Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Départs

La tentation du silence

Véronique Duchemin

Texte intégral

1Le silence autour de l’œuvre de Philippe Soupault semble s’être brisé : centenaire oblige ? Le colloque de Cerisy ouvre le feu en rappelant l’écrivain à l’attention de l’Université et des milieux littéraires. Pourtant, à l’heure de la commémoration de la première génération surréaliste, alors que les publications s’enchaînent, il n’existe encore aucune édition critique des œuvres de Soupault, fort peu accessibles pour bon nombre d’entre elles.

  • 1 François Martinet, Philippe Soupault : la rupture avec le groupe surréaliste, Thèse de 3e cycle, so (...)
  • 2 Voir Véronique Duchemin, « Inventaire des thèses sur le surréalisme et les surréalistes », Mélusine (...)
  • 3 Il s’agit des thèses remaniées de Myriam Boucharenc et Sylvie Cassayre. Voir bibliographie en fin d (...)

2Si l’on compare la réception de son œuvre à celle d’autres surréalistes, on est ainsi frappé par le silence qui l’entoure. Il faut attendre 1988, deux ans avant la mort de l’auteur, pour voir présentée une thèse le concernant. À ce jour, cinq thèses seulement ont été soutenues en France, dont quatre exclusivement consacrées à son œuvre, une seulement sur sa poésie (une autre est en préparation)1. Il suffit de feuilleter l’inventaire des thèses sur les surréalistes2, pour avoir une idée du peu d’intérêt qu’il a suscité jusqu’à présent à l’Université. Les deux seules thèses publiées à ce jour viennent de l’être, en cette année de centenaire3.

  • 4 André Breton, Philippe Soupault, Les Champs magnétiques ; suivi de Vous m’oublierez et de S’il vous (...)
  • 5 Revue fondée par A. Breton, Ph. Soupault et L. Aragon, à laquelle collaborèrent nombre des futurs s (...)
  • 6 Le Nègre et Les Dernières Nuits de Paris, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1997.

3Par ailleurs, la proportion d’articles critiques privilégiant la période 1917-1926, de son premier poème, « Départ », à son départ-exclusion du mouvement surréaliste, en novembre 1926, favorise une vision partielle et partiellement faussée de son œuvre. Du parcours de Philippe Soupault, on retient essentiellement Philippe Dada, Les Champs magnétiques4, et la révolte de Littérature5 contre la littérature. Les soixante-quatre années de vie et de publications qui suivent la rupture avec le groupe surréaliste sont quasiment oubliées au profit de ces expériences de jeunesse. Les critiques ont surtout écrit des articles sur ses romans, notamment sur Le Bon Apôtre, mais aussi sur Le Nègre et Les Dernières Nuits de Paris, deux récits réédités en cette année du centenaire6. Parmi les œuvres poétiques, les critiques retiennent avant tout les publications d’œuvres complètes de 1937 et de 1973 et, pour ce qui est des recueils, Georgia et le long poème intitulé Westwego. Les articles critiques sont écrits pour un tiers par des surréalistes, qui ne s’intéressent véritablement à Soupault que pendant qu’il les fréquente (durant la période 1917-1926, très peu d’articles de non-surréalistes lui sont consacrés), ainsi qu’à l’occasion de la réédition de 1967 des Champs magnétiques.

  • 7 Henri-Jacques Dupuy, Philippe Soupault, Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1957, rééd. 1977. (...)

4D’autre part, la vie de Philippe Soupault plus que son œuvre a tout d’abord retenu l’intérêt des premiers commentateurs7. Les critiques s’attachent aux premiers romans et récits. Sa poésie n’est qu’effleurée. Il la considère pourtant comme ce qu’il y a de plus important, publiant des poèmes tout au long de sa vie. Les anthologies ne citent guère que les premiers recueils.

  • 8 Devant Breton, il invoque Goethe : « Dès qu’un poète veut faire de la politique, il doit s’affilier (...)

5À la mort de Breton, Philippe Soupault est souvent convoqué comme un témoin de premier ordre de la naissance du surréalisme. Son refus de suivre le groupe surréaliste dans ses engagements politiques8 l’a mis au ban d’une certaine histoire du mouvement, retracée par ceux pour qui l’engagement politique était l’une de ses données fondamentales. La politique constituait pour Soupault l’impasse au fond de laquelle butait la poésie lorsqu’elle n’avait le droit que d’être le porte-parole d’un parti. Une telle poésie ne méritait alors plus son nom. La poésie militante d’Aragon et d’Éluard lui paraît navrante :

  • 9 Phrase de Philippe Soupault, dans Bertrand Tavernier, Philippe Soupault et le surréalisme.

les poèmes politiques d’Éluard sont lamentables et les poèmes politiques d’Aragon sont aussi vraiment très discutables. […] Les poèmes révolutionnaires sont passionnants mais les poèmes qui sont dictés par un parti, c’est atroce…9

  • 10 Philippe Soupault, Odes, Paris, Seghers, 1946 ; Message de l’île déserte, La Haye, A. A. M. Stols, (...)

