Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

3e partie : La cité épiscopale

Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles)

État de la question

Annie Renoux

Texte intégral

  • 1 De statu Constantiensis ecclesie : Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219.
  • 2 Mgr. Fuzet, Histoire du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris/Rouen, 1908, p. 614-617.

1Le palais épiscopal est d’abord et avant tout la demeure urbaine personnelle des évêques, celle à laquelle chacun d’entre eux estime avoir droit. L’installation de Geoffroi de Montbray à Coutances, en 1049, le montre éloquemment : le prélat refuse l’humble appentis de son prédécesseur et manifeste la volonté d’ériger aux abords de la cathédrale une maison digne de ce nom, qui lui soit propre1. C’est un genre de revendication que l’autorité pontificale ne conteste nullement : Eugène III, en 1148, confirme à l’archevêque de Rouen la possession de sa propria domus2. Le retour des titulaires de sièges épiscopaux puis la (ré)organisation progressive des chapitres engendrent la mise en place de ces séjours distincts des ensembles canoniaux. Les modalités peuvent varier, mais le phénomène n’est, on s’en doute, nullement propre à la Normandie. A ce rôle privé le palais joint des fonctions politiques et religieuses : c’est le siège du pouvoir spirituel et temporel de l’évêque, un instrument de prestige et un centre de commandement. Cet organisme complexe avoisine l’église-mère et juxtapose au noyau résidentiel et religieux de base un double pôle économique et administratif.

  • 3 L. de Farcy et P. M. Pinier, « Le palais épiscopal d’Angers. Histoire et description », Revue de l’ (...)
  • 4 Cet essor notoire de la recherche en matière palatiale est à la fois la cause et la conséquence de (...)
  • 5 Par exemple, M. Fixot, J. Guyon, J.P. Pelletier, L. Rivet, « Des abords du forum au palais archiépi (...)
  • 6 Évocations synthétiques dans T. Crépin-Leblond, « Recherches sur les palais épiscopaux en France au (...)

2Cet axe de recherche n’a que médiocrement intéressé les érudits du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle dont les productions, aux perspectives souvent limitées, sont de qualité inégale3. Le thème connaît actuellement, en France, un notable regain d’intérêt appuyé sur des enquêtes à la fois traditionnelles et novatrices. La recherche est désormais très soucieuse d’intégrer le palais dans son contexte et la longue durée, en confrontant toutes les sources d’information disponibles, tant historiques qu’archéologiques4. C’est du sud de l’Hexagone que provient l’essentiel des apports archéologiques récents, le nord-ouest n’ayant produit en la matière, jusqu’à présent, que des opérations limitées (Evreux, Rouen et Sées), dont certaines restent très sujettes à caution (Le Mans)5. Mais c’est du nord, à l’inverse, qu’est issue une grande partie des apports plus traditionnels6.

3Cette prise de conscience tardive traduit toute la difficulté de l’entreprise. L’étude des logis épiscopaux n’est pas aisée, surtout en ce qui concerne la période du XIe au XIIIe siècle. Rares sont, en effet, les palais de l’époque qui sont conservés. Quelques vestiges de halls subsistent à Angers, Avranches, Bayeux, Le Mans, Lisieux et Rouen. Il s’agit le plus souvent de restes de caves ou de rez-de-chaussée voûtés et, parfois, de fragments d’étages conservés en élévation mais enkystés dans des maçonneries plus récentes (fenêtres, arcs). Tous ont été remodelés à des époques postérieures. Ce maigre échantillonnage résulte des démolitions et des réédifications opérées au fil des siècles par les évêques eux-mêmes, puis par ceux qui ont hérité de leurs locaux. Les reconstructions de la fin du Moyen Age ont laissé de remarquables spécimens à Avranches, Evreux et Rouen et, dans une moindre mesure, à Angers et Bayeux. Quant aux travaux de l’époque moderne, ils marquent définitivement de leur empreinte Coutances (reconstruit après 1944 dans le style ancien) et Lisieux. Autant d’opérations qui contribuent à défigurer, voire à détruire, le complexe des XIe-XIIIe siècles.

4Force est donc de recourir à la documentation écrite et cartographique. Les textes contemporains, qui ont trait directement au propos, sont rares et peu prolixes. Ce ne sont généralement que des allusions dispersées et l’apport des sources plus récentes se révèle toujours indispensable. C’est là qu’on trouve un maximum de renseignements sur les édifices anciens et le sort qui leur est réservé lors des restructurations. Il suffit de se référer à l’exemple rouennais où les comptes des XIVe et XVe siècles apportent d’irremplaçables renseignements sur les bâtisses des XIIe-XIIIe siècles, car on veille alors à les réparer. Ces études, complétées par l’examen des plans modernes et la connaissance approfondie des ensembles monumentaux conservés, peuvent conduire, par le biais de fructueuses démarches régressives, à appréhender le complexe des XIe-XIIIe siècles même lorsque ce dernier a pratiquement ou totalement disparu. La méthode oblige, on s’en doute, à de très amples dépouillements archivistiques, lesquels se doivent d’être d’autant plus vastes qu’il est impératif d’insérer le sujet dans son contexte d’histoire urbaine, religieuse, politique et économique. L’hôtel épiscopal est un complexe vivant, à valeur pratique et symbolique, qui ne cesse d’évoluer en fonction des données qui affectent son environnement.

5Ces dépouillements sont en cours. Je ne présenterai ici qu’un simple état de la question appuyé sur les travaux des chercheurs anciens et récents et diverses observations personnelles, issues de la lecture des sources publiées et de l’observation des plans et des bâtiments que j’ai pu voir. Cette étude est donc limitée et surtout destinée à poser quelques problèmes. Deux axes ont guidé l’approche. Le premier a trait aux conditions qui président à l’élaboration de ces complexes et aux facteurs qui motivent leur évolution. Le second est centré sur la structure même de ces palais normanno-plantagenêt et leur éventuelle originalité.

***

  • 7 Rouen : Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éditions P. Barret, Mortagne, 1894, p. 9 (plaid de (...)
  • 8 Cf. T. Crépin-Leblond, note 6 et les monographies de C. R. Brühl, Palatium und ciuitas, I, Gallien, (...)
  • 9 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 99 (actum… in palatio episcopi).
  • 10 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, a (...)
  • 11 Cité par Mgr Fuzet, op. cit., p. LXXIV.
  • 12 Cité par L. Farcy, RM. Pinier, op. cit., p. 3.

6Pour l’étude du contexte, je partirai d’un terme, celui de palais, car il invite à la réflexion. Pour la période anglo-normande, avant 1204, deux établissements bénéficient de l’appellation palatiale dans la documentation diplomatique, usuellement requise en la circonstance : Rouen, au moins dès 1074, et Angers, dès 1136-11487. Mes dépouillements n’ont aucune prétention à l’exhaustivité ; il est donc possible que la liste soit plus longue, mais il en est vraisemblablement de cette région comme des autres : à cette époque, la dénomination est peu usitée dans la documentation officielle et j’ajouterai même, en m’appuyant sur des données comparatives, plutôt rare avant le premier tiers du XIIe siècle8. Les évêques et même les archevêques préfèrent évoquer leur domus pour désigner soit l’ensemble du complexe, soit l’édifice majeur, ou bien ils mentionnent les différentes composantes palatiales : chambre (camera), hall (aula) et chapelle. Ensuite, au XIIIe siècle, l’appellation est un peu plus diffusée. Elle est ainsi appliquée à Coutances en 12699. Mais, dans le troisième quart du XIIIe siècle, quelqu’un comme le célèbre Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, a soin dans son Registre de Visites de ne jamais désigner le complexe épiscopal, qu’il s’agisse ou non du sien, autrement que par les termes de domus, manerium, aula, camera… et nombre de prélats agissent de même, ajoutant à l’occasion le terme d’hostel10. C’est à partir de la fin du Moyen Age que le mot palais se vulgarise pour faire référence à la totalité du complexe ou, plus simplement, à la demeure épiscopale, comme en témoigne, par exemple, cet acte rouennais de 1353 conclu in palatio seu domo archiépiscopale11. La définition est affaire de consensus populaire : à Angers, un texte de 1521 évoque « la maison épiscopale vulgairement appelée le palais d’Angers »12. Mais le vocable ne supplante pas les appellations antérieures : hôtel et manoir ayant, semble-t-il, assez volontiers la faveur.

