Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Appendices

Geoffroy de Montbray ou la fabrique d’une Geste

Joël Masson

Texte intégral

1« Les dimanche 28, lundi 29 et mardi 30 mai 1950, Coutances vivra des journées magnifiques qui rappelleront à tous les fastes du Millénaire. Un mystère, œuvre de Paul Blanchart, sera donné. Nous n’en dirons pas plus pour l’instant. » De prime abord, on peut trouver bien elliptique l’information ainsi divulguée dans La Manche libre du 18 décembre 1949, s’étonner surtout que l’œuvre ne soit pas davantage caractérisée. Au vrai, on vient juste d’en passer commande et l’auteur élu, un horsain dont à ce jour on ignorait jusqu’au nom, n’a pas encore écrit la première ligne, ni même arrêté le titre du dit mystère. N’empêche que tout lecteur assidu de cet organe officieux qu’est La Manche libre connaît déjà le nom du héros éponyme des fastes annoncés.

  • 1 La Manche libre du 16 octobre 1949. Le nom de l’évêque peut s’orthographier avec un -y (Geoffroy) c (...)
  • 2 La Manche libre du 23 octobre 1949.

2Deux mois plus tôt en effet, le mercredi 12 octobre, « la petite commune de Montbray, perdue au milieu des frondaisons déjà jaunissantes, était en liesse. En présence de Mgr Guyot, évêque coadjuteur de Coutances et de plusieurs prélats, elle célébrait le neuvième centenaire de son fils le plus illustre (…), l’un aussi des plus grands hommes auxquels la Normandie ait donné naissance : Geoffroy de Montbray »1. Or, dès la semaine suivante, on apprend que, lors de sa réunion du mardi 18, le comité de l’Union des Commerçants Coutançais (UCC) vient de décider de « commémorer pendant la grande semaine coutançaise le neuvième centenaire de l’élection de Geoffroy de Montbray ». Et de promettre, pour la Foire-Exposition de la Pentecôte prochaine, « un grandiose spectacle historique donné par des artistes parisiens et coutançais ». Avant de conclure : « mais nous constatons d’ores et déjà que tous semblent décidés à travailler pour le bien de notre ville2. »

  • 3 Sur ce point particulier ainsi que pour une présentation d’ensemble du « Mystère de Coutances », on (...)
  • 4 Ouest-France, 22 décembre 1949 : « Plusieurs sujets furent envisagés : la reconstitution d’un mystè (...)

3Pour apprécier l’importance de cette annonce et le relent polémique de sa péroraison, qu’il suffise d’avancer ici qu’elle marquait l’issue d’une crise qui avait couvé de longs mois avant d’éclater les semaines précédentes3. Du printemps à l’automne 1949, Coutances avait été le théâtre d’une sorte de psychodrame où affleuraient doutes et douleurs identitaires, inquiétudes et impatiences quant au présent et à l’avenir d’une « petite ville » soucieuse de retrouver le dynamisme, l’attrait et le prestige de la capitale d’antan. Du coup, le projet d’une « grandiose » célébration commémorative tombait comme pain bénit. En mettant son énergie au service du projet, la cité oublierait hésitations et dissensions. A condition que le « tous semblent décidés à… » se transforme en un : travailler, effectivement, tous ensemble. Ce qui advint. De sorte que par cette décision4, bien avant que le père fondateur de l’église-et-ville cathédrale n’apparaisse sur le podium dressé face au parvis et que sa présence ne soulève d’allégresse la collectivité, Geoffroi jouait « d’ores et déjà » le rôle d’episcopus ex machina. Avant même que l’auteur ait été choisi et alors que celui-ci ignorait jusqu’au nom du dit évêque.

  • 5 « Un homme de théâtre qui a touché à toutes les activités théâtrales sans se décider à se spécialis (...)
  • 6 Né à Staden (Belgique) en 1895, mort à Coutances en 1961. Greffier de paix et commissaire-priseur, (...)

4C’est au début décembre que Paul Blanchart5 est venu à Coutances pour recevoir l’agrément des initiateurs du projet (représentants de la préfecture, de l’évêché et de la mairie) et leur commande d’un texte approprié. Toutefois, c’est le vote d’un crédit d’un million six cent mille francs par l’UCC, le 9 décembre, qui permet de lancer la machine. Laquelle, heureusement, était sous pression, car à six mois de la Pentecôte il n’y avait pas de temps à perdre. Le principal artisan de ce projet fut un certain Jos Bossuyt6, qu’il y a de fortes raisons de considérer comme l’inventeur (officieux) et le conducteur (effectif) de l’opération « mystère sur le parvis ». L’aspect le plus secret mais non le moins déterminant de son travail va être de mettre en place et à la disposition de Paul Blanchart une sorte de conseil de fabrique. Cette cellule d’assistance érudite, aussi discrète que restreinte, a pour rôle d’aider l’auteur à concevoir au mieux son œuvre ; sinon à en accoucher au plus vite : elle se met au service du « maître » dont la plume est au service de Geoffroi, de la cathédrale et de sa ville. C’est une chronique de la fabrique du texte que, pour l’essentiel, on voudrait esquisser dans cet article ; avant de cerner cursivement quelques traits et caractères de La Geste de Geoffroy de Montbray, à partir d’un bref regard sur sa première partie.

Deux « documentateurs » hors pair

  • 7 Disciple d’Henri Prentout, cet ancien professeur d’histoire au lycée de Coutances pendant un quart (...)
  • 8 Tel est le jugement qu’Émile Vivier porte dans la lettre accompagnant la notice, jugement qui repre (...)

