Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Départs

Soupault en 1917 : Aquarium

Michel Décaudin

Texte intégral

1L’année 1917 a connu les heures les plus sombres de la guerre. La pression allemande sur Verdun, l’échec en mars-avril de l’offensive alliée dans l’Aisne et en Champagne, l’activité destructrice des sous-marins dans l’Atlantique, les pertes humaines désastreuses perturbent le moral des Français et provoquent des mutineries. L’entrée en guerre des États-Unis ne compense pas d’emblée dans l’opinion le recul italien après Caporetto et les incertitudes soulevées par la révolution russe. Il faudra attendre le remplacement de Nivelle par Pétain et les succès de ce dernier à Verdun en août, puis l’arrivée de Clemenceau à la tête du gouvernement en novembre pour que le climat général se modifie.

2Jamais cependant la vie parisienne n’a été si intense, ni l’activité littéraire et artistique. Valéry publie La Jeune Parque, Max Jacob Le Cornet à dés. Autour des revues SIC de Pierre Albert-Birot et Nord-Sud que Reverdy crée en mars, s’affirme sous l’égide d’Apollinaire un esprit poétique nouveau. La troupe des Ballets russes vient de Rome en représentation à Paris et crée le ballet Parade, argument de Cocteau, décors et costumes de Picasso, musique de Satie. Apollinaire donne Les Mamelles de Tirésias, « drame surréaliste ». En novembre il publie Vitam impendere amori avec des dessins de Rouveyre et fait lire par Pierre Bertin sa conférence sur l’esprit nouveau. De Survage et Irène Lagut en janvier à Rodin en décembre les expositions se succèdent à un rythme soutenu.

3C’est dans ce monde de contrastes qu’apparaît Philippe Soupault. Né le 2 août 1897, il n’a pas vingt ans. Après avoir commencé des études de droit, il avait été incorporé à Angers, puis muté à Tours qu’il quitta pour être hospitalisé à Creil après le mauvais effet d’essais de vaccin anti-typhoïdique. Réformé pour un an, il avait été à nouveau hospitalisé pour bronchite, cette fois à Paris, boulevard Raspail. Il avait rencontré en 1916 Suzanne Pillard, dite Mic [robe] Verneuil, d’après le pseudonyme de son père dessinateur, photographe et critique d’art. On sait qu’il l’épousera en 1918. Si l’on en croit ses souvenirs, romancés dans Le Bon Apôtre ou donnés comme tels dans Histoire d’un Blanc, il a été, enfant, plus passionné par les livres que par les jouets, lisant « à perdre haleine » tout ce qui lui tombait sous la main et, adolescent, en compagnie de son cousin, s’est enivré de Stendhal, Balzac, Flaubert, Rimbaud. Mais on ne lui voit pas, jusqu’aux premiers jours de 1917, de vocation littéraire manifeste.

***

4L’illumination vint, selon le récit qu’il en a fait, au début de cette année, alors qu’il était à l’hôpital boulevard Raspail. Une infirmière bénévole, Mme Chaumont-Guitry, lui avait donné trois numéros de SIC. S’il s’agissait des derniers parus, il avait pu y lire, outre les déclarations fracassantes de Pierre Albert-Birot, répétées de livraison en livraison, sur la nécessité d’une modernité, qu’il appelle le « nunisme », et, du même, un « poème à deux voix », l’interview d’Apollinaire sur « Les tendances nouvelles » et le calligramme « Il pleut », « Paysage dans une assiette » où le futuriste Folgore allie « teintes présentes et impressions lointaines », « Quai aux fleurs » de Reverdy, sorte de poème-paysage. Dans ces textes il découvre une sensibilité au monde contemporain, un langage et une écriture qui lui parlent. La suite, Soupault la raconte ainsi dans Histoire d’un Blanc :

  • 1 Philippe Soupault, Histoire d’un Blanc (1927), Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 87-88.