6Le désintérêt des grandes maisons d’édition pour l’œuvre de Soupault – notamment poétique – explique en partie cette réception défaillante. On ne se souvient ainsi que du poète de la provocation et du scandale, de la poésie grinçante et légère. Les plus poignants de ses recueils10 attendent toujours une réédition qui les mettrait à la portée d’un plus large public. De 1917 à 1987, Soupault a pourtant exploré toutes les formes d’écriture et d’expression : poésie, romans, récits, nouvelles, théâtre, mémoires, essais, études, traductions, articles de presse… et sur tous les supports : livres, radio, télévision, presse écrite (grands reportages, articles critiques, chroniques…). Comment justifier ce gommage des trois quarts d’une œuvre si abondante et si variée ? Quelles peuvent en être les raisons ?

  • 11 Jean Chartier, dans le tome III de sa thèse (op. cit.), a dressé une partie de l’inventaire des man (...)
  • 12 André Breton, Philippe Soupault, Les Champs magnétiques ; suivi de Vous m’oublierez et de S’il vous (...)
  • 13 Philippe Soupault, Le Bon Apôtre, Simon Kra, Aux Éditions du Sagittaire, 1923. Manuscrit autographi (...)
  • 14 Claude Leroy, « Peut-être un fantôme ou Rimbaud à l’école de Chaplin, Voyage d’Horace Pirouelle au (...)
  • 15 Philippe Soupault, André Breton, Les Champs magnétiques, manuscrit, 1919, 101 feuillets, Départemen (...)
  • 16 Philippe Soupault, André Breton, Les Champs magnétiques, manuscrit original, fac-similé et transcri (...)

7En premier lieu, la cause est à rechercher dans l’inaccessibilité matérielle des textes, publiés il y a trop longtemps ou en un trop petit nombre, peu ou mal diffusés, souvent absents des bibliothèques, et atteignant aujourd’hui en librairie des prix déraisonnables, si ce n’est pour le collectionneur, du moins pour le chercheur. Rares sont les bibliothèques qui possèdent les volumes de Philippe Soupault, sans compter les multiples revues auxquelles il a collaboré. Les manuscrits et autres documents servant à la recherche ne sont pas tous consultables, loin s’en faut. Les manuscrits, à l’image des éditions, sont dispersés. Outre ceux que possède la famille de Philippe Soupault11, de nombreux documents manuscrits ont été déposés, il y a quelques années, à l’IMEC, où ils ne sont toujours pas accessibles au public. Le fonds littéraire Jacques Doucet comprend, entre autres, de nombreux textes de Philippe Soupault, dont Vous m’oublierez, qui ont appartenu à Tristan Tzara12 ainsi que Le Bon Apôtre13. Le manuscrit du Voyage d’Horace Pirouelle au Groenland retrouvé par Claude Leroy dans le fonds Blaise Cendrars de Berne, a été publié en fac-similé dans un volume d’études sur Philippe Soupault14. La Bibliothèque nationale de France détient le manuscrit des Champs magnétiques15, qui a été publié aux éditions Lachenal & Ritter en 1988, matériellement décrit, transcrit et annoté par Serge Fauchereau16 ; ainsi que, depuis peu, une partie de la bibliothèque de Philippe Soupault, que possédait Madame Christine Soupault-Chemetov.

8Mais l’indifférence de Philippe Soupault vis-à-vis des codes intellectuels et sociaux qui régissent le monde littéraire pourrait être une autre cause du silence de la critique. Laissant derrière lui la possibilité de s’inscrire dans l’histoire littéraire et de connaître une notoriété future, il a organisé son propre oubli, conservant une attitude marginale, afin de sauvegarder sa liberté. Liberté de disparaître qu’il a souvent proclamée dans sa poésie :

  • 17 « La Bouée », Sang Joie Tempête, repris dans Poésies complètes (1917-1937), Paris, GLM, 1937.

Foutez-moi à la mer
les amis
les amis inconnus mes frères
Tous ceux qui ne m’ont pas connu
et qui n’auront ni regrets
ni souvenirs
Pas de souvenirs surtout
seulement un coup d’épaule17

9Si cette marginalité a mis Soupault à l’écart, l’oubli l’a préservé des inconvénients de la reconnaissance publique et lui a conservé la spontanéité, la fraîcheur et l’authenticité. Philippe Soupault s’accorde mal avec ceux que tente le jugement des conduites d’autrui, de leur façon de vivre, d’écrire ou de penser. Indépendant et solitaire, personnalité discrète, préférant le silence et le départ aux conflits ouverts, d’autant plus s’il s’agit d’une lutte pour un pouvoir quelconque. Son attitude face au surréalisme en train de se faire est symptomatique de sa vision de la vie. Philippe Soupault est un électron libre. Dada et le surréalisme participent pour lui d’un état d’esprit, et n’ont pas pour but de mettre en place des structures. Soupault est avant tout animé du désir d’éradiquer systématiquement certaines habitudes de penser et d’écrire, en compagnie de ceux qu’il sent habités des mêmes révoltes. Dada est activé pour faire table rase de l’ancien, et en même temps formulé pour s’autodétruire, idéalement, sans laisser de traces ni écrite ni d’aucune autre sorte.