5« J’ai écrit à Vivier, le grand historien coutançais. Par retour du courrier il m’a répondu qu’il se tient à votre disposition. Il doit pouvoir vous être d’un secours inestimable. » Tel est ce qu’écrit Jos Bossuyt à Paul Blanchart, le 17 décembre 1949. Dès le 22, Émile Vivier7 adresse une première lettre à celui-ci. Aux recto et verso d’une feuille manuscrite est condensée une « esquisse biographique » de Geoffroi de Montbray qui fournit un cadre chronologique pertinent et, chemin faisant, dessine la silhouette du protagoniste : « Homme d’église et homme d’épée, grand seigneur qui porte la crosse avec dignité et manie les armes avec vigueur, c’est bien là un homme de son temps […] Et tout autour de lui que de personnages vous pouvez faire graviter : notre duc Guillaume le Bâtard et le Conquérant ; nos Tancrède de Sicile ; le savant Lanfranc, le trouvère Taillefer, les autres seigneurs de la région8. » La notice fournit un découpage biographique en trois périodes.

6D’abord, celle qui s’étend de 1048 à 1066 ; c’est de loin la plus étoffée, avec, comme points d’appui, l’élection entachée de simonie, suivie du concile de Reims, la tournée en Pouille et en Sicile pour collecter des subsides, l’administration épiscopale, la construction puis la consécration de la cathédrale.

7Ensuite, de 1066 à 1077, la période anglaise et semi-coutançaise, avec la participation de Geoffroi à la bataille d’Hastings, à la conquête, à la réorganisation administrative, à la résistance à l’invasion danoise.

8Enfin, la période de 1077 à 1093, allant du retour en Normandie (pour la dédicace de Saint-Etienne de Caen) à l’inhumation « sous le lavatoire de sa cathédrale ».

9Un temps précieux est ainsi gagné pour l’auteur, néophyte en histoire normande et a fortiori coutançaise. Et ce n’est pas tout. Émile Vivier pressent que la cathédrale, tout autant que son bâtisseur, sera le protagoniste, son double : « Je crois bon de vous signaler quelques détails architecturaux de sa façade qui peuvent vous être utiles pour votre jeu scénique. » Et d’énumérer, avec croquis à l’appui :

  • au-dessus du portail central, une grande terrasse « très accessible » sur laquelle on peut placer un groupe ;

  • la galerie des roses, au-dessus du vitrail, « également praticable » pour quelques personnages isolés ;

  • l’utilisation possible des cinq grosses cloches et d’un petit carillon.

  • 9 L’ouvrage (posthume) d’Henri Prentout a été publié par les soins d’Émile Vivier dans les Mémoires d (...)

10Autre suggestion : l’emprunt, au musée, du drakkar du Millénaire. Ajoutons que, de son côté, Jos Bossuyt expédie à Paul Blanchart une photo de la façade de la cathédrale (le 21 décembre) et la reproduction du poème de Louis Beuve « Ma cathédrale de fierté » (le 24 décembre). Le diligent Vivier n’en restera pas là. Un mois plus tard, en effet, le 23 janvier 1950, c’est l’envoi d’une notice bibliographique de huit titres classés et commentés. Ainsi, en numéro 1, l’Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances de Toustain de Billy ; en numéro 5, l’Histoire de Guillaume le Conquérant d’Henri Prentout ; en 7, Guillaume le Conquérant de Jean de La Varende ; et en 8, après avoir indiqué l’importance d’Orderic Vital, ceci : « utilisé en ce qui concerne Geoffroi de Montbray dans un article de Couppey, paru dans l’Annuaire du Département de la Manche de 1838, p. 175 et sq. ». C’est par celui-ci qu’Émile Vivier suggère de commencer parce qu’il contient « de menus détails de caractère anecdotique »9.

11De la valeur « inestimable » de ces différentes indications, Paul Blanchart fut sans doute assez vite convaincu et il sut en tirer parti. De quoi comprendre qu’en préambule à la conférence qu’il fit à Coutances le 18 avril 1950, il ait tenu à rendre hommage à ses deux « premiers documentateurs » : Émile Vivier et le chanoine Hyernard.

12On verra plus loin comment ce chanoine, secrétaire particulier de Monseigneur Louvrard, évêque de Coutances, intervint après l’achèvement du texte, mais il était intervenu avant, ainsi qu’il ressort de la conférence citée ci-dessus et des remerciements que Paul Blanchart adressa à ce chanoine pour lui avoir fourni un texte « émouvant » sur Geoffroi. Ces remerciements semblèrent énigmatiques jusqu’à la découverte toute récente (à la bibliothèque de l’Arsenal) d’un petit feuillet qui apporte un début de solution. Voici sa retranscription : « La noble vie de/Messire Geoffroi de Montbray/Évêque de Coutances/en 4 tableautins, joués à Montbray/le 14 octobre 1949/en une fête des Vocations sacerdotales/à l’occasion du 9e centenaire de/l’élévation de Geoffroi à l’Épiscopat/par le chanoine Hyernard. » C’est tout ; mais ce n’est pas rien.

