Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Rencontres

Les relations Soupault-Gide1

Alain Goulet

À Catherine, Christine et Inge

Texte intégral

  • 1 Nous remercions vivement Mme Catherine Gide, qui a mis à ma disposition les lettres de Soupault et (...)
  • 2 Mises en vente en mai 1897.
  • 3 Les Nourritures terrestres, in Romans, Récits, Soties, Œuvres lyriques, Paris, Gallimard, « Pléiade (...)
  • 4 Cf. Histoire d’un Blanc (1927), Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 37 : « J’avais sept ans lorsque (...)

1Lorsque Soupault naît à Chaville, le 2 août 1897, Gide a presque vingt-huit ans, et il est déjà un auteur confirmé qui, sans être encore célèbre, jouit d’une notoriété certaine dans un milieu littéraire choisi, et qui vient de publier ses Nourritures terrestres2. Issu, comme Soupault, d’une riche famille bourgeoise dont la fortune est due à l’essor industriel du XIXe siècle, ils connaissent tous deux une enfance parisienne, fréquentent de bons établissements privés (l’École Alsacienne d’une part, le collège Fénelon avant le lycée Condorcet d’autre part) qui ne leur laissent pas de très bons souvenirs, et rêvent tous deux de s’échapper, de se libérer, de devenir eux-mêmes. « Familles, je vous hais ! », vient de dire le Ménalque des Nourritures terrestres3, et Soupault méprisera sa famille, se rebellera contre elle, et s’efforcera d’être libre de toute dépendance envers elle dès qu’il le pourra. Lorsqu’ils feront connaissance, en 1918, le Soupault prêt à accueillir Dada est un avatar de Nathanaël revu et corrigé par Lafcadio et qui cultive la provocation et le scandale. Ajoutons que tous deux ont perdu leur père étant tout jeunes4, un père aimé, et que cette carence paternelle a pu influencer leur évolution ultérieure, et n’est sans doute pas sans rapport avec une certaine immaturité et un vagabondage qui les caractérisent tous deux.

2Gide est entré pour la première fois dans la vie de Soupault dès 1911-1912, grâce à un ami de lycée, Emmanuel Faÿ :

  • 5 Histoire d’un Blanc, p. 58-59 (et version légèrement différente dans : Cahiers Philippe Soupault, n (...)

Emmanuel était un être d’une grande finesse et d’une douloureuse sensibilité. […] C’est certainement grâce à lui que j’appris à préférer la qualité. Un jour, à brûle-pourpoint, il me prêta un livre. C’était Isabelle d’André Gide. Nous découvrîmes ensemble Rimbaud5.

3Il est vraisemblable que cette première lecture de Gide s’est faite peu après la publication d’Isabelle, alors que Soupault avait une quinzaine d’années. Gide entre donc tôt dans le panthéon littéraire de Soupault, promu d’emblée parangon de l’écrivain de qualité à côté de Rimbaud, en attendant les rencontres décisives d’Apollinaire et de Lautréamont.

4Soupault, animé d’une véritable boulimie de lecture, se plonge dans l’œuvre de Gide. Dans ses entretiens tardifs avec Serge Fauchereau, il dira :

  • 6 Vingt mille et un jours, Entretiens avec Serge Fauchereau, Paris, Belfond, 1980, p. 41.

Nous avions lu ses romans, La Porte étroite, Isabelle et aussi L’Immoraliste et Les Nourritures terrestres. Sans enthousiasme et même avec un certain mépris. Ce qui nous avait plu, c’était l’humour de Gide : Paludes, Le Prométhée mal enchaîné et surtout Les Caves du Vatican à cause du personnage de Lafcadio6.

5Avant de parler de la rencontre réelle des deux hommes, un mot pour évoquer le destin du premier médiateur qui les a marqués tous deux. Soupault a souvent évoqué la figure d’Emmanuel Faÿ,

  • 7 Histoire d’un Blanc, p. 58-59.

constamment choqué, gêné, horripilé. Il se cachait en lui-même et s’entourait du silence pour souffrir. […] Il exerça sur ma vie une influence importante, mais à cause de mon impétuosité, je souffrais de le savoir décidé à se refermer toujours davantage7.

  • 8 Cf. « Avec Philippe Soupault », 1927, in Léon Pierre-Quint, André Gide, Paris, Stock, 1952, p. 473  (...)
  • 9 Ci. Mémoires de l’oubli 1923-1926, Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 81-82 : « Méfiez-vous de Coct (...)
  • 10 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 473.
  • 11 Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 83 et 163 ; Profils perdus, Paris, Mercure de France, 1963, p. 14 (...)
  • 12 Cf. Journal 1889-1939, 21 novembre 1923 : « Emmanuel, l’ami de M., […] s’est fait mourir. Il disait (...)
  • 13 Cf. NRF, 1er juillet 1932, p. 41 : « On n’a pas de plaisir à jouer dans un monde où tout le monde t (...)

6Gide aurait fait de lui l’ami de Marc Allégret8 pour tenter de faire pièce à l’influence de Cocteau que tous deux jugeaient détestable9. Or Emmanuel Faÿ se suicide peu après à New York, disant : « On n’a pas le cœur à jouer dans un monde où tout le monde triche »10. Ce mot, que Soupault répétera à maintes reprises11 Gide l’a consigné deux fois dans son Journal12, puis une troisième fois à la date du 10 avril 1931 dans la NRF du 1er juillet 193213, et il sous-tend, dans Les Faux-Monnayeurs, les conduites suicidaires d’Armand Vedel et du petit Boris.

***

7Quand et comment Gide et Soupault se sont-ils rencontrés ? Du côté de Gide, c’est le silence total, et plus généralement l’on peut être surpris que le nom de Soupault soit à peu près absent de la vaste correspondance gidienne publiée, étant donné que leurs relations sont loin d’être négligeables et manifestent un intérêt et une estime réciproques. Soupault pour sa part rapportera ainsi les circonstances de la rencontre dans un entretien avec Léon Pierre-Quint, son codirecteur littéraire chez Kra :

  • 14 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467.

Gide avait entendu parler de nous [= Aragon, Breton et lui] et devait nous rencontrer chez madame Mühlfeld. André Germain nous avait introduits dans ce salon, Breton et moi, Breton en uniforme, comme Aragon d’ailleurs. […] Gide n’a jamais pu venir quand nous y étions.
C’est alors qu’il nous fit connaître une seconde fois, par l’intermédiaire de Marc, lié aux Godebski, eux-mêmes des amis de Gide, son désir de nous voir. Et quelque temps après, à une exposition de cubistes chez Rosenberg, Cocteau se précipite sur Breton et sur moi et nous présente à Gide qui vient d’arriver. Gide me demande de venir lui rendre visite à Auteuil chez les Allégret14.

  • 15 C’est en réalité en avril 1925, avant son grand départ pour l’Afrique Équatoriale, que Gide vend un (...)

8S’il est exact que Gide ait entendu parler de ceux qu’on commençait à appeler « les trois mousquetaires », il est fort probable que ce fut par l’intermédiaire d’Adrienne Monnier, qui tenait rue de l’Odéon la librairie « À la maison des amis du Livre ». C’est à elle que Soupault avait demandé conseil, en 1917, pour diffuser Aquarium, et Gide qui, en 1914, avait eu l’impression de clore son œuvre critique et qui non seulement attendait un renouveau profond de son œuvre, de son inspiration, mais avait aussi compris que cette Première Guerre mondiale marquait une rupture avec une époque et une forme de civilisation, et donc guettait auprès des jeunes gens les signes d’un renouveau, – Gide qui, comme Soupault et ses amis, pouvait souscrire au fameux vers d’Apollinaire : « À la fin tu es las de ce monde ancien » – avait donc pu manifester son intérêt de faire la connaissance de l’auteur d’Aquarium dès la fin de 1917. Dans ses entretiens avec Serge Fauchereau, Soupault insistera sur cette mutation en cours de Gide, même s’il commet un anachronisme au sujet de la vente de sa bibliothèque15 :

  • 16 Vingt mille et un jours, p. 41.

À cette époque, Gide se « métamorphosait ». Le deuxième âge. Celui qui avait été l’ami de Mallarmé et des poètes symbolistes cherchait à s’éloigner de ces souvenirs. Il avait décidé de vendre sa bibliothèque. C’était une décision qui avait fait scandale mais qui apportait la preuve de sa volonté de changer de personnalité, d’oublier son passé. Influencé par Marc Allégret, il voulait connaître des jeunes gens, une nouvelle génération. La nôtre16.

9Et dans ses entretiens avec Léon Pierre-Quint :

  • 17 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 469.

J’avais alors l’impression d’une renaissance dans sa vie. Tout ce qui était en puissance et qu’il avait retenu jusqu’alors s’épanouissait spontanément ; il prenait contact avec une nouvelle génération de jeunes gens, avec mes amis aussi, Emmanuel Fay, Marcel Herrand… Quoiqu’il ne se livrât pas avec nous, il s’amusait. Je me suis demandé si sa nouvelle jeunesse n’était pas liée, en partie, à celle du groupe. Cette période, chez Gide, a duré un ou deux ans et elle a coïncidé en tout cas avec les débuts du mouvement Dada17.

  • 18 Voir André Germain, La Bourgeoisie qui brûle, Paris, Éd. Sun, 1951, p. 226-227.
  • 19 André Germain rapporte que Gide fréquentait assez assidûment le salon de Mme Mühlfeld avant la guer (...)
  • 20 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467.

10Une première rencontre aurait donc été projetée dans le salon de Madame Mühlfeld, sans doute à la manière de celle que rapporte André Germain entre « les trois Dadas-chefs » et Anna de Noailles18. Madame Mühlfeld, veuve de l’ancien secrétaire de rédaction de La Revue Blanche, Lucien Mühlfeld, tenait un salon littéraire très brillant, proche de l’avenue Victor Hugo, que fréquentaient aussi bien Paul Valéry, Claudel, Mauriac, Fargue et Valery Larbaud, que René Boylesve, Maurice Martin du Gard, Anna de Noailles, Boni de Castellane ou la princesse Soutzo, et Gide y faisait quelques apparitions19. Et voilà qu’André Germain, riche héritier mondain qui se piquait de littérature, venait d’y introduire nos « trois mousquetaires » et que Breton y parlait « de brûler le Louvre »20. Mais ce serait donc par l’entremise des Godebski que Gide aurait rencontré Soupault, lors d’une exposition cubiste dont je n’ai pas réussi à trouver trace, mais qui marque l’intérêt du Gide d’alors pour les signes de l’avènement d’un autre art. Cyprien Godebski, lié à Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud, était le frère de « Misia » (= Marie Godebska), qui fut successivement femme de Natanson, le fondateur de La Revue Blanche, puis du financier Edwards, enfin du peintre espagnol José Maria Sert. Ils rassemblaient autour d’eux nombre d’écrivains et artistes, depuis les milieux issus de La Revue Blanche et des Ballets russes, jusqu’à Cocteau, en passant par Ravel et Poulenc.

  • 21 Ibid., p. 41.

11On peut supposer que la rencontre eut lieu en février 1918. D’une part Philippe Soupault, dans ses entretiens avec Fauchereau, affirme n’avoir « connu André Gide qu’en 1918 »21 ; d’autre part la première lettre qu’adresse Soupault à Gide, datée du 18 février, ne mentionne pas l’année.

Paris 18 février

J’ose tenir ma promesse.
J’ai été profondément ému de vous connaître : je vous aimais infiniment.
Aujourd’hui.
Ma grande et respectueuse amitié

  • 22 Inédite, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (citée désormais BLJD), γ807-3.

                                               Philippe Soupault
[adresse, de la main de Gide] 250 rue de Rivoli, Paris22

  • 23 Cf. Journal 1889-1939, p. 1056.
  • 24 Cf. D. Durosay, « Les Faux-Monnayeurs de A à S », Bulletin des Amis d’André Gide, n° 88, octobre 19 (...)

12Or, Gide séjourne à Paris du 25 janvier au 11 février 191823, et, tout à sa passion pour Marc Allégret, a pris pension chez les Allégret, 74 avenue Mozart (Élie Allégret, pasteur de l’Église de Passy, séjournant alors en Afrique)24. Le « tuteur » de Marc, voulant lui ouvrir des horizons et des voies, s’est donc rendu avec lui à cette exposition au début de février 1918. Rappelons que Soupault parle de « Breton en uniforme, comme Aragon ailleurs » et que Gide lui a demandé « de venir lui rendre visite à Auteuil, chez les Allégret ». Et soulignons que les présentations sont faites par Cocteau dont on aperçoit l’entregent.

  • 25 Voir Document I, p. 131.
  • 26 Au verso : brouillons de la main de Gide : « Et puisqu’à l’ordinaire on se refuse à l’admettre, j’e (...)
  • 27 Cf. Journal 1889-1939, p. 1054-1055, et 1069.
  • 28 Mic est l’abréviation de Microbe.

13Pourquoi Soupault attend-il plus de huit jours pour écrire à Gide son émotion de le connaître ? C’est qu’il doit « tenir [une] promesse », certainement celle de lui envoyer conjointement un poème composé pour la circonstance, « Ragtime » – exemplaire de la modernité poétique dont il a dû parler avec Gide – dont le manuscrit voisine avec cette lettre dans la correspondance inédite, portant la date : « février 1918 »25. Ce poème sera publié dans le numéro 16 de Nord-Sud, en octobre 1918. Or, au verso du manuscrit conservé par Gide, figure un brouillon de la main de Gide, attestant son travail en cours : il s’agit de la mise au point de la dernière phrase de la préface à la seconde édition de Corydon (la première de fait), datée de 192026. Et l’on sait que Gide travaille à Corydon les premiers mois de 1918 pour l’achever en juin27, toujours porté par sa passion pour Marc, avant de partir avec lui pour l’Angleterre. Ajoutons enfin qu’au bas de cette première lettre, Gide a soigneusement ajouté l’adresse de son correspondant : « 250 rue de Rivoli », qui est celle de sa mère auprès de qui il réside jusqu’après son mariage, le 31 octobre 1918, avec Mic Verneuil28 – ce qui laisse penser que c’est probablement de cette époque que date ce mot de Gide, suivant sans doute la première visite de Soupault chez lui :

Mardi matin

Mon cher Soupault
Heureusement ce mot de vous me donne votre adresse. Je ne savais où vous avertir : vous avez laissé chez moi une « serviette » emplie de je ne sais quels papiers.
Fort heureux de vous avoir revu et désireux de vous revoir encore

  • 29 Reproduite en fac-similé dans Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 132. Dans toutes les transcriptions (...)