10Bien qu’il reste célèbre pour avoir été le cofondateur du surréalisme, Soupault préfère l’écriture en solitaire aux expériences et manifestations collectives. Les Champs magnétiques ont certes été écrits à deux mains mais sont davantage une expérience menée sur deux fronts, en regard l’un de l’autre, qu’une expérience réellement collective : un seul chapitre a été écrit en co-présence. Soupault se sent à l’aise parmi ses amis surréalistes tant qu’il s’agit d’activités collectives libres – au sein de la revue Littérature, notamment – où chaque individualité s’exprime en tant que telle. Il partage avec ses amis le goût de la liberté, la même répulsion pour les autorités mais considère que chacun use des moyens d’action qui lui conviennent, et qu’aucun n’est à mépriser. L’un des moyens auxquels il a recours est celui des expériences poétiques, automatiques, de préférence en solitaire. L’automatisme verbal devant un public, même ami, relève pour lui davantage du spectacle que de l’expérience poétique :

  • 18 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours, p. 65-66.

La période des sommeils m’a paru trop spectaculaire, c’est-à-dire plus « divertissante » que les expériences de l’écriture automatique18.

  • 19 Ibid., p. 67.

11L’esprit de groupe, quel qu’il soit, lui déplaît fortement. Le combat avec la plume et l’encre lui paraît un défi plus essentiel. La publication du Manifeste du surréalisme en 1924, marquant ce qu’il appelle la « métamorphose de [son] ami André »19 est, pour Soupault, une nouvelle raison, décisive, de s’éloigner. Il aurait fallu désormais se conformer à un certain fonctionnement communautaire :

  • 20 Ibid., p. 68.

Je craignais de retrouver des traditions lorsque la vie communautaire, devenue systématique, davantage même, imposait de nouvelles disciplines20.

12Le groupe surréaliste commence à poser des interdits, à édicter des règles de conduite communes et à exiger un positionnement politique de chaque membre. En novembre 1926, on intente un procès interne à Philippe Soupault. On lui reproche la dispersion de ses écrits et son refus de s’engager politiquement. Il refuse de se laisser demander des comptes. On lui reproche de fumer des cigarettes anglaises : il part, sans même répondre, en en allumant une. Son silence est-il alors une marque de mépris ? Sa déception était-elle si forte qu’il en est resté sans voix ? Ou bien ne pouvait-il plus continuer avec ceux qui pensaient, selon lui, davantage à leur carrière politico-littéraire qu’à la vie même et à la poésie. Ne pouvant plus considérer comme des amis ceux qui lui demandaient des comptes, ne respectaient plus sa liberté, Philippe Soupault décide de s’éloigner, sans commentaire, et de continuer seul sa route.

13Ses départs sont-ils lâcheté ou plutôt courage, puisqu’il part seul, pour aller de l’avant vers des horizons encore inconnus ? Sa liberté passe-t-elle avant ses amitiés et ses amours ? Au cours des entretiens qu’il donne à partir des années cinquante surtout, évoquant Dada et les débuts du groupe surréaliste qu’il avait fondé avec André Breton et Louis Aragon, Soupault tient inlassablement le même discours, sans vraiment parler de lui. Il n’a jamais mis en avant son rôle dans le groupe. Interrogé sur son départ si rapide en 1926, question récurrente, il garde le silence sur le silence d’alors. Il ne s’agit pas d’un faux silence, qui serait plein de sous-entendus. Il semble s’agir bien plutôt d’un respect pour le souvenir – qu’il veut garder intact – de ses amis, tels qu’il les avait connus, pendant cette période exceptionnelle d’échanges, d’amitié et d’effervescence. D’entretien en entretien, les mêmes questions reviennent. Soupault ne reconstruit pas de souvenirs et se contente de répéter ce qu’il a déjà dit.