13Par cette découverte se trouvent éclairés deux autres points. D’une part, le titre d’un article paru dans l’édition locale de Ouest-France, le 22 décembre 1949 : « Un mystère sur le parvis : le jeu de Messire Geoffroy de Montbray. » C’est la seule fois où sera ainsi désigné le spectacle en projet ; et on est d’autant plus tenté d’y entendre allusion aux susdits « tableautins » que l’auteur de l’article (non signé) n’est autre que Jos Bossuyt. Preuve supplémentaire de complicité entre ces deux promoteurs ? D’autre part et surtout, l’existence d’un tel texte permet seule de comprendre l’incidente, « puisque vous me faites l’honneur d’utiliser ma méchante prose » que le chanoine Hyernard glissera dans une lettre du 27 avril à Paul Blanchart, examinée plus loin. Nul doute que celui-ci a eu entre les mains et utilisé des fragments de la dite prose, dont ne figure nulle trace dans le fonds Blanchart et dont pas davantage les témoins rencontrés que la presse locale consultée n’ont soufflé mot. Sans doute parce que la représentation s’en fit en famille, se tint à huis clos. C’est peut-être du côté des archives épiscopales que demeure quelque espoir d’apprécier ce que fut l’apport de ce texte mystérieux à la genèse de La Geste.

  • 10 Les fêtes du Millénaire de 1933 (troisième et dernier millénaire normand qui, après ceux de Rouen e (...)

14Quoi qu’il en soit, à travers cette mobilisation érudite, on peut juger de l’aide dont bénéficie l’élaboration de l’œuvre ; et de manière empressée, puisque c’est dès la veille de Noël que, grâce aux compétences d’un conseil de fabrique aussi performant que réduit, Paul Blanchart dispose des premiers éléments d’orientation pour son travail. C’est au même moment que Jos Bossuyt va lancer la campagne publicitaire tendant, elle, à la mobilisation de la population coutançaise ; d’une portée d’autant plus stratégique que celle-ci est appelée non seulement à être spectatrice, mais aussi active, voire actrice. A une semaine d’intervalle, l’impulsion est donnée par deux articles de La Manche libre du 25 décembre, puis du 1er janvier dont il suffit d’indiquer les titres : « Le Mystère sur le Parvis et le souffle du Millénaire »10, « Une œuvre de Résurrection et de Concorde ».

Détours et délais d’incubation

  • 11 Dans La Presse de la Manche du 20 janvier 1950, donnant un compte rendu nourri de cette conférence  (...)

15Le 17 janvier 1950, invité par le comité d’organisation, Paul Blanchart vient donner une conférence au théâtre municipal : « Les leçons du théâtre médiéval et le Mystère de Coutances. » C’est le prélude et l’esquisse du mouvement qui doit, peu à peu, s’emparer de Coutances afin de la soulever à la Pentecôte. En l’absence de l’œuvre, c’est autour de la présence et de la parole de l’auteur que tout est organisé et se joue. Avec un plein succès. Dans cette première rencontre entre « la petite ville » et son poète, celui-ci conquiert le public en développant le thème du travail et de l’enthousiasme, de la foi et de la joie « anonymes et collectives d’une cité toute entière »11. Par contre est escamoté ce soir-là le peu qu’on attendait quant à l’œuvre ; on n’en découvre que le titre, La Geste de Geoffroy de Montbray, ainsi précisé : Chronique dramatique de Normandie ; ce qui n’est pas insignifiant, mais un peu court. Pour finir toutefois, Paul Blanchart évoque « un Geoffroy de Montbray constructeur spirituel » ; ce qui lui permet la chute roborative et exaltante : « Nous essaierons d’être des constructeurs : tâchons d’être un même esprit, une même âme et un même cœur. »

  • 12 « Je pense beaucoup à notre affaire normande parmi mes déambulations méditerranéennes (j’ai de la l (...)
  • 13 « J’ai passé hier et aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale à faire des vérifications historiques, (...)

16De cette date au début de mars, pris par d’autres tâches – dont en février une tournée de conférences en Afrique du Nord12 – Paul Blanchart n’aura guère le loisir de travailler à sa Geste ; et l’écriture proprement dite ne commencera pas avant la mi-mars. Au préalable, cependant, peut-être dès la fin de janvier, sûrement dans la première quinzaine de mars, il fréquente la Bibliothèque Nationale : références cotées et feuillets de notes prises l’attestent13. Ce qui nous permet de pénétrer dans l’atelier de fabrication de l’écrivain – son vestibule du moins.

  • 14 Une indication figurant en fin de l’Annuaire du département de la Manche de 1838 permet d’apprendre (...)
  • 15 Les guillemets sont de Paul Blanchart pour marquer l’emprunt à Couppey.

17Pour créer le personnage de Geoffroi, Paul Blanchart, suivant les conseils d’Émile Vivier, conjugue les informations recueillies dans l’Histoire ecclésiastique… de Toustain de Billy (9 feuillets) et dans l’article de Couppey14, c’est-à-dire sa traduction du Livre noir (13 feuillets). Un collationnement rapide permet de constater qu’un grand nombre d’éléments et même de formulations relevées seront repris dans le texte définitif. Pour le début de l’épiscopat, c’est le cas par exemple de la description des trésors rapportés d’Italie et de Sicile, ou encore du texte de la charte de dédicace de la cathédrale. Pour l’évocation des dernières années, Paul Blanchart puise dans l’une ou l’autre source des épisodes tels que : l’orage et le tremblement de terre de 1091, le coq brisé et sa restauration par Brismel, la vision du moine de Cerisy, la déclaration testamentaire de Geoffroi. Par contre, il vaut de remarquer qu’il ne retiendra pas certains faits relevés. C’est le cas de la participation à la répression de la révolte de 1069 (mutilation des prisonniers) et de la transmission de ses biens à son neveu Robert, « homme pervers et dissipateur »15. Pas la moindre allusion non plus à sa participation à la révolte successorale qui éclate à la mort du Conquérant, en 1087. Silences tenant au souci d’offrir une image exempte de toute tache ? Auto-censure fournissant un indice, parmi d’autres, d’une perspective hagiographique ?

  • 16 Cette Histoire de Normandie est parue chez l’éditeur H. Defontaine, à Rouen, en 1944. Historien et (...)

