Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

5e partie : Geoffroi de Montbray

La cathédrale et la tombe de Geoffroi d’après le Livre noir de Coutances

† Abbé Marcel Lelégard

Texte intégral

Quelques points obscurs concernant la cathédrale

1Le Livre noir est le seul document qui nous renseigne avec une relative ampleur sur la cathédrale de Coutances à l’époque de Geoffroi de Montbray. Sa chronique couvre la période qui va de 836 à 1093, mais c’est surtout sur les deux derniers tiers du XIe siècle qu’il nous renseigne le plus généreusement. Cette œuvre fut probablement écrite au début du XIIe siècle par un clerc qui avait connu personnellement Geoffroi et avait, de son temps, participé à l’épluchage de l’encens pour en éliminer les débris d’écorce et les impuretés. Ce clerc était manifestement très proche du doyen de la cathédrale, Pierre, dont Geoffroi avait fait son camérier et son vicaire.

  • 1 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 217 à 224. Mais il y a quelques fautes de lecture : deux f (...)

2Le manuscrit original a été conservé aux archives de l’évêché jusqu’au milieu du XIXe siècle où il disparaît. On a supposé que, vers 1840, le chanoine Delamare, vicaire général, travaillant à une étude sur l’architecture de la cathédrale l’a emprunté et ne l’a jamais rendu : le manuscrit l’aurait suivi, avec sa bibliothèque, lorsqu’il devint évêque de Gap, puis archevêque d’Auch, où il est mort. On souhaiterait que les archivistes de l’évêché de Coutances fissent une enquête sérieuse permettant de retrouver ce très précieux document. Son contenu ne nous est pas inconnu : il a été transcrit au XVIIIe siècle par le chanoine Poret et imprimé dans la Gallia Christiana1.

3En ce qui concerne l’architecture de la cathédrale romane, nous n’avons pas à nous y arrêter longuement. C’était selon toute vraisemblance un édifice à structure mince parce que non voûté. De grandes églises qui en étaient sensiblement contemporaines sont partiellement parvenues jusqu’à nous : le transept et la nef du Mont-Saint-Michel, la nef et les tours de façade de Notre-Dame de Jumièges.

4Quelques expressions de ce Livre noir, qui étaient claires pour l’auteur au début du XIIe siècle, sont devenues obscures pour nous. Nous les examinerons le moment venu.

***

5Nous relevons que la dédicace eut lieu le 8 décembre (sexto idus decembris) 1056. De même qu’au VIIIe siècle, l’évêque saint Fromond avait choisi la date du 15 août pour consacrer l’autel de l’abbaye Sainte-Marie du Ham, ainsi que l’atteste l’inscription gravée sur cet autel (et c’est la plus ancienne mention dans tout l’Occident d’une fête de la Sainte Vierge à la mi-août), de même, en choisissant la date du 8 décembre, Geoffroi nous invite à penser que Coutances célébrait déjà la fête de la conception de Marie, avant même que Elsin, abbé de Ramsay, ne répande cette dévotion.

  • 2 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 A : In Apuliam et Calabriam adire Robertum, cognomine Guisc (...)

6Le Livre noir nous apprend que Geoffroi de Montbray, pour aider au financement, alla solliciter en Italie du Sud la générosité des conquérants normands, les fils de Tancrède, partis de Hauteville près de Coutances : « Il partit à l’étranger en Apulie et en Calabre pour aller voir Robert, surnommé Guiscard, son paroissien, et les autres barons, ses parents, ses amis et ses enfants2. »

  • 3 E.A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876, p. 44-45.

7A quelle date se fit ce voyage ? Le chanoine Pigeon, dans son Histoire de la cathédrale de Coutances3, se basant sur le fait que Robert Guiscard devint duc de Pouille et de Calabre en 1057, le place après cette date. C’est prendre le problème par le mauvais bout : c’est pour achever la construction de l’église que Geoffroi de Montbray a fait appel à la générosité des Normands d’Italie du Sud. C’est donc avant la dédicace qu’il faut le situer.

  • 4 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 : Multum in auro et argento et gemmis et palliis uariisque (...)