                                               André Gide29.

  • 30 Soupault, Profils perdus, p. 150.

14On sait que l’année 1918, essentiellement occupée pour Gide par sa liaison avec Marc Allégret, l’achèvement de Corydon et la rédaction de La Symphonie pastorale, se termine avec la tragédie des lettres brûlées. C’est pour sortir de l’abattement profond qui s’ensuivit (« Je n’ai plus cœur à rien et tous les rayons de mon ciel sont éteints » ; « Je sens refermer sur moi cette vie trop calme, où j’étouffe », écrit-il dans son Journal, en décembre 1918) qu’il séjourne à Paris assez fréquemment au début de 1919, y multipliant les rencontres. Nul doute qu’il se soit alors intéressé à Soupault et à Breton qui, de leur côté, songeaient dès la fin de 1918 à « affirmer [leur] indépendance en publiant une revue dont [ils seraient] les directeurs »30. À ce moment en effet, les « trois mousquetaires » étaient plein d’attention pour deux de leurs aînés qui leur semblaient avoir ouvert la voie : Paul Valéry, qui leur suggère le titre de leur revue, et André Gide que :

  • 31 Ibid., p149-150.

nous étions curieux de mieux connaître parce qu’il avait proposé dans ses Caves du Vatican le personnage de Lafcadio qui nous séduisait parce que nous croyions lui ressembler un peu31.

  • 32 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 468.

Gide était alors un auteur relativement peu connu, mais plein de prestige pour nous. Un auteur indépendant et probe. Réciproquement il a connu par nous des formes nouvelles de la peinture, de la poésie. Il y a eu plutôt échanges qu’influences32.

  • 33 Ibid., p. 467.

J’ai demandé, pour notre n° 1, un texte à Gide, qui m’a proposé un fragment du 1er et du 5e livre des Nouvelles Nourritures33.

  • 34 Ibid.

15On ne sait pas quand s’est passé l’entretien au cours duquel Soupault a demandé à Gide une contribution, mais Soupault rapporte qu’« au cours de cet entretien Gide [lui] a parlé de trois ouvrages qu’il aimait : Faust, Le Portrait de Dorian Gray et La Peau de chagrin, mais – ajoute-t-il – je pense qu’il a dû dire : que j’aime dans tel ordre d’idées »34. Survient alors une imprudence de Soupault qui compromet la collaboration de Gide, incident raconté ainsi à Léon Pierre-Quint :

  • 35 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467-468.

Or soudain il [= Gide] refuse de me donner son texte. Voici ce qui s’était passé : à cette époque, Marc voyait souvent Cocteau, ne jurait que par lui. Gide, je crois, aurait voulu nous opposer, nous, le « groupe des trois », à Cocteau pour prouver à Marc qu’il y avait d’autres jeunes dans l’avant-garde que l’auteur du Cap de Bonne-Espérance. Il s’exprima un jour très librement à ce sujet, chez les Godebski et devant moi : – Marc est complètement subjugué par cet esprit clownesque ! J’étais ravi de ce propos, car je détestais alors l’esprit de Cocteau. Et le propos parvint, de Marcel Herrand à qui je le répétai, par plusieurs autres bouches, à Cocteau qui s’en plaignit à Gide : – Mon cher Soupault, me dit Gide, vous êtes trop léger. Je ne pourrai pas collaborer à Littérature35.

  • 36 Cf. Jean Cocteau, Lettres à André Gide, Paris, La Table Ronde, 1970, p. 72-73.

16De fait, Gide a été tourmenté et a connu la jalousie à cause de la fascination que Cocteau exerçait sur Marc36, et il s’en vengera dans ses Faux-Monnayeurs en nourrissant son personnage de Robert de Passavant de traits empruntés à Cocteau. On sait aussi que Soupault rejoint Gide, et lui rend même des points, dans sa sévérité pour celui que tous deux considéraient comme un histrion.

  • 37 Voir Document II, p. 132.

17Cependant Soupault parvient à rattraper sa maladresse. On ne sait si c’est pour se faire pardonner qu’il envoie à Gide un nouveau poème qui lui est cette fois explicitement dédié : « Vins-liqueurs. » Toujours est-il que ce manuscrit est daté de la main de Gide de « Déc. Janvier 1919 »37. Quel est le rapport d’un tel poème avec Gide, sinon tenter de confirmer à ses yeux une voie et une voix radicalement nouvelles de la poésie ?

  • 38 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 468.

Cependant, sur mon insistance, [poursuit Soupault] Gide m’envoie chez ma mère, rue de Rivoli où j’habitais encore, sous une grande enveloppe orange, un fragment des Nouvelles Nourritures, mais accompagné d’une lettre un peu réticente38.

  • 39 Gide est à Paris de la mi-février 1919 jusqu’en avril.

18Nous n’avons pas cette lettre de Gide, mais on peut penser que celui-ci a déposé lui-même, de façon impromptue, sa contribution chez Soupault, en son absence, le 21 février 191939, ce que semble attester ce billet :

Paris 21 février

Puis-je vous remercier ?
Mais comme je suis désolé de de [sic] n’avoir pas su que vous alliez venir.
Me voici confus.
Et j’ai l’espoir de vous revoir un jour.
Acceptez cependant, je vous prie, mes remerciements et mes ferventes amitiés

  • 40 Inédite, BLJD, γ807-4.

                                               votre
                                               Philippe Soupault40

19Gide et Valéry figurent donc tous deux en tête de la première livraison de Littérature, parue en mars 1919. De façon significative, Gide a proposé des fragments de ses Nouvelles Nourritures qui célèbrent, en cette fin de guerre, un nouvel évangile de la joie et du désir, inspiré en grande partie par son amour pour Marc, et dont les premiers fragments chantent une nouvelle genèse, appellent un nouveau monde :

  • 41 « Les Nouvelles Nourritures (fragments du 1er et du 5e livres) », Littérature, n° 1, mars 1919, p.  (...)

Table rase. J’ai tout balayé. C’en est fait ! Je me dresse nu sur la terre vierge, devant le ciel à repeupler41.

20Toujours est-il que leurs relations sont devenues, dès ce début de 1919, non seulement celles de deux hommes de lettres, l’aîné suivant avec sympathie les premiers pas dans la carrière du second, mais aussi de deux amis, comme en témoigne ce billet de Gide à Paulhan, du 29 mars 1919 :

  • 42 Correspondance Gide-Paulhan, inédite, à paraître dans les Cahiers Jean Paulhan, éd. Frédéric Grover

Parfait ! Mais tâchez d’arriver dès dix heures. Car j’ai l’intention d’aller ensuite retrouver Soupault (que je crois que vous connaissez) à sa leçon de « rythmique »42.

21Sans doute cette « rythmique » concerne-t-elle les leçons de gymnastique et de danse que donnait Mic, la femme de Soupault, qui était danseuse ; et il est plaisant que Gide souligne ainsi son intérêt pour ce spectacle.

  • 43 A. Anglès, André Gide et le premier groupe de « La Nouvelle Revue Française », Paris, Gallimard, t. (...)
  • 44 Cf. Les Cahiers de la Petite Dame, Cahiers André Gide, n° 4,1973, p. 23.

22Anglès parlait du « profil de têtard »43 de maintes correspondances gidiennes, avec une tête correspondant à l’intérêt de l’« apprentissage d’autrui », avant que celles-ci ne se distendent. Pour Soupault, c’est manifestement en ces premiers mois de Littérature que leurs relations sont les plus suivies. On peut y voir trois raisons. D’abord un intérêt et une émulation d’ordre littéraire : Soupault vient de créer sa revue, et Gide peine à relancer la sienne, et il est curieux de ce nouveau mouvement littéraire qui se dessine avec Littérature. Ensuite un intérêt lié à sa préoccupation pour Marc, dont il cherche à parrainer les fréquentations tout en voulant l’orienter vers une carrière artistique44. Enfin, plus souterrainement sans doute, l’envie de tester auprès de cette jeunesse non conformiste les idées qu’il vient de consigner dans Corydon et qu’il n’ose encore publier.

23Du 16 au 30 avril 1919, Gide séjourne au Luxembourg avec Marc chez ses amis Mayrisch. Apprenant son retour à Paris, Soupault lui écrit le 3 mai pour lui demander une nouvelle contribution pour le numéro de juin de Littérature, espérant que le voisinage de Rimbaud, dont il s’apprête à publier un inédit, « Les mains de Jeanne-Marie », constituera un attrait déterminant :

Paris 3 mai 1919

250 rue de Rivoli
Paris
J’ai appris par Monsieur Paul Valéry votre retour et me permets de vous écrire aussitôt. Je désirerais infiniment vous voir, me souvenant de vos accueils, mais je vous sais trop occupé pour oser vous voler quelques minutes. Vous recevrez votre manuscrit et le n° 1 sur Hollande de Littérature.
Vous savez peut-être que dans le n° de juin paraîtra le poème d’Arthur Rimbaud, les mains de Jeanne Marie. C’est vous dire le prix que nous attachons à la composition de ce numéro.
Le voisinage de Rimbaud---.
Très ardemment je viens vous demander en pensant à votre indulgence, de me dire s’il vous est possible de nous donner une prose pour ce numéro. Vous avez parlé à Louis Aragon d’une préface des « Caves du Vatican » ce livre que j’aime tant.
Excusez ma brutalité, mais mon désir fut plus fort que mon respect.
Je suis respectueusement

  • 45 Inédite, BLJD, γ807-8.

                                               votre Philippe Soupault45

  • 46 Anthologie Dada. Dada, n° 4-5, mai 1919.
  • 47 Bulletin des Amis d’André Gide, n° 88, octobre 1990, p. 441.
  • 48 Voir A. Goulet, « Leçons d’écriture : les manuscrits des Caves du Vatican », in André Gide 10 : L’é (...)

24Cette contribution doit donc marquer l’affinité que Breton, Soupault, Aragon et maints autres de leur génération reconnaissent alors avec Lafcadio et les Caves. Breton vient de publier, dans la revue Dada, un poème intitulé : « Pour Lafcadio »46, et Marc Allégret va jusqu’à écrire : « Lafcadio, Nathanaël, Immoraliste, tous trois vous êtes en moi »47. Gide a donc parlé à Aragon de sa lettre dédicatoire aux Caves du Vatican qui devait lui servir de préface et que Gide a déléaturée sur épreuves – lettre dédicatoire qui figure actuellement en tête dans l’édition de la Pléiade, mais de façon tronquée et dénaturée48 – et que Soupault veut donc avoir l’honneur de publier.

25C’est sans doute ce jour même, ce samedi 3 mai, que Gide accuse réception par ce billet dilatoire :

Samedi [3 mai 1919]

Mon cher Soupault
Ne vous affectez pas de mon silence. Le tourbillon couvre ma voix. Je n’ai pu vous fixer de rendez-vous ces jours-ci, et demain je pars pour Cuverville où passer la semaine prochaine. Mais dès après…
Bien cordialement votre

                                               André Gide.

  • 49 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

Oserai-je vous demander de bien vouloir envoyer un N° 1 de Littérature à : M. Marcel Drouin, 5 rue Jasmin, Paris XVIe49.

  • 50 Cf. Jean Cocteau, Lettres à André Gide, Paris, La Table Ronde, 1970, p. 76-96.

26Effectivement Gide se rend à Cuverville du 4 au 8 mai, et de retour à Paris, il reçoit maints amis chez les Van Rysselberghe, rue Claude-Lorrain. Au cœur d’une polémique avec Cocteau50, Gide prend enfin le temps, le 27 mai, d’y inviter Soupault :

27 mai 19
Villa Montmorency

Mon cher Soupault
Confus de n’avoir pas encore répondu à votre lettre du 3 mai ! – mais tout de même bien désireux de vous revoir.
Vous me feriez grand plaisir en venant dimanche prochain 1er juin vers 4h | 1/2 | chez mes amis Van Rysselberghe, 14 rue Claude Lorrain (entre la rue Boileau et Michel Ange). Marc aussi sera heureux de vous revoir. Vous viendrez, n’est-ce pas ? –
Bien cordialement

  • 51 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

                                               André Gide51

27Aucune allusion toutefois à la demande de contribution pour Littérature, et il semble bien que le souci de Marc soit la raison principale de l’invitation. Soupault ne s’étant pas décidé à revenir sur cette question le 1er juin, il le fait avec insistance dès le lendemain :

2 juin [1919] 4
Quai Bourbon (IVe)

Trop heureux de vous revoir hier, je n’ai pas voulu vous importuner et vous parler pour Littérature.
Quand nous sommes allés vous voir, André Breton et moi, vous avez été si généreux que j’hésite, malgré votre indulgence, à insister. Et puis la Nouvelle Revue Française reparaît.
Néanmoins, pour mes amis et pour moi (vous ignorez sans doute la puissance que vous avez sur nous) je viens vous demander une réponse à cette brutale question : « Vous est-il possible de nous confier cette préface des Caves du Vatican ? ». Je sais que je risque de passer pour un « raseur » mais il faut avoir le courage de s’incliner devant les vrais maîtres et de ne pas les désavouer.
Je vous aime trop pour ne pas vous sembler odieux. Pardonnez-moi peut-être et croyez moi votre

  • 52 Inédite, BLJD, γ807-6 (2 p.).

                                               Philippe Soupault52

28Effectivement, après une interruption de cinq ans, la NRF vint de reparaître le 1er juin avec les « Réflexions sur l’Allemagne » de Gide. On remarquera à quel point Soupault fait acte d’allégeance à celui qu’il salue de « vrai maître » pour légitimer son insistance. La réponse arrive cette fois par retour de courrier, décevant l’attente de Soupault tout en multipliant les ouvertures :

Mercredi [4 juin 1919]

Mon cher Soupault
Votre insistance est exquise et ne me froisse nullement ; j’y céderais bien volontiers si seulement les pages en question me paraissaient un peu meilleures ; mais non, vraiment il n’y a plus à y songer. Nous verrons si peut-être, plus tard, autre chose…
Je vous saurais grand gré de me donner le titre exact avec indication de librairie, des deux livres dont vous me parliez dimanche :
Souvenirs de Shaw sur O.[scar] W.[ilde]
Traductions de Pindare.
Croyez moi bien cordialement votre

                                               André Gide

  • 53 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

Marc m’a fait de vifs reproches de ne pas vous avoir poussé à venir le voir… Mais à présent le voici guéri, c’est-à-dire de nouveau |captif| emboîté53.

29Donc Gide laisse ouverte la possibilité d’une nouvelle contribution à Littérature ; puis sa demande de références bibliographiques manifeste davantage que la volonté de poursuivre un dialogue : de façon sous-jacente, c’est Corydon et la question de l’amour grec qui motive cet intérêt, et relie Wilde à Pindare. On imagine en effet Gide testant oralement sur son jeune interlocuteur, en présence de Marc, l’effet de son livre sulfureux – n’imaginant pas encore que les futurs surréalistes affirmeraient leur dégoût pour l’homosexualité. Enfin le postscriptum déclarant Marc « emboîté » (c’est-à-dire préparant sa première partie de bac dans une « boîte ») souligne indirectement l’importance que Gide attache à l’amitié entre les deux jeunes gens.

  • 54 Les Memories of OscarWilde by G. Bernard Shaw, 32 pages, se trouvent insérées, entre les pages 548 (...)
  • 55 Gide, OscarWilde, Paris, Mercure de France, 1910.

30Soupault adresse alors à Gide la brochure – en anglais – contenant les souvenirs de Shaw sur Wilde54, avec cette lettre qui laisse supposer que, lors de leur rencontre du 1er juin, Gide lui aurait remis son propre Oscar Wilde55 :

[imprimé :] 41 Quai Bourbon (IVe)

On ne peut lire sans malaise ces souvenirs de Shaw. Je me suis jeté sur votre « Oscar Wilde ». Nous en gardons un souvenir merveilleux.
Je serai si heureux de vous revoir mais vous allez être si occupé. J’ai à vous remettre de la part de mon ami Marc Chadourne le début de sa traduction de « Roman » de Joseph Conrad. Vous jugerez-
Peut-être à bientôt et cette joie

  • 56 Inédite, BLJD, γ807-5.

                                               votre Philippe Soupault56

  • 57 Joseph Conrad, Typhon, traduction d’André Gide, Paris, NRF, 1918, p. 201 (préoriginale : La Revue d (...)
  • 58 Dans Mémoires de l’oubli 1927-1933, Paris, Lachenal & Ritter, 1997, p. 52-53, Soupault présente Mar (...)
  • 59 Joseph Conrad et Ford Madox Ford, Aventure (Romance), traduction de Marc Chadourne avec une lithogr (...)

31La proposition de soumettre à Gide un début de traduction de Romance de Conrad s’inscrit elle aussi à la suite de la conversation entre les deux hommes – Gide s’étant avant la guerre enthousiasmé pour Conrad et ayant lancé pendant la guerre un véritable atelier de traductions de ses romans, lui-même ayant traduit Typhon57. En fait cette traduction de Marc Chadourne, frère de Louis Chadourne et ami de Soupault58, ne sera publiée qu’en 1926, par Soupault, chez Kra59. Car si Gide remercie aussitôt de l’envoi, il ne souffle mot de la traduction qu’on lui destine :

18 juin 19

Mon cher Soupault
Que vous êtes aimable de m’envoyer cette brochure ! Je vous en remercie vivement ; mais il me faut bien avouer que je ne l’ai lue qu’avec une déception assez vive (je parle des souvenirs de Shaw).
Vous reverrai-je à mon retour à Paris, vers la fin du mois ?
Je le souhaite cordialement

  • 60 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

                                               André Gide60

32Mais Soupault revient à la charge peu après en envoyant à Gide la traduction annoncée :

  • 61 Cette lettre, écrite depuis le Quai Bourbon (donc entre 1919 et 1922) un 10 juillet, ne peut conven (...)

Paris 10 juillet [1919]61

Ayant appris votre retour à Paris je me permets de vous envoyer le début de la traduction de Joseph Conrad dont vous avait parlé mon ami Marc Chadourne.
Je m’excuse.
Puis-je vous charger de toutes mes amitiés pour Marc,
Respectueusement vôtre

  • 62 Inédite, BLJD, γ807-7.

                                               Philippe Soupault
                                               41 Quai Bourbon62

33Et les « amitiés pour Marc » indiquent la place que Soupault occupe alors dans le réseau de jeunes gens parisiens de Gide.

34Après donc ces marques réciproques de sympathie, Gide finit par renouveler sa contribution à Littérature, en confiant à Soupault des « Pages du Journal de Lafcadio », qui paraîtront en tête du numéro 11, en janvier 1920. Il s’agissait donc bien toujours de marquer la filiation entre le mouvement Dada et Lafcadio, non plus cette fois en renvoyant au passé, mais en ouvrant sur l’avenir, sur le roman futur auquel Gide s’attelle alors activement. On sait que Gide avait d’abord pensé faire de Lafcadio le point de vue central de ses Faux-Monnayeurs, ce qu’attestent ces pages publiées en appendice du Journal des Faux-Monnayeurs.

***

  • 63 NRF, 1er septembre 1919, p. 636-637.

35C’est alors qu’on entre dans la période agitée des frasques de l’aventure Dada de 1920. Au départ, Gide a accueilli avec sympathie la constitution du mouvement parisien de Dada, et alors qu’en septembre 1919 une note anonyme de la NRF le présentait comme un « club » de fous importé de Berlin63, dans le numéro d’avril 1920 de la NRF, il s’efforçait de faire comprendre à ses pairs le sérieux et l’importance de ce mouvement :

  • 64 « Dada », NRF, avril 1920, p. 477-481.

Dada – c’est le déluge, après quoi tout recommence. […] Dada, c’est une entreprise de négation.
Et ce ne serait vraiment pas la peine d’avoir combattu durant cinq ans, d’avoir tant de fois supporté la mort des autres et vu remettre tout en question, pour se rasseoir ensuite devant la table à écrire et renouer le fil du vieux discours interrompu. […] Il importe que l’esprit ne reste pas en retard sur la matière ; il a droit, lui aussi, à de la ruine. Dada va s’en charger.
Déjà l’édifice de notre langage est trop ébranlé pour qu’il soit prudent pour la pensée d’y chercher encore un refuge ; et devant que de rebâtir, il importe de jeter bas ce qui paraît solide encore, ce qui fait mine de tenir debout. Les mots que conglomère encore l’artifice de la logique, il les faut disjoindre, isoler […] Et si, par quelque vieille commodité, typographique uniquement, on les met bout à bout sur quelque ligne, avoir soin de les disposer dans un désordre où ils n’aient aucune raison de se suivre – puisque c’est, avant tout, à l’anti-poétique raison qu’on en a64.

36Les frasques Dada, elles avaient commencé, dès avant l’arrivée de Tzara à Paris en janvier 1920, et le 1er « vendredi de Littérature » qui marque le début des scandales Dada, par la première attaque de Littérature contre la NRF, à la fin du numéro 8 d’octobre 1919, en réponse à la note anonyme de la NRF du mois précédent. Première escarmouche signée des « trois mousquetaires » qui s’étaient senti visés par l’attaque contre Dada, la note intitulée : « La Nouvelle Revue française » défiait l’institution littéraire majeure du moment :

  • 65 Littérature, n° 8, octobre 1919, p. 32.

Le numéro 72 (nouvelle série) contient :
1° Des considérations d’André Gide, qui n’ajoutent rien à notre admiration pour cet auteur ; […]
7° Divers propos insignifiants ; […]
9° Une note tendant, au moyen de ragots empruntés à la presse allemande, à renouveler contre nos amis du mouvement DADA la manœuvre inqualifiable que le cubisme a mis dix ans à déjouer65.

37Dans le numéro 10 de Littérature, de décembre 1919, Tristan Tzara enfonçait le clou en publiant une « Lettre ouverte à Jacques Rivière » que la NRF n’avait pas publiée, par laquelle le fondateur de Dada répondait avant tout à l’ostracisme dont il faisait l’objet :

  • 66 Littérature, n° 10, décembre 1919, p. 2-4.

On n’écrit plus aujourd’hui avec la race, mais avec le sang. […] Que penserait M. Gide en lisant dans le journal une nouvelle de ce goût : la création à Berlin d’une école gidesque66 ?

38Cependant les hostilités n’étaient pas encore ouvertes puisque le même numéro de Littérature publiait les premières réponses à une enquête : « Pourquoi écrivez-vous ? », dont celle d’André Gide :

  • 67 Ibid., p. 24.

Vous pourrez classer les écrivains selon que leur réponse à votre enquête commencera par « afin de », « pour » ou par « parce que ».
Il y aura ceux pour qui la littérature est surtout un but, et ceux pour qui surtout un moyen.
Quant à moi, j’écris parce que j’ai une bonne plume, et pour être lu par vous… Mais je ne réponds jamais aux enquêtes67.

39De plus le numéro suivant, de janvier 1920, publiait les « Pages du journal de Lafcadio » dont nous avons parlé. De son côté, en août 1920, la NRF publiait le texte de Breton « Pour Dada » (p. 208-215) et l’importante étude de Jacques Rivière : « Reconnaissance à Dada » (p. 216-237), tandis que le numéro du 1er septembre 1921 proposait deux poèmes de Soupault : « Le concierge » et « Calendrier » (p. 248-249).

40Apparemment en juillet 1920 Soupault relance Gide en lui proposant une nouvelle collaboration à Littérature. Celui-ci séjourne alors avec Marc en Grande-Bretagne, et c’est de leur refuge au Pays de Galles que Gide répond :

Gwn y Glo
10 août 20

Mon cher Soupault
Ce serait avec grand plaisir ; mais je ne puis disposer de rien pour l’instant – car je ne consens pas, vous le savez, à vous envoyer des raclures.
Que devient Breton ? Je me suis attristé de le savoir souffrant, enlevé à la N. R. F. – A-t-il pu comprendre, sentir, combien sa conversation m’avait intéressé, le jour que nous avons déjeuné ensemble ? Certainement j’étais très près de vous, à l’âge où j’écrivais André Walter : « Sujet, verbe, attribut… il est des associations plus subtiles » etc. Parmi ceux de ma génération, je me suis senti toujours un peu fourvoyé. J’aimerais causer avec vous et espère bien qu’à la rentrée vous me donnerez l’occasion de vous rencontrer.
Croyez à ma sympathie très attentive

  • 68 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

                                               André Gide68.

  • 69 Cf. Les Cahiers d’André Walter, C. Martin (éd.), Paris, Gallimard, « Poésie », 1986, p. 127 : « § S (...)

41Il est probable que Gide préfère désormais rester à l’écart de l’aventure Dada, mais il tient à renouveler son intérêt non seulement pour Soupault, mais aussi pour Breton qui collabore à la NRF. Plus : il s’efforce de souligner qu’il est de la même espèce qu’eux et que, plus jeune, il eût été des leurs. Cependant sa citation des Cahiers d’André Walter69 qui tend à le prouver n’en est pas moins maladroite, soulignant indirectement l’abîme entre le névrotique André Walter et les jeunes Dada provocateurs.

  • 70 Littérature, n° 16, sept. -oct. 1920, p. 37.
  • 71 Littérature, n° 17, décembre 1920, p. 1.

42De fait les provocations de Littérature ne vont cesser de se succéder jusqu’à la rupture. En septembre-octobre 1920, une note d’Aragon souligne ses distances avec La Symphonie pastorale70. Le numéro de décembre s’ouvrait par une liste ironique d’auteurs, toujours signée d’Aragon, où, sous le titre « Y a-t-il encore des gens qui s’amusent dans la vie ? », André Gide voisinait avec Rabindranath Tagore, Courteline, Henri de Régnier, Charles Maurras et Anatole France…71. En mars 1921, c’est l’escalade : « voulant en finir avec toute cette gloire », Littérature publie un classement des écrivains visant à les « déclasser ». Gide est crédité d’une moyenne de -0,81, Aragon lui ayant donné 6, Breton 12, et Soupault 6, tandis que Soupault était gratifié d’une moyenne de 16,30, Aragon et Breton lui ayant décerné un 18. Au total, Breton venait en tête avec 16,85, tandis que Henri de Régnier fermait la liste avec -22,90 !

43Mais la véritable rupture sera provoquée par la publication par André Breton, en mars 1922, d’un entretien privé : « André Gide nous parle de ses Morceaux choisis », dans lequel il fait dire notamment à Gide :

  • 72 Littérature, nouvelle série, n° 1, 1er mars 1922, p. 16-17.

Je ne dois de comptes qu’après ma mort. Et que m’importe, puisque j’ai acquis la certitude que je suis l’homme qui aura le plus d’influence dans cinquante ans72 !

44Sur la présentation et la compréhension de l’événement, les points de vue divergent notablement. Soupault raconte ainsi les faits :

  • 73 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 471.

Breton qui fréquentait la NRF y rencontre [Gide]. Gide lui prend le bras et l’amène rue de Grenelle chez un pâtissier voisin où il lui offre le thé. La conversation est libre et détendue. Breton, avec son extraordinaire mémoire du mot à mot, l’a reproduite textuellement, dans un numéro de Littérature de 1922. On peut répéter les mêmes propos avec sympathie et avec ironie. Breton avait fait figurer également ses questions, posées un peu comme des collets, et ses remarques impertinentes. Gide apparut dans ce texte tout occupé de sa stratégie littéraire projetée dans l’avenir ; plaire à ceux-ci, déplaire, durer. Il est furieux et rompt. Mais tout était exact, il ne pouvait pas dire : – Ce n’est pas ça73.

De son côté, voici comment Gide a réagi à la publication de Breton :

  • 74 Journal 1889-1939, p. 802.

Tout ce que me fait dire André Breton dans sa fausse interview ressemble beaucoup plus à lui qu’à moi-même. Le genre d’ambition qu’il me prête m’est complètement étranger ; mais c’est ce genre d’ambition que lui-même est le plus disposé à comprendre. Il n’est pas une des phrases qu’il me prête, que je ne désavoue ; ceci dit pour plus de simplicité – car la perfidie extrême de cet article vient de ceci, qu’aucune de ces phrases je ne puis jurer que je ne l’ai point dite ; mais elle est présentée de manière à en dénaturer intimement la signification. Le son même de ma voix est faussé74.

Il faut dire que Gide, dont la gloire est en train de monter à son zénith, est alors la cible d’attaques croisées venues d’horizons les plus divers, et que cette perfidie des jeunes gens auxquels il avait accordé sa sympathie et qu’il ne demandait pas mieux que d’aider l’affecte fort. Et, conclut Soupault,

  • 75 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

il avait décidé de rompre toutes relations avec ces « jeunes gens » de Littérature, « mal-élevés ». (Ce qui n’était pas inexact)75.

45Voici maintenant une lettre écrite sans doute en 1920 ou 1921 :

41 Quai Bourbon
Paris (IVe)

J’espère que vous avez reçu ces deux revues. La fête nègre a lieu ce soir à la Comédie des Champs-Élysées.
Vous êtes trop indulgent pour ma turbulence. Je vous en remercie infiniment.
Mes amitiés pour Marc et pour vous, André Gide, mes hommages respectueux.

  • 76 Inédite, BLJD, γ807-9.

                                               votre
                                               Philippe Soupault76

  • 77 Par exemple, « Littérature et le reste », Littérature, n° 13, mai 1920, p. 7-8, où il écrit notamme (...)
  • 78 Lors de ses entretiens radiophoniques de 1963 avec Luc Bérimont, « Les 400 Coups », Soupault a évoq (...)
  • 79 André Germain, op. cit, p. 241-243, et 276.

46Je n’ai pu trouver trace de cette « fête nègre ». Mais la « turbulence » dont parle Soupault fait sans doute allusion à sa participation non seulement aux tracts et manifestes dada77, mais surtout aux manifestations publiques visant le scandale : le « Premier vendredi de Littérature » (23 janvier 1920) ; lecture des manifestes au Salon des Indépendants (5 février 1920)78 ; manifestation dada au Théâtre de l’Œuvre (27 mars 1920) ; festival dada de la salle Gaveau (26 mai 1920) ; visite à Saint-Julien-le-Pauvre (14 avril 1921) ; exposition Max Ernst (2 mai 1921) ; mise en accusation et jugement de Maurice Barrés (13 mai 1921). On voit en tout cas que Soupault tient alors à conserver des relations cordiales avec Gide. Cependant la publication de l’interview par Breton a entraîné sa disgrâce, qui motive un épisode quelque peu romanesque, de l’été 1922 selon Soupault, plus vraisemblablement d’octobre selon André Germain qui rapporte aussi l’événement avec quelques variantes79.

47Soupault était alors amoureux de Marie-Louise Leborgne qui habitait chez ses parents près de Cuverville, et dont la famille entretenait avec Gide des rapports de bon voisinage. Soupault avait donc entraîné André Germain à Étretat pour pouvoir rendre visite à sa dulcinée tandis que, pendant ce temps André Germain irait faire une promenade en automobile avec Gide. Il avait été convenu qu’André Germain le reprendrait devant la grille de la maison de Gide vers six heures du soir. Mais nos promeneurs ne regagnèrent Cuverville que vers huit heures, sous la pluie. Point de Soupault à la grille, et Germain retourne seul à Étretat. Soupault raconte :

  • 80 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 471-472.

La pluie vient à tomber : je me dirige à nouveau vers la maison avec l’intention de demander à madame Gide comment prendre une voiture à Criquetot pour rentrer ; mais c’est dans le jardin que je rencontre madame Gide, faisant elle aussi le va-et-vient, une lampe à la main […] ; aussitôt elle m’oblige à rentrer avec elle, me présente à sa sœur, madame Gilbert et à ses deux filles, qui sont des amies de Marie-Louise et curieuses de connaître le jeune homme dont on leur a parlé. C’est alors que Gide revient seul, sans Germain, et avec un retard considérable. Je m’apprête à partir. Aussitôt madame Gide proteste de toutes ses forces : c’est impossible, pas dans la nuit, ni dans la pluie ; il faut au contraire rester pour le dîner, et même, s’il n’a pas de voiture, coucher ici. Mais Gide, effrayé à cette perspective me prend par le bras, me conduit dans le jardin et m’explique qu’il a beaucoup de sympathie et même d’affection pour moi, mais qu’après le coup de Breton dans Littérature, il ne peut pas me loger chez lui ; il y aurait là quelque chose de gênant, d’inconvenant…80

48Et André Germain de conclure :

  • 81 André Germain, op. cit, p. 243.

Ainsi s’exerçait, d’une façon imprévue, sa vengeance. Philippe dut gagner le village et, sans dîner, finit par trouver une carriole qui, en deux heures, le ramena trempé et affamé, mais souriant, à Étretat…81

49Le mois suivant, Gide est à nouveau affecté par une « interview de Philippe Soupault et de Drieu La Rochelle dans la Revue hebdomadaire » :

  • 82 Journal 1889-1939, p. 745.

« Je reviens à André Gide, écrit ce dernier. Je ne pourrai jamais aimer l’homme, mais je respecte l’auteur, sa patience ; tant pis si sa prudence tourne au vice. » Voici donc l’idée que l’on se fait de moi… Prudent jusqu’au vice…82,

s’indigne Gide.

  • 83 Voir Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 73-78. La Revue européenne veut faire pièce à La Revue des D (...)
  • 84 Achevé d’imprimer : 25 juin 1923.
  • 85 Cf. André Germain, La Bourgeoisie qui brûle, p. 276-277 : « Les parents [de Marie-Louise] n’étaient (...)

50Puis vient l’aventure, pour Soupault, de La Revue européenne, dont le 1er numéro paraît le 1er mars 192383. Dès ce moment, Soupault a commencé de s’éloigner de Breton et de son groupe. Il est aussi directeur littéraire des éditions Kra, où il publie son premier roman, Le Bon Apôtre, dont il envoie aussitôt un exemplaire à Gide84. Les remerciements de Gide n’ont pas dû être amènes ; mais Soupault, qui vient d’épouser Marie-Louise que Gide considérait comme sa protégée85, multiplie les gestes de bonne volonté à son endroit :

12 août 1923

Cher Monsieur,
Je tiens à vous remercier de votre lettre et de votre franchise. Je savais que le Bon Apôtre vous décevrait. C’est pour cette raison que je n’avais pas osé vous demander une préface.
J’écris sans doute par réaction et c’est un tort, je le sais ; mais comment puis-je échapper ?
J’ai été très touché que vous songiez à m’écrire. Ma femme me charge de vous adresser son très respectueux souvenir.
Très sincèrement à vous

  • 86 Inédite, BLJD, 7807-10.

                                               Philippe Soupault86

51Je ne pense pas qu’il faille voir de l’hypocrisie dans le souhait de Soupault d’obtenir une préface de Gide, car de fait son roman se situait plus dans l’orbite des recherches gidiennes de l’heure sur le jeu des points de vue, des énigmes psychologiques et des faits divers que dans les perspectives surréalistes. En outre, c’est un véritable conseil du grand écrivain qu’il sollicite pour améliorer sa production future. Enfin, à partir de ce moment, le médiateur entre eux n’est plus Marc, mais Marie-Louise.

52Le mois suivant, Soupault revient à la charge pour tenter de renouer avec l’écrivain :

Paris
4 avenue Erlanger
19 septembre [1923]

Cher Monsieur,
Vous m’avez si aimablement écrit pour le Bon apôtre que j’ose vous ennuyer pour la Revue Européenne. Cette demande délicate m’est suggérée par votre silence. Pourriez-vous nous faire le très grand honneur et la très grande joie de nous confier un manuscrit pour un des prochains numéros de la RE.
Excusez mon audace, mais vous savez que je ne résiste jamais à une pensée…
Pardonnez-moi et croyez-moi
toujours votre

  • 87 Inédite, BLJD, 9807-11.

                                               Philippe Soupault87

  • 88 S. Fauchereau, Philippe Soupault, voyageur magnétique, Paris, Cercle d’art, 1989, p. 130-132. Peut- (...)

53Cette fois, le trait est forcé, et à vrai dire Gide ne confiera à Soupault aucun texte pour sa Revue européenne, contrairement à ce qu’avance Fauchereau88. Mais on peut relever pendant cette période des signes de relations courtoises, en particulier la présence de comptes rendus réguliers, dans la NRF, des romans de Soupault : du Bon Apôtre, par François Mauriac (novembre 1923), des Frères Durandeau et de Voyage d’Horace Pirouelle, par Jean Prévost (janvier et août 1925), d’En joue !, par Félix Bertaux (janvier 1926), etc. Mais Gide reste sur ses gardes, comme l’atteste ce fragment de lettre à D. Bussy du 3 juillet 1924 :

  • 89 Cahiers André Gide, n° 9, 1979, p. 473.

Corydon a paru, mais si discrètement que le public l’ignore encore. […] Jusqu’à présent (Mauriac excepté) rien que des félicitations. Mais je suis averti que les Dadas (Breton et Soupault) vont partir en guerre89.

54Et il n’apprécie guère la production romanesque de Soupault que celui-ci continue cependant à lui adresser :

Paris le 13 juin 1924

  • 90 Fils du fondateur du Crédit Lyonnais, il finance La Revue européenne, appartient à son comité de di (...)

Cher Monsieur,
J’apprends par André Germain90 que vous n’avez pas reçu mon dernier livre. Je suis pourtant certain de vous l’avoir adressé à Cuverville. J’en suis d’autant plus désolé que je voulais précisément vous écrire pour vous remercier d’« Incidences » que j’ai reçu il y a quelques jours. Ce livre que je connaissais me permet de résumer mes idées.
Tout ce que vous pouvez écrire et penser ne me fera pas oublier les « Caves ».

  • 91 BLJD, 9807-15.

                                               votre
                                               Philippe Soupault91.

  • 92 Cahiers André Gide, n° 9, 1979, p. 497.

55Envoi donc des Frères Durandeau pour répondre à celui d’Incidences, mais en décembre 1924, Gide écrit à D. Bussy, à propos des « romans modernes, Soupault, Delteil, etc. » : « Je ne peux pas dire que j’y trouve grande nourriture »92. Trois ans plus tard, méditant sur la pérennité littéraire, il estime que Le Nègre ne vieillira pas mieux que Fanny de Feydeau :

  • 93 Journal 1889-1939, 28 octobre 1927, p. 857.

Je crois que, plus tard, Le Nègre, de Soupault […], ne rencontrera pas plus d’indulgence, et que les qualités mêmes de ce livre paraîtront surtout des complaisances, une sorte d’assentiment à soi-même, à l’époque…93

56Quant au Voyage d’Horace Pirouelle, il ne suscite apparemment aucun écho de Gide, en dépit du leitmotiv des épigraphes sur l’« acte gratuit » ; mais il faut souligner que le livre paraît en 1925, au moment où Gide, rompant les amarres un peu à la manière de Lafcadio, part pour un séjour prolongé en Afrique noire.

  • 94 NRF, 1er août 1922, et en volume : Claude Aveline, 1923, 65 pages.
  • 95 Cf. Lettres à Alain Goulet, des 27 février et 30 avril 1997 : « Je pense que la traduction des Chan (...)
  • 96 S. Fauchereau, op. cit, p. 25.

57Cependant Gide s’est enthousiasmé pour l’œuvre de William Blake, et il a publié une traduction du Mariage du ciel et de l’enfer94 que les surréalistes ont été parmi les rares à apprécier. Selon Mme Christine Chemetov-Soupault95, c’est par l’intermédiaire de Gide qu’aurait été confiée aux Soupault la traduction des Chants d’innocence et d’expérience de Blake, « où le poète joue des rythmes simples et des coq-à-l’âne proches des chansonnettes et nursery rhymes de l’enfance »96, qui paraîtra en mai 1926 dans la NRF, avant d’être publiée en volume en 1927, bientôt suivie par l’étude sur le graveur anglais.

58L’année 1927 est celle de la vraie réconciliation entre les deux hommes, à cause du premier bilan d’une vie qu’est Histoire d’un Blanc. Cette fois, c’est Gide qui fait le premier pas :

  • 97 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

À ma grande surprise, tandis que je lisais des manuscrits dans le petit réduit de la librairie Kra, vers cinq heures du soir, Lucien Kra assez intimidé vint me dire qu’André Gide désirait me parler. […] Il était venu jusqu’à la rue Blanche, siège social des éditions Kra, pour me dire qu’il avait lu l’Histoire d’un Blanc et qu’il l’avait aimée. Cette lecture l’avait décidé à « reprendre des relations avec moi ». Je fus étonné et flatté. Mais après cette retrouvaille il me quitta en me déclarant : « Mais je n’aime pas votre Nègre »97.

59D’abord, Gide trouvait sans doute dans cette quête autobiographique un écho de celle qu’il avait menée pour Si le grain ne meurt, y découvrant des analogies avec son propre itinéraire : milieu familial, mort prématurée du père, malaise à l’école, soif de lectures, sentiment de sa différence, goût de la révolte et de la liberté, procès de la bourgeoisie avide d’avoir au détriment de l’être… Il a certainement été sensible à l’authenticité du timbre et de la voix, et il a pu y découvrir un homme libre, détaché du groupe dont il continuait à se méfier.

  • 98 Voir A. Goulet, « Le Voyage au Congo, ou comment Gide devient un Intellectuel », Elseneur, n° 5, Le (...)
  • 99 A. Gide, Journal 1939-1949. Souvenirs, p. 1029-1040.

60Et puis Gide, depuis son retour du Congo et du Tchad, se débat dans une partie politique majeure, voulant alerter le gouvernement et l’opinion sur les exactions coloniales, instruisant en particulier le procès des grandes Compagnies concessionnaires98. Il n’a pu qu’être touché par le mot de Soupault réagissant à son article de la Revue de Paris du 15 octobre 1927, intitulé : « La Détresse de notre Afrique Équatoriale », qui dénonçait l’« écrémage systématique du pays » et son « exploitation éhontée »99.

KRA, ÉDITEUR
6, RUE BLANCHE
Téléphone : TRUDAINE 41-85
Paris, le Dimanche [octobre 1927]

Cher Monsieur Gide,
et pourquoi pas
Cher ami,
Je viens d’achever la lecture de votre article de la revue de Paris sur l’A. E. F. et je suis heureux du ton de cet article parce que c’est le seul qui convenait. Je vous remercie pour moi d’abord et pour vous, parce que tout de même nous avons, j’ai besoin de votre vraie attitude.
Pardonnez cette lettre trop spontanée et brutale, et croyez-moi votre

                                               Philippe Soupault
Avez-vous reçu le nègre ?

  • 100 Cf. Fernand L’Huillier, Dialogues franco-allemands 1925-1933, Gap, 1971, p. 72.

61Mais déjà un premier engagement politique commun les avait rapprochés, puisqu’en 1927 Gide et Soupault font tous deux partie du Comité franco-allemand d’information et de documentation créé en 1926, à l’initiative de Pierre Viénot et d’Émile Mayrisch, pour favoriser un rapprochement franco-allemand (à côté de Jean Schlumberger, Jules Romains et Gaston Gallimard du côté français, Curtius, Adenauer, Einstein et Thomas Mann du côté allemand)100.

62L’enfant de cette réconciliation, ce sera Un esprit non prévenu. Car le directeur littéraire des éditions Kra sollicite bientôt Gide :

  • 101 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

Généreux plus qu’on ne le savait, quand je lui demandais s’il accepterait de me confier un texte de lui pour une nouvelle collection que je me proposais de faire paraître, il accepta aussitôt101.

  • 102 « Feuillets », André Gide, Paris, Édition du Capitole, 1928, p. 3-41 ; et « Feuillets », NRF, 1er d (...)
  • 103 Voir Document III, p. 133-136, lettres du 27 février, 2 mars, 15 avril et 18 avril 1929, coll. Cath (...)

63Le 27 février 1929, Soupault envoie à Gide une lettre officielle formant contrat entre Gide et les éditions Kra, officialisant leur projet d’édition : il s’agissait de fabriquer un livre reprenant deux essais parus en revue sous le titre de « Feuillets »102. En avril, Soupault demandera à Gide d’y joindre les « Pages retrouvées » qu’il vient de publier dans la NRF. On trouvera en note toute la correspondance relative à cette publication103, dont le titre est extrait de la première phrase du volume :

Un esprit non prévenu (ou qui sut se déprendre de ses préventions), il n’est sans doute rien de plus rare ; et c’est à la non-prévention que j’attache le plus de prix.

64L’achevé d’imprimer d’Un esprit non prévenu est du 8 septembre 1929, et c’est sans doute le 22 septembre que Soupault apporte à Gide ses volumes d’auteur, ajoutant ensuite ce mot :

22 septembre [1929]

Cher Monsieur Gide,
j’ai conscience de n’avoir pas su aujourd’hui vous remercier comme il le fallait de la très grande confiance dont vous m’avez donné la preuve. Votre aide précieuse, dont j’ai peut-être et inconsciemment, un peu abusé m’a plus touché que je n’ai su vous le dire. Croyez à mon amitié fidèle et dévouée.

  • 104 Ms. inédit, coll. Catherine Gide.

                                               Philippe Soupault104

65Mais voici qu’en retour Gide lui adresse cette lettre de mise au point, condamnant d’une part la laideur des exemplaires de luxe (sur Vergé d’Arches et Hollande), et surtout la méthode de « ventes forcées » consistant à lier l’achat du volume à la souscription à l’ensemble de la collection :

Paris, le 27 septembre 1929

Mon cher Soupault,
Nous avons trop bon goût l’un et l’autre pour que je vous surprenne beaucoup en vous disant que je trouve les exemplaires sur grand papier, hideux. Je m’amuse à les réserver pour vous et Pierre-Quint – le reste pour ces ventes de charité, car je vois qu’ils sont marqués comme exemplaires de presse et qu’il est donc inutile de vous les renvoyer pour mise en vente. Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais de la présentation des autres, – où je n’ai jusqu’à présent découvert de fautes que page 7 : XIIIe siècle, au lieu de XVIIe.
Par crainte de vous peiner (mais mieux vaut pourtant la franchise), par sympathie je n’ai pas su vous dire l’autre jour combien me déplaisait et m’irritait cette mise en demeure d’acheter tous les volumes de la collection pour avoir le mien. Je suis à peu près certain, lorsque j’ai promis mon volume, d’avoir dit à Pierre-Quint que j’acceptais qu’il fît partie d’une collection sous cette réserve expresse qu’on ne fût pas forcé de souscrire à toute la collection pour l’avoir. J’ai maintes fois exprimé mon opinion à ce sujet, et suis prêt à écrire là-dessus un article, sous forme de lettre ouverte, ou autre. Ce système des ventes forcées par le moyen des collections me paraît inadmissible, et il m’est extrêmement désagréable de devoir me prêter à ce jeu que je considère comme malhonnête. Les volumes que vous comptez publier ensuite sont assez intéressants en eux-mêmes pour n’avoir nul besoin d’être soutenus, imposés, par le mien. Je vous serai donc amicalement reconnaissant si vous pouviez laver cet absurde interdit, mettre en vente les volumes réservés et laisser le livre s’épuiser sans lier son sort aux suivants.
Avez-vous bien transmis à Madame Soupault les souvenirs et les vœux affectueux dont je vous avais chargé ? Je quitte Paris demain matin, non pour Cuverville, mais pour la Belgique. Je regrette de devoir remettre à je ne sais quand cette partie de tennis dont je me promettais grand plaisir. D’ici là j’espère bien vous revoir à Paris, où je rentre dans trois jours pour achever mon service ; c’est alors seulement que je vous dirai si le nombre d’exemplaires envoyés me suffit. Le temps m’a manqué jusqu’à présent pour écrire les dédicaces… et le courage.
À bientôt. Bien affectueusement vôtre,

  • 105 Lettre d’André Gide à Philippe Soupault, dactylographiée, signée, coll. Christine Chemetov, copie c (...)

                                               André Gide105

66Et Gide d’adresser à Soupault un de ces exemplaires avec la dédicace :

à Philippe Soupault en affectueux souvenir
André Gide

67On trouve encore dans les archives de Mme Gide, un contrat des éditions Kra, datant du 19 février 1931, pour la publication d’une « édition de luxe d’Isabelle », illustrée de bois gravés, qui n’a, semble-t-il, jamais été réalisée, et dont nous ignorons pourquoi elle a avorté :

ÉDITIONS KRA
20, Rue Henri Regnault
Paris-XIVe
Direction Littéraire
1931

CONTRAT

Entre les soussignés :
a) M. André Gide demeurant à Paris, 1 bis, Rue Vanneau, d’une part ; et
b) La Société Anonyme des Éditions Kra, au capital de deux millions de francs, sise à Paris, 20, Rue Henri-Regnault, d’autre part ;

I : a été convenu et arrêté ce qui suit :
1) M. André Gide cède à la société Anonyme des Éditions Kra l’autorisation de publier une édition de luxe de : « Isabelle » étant entendu que cette édition sera illustrée de bois gravées originaux de Carlègle.
2) Il est entendu que l’édition, faisant l’objet du présent contrat, sera publiée dans un délai de 2 ans (deux ans) à dater de ce jour.
3) Pour prix de cette autorisation la Société Anonyme des Éditions Kra paiera à M. André Gide un droit de 12 % (douze pour cent) sur le prix fort, taxe de luxe déduite, de chaque exemplaire, étant entendu que ce droit sera payé à la publication du volume.
4) À la mise en vente de l’ouvrage, La Société Anonyme des Éditions Kra remettra à M. André Gide :

1 exemplaire de chacun des grands papiers tirés et
3 exemplaires du plus petit papier de l’édition faisant l’objet du présent contrat.

Fait en double à Paris, le
Dix-neuf Février Mil neuf cent trente et un

Un des Administrateurs délégués, Le Directeur-Général,
[signé : L. Pierre-Quint] [signé : J. Schwab.]

68En tout cas Philippe Soupault et sa femme Marie-Louise sont devenus des familiers de Gide. La Petite Dame évoque par exemple une réunion chez Gide, le jeudi 31 janvier 1929, qui rassemble, outre eux deux et Élisabeth Van Rysselberghe,

  • 106 Cahiers André Gide, n° 4, p. 400.

Soupault et sa femme, Pierre-Quint, Schiffrin, Jean d’Ars […], Thiébaut […], Martin et Christiane, Blacque-Bélair et sa femme ; discussion très amusante sur la liberté. Soupault dit que le sentiment de la liberté est ce qu’il appelle le bonheur. Gide déclare que la complète liberté le rend au contraire très malheureux ; il glisse tout naturellement et sincèrement à cette autre déclaration « qu’il aime le devoir et la contrainte »106.

69Et puis, il y a cette « propriété familiale proche de Cuverville » où, l’été 1930, André Gide rend visite aux Soupault :

  • 107 Lapsus évident puisque Rivière est mort en 1925, la direction de la revue étant assurée, de 1925 à  (...)
  • 108 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 80. Cf. Christine Chemetov, lettre à A. Goulet, 27 février 1997 : (...)

Il me demanda (par politesse sans doute) si j’écrivais encore des poèmes. Je répondis affirmativement. […] J’avais écrit depuis mon retour deux poèmes […]. Il me conseilla vivement d’envoyer ces poèmes à Jacques Rivière107 pour publication dans la Nouvelle Revue française ?108

70Ces deux poèmes, « Le front à la fenêtre » et « Condamné », parurent effectivement sous le titre « Une fois », dans le prochain numéro de la NRF, d’octobre 1930.

71L’interférence de ces relations amicales et de la prochaine publication d’Un esprit non prévenu fut source d’un petit épisode anecdotique, très caractéristique de la complication de Gide et de son « attrait d’un coup hasardeux », épisode qu’il rapporte dans son Journal :

  • 109 Dominique Drouin, son neveu.
  • 110 Journal 1889-1939, 2 septembre 1929, p. 932.

À la maison de santé où je vais voir Eveline, j’apprends par Domi109 que, dans la chambre voisine, Mme Soupault vient d’accoucher. Il a dîné la veille avec Soupault. Il pense le revoir ce soir même. Tout amusé de la conjoncture, j’invente de laisser à Domi une commission pour Soupault, priant celui-ci d’envoyer à Dorothy Bussy des épreuves du livre de moi qu’il édite et dont elle attend impatiemment le texte pour le traduire. Domi me promet, s’il ne voit pas Soupault ce soir, de lui écrire. Il serait beaucoup plus simple de lui écrire moi-même. Mais ce serait mal répondre à l’appel du destin110.

  • 111 « Paris, le 3 juillet 1929 / Mon cher Pierre-Quint, / Je regrette de quitter Paris sans vous revoir (...)
  • 112 Journal 1889-1939, p. 1044.

Cette gaminerie de Gide redoublait en fait une lettre sérieuse du 3 juillet, par laquelle il demandait à Léon Pierre-Quint d’envoyer un jeu d’épreuves à Jacques Chambrun « en vue de traduction en Amérique »111. Et le 13 mai 1931, un déjeuner chez les Bertaux rassemble les Soupault, Gide, Schlumberger et les Thomas Mann112.

  • 113 Voir Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 55-78.

72Puis ce furent les grands voyages, aux États-Unis d’abord, où Soupault se rend une première fois en juin 1931 pour une série d’articles pour L’Europe nouvelle et une tournée de conférences113. Au cours de sa traversée, à bord du paquebot « De Grasse », il écrit à Gide une lettre pour lui proposer une nouvelle collaboration, militante et politique cette fois, pour tenter de contrer la « religion du colonialisme » à laquelle se voue l’Exposition coloniale qui s’est ouverte le 6 mai 1931 à Vincennes :

[en-tête : Cie Gle Transatlantique
French Line]
BORD S. S « DE GRASSE »
Le 21 juin 1931

  • 114 Soupault est chroniqueur à Europe de 1926 à 1935.