18Pour l’approche de l’histoire normande à l’époque du duc, puis du roi Guillaume, nous ne trouvons pas de trace de consultation de la monographie d’Henri Prentout, éditée et conseillée par Émile Vivier. Par contre, Paul Blanchart va tirer parti de l’Histoire de Normandie de Georges Laisney16. Lecture importante pour l’aider à constituer la trame de sa Chronique. Dans les notes prises (16 feuillets) se trouvent de nombreux éléments qui seront remaniés et étoffés dans La Geste : les démêlés de Robert Guiscard avec Léon IX, le séjour et le serment de Harold à la cour du duc Guillaume, le faux-pas de celui-ci à son débarquement sur le sol anglais et les paroles alors prononcées (selon Robert Wace), l’extrait de la chanson de Roland entonné par le trouvère Taillefer au matin d’Hastings. Enfin, il y a des notes relevées dans Guillaume le Bâtard Conquérant de Jean de La Varende (Vivier avait averti : « s’appuie beaucoup sur la tapisserie de Bayeux… mais récit très imagé »). Lecture également importante où Paul Blanchart glane des éléments pittoresques (cris de guerre, costumes, noms de personnages de l’environnement ducal et épiscopal), le point de départ d’un débat sur les rapports entre le duc et l’Église, un « tableau à faire » (le serment de Harold à Bayeux en 1065), le thème de la comparaison entre la nef de l’église et les navires… Autant d’éléments qui se retrouveront dans la seconde partie de La Geste.

« La tête farcie d’épopée normande »

  • 17 D’après le compte rendu de La Presse cherbourgeoise du 20 avril 1950.
  • 18 Dans la relation d’une conversation téléphonique que Jo Tréhard rapporte à Paul Blanchart (dans une (...)

19« Les morceaux se dessinaient, se joignaient, s’architecturaient et déjà je n’avais plus qu’à écrire ce qui était composé dans mon esprit sur cette figure très significative de cet âge lointain : le prêtre, le chevalier, l’apôtre, le diplomate. » C’est en ces termes que Paul Blanchart évoquera cette période de documentation et d’incubation dans sa conférence du 18 avril17. Sans doute cela avance-t-il, en effet ; mais, à Coutances, d’attente en impatience, on s’affole et s’irrite de ne pas voir arriver ce qui permettrait de se mettre aux travaux de construction du podium, de confection des costumes, de répétition des chants, de sélection des acteurs et figurants, d’impression des affiches, etc. Et le 9 mars, on enjoint à Jo Tréhard, le responsable de la réalisation, de « monter à Paris pour arracher le mystère »18 à l’auteur. Mission sans objet puisque la rédaction en est à peine commencée. « Au moment où j’écris, où je suis sous pression, où je suis jusqu’au cou dans leur histoire […] j’aurais bien aimé être dispensé de ces agitations […], je tiens maintenant toute mon histoire, j’ai la tête farcie d’épopée normande », confie Paul Blanchart à son metteur en scène dans une lettre du 11 mars à laquelle il joint une première liste de personnages et où il annonce qu’il va se retirer dans un couvent de Bénédictins ami, pour y écrire en paix. Ce qu’il fait le 18 ou le 19 mars. Dès le 21, il écrit à Jo Tréhard : « l’écriture se poursuit à pas de géants, et je vous en enverrai un premier morceau. » Il l’envoie le 25 mars. Puis, le 2 avril, c’est la seconde partie : « la tranche guerrière suit la tranche épiscopale ; et dans trois jours vous aurez la tranche mystique et légendaire qui clôt la geste », et, un peu plus loin, « de quoi vous exciter l’imaginative ». En effet. A travers cet éphéméride, il semble bien que la rédaction ait été menée rondement : en une quinzaine de jours. N’empêche qu’il était plus que temps pour que la réalisation ne courût le risque de fiasco.

  • 19 Dans l’édition locale d’Ouest-France, les 28, 29, 30 mars 1950. Le premier article traite des origi (...)
  • 20 Des comptes rendus en paraissent dans La Presse cherbourgeoise du 20 avril, dans La Manche libre du (...)

20Alors que Paul Blanchart achève sa Chronique, Coutances est comme saisie par Geoffroi de Montbray. Deux signes parmi d’autres : d’une part, la publication d’une série d’articles d’Émile Vivier sur la vie du héros de La Geste19 ; d’autre part, par une étonnante coïncidence – et pour le coup on pourrait évoquer l’intervention du deus ex machina ! – il y a le mouvement d’émotion qui s’empare de la cité épiscopale entre la mort, le Samedi saint 8 avril, et les obsèques, le vendredi 14, de son évêque, Monseigneur Louvrard, et la place que tient la cathédrale dans le déploiement du rituel funèbre. C’est dans ce contexte qu’affichettes et presse invitent à la seconde conférence de l’auteur qui, cette fois c’est juré, « parlera de la Geste de Geoffroy de Montbray et de sa réalisation » le mardi 18 avril. De cette conférence ne retenons ici que ce qui a trait à un essai de définition du genre de l’œuvre20. Pour ce faire, l’auteur opère une approche par contiguïté : « un récit historique qui prend parfois l’allure d’un conte ; une légende sortie d’une chanson de geste ; une complainte populaire, un mystère […] ; une imagerie d’Épinal à l’usage des foules. » C’est dire que ça ne sera pas une pièce au sens habituel, mais « une fresque théâtrale, une épopée à la fois guerrière et mystique […], une célébration qui ramène le théâtre à son origine rituelle ». Tout cela est bien intéressant et nécessiterait pour être apprécié d’être confronté avec la lecture du texte et surtout avec le spectacle. Ce qui est hors du présent propos. Ne le sont point par contre certaines modifications apportées à l’état d’un texte qu’on aurait pu penser ne varietur.