Un jour, dans un lit d’hôpital à Paris, je voyais la neige tomber. Je ne sais pourquoi une phrase tourna dans ma tête. Elle faisait un bruit d’insecte. Elle insistait. Quelle sale mouche ! Cela dura deux jours. Je pris un crayon et je l’écrivis. Alors quelque chose que je ne reconnus pas éclata.
Une série de phrases irrésistibles coulaient de mon crayon comme des gouttes de sueur. C’était un poème. J’en étais sûr. J’écrivis un titre : Départ. Deux jours après, même histoire. Cela devenait agaçant. Mais je connaissais le truc. J’écrivis un autre poème1.

5Automatisme de l’écriture, « entrée des médiums » avant la lettre, on serait tenté de croire à une dramatisation d’après l’expérience surréaliste, n’était l’accent de sincérité – et aussi le fait qu’un tel processus n’est pas étranger à ce que nous savons du jeune poète.

  • 2 Voir Jean Charrier, Philippe Soupault – Le choix de la prose durant la décennie 1917-1927, thèse de (...)

6Une remarque toutefois s’impose. Dans le carnet noir décrit par Jean Charrier2, « Départ », daté de février 1917, est précédé d’un poème à ce jour inédit, « Avenue », daté de janvier-février. Ce carnet noir est selon toute apparence une mise au propre. Mais on imagine mal Soupault antidatant un poème pour ne laisser qu’à la deuxième place ce « Départ » auquel il attachait une grande importance. Si « Avenue » est le premier poème, on peut dire qu’avec son évocation de la neige derrière la vitre, des gens qui se hâtent, de la pensée qui fuit, il constitue une version pâle et statique de « Départ » et que c’est pour cette raison qu’il l’a écarté d’Aquarium. S’agit-il de l’« autre poème » que selon Histoire d’un Blanc il envoya avec « Départ » à Pierre Albert-Birot ? Les similitudes entre les deux textes le laisseraient penser. Ou n’envoya-t-il que « Départ » à Apollinaire, qui communiqua le poème à Albert-Birot, comme il le dit dans Mémoires de l’oubli 1914-1923 ? Quoi qu’il en soit, le poème parut en mars 1917 dans SIC. Insertion rapide, qui est certes un signe d’intérêt pour l’inconnu qu’il est alors, mais à laquelle je proposerai aussi une explication un peu irrévérencieuse : quand on considère la disposition du poème, en rez-de-chaussée et perpendiculaire au mode de lecture normal, ne peut-on se demander si le directeur de la revue, soucieux de sa mise en page, n’a pas trouvé là une bonne occasion de remplir un bas de page resté blanc ?

7Le poème est signé « Philippe Verneuil » et suivi de la mention « Hôpital 172. Février 1917 ». Dans le numéro de SIC de juillet-août, la publication de « Déception » sera suivie de cette note :

Le petit poème « Départ » publié dans notre n° 15 et signé Philippe Verneuil est également de Philippe Soupault qui avait alors ses raisons pour signer ainsi.

8Raisons qui sont d’ordre purement administratif : le soldat qu’il était alors devait être autorisé par le commandement pour toute publication et il n’avait fait aucune demande en ce sens.

9En peu de temps, il prend place parmi les poètes de la nouvelle vague. Apollinaire l’invite à ses mardis du Flore, lui fait connaître Max Jacob, Reverdy, Cendrars, Breton. Dans l’année 1917, il donne à SIC, outre « Départ » et « Déception » que je viens de mentionner, deux autres poèmes, « Miroir » et « Route » (novembre), à Nord-Sud « Promenade » (août-septembre) et « Souffrance » (novembre). Un passage d’une lettre de Reverdy (mentionnée dans le Bulletin de la librairie Éric Lefebvre de Noël 1995) laisse apparaître l’intérêt qu’on lui porte. Le directeur de Nord-Sud regrette de n’avoir reçu qu’un seul poème de Soupault (ce ne peut être que « Promenade ») et ajoute : « bien que la place manque souvent vous pourriez m’en adresser d’autres où je pourrais choisir quelque chose à faire passer quand il y aura de la place. »