8Geoffroi de Montbray, peu après son sacre, s’est rendu au concile de Reims où le pape Léon IX a bien voulu le laver de son élection simoniaque. Le plus vraisemblable est que Geoffroi de Montbray fit partie de toute cette escorte de prélats qui raccompagna le pape jusqu’à Rome. Arrivé là, il a pensé que l’occasion était bonne pour lui de pousser jusqu’en Apulie et en Calabre pour rencontrer le prince des Normands : soit Dreux avant le 10 août 1051, soit, après cette date, son frère Onfroy, devenu comte après lui. Lucien Musset pense de même : le nom de Robert Guiscard apparaît ici parce que le Livre noir fut écrit soixante-dix ans peut-être après ces événements et que la renommée de Guiscard avait dépassé et éclipsé celle de ses frères, et qu’on parlait surtout de lui. On nous dit ce qu’il a rapporté : « un chargement considérable en or, en argent, en pierres précieuses, en tissus et en dons divers de grande valeur4… » Sans oublier trois fioles de baume précieux pour confectionner le saint chrême durant des décennies.

  • 5 Ibid., col. 219 A : Maioremque crucifixion largis sumptibus et tempore longo construxit.
  • 6 Ibid., col. 221 Β : « Eo si quidem die quo crucifixum, quem, magistrante Lamberto, multo sumptu fec (...)

9Dans la description de la construction, une phrase nous pose un autre problème : « il fit construire à grands frais une croix de dimension plus imposante, ce qui prit un temps considérable5. » Beaucoup plus loin, il est écrit : « Le jour où il éleva solennellement une croix qu’il avait fait fabriquer à grands frais sous la direction de maître Lambert, il donna aux chanoines pour la commune du chapitre un manoir appelé Wiltreborna, d’un revenu de quinze livres sterlings, situé en Angleterre, plus précisément dans le Dorset6. »

10Dans le second cas, le crucifix est évidemment celui de la poutre de gloire ou du jubé réalisé par l’orfèvre Lambert, vraisemblablement en feuilles d’or ou de vermeil, sur âme de bois.

11Est-ce du même objet qu’il serait question dans le premier texte ? Le terme tempore longo construxit a incité le chanoine Pigeon à penser qu’il s’agissait du transept donnant à l’église la forme d’une croix.

12Peur importe, après tout. Ce qui compte c’est de savoir que le transept existait et que chaque bras comportait une abside, de part et d’autre de l’abside centrale que le Livre noir appelle capitium nauis ecclesiae cum area. Cette area est universellement interprétée comme un déambulatoire faisant le tour du chevet, comme il en existait autour du chevet de l’église abbatiale de Jumièges ou de celle du Mont-Saint-Michel, de même époque, tel que nous en voyons encore l’image dans les Très Riches Heures du Duc de Berry et tel que les sondages d’Y.-M. Froidevaux en 1964 ont permis d’en retrouver la trace.

13Là où la description se complique, c’est lorsque le Livre noir évoque hic et inde, « de part et d’autre », duo maiora capitia nobiliora et ampliora.

  • 7 E.A. Pigeon, op. cit., p. 89.

14Le chanoine Pigeon, gêné par ces deux chevets, ces deux absides, données comme plus grandes que celles de la nef, croit se tirer d’affaire en remplaçant maiora par minora, mais le problème reste entier, puisqu’il laisse subsister nobiliora et ampliora7. Ampliora signifie, en effet, « plus vastes ». Il faudrait donc supposer que ces absides étaient plus grandes que l’abside centrale, mais que l’importance de celle-ci était sauvée, si l’on peut dire, par son déambulatoire, son area.

15Nous savons que la chapelle sud, qui contenait le puits, était dédiée à la Sainte Vierge et celle du nord à saint Nicolas.

16Toutefois, le même Livre noir remet un peu les choses en ordre lorsqu’il raconte le tremblement de terre et la tempête du 2 novembre 1091. Il nous dit que la face orientale de la tour centrale se trouva lézardée et que furent ébranlés le « chevet majeur » et les « deux moindres » qui sont de chaque côté.