  • 21 C’est le chanoine Hyernard qui souligne.

21Parmi les rares privilégiés qui eurent et lurent La Geste, il y eut le chanoine Hyernard, bien sûr. Surchargé de travail en raison de la mort de l’évêque et de la prise de fonction de son successeur, il prend la plume le 27 avril pour remercier Paul Blanchart « des paroles bienveillantes et flatteuses à l’excès » qu’il a prononcées à son endroit lors de sa conférence, pour lui faire ensuite son « très respectueux et modeste compliment », ainsi formulé : « Coutances aura grâce à vous sa Geste majestueuse en une évocation pleine du faste de toutes ses gloires ancestrales. » Sur quoi, eu égard à l’amitié de celui qui avait déjà utilisé sa « méchante prose », le secrétaire particulier de l’évêque va proposer quelques modifications, notamment dans un échange entre Geoffroi et Lanfranc, et surtout un très substantiel ajout dans le dialogue entre le pape Léon IX, Geoffroi et Lanfranc au concile de Reims, « dans le souci de nuancer » ; avant de conclure : « Vous le voyez tout cela est point de vue d’église21 et c’est ce qui me rend téméraire jusqu’à oser vous soumettre mes élucubrations […] Trop heureux si j’ai pu, comme vous avez cru devoir le dire, vous aider un peu en une entreprise que votre grand talent a si bien servie. »

22L’auteur ne songea nullement à résister. Sans hésitation ni vergogne, il fit siennes les modifications suggérées et recopia, pour les intercaler, les cinq feuillets « nuançant » la scène cruciale du concile.

« La tranche épiscopale »

  • 22 Le titre est ainsi libellé : La Geste de Geoffroy de Montbray / Chronique dramatique de Normandie / (...)

23Pour fournir une illustration de la manière dont les divers matériaux furent mis en forme par l’auteur, on se bornera à une description de la première partie, « la tranche épiscopale ». Cela suffira pour comprendre en quoi l’appréciation du texte est inséparable de sa traduction en spectacle ; d’autant plus qu’un appareil didascalique fort important lui confère aussi la fonction d’un livret de régie. Ainsi la didascalie liminaire, placée entre le titre et la liste des personnages22, expose un parti scénographique affirmant la volonté de n’« encombrer le podium de nul décor » afin de mettre en valeur « l’intégrale beauté de la cathédrale », grâce aux effets d’éclairage que nécessite un plein air nocturne. C’est la magie de la technique instaurant le jeu de l’ombre et de la lumière qui sous-tend et permet la conception « semi-cinégraphique » dont se réclamait Paul Blanchart dans sa conférence. D’ailleurs le découpage en trois parties et à l’intérieur de celles-ci en séquences, bien que nullement matérialisé dans la mise en page, s’opère aisément grâce à la logique d’une composition soulignant ruptures et articulations, usant de l’ellipse et du fondu enchaîné.

24Et tout d’abord un prologue de quatre pages. S’y manifeste d’entrée de jeu le choix d’un parti d’écriture tant dramaturgique que scénique. Dans cette œuvre, se voulant à la fois chronique, épopée et célébration, la part dévolue à une parole qui guide et commente est déterminante. Cette parole c’est, au premier chef, celle du Meneur de Jeu. C’est lui qui apparaît, seul, dans une tache de lumière, au cœur de la nuit et au centre du podium ; lui qui, lorsque le bourdon, les trompettes et les cors se sont tus, profère les mots de « bienvenue aux gens de la vieille terre normande », venus se « rassembler sous l’égide des clochers de la cathédrale de fierté ». Paroles relayées et psalmodiées par le Chœur (huit choreutes en aube) que l’on découvre à la terrasse au-dessus du portail ; reprises et couronnées en écho céleste par la voix de l’Ange, apparu à la terrasse supérieure (la galerie des roses) au-dessus du grand vitrail. Le Meneur de Jeu capte d’autant plus sûrement la bienveillance du public que celui qui interprète ce rôle-clé, avec conviction et prestance, c’est l’auteur lui-même. Dans la suite de La Geste, entre la plupart des séquences et au fil de celles où dominent effets visuels et sonores, le Meneur de Jeu, apparaissant alors sur l’un ou l’autre côté du podium, épaulé par le Chœur, toujours sur sa terrasse, assumera ces fonctions cardinales de conduite et de liaison, de lisibilité et d’induction. Passages écrits en vers libres, alors que les dialogues entre protagonistes et autres personnages le sont en prose.

