Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Appendices

L’histoire sans fin de Geoffroi de Montbray

Pierre Bouet

Texte intégral

1En juin 1993, la cathédrale de Coutances fut le théâtre d’un spectacle grandiose et insolite. Malgré toutes ses audaces, l’évêque Geoffroi n’aurait jamais imaginé qu’un jour son propre personnage aurait été incarné par un danseur professionnel. Jamais il n’aurait pu imaginer que sa cathédrale aurait pu être transfigurée par une féerie de lumières lasers. Un instant étonné, comme le furent d’ailleurs les spectateurs de ce mois de juin 1993, il aurait été heureux de découvrir, par cet enchantement de lumières et de musiques, la majesté de sa cathédrale, un monument auquel il avait consacré une grande partie de sa vie et de sa fortune. Les chroniques ne racontent-elles pas, en effet, que Geoffroi, au moment de sa mort, demandait à son entourage de déplacer sa couche pour qu’il puisse suivre de sa fenêtre les travaux de restauration qui étaient en cours sur la tour centrale, frappée par la foudre quelque temps auparavant ?

2Ce spectacle était le couronnement d’un travail considérable entrepris durant plus de deux années par les Coutançais sous la direction de Christiane Léger. Avec l’appui de la Municipalité de Coutances, de la Direction Régionale de l’Action Culturelle et de l’Inspection académique de la Manche, Christiane Léger eut l’idée de monter un spectacle dans la cathédrale, avec la collaboration des jeunes des lycées professionnels des Sapins et de La Roquelle : plus de quatre cents jeunes et une centaine de professeurs ont travaillé à la réalisation de ce spectacle.

3Autant que le spectacle lui-même, la mise en œuvre fut exemplaire. Nul doute que Geoffroi, homme d’action et remarquablement doué pour conduire d’ambitieux programmes, aurait apprécié le projet pédagogique élaboré par Christiane Léger. C’était une véritable « folie » de vouloir passionner des jeunes des lycées professionnels à l’évocation d’un évêque inconnu de l’époque médiévale. Mais c’était oublier le pouvoir magique de cette cathédrale, grandiose réalisation technique, que l’auteur du projet fit visiter pierre à pierre à tous ces jeunes de la région, et que certains regardaient pour la première fois.

4Le projet pédagogique avait pour but, en premier lieu, de reconnaître les compétences pratiques des diverses classes des deux lycées professionnels et de s’en servir pour monter le spectacle. Les divers secteurs d’enseignement furent mis à contribution : industrie de l’habillement, maçonnerie et gravure sur pierre, menuiserie, métallurgie et arts appliqués. Parallèlement à ces chantiers, qui allaient conduire à la confection de 130 costumes et à la réalisation de décors dignes de la cathédrale, les jeunes se sont ouverts à d’autres domaines du savoir. Il a fallu d’abord les plonger dans ce monde étrange du XIe siècle et leur faire découvrir les réalités médiévales de la guerre, de la religion, du travail et de la vie quotidienne. Les jeunes et leurs maîtres ont dû lire, écouter, enquêter pour connaître avec précision quels étaient les costumes, les armes, les techniques de construction de l’époque de Geoffroi et pour comprendre quelles motivations profondes incitaient les hommes de ce temps-là à édifier de pareils chefs-d’œuvre. Certains se sont attachés à retrouver les outils et les gestes habiles de leurs ancêtres tailleurs de pierre, sculpteurs ou forgerons.

5Durant les deux années de ce travail éducatif, un journal, produit par une équipe de jeunes lycéens conseillés par des journalistes professionnels, a informé les autres jeunes des lycées et collèges de la région coutançaise de l’évolution du projet. Nombreux furent ceux qui ont mené des enquêtes, résumé des ouvrages sur l’histoire normande, rédigé des articles ou produit des illustrations. Le dernier numéro était la « lettre de campagne » de Geoffroi en personne qui racontait à ses lecteurs les derniers épisodes de la conquête et la cérémonie mouvementée du couronnement de Guillaume le Conquérant à Londres, le 25 décembre 1066.

6La mise en place du spectacle exigeait également la sensibilisation des futurs acteurs à la musique et à la chorégraphie. Jean-François Détrée, titulaire des grandes orgues de la cathédrale de Coutances, a donc donné un concert « initiatique » aux cinq cents élèves des deux lycées professionnels. Mais l’originalité du spectacle proprement dit résidait dans le projet chorégraphique. C’est à un danseur professionnel que Christiane Léger fit appel pour imaginer cette fresque historique sous la forme d’un spectacle dansé. Tommy Francis a donc assuré l’apprentissage scénique et chorégraphique des futurs acteurs, qui maîtrisaient aussi mal leur corps que l’espace d’une scène. Il a fallu leur apprendre à marcher, à se mouvoir, à se battre avec grâce et selon les différents tempos musicaux. Les combattants d’Hastings ont dû eux aussi prendre des cours d’escrime pour manipuler habilement les épées et pour savoir mourir, et faire mourir, en rythme et avec élégance.