  • 8 Jean d’Avranches, De officiis ecclesiasticis, éd. R. Delamare, Paris, 1923, p. CXXIII sq., 8 sq.

17A la croisée du transept, par conséquent au-dessus du chœur, s’élevait la tour-lanterne. On nous dit qu’elle était admirable et que l’évêque y plaça un ensemble de cloches sonnant en harmonie. Le De officiis ecclesiasticis de Jean d’Avranches nous apprend comment à cette époque se réglaient les sonneries de cloches8.

18Après le sinistre de novembre 1091, l’évêque fit réparer tous les dégâts ; il fit revenir d’Angleterre le plombier Brismet pour refaire les couvertures de plomb et replacer sur la tour centrale un nouveau coq doré.

19A sa mort, survenue deux ans et quatre mois plus tard, le 2 février 1093 ou 1094, selon que l’année commence à Noël ou à Pâques, les restaurations, peut-être trop sommairement faites, étaient terminées.

La sépulture de Geoffroi de Montbray

20En l’état actuel des choses, l’emplacement de la sépulture de Geoffroi de Montbray semble mal connu et il a fait de la part des historiens de la cathédrale l’objet de localisations diverses et évidemment incompatibles.

  • 9 A.F. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours, C (...)
  • 10 Gallia Christiana, XI, col. 872 Ε.
  • 11 Ibid., XI, Instr., col. 224 Ε.
  • 12 E.A. Pigeon, op. cit., p. 120-121.
  • 13 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874, t. 1, (...)

21A.F. Lecanu, dans son Histoire des évêques de Coutances, dit qu’il fut enterré « dans le chœur de sa cathédrale »9. La Gallia Christiana nous indique sepultus est in stillicidio ecclesiae, quod uiuens humiliter et instanter postulauerat10, ce qui semble une paraphrase du Livre noir : sepelierunt eum honorifice in stillicidio ecclesiae, sicut ipse praeceperat uiuens adhuc in corpore11. En 1857, le vicaire général Gilbert, ayant trouvé dans Du Cange que stillicidium pouvait signifier un atrium in introitu ecclesiae fit des fouilles entre les deux tours de façade sous une grande pierre tombale de couleur bleue de près de trois mètres sur un mètre vingt de large… sans succès12. René Toustain de Billy (qui croyait, évidemment, que la cathédrale actuelle était celle de Geoffroi) nous dit qu’il « fut inhumé sous le lavatoire de l’église ainsi qu’il l’avait souhaité par humilité »13.

  • 14 « Ici repose Guillaume maître maçon : c’est lui qui a achevé ce nouvel ouvrage. »

22Le lavatoire, comme on disait déjà au XVe siècle et encore au XVIIe, c’est ce que nous appelons la piscine, mais les archéologues nous disent que les piscines n’existaient pas au XIe siècle. Elles ne commencent à apparaître que dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Les inhumations sub stillicidio – c’est-à-dire sous le larmier ou égout du toit – sont bien connues. On en a l’attestation déjà pour le duc Richard Ier à Fécamp, en 996, et on la trouve encore au chevet de Saint-Étienne de Caen au début du XIIIe siècle pour maître Guillaume, architecte du chœur : Guillelmus iacet hic petrarum summus (magister) iste nouum perfecit opus14.

Fig. 1 : La tombe de Geoffroi et le chevet de la cathédrale de Coutances

  • 15 Louis d’Équery, Ordinarius ecclesie Constantiensis, BN, ms. lat. 1301, p. 3.
  • 16 J. Herschman, « The Norman Ambulatory of Le Mans Cathedral and the Chevet of the Cathedral of Couta (...)