25« En l’an 1048… » : ainsi le Meneur ouvre la première partie de la Chronique qui, en six séquences (soit 25 pages sur un total de 79 pages) conduit à la consécration de la cathédrale en 1056. Dans la première, on voit Geoffroi prendre possession de son diocèse et, à travers une conversation avec Pierre son chambellan bientôt rejoint par Lanfranc, on le sent soucieux du piteux état de celui-ci et préoccupé par la validité de son accession au siège épiscopal. La deuxième, toujours en 1048, se situe à la cour du duc Guillaume où celui-ci, attablé avec ses vassaux, évoque ses récentes victoires (dont celle du Val-ès-Dunes), son projet de mariage avec Mathilde, sa vision des rapports entre son pouvoir et celui de l’Église, avant de s’offrir un divertissement. La troisième nous transporte au concile de Reims en 1049 ; elle est dominée par la figure et les propos du pape Léon IX qui absout Geoffroi du soupçon de simonie, puis dialogue avec lui et Lanfranc sur les tâches de redressement de l’Église, sur l’attitude répréhensible de princes normands tels que Guiscard… et Guillaume. On revient à Coutances dans la quatrième séquence pour assister en 1050 au retour de Geoffroi à l’issue de sa tournée en Italie méridionale, comblé par les Tancrède de dons et de richesses destinés à l’édification de la cathédrale : cortège de prélats, de chevaliers, de chevaux chargés de coffres et de ballots au milieu des vivats ponctuant les exhortations de l’évêque incitant au labeur la foule des fidèles, ces « pierres vivantes ». En contraste, la cinquième séquence est celle d’un dialogue serré, voire tendu, entre Geoffroi et Guillaume autour du conflit de pouvoirs entre le Saint-Père et un prince impatient, lui, de « bâtir un royaume ». La sixième et dernière séquence, c’est celle de la dédicace de la cathédrale en la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1056. Entre le chant de l’Ave Maria – suscitant l’apparition de la Vierge à la galerie des roses, puis de l’ange Gabriel dans l’attitude de l’Annonciation – et celui du Te Deum – entonné par la chorale et la foule des acteurs sur le podium –, le rituel de consécration couronne le mouvement ascendant effectué à partir d’une situation initiale passablement troublée, et trouble. Apogée, et presque apothéose déjà. Désormais, grâce à Geoffroi, et grâces lui en soient rendues, la cathédrale se dresse en sa souveraine verticalité ; et à l’horizontale, sur le podium, s’avance le cortège de tous les prélats et de tous les seigneurs de Normandie, du clergé, des chantres et des enfants de chœur, tous contemplés par les gens du peuple, au milieu des sonneries des cloches et des trompettes, du jeu des orgues et des chants, s’interrompant seulement pour entendre le héraut donner lecture de la charte du duc Guillaume « qui confirme le passé et qui assure l’avenir » de l’église et de la ville de Coutances.

  • 23 Indiquons toutefois le découpage des deuxième et troisième parties. – « La tranche guerrière », plu (...)

26Pas besoin d’aller au-delà de ce premier volet du triptyque23 pour deviner que le pari et la partie étaient en voie d’être gagnés. Le texte de La Geste recèle en effet de nombreux éléments susceptibles de conduire à la réalisation du spectacle « de Résurrection et de Concorde » auquel on aspirait. Or, après six semaines de préparatifs et de répétitions, les promesses s’accomplirent au-delà de toutes les espérances : grâce aux représentations elles-mêmes, à leur réception, aux répercussions qu’elles eurent.

Coutances « en liesse »

  • 24 Découverte ou révélation, plutôt que résurrection. Jusqu’en 1950, en effet, sauf pour les ecclésias (...)
  • 25 Dès le 23 décembre 1949, suite à une demande du chanoine Hyernard, le chanoine Pinel avait adressé (...)

27Au terme d’une décennie troublée et faisant suite à pas mal d’autres où « la petite ville », hantée par son déclin, doutait de plus en plus d’elle-même, au moment même où elle travaillait à relever ses ruines, l’invention24 de Geoffroi de Montbray tombait décidément à merveille. Figure et geste en or que celles du bâtisseur de l’église dont la ville est fille ; Geoffroi dans le rôle du père, la cathédrale dite Notre-Dame dans celui de la mère. Et voici qu’à neuf siècles de distance, en ce rituel où s’incarne le père, où les pierres s’animent, les enfants se régénèrent. On conçoit aisément que le panégyrique25 gagne en force persuasive à passer ainsi de la chaire au podium, à conjuguer le verbe et les images : c’est en découvrant le caractère et l’itinéraire de son évêque que Coutances reprend confiance en elle-même, qu’elle trouve dans son passé de quoi affronter le présent. Grâce aux mécanismes de personnification et d’identification, La Geste a valeur de thérapie salvatrice. Comme Montbray le 12 octobre précédent, Coutances est « en liesse » à la Pentecôte 1950, toute soulevée de cette allégresse collective qui déborde et féconde.

  • 26 Il vient d’avoir vingt-huit ans, c’est là sa première grande mise en scène. Il est directeur depuis (...)

28Il ne faut pas en conclure pour autant que l’œuvre de Paul Blanchart ait été outrageusement dionysiaque. Il s’en faut. Mais il n’est point question ici d’aventurer un jugement sur la valeur intrinsèque d’un texte dont la réalisation, conduite de main de maître par Jo Tréhard26, fut amplement plébiscitée ; ce qui combla initiateurs et organisateurs, commanditaires et supporters. Revenons plutôt sur un aspect du processus de fabrication, en rapprochant deux citations. Dans sa conférence du 17 janvier, Paul Blanchart avait évoqué à titre de leçon « le travail anonyme, collectif d’une cité entière » que représentait un mystère médiéval. Au lendemain de sa conférence du 18 avril, Émile Vivier lui écrit : « Les quelques moments que j’ai eu le plaisir de passer avec vous m’ont permis de constater que nous étions parfaitement d’accord, ne cherchant les uns et les autres qu’un succès d’équipe et non des satisfactions de vanité personnelle », puis il conclut en le complimentant pour son « dévouement à l’œuvre commune ». A partir de là, il serait tentant de réfléchir, ou de rêver, sur ce qu’il advient alors : de la notion d’œuvre, du statut de l’auteur, des titres de paternité et de propriété.

  • 27 « Ce n’est pas la machine à descendre les dieux sur la scène qu’il nous faut, ce sont les dieux qu’ (...)
  • 28 Dans la presse et autres proses coutançaises de cette année commémorative, il arrive qu’on trouve l (...)