10La sympathie d’Apollinaire s’est manifestée d’emblée. Elle est due moins à une élection privilégiée qu’à un esprit d’ouverture et à une curiosité insatiable devant l’inconnu, à l’affût de tout accent original. Rien ne conduit à penser qu’il l’ait considéré comme un dauphin. Le choix de Soupault comme souffleur à la représentation des Mamelles de Tirésias en particulier ne revêt aucune signification quand on sait dans quelle improvisation précipitée a été montée la pièce. On remarquera de plus qu’il ne le cite dans aucun de ses articles publiés en 1917, qu’il n’écrit rien sur Aquarium, alors que, par exemple, il consacrera quelques lignes à Spirales de Paul Dermée. Et s’il lui a conseillé de s’adresser pour l’édition de sa plaquette à Birault, c’est moins par une attention particulière que parce que ce dernier était devenu l’éditeur de la poésie nouvelle. Comme il le dira dans L’Europe nouvelle du 20 juillet 1918 :

Tandis que Paul Birault méditait ses farces philosophiques, sa femme imprimait les livres, tirés à petit nombre, de la jeune école poétique. C’est Mme Paul Birault qui imprima les livres de Max Jacob, Pierre Reverdy, Paul Dermée, Philippe Soupault, etc. Aujourd’hui encore c’est de la toute petite imprimerie de la rue Tardieu que sortent ces précieuses plaquettes généralement illustrées qui vont nourrir la méditation des jeunes gens qui s’intéressent aux lettres, aussi bien à Paris qu’en province, en Italie, en Catalogne ou dans la Suisse romande.

11À peine pourrait-on signaler deux rapprochements. D’une part, le programme de la séance pour l’Œuvre du soldat dans la tranchée donne sur son quatrième plat « Ombre » (que justement Soupault était allé chercher chez Apollinaire) et « Correspondance militaire », qui figurera dans Aquarium. D’autre part, dans la lettre de novembre 1917 où Apollinaire donne à Pierre Bertin quelques précisions sur sa conférence du 26 consacrée à l’esprit nouveau, on peut lire ces mots :

Je ferais volontiers quelques projections de mes calligrammes, au besoin même d’un poème de Soupault, mais je n’ai pas de lanterne.

12Encore y aurait-il lieu de se demander s’il ne désirait pas simplement rapprocher de ses propres compositions idéographiques la typographie de « Carrefour ».

13Apollinaire a exercé sur son jeune admirateur cette étrange fascination que tous, Aragon et Breton en premier, ont décrite ou laissé deviner. N’en a-t-il pas un peu abusé ? On le croirait volontiers à la lecture de certains souvenirs de Soupault. Il raconte par exemple dans Guillaume Apollinaire ou les reflets de l’incendie que le poète, à qui il demandait un texte inédit, s’isola pendant trois heures au fond de son appartement et revint en lui donnant « Ombre ». Mais, sauf quand il s’agit de poèmes de circonstance ou de poèmes épistolaires, Apollinaire n’improvise pas, il laisse l’œuvre mûrir, parfois assez longuement ; il est vraisemblable que le poème était déjà achevé, ou presque, à l’arrivée du visiteur. De même, comme Soupault lui disait son attrait pour le « Poème lu au mariage d’André Salmon », il aurait répondu qu’il l’avait écrit sur l’impériale de l’omnibus qui le conduisait à la cérémonie, son ami René Dalize ne cessant de lui parler-alors que nous connaissons deux manuscrits très travaillés de cette pièce, qui contredisent la confidence.

14Reste qu’Apollinaire a bien permis au poète apprentif de se révéler à lui-même et l’a guidé dans la découverte des orientations nouvelles.

***

15Selon la description qu’en fait Jean Chartier, le carnet noir contient quarante et un poèmes, de janvier 1917 à avril 1918. Selon le même auteur on y trouve, outre les poèmes d’Aquarium, quelques inédits et une dizaine de pièces qui trouveront place dans Rose des vents en 1919. Comme l’achevé d’imprimer d’Aquarium est de septembre 1917, on constate qu’il aura fallu à peine six mois à Soupault pour écrire ses poèmes et ordonner la plaquette. La rapidité de ce débutant qui n’a pas vingt ans mérite d’être remarquée, surtout si on la compare au long temps de maturation d’œuvres comme celles de ses aînés Max Jacob, Apollinaire, Cendrars, Reverdy, Pierre Albert-Birot, Paul Dermée, Cocteau, ou de ses contemporains tels Breton et Aragon. Il entre, lui, dès ses premiers essais, dans la modernité de 1917.