14Que peut l’histoire littéraire face à un écrivain qui refuse de faire sa propre promotion, revendiquant trop souvent son manque d’ambition ? Le silence qui entoure Soupault est dû également à son parcours personnel autant que littéraire, à son attitude face à la vie et à ses textes : sa façon d’envisager la « littérature », le mode de surgissement de son écriture, et son « état d’esprit ». Il n’adopte en effet aucune stratégie publicitaire, ne théorise pas son parcours, mais ne cherche pas non plus l’occultation de son œuvre. Chez lui, pas de dramatisation, pas d’écriture suscitant le débat ni la polémique, pas de déclarations d’intention. Il néglige la promotion de ses textes et n’a pas d’activités programmatiques. Plus encore, ses écrits, au lieu de faire le bilan du passé, sont un moyen de s’en libérer. Les textes qu’il écrit alors, notamment Les Champs magnétiques, sont pour lui des expériences, et non de nouveaux manifestes, ni de nouveaux modèles à suivre. Un texte écrit est dépassé, du moins à dépasser, d’autant plus s’il a été publié. Soupault en vient même parfois à dénier toute valeur à ses œuvres, disant qu’il n’a rien écrit dont il puisse se déclarer satisfait, hormis Les Champs magnétiques, la plus fulgurante et la plus bouleversante de ses expériences d’écriture automatique, et même d’écriture tout court. Mais ce moment représente pour lui l’expérimentation d’une méthode, et non une fin en soi. La poésie est un pur présent. Tout acte d’écriture est une nouvelle expérience, et elle n’a d’intérêt qu’en tant que telle. L’expérience, une fois réalisée, a pour principal intérêt de permettre de passer à autre chose. C’est une des raisons pour lesquelles Philippe Soupault ne ressent pas la nécessité de consacrer de l’énergie à une œuvre, une fois qu’elle est écrite.

  • 21 Nous en avons des traces manuscrites, sous la forme d’un classement numéroté et d’annotations diver (...)

15De nombreux critiques ont voulu voir du mépris dans le désintérêt de Philippe Soupault pour son œuvre. Peu attaché aux biens matériels, il ne conserve que vaguement ses manuscrits, hormis une série de documents remis à l’un des membres de sa famille à la fin de sa vie. Philippe Soupault aurait réussi à décourager ses potentiels lecteurs, à force de ne republier son œuvre que si on le lui demandait, et sans y prêter plus d’attention que cela. Il a tout de même collaboré avec Lydie Lachenal à la réédition de certains volumes et, pour l’éditeur Grasset, a accepté de revoir des manuscrits, les annotant, en reclassant certains, en modifiant d’autres21. Mais Soupault ne nous a apparemment pas laissé d’autres preuves d’un intérêt véritable pour son œuvre, laissant les éditeurs la publier sans véritable appareil critique, comme s’il pensait qu’elle n’en méritait pas, ou ne s’y prêtait pas, de par sa nature automatique.

  • 22 Philippe Soupault, « Avertissement », L’Arme secrète, Paris, Bordas, 1946, p. 4-13 ; « Introduction (...)
  • 23 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours ; Serge Fauchereau, Philippe Soupault, voyageur magnétiqu (...)

16Dans les paratextes – essais, avertissements, introductions, préfaces – Soupault livre peu de clés à son lecteur concernant son œuvre, peu d’éléments tangibles22. Il y exprime plutôt des humeurs, ses préférences esthétiques, et ses refus d’un certain style de poésie. Il ne donne parfois que le vague contexte de création et l’esprit qui l’avait animé lorsqu’il a écrit tel ou tel texte. Les divers entretiens23 ne regorgent pas non plus d’informations vraiment intéressantes pour la connaissance de l’œuvre. Philippe Soupault y semble en savoir moins, parfois, que son interlocuteur. À propos de Mémoires de l’oubli, il déclare qu’il écrit ses souvenirs aux seules fins de les oublier. Il y parle de toutes façons davantage des autres que de lui-même. Ses mémoires sont un jeu de cache-cache entre le dit mais masqué et le non-dit mais tout de même dévoilé.

  • 24 Philippe Soupault, Baudelaire, Paris, Rieder, « Maîtres des Littératures », 1931 ; Paolo Uccello, P (...)

17Par pudeur ou par désintérêt, Soupault garde le silence vis-à-vis de sa propre production. C’est souvent lorsqu’il parle des autres qu’il nous éclaire le mieux, mais de façon détournée, sur sa propre vision de la vie et des rapports humains. Le choix des artistes, écrivains ou plasticiens, auxquels il consacre des monographies est un premier indice de ses goûts. C’est notamment dans les textes sur Charles Baudelaire et sur Paolo Uccello24 qu’il s’exprime le plus sur sa vision de la création, poétique en particulier, esthétique de façon plus générale, et sur le rapport de l’écrivain avec son œuvre et ses critiques. Comme souvent, Philippe Soupault est là où on ne l’attend pas : significativement, il choisit souvent des inconnus en leur temps ou bien des incompris, des mal-aimés ou des mal compris. Ces écrits nous donnent une idée de la poésie ou de la peinture que Soupault apprécie, mais aussi ce pourquoi il aurait peut-être voulu qu’on l’appréciât lui aussi :

  • 25 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours, p. 72.

Le conformisme n’était pas son fort [dit-il de Michel Leiris], amoureux de la solitude et pourtant fraternel25.