29Ce n’est certes pas indûment que Paul Blanchart est considéré comme l’auteur de La Geste de Geoffroy de Montbray. Cependant il vaut de relever que, tout au long de l’entreprise, son titre fut coiffé par le sur-titre Le Mystère de Coutances et que sur la couverture du programme officiel ne figurent que ces deux mots : Notre Mystère. D’autre part, si rien n’autorise à parler d’une écriture collective, on peut considérer qu’il s’est agi d’une manière de création assistée, orientée, à l’occasion surveillée, ou auto-censurée. D’où l’importance du conseil de fabrique, de nos deux « documentateurs », et de quelques autres. Dont un certain Belge de Coutances, Jos Bossuyt, « meneur de jeu » lui aussi, expert en l’art de dresser des plans et de tirer les ficelles. Ce qui est bien précieux pour concevoir, puis faire marcher « la machine à descendre les dieux sur la scène »27. Pour y faire descendre, à l’occasion, des saints ou des évêques – et, pourquoi pas, de saints évêques28 ?

Notes

1 La Manche libre du 16 octobre 1949. Le nom de l’évêque peut s’orthographier avec un -y (Geoffroy) comme le fait Paul Blanchart ou avec un -i (Geoffroi), graphie qui a été adoptée dans cet ouvrage.

2 La Manche libre du 23 octobre 1949.

3 Sur ce point particulier ainsi que pour une présentation d’ensemble du « Mystère de Coutances », on pourra se reporter à notre article à paraître dans les Annales de Normandie.

4 Ouest-France, 22 décembre 1949 : « Plusieurs sujets furent envisagés : la reconstitution d’un mystère emprunté au répertoire authentique du Moyen Age ; l’histoire des Tancrède ; la “cathédrale à travers les siècles” ; d’autres encore. Finalement l’enthousiasme se porta sur la vie de Geoffroy de Montbray, notre évêque-guerrier, bâtisseur de la cathédrale et compagnon d’armes de Guillaume le Conquérant à la bataille d’Hastings »

5 « Un homme de théâtre qui a touché à toutes les activités théâtrales sans se décider à se spécialiser », écrit-il de lui-même. Né en 1897, mort en 1965, c’est un essayiste et un conférencier fort apprécié. Auteur estimable d’adaptations et d’œuvres dramatiques, il est alors président de la fédération nationale des Centres régionaux d’art dramatique (CRAD). Le Centre de Normandie a été fondé en 1948 par le jeune Jo Tréhard (directeur de la salle municipale des Beaux-Arts à Caen, metteur en scène de La Geste) et son président est E.A. Lebas, préfet de la Manche (alors replié à Coutances) de 1944 à 1952. – La majeure partie des documents inédits utilisés ici provient des archives de Paul Blanchart déposées à la Bibliothèque Nationale (boîte XXXIX de la collection).

6 Né à Staden (Belgique) en 1895, mort à Coutances en 1961. Greffier de paix et commissaire-priseur, il fut sans doute le ferment le plus actif – et méconnu – de la vie coutançaise pendant un quart de siècle. Ses archives, généreusement ouvertes par son fils, constituent une autre importante source documentaire.

7 Disciple d’Henri Prentout, cet ancien professeur d’histoire au lycée de Coutances pendant un quart de siècle avait été secrétaire général des fêtes du Millénaire de 1933.

8 Tel est le jugement qu’Émile Vivier porte dans la lettre accompagnant la notice, jugement qui reprend celui d’Orderic Vital.

9 L’ouvrage (posthume) d’Henri Prentout a été publié par les soins d’Émile Vivier dans les Mémoires de l’Académie de Caen. Le titre exact du livre de Jean de La Varende est Guillaume le Bâtard Conquérant (1946). En ce qui concerne l’article de Couppey, il s’agit en fait d’une traduction du Livre noir ; la confusion d’Émile Vivier provient sans doute d’une note concernant Orderic Vital à la fin du travail de Couppey. On constatera, sans trop s’en étonner, qu’Émile Vivier n’avait pas eu connaissance du travail « décisif » de John le Patourel paru dans l’English Historical Review en 1944.

10 Les fêtes du Millénaire de 1933 (troisième et dernier millénaire normand qui, après ceux de Rouen en 1911 et de Bayeux en 1924, célébrait l’anniversaire du rattachement du Cotentin à la Normandie en 933) constituaient alors un souvenir inoubliable et un modèle stimulant. Elles avaient été marquées par différents défilés et reconstitutions « historiques », où était apparu, entre autres, le personnage de Geoffroi de Montbray. La cathédrale et son parvis avaient été des lieux essentiels de cette célébration. Voir Notre Millénaire, Coutances : 933-1933, mémorial édité à Coutances en 1933, réimprimé en 1983.

11 Dans La Presse de la Manche du 20 janvier 1950, donnant un compte rendu nourri de cette conférence ; même chose d’ailleurs dans La Manche libre du 22 et dans Ouest-France du 23 janvier.

12 « Je pense beaucoup à notre affaire normande parmi mes déambulations méditerranéennes (j’ai de la lecture normande dans mes valises)… » écrit-il d’Alger, le 25 février à Jos Bossuyt qui, dans une lettre du début du mois, s’inquiétait de l’avancement du travail.

13 « J’ai passé hier et aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale à faire des vérifications historiques, à achever de cimenter mes épisodes, à clarifier mes dernières idées obscures », écrit-il à Jo Tréhard le samedi 11 mars.

14 Une indication figurant en fin de l’Annuaire du département de la Manche de 1838 permet d’apprendre que ce Couppey (sans indication de prénom) était « secrétaire de la Société Royale académique de Cherbourg ». Pour sa traduction, il s’est servi du texte publié dans la Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 217-224.