16Le titre Aquarium est-il, comme on l’a parfois suggéré, en relation avec le poème d’Apollinaire « Fusée-signal » publié dans Nord-Sud du 15 avril 1917, où se trouve l’image bien connue « Ta langue/Le poisson rouge dans le bocal/De ta voix » ? Il est vrai que dans Histoire d’un Blanc Soupault a relaté le choc ressenti à la lecture de ces vers, dont il ne peut se « souvenir sans émotion » :

  • 3 Philippe Soupault, op. cit., p. 92.

Je relus ces vers et je compris que tout à coup quelque chose se levait en moi, quelque chose de fort et qui me soutiendrait longtemps (presque dix ans)3.

17Le rapprochement n’est pas impossible, d’autant que dans Le Bon Apôtre le recueil de Jean s’appelle Bocals… Mais il faut aussi penser à d’autres possibilités, par exemple Serres chaudes de Maeterlinck, dont une pièce s’appelle justement « Aquarium » et qui, par son climat fiévreux et certaines images, n’est pas sans analogie avec plusieurs de nos poèmes.

18« Avant-dire », qui ouvre le recueil, est un commentaire du titre, avec ses poissons multicolores, métaphore des poèmes, qu’on a parfois rapprochés du « poisson rouge » d’Apollinaire. Mais, plutôt qu’un signe délibéré au grand modèle, une « fusée-signal », il s’agit à mon sens d’une image récurrente comme, revenons-y, dans Serres chaudes, le poème inaugural évoquant la serre aux « portes à jamais closes » avec « tout ce qu’il y a […] sous mon âme en vos analogies ».

19« Départ », devenu le deuxième poème, est une bousculade d’énonciations, dans le style de l’époque : un adieu programmé (« L’heure »), une foule qui s’agite, la nuit et le froid, pour en venir à un dernier vers énigmatique auquel la graphie de l’original (abandonnée par la suite) donne une carrure d’alexandrin :

Avecque ses paroles j’emporte son sourire

20Quelle relation entre l’adieu du deuxième vers et cette figure du souvenir que suggère le dernier ? Cette voix et ce sourire aident-ils au départ et l’accompagnent-ils ? Le ton et l’enjeu, en tout cas, n’ont rien à voir avec le « Départ » d’Illuminations, pas plus que « Départ » d’Apollinaire (novembre 1917). Une similitude de titres aussi banale ne suffit pas à établir une relation. Il est remarquable en revanche que dès ses premiers écrits Soupault ait si bien saisi les caractères originaux de l’écriture poétique nouvelle : un vers court, une syntaxe simple, se réduisant souvent à la phrase nominale, un vocabulaire sans recherche, un dépouillement renonçant volontiers à l’image.

  • 4 Poème paru dans SIC, juillet-août 1917.

21N’est-il pas d’ailleurs toujours à l’écoute du goût du temps ? À la manière de Pierre Albert-Birot (à qui il le dédie), mais dans un esprit bien différent, il écrit « Déception »4, un « poème à trois voix » avec des ruptures typographiques, ce sous-titre « poème à trois voix », disparaissant dans les éditions postérieures. « Carrefour » adopte une disposition éclatée, plus simultanée que calligrammatique (malgré la représentation du réverbère) qui n’est pas sans rappeler celle de « Quai aux Fleurs » de Reverdy dans SIC de janvier 1917. « Promenade » est une « ballade retournée », écho peut-être au premier « sonnet dénaturé » de Cendrars publié à la fin de 1916. Entendons bien qu’il ne s’agit en aucune façon de plates imitations. « Les Mots », plus long que les autres et d’une composition parfaitement maîtrisée, suffirait à établir la maîtrise et l’originalité du jeune poète. Mais Aquarium a, dans son ensemble, la couleur du temps. Il suffit de feuilleter une collection de SIC ou de Nord-Sud pour trouver sous la signature de Paul Dermée, de Huidobro et d’autres une écriture et une inspiration voisines.