18Cette réception oublieuse n’est-elle due qu’à son auteur ou bien l’œuvre y prend-elle aussi part ? On a pu laisser entendre que l’œuvre de Soupault n’était pas de qualité : trop simpliste à force d’être simple, ou trop extravagante à force d’être fantaisiste. Ainsi a-t-on pu confondre le mauvais style avec la simplicité, dédaignant une œuvre transparente. C’est oublier la difficulté d’écrire simplement en trouvant toujours le mot juste, et le courage de refuser les vocabulaires recherchés, les acceptions improbables, les termes pompeux ou précieux, comme Soupault dit lui-même les détester.

19La transparence et la simplicité sont les caractéristiques mêmes de cette poésie. Le fil directeur de toute son œuvre serait la mise à l’épreuve constante d’un état d’esprit de liberté, sous le signe du rêve et de l’inconscient, s’exprimant par le biais de l’automatisme, sans projet ni exploitation a posteriori. Ses poèmes sont d’abord un bourdonnement d’insecte qui résonne intérieurement jusqu’à ce que les mots se fixent, formes d’encre, sur le papier. Il s’agit d’une poésie exutoire : écrire, c’est se débarrasser des mots, ou plutôt les faire passer de l’état sonore à l’état visuel et tactile.

Travaillez-vous la poésie comme l’ébéniste le bois ?

20demandait Bernard Morlino à Philippe Soupault ?

  • 26 Bernard Morlino, Philippe Soupault, p. 271.

– Non. La découverte de l’écriture automatique a précipité la faillite de la prosodie, de la versification. Ce qui m’importe avant tout, c’est la liberté26.

  • 27 Philippe Soupault, Essai sur la poésie, p. 119.

21Mais un poète qui ne travaille pas ses textes, et qui ose le dire, est-il bien sérieux et digne d’intérêt ? Comme un plongeur, le lecteur aurait tort de se fier naïvement à la transparence de cette eau et de croire trop rapidement pouvoir en atteindre le fond, car « La poésie n’est jamais facile. Même lorsqu’elle le paraît »27. Soupault choisit de conclure ainsi son unique texte critique sur la poésie.

22Participant de plusieurs genres à la fois ou d’aucun, ses poèmes sont génériquement difficilement étiquetables. La construction chaotique, la typographie parfois calligrammatique, l’absence de ponctuation, l’absence ou la surabondance des rimes, le caractère illogique des poèmes, allant parfois même jusqu’à l’absurdité, ou encore l’absence d’unité thématique conduisent à penser que le poète laisse aller sa plume, sans rigueur ni réflexion. C’est précisément le cas. Philippe Soupault revendique le droit à l’écriture automatique, à la transcription sans frein des pensées, telles qu’elles surgissent dans l’esprit libéré du poète, qui rêve endormi ou éveillé. Et ses poèmes ne respectant pas les règles de la poésie dite académique, ils n’ont pas été, de ce fait, pris au sérieux par les critiques.

23À la suite d’une expérience au sein de Dada et du groupe surréaliste, marquée essentiellement par l’indépendance et une liberté absolue, Philippe Soupault évoluera toujours en solitaire. Ayant alors choisi le silence comme arme secrète, il fait par la suite l’expérience d’un autre silence, plus douloureux encore parce que subi, imposé du dehors, mettant en péril la poésie elle-même. À certains moments, lorsque le désespoir et le dégoût submergeront le poète, il se sentira tellement isolé, pris de court par la monstruosité, qu’il sera tenté de renoncer à exprimer ses sentiments, tant sa foi en la vie et en la poésie sont ébranlées. Quand montent les fascismes et qu’approche la guerre, il est tenté de laisser dire et de se taire, perdant espoir, après s’être violemment insurgé contre ce qu’il sent venir, alors que peu semblent s’inquiéter. Le poète tente de faire table rase de ses souvenirs par le silence et l’oubli :

  • 28 Philippe Soupault, « Rien », Poèmes retrouvés, p. 75.

même pas le souvenir plus rien
Plus rien sauf cette joie de l’oubli28.

24Le poète laisse dire pour pouvoir vivre :

  • 29 Philippe Soupault, Message de l’île déserte, p. 5.

Et je me tais il est temps de me taire j’ai tort de me taire29.

25Il jette un regard de désespoir sur sa vie, déplorant de ne pas avoir écrit ce qu’il voulait, proclamant être un raté. Il déplore la vanité et l’inutilité de l’écriture :

  • 30 Philippe Soupault, « Autant se taire », Crépuscules, Poèmes et Poésies, Paris, Grasset, « Les Cahie (...)

Autant se taire
Faut-il se taire30 ?

26Certaines paroles sont en effet pour lui si incompréhensibles ou si inacceptables qu’elles reviennent au silence. Et il finit par ne plus rien entendre à force d’en trop entendre :

  • 31 Philippe Soupault, « Silence S. V. P. », L’Arme secrète, p. 32.