23Nous croyons pouvoir chercher au chevet de la cathédrale romane, sous l’égout du toit, la tombe de Geoffroi de Montbray et c’est l’ordinarius ecclesie Constantiensis, rédigé sous Louis d’Équery, évêque au milieu du XIVe siècle, qui nous en fournira la preuve15. Dans son étude sur « le déambulatoire normand de la cathédrale du Mans et le chevet de la cathédrale de Coutances », Joël Herschman, historien d’art de l’Université de Fordham, aux États-Unis, avance, comme une certitude acquise, que la reconstruction du chœur de la cathédrale de Coutances a débuté par une première campagne de travaux, entre 1220 et 1235. Celle-ci, qui a consisté à construire l’enveloppe extérieure, c’est-à-dire les chapelles rayonnantes et le déambulatoire bas, avec les colonnes rondes qui le sépareront du déambulatoire haut, ainsi que les arcades et le mur aveugle décoré d’arcatures formant un faux triforium que ces arcades portent16. Tout cela fut effectué sans démolir l’abside romane, mais en l’enveloppant entièrement, avec juste une ruelle de quelques pieds de large correspondant à la largeur nécessaire pour l’échafaudage et l’approvisionnement des maçons.

  • 17 BN, ms. lat. 1301, p. 3 : De modo benedicendi incensum et incensandi altaria. Antiphona incepta duo (...)

24Cette campagne de construction eut pour effet d’inclure à l’intérieur de ce nouveau déambulatoire la tombe de Geoffroi de Montbray précédemment à l’extérieur. On peut la conjecturer dans l’axe de l’église, dans le déambulatoire haut et peut-être en partie dans le déambulatoire bas, et pratiquement sous la clé de l’arcade axiale. L’Ordinarius de Coutances en apporte quasiment la certitude. « De la manière de bénir l’encens et d’encenser les autels. Après avoir entonné l’antienne, les deux thuriféraires apportent devant l’évêque les encensoirs et l’encens. Le vicaire, revêtu de la chape de soie, prend cet encens et, après avoir demandé à l’évêque de le bénir, il le dépose dans les encensoirs. Il va avec l’évêque, accompagné de son chapelain, encenser l’autel majeur, ensuite le Corps du Christ et l’autel Saint-Lô. Puis l’évêque encense la tombe de l’évêque Geoffroi17. » Pendant le chant du cantique Benedictus, aux laudes, et celui du Magnificat, aux vêpres, l’évêque et son vicaire font l’encensement du grand autel, puis de la Sainte Réserve (Corpus Domini). On ne nous dit pas si elle est placée dans une colombe suspendue ou bien dans un sacrarium au nord de l’autel, mais peu importe. Après cela ils descendent par un escalier situé derrière l’autel pour aller faire l’encensement de l’autel Saint-Lô qui occupe la chapelle d’axe dans le déambulatoire, avant la construction de la chapelle de la Sainte Vierge, dite de la Circata, par Sylvestre de La Cervelle après 1371. Ensuite, ils reviennent vers le grand autel et, sur le trajet, l’évêque s’arrête pour encenser tumbam Gaufridi episcopi. C’est celle de notre Geoffroi, il n’y a place à aucun doute, car il était alors le seul à avoir porté ce nom. Il y eut bien un autre Geoffroi, à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, Geoffroi Herbert (1478-1510) : mais il ne peut être question de lui dans un livre du milieu du XIVe siècle.

25C’est donc là que fut inhumé Geoffroi de Montbray. Mais alors une question se pose. A quelle date a-t-on fait disparaître la trace de sa tombe pour que les gens du XVIIe siècle, dont René Toustain de Billy est le témoin, en aient perdu le souvenir ? Est-ce au moment du chantier de construction de la chapelle de la Circata, entre 1371 et 1386 ? C’est le plus vraisemblable.

26Sans lui attacher une importance absolue, un détail mérite l’attention. Dans l’actuelle chapelle Saint-Louis du déambulatoire nord, une pierre tombale, de forme légèrement trapézoïdale, est dressée contre le mur. Elle ne comporte pas d’inscription, mais elle est seulement ornée d’une belle croix processionnelle en relief dont le style se rapporte au XIIIe siècle. On dit qu’elle a été retrouvée dans le sol, au XIXe siècle, derrière le grand autel, au moment où on a refait le dallage du déambulatoire. Ne serait-ce pas une dalle réalisée au XIIIe siècle, après la construction du déambulatoire, pour couvrir la tombe de Geoffroi, laquelle n’appelait point d’inscription particulière, car, si l’on se rapporte à ce qu’on voit au chevet de Saint-Étienne de Caen, l’épitaphe devait être gravée verticalement sur le soubassement du mur du chevet et aurait pu se trouver réinsérée dans le soubassement des colonnes du rond point ?