22Le recueil n’en possède pas moins une forte unité. De « Départ » à « Quai », lieu d’où l’on part, le moi se disperse et s’efface, le corps se désagrège, les pensées fuient, passé et avenir s’abolissent, les foules s’agitent en un affolant « Carrefour » sur fond de guerre et d’hôpital (encore Serres chaudes). Tout un enchevêtrement de dissociations compose un univers à la fois oppressant et insaisissable, préfiguration du journal de Jean – à la fois personnage autonome et dédoublement de Philippe Soupault – dans Le Bon Apôtre. Au centre – on ne peut croire qu’il s’agisse d’un hasard, ou alors le hasard objectif fait bien les choses – vient le poème le plus long, « Les Mois », le plus intense aussi, qui développe, autour des incertitudes du moi, les thèmes de « Départ », notamment avec le don (abandon) final du poème répondant au sourire emporté avec (que) les paroles. Puis la deuxième partie semble s’effriter après ce sommet, se perdre dans l’incertitude entre poids des souvenirs et seuils franchis comme à regret. Ce n’est pas dans le final « Quai » le grand large qui appelle le poète, mais « le grouillement du pont ».

23Nous sommes loin de la franche liquidation du passé et de l’élan vers une vie nouvelle qui éclatent dans le « Départ » de Rimbaud. Dans son article « Philippe Soupault, le départ en poésie », Anne Clancier a bien montré toutes les ambiguïtés d’un jeu de « brisures, réunion », « séparation et retrouvailles » qu’elle ramène à l’enfance :

  • 5 Anne Clancier, « Philippe Soupault, le départ en poésie », L’Esprit nouveau dans tous ses états, co (...)

Si l’on imagine les traces mnésiques qui étaient enfouies dans le psychisme et qui ont pu revenir à la faveur de la situation actuelle pénible, on évoque l’image d’un bébé qui entend le bourdonnement des paroles autour de lui, sans comprendre encore leur sens, qui a froid lorsque la mère est loin de lui, qui a peur lorsque le soir tombe puis est rassuré lorsque sa mère s’approche. Or ce que l’enfant perçoit de sa mère c’est le visage (on sait que le visage humain vu de face déclenche l’apparition du sourire chez l’enfant), le sourire et la voix (la voix est perçue même avant la naissance)5.

24Frilosité, fébrilité d’Aquarium, exprimées dans des images dont Anne Clancier note la permanence dans la poésie de Soupault, trouvent ici leur sens profond : une expérience poétique née de la nuit de l’inconscient et déjà lourde de l’œuvre à venir.

25Dans Le Bon Apôtre, l’accueil fait à Bocals inspire ces notes à Jean :

8 janvier
On parle de mes poèmes dans les revues. On ne me prend pas au sérieux et on rit. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi. Michel Palmyre me répond que cela vaut mieux, que c’est très bon signe.
Cela m’est complètement égal surtout… surtout, mais je voudrais savoir pourquoi on rit.

  • 6 Philippe Soupault, Le Bon Apôtre (1923), Paris, Lachenal & Ritter, 1988, p. 159-160.

13 janvier
Nouvel article à propos de mon livre. Je suis traité d’anarchiste, de gâcheur de papier, de « riche » amateur assoiffé de réclame. Cela devient amusant. J’ai cependant rencontré aujourd’hui un admirateur. Il m’a dit que mes poèmes étaient magnifiques et qu’il écrirait un article, un très long article. Il n’était certainement pas sincère6.

