grasset, 20 mars 1927. Le premier chapitre et la troisième partie sont des ajouts à Corps perdu.

Histoire d’un Blanc, Paris, Au Sans Pareil, juin 1927.

Le Nègre, Paris, Aux Éditions du Sagittaire, 22 septembre 1927.

Les Dernières Nuits de Paris, roman, Paris, Calmann-Lévy, mai 1928.

Le Roi de la Vie, Paris, Éditions des Cahiers libres, 20 octobre 1928.

Le Grand Homme, dans La Revue de Paris d’avril à juin 1929 ; Paris, Aux Éditions du Sagittaire en octobre 1929.

Un Évadé, La Revue de Paris, le 1er mai 1930

Les Moribonds, roman, Europe de décembre 1933 à mars 1934 ; Paris, Rieder, 1934.

Œuvres en prose de Louis Aragon de 1918 à 1934

Anicet ou le Panorama, roman de deux chapitres écrits en septembre 1918, manuscrit.

« Textes automatiques », automne 1919-hiver 1920, publiés en 1970.

Anicet ou le Panorama, roman, NRF, 1921.

Les Aventures de Télémaque, NRF, 1922.

Paris la Nuit, les plaisirs de la capitale, ses bas-fonds, ses jardins secrets, Berlin, Malik Verlag, 1922.

La Défense de l’Infini, mis en chantier en juin 1923.

Le Paysan de Paris I-II-III-IV, La Revue européenne, juin, juillet, août et septembre 1924 : « Préface à une mythologie moderne », « Le Passage de l’Opéra ».

Le Libertinage (« Quelle âme divine », « La demoiselle aux principes », « Madame monte à sa tour », « Lorsque tout est fini », « Les paramètres », « L’extra », « Asphyxies », « Paris la nuit », « Le GrandTore », « La Femme française »), NRF, 1924.

Une Vague de rêves, Commerce, automne 1924.

Le Paysan de Paris, V-VI-VII-VIII, La Revue européenne, mars, avril, mai, juin 1925 : « Le Sentiment de la nature », « Discours de la statue », « Nous avons perdu l’itinéraire des trois amis », « Ils m’ont dit que l’amour est risible », « Le sentier du belvédère », « À M. Philippe Soupault ».

Cahier noir (Fragments), La Revue européenne, fév. 1926 ; mars 1926.

Le Paysan de Paris, NRF, 1926.

Traité du Style, NRF, mai 1928.

Le Con d’Irène, Édition du Carrefour, 1928.

Aragon, Péret, Man Ray 1929, Éditions Variétés, 1929.

Les Cloches de Bâle, « Le Monde réel », Paris, Denoël et Steele, décembre 1934.

Notes

1 Louis Aragon, Le Libertinage, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1984, p. 19.

2 Philippe Soupault, Aquarium, Paris, Lachenal & Ritter, 1984, p. 17.

3 Louis Aragon, « Pierre Fendre », Littérature, n° 1, mars 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 20.

4 Ibid., p. 23.

5 Ibid.

6 Lautréamont, « Poésies », Littérature, n° 2, avril 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 2.

7 Philippe Soupault, « L’heure du thé », Littérature, n° 2, avril 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 18.

8 Arthur Rimbaud, cité dans Philippe Soupault, « Vie de John Millington Synge », Littérature, n° 5, juillet 1919, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 17.

9 Guillaume Apollinaire, cité dans « Vie de John Millington Synge », id., p. 17.

10 Louis Aragon, « Soleil de plomb », Littérature, n° 9, novembre 1919, fac-similé, Jean-Michel Place, 1978, p14.

11 Philippe Soupault, « Fleuve », Littérature, n° 11, janvier 1920, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 5.

12 Louis Aragon, « Moi », Littérature, 2e année, n° 13, mai 1920, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 1.