***

27Il y a eu neuf cents ans le 3 février 1993 (ou 1994) que Geoffroi a été enseveli en ce lieu : on sait qu’actuellement l’État ne subventionne pas de fouilles, hormis celles qu’on appelle de sauvetage, lors de découvertes fortuites. Le directeur régional des Antiquités Historiques peut toutefois autoriser des sondages archéologiques, dans une aire restreinte, pourvu qu’un responsable qualifié et compétent soit agréé pour les diriger. Souhaitons que la ville de Coutances, très attachée à la mémoire de son grand évêque, aidée éventuellement par les « Amis de la Cathédrale », avec l’accord de l’Architecte en chef des Monuments Historiques, obtienne cette permission et fasse procéder à un sondage. Celui-ci permettrait sans aucun doute de localiser la sépulture de Geoffroi de Montbray, qui fut non seulement le bâtisseur de la cathédrale romane, mais qui, après la disgrâce d’Odon de Conteville, joua aussi le rôle de vice-roi d’Angleterre, quand le duc-roi Guillaume quittait son royaume pour séjourner en Normandie.

Notes

1 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 217 à 224. Mais il y a quelques fautes de lecture : deux fois festine au lieu de festiue, deux fois in censum au lieu de incensum, d’autres encore, probablement. Il y a, enfin, des passages que le transcripteur n’a pas su lire et pour lesquels il a laissé des points de suspension.

2 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 A : In Apuliam et Calabriam adire Robertum, cognomine Guischardum, parochianum suum, aliosque barones consanguineos suos et alumnos et natos peregre profectus.

3 E.A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876, p. 44-45.

4 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 : Multum in auro et argento et gemmis et palliis uariisque diuitiarum donariis…

5 Ibid., col. 219 A : Maioremque crucifixion largis sumptibus et tempore longo construxit.

6 Ibid., col. 221 Β : « Eo si quidem die quo crucifixum, quem, magistrante Lamberto, multo sumptu fecerat, festiue leuauit, dedit canonicis in commune quoddam manerium nomine Wiltrebornam, XV Sterlingorum, in Anglia, Scilicet in Dorster situm… » (Il s’agit peut-être de Wimborne Minster, près de Bournemouth dans le Dorset).

7 E.A. Pigeon, op. cit., p. 89.

8 Jean d’Avranches, De officiis ecclesiasticis, éd. R. Delamare, Paris, 1923, p. CXXIII sq., 8 sq.

9 A.F. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours, Coutances, A. Voisin, 1839, p. 129.

10 Gallia Christiana, XI, col. 872 Ε.

11 Ibid., XI, Instr., col. 224 Ε.

12 E.A. Pigeon, op. cit., p. 120-121.

13 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874, t. 1, p. 145.

14 « Ici repose Guillaume maître maçon : c’est lui qui a achevé ce nouvel ouvrage. »

15 Louis d’Équery, Ordinarius ecclesie Constantiensis, BN, ms. lat. 1301, p. 3.

16 J. Herschman, « The Norman Ambulatory of Le Mans Cathedral and the Chevet of the Cathedral of Coutances », Gesta, XX, 2, 1981, p. 323-324.

17 BN, ms. lat. 1301, p. 3 : De modo benedicendi incensum et incensandi altaria. Antiphona incepta duo thuribularii afferant coram episcopo thuribula et incensum quod accipiens uicarius antedictus, capa serica indutus, petita benedictione ab episcopo, ponit de eo in thurib (ulis) et uadit cum episcopo, comitato a capellano suo, incensare maius altare, deinde corpus Domini et altare sancti Laudi, postea episcopus incenset tumbam Gaufridi episcopi.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La tombe de Geoffroi et le chevet de la cathédrale de Coutances
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540