15 Les guillemets sont de Paul Blanchart pour marquer l’emprunt à Couppey.

16 Cette Histoire de Normandie est parue chez l’éditeur H. Defontaine, à Rouen, en 1944. Historien et écrivain coutançais, Georges Laisney, né à Coutances en 1883, mort en 1950, est l’auteur, entre autres nombreuses publications, d’un précieux Portrait de Coutances édité chez le même H. Defontaine en 1936.

17 D’après le compte rendu de La Presse cherbourgeoise du 20 avril 1950.

18 Dans la relation d’une conversation téléphonique que Jo Tréhard rapporte à Paul Blanchart (dans une lettre du 10 mars) à propos du « drame » qui se déroule à Coutances et dont il écrit qu’« il relève du vaudeville et du jeu de massacre ». Les extraits des lettres de Paul Blanchart cités ensuite proviennent des archives de Jo Tréhard.

19 Dans l’édition locale d’Ouest-France, les 28, 29, 30 mars 1950. Le premier article traite des origines de Geoffroi et de son accession à l’épiscopat, le second est centré sur ses activités proprement religieuses, le troisième porte sur l’homme politique et le guerrier. Le 19 avril, paraîtra un autre article évoquant la topographie et quelques aspects de la vie du Coutances d’alors. Ici et là, même qualité de ces mises au point.

20 Des comptes rendus en paraissent dans La Presse cherbourgeoise du 20 avril, dans La Manche libre du 23 et sans doute dans Ouest-France. Je m’appuie ici sur les trois pages du canevas rédigé par Paul Blanchart et se trouvant dans ses archives.

21 C’est le chanoine Hyernard qui souligne.

22 Le titre est ainsi libellé : La Geste de Geoffroy de Montbray / Chronique dramatique de Normandie / en forme de mystère, composée pour être jouée / sur le parvis de la cathédrale de Coutances. Le fascicule ronéotypé est composé de 79 feuilles dactylographiées et paginées uniquement au verso, agrafées et sans couverture. Le nombre des personnages de la première partie atteint la vingtaine, sans compter plusieurs dizaines de figurants. S’y ajouteront une douzaine de nouveaux personnages à la seconde partie. Au total, La Geste mobilisa 350 exécutants (cavaliers, sinon chevaux, compris) ; mais il n’y avait qu’une trentaine de personnages ayant de véritables rôles ; ceux des protagonistes furent confiés à cinq comédiens professionnels, et parisiens.

23 Indiquons toutefois le découpage des deuxième et troisième parties. – « La tranche guerrière », plus dramatique, est centrée sur le personnage et les actions du duc Guillaume ; elle comporte neuf séquences : 1. Harold à la cour de Guillaume : le serment (1065) ; 2. le Conseil de Guillaume (vers Pâques 1066) ; 3. le départ de l’armée (août 1066) ; 4. l’attente des vents et la comète-présage (septembre 1066) ; 5. le débarquement sur la terre anglaise (le faux pas de Guillaume) ; 6. l’espion d’Harold devant Guillaume ; 7. avant la bataille (la messe de Geoffroi) ; 8. la bataille d’Hastings ; 9. la victoire, la conquête de l’Angleterre. – « La tranche mystique et légendaire » ramène à Coutances donc à la cathédrale et, après une évocation par le Chœur du royaume normand d’Angleterre et du partage de Geoffroi entre celui-ci et son diocèse, elle opère le passage de l’héroïsme militaire à celui du saint, en sept séquences : 1. une visite de Geoffroi à Coutances, à Pierre et aux chanoines (1077) ; 2. le retour à Coutances (après la mort du roi en septembre 1087) ; 3. le tremblement de terre prophétique (novembre 1091) ; 4. la maladie de Geoffroi : sa pénitence, sa confession, son testament, et la restauration du coq ; 5. la vision du moine de Cerisy ; 6. la mort, le 4 février (après la Purification de la Vierge) ; 7. les obsèques dans la cathédrale (le chant de l’In paradisum avant l’ultime illumination).

24 Découverte ou révélation, plutôt que résurrection. Jusqu’en 1950, en effet, sauf pour les ecclésiastiques et les érudits, le nom de Geoffroi de Montbray était celui d’une rue et non d’un évêque illustre, inconnu de la majorité des Coutançais (selon la presse locale d’alors).

25 Dès le 23 décembre 1949, suite à une demande du chanoine Hyernard, le chanoine Pinel avait adressé à Paul Blanchart le texte du panégyrique qu’il avait prononcé le 12 octobre à Montbray.

26 Il vient d’avoir vingt-huit ans, c’est là sa première grande mise en scène. Il est directeur depuis janvier 1949 de la salle des Beaux-Arts, théâtre municipal provisoire de Caen. Sur ses débuts et ses liens avec Paul Blanchart, on pourra se reporter à l’article « Les années d’apprentissage de Jo Tréhard, 1945-1949 », Revue d’histoire du théâtre, n° 1, 1995, p. 51-60.

27 « Ce n’est pas la machine à descendre les dieux sur la scène qu’il nous faut, ce sont les dieux qu’il nous faut. » Armand Salacrou rappelle cette phrase de Charles Dullin dans sa Préface au recueil de textes de celui-ci, publié précisément sous le titre Ce sont les dieux qu’il nous faut, Gallimard, coll. Pratique du théâtre, 1969.

28 Dans la presse et autres proses coutançaises de cette année commémorative, il arrive qu’on trouve la formule : le Bienheureux Geoffroi de Montbray.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540