7Mais la réussite pédagogique se situe au-delà des techniques. En acceptant de collaborer à ce projet, les jeunes de deux lycées ont vécu une expérience originale. Ils ont découvert qu’on les croyait capables d’une grande réalisation. Ils ont compris que les techniques qu’on leur enseignait pouvaient conduire à la création d’œuvres d’art. Ils ont dû, pour monter le spectacle, travailler, échanger, négocier avec le monde des adultes dans une relation de « professionnalisme » : avec les élus locaux, avec les sponsors, avec les intervenants professionnels (architectes, musiciens, techniciens, chorégraphes, journalistes, etc…). Et la cathédrale dont ils racontaient l’histoire est devenue un lieu de lumière, une forêt de symboles, un chef-d’œuvre ouvert à leur contemplation.

***

8Tout cet immense travail collectif devait avoir son couronnement les 9, 10 et 11 juin 1993 dans la cathédrale de Coutances, cédée durant une semaine aux lycéens par l’évêque successeur de Geoffroi.

9Le scénario de Christiane Léger reprenait les grandes étapes de la vie de Geoffroi, telle que nous la connaissons par les Gesta Gaufridi du Livre noir du chapitre de la cathédrale de Coutances. Aux côtés de Geoffroi, ce furent tous les plus éminents personnages de l’épopée normande qui parurent sur scène : Guillaume le Conquérant, Mathide, Lanfranc, Odon de Bayeux et les grands barons normands. Le spectacle se présentait comme une fresque chorégraphique. A l’originalité du projet pédagogique s’ajoutait l’originalité du parti artistique. L’apparition de Geoffroi en danseur surprit à la minute où il fit irruption sur la scène. Mais l’impulsion donnée par Tommy Francis à ses partenaires et aux jeunes lycéens conféra une vérité esthétique à ce personnage qui se réincarnait dans sa cathédrale transfigurée par la magie des lasers, des fumigènes et de la musique. Il y eut deux moments particulièrement émouvants : l’achèvement de la construction de la cathédrale symbolisée par l’édification d’une arcade romane et la fin de Geoffroi que la Mort vint chercher pour une ultime danse, superbe, et pour un ultime combat, dont, cette fois, il ne fut pas vainqueur.

10Derrière les décors discrets et suggestifs se dressaient les élégantes colonnes de la cathédrale, inondée de lumières lasers qui perforaient la nuit. Jamais la cathédrale de Geoffroi ne connut pareille débauche de couleurs et semblable mise en valeur. La cathédrale n’était plus lieu du spectacle, ni même décor d’un spectacle : elle était la finalité du spectacle comme elle fut autrefois la finalité de la vie de Geoffroi. Les colonnes et les voûtes, que parcouraient les lasers, résonnaient de la musique et des chœurs. La fresque chorégraphique fut mise en scène sur des musiques empruntées à Haendel, à Loussier, à Vangelis et au chant grégorien. Jean-Yves Bouchard, responsable des chœurs de l’École de Musique de Coutances, qui avait composé pour ce spectacle trois œuvres originales, dont un Requiem et un Gloria, dirigea un chœur de cent douze personnes et un orchestre installé dans l’ombre d’un collatéral.

11En pénétrant dans la cathédrale les spectateurs avaient pu, avant de s’installer, visiter les « ateliers médiévaux » qui avaient repris vie dans les chapelles du collatéral sud de la nef. Des lycéens y pratiquaient leur art avec le savoir faire et les techniques du XIe siècle : tailleurs de pierre, sculpteurs, maçons, copistes, enlumineurs faisaient entendre un vacarme qui troublait le silence de la cathédrale, comme cela avait été le cas quelque neuf cents ans plus tôt.

12Ainsi le spectacle de Geoffroi de Montbray n’a pas redonné vie au seul Geoffroi, même si le collaborateur du roi Guillaume et le prélat fut un homme d’exception, mais il a fait revivre aussi artisans, maçons, tailleurs de pierre, architectes, tout un peuple par qui la cathédrale était devenue chef-d’œuvre pour dépasser l’éphémère et transmettre à la postérité un message de pierre. Ce mois de juin 1993, Geoffroi de Montbray a rassemblé dans sa cathédrale « ses paroissiens » coutançais, pour reprendre l’heureuse expression du Livre noir. Ce spectacle auquel ils furent conviés fut le terme d’un long pèlerinage effectué par une jeunesse plus habituée au « jazz sous les pommiers » qu’aux grandes orgues de la cathédrale. Un long pèlerinage intérieur pour des jeunes qui, au début de l’expérience, « n’en avaient rien à faire de cet évêque et de sa cathédrale » et qu’aujourd’hui l’on surprend encore à entrer dans la Maison de Geoffroi pour y écouter dans le silence un message venu des temps médiévaux.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540