7Le fait ne relève pas du hasard, mais il est loin d’être encore totalement explicité. Simplement, ce que l’on peut souligner dès à présent c’est que le terme de palais n’est peut-être pas, en effet, très adapté au milieu épiscopal des Xe-XIe siècles. Dans sa dimension terrestre, il renvoie à des modes de gouvernement itinérant – or, l’évêque dispose en la matière d’un pôle fixe urbain – et reste volontiers l’apanage des rois et des princes soucieux d’affirmer un pouvoir théocratique dans la tradition carolingienne. Quant au palais céleste, c’est le Paradis, la demeure de Dieu et des Justes.

  • 13 Sur le concept palatial et les critiques du XIIe siècle : A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au pal (...)

8Par la suite, à partir des XIIe-XIIIe siècles, la notion de palais terrestre se laïcise en partie et développe une signification de plus en plus morphologique. La construction palatiale n’est plus qu’une démonstration matérielle de luxe et de force au service des ambitions personnelles des plus riches. Tout ceci se produit au moment où les évêques réintroduisent, finalement, une certaine itinérance en multipliant les séjours dans des résidences rurales dont ils font des centres de gouvernement, puisqu’ils y passent des actes, même si le cœur administratif, politique et religieux de leur domination reste indubitablement le siège cathédral. Mais la diffusion du vocable en milieu épiscopal n’en demeure pas moins relativement limitée. Ni Le Mans, ni Bayeux, par exemple, ne sont désignés comme tel au XIIe siècle. C’est que la construction d’un palais est alors fortement attaquée dès 1150-1175 par de rigoureux ecclésiastiques. Pierre le Chantre, Alexandre Neckam, Hugues de Fouilloi ou encore le futur saint Bernard se font les apôtres d’une condamnation abrupte, virulente et sans appel : le palais, c’est la demeure de Dieu, il ne sied pas à un évêque d’ériger une construction qui masque la grandeur divine et rivalise en luxe et en beauté avec les œuvres des princes laïques. Le beau palais, c’est l’antichambre de l’enfer, car il est construit grâce aux rapines des grands et aux larmes des déshérités. Ce qu’on leur reproche alors surtout, c’est leur hauteur, leur largeur, leur ampleur, le luxe décoratif qui les entoure et l’introduction d’éléments fortifiés13. Un tel point de vue peut justifier tout à la fois une certaine retenue dans l’emploi du vocabulaire usité pour désigner l’ensemble – mieux vaut se targuer d’avoir une domus qu’un palatium – et une certaine mesure dans les réalisations architecturales.

  • 14 Démêlés de l’évêque avec son chapitre : Arnulfus Lexouiensis episcopus. Epistolae, éd. J.-P. Migne,(...)
  • 15 Gesta domni Willelmi episcopi. Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, éd. G. Busson, A. Led (...)
  • 16 Un exemple parmi d’autres : en 1141, l’évêque de Lisieux, Jean, multum episcopalem sedem aedificiis (...)

9Reste à s’interroger sur la portée pratique d’une telle remise en cause. Si quelqu’un comme l’évêque Arnoul de Lisieux, un proche de saint Bernard pourtant, a maille à partir avec son chapitre qui l’accuse de dilapider les biens de l’Église à des fins personnelles et finit par être temporairement suspendu en 1181, c’est notamment parce qu’il a construit pour son seul usage personnel de superbes demeures (pulcherrimae domus)14. Tous les chapitres ne sont pas aussi pointilleux et tous les prélats ne partagent pas le point de vue des moralisateurs. Le biographe de Guillaume de Passavent, évêque du Mans (1145-1187), nous livre une description dithyrambique des constructions réalisées par le prélat qui érige un somptueux complexe dont l’agencement et la décoration sont propres à couper le souffle du visiteur. Mais le rédacteur a tout de même eu soin de rappeler, au début de son apologie, que le même Guillaume a donné un témoignage éclatant de sa charité, de son souci du bien collectif et de sa piété en construisant dans l’enclos de sa maison une chapelle et une camera à l’usage des cisterciens de passage15. Et le XIIe siècle français est caractérisé par une vague généralisée de reconstructions. Ceci dit, un report aux épitaphes épiscopales ou, plus simplement, aux commentaires des chroniqueurs montre bien que ce qui est prioritairement porté à l’actif des prélats, c’est la construction ou la réfection de l’église cathédrale et la réalisation ou l’amélioration du cloître et des édifices canoniaux, car ce sont des œuvres pieuses mises au service de tous et propres à manifester la grandeur de Dieu. Les références à des réalisations palatiales existent – le biographe de Geoffroi de Montbray mentionne la construction de l’aula épiscopale et Robert de Torigni évoque les somptueuses demeures d’Arnoul de Lisieux – mais elles ne sont pas légion et leur aspect souvent allusif défie l’interprétation16.

  • 17 Geoffroi : cf. note 1. Yves de Sées : Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, Gesta (...)

10Ces contraintes morales n’ont aucunement stoppé le processus : le palais est une nécessité fonctionnelle admise depuis le Haut Moyen Age ; tout au plus ont-elles pu introduire quelque modération. Elles amènent à poser le problème du financement, une autre contrainte mais d’ordre technique cette fois. Certains prélats, au XIe siècle, comme Geoffroi de Montbray ou encore Yves de Bellême, à Sées, vont jusqu’en Italie quérir des ressources, mais on ignore ce qui au retour a été consacré à leur propre hébergement17. Au XIIe siècle, la condamnation d’Arnoul de Lisieux par son chapitre suggère que l’on ne peut utiliser qu’avec modération (voire pas du tout) les ressources de la mense épiscopale et, dans sa défense, le prélat a bien soin de rappeler que c’est en utilisant des revenus personnels qu’il a pu financer les édifices dont on lui fait grief.

  • 18 Bayeux : Serlon, De capta Baiocensium ciuitate, dans Recueil des Historiens des Gaules et la France (...)

11Quoi qu’il en soit, la situation ne paraît pas pire qu’ailleurs, et plutôt même meilleure, en ce qui concerne la Normandie du XIe siècle. Chronologiquement, les sources normandes dégagent une phase notoire de construction qui n’apparaît pas toujours avec une pareille netteté en d’autres lieux : c’est celle du XIe siècle et, plus exactement, de la seconde moitié de ce siècle, attestée à Bayeux (Odon de Conteville), à Coutances (Geoffroi), et fortement suggérée dans pratiquement tous les autres sites18. Après la remise en ordre des évêchés, c’est l’époque de la reconstruction des cathédrales, à un moment où certains prélats arrivent à se procurer des financements exceptionnels, et c’est aussi le moment où la hiérarchie épiscopale aligne de grands dignitaires proches du duc et très laïcisés dans leur comportement. Autant d’éléments qui ont dû influer. Par contre, la grande vague de reconstruction des deux derniers tiers du XIIe siècle, qui est attestée à peu près partout, est un phénomène classique dont l’ampleur a été maintes fois soulignée pour le reste de la France.

  • 19 Voir note 16 et la Lettre d’Arnoul, PL, n° II, col. 19, où l’évêque évoque les « ruines de sa maiso (...)
  • 20 Ex Chronico Rotomagensi, dans Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XVIII, p. 359.

12En fait, le rythme précis et les motivations de ces renouvellements ne sont pas toujours aisés à cerner. La synchronisation entre la construction de l’église cathédrale et celle du logis épiscopal n’est nullement systématique. Pour le XIe siècle, elle est comme sous-entendue à Bayeux et nettement mise en valeur à Coutances où, sous Geoffroi de Montbray, l’aula est greffée à l’église qui vient d’être érigée, ce qui lui vaut d’être en partie prise sous les éboulements lorsque la tour lanterne s’écroule. Au XIIe siècle, le synchronisme est suggéré dans maints endroits à Bayeux, à Évreux et à Lisieux… après les incendies qui ravagent ces cités et leurs églises. Toutefois le processus n’est pas aussi simple. Les reconstructions sont rarement simultanées : celle de l’église mère est généralement échelonnée sur plusieurs décennies, alors que celle du palais est nécessairement plus rapide et peut être différée. A Lisieux, par exemple, l’évêque Jean aurait refait, après l’incendie de 1136, un certain nombre d’édifices, ce qui n’empêche pas Arnoul, son successeur, de se plaindre parce que les maisons épiscopales sont en ruine et qu’il faut les reconstruire19. L’évêque Jean n’a donc probablement pas touché à son logis ou bien il s’est contenté de simples réparations sans véritable refonte. Des impondérables peuvent aussi survenir comme l’incendie de 1211, à Rouen, qui ravage le palais archiépiscopal mais laisse intacte la cathédrale, contraignant ainsi à une reconstruction dissociée20. Et l’on n’aura garde d’oublier le rôle des ambitions personnelles qui peuvent engendrer des travaux sans réelle nécessité. Ce qui explique que l’on n’a qu’exceptionnellement une connexion parfaite entre la cathédrale des XIIe-XIIIe siècles et le logis.

13Reconstructions et aménagements se prolongent tout au long des trois derniers siècles du Moyen Age. Les mutations fonctionnelles y introduisent de nouveaux éléments. La fonction administrative et plus particulièrement les services judiciaires se développent notoirement à partir des XIIIe et XIVe siècles, ce qui nécessite la construction de locaux appropriés (officialité, prisons…). Parallèlement, le rôle résidentiel du palais décline. L’évêque séjourne plus volontiers dans des manoirs ruraux localisés à proximité de la cité ou encore dans des hôtels de prestige situés dans des villes majeures (Paris, Rouen, etc.). Le palais urbain se retrouve au centre de tout un réseau de séjours. Le fait n’est pas neuf. Le prélat dispose déjà de logis champêtres aux époques antérieures : les fameux parcs épiscopaux normands avec résidences, comme celui de l’évêque de Bayeux à Neuilly-la-Forêt, en témoignent pour les XIe-XIIe siècles. Mais le phénomène s’amplifie alors notoirement dans toute la France du Nord. Point n’est besoin dans ce contexte de reconstruire a fundamento la résidence du siège épiscopal. Avec le XVe siècle, la vocation résidentielle reprend, ce qui contribue à expliquer cette ultime grande vague de reconstruction palatiale que l’on constate à la fin du Moyen Age (Avranches, Bayeux, Evreux, Rouen, Sées…).

14Le dernier facteur générateur d’évolution et d’aménagements architecturaux reste la fortification. Les premiers palais sont, comme il se doit, à l’écart du mouvement, mais leur situation à proximité des remparts et leur absence de défense particulière en font des proies toutes désignées. Les évocations de pillages abondent. La fortification de l’enclos épiscopal n’intervient malgré tout que tardivement et elle n’est nullement de règle. J’y reviendrai en examinant de plus près les problèmes topographiques puis morphologiques.

***

15Le vocabulaire le montre : le séjour épiscopal, c’est d’abord un espace, avant d’être un bâtiment ou un groupe de bâtiments de prestige, un espace vivant et organisé dont la mise en place et l’essor se heurtent souvent à de nombreuses difficultés.

16Topographiquement, l’évêque est confronté à maints problèmes. Le site palatial est hérité du Haut Moyen Age : la continuité est notoire à Rouen, mais le fait n’est pas systématique et, à vrai dire, on ignore souvent l’emplacement exact de la domus épiscopale mérovingienne, ce qui limite le propos. Sauf exception, comme au Mans par exemple, c’est généralement à partir du XIe siècle que l’on commence à mieux cerner cette question de l’insertion du palais dans le tissu ecclésiastique et urbain antérieur ainsi que les problèmes d’expansion qui se posent au fil des siècles.

  • 21 Le Mans : plan de la résidence épiscopale, d’après R. Triger, op. cit.
  • 22 Lisieux : la cathédrale et le palais épiscopal, d’après un original de 1785, cf. F. Neveux, Villes (...)
  • 23 Avranches : plan de la ville forte et emplacement du logis épiscopal, cf. M. Casset, Les résidences (...)

17La localisation du palais est imposée par celle de la cathédrale. Il n’y a pas pour l’époque d’exemple connu de dissociation. Le cas de figure le plus fréquent est celui que l’on observe à Évreux, au Mans (fig. 1)21 et à Lisieux (fig. 2)22 : le complexe est localisé dans l’un des angles de la cité fortifiée antique. Mais le logis peut aussi être disposé le long de la muraille, sur un segment rectiligne comme à Avranches (fig. 3)23 et à Bayeux ou à l’emplacement d’une courbe (Angers, Sées). Le secteur offre deux cas particuliers : le premier, Rouen, est connu, même s’il n’est pas extrêmement courant (l’ensemble ecclésiastique est implanté au cœur de la cité) alors que le second, Coutances, est plus original puisque la ville serait dépourvue de murailles romaines.

Fig. 1 – Le Mans : plan de la résidence épiscopale (d’après R. Triger)

Fig. 2 – Lisieux : la cathédrale et le palais épiscopal (d’après un original de 1785)

Fig. 3 – Avranches : plan de la ville forte et emplacement du logis épiscopal

  • 24 Gesta domni Geruasii episcopi. Actus pontificum Cenomannis, in urbe degentium, p. 363 et 370.
  • 25 Diplôme éd. par Mgr Fuzet, op. cit., p. 165.
  • 26 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165 (Sées) ; Robert de Torigni, op. cit., (...)

18Généralement, le pôle de commandement laïc, lorsqu’il y en a un – ce qui exclut Lisieux du schéma – est situé à distance du noyau religieux, dans un autre angle de l’enceinte ou ailleurs. Les transactions conservées montrent qu’il s’agit là d’une situation voulue par les protagonistes. L’exemple d’Angers est célèbre : en 851, le comte échange son ancienne résidence près de la cathédrale Saint-Maurice contre une terre épiscopale placée à l’autre extrémité de la cité dans un site défensif. Au Mans, l’aula du seigneur de Château-du-Loir, logée entre la muraille antique et la cathédrale, est donnée aux chanoines, avant 1047, par son fils, l’évêque Gervais24. Ces transactions permettent de reléguer à distance le pouvoir laïc, mais aussi, plus simplement, de constituer un espace suffisamment vaste pour loger le double complexe épiscopal et canonial. Un problème difficile. A Rouen, en 822, c’est Louis le Pieux lui-même qui concède une terre du fisc pour assurer le développement de l’enclos religieux25. A Coutances, l’évêque Geoffroi achète avec les fonds italiens la moitié de la cité au duc. Au début du XIe siècle, deux de ces palais pourraient empiéter sur le mur antique. Les évêques de Lisieux et Sées détruisent un fragment du rempart pour construire leur cathédrale26. La mesure procure à bon compte des matériaux et autorise un gain de place qui, à Lisieux au moins, facilitera par la suite l’expansion du complexe épiscopal.

19Ce point de départ n’est pas toujours satisfaisant, ce qui explique les transferts opérés çà et là. Certains sont relativement précoces : c’est le cas au Mans vers la fin XIe-début XIIe siècle où la donation évoquée ci-dessus autorise un glissement du palais du flanc sud-ouest au flanc sud-est de la cathédrale. D’autres sont nettement plus tardifs : à Coutances, l’opération est post-médiévale.

  • 27 A Bayeux, le claustrum est contigu au logis épiscopal dès 1092 au moins (Antiquus cartularius eccle (...)

20Choisit-on de préférence un côté plutôt qu’un autre ? Le site est parfois imposé faute de place, on vient de le voir au Mans (le côté oriental n’était pas libre). Il est donc difficile de généraliser. On notera toutefois, dans notre secteur, une certaine prédilection pour le flanc nord des cathédrales (Angers, Bayeux, Coutances, Le Mans dans un second temps, Lisieux et Rouen) (fig. 1, 2 et 4). Trois sites toutefois dérogent à la règle : Évreux, où la résidence du prélat est au sud, peut-être pour mieux bénéficier de la protection de la muraille, ainsi que Sées et Avranches où le palais se dresse au sud-est du chevet (fig. 3). L’enclos canonial, pour sa part, peut être du même côté que l’évêché (Rouen et Bayeux où les deux cours sont contiguës), ou de l’autre côté (Lisieux)27. Cette diversité de situation n’est pas l’apanage de l’Ouest français.

Fig. 4 – Rouen : la cathédrale et le palais épiscopal (plan Gomboust, 1655)

21Reste ensuite pour les évêques, satisfaits de leur implantation, à gérer la croissance des XIIe-XIIIe siècles, la leur tout d’abord, puis celle du chapitre, le tout dans un contexte qui demeure, sauf exception comme à Bayeux, celui d’une expansion urbaine soutenue, ce qui donne toute leur acuité aux problèmes spatiaux.

  • 28 A Sées, par exemple, la réforme canoniale de 1131 est suivie de la construction d’un cloître et de (...)

22L’essor canonial ne relève pas directement de mon propos, mais il faut le rappeler car il aggrave ces problèmes. Le nombre de chanoines augmente, les bâtisses qui leur sont réservées croissent en nombre et en volume et les maisons particulières foisonnent. Cette progression est bien marquée dans les sources écrites, car nombre d’évêques se vantent de ces réalisations qui font partie de leur ministère et entraînent la réalisation d’un cloître et d’un certain nombre de bâtiments à usage collectif (salle capitulaire, chapelle, granges, greniers, prisons…)28.

  • 29 Comptes de Jean Maucibot, receveur de l’évêque du Mans Adam Chastelain (1432-1433), éd. J. Chappée, (...)
  • 30 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 155 (in camera episcopi super cellarium).

23Parallèlement, les services épiscopaux se renforcent. L’un des traits marquants reste l’importance quantitative et qualitative des édifices annexes à vocation économique. Les textes sont rares pour la période, car ce ne sont pas les édifices que l’on évoque le plus volontiers, mais ils sont très significatifs. Le premier d’entre eux, un peu anecdotique mais particulièrement révélateur, concerne Geoffroi de Montbray : à peine arrivé, l’évêque se plaint de ne même pas pouvoir disposer d’une écurie pour son cheval et la construction de son logis est suivie de la réalisation des bâtisses nécessaires à son bon fonctionnement. Le cas du Mans est mieux documenté. Le palais, reconstruit dans la seconde moitié du XIIe siècle, comporte une vaste grange maçonnée, recouverte de pierre – autrement dit probablement voûtée – ce qui limite les risques d’incendie. Le cellier n’est évoqué qu’aux XIVe-XVe siècles : il est placé sous la grande salle – une place d’honneur – et son existence est sans nul doute originelle29. On signalera, à titre comparatif, le cellier de Bayeux logé, dès 1166 au moins, au rez-de-chaussée, sous la camera épiscopale30.

  • 31 T. Bonnin, Recueil de travaux de la Société libre d’Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres d (...)
  • 32 E. A.Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876, p. 304.
  • 33 Mgr. Fuzet, op. cit., p. CXLV.

24L’importance de ces bâtiments à vocation économique, dont la grange et le cellier forment les deux indispensables piliers, est liée à la richesse foncière de l’évêque et aux charges qui lui incombent. Le prélat entretient le personnel de sa demeure mais aussi les visiteurs qui se présentent, des plus nobles aux plus nécessiteux, sans oublier les chanoines auxquels il doit offrir à des dates convenues, qui correspondent généralement aux grandes fêtes religieuses et au moment de son intronisation, de somptueux repas bien arrosés. Les sources ébroïciennes des XIVe-XVe siècles sont très explicites à ce propos31. Ces contraintes sont inhérentes à la fonction spirituelle et temporelle du prélat. En sa qualité de dignitaire de l’Église, l’évêque se doit d’accueillir des cohortes de pauvres ; les Miracles de l’Eglise de Coutances soulignent les vertus caritatives de Geoffroi de Montbray32. Placé au sommet hiérarchique de l’Église, il est tenu d’accueillir dignement papes, rois et princes. Les charges du droit de gîte sont lourdes. Les témoignages abondent. En 1131, par exemple, l’archevêque Hugues d’Amiens accueille dans son palais rouennais le pape, Innocent II, le futur saint Bernard, et le roi Henri Ier33.

  • 34 De statu Constantiensis ecclesie, col. 219.
  • 35 F. Neveux, op. cit., I, p. 163.

25Tout aussi frappante dans ces résidences reste l’importance croissante des espaces verts directement greffés au complexe de base. Quelques exemples suffiront à le montrer. Au XIe siècle, à Coutances, Geoffroi de Montbray, au moment de l’aménagement de son palais, a soin non seulement de construire tous les bâtiments nécessaires à son hébergement, mais aussi d’aménager un verger (uirgultum) et une belle vigne. Et le rédacteur des Gesta insiste en évoquant l’aula épiscopale que Geoffroi « avait faite et plantée » (fecerat et plantaurat), aula ayant le double sens d’édifice et surtout de cour. Et l’on connaît, par ailleurs, les plantations réalisées dans le parc que le prélat aménage aux abords de la cité : après avoir enclos le complexe d’un double fossé et d’une palissade, il y sème des chênes et des hêtres et le peuple d’animaux sauvages (cerfs et sangliers) et domestiques (taureaux, vaches et chevaux)34. Au Mans, au XIIe siècle, parallèlement à l’édification de la grange précédemment évoquée, l’évêque installe en contrebas de la grande salle, afin qu’on puisse l’admirer depuis l’étage noble, un verger où il fait planter de beaux arbres portant toutes sortes de fruits. Ces préoccupations horticoles se prolongent bien au-delà de la fin du Moyen Age ainsi qu’en témoigne l’exemple de Lisieux où les évêques se révèlent soucieux d’agrandir leurs jardins35 (fig. 2).

  • 36 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, II, p. 466.

26Cette importance des espaces verts est à souligner. Leur rôle est bien évidemment pratique en ces milieux urbains, mais les descriptions que l’on a montrent que l’aspect symbolique n’est pas à négliger. C’est un élément majeur du prestige épiscopal. En arrière-plan se profile toute la problématique des jardins du paradis et des devoirs caritatifs des hommes d’Église. Ajoutons, pour appuyer l’argument, le rôle de l’eau avec le bassin que l’évêque du Mans fait construire devant l’entrée de son hall après avoir aménagé des conduits souterrains36.

  • 37 Le Mans : Comptes de Jean Maucibot, p. 12. Bayeux : F. Neveux, op. cit., I, p. 201-207 ; M. Béziers (...)
  • 38 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis, I, p. 205, 295, 351, 523 sq., II, p. 488, 672 sq
  • 39 Cartulaire de l’évêché du Mans (936-1790), éd. B. de Broussillon, Archives historiques du Maine, Le (...)
  • 40 F. Neveux, op. cit., I, p. 309.

27Un autre secteur d’expansion touche les services administratifs et tout particulièrement, à partir de l’extrême fin du XIIe siècle, les services judiciaires. L’apparition de locaux appropriés distincts n’est pas aisée à cerner avant la fin du Moyen Age, époque à laquelle les prisons épiscopales sont alors volontiers évoquées. Au Mans, la geôle épiscopale est logée « au-dessus des fossés » (1390, 1432-1433), ce qui donne à penser qu’il s’agit d’un édicule indépendant, greffé à la muraille. A Bayeux, elle est évoquée dès le XIVe siècle au moins et peut-être déjà installée dans la tour qui se trouve à la porte d’entrée37. La question de la date d’apparition des salles d’audience spécialisées reste aussi en suspens. Le Registre des Visites de l’archevêque Eudes Rigaud apporte un précieux témoignage : à Rouen, dans le troisième quart du XIIIe siècle, les séances judiciaires ont lieu dans l’aula, dans la camera, dans les galeries ou dans la chapelle38. Au Mans, la cour de l’official est concrètement évoquée en 138939. A Lisieux, un document de 1320 décrit la curia officialis et son manoir : on y voit une salle d’audience et une chapelle à l’étage, tandis que le rez-de-chaussée est occupé par un cellier40. En fait, à la fin du Moyen Age, il n’est pas rare que le service soit logé dans l’ancien logis épiscopal lorsque ce dernier, comme à Rouen et Avranches, est légèrement translaté. Le nouveau palais acquiert alors une fonction plus nettement résidentielle.

  • 41 M. Casset, op. cit., p. 108-109.

28Concrètement, cette double croissance rend nécessaire le dégagement de nouveaux terrains. Quand cela est possible, l’expansion est d’abord interne au séjour et intra-murale. Bayeux et Rouen offrent deux exemples tardifs du phénomène (fin du Moyen Age et époque moderne). Mais l’une des procédures les plus anciennes et les plus communes consiste à utiliser les fossés de l’enceinte et leurs abords, théoriquement moins urbanisés. Le schéma suivi est alors assez uniforme : on y installe prioritairement les jardins, les viviers et les bâtiments annexes, puis, éventuellement, tout ou partie du complexe noble. C’est le cas au Mans où, entre 1145 et 1187, sont érigés, à l’extérieur, des bâtiments annexes et un jardin, mais aussi une large part de l’ensemble résidentiel vraisemblablement installé sur et aux abords de la muraille antique. Un fait qui se reproduit, dès le XIIIe siècle au moins, à Avranches. Ces extensions laissent des traces sur le terrain et mieux encore dans les textes car, en s’étendant au-delà des murailles, les évêques touchent au potentiel défensif de la cité, un point qui relève de l’autorité publique. Aux XIe et XIIe siècles, on ne sait trop ce qu’il en est, mais, au XIIIe siècle, le roi intervient pour veiller à ce que les nouveaux aménagements ne se fassent pas au détriment de la défense. A Avranches, en 1269, Louis IX autorise un empiétement sur les fossés, sous réserve toutefois de ne pas nuire à la défense urbaine et si possible même de l’améliorer41.

  • 42 F. Neveux, op. cit., I, p. 68 ; Mgr. Fuzet, op. cit., p. 621.

29Cet espace en expansion est un espace clos, qui est organisé en cours. Le schéma apparaît dès les XIe et XIIe siècles, car l’évocation de la curia épiscopale renvoie souvent très concrètement à ce phénomène spatial. Témoin cette série de bulles, qui ont été émises entre 1131 et 1154, dans lesquelles le pape confirme à l’archevêque de Rouen la possession de sa maison et de sa cour. Mais la documentation, trop lacunaire, ne permet pas d’aller très au-delà dans l’évocation. Les sources du XIIIe siècle se font plus précises. La clôture n’est généralement pas défensive sauf, bien entendu, quand elle épouse le tracé du mur antique ou correspond à une excroissance suburbaine. C’est un mur percé d’une ou plusieurs entrées. La porte du manoir de Bayeux est évoquée en 1208. Celle de l’hôtel de Rouen est reconstruite en 1302 et il est prévu de faire un bel, noble et sûr édifice, car c’est là qu’on entreposera le trésor et le chartrier42. Progressivement, avec l’expansion des services et le développement des jardins, l’organisation s’affine et l’on voit apparaître plusieurs cours (cours de l’évêque et de l’official, enclos du jardin).

 

  • 43 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 271 (autorisation royale pour la construction d’un cloître cano (...)
  • 44 Rouen : Dr Coutan, op. cit., p. 6-7 : tour polygonale attribuée à Guillaume de Flavancourt (1278-13 (...)

30Au Mans, l’excroissance réalisée dans les années 1145-1187, pour loger de nouveaux bâtiments épiscopaux, est protégée dès sa création par une muraille ; mais on ne sait quel est exactement l’aspect de cette dernière. Plus généralement, la fortification des complexes épiscopaux est un phénomène tardif et nullement systématique. Dans les trois cas normands concernés (Coutances, Lisieux et Sées), la mesure vise à pallier les insuffisances défensives des cités et le défaut de protection des enclos canoniaux et épiscopaux. Les forts de Lisieux et de Sées sont postérieurs à la période. Ils remontent à la seconde moitié du XIVe siècle et aux conflits qui marquent la guerre de Cent Ans. Celui de Coutances est plus précoce : en 1293, l’évêque et le chapitre obtiennent du roi le droit « d’enclore d’un mur et de fortifier le manoir épiscopal et les maisons canoniales » de telle sorte que l’on ne pourra plus rentrer dans cet enclos que par le biais de quatre portes précisément localisées43. Le phénomène est à rapprocher de ce qui se passe dans bien des villes de France. Face aux pressions et aux développements urbains, les quartiers canoniaux se resserrent à l’abri de murailles, qui ne constituent pas pour autant de vraies forteresses. Certains évêques, ceux de Reims ou d’Épinal, par exemple, construisent des châteaux urbains distincts ou non de leur palais et renforcent leur hôtel à l’occasion, comme à Rouen, de tour à la vocation semi-défensive et de portes solidement fortifiées44.

31Ces mécanismes peuvent entraîner une rétraction de l’aire épiscopale et canoniale, mais ce n’est souvent là qu’un phénomène passager et il faut bien prendre conscience du fait que cette zone ecclésiastique exerce une énorme emprise dans la ville : à Lisieux, c’est le tiers de la superficie intra-murale qui est ainsi concerné. Cependant le palais n’est pas simplement cet espace à fonction administrative, économique et horticole, c’est aussi un groupe d’édifices prestigieux à vocation laïque et religieuse.

***

  • 45 Angers : cf. note 7 ; L. de Farcy et P. M. Pinier, op. cit., p. 3, 50 et O. Guillot, Le comte d’Anj (...)

32Pour ce qui est du pôle noble, on retrouve dans les palais ecclésiastiques les composantes habituelles des résidences princières : l’aula qui, traditionnellement, est un grand édifice à vocation publique et officielle, où le prince exerce la souveraineté et reçoit les grands de ce monde, la camera, généralement plus petite et à usage de chambre et d’endroit secret, et la capella qui sert entre autres aux dévotions du maître des lieux et de ses invités. Quelques témoignages assez significatifs confirmeront le propos. Pour le XIe siècle, la documentation, quoique lacunaire et encore imparfaitement dépouillée, fait apparaître une aula à Bayeux (évocation du début du XIIe siècle mentionnant le hall d’Odon de Conteville), à Coutances (sous Geoffroi de Montbray), au Mans (celle de Gervais), à Rouen (c’est probablement le sens du mot palatium en 1074), une camera à Bayeux (1092) et à Angers (1083-1086, 1096). Au XIIe siècle apparaissent une aula au Mans (1145-1187, 1192), une camera (ou thalamus, conclave) à Angers (1111, 1112, 1140), à Bayeux (1166…), à Lisieux (1136-1141) au Mans (1136-1144, 1145-1187, 1191, 1194) et à Rouen (1135) et une capella à Angers (1112), à Bayeux (1174…), au Mans (1145-1187) et à Rouen. Au XIIIe siècle, signalons simplement l’exemple de Rouen qui, au temps d’Eudes Rigaud, comporte aula, camera et capella45.

33L’interprétation de ces sources écrites n’est pas aisée. La date de la première mention de chacun de ces éléments est importante, mais on ne doit pas considérer que l’absence d’évocations implique l’inexistence de ces bâtiments. Les dépouillements sont incomplets et surtout les rédacteurs de l’époque utilisent volontiers le mot domus pour désigner l’un ou l’autre de ces édifices, ou bien ils évoquent pêle-mêle, sans préciser (c’est le cas à Coutances du temps de Geoffroi), toutes les constructions qui accompagnent nécessairement le hall. Le problème qui se pose ensuite est de savoir si la mention renvoie à un bâtiment isolé ou à une pièce logée au sein d’un plus vaste ensemble ; la distinction n’est pas toujours évidente. Très importants enfin sont les adjectifs et les prépositions qui accompagnent ces allusions. On citera quelques expressions parmi d’autres qui suggèrent à elles seules la complexité du palais : camera episcopi monachorum ; camera inferior, mediocris, superior, magna ; capella episcopi monachorum ; capella inferior, media, alta, picta, super cellarium ; aula picta, parua, magna, etc.

  • 46 Mise au point dans A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, p. 267-302. Paris : V. Mor (...)

34On partira, pour essayer de comprendre, des schémas traditionnels tels qu’on a pu les appréhender dans les palais laïcs et les autres palais épiscopaux de France et d’ailleurs. Aux XIe et XIIe siècles, les trois composantes évoquées sont soit greffées l’une à l’autre, soit imbriquées l’une dans l’autre, soit dissociées l’une de l’autre. La juxtaposition aligne les bâtiments linéairement (palais épiscopal de Paris au XIIe siècle) ou les dispose en L, en Τ (Reims, XIIe siècle) ou bien en carré autour d’une cour (Aix, XIIIe siècle). L’imbrication prend la forme d’un seul et volumineux bâtiment au sein duquel, par le biais de fragmentations verticales et horizontales, on peut loger l’intégralité du complexe (Viviers, XIIe-XIIIe siècle). Quant à la dissociation, elle sépare les édifices de façon relativement peu ordonnée (Hereford) ou elle les assemble autour d’une cour quadrangulaire sans qu’ils soient adjacents46. Le problème est double. On a souvent trop peu de textes et de vestiges pour clarifier une situation que les imprécisions des chroniqueurs médiévaux, qui confondent volontiers aula et camera, aggravent. On sait d’autre part que ces schémas ont tendance à interférer et à évoluer. A l’heure actuelle, on tend à considérer que le point final de l’évolution est celui du palais dont les composantes sont agencées à l’équerre autour d’une cour.

 

35Qu’en est-il dans notre secteur ? Disons de suite que la question est loin d’être totalement clarifiée. Je partirai des trois exemples les mieux documentés, Angers, Le Mans et Rouen, avant d’essayer de dégager quelques caractéristiques d’ensemble qui m’entraîneront à examiner plus rapidement les autres palais normands.

  • 47 Réf. note 3. Pour l’étude des chapiteaux, compléter par J. Mallet, L’art roman de l’ancien Anjou, P (...)
  • 48 Angers : plan du palais épiscopal avant 1693, cf. L. de Farcy et P. M. Pinier, op. cit.

36La réalisation d’Angers remonte au second quart du XIIe siècle. L’ensemble a malheureusement été complété et surtout assez largement défiguré au XIXe siècle, époque où l’on ajoute une nouvelle aile et où l’on reconstruit une bonne partie du palais dans un style néo-roman. Le plan du complexe majeur est en Tau47. C’est là un schéma connu et le reste de la disposition ne l’est pas moins48 (fig. 5). L’haste du Τ est originellement greffée au transept de la cathédrale Saint-Maurice, suivant un axe qui est, sans doute pour des raisons pratiques, légèrement en biais. Ce monumental compartiment est de vingt-six mètres de long et dix mètres de large et comporte un étage. Le rez-de-chaussée, à deux nefs et peu éclairé, a conservé son voûtement et l’essentiel de ses chapiteaux. Il est, comme c’est volontiers la règle, plutôt à usage domestique (écurie, salle pour les vassaux, réfectoire ?). Le premier étage, qui est abondamment éclairé, sert de grande salle. L’une des chapelles épiscopales était dans le prolongement, à l’emplacement de la partie qui se trouve au contact du transept. La barre horizontale du T, elle aussi à étage, sert de camera. La tour de façade renferme un escalier ; c’est une adjonction de la fin du Moyen Age et une des rares parties à ne pas avoir été remaniée. Tout dans ce dispositif est classique et très proche des modèles laïcs, mais les refontes du XIXe siècle entachent l’image d’ensemble. Tout autour se dressent, ou se dresseront, des édifices distincts : prisons, officialité, cuisines…

Fig. 5 – Angers : plan du palais épiscopal avant 1693

  • 49 Gesta domni Willelmi episcopi. Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, p. 447 et 462-470.

37Le Mans bénéficie pour sa part d’un excellent corpus documentaire49. Le palais primitif, situé au sud-ouest de la cathédrale, reconstruit en pierre dès le début du XIe siècle, a été très endommagé lors des troubles de la fin du siècle. Au début du XIIe siècle, Hildebert de Lavardin décide de le transférer de l’autre côté, sur le flanc sud-est de l’église, à l’emplacement de l’ancienne aula du seigneur du Château-du-Loir que l’évêque Gervais, son fils, a occupée et embellie en restaurant la chapelle Saint-Sauveur (milieu du XIe siècle). Par la suite, le séjour est de nouveau gravement altéré par l’incendie et l’évêque Hugues (1136-1144) le répare. Il améliore les édifices qui le composent et construit dans le prolongement, du côté de Saint-Ouen, située non loin de la muraille, une maison maçonnée dotée de nombreuses fenêtres. La description suggère que la domus commence à s’étendre extra muros. Mais c’est à Guillaume de Passavent (1145-1187) que reviennent les plus grands travaux. Il construit un complexe d’un seul bloc (linéaire ?) qui se compose à l’étage de trois ensembles jointifs. Du côté de Saint-Ouen, se trouve une chambre haute réservée à l’évêque (camera altior) et éclairée de chaque côté par deux belles ouvertures. L’agencement du local et la morphologie des fenêtres témoignent, plus encore que la matière qui n’est pourtant pas sans prix, du talent de l’architecte. A la suite se dresse une remarquable chapelle (capella media), dont les parois peintes représentent toutes sortes d’êtres vivants qui captivent l’œil et l’esprit. Enfin, près de la chapelle se tient l’aula dont la composition et le travail se révèlent en tout point exceptionnels, notamment au niveau des abondantes fenêtres. L’eau est acheminée par un aqueduc souterrain qui se déverse dans un bassin de pierres qui est placé devant l’entrée de la salle et où chacun peut se laver les mains. La suite du récit montre que le prélat dispose d’un second oratoire dans la tour du transept de Saint-Julien et qu’il construit en outre, au sein de son palais, une camera et une chapelle maçonnées à l’usage des cisterciens et une belle grange en pierre localisée à l’extérieur, vers Saint-Ouen. En contrebas de l’aula, à l’emplacement des maisons qu’il a achetées, Guillaume installe un splendide verger. L’ensemble est clos de murs.

38Le palais a été profondément modifié dans les années 1780-1786, puis en grande partie démoli à l’occasion de la Révolution, exception faite de l’édifice n° 13, un vieux bâtiment délabré reconstruit en 1757 (fig. 1). Les seuls vestiges monumentaux de la fin du XIe siècle sont localisés à l’extrémité du transept septentrional de la cathédrale, dont les murs est et sud n’ont pas été intégralement détruits (fig. 1, 1). C’est là que se trouve la capella altior de l’évêque. Les deux murailles conservent au rez-de-chaussée la trace d’anciennes arches plein cintre permettant à ceux qui venaient soit de Saint-Julien, soit de la cour adjacente à la nef de gagner la zone palatiale. D’autres vestiges de l’extrême fin du Moyen Age subsistent et témoignent des réfections opérées par le cardinal Philippe de Luxembourg, qui était alors évêque du Mans. Ce sont des portes internes à la bâtisse 13 et des restes de galerie (fig. 1, 14 et 15).

  • 50 R. Triger, op. cit. ; succintement repris dans S. Quesne, Les châteaux des évêques du Mans, Xe-XVe  (...)

39Placé dans l’angle de la cité antique, le hall du XIe siècle peut correspondre à une partie du soubassement de la construction 13, mais on ne saurait l’affirmer, faute d’indices probants. Quant aux vastes réalisations de Guillaume de Passavent, elles sont encore plus difficiles à localiser. L’ensemble de la documentation écrite, cartographique et archéologique, et ce que l’on sait par ailleurs des usages épiscopaux en la matière invitent à situer le complexe de la seconde moitié du XIIe siècle le long de la muraille romaine, du côté extérieur, aux abords ou sous les édifices 3, 4 et 5. Le logis, et c’est là chose fréquente, utiliserait ainsi le mur du Bas-Empire et récupérerait, comme à Beauvais par exemple, une, voire deux tours antiques. Un descriptif de 1723 appuie l’argumentation en montrant que la grande salle du palais, qui est soigneusement distinguée de la salle synodale (6) – probablement plus récente (XIIIe siècle ?) – intègre à l’une de ses extrémités la tour antique (4) qui fait, en quelque sorte, fonction de « donjon »50. Le bâtiment développe alors 72 pieds de long sur 31 de large. On pourrait donc avoir, comme à Paris, un palais à tour(s).

40Rouen représente un troisième cas de figure. Le palatium du XIe siècle demeure inconnu. Ensuite, les sources, tant écrites que monumentales, autorisent à situer quelques campagnes majeures de construction : une première sous Guillaume Bonne-Ame au terme du XIe siècle et au début du XIIe siècle, une deuxième après l’incendie de 1116, une troisième après les embrasements du début du XIIIe siècle, puis une autre sous Guillaume de Flavancourt (fin XIIIe-début XIVe siècle). Viennent ensuite les grandes restaurations des XIVe et XVe siècles qui engendrent, à partir de 1459, la construction d’un nouveau palais, décalé vers l’est, et une reprise des anciennes structures. Le vieux palais n’est pas intégralement détruit. On conserve et on répare la partie noble, mais on lui attribue d’autres fonctions.

  • 51 Plan restitué par Mgr. Fuzet, op. cit.
  • 52 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis., I, 291, 295, 347, 446, 581 sq., II, 488, 581, 6 (...)

41Quelques vestiges subsistent. Associés aux données écrites, ils autorisent diverses hypothèses. Aux XIIe et XIIIe siècles, l’élément essentiel paraît être un grand bâtiment rectangulaire en pierre auquel est greffée à l’équerre une chapelle. Le plan Gomboust de 1655 en livre une reproduction tardive (fig. 4). L’édifice majeur développe environ vingt-six mètres de long pour huit à neuf mètres de large. Tout comme les précédents, il se dresse perpendiculairement à la cathédrale, non loin de la chapelle du chœur dédiée aux saints Pierre et Paul, mais il n’est pas directement accolé à ce dernier (fig. 6, 1)51. C’est un édifice à étage qui présente au rez-de-chaussée des parties anciennes : une « galerie » voûtée romane que ses chapiteaux à godrons autorisent à dater de l’époque de Guillaume Bonne-Ame et une salle gothique voûtée d’ogives, datable du XIIe siècle, dont la construction peut être consécutive à l’incendie de 1116. Au milieu du XIIIe siècle, le Registre des Visites de l’archevêque Eudes Rigaud montre, en effet, que l’édifice n’est pas directement greffé à l’église, mais relié à elle par des logiae (galerie à étages ?). Il comporte alors au rez-de-chaussée une camera et à l’étage se développent une autre camera, dite camera superior, située du côté de la cathédrale puis une seconde camera, intermédiaire (mediocris), et une salle (aula)52. Les imprécisions de vocabulaire compliquent l’interprétation, puisque camera et aula sont apparemment employées comme synonymes à plusieurs reprises, alors qu’au Mans elles sont clairement distinguées. Si bien qu’il est possible que l’on ait, non pas trois, mais deux compartiments. Quoi qu’il en soit, la convergence des données architecturales et écrites est frappante.

Fig. 6 – Rouen : l’archevêché de Georges d’Amboise

42Perpendiculaire à ce gros bloc composite, dont la structure rappelle celle du Mans, se dresse la chapelle épiscopale (fig. 6, 5). Ce bâtiment est connu par le plan de 1655, notamment, et des mentions de la fin du XIIe et du XIIIe siècle. Dédiée à Notre Dame, cette chapelle est un bel édifice rectangulaire mononef, à abside semi-circulaire, que l’on date généralement du XIIIe siècle. Son évocation dans les comptes de la fin du Moyen Age suggère qu’elle était dotée d’un étage. Son plan, son volume (estimation : 17 x 9 m.), sa situation et sa datation rappellent très exactement un type de chapelle palatiale bien connu en milieu épiscopal, à Reims (19 x 9 m.), Laon, Noyon, Paris et Meaux par exemple. Des galeries (ambulatoriae) relient l’ensemble à l’église et sans doute aussi aux autres bâtiments du complexe qui sont clairement évoqués aux XIVe et XVe siècles : étables, prisons, etc.

43A la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle, Guillaume de Flavancourt effectue d’importants travaux. Il remodèle le bâtiment antérieur en y construisant notamment une tour polygonale de guet, placée à l’extrémité nord et donnant sur l’extérieur, et érige une nouvelle aula accolée à l’ancienne dont les dimensions sont de dix-sept mètres sur neuf environ (fig. 6, 2 et 3). On lui attribue également la réalisation d’appartements privés situés vers le passage des Libraires. Les édifices du palais pourraient donc être organisés orthogonalement autour de la cour. L’édifice primitif perd l’essentiel de ses fonctions. Il sert plus volontiers de local de services et de logements domestiques.

44Essayons maintenant de synthétiser. Ces trois descriptifs sont riches d’enseignements et autorisent, pour le XIIe siècle, à rassembler quelques traits généraux que l’on retrouve à l’état ou non de traces dans les autres palais de la région. Dans tous les cas de figures, on a un corps de logis principal dont l’agencement et le volume sont sensiblement comparables. A l’étage, sont rassemblés les compartiments usuels du pôle noble, chapelle incluse ou non, alors que le rez-de-chaussée abrite volontiers le cellier, les services et à l’occasion une camera secondaire. Les « halls » sont de deux types : ou bien on a, comme à Angers, une vaste aula bien dégagée, ou bien on a, comme à Rouen, semble-t-il, et peut-être aussi au Mans, un compartiment aux dimensions plus réduites, qui est logé à l’étage d’un édifice compact où la camera joue un rôle notoire. Les longueurs connues tournent autour de 25-26 mètres et la largeur développe une dizaine de mètres. Ce sont là des normes connues en milieu épiscopal, mais on notera qu’elles se situent tout de même plutôt vers la limite inférieure (Aix-en-Provence : 45 x 7 m., mais c’est un hall du XIIIe siècle ; pour notre époque, Beauvais : 25 x 12 m. ; Nantes : 20 x 9 m. ; Reims : 31 x 9 m. ; Meaux : 41 x 9 m.). C’est une situation qui résulte, sans doute, plus du manque de place que de la stricte application des appels à la modération architecturale.

 

45Les sources écrites et les restes monumentaux confirment à Avranches, à Bayeux et à Lisieux la présence de ce vaste corps de logis à étage qui, dans deux cas sur trois (Bayeux et Lisieux), pourrait se trouver en position similaire aux précédents par rapport à la cathédrale.

 

  • 53 Datation (orale) des chapiteaux : cf. Maylis Baylé. Pour le reste, cf. M. Casset, op. cit., et « Le (...)

46A Avranches, où les textes anciens font défaut, le palais a connu au moins deux états successifs majeurs. Le « Vieil évêché », perpendiculaire au rempart, est un bâtiment maçonné à étage de vingt-quatre mètres sur six (fig. 3). Le rez-de-chaussée est voûté et directement accessible par une porte, obturée par la suite. La rareté des ouvertures suggère une utilisation domestique. Le premier étage, par déduction et suivant l’usage en vogue, a pu servir d’aula et de camera, mais, faute de textes, on n’en a aucune preuve. Les chapiteaux du rez-de-chaussée autorisent à dater la réalisation du complexe des années 1130-114053. Un nouvel ensemble, développé sur le tracé du rempart, remplace ce complexe dès le dernier tiers du XIIIe siècle, au moins. Il est en forme de L et subit au terme du Moyen Age diverses transformations et adjonctions. Son aspect est alors très caractéristique de la fin du Moyen Age et rappelle les spécimens érigés à Évreux et à Rouen en développant, sur l’extérieur, des pans de murailles austères à vocation semi-défensive et, sur l’intérieur, une façade dont la vocation civile est nettement affirmée. Aula, camera et chapelles se partagent le premier niveau. Le rez-de-chaussée est à usage domestique (cuisines).

 

  • 54 PL, CCI, Lettre d’Arnoul de Lisieux, n° 6, col. 21-22 (restauration d’édifices) ; Antiquus cartular (...)
  • 55 Évocation du vieux manoir : Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, éd. E. Anquetil, Bayeux, 1908, I, p. (...)

47Le palais de Bayeux est greffé au nord de la cathédrale. La documentation écrite et archéologique laisse deviner plusieurs grandes campagnes de construction et livre une image assez classique. Les premiers travaux suggérés sont postérieurs à l’incendie de 1046 qui entraîne la reconstruction de la cathédrale. Ils sont l’œuvre d’Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant et ne sont évoqués que tardivement, au début du XIIe siècle (mentions de l’aula et de la camera). Les travaux reprennent après le grand embrasement de 1105, puis sous l’évêque Philippe de Harcourt (1142-1163) et par la suite en 1165 et 120554. On n’a alors pas de mention d’aula mais d’une domus et d’une camera. La (ou une) « chambre », terme qui peut fort bien être pris dans le sens de hall, se trouve à l’étage, sur le cellier du rez-de-chaussée. En 1340, ce manoir est désigné sous l’appellation de « vieux et grand manoir de l’évêque » (par opposition au manoir de Douvres) et l’on y fait, au terme du Moyen Age, une série de travaux dont le plus marquant reste la restauration (?) par l’évêque Zénon (1432-1459) de l’aula Saint-Regnobert55. De multiples et spectaculaires adjonctions marquent les siècles suivants.

48En l’état actuel (Musée Baron Gérard), le bâtiment principal remonte à la fin du Moyen Age, mais a subi à l’époque moderne des transformations (fig. 7). Les plans anciens montrent qu’il lui manque toute une partie, celle qui faisait la jonction avec l’église et qui a été démolie assez récemment pour créer un passage. C’est là que la tradition locale situe la salle Saint-Regnobert. Le rez-de-chaussée est voûté, mais ce voûtement est tardif. L’ensemble développe une forme en L qui atteint dans sa plus grande longueur une soixantaine de mètres pour environ treize mètres de large. La forme est classique mais le volume est plutôt hors norme pour le XIIe siècle. S’il y a eu réutilisation, c’est d’une partie seulement du complexe. L’haste du L offre des anomalies qui suggèrent une certaine ancienneté. Le contact avec le transept du XIIIe siècle est un peu décalé vers la nef et offre une solution de continuité, comme s’il n’y avait pas de liens chronologiques entre les deux. Par contre, l’axe de la construction est légèrement en biais, comme l’est l’axe des tours de façade du XIe siècle, ce qui peut suggérer une simultanéité dans la mise en place. Plus nets encore sont les restes d’ouvertures plein cintre obturées et de petit appareil irrégulier, plus ou moins doté d’assises placées à l’oblique, qui se voient encore vers la base du parement oriental du Musée. Il est évident que l’on a là des vestiges d’une construction antérieure aux remodelages de la fin du Moyen Age. Le tout n’est guère datable avec précision, mais le contexte oriente au moins vers le XIIe siècle, sinon le XIe siècle. La demeure des évêques a été reprise sur le tard et probablement aussi agrandie. Si l’on enlève du complexe la salle Saint-Regnobert, qui peut, à la rigueur, être une adjonction tardive, l’ensemble développe vingt à trente mètres suivant l’endroit où on l’interrompt.

  • 56 Cf. J. Marie, Bayeux, ville d’art, Bayeux, 1968.

Fig. 7 – Bayeux : la cathédrale et l’évêché (1816)56

49A Lisieux, le palais épiscopal se dresse au nord de la cathédrale, entre le transept et la façade, dans l’angle de l’enceinte antique dont une partie est détruite vers 1026-1050 et peut-être reprise par l’évêque Jean, avant 1141. Un important tronçon de cette muraille a été retrouvé vers 1835 (20 m. de longueur et plus de 3 m. de haut), sous la chapelle épiscopale, dédiée à saint Paul, autrement dit sous l’aile moderne qui sert à l’heure actuelle de bibliothèque. Le rempart n’a donc pas été intégralement démoli et a pu éventuellement servir de support aux bâtiments épiscopaux, suivant des modalités bien connues.

50Chronologiquement, au niveau des campagnes de construction, sans doute doit-on quelques travaux aux deux évêques entreprenants en la matière que furent, dans les deuxième et troisième quarts du XIe siècle, Herbert puis Hugues. Les sources leur imputent la réalisation de la cathédrale et l’édification de tous les bâtiments nécessaires. Cependant les gros travaux remontent au XIIe siècle et sont l’œuvre de Jean Ier, après l’incendie de 1136, et essentiellement d’Arnoul qui, à son arrivée en 1141, trouve des maisons épiscopales en ruine et les reconstruit splendidement, ce qui lui sera âprement reproché.

  • 57 R.N. Sauvage, « Fragments d’un cartulaire de Saint-Pierre de Lisieux », Études lexoviennes, III, 19 (...)

51La domus épiscopale possède, en 1131-1141, un étage puisqu’il est question d’un thalamus inferior, autrement dit, comme à Rouen, d’une camera située au rez-de-chaussée57.

  • 58 F. Neveux, op. cit., I, p. 162-163.

52L’incendie de la cathédrale en 1226 a dû entraîner des travaux, mais ces derniers n’ont guère laissé de traces scripturaires. Par contre, les aménagements et les réparations de la fin du Moyen Age sont plus explicites. Les restes architecturaux et divers documents, notamment deux textes de 1415 et de 1445, aident à clarifier la situation58. L’ensemble a une forme en L, mais il ne s’agit pas là nécessairement d’une situation originelle (fig. 2).

  • 59 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Caen, 1867, p. 239-253 (palais) et 256-260 ( (...)

53L’aile axée d’est en ouest sert actuellement de bibliothèque municipale. Elle est décrite en 1445. Son agencement est classique : le rez-de-chaussée abrite les écuries et le cellier alors qu’à l’étage se tiennent la chapelle et une salle appelée le « petit palais ». La localisation de la chapelle est bien connue, d’autant mieux connue que, contrairement aux allégations des érudits, l’édifice n’a pas été intégralement détruit en 1835. Le bâtiment est mentionné dès 1259 et est adossé au mur romain. Arcisse de Caumont l’attribue à Guillaume d’Asnières (1285-1298) et en a laissé une reproduction et un descriptif qui permettent de lui donner environ vingt et un mètres de long pour un peu plus de six mètres et demi de large59 (fig. 8). Le vestibule qui joint ce complexe à l’aile en retour d’angle atteint seize mètres de long, ce qui est un peu juste pour une grande salle épiscopale, en sorte qu’il est vraisemblable que le hall du palais est localisé dans l’autre bâtiment.

Fig. 8 – Lisieux : la chapelle Saint-Paul

54Cette aile nord-sud (aujourd’hui tribunal) est placée à l’équerre et greffée perpendiculairement à la cathédrale. Elle est adossée au mur de l’enceinte antique (en sous-œuvre ?) et a environ une douzaine de mètres de large pour vingt-cinq à trente-cinq mètres de long, suivant l’endroit où l’on situe son mur pignon (à l’angle de raccordement intérieur ou extérieur avec la bâtisse précédente ; estimations réalisées d’après le plan de 1785) (fig. 2). C’est sans doute à elle que fait allusion un texte de 1415 en évoquant l’aula épiscopale (encore appelée camera domini) suivie d’une camera. Ce corps de logis à étage remonte au XVIIe siècle, mais on y note d’indéniables signes d’ancienneté.

55Sa situation par rapport à l’église-mère est très familière aux évêques normands, même si le