Il est doux de se taire
Il est bon d’espérer
quand les autres ne cessent de parler31.

  • 32 Philippe Soupault, « La Bouée ».

27L’absence de sens et la perte de toute communication avec l’extérieur créent en lui un désert. « Le vrai silence/et la vraie solitude »32 lui semblent préférables à la vanité du monde et à ses injustices. Ne comprenant plus le langage de ceux qui constituent désormais une altérité, tout se passe comme si le poète perdait l’ouïe, la vue et la parole, et devenait ce sourd-muet aveugle qui hante ses poèmes. Il chasse en lui les bruits envahissants, pour laisser toute la place à la seule parole poétique :

  • 33 Philippe Soupault, « Silence S. V. P. ».

Prenez le parti de vous taire
Prenons le parti de nous taire
orateurs écrivains poètes
chantons donc mais sans rien dire33

  • 34 Le silence est un thème récurrent dans l’œuvre de Philippe Soupault, et il est également l’un des m (...)

28Faisant table rase, il dessine avec ses mots le contour du silence, il exprime le vide, en même temps qu’il confère au langage sa puissance d’exhaustivité34. La poésie prend un autre sens pour Philippe Soupault : elle devient le discours épuré des paroles inutiles.

  • 35 Philippe Soupault, « Antipodes », Rose des vents, Poésies complètes.

29Mais la Seconde Guerre mondiale transforme irrémédiablement le poète. Il reste d’abord sans voix. Puis vient pourtant le temps où il ne parvient plus à se satisfaire du silence. Le silence devient un bruit, celui, imaginaire, que font la solitude et la mort : « assourdissant silence »35. L’oppression comprime son cerveau, et le silence est vécu comme une souffrance :

  • 36 Philippe Soupault, « Ode à Londres », Odes, p. 45-53.

Tout à coup le silence et l’angoisse du silence
le temps perdu une seconde une heure
On interroge en vain la nuit l’ombre la distance36

30Le silence est alors celui de la nuit, de l’ombre, du froid, de l’ennui, de l’attente et du vide. Ses poèmes sont aussi des cris d’alarme. Car il lui faut dire l’horreur d’une guerre qui met à mal la dignité humaine. Les poèmes écrits avant, pendant, et dans l’immédiate après-guerre sont empreints de ses angoisses, nées de l’inéluctabilité des catastrophes, de l’indifférence coupable du monde, et de la terrible inconscience des dangers pourtant manifestes. Le poète s’insurge contre son impuissance devant l’injustice. Il sait maintenant que celui qui se tait commet un crime, conspire contre les hommes et contre la vérité :

  • 37 Philippe Soupault, « Ode à Prague », Odes.

répugnants sourds-muets
nous longions les murs de l’Europe […]
comme si de rien n’était37

31La guerre impose le silence aux hommes en les supprimant. Se taire alors devient une lâcheté :

  • 38 Philippe Soupault, « Chanson noire » Chansons vécues, Poèmes et poésies.

Pourquoi s’entourer de silence
quand il fait déjà noir si noir
Pourquoi se taire et laisser dire
puisqu’il faut un jour mourir38.

32Il faut répondre par son cri, témoin de tous les cris des martyrs et des mourants, de tous les cris que n’a pu pousser celle qu’on nommait l’armée du silence :

  • 39 Philippe Soupault, « Madrigal », L’Arme secrète.

Je crie je crie et je crierai
comme crient les paralysés
les lépreux les intouchables
les enfants malades39

33Lancer son cri pour les républicains espagnols, pour Prague, pour Bogota, pour Londres bombardée : la meilleure réponse à l’oppression est le poème, lieu de fusion du silence et du cri. Et Philippe Soupault choisit l’ode, autrement dit étymologiquement et originairement le chant, pour s’exprimer au gré de ses émotions :

  • 40 Cette ode a été publiée sous le titre « Ode à Prague » dans Odes ; et sous le titre « Ode à Prague (...)

À l’âge du dégoût
quand les nuages de boue se gonflaient
à l’aube du sang et de la rage
et que l’on retenait son souffle
avant de hurler d’horreur et de douleur […]
Silence Silence du sang
de chaque blessure silence
silence après le dernier soupir
de chaque tombe silence
silence de la mort lente
et de l’assassinat et des incendies
silence et silence autour des tortures
silence des disparitions des fuites des étouffements40

34Le poème est le lieu de l’expression de ses obsessions, de ses cauchemars, et le moyen de s’en libérer. La poésie l’oblige à exprimer tout haut ce qui le déchire, afin que les mots, au moins, laissent, à jamais, une trace. La poésie est plus forte que le poète. Elle s’impose à lui comme exutoire ultime, dernière lueur qui rappelle le poète à la vie. Elle est ce qui surgit lorsque plus rien ne semble subsister, lorsque le poète a perdu toute confiance.