26La fiction et l’interférence avec la réception de Rose des vents prennent ici le dessus. Aquarium en effet suscita peu d’échos. Ni le Carnet critique, qui rendra compte du Cornet à dés et de Spirales de Paul Dermée, ni Le Carnet de la Semaine ou Le Cri de Paris, toujours prêts à publier un écho satirique sur ceux qu’ils qualifient de cubistes ou de futuristes, n’en parleront. SIC et Nord-Sud en revanche lui firent naturellement honneur. Pierre Albert-Birot et Reverdy soulignent l’un et l’autre l’aisance et la rapidité avec lesquelles le jeune poète avait assimilé ce que le directeur de SIC appelle l’« esprit moderne ». Le jugement de Reverdy, d’une attention exigeante à l’égard des vers qu’on lui soumet, est remarquable dans sa sympathie prudente, qui reste en attente de l’œuvre à venir. C’est un autre son de cloche que fait entendre Louis de Gonzague Frick dans La Caravane de janvier 1918. Sa note de lecture (à laquelle peut-être fait allusion le Journal de Jean le 13 janvier), se référant à Ozenfant et à Breton alors qu’on pouvait attendre ceux d’Apollinaire ou des directeurs des deux revues SIC et Nord-Sud, réduit l’originalité de l’œuvre à un exercice d’école. On ne s’étonnera pas de cette critique qui répond à la fois au goût de son auteur et aux tendances générales de la revue.

27Trois points de vue que nous pouvons retenir. La moisson est peut-être maigre. Elle donne la mesure qu’eut alors la portée d’une plaquette qui, rappelons-le, tirée à 235 exemplaires, n’avait pas dû bénéficier d’un service de presse important. Aquarium n’aura en fin de compte touché que le petit monde poétique qui gravitait autour d’Apollinaire.

***

28La veine d’Aquarium n’est pas épuisée avec la publication de septembre 1917. Des poèmes comme « Route » et « Miroir », dans SIC de novembre, pourraient en être le prolongement. Et, le même mois, paraît dans Nord-Sud le poème « Souffrance », dédié à Apollinaire, qui entrera dans son deuxième recueil Rose des vents. Anne Clancier a d’autre part bien montré dans l’étude citée plus haut la permanence de thèmes obsessionnels présents dès les origines.

29Mais en 1917 aussi Soupault découvre Lautréamont, puis à la fin de l’année il prend connaissance des deux premiers numéros de Dada et de l’activité de Tzara. En janvier 1918, il donne à SIC sa « Note I sur le cinéma » et « Indifférence – Poème cinématographique ». Il s’ouvre à des horizons nouveaux, l’expérience des Champs magnétiques est proche.

  • 7 Philippe Soupault, Poésies complètes – 1917-1937, Paris, G.L.M., 1937.

30Le lien séminal qui le rattache à ses débuts, les successifs « départs » créateurs de l’autre ne sont pas sans éclairer le statut d’Aquarium dans l’œuvre. Soupault n’a jamais repris fidèlement l’édition originale qui, selon une publicité parue dans La Nouvelle Revue française d’octobre 1924, était alors épuisée. Dans Poésies complètes – 1917-19377, le recueil est repris intégralement, mais avec diverses corrections. Le « Avecque » du dernier vers de « Départ » est devenu « Avec ». Dans « Bouquet », le vers « Je songe intimement », entre « Une jonquille jaune mollement monte » et « Diaphanes » a disparu. « Carrefour » a perdu sa mise en page simultanéiste et se présente en vers, imposant ainsi un ordre de lecture linéaire. La mention « Ballade retournée » a été supprimée dans « Promenade ». Le poète de 1937 a-t-il voulu gommer ce qui lui semblait dater dans ses œuvres de jeunesse ? Dans un cas au moins, celui de « Carrefour », il a singulièrement édulcoré son texte en renonçant à sa composition première. Cette version sera en tout cas définitive. Elle sera reprise dans Poèmes et Poésies où, en 1973, Soupault réunit chez Bernard Grasset ce qu’il veut retenir de son œuvre poétique.

31Aquarium toutefois retrouvera son aspect premier dans une réédition donnée chez Lachenal & Ritter en 1984. Mais le format est différent et ont été ajoutés d’une part des dessins de Robert Delaunay, d’autre part ces mots, de sa propre main : « Philippe Soupault dans un nuage. »

DOCUMENTS

Le premier poème, resté inédit jusqu’ici, du carnet noir

Avenue

Derrière la vitre j’aperçois
la douce chute de la neige.

Vite, les gens passent
et la neige tombe
lentement.

Un à un
les flocons
se posent
inexorablement.