13 Louis Aragon, « Révélations sensationnelles », id., p. 20.

14 Ibid.

15 Philippe Soupault, « Littérature et le reste », Littérature, id., p. 7.

16 Philippe Soupault, « Machine à écrire Dada », id., p. 19.

17 Philippe Soupault, « Épitaphes », Littérature, n° 14, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 10.

18 Philippe Soupault, « Livres choisis - Feu de Joie », id., p. 31.

19 Ibid.

20 Louis Aragon, « Système Dd (Introduction à une morale momentanée) », Littérature, n° 15, juillet-août 1920, fac-similé Jean-Michel Place, 1978, p. 7.

21 Louis Aragon, Entretiens avec Francis Crémieux, Paris, Gallimard, 1964, p. 30.

22 Louis Aragon, Anicet ou le Panorama, roman, Paris, Gallimard, 1936, p. 7.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 9.

25 Ibid., p. 12.

26 Ibid., p. 13.

27 Ibid., p. 16.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 19.

30 Ibid., p. 21.

31 Ibid., p. 23.

32 Arthur Rimbaud, passage recopié de la main de Philippe Soupault à la première page du manuscrit, Voyage d’Horace Pirouette au Groenland, fac-similé présenté par Claude Leroy in Philippe Soupault le poète, Paris, Klincksieck, 1992, p. 283.

33 Ibid., p. 289.

34 Ibid., p. 294.

35 Ibid., p. 296-299.

36 Aragon, Œuvres romanesques complètes I, édition établie par Daniel Bougnoux, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1997, « Chronologie XLI » : « ... Il lit les quatre premiers chapitres d’Anicet chez Philippe Soupault... Le 19 mars paraît le premier numéro de Littérature. »

37 Louis Aragon, Anicet ou le Panorama, roman, id., p. 45.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 60.

40 Ibid., p. 61.

41 Ibid., p. 67.

42 Louis Aragon, Œuvres romanesques complètes I, p. 1024.

43 Philippe Soupault, « La glace sans tain », feuillet 9, Paris, Lachenal & Ritter, 1988, p. 51.

44 Anicet ou le panorama, roman, p. 78.

45 Ibid., p. 97.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 98.

49 Ibid., p. 105.

50 Ibid., p. 108, Anicet dit : « Il n’y a pas de raison que tôt ou tard je retrouve jamais le sens de la phrase interrompue. De quelque côté que je me tourne, je ne trouve que le désert. En attendant mieux, il y a les oasis. À la fin on se lasse des enthousiasmes partiels, par ci, par là, entre deux accablements à n’en plus finir. Le plus simple, si on en avait le courage, ce serait de se tuer. » Mirabelle ouvrit le tiroir de droite de la table à coiffer, en sortit un revolver et le posa sur le marbre. “Vous n’avez qu’à essayer”, dit-elle. »

51 Ibid., p. 109.

52 Ibid., p. 110.

53 Ibid., p. 114.

54 André Breton, Philippe Soupault, « Éclipses », Les Champs magnétiques, le manuscrit original, fac-similé et transcription, Paris, Lachenal & Ritter, 1988, p. 76.

55 Anicet ou le panorama, roman, p. 134.

56 Ibid., p. 136.

57 Ibid., p. 143.

58 Ibid., p. 157.

59 Ibid., p. 168 : « Pedro Gonzalès prit le revolver et le fit sauter dans sa main. [...] On eut, sans trop se presser, le temps de compter jusqu’à trente. Puis Gonzalès d’un geste demi-circulaire rapide porta le canon dans sa bouche. Ce fut comme un bouquet de fleurs. Anicet, éclaboussé légèrement, recula un peu. »

60 Ibid., p. 194.

61 Louis Aragon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1978, p. 13-14.

62 Louis Aragon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1966, p. 25.

63 Ibid., p. 27.

64 Ibid., p. 27-28.

65 Ibid., p. 89.

66 Ibid., p. 100.

Auteur

Montréal

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540