35La mission du poète est plus forte que le désespoir de n’être pas entendu, plus forte que son désir de se taire. La poésie, défi aux angoisses de la mort, est l’espoir ultime, assez puissant pour l’aider à lutter, pour le convaincre de continuer à écrire, pour l’obliger à crier la vérité. La poésie peut dire en toute franchise l’instant hors des poncifs, elle peut aussi moquer l’usage, les abus de langage, la farce de la raison. Elle s’érige contre le silence, contre une société imposant le silence. Elle ressurgit, tel un élan vital : elle seule vaut la peine de briser le silence car elle permet de se libérer des angoisses en laissant les mots surgir tels qu’ils ont habité le poète : avec violence, humour ou lyrisme.

Notes

1 François Martinet, Philippe Soupault : la rupture avec le groupe surréaliste, Thèse de 3e cycle, sous la direction de Nicolas Wagner, Université de Clermont-Ferrand II, 1988 ; Bertrand Martinet, Philippe Soupault romancier, Thèse de 3e cycle, sous la direction de Lucienne Cantaloube-Ferrieu, Université de Toulouse II, 1989 ; Sylvie Cassayre, La Poétique de l’espace dans l’œuvre de Philippe Soupault, Thèse de doctorat, sous la direction de Jean Burgos, Université de Savoie, Chambéry, 1993 ; Jean Charrier, Philippe Soupault : le choix de la prose durant la décennie 1917-1927, Thèse de doctorat, sous la direction de Claude Duchet, Université de Paris VIII – Saint-Denis, 1994 ; Myriam Boucharenc, L’Échec et son double : Philippe Soupault romancier, sous la direction de Claude Leroy, Thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 1994 ; Véronique Duchemin, L’Œuvre poétique de Philippe Soupault : l’art de la limite comme poétique de la liberté, étude suivie de l’édition critique de l’œuvre poétique complète, commentée et annotée, Thèse de doctorat, sous la direction d’Henri Béhar, Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, en préparation.

2 Voir Véronique Duchemin, « Inventaire des thèses sur le surréalisme et les surréalistes », Mélusine, XVI, 1997, p. 367-425.

3 Il s’agit des thèses remaniées de Myriam Boucharenc et Sylvie Cassayre. Voir bibliographie en fin de volume.

4 André Breton, Philippe Soupault, Les Champs magnétiques ; suivi de Vous m’oublierez et de S’il vous plaît ; deux portraits des auteurs en frontispices par Francis Picabia, Paris, Au Sans Pareil, 1920 ; rééd., Paris, Gallimard, « Poésie », 1968, 1971, 1985.

5 Revue fondée par A. Breton, Ph. Soupault et L. Aragon, à laquelle collaborèrent nombre des futurs surréalistes ; Littérature, nos 1 à 20, mars 1919 à août 1921 ; Nouvelle série : nos 1 à 13, mars 1922 à juin 1924, reprint Paris, Jean-Michel Place, 1978.

6 Le Nègre et Les Dernières Nuits de Paris, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1997.

7 Henri-Jacques Dupuy, Philippe Soupault, Paris, Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1957, rééd. 1977. Bernard Morlino, Philippe Soupault, Lyon, La Manufacture, « Qui êtes-vous ? », 1987.

8 Devant Breton, il invoque Goethe : « Dès qu’un poète veut faire de la politique, il doit s’affilier à un parti, et alors, en tant que poète, il est perdu. Il lui faut dire adieu à sa liberté d’esprit, à l’impartialité de son coup d’œil, et tirer au contraire jusqu’à ses oreilles la cagoule de l’étroitesse d’esprit et de l’aveugle haine » (Goethe, Conversations avec Eckermann, cité par Philippe Soupault dans Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours. Entretiens avec Philippe Soupault, Paris, Belfond, 1980).

9 Phrase de Philippe Soupault, dans Bertrand Tavernier, Philippe Soupault et le surréalisme.

10 Philippe Soupault, Odes, Paris, Seghers, 1946 ; Message de l’île déserte, La Haye, A. A. M. Stols, 1947.

11 Jean Chartier, dans le tome III de sa thèse (op. cit.), a dressé une partie de l’inventaire des manuscrits de Madame Sophie Bloch-Bardon (petite fille de Soupault), un carnet noir contenant 41 poèmes, dont 11 inédits. La veuve de Jean-Michel Soupault, neveu de l’auteur, possède un carnet ocre à reliure noire, de 23 pages, intitulé « Guillemets » que Jean Chartier qualifie d’« aphorismes d’inspiration dada » et dont il nous livre la première phrase de chaque page. Madame Christine Soupault-Chemetov, fille de l’écrivain, nous a permis d’accéder à de précieux manuscrits et tapuscrits annotés de poèmes et d’articles de presse, encore inédits.