Calme, ma pensée fuit…
Derrière la vitre j’aperçois
la douce chute de la neige.

Hôpital 172

janvier-février 1917

Aquarium et la critique

Pierre Reverdy, Nord-Sud, novembre 1917

32Monsieur Philippe Soupault collabore aux efforts de poésie qu’il est louable de tenter à notre époque. Comme ils concordent avec les nôtres ils nous sont, très naturellement, sympathiques. Et comme nous sommes à une époque où l’on va vite, où tout se précipite, Philippe Soupault a déjà réuni ses poèmes en une plaquette. Que cette hâte soit bonne ou mauvaise nous n’avons pas le temps de le dire. Si elle est bonne il s’en félicitera ; du contraire lui viendrait l’obligation de racheter l’imperfection de cette œuvre de début qui l’eût moins obsédé, les parties en étant simplement dispersées dans quelques revues dont les numéros disparaissent et peu à peu s’oublient.

33Mais, pour nous, AQUARIUM est un bon début. Une grande simplicité d’expression y préside, une plus grande pureté de moyens y est encore souhaitable.

34L’auteur les perfectionnera, les fortifiera, les augmentera comme chacun, et j’ai déjà lu de lui quelques poèmes qui, je crois, dépassent ceux de son livre. Je devais à propos de ce recueil m’étendre en généralisant sur tous les efforts à constater en ce moment et leur qualité, mais j’ai dû borner mon dessein au cadre de cette chronique. Et j’aurais à dire aussi quelque autre chose…

Pierre Albert-Birot, SIC, novembre 1917

35Je suis heureux de pouvoir dire que le jour où j’ai reçu parmi tant d’autres, les premiers poèmes de Soupault, j’ai pressenti le petit livre qu’il nous donne aujourd’hui et les gros qu’il nous donnera plus tard.

36Très rapidement il s’est assimilé le véritable esprit moderne et comme il est poète nous pouvons compter sur lui.

37[Puis il cite « Avant-dire » avec ce commentaire] par ces quelques vers il a parfaitement réussi à exprimer la qualité de sa sensibilité.

Louis de Gonzague Frick, La Caravane, janvier 1918

38M. Philippe Soupault est un des adeptes les plus résolus de l’idéogramme et des théories hypométriques qui furent mises à la mode par M. Amédée Ozenfant. Aquarium en constitue une illustration appliquée.

39Dans l’avant-dire, M. Soupault nous convie à voir virevolter les poissons verts. Ses poèmes sont généralement d’une couleur glauque et nous ramènent bien à l’idée fondamentale de l’aquarium.

40M. André Breton, qui porte le flambeau mallarméen avec une si réelle distinction dans la crypte du Nord-Sud, ferait ressortir ingénieusement les mérites de M. Philippe Soupault. Il nous semble, pour notre part, que ce poète a de la vivacité, une fraîcheur viride et qu’il sait bien faire miroiter les objets dont il parle, mais est-ce par juvénilité qu’il s’attarde à des jeux contraires à la synthèse réclamée par son école.

Hors du vase
éclatent
les pétales
les sépales
les corolles
Une jonquille jaune mollement monte.

41N’y a-t-il pas là trop de festons et d’astragales ? et un pléonasme chromatique, si l’on ose ainsi écrire.

Notes

1 Philippe Soupault, Histoire d’un Blanc (1927), Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 87-88.

2 Voir Jean Charrier, Philippe Soupault – Le choix de la prose durant la décennie 1917-1927, thèse de Doctorat sous la direction de Claude Duchet, Université Paris VIII, 1994.

3 Philippe Soupault, op. cit., p. 92.

4 Poème paru dans SIC, juillet-août 1917.

5 Anne Clancier, « Philippe Soupault, le départ en poésie », L’Esprit nouveau dans tous ses états, collectif, Paris, Librairie Minard, 1986, p. 339.

6 Philippe Soupault, Le Bon Apôtre (1923), Paris, Lachenal & Ritter, 1988, p. 159-160.

7 Philippe Soupault, Poésies complètes – 1917-1937, Paris, G.L.M., 1937.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540