Cher Monsieur Gide,
Avant mon départ pour les États-Unis j’aurais aimé vous dire au revoir. Je regrette de n’en avoir pas trouvé l’occasion.
Je voulais en effet vous demander au nom du comité d’Europe114 dont je fais partie de nous aider pour un projet que nous voulons réaliser au mois d’octobre ou de novembre. Nous avons, non sans quelque irritation, remarqué qu’à propos de l’Exposition coloniale, on tentait d’étouffer toutes les protestations dont la vôtre fut une des plus violentes et des plus nettes et de créer, comme on l’a fait pour le patriotisme et le naturalisme, une religion du colonialisme.
À cette entreprise nous voudrions opposer des faits et quelques précisions. Je suis persuadé que dans les notes que vous avez rapportées du Congo vous pourriez extraire un mémento précis, quelques souvenirs, une note.
Votre livre et la campagne que vous aviez menée après sa publication m’autorise à vous demander cet effort qui je ne me le cache pas vous ennuiera. Je sais que vous avez horreur des manifestations à allure politique. Au demeurant il ne s’agit que d’une question qui touche l’esprit et risque d’atteindre la dignité humaine. Voilà de bien grands mots. Leur grandeur même vous dira quel prix nous attachons à vous savoir auprès de nous.
Excusez-moi cher Monsieur Gide, d’insister si énergiquement. Votre attitude nous fut, me fut parfois un très grand exemple.
Croyez-moi, je vous prie, votre très fidèlement dévoué.

                                               Philippe Soupault
                                               4 avenue Erlanger Paris

73Mais apparemment, et pour une raison inconnue, cette requête ne connut pas de suite.

  • 115 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 81-96.
  • 116 Cahiers André Gide, n° 5, p. 172.

74Après les USA, l’URSS, comme Soupault le rapporte dans ses mémoires115. À son retour à Paris, en octobre 1931, il rencontre Gide et se dit « très emballé, surtout par le côté moral de la question, par cette joie qu’il a vu éclater sur tant de visages »116. On sait que, cinq ans plus tard, le climat général de l’URSS s’est considérablement assombri, et que Gide reviendra de son propre voyage beaucoup plus critique envers une révolution dévoyée, qui asservit l’homme au lieu de le libérer.

  • 117 En juin 1937, Philippe Soupault épouse en troisième noces Neta Erna Niemeyer, dite Ré, ancienne élè (...)
  • 118 C’est le 4 mai 1942 que Gide s’embarque de Marseille pour la Tunisie, où il s’installe chez les Thé (...)
  • 119 Lettre de Mme Ch. Chemetov à Alain Goulet, du 27 février 1997.

75Il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour que nos deux écrivains reprennent des contacts amicaux. Lorsqu’en mars 1942 Marie-Louise apprend l’incarcération, à Tunis, de Philippe Soupault qui a cessé d’être son époux117, elle se tourne vers leur vieil ami Gide qui séjourne alors à Nice, et va le trouver à Marseille, au début de mai, juste avant son départ pour Tunis118, « pour lui demander d’intervenir auprès des autorités au pouvoir ». Madame Chemetov ajoute : « Je sais que Gide a tenté en vain des démarches »119. Ré Soupault raconte :

  • 120 Ré Soupault, « Tunis. Mars-septembre 1942. Un témoignage », Cahiers Philippe Soupault, n° 1, 1994, (...)

Au mois de mai, ce fut toutefois comme un rayon d’espoir. Un message d’André Gide me parvint par l’entreprise de M. Tournier, un libraire bien connu à Tunis. Gide m’informait qu’il souhaitait me rencontrer. Je me rendis aussitôt auprès de M. Tournier pour fixer les modalités de ce rendez-vous.
Quand j’arrivais, le jour convenu, à la librairie Tournier, on me mena à travers un dédale de couloirs jusqu’au grenier [où] se trouvait Gide, assis devant une table. […] Gide me demanda de lui donner tous les détails de ce qui était arrivé à Philippe. Je lui donnais un récit le plus fidèle possible de la chronologie des événements, et lui annonçais que ses ennemis avaient réussi à l’accuser de haute trahison devant le tribunal militaire. Gide se tut un moment, puis il me répondit :
« Mais, madame, c’est très grave ! Je crains que je ne puisse rien faire pour Philippe ! »
Je reçus ces mots comme une blessure. Gide était souvent convié auprès des notables de Tunis, et l’on prétendait même qu’il avait été reçu par le Résident général120.

  • 121 Voir Cahiers Philippe Soupault, n° 2, 1997, p. 43 sq.

76Effectivement, Soupault reste en prison à Tunis jusqu’en septembre, avant de se réfugier à Alger avec sa femme Ré, le 17 novembre, où il sera chargé de réorganiser la radio121.

  • 122 Cf. Entretiens avec Bernard Morlino, in Philippe Soupault. Qui êtes-vous ?, Paris, La Manufacture, (...)
  • 123 François Martinet, « Dans l’imbroglio d’Alger », Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 54.
  • 124 Journal 1939-1949, p. 244.

77Avant de partir pour une importante mission en Amérique, Soupault regagne Tunis le 10 mai 1943, où il retrouve Gide qui lui conseille « de réécrire son roman Les Moissonneurs et son essai sur le surréalisme [qui ont été saisis et détruits lors de son arrestation122], considérant qu’ils n’en seraient que meilleurs »123. Mais Soupault ne reprendra jamais ces écrits perdus, tout à l’action d’une part, et à sa nécessité d’alors d’écrire un témoignage sur sa prison. Gide, de son côté, cherche à gagner Alger, « laissant Soupault retenir [sa] place dans l’avion »124. Gide lui adresse alors ce mot :

Cher P. S.
Excusez ce chiffon de papier…
Des soudaines et inattendues difficultés (d’ordre financier) vont me retenir à Tunis, je le crains, quelques jours encore.
Avez-vous déjà retenu ma place sur l’avion de mardi ? Si le contretemps occasionne trop d’ennuis, je m’arrangerai pour partir quand même, mais […] remettre à jeudi mon départ. Vous reverrai quand ?
Le plus tôt possible, s.v.p.
Yours

  • 125 Citée par Ré Soupault dans son Journal, Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 77.

                                               A. G.125

78C’est que Soupault, ancien directeur de l’information à Tunis, y est resté un personnage influent. C’est ainsi que, fin mai, Gide lui confie le capitaine Alaurent, qui vient de se faire voler son auto :

  • 126 Journal 1939-1949, p. 245.

Je l’accompagne à la Résidence pour soumettre son cas à Soupault et l’aider, s’il se peut, à récupérer sa bagnole.
Soupault, très aimablement, nous emmène tous deux dîner au mess, en compagnie du lieutenant Bénard. La bonne grâce, l’esprit et la souplesse de Soupault mettent chacun à l’aise126.

  • 127 Voir « Journal », Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 101-102.

79Le 27 mai, Gide parvient à son tour à gagner Alger, grâce à l’entremise effective de Soupault, où il sera hébergé par Anne Heurgon, tandis que Soupault l’y rejoint en juin. Ils s’y fréquentent une dernière fois, jusqu’au départ des Soupault pour l’Amérique en juillet. Henri-Jacques Dupuy relate ainsi un thé réunissant les Soupault, Gide et Amrouche au cercle interallié, le 5 juillet, où il est question entre autre du dîner que Gide vient d’avoir avec le général de Gaulle127.

80Soupault adresse une dernière lettre à Gide, le 10 octobre 1943 :

10 octobre 1943

Cher André Gide,
Je remets cette lettre à M. de la Tournelle que vous aurez certainement plaisir à connaître et qui vous apportera toutes mes pensées affectueuses et celles de ma femme.
Jacques Schiffrin qui est de nouveau plein de confiance et d’activité grâce à votre livre s’occupe avec le soin que vous lui connaissez de l’édition d’Interviews imaginaires.
Je joins à cette lettre une lettre d’un de mes amis au sujet de vos droits au Canada où l’on a republié la Porte Étroite.
Je pense souvent à vous.
Toutes mes fidèles amitiés

  • 128 BLJD, γ807-14.

                                               Philippe Soupault
Ré vous envoie son affectueuse pensée128.

  • 129 Jacques Schiffrin, fondateur des éditions de la « Bibliothèque de la Pléiade », publiera effectivem (...)

81Ainsi, au cours de la guerre, c’est une nouvelle fois des préoccupations littéraires qui les lient, Soupault continuant à suivre avec fidélité la destinée de l’œuvre de Gide depuis son séjour en Amérique129.

82Et puis, ce point d’orgue : quelques jours après l’attribution à Gide du prix Nobel, en novembre 1947, La Revue de Paris s’adressait à quatre écrivains de quatre générations différentes, pour leur demander ce que représentait pour eux Gide et son œuvre, quand ils avaient vingt ans. Voici ce que, sur le thème « Gide et nos vingt ans », répondit Soupault :

  • 130 « Gide et nos vingt ans », Revue de Paris, 54e Année, n° 12, décembre 1947, p. 141-143.

Le contraire d’un vieillard : c’est le résumé de mes impressions quand je fis connaissance d’André Gide. Un de mes plus chers amis, Emmanuel Fay, m’avait fait lire […] : Isabelle, La Porte étroite. Pendant la guerre, je lus Le Voyage d’Urien, Les Nourritures terrestres, puis Paludes, qui me séduisit plus que je ne l’aurais souhaité. Gide restait encore, pour moi, un des représentants du symbolisme. C’était évidemment une erreur d’optique. Au demeurant, je n’ai désiré faire la connaissance d’André Gide qu’après avoir lu Les Caves du Vatican. Sans doute le personnage de Lafcadio me sembla sympathique, mais il me parut en quelque sorte démodé. Ce qui me retenait, m’attirait, m’alléchait dans ce que Gide s’obstinait à qualifier de Sotie, c’est le non-conformisme. […]
L’auteur des Caves du Vatican m’apparut comme un libérateur. J’étais toutefois gêné par un maniérisme hérité de l’époque symboliste dont il n’avait pas pu ou voulu encore se délivrer. Mais il acceptait d’être libre et plus jeune, beaucoup plus jeune que son âge. Je ne pouvais m’empêcher en le voyant de penser à un camarade. Il se méfiait de ces jeunes gens, mes amis et moi, qui ne voulaient aimer que Les Caves et lui suggéraient énergiquement de renier le reste de son œuvre. Mais André Gide, en dépit des légendes, est généreux et accueillant. Il accepta mon enthousiasme et mes réserves. J’appris ainsi à le mieux connaître et surtout à apprécier ses défauts, ses mauvaises humeurs, ses ruses, davantage encore sa soif de liberté. Il aimait encore passionnément la vie. C’était bien le contraire d’un vieillard.
Il est difficile, il le sait bien, d’être l’ami de Gide. On a toujours peur de le déranger. Mais on a pourtant envie d’être son ami. Je m’efforçais de le retrouver dans ses livres. […] Je préférais voir surtout, presque exclusivement, en lui ce non-conformiste que notre époque réclamait. J’aimais qu’il découvrit ce qu’il y avait autour de lui de moins traditionnel. Il me réconciliait, par sa ferveur en même temps que par son goût (mêlé à la crainte) du scandale, avec les hommes qui possèdent de l’expérience. J’avais beau m’en défendre, je souhaitais avoir confiance. Ce qui me rassurait, c’était la lucidité de l’auteur de Prétextes. […] Il demeurait un isolé parce qu’il refusait, malgré sa souplesse, de s’incliner. Et l’on aimait sa hauteur, sa dignité, sa timidité même. Il échappait aux définitions. […]
Il avait à lutter contre son destin. Il ne cessa de lutter. Et sans doute est-ce par son courage qu’il continua à nous atteindre130.

  • 131 Cf. Les Caves du Vatican, p. 744.
  • 132 M. Boucharenc, L’Échec et son double. Philippe Soupault romancier, Paris, Honoré Champion, 1997, p. (...)

83Je n’ai pas le temps de traiter de l’influence que l’œuvre de Gide a pu exercer sur celle de Soupault. Il me semble qu’elle reste diffuse, surtout sensible dans les premiers romans : Le Bon Apôtre et Voyage d’Horace Pirouelle. Dans ce dernier, le fait marquant est la déclinaison systématique de l’« acte gratuit » dans les sept épigraphes, acte gratuit commandé dans un café (« un acte gratuit, s.v.p. », etc.), lieu matriciel initial comme dans Le Prométhée mal enchaîné. Comme Lafcadio, Horace Pirouelle est un jeune homme disponible, « prêt à tout/prêt à rien »131, qui part gratuitement pour le Groenland. Surtout, le roman est hanté par la notion de crime gratuit, dont la seule justification est la pulsion de supprimer l’autre : mort du sorcier, du compagnon esquimau Ikwah, des chiens, de Madame Lez ; homme à la carabine de la coupure de presse, épigraphes de Lautréamont et de Péret. Mais M. Boucharenc fait finement remarquer que, par son insistance même, et « en se nommant la liberté s’est réduite et l’injonction – “Un acte gratuit, nom de Dieu” – a pris la place de l’action »132. Enfin, le thème même du voyage imaginaire vers le pôle, le massacre des oiseaux et des œufs, un certain humour aussi, ne sont pas sans évoquer Le Voyage d’Urien. Dans En joue !, Soupault recourt à la technique gidienne du roman dans le roman. À quoi s’ajoute, chez les deux écrivains, un goût du témoignage et du fait divers.

84On aurait pu scruter aussi différents intérêts communs (pour Blake, Baudelaire, Lautréamont), différentes amitiés communes (V. Larbaud, par exemple) et antipathies partagées (Barrés, Cocteau…). Mais l’essentiel était de suivre, pièces à l’appui, l’histoire d’une réelle amitié, dissymétrique et déséquilibrée certes, du fait des différences d’âges, de positions, de caractères, mais qu’on a pu voir évoluer vers une estime et une confiance partagées. Et l’on a pu voir, dans ces échanges qui se poursuivent quand même pendant une trentaine d’années en dépit des aléas et des voies différentes, beaucoup de facettes de la personnalité des deux hommes, leur ouverture à bien des petites et grandes questions (rapprochement franco-allemand, anticolonialisme, ouverture à la révolution soviétique…), leur attention aux autres. Je laisserai le mot de la fin à Christine Chemetov :

  • 133 Lettre à A. Goulet, 10 mars 1997.

En relisant [l’entretien avec Léon Pierre-Quint], je retrouve le sentiment de l’importance qu’avait la personnalité de Gide sur la vie de mes parents, une admiration pour sa révolte contre l’ordre bourgeois puritain de l’époque, son côté non-conformiste, son sens de l’humour, […] et son courage aussi…133

DOCUMENTS

Document I
Rag-time

Le nègre danse électriquement
As-tu donc oublié ton pays natal et la ville de Galveston
Que le banjo ricane
Les vieillards s’en iront enfin
le long des gratte-ciels grimpent les ascenseurs
les éclairs bondissent
Tiens bonjour
           mon cigare est allumé
           j’ai du whisky plein mon verre
           mon cigare est allumé
           j’ai aussi mon revolver
Le barman a tort de sourire
on ne cherche plus à savoir l’heure
la porte infatigable
les ampoules
ma main
n’est-ce pas

Février 1918
Philippe Soupault

 

85(BLJD, γ807-1). Ce poème, publié dans Nord-Sud, n° 16, octobre 1918, est repris dans Rose des vents, Paris, Au sans pareil, 1920 (achevé d’imprimer : 30 août 1919), et figure dans Poèmes et Poésies, Paris, Grasset, « Les Cahiers rouges », 1973, p. 26.

Document II
Vins-liqueurs

86À André Gide

Le bar ouvre de bon matin
les bateaux dorment
                Offres d’emplois
dit-on
la patronne crie
tout est loin
c’est l’export-cassis ou la chopine de blanc
la glace rit très bas de temps en temps
Victor
           le marbre est percé
                c’est gratuit
           Fermé pour cause
                Rengaine

Philippe Soupault
[cette date, de la main de Gide :] Déc. Janvier 1919

 

87(BLJD, γ807-2). Poème publié dans Rose des vents. Dans la version publiée, les vers 7 et 8 ont été inversés.

Document III

KRA, ÉDITEUR
6, rue Blanche
Téléphone : TRUDAINE 41-85
PS/GF

PARIS, le 27 février, 1929
 
 
 

 

 

 

Monsieur André GIDE

1 Bis, rue Vaneau,

PARIS

Cher Monsieur Gide,

Léon Pierre-Quint m’a fait part de votre conversation au sujet du livre que nous vous demandions pour la collection que nous voulons mettre sur pied le plus tôt possible.

Il m’a dit que vous étiez en principe d’accord pour reprendre les textes parus dans le numéro spécial du « Capitole », et ceux parus dans la « Nouvelle Revue Française » du mois de décembre 1928.

Nous publierons ce volume avant le mois d’août 1929. Le tirage serait d’environ 1 800 exemplaires* [ajout marginal manuscrit : « *l’exemplaire sera vendu environ 30 frs »] plus un certain nombre d’exemplaires de luxe (environ 300 à 400). Après épuisement de ce volume, vous reprendriez la propriété totale de ces textes.

Pour prix de cette cession, la Société Anonyme des Éditions Kra vous verserait la somme forfaitaire de 15 000 Frs (quinze-mille francs).

En ce qui concerne les traductions, si l’affaire venait par l’entremise de la Société Anonyme des Éditions Kra, nous vous demanderions un pourcentage de 25 % (vingt-cinq pour cent) sur le produit de l’opération.

Voulez-vous être assez gentil pour m’envoyer un petit mot me donnant votre accord, et immédiatement nous nous permettrons de vous envoyer un chèque de 15 000 Frs.

Nous serions également extrêmement heureux si vous pouviez nous accorder une option sur l’édition ordinaire de ce livre à des conditions à envisager ultérieurement entre nous.

Vous voyez que je ne crains pas de vous parler d’une façon très commerciale. Mais ce que je veux vous dire encore c’est quel immense plaisir vous nous faites et quel service vous nous rendez en acceptant d’inaugurer cette collection à laquelle j’attache ainsi que Pierre-Quint une importance énorme.

En vous remerciant d’avance, je vous prie de croire, Cher Monsieur Gide, à l’assurance de mes sentiments très amicalement dévoués.

 

Philippe Soupault

M. Philippe SOUPAULT, 4, av. Erlanger, PARIS

 

 

88Coll. Catherine Gide, dossiers « éditeurs », p. 354 : lettre dactylographiée originale, signée, avec deux ajouts manuscrits, de Philippe Soupault à André Gide. La transcription des lettres en annexe respecte les règles énoncées en note 29.

 

[f. 355]

KRA

DIRECTION GÉNÉRALE

6, R. BLANCHE, PARIS-9e

BUREAUX ET MAGASINS

56 R. RODIER, Paris, 9e

 

Paris, le 27 février 1929.

MONSIEUR ANDRÉ GIDE

1 bis, rue Vaneau

PARIS

 

 

 

LPQ/MR.

Monsieur,

Nous vous confirmons, au nom de la Société Anonyme des KRA, les termes commerciaux de la lettre de Monsieur Philippe SOUPAULT.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

Un des Administrateurs délégués,

Le Directeur-Général,

[signé : L. Pierre-Quint]

[signé : L. Kra]

[f. 356]

KRA, ÉDITEUR

6, rue Blanche

Τéléphone : TRUDAINE 41-85

PARIS, le 2 MARS, 1929

LPQ/GF

Monsieur André GIDE

1 Bis, rue Vaneau,

PARIS

Cher Monsieur,

Comme suite à la lettre d’accord que vous avez bien voulu faire parvenir à M. Philippe Soupault, nous nous empressons de vous remettre ci-inclus un chèque barré de la somme de 15. 000 Frs, représentant le montant de vos droits pour l’ouvrage que vous voulez bien nous donner.

Nous considérons donc que notre lettre du 27 février, et votre réponse à M. Soupault, forment contrat entre nous.

En vous remerciant encore, nous vous prions de croire, Cher Monsieur, à nos sentiments tout dévoués.

Un des Administrateurs délégués,

Le Directeur-Général,

[signé : L. Pierre-Quint]

[signé : L. Kra]

 

89Coll. Catherine Gide, p. 355 et 356 : lettres dactylographiées originales, signées.

[f. 359]

                                

Paris, le 15 avril 1929

Mon cher Soupault,

 

Je reçois cette lettre de M. Nino Frank ( ?), que vous connaissez sans doute, puisque c’est au nom de la Maison Kra qu’il m’écrit. Peut-être aurez-vous l’obligeance de me dire, aussi confidentiellement que vous voudrez, si la demande qu’il me fait mérite, à votre avis, d’être prise en considération.

Je ne vois du reste guère ce que je pourrais lui offrir, puisque vous pensez vous emparer précisément du seul texte de moi qui restait encore disponible : celui paru sous le titre de Pages Retrouvées, dans le dernier numéro de la N. R. F. Au sujet de ce texte, vous me demandiez l’autorisation de le joindre aux pages que vous vous proposez de réunir en volume ; « inutile de me répondre si vous acceptez », me disiez-vous. Et je n’avais pas répondu, précisément parce que j’acceptais volontiers, encore que ces dernières pages ne me paraissent guère de même encre que les précédentes. Il y aurait lieu, je crois, si vous persistez dans votre désir, de trouver pour elles un sous-titre, ou de mettre, entre elles et les réflexions précédentes, tel espacement, tel signe typographique qui les en écarte un peu.

Quand pensez-vous que le livre puisse paraître ? Celui dont me parle aujourd’hui Nino Frank ne pourrait, je crois, de toute manière, paraître que plus tard. De sorte que vous ne trouveriez sans doute pas mauvais qu’il reproduise dans son anthologie quelques pages dudit livre édité par vous. Un mot pourtant à ce sujet, je vous prie. Mais c’est peut-être M. Nino Frank qui ne trouvera pas ces pages suffisamment inédites, encore que votre volume ne doive être tiré, n’est-ce pas ? qu’à petit nombre.

Au revoir, mon cher Philippe Soupault. Vous savez, n’est-ce pas, que j’accueillerais joyeusement toute occasion de vous rencontrer, et de causer avec vous.

Bien cordialement votre,

                                

André Gide

P. Sc- Vous voudrez bien me renvoyer la lettre de M. Frank, à laquelle je n’ai pas encore répondu.

[f. 360]

KRA

PS/GF

 

 

 

Paris, le 18 AVRIL 1929

 

Monsieur André GIDE

1 Bis, rue Vaneau

PARIS

Cher Monsieur Gide,

 

Je vous remercie de votre lettre du 15 Ct.

Je connais en effet M. Nino Frank, qui avait été chargé par Léon Pierre-Quint de vous écrire. Je vous renvoie donc sa lettre, mais je lui ai parlé, et vous n’avez plus besoin de lui répondre.

Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, et en admettant que l’« Anthologie des Essayistes » paraisse avant le livre « Feuillets », nous choisirons quelques pages que nous mettrons dans cette Anthologie.

En ce qui concerne les « Pages retrouvées » je vous remercie très vivement de l’autorisation que vous nous donnez de les placer dans votre livre, et nous trouverons un artifice typographique pour séparer ces pages du reste du texte ;

Je vous remercie encore mille fois de votre gentillesse pour moi, et m’excuse de mon insistance. Inutile de vous dire que c’est aussi avec joie que je me permettrai d’aller vous déranger un jour prochain, afin de parler avec vous quelques instants.

Croyez-moi, Cher Monsieur Gide, votre tout dévoué,

                                 

                                 

Philippe Soupault

M. Philippe SOUPAULT, 4, av. Erlanger, PARIS.

Notes

1 Nous remercions vivement Mme Catherine Gide, qui a mis à ma disposition les lettres de Soupault et de Gide, inédites, qui figurent dans ses archives ; Mme Christine Chemetov-Soupault pour ses aimables lettres et les renseignements qu’elles contenaient et pour m’avoir donné copie des lettres de son père qu’elle venait de racheter ; et toutes deux pour leur confiance et l’autorisation qu’elles m’ont accordée de publier ce qui a été conservé de cette correspondance inédite.

2 Mises en vente en mai 1897.

3 Les Nourritures terrestres, in Romans, Récits, Soties, Œuvres lyriques, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1958, p. 186.

4 Cf. Histoire d’un Blanc (1927), Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 37 : « J’avais sept ans lorsque mon père mourut. Je me souviens avec beaucoup de précision des circonstances de sa mort. J’aimais beaucoup mon père, qui était gai, vivant, souriant, actif et taquin. […] Il était médecin des hôpitaux et fils d’un ancien raffineur. » Gide a perdu son père alors qu’il n’avait pas encore onze ans.

5 Histoire d’un Blanc, p. 58-59 (et version légèrement différente dans : Cahiers Philippe Soupault, n° 1, 1994, p. 208).

6 Vingt mille et un jours, Entretiens avec Serge Fauchereau, Paris, Belfond, 1980, p. 41.

7 Histoire d’un Blanc, p. 58-59.

8 Cf. « Avec Philippe Soupault », 1927, in Léon Pierre-Quint, André Gide, Paris, Stock, 1952, p. 473 : « Emmanuel Fay et moi nous sommes connus au lycée. Gide aurait désiré qu’il devînt un ami pour Marc » ; Gide, Journal 1889-1939, Paris, Gallimard, « Pléiade , p. 681 : le 9 mai 1920, Marc « retrouve Emmanuel Fay, ami digne de M. et dont je voudrais ne pas être jaloux » ; Cahiers André Gide, Paris, Gallimard, n° 4, 1973, p. 117 : la Petite Dame nous présente « Marc et son ami Fay », en avril 1922 réunis pour une représentation de L’Oncle Vania de Tchékhov.

9 Ci. Mémoires de l’oubli 1923-1926, Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 81-82 : « Méfiez-vous de Cocteau ! nous avait dit Apollinaire, c’est un tricheur et un caméléon. Pour Pierre Reverdy, Cocteau était l’anti-poète. […] Il cherchait à être, à tout prix, l’homme à la mode. Exhibitionniste, imitateur, maniaque du succès, fourbe, spécialiste de l’embrouille. C’était l’ennemi. Nous le détestions tous. »

10 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 473.

11 Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 83 et 163 ; Profils perdus, Paris, Mercure de France, 1963, p. 144-145.

12 Cf. Journal 1889-1939, 21 novembre 1923 : « Emmanuel, l’ami de M., […] s’est fait mourir. Il disait à son frère un des derniers jours : “On n’a pas le cœur à jouer dans un monde où tout le monde triche”. » (Voir aussi à la date du 17 novembre 1927).

13 Cf. NRF, 1er juillet 1932, p. 41 : « On n’a pas de plaisir à jouer dans un monde où tout le monde triche… » Ces paroles du jeune Emmanuel Fay, peu avant de quitter la vie, font, à toutes mes pensées, une basse indiscrète, assourdissante. » François Mauriac répondra à Gide par un article « Qui triche ? », L’Écho de Paris, 16 juillet 1932, p. 1.

14 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467.

15 C’est en réalité en avril 1925, avant son grand départ pour l’Afrique Équatoriale, que Gide vend une partie de sa bibliothèque aux enchères, à l’Hôtel Drouot.

16 Vingt mille et un jours, p. 41.

17 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 469.

18 Voir André Germain, La Bourgeoisie qui brûle, Paris, Éd. Sun, 1951, p. 226-227.

19 André Germain rapporte que Gide fréquentait assez assidûment le salon de Mme Mühlfeld avant la guerre, ibid., p. 240 : « Il gambadait autour de cette dame pour des raisons qui me furent toujours incompréhensibles. Car, un peu honteux, semble-t-il, de cette fréquentation qu’il jugeait indigne de lui, il s’efforçait de la justifier et se livrait, alors, aux explications les plus contradictoires. »

20 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467.

21 Ibid., p. 41.

22 Inédite, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (citée désormais BLJD), γ807-3.

23 Cf. Journal 1889-1939, p. 1056.

24 Cf. D. Durosay, « Les Faux-Monnayeurs de A à S », Bulletin des Amis d’André Gide, n° 88, octobre 1990, p. 46-47.

25 Voir Document I, p. 131.

26 Au verso : brouillons de la main de Gide : « Et puisqu’à l’ordinaire on se refuse à l’admettre, j’examine, je tâche d’examiner s’il est aussi préjudiciable qu’on le dit / | Mes théories, me répétais-je, n’y font rien. / Par elles je tâche simplement d’expliquer ce qui est ; et puisque, à l’ordinaire, on se refuse à l’admettre | » (BLJD, γ807-1).

27 Cf. Journal 1889-1939, p. 1054-1055, et 1069.

28 Mic est l’abréviation de Microbe.

29 Reproduite en fac-similé dans Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 132. Dans toutes les transcriptions des lettres manuscrites, nous avons respecté la mise en forme des auteurs (guillemets, minuscules, majuscules, mots soulignés) ; l’italique est réservée (entre | tirets droits |) aux mots biffés.

30 Soupault, Profils perdus, p. 150.

31 Ibid., p149-150.

32 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 468.

33 Ibid., p. 467.

34 Ibid.

35 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 467-468.

36 Cf. Jean Cocteau, Lettres à André Gide, Paris, La Table Ronde, 1970, p. 72-73.

37 Voir Document II, p. 132.

38 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 468.

39 Gide est à Paris de la mi-février 1919 jusqu’en avril.

40 Inédite, BLJD, γ807-4.

41 « Les Nouvelles Nourritures (fragments du 1er et du 5e livres) », Littérature, n° 1, mars 1919, p. 1-6. Sur Les Nouvelles Nourritures voir A. Goulet, « Les Nouvelles Nourritures : une autre symphonie pastorale ? », in Retour aux « Nourritures terrestres », Actes du colloque de Sheffield, D. H. Walker et C. Brosman (éds.), Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1997, p. 237-263.

42 Correspondance Gide-Paulhan, inédite, à paraître dans les Cahiers Jean Paulhan, éd. Frédéric Grover.

43 A. Anglès, André Gide et le premier groupe de « La Nouvelle Revue Française », Paris, Gallimard, t. 1, 1978, p. 24.

44 Cf. Les Cahiers de la Petite Dame, Cahiers André Gide, n° 4,1973, p. 23.

45 Inédite, BLJD, γ807-8.

46 Anthologie Dada. Dada, n° 4-5, mai 1919.

47 Bulletin des Amis d’André Gide, n° 88, octobre 1990, p. 441.

48 Voir A. Goulet, « Leçons d’écriture : les manuscrits des Caves du Vatican », in André Gide 10 : L’écriture d’André Gide 1 : genèses et spécificités, Rencontres de Cerisy-la-Salle, Paris, Lettres modernes et Fleury-sur-Orne, Minard, 1998, p. 85-116.

49 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

50 Cf. Jean Cocteau, Lettres à André Gide, Paris, La Table Ronde, 1970, p. 76-96.

51 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

52 Inédite, BLJD, γ807-6 (2 p.).

53 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

54 Les Memories of OscarWilde by G. Bernard Shaw, 32 pages, se trouvent insérées, entre les pages 548 et 549 de l’édition d’Oscar Wilde, his Life and Confessions de Frank Harris, 3e éd., New-York, Harris, 1918.

55 Gide, OscarWilde, Paris, Mercure de France, 1910.

56 Inédite, BLJD, γ807-5.

57 Joseph Conrad, Typhon, traduction d’André Gide, Paris, NRF, 1918, p. 201 (préoriginale : La Revue de Paris, 1er et 15 mars 1918).

58 Dans Mémoires de l’oubli 1927-1933, Paris, Lachenal & Ritter, 1997, p. 52-53, Soupault présente Marc Chadourne, « directeur d’une collection intitulée la Grande Fable, chroniques de personnages imaginaires, éditée par Plon, l’éditeur de Paul Bourget, de Maurice Barrés, d’Henry Bordeaux. […] Étudiant à l’École Coloniale [il] devint fonctionnaire du Ministère des Colonies, était ambitieux et arriviste. Né à Brive-la-Gaillarde où son père était notaire, il représentait assez bien un Rastignac du XXe siècle. » Il était le frère de Louis Chadourne « dont un roman Inquiète Adolescence avait été bien accueilli ».

59 Joseph Conrad et Ford Madox Ford, Aventure (Romance), traduction de Marc Chadourne avec une lithographie originale de Luc-Albert Moreau, Paris, Simon Kra, 1926. L’annonce de la publication en fac-similé se trouve dans Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 199. Gide, séjournant en 1943 à Tunis, note dans son JournalII, 1926-1950, Paris, Gallimard, 1997, p. 923 : « Lu avec quelque impatience et une sérieuse fatigue vers la fin, Romance de J. Conrad et Ford Madox Hueffer. Voudrais savoir le rôle de ce dernier et sa part dans cette collaboration. J’attribue naturellement à Conrad lui-même certaines excellentes parties ; mais il semble que, vers le dernier tiers du livre, il ait cédé la parole à l’autre trop disert et tatillon. » (Ford Madox Ford est le nom de plume de Ford Madox Hueffer. N. D. E.).

60 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

61 Cette lettre, écrite depuis le Quai Bourbon (donc entre 1919 et 1922) un 10 juillet, ne peut convenir que pour l’année 1919, Gide revenant à Paris début juillet après un mois de juin passé en grande partie à Cuverville. En juillet 1920 et 1921, Gide est à Cuverville, en juillet 1922 et 1923, dans le Midi.

62 Inédite, BLJD, γ807-7.

63 NRF, 1er septembre 1919, p. 636-637.

64 « Dada », NRF, avril 1920, p. 477-481.

65 Littérature, n° 8, octobre 1919, p. 32.

66 Littérature, n° 10, décembre 1919, p. 2-4.

67 Ibid., p. 24.

68 Lettre inédite, coll. Christine Chemetov-Soupault.

69 Cf. Les Cahiers d’André Walter, C. Martin (éd.), Paris, Gallimard, « Poésie », 1986, p. 127 : « § Sujet-Verbe et attribut./Il faut y revenir toujours ; c’est le rapport inévitable. Pourtant cela ne satisfait pas : toutes choses ne sont pas dans une si fatale dépendance ; il est des corrélations plus subtiles. »

70 Littérature, n° 16, sept. -oct. 1920, p. 37.

71 Littérature, n° 17, décembre 1920, p. 1.

72 Littérature, nouvelle série, n° 1, 1er mars 1922, p. 16-17.

73 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 471.

74 Journal 1889-1939, p. 802.

75 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

76 Inédite, BLJD, γ807-9.

77 Par exemple, « Littérature et le reste », Littérature, n° 13, mai 1920, p. 7-8, où il écrit notamment : « J’écris un manifeste parce que je n’ai rien à dire. »

78 Lors de ses entretiens radiophoniques de 1963 avec Luc Bérimont, « Les 400 Coups », Soupault a évoqué cette matinée du mouvement Dada, précisant : « Il y avait André Gide qui était là et qui nous criait “Faites des gestes…” La leçon n’a pas été perdue… »

79 André Germain, op. cit, p. 241-243, et 276.

80 In Léon Pierre-Quint, op. cit, p. 471-472.

81 André Germain, op. cit, p. 243.

82 Journal 1889-1939, p. 745.

83 Voir Mémoires de l’oubli 1923-1926, p. 73-78. La Revue européenne veut faire pièce à La Revue des Deux Mondes.

84 Achevé d’imprimer : 25 juin 1923.

85 Cf. André Germain, La Bourgeoisie qui brûle, p. 276-277 : « Les parents [de Marie-Louise] n’étaient pas seuls à combattre le roman. Gide, qui habitait aussi les brumes du voisinage, s’intéressait à la jeune fille menacée. Il me disait : “J’ai le devoir de la protéger.” Son accent, lorsqu’il parlait de “protection”, était à la fois hypocrite et sincèrement pathétique… » Divorcé de Mic Verneuil le 7 décembre 1922, Soupault épouse Marie-Louise Leborgne en juin 1923, dont le frère, Charles, a épousé Nicole Gilbert, une nièce de Gide.

86 Inédite, BLJD, 7807-10.

87 Inédite, BLJD, 9807-11.

88 S. Fauchereau, Philippe Soupault, voyageur magnétique, Paris, Cercle d’art, 1989, p. 130-132. Peut-être y a-t-il eu confusion à cause de la participation de l’oncle Charles Gide à la rubrique « Dix ans après », le 1er août 1924 (Charles Gide, « Le désarmement de l’Allemagne », La Revue européenne, n° 18,1er août 1924, p. 8-10).

89 Cahiers André Gide, n° 9, 1979, p. 473.

90 Fils du fondateur du Crédit Lyonnais, il finance La Revue européenne, appartient à son comité de direction, et compte parmi ses collaborateurs.

91 BLJD, 9807-15.

92 Cahiers André Gide, n° 9, 1979, p. 497.

93 Journal 1889-1939, 28 octobre 1927, p. 857.

94 NRF, 1er août 1922, et en volume : Claude Aveline, 1923, 65 pages.

95 Cf. Lettres à Alain Goulet, des 27 février et 30 avril 1997 : « Je pense que la traduction des Chants d’innocence et d’expérience de Blake leur avait été confiée par l’intermédiaire de Gide. »

96 S. Fauchereau, op. cit, p. 25.

97 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

98 Voir A. Goulet, « Le Voyage au Congo, ou comment Gide devient un Intellectuel », Elseneur, n° 5, Les Intellectuels, 1988, p. 109-127.

99 A. Gide, Journal 1939-1949. Souvenirs, p. 1029-1040.

100 Cf. Fernand L’Huillier, Dialogues franco-allemands 1925-1933, Gap, 1971, p. 72.

101 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 32.

102 « Feuillets », André Gide, Paris, Édition du Capitole, 1928, p. 3-41 ; et « Feuillets », NRF, 1er décembre 1928, p. 801-808.

103 Voir Document III, p. 133-136, lettres du 27 février, 2 mars, 15 avril et 18 avril 1929, coll. Catherine Gide.

104 Ms. inédit, coll. Catherine Gide.

105 Lettre d’André Gide à Philippe Soupault, dactylographiée, signée, coll. Christine Chemetov, copie coll. Catherine Gide (dossier Kra) ; reproduite en fac-similé dans « Documents », in Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 176.

106 Cahiers André Gide, n° 4, p. 400.

107 Lapsus évident puisque Rivière est mort en 1925, la direction de la revue étant assurée, de 1925 à 1935, par Gaston Gallimard.

108 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 80. Cf. Christine Chemetov, lettre à A. Goulet, 27 février 1997 : « Les parents de ma mère habitaient une propriété à quelques kilomètres de Cuverville et les enfants entretenaient des liens d’amitié, avec tous les neveux et nièces de Madeleine et d’André Gide. »

109 Dominique Drouin, son neveu.

110 Journal 1889-1939, 2 septembre 1929, p. 932.

111 « Paris, le 3 juillet 1929 / Mon cher Pierre-Quint, / Je regrette de quitter Paris sans vous revoir. N’avez-vous pas reçu ma lettre de Cuverville, qui vous demandait de me téléphoner ? – ou n’avez-vous pu « m’obtenir » au téléphone ? / Ce mot pour vous demander de vouloir bien envoyer un jeu d’épreuves de « Un Esprit non prévenu », à M. Jacques Chambrun (2 rue Félix Faure, Paris), qui l’attend avec une grande impatience en vue de traduction en Amérique. / Bien amicalement. /(lettre inédite, coll. Catherine Gide, f. 363).

112 Journal 1889-1939, p. 1044.

113 Voir Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 55-78.

114 Soupault est chroniqueur à Europe de 1926 à 1935.

115 Mémoires de l’oubli 1927-1933, p. 81-96.

116 Cahiers André Gide, n° 5, p. 172.

117 En juin 1937, Philippe Soupault épouse en troisième noces Neta Erna Niemeyer, dite Ré, ancienne élève au Bauhaus de Weimar, rencontrée en 1933.

118 C’est le 4 mai 1942 que Gide s’embarque de Marseille pour la Tunisie, où il s’installe chez les Théo Reymond de Gentile.

119 Lettre de Mme Ch. Chemetov à Alain Goulet, du 27 février 1997.

120 Ré Soupault, « Tunis. Mars-septembre 1942. Un témoignage », Cahiers Philippe Soupault, n° 1, 1994, p. 77-84.

121 Voir Cahiers Philippe Soupault, n° 2, 1997, p. 43 sq.

122 Cf. Entretiens avec Bernard Morlino, in Philippe Soupault. Qui êtes-vous ?, Paris, La Manufacture, 1987, p. 286 : « J’avais écrit un roman qui s’appelait Les Moissonneurs. J’avais déjà pas mal de pages. Dans les souks, j’ai trouvé des cornets à bonbons avec mon écriture. Une drôle d’impression. Quand je l’ai dit à Gide, il m’a répondu : “Vous allez recommencer, il sera meilleur.” Je lui ai dit : “C’est fini, je n’écris plus de romans.” »

123 François Martinet, « Dans l’imbroglio d’Alger », Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 54.

124 Journal 1939-1949, p. 244.

125 Citée par Ré Soupault dans son Journal, Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 77.

126 Journal 1939-1949, p. 245.

127 Voir « Journal », Cahiers Philippe Soupault, n° 2, p. 101-102.

128 BLJD, γ807-14.

129 Jacques Schiffrin, fondateur des éditions de la « Bibliothèque de la Pléiade », publiera effectivement à New York : Interviews imaginaires. La délivrance de Tunis, en 1943 (achevé d’imprimer le 2 novembre), parallèlement à deux autres éditions, l’une en Suisse (Yverdon et Lausanne), l’autre à Paris, chez Gallimard.

130 « Gide et nos vingt ans », Revue de Paris, 54e Année, n° 12, décembre 1947, p. 141-143.

131 Cf. Les Caves du Vatican, p. 744.

132 M. Boucharenc, L’Échec et son double. Philippe Soupault romancier, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 154.

133 Lettre à A. Goulet, 10 mars 1997.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540