12 André Breton, Philippe Soupault, Les Champs magnétiques ; suivi de Vous m’oublierez et de S’il vous plaît, manuscrit recopié de la main de Breton, 20 mai 1920, 11 feuillets, cote Tzr. 747. Fonds Tzara, cotes Tzr. c. 3867 à 3890. Le détail est donné par Jean Chartier, op. cit.

13 Philippe Soupault, Le Bon Apôtre, Simon Kra, Aux Éditions du Sagittaire, 1923. Manuscrit autographié, 1923,171 feuillets, cote A III 52.

14 Claude Leroy, « Peut-être un fantôme ou Rimbaud à l’école de Chaplin, Voyage d’Horace Pirouelle au Groenland », Philippe Soupault, le poète, études réunies par Jacqueline Chénieux-Gendron, Paris, Klincksieck, 1992, p. 273-379.

15 Philippe Soupault, André Breton, Les Champs magnétiques, manuscrit, 1919, 101 feuillets, Département des Manuscrits, cote n. a. f. 18303 (1-3).

16 Philippe Soupault, André Breton, Les Champs magnétiques, manuscrit original, fac-similé et transcription, par Serge Fauchereau, Paris, Lachenal & Ritter, 1988.

17 « La Bouée », Sang Joie Tempête, repris dans Poésies complètes (1917-1937), Paris, GLM, 1937.

18 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours, p. 65-66.

19 Ibid., p. 67.

20 Ibid., p. 68.

21 Nous en avons des traces manuscrites, sous la forme d’un classement numéroté et d’annotations diverses sur les textes poétiques, de la main de Philippe Soupault.

22 Philippe Soupault, « Avertissement », L’Arme secrète, Paris, Bordas, 1946, p. 4-13 ; « Introduction », Chansons du jour et de la nuit, Le Caire, La Part du Sable, 1949, p. 2-3 ; « Avertissement », Chansons, Paris, Eynard, 1949, p. 13-22 ; Essai sur la poésie, Préf. à l’adapt. en fr du Chant du Prince Igor, Paris, Éd. de luxe Rolle Eynard, 1950 ; Rééd. dans Poèmes retrouvés (1918-1981), Paris, Lachenal & Ritter, 1982, p. 97-119 ; « Topo, en guise de préambule », Poèmes retrouvés (1918-1981), p. 13 ; « Six ans », Poèmes pour mes amis les enfants, Paris, Lachenal & Ritter, 1983, p. 11.

23 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours ; Serge Fauchereau, Philippe Soupault, voyageur magnétique, Paris, Cercle d’Art, 1989 ; Bernard Morlino, Philippe Soupault ; Sans Phrases, Précédé d’un entretien, en guise de préf., avec Raphaël Cluzel, Paris, Osmose, « Passage à niveau », 1953 ; Henri-Jacques Dupuy, Philippe Soupault.

24 Philippe Soupault, Baudelaire, Paris, Rieder, « Maîtres des Littératures », 1931 ; Paolo Uccello, Paris, Rieder, « Maîtres de l’art ancien », 1929 ; Soupault rédige également des introductions, préfaces, présentations d’œuvres de : Apollinaire, Lautréamont, Nezval, Belen, Hikmet, Ceccotti…

25 Serge Fauchereau, Vingt mille et un jours, p. 72.

26 Bernard Morlino, Philippe Soupault, p. 271.

27 Philippe Soupault, Essai sur la poésie, p. 119.

28 Philippe Soupault, « Rien », Poèmes retrouvés, p. 75.

29 Philippe Soupault, Message de l’île déserte, p. 5.

30 Philippe Soupault, « Autant se taire », Crépuscules, Poèmes et Poésies, Paris, Grasset, « Les Cahiers rouges », 1973, p. 276.

31 Philippe Soupault, « Silence S. V. P. », L’Arme secrète, p. 32.

32 Philippe Soupault, « La Bouée ».

33 Philippe Soupault, « Silence S. V. P. ».

34 Le silence est un thème récurrent dans l’œuvre de Philippe Soupault, et il est également l’un des mots les plus utilisés de sa poésie : 98 occurrences, rang 72 ; autant que le mot « mort ».

35 Philippe Soupault, « Antipodes », Rose des vents, Poésies complètes.

36 Philippe Soupault, « Ode à Londres », Odes, p. 45-53.

37 Philippe Soupault, « Ode à Prague », Odes.

38 Philippe Soupault, « Chanson noire » Chansons vécues, Poèmes et poésies.

39 Philippe Soupault, « Madrigal », L’Arme secrète.

40 Cette ode a été publiée sous le titre « Ode à Prague » dans Odes ; et sous le titre « Ode à Prague libérée », in Odes (1930-1980), Lyon, Jacques-Marie Laffont, 1981. Elle n’a été publiée ensuite que partiellement, sans le passage que nous citons, sous le titre « Les amis de Prague », Bulles Billes Boules, in Georgia, Épitaphes, Chansons, Paris, Gallimard, « Poésie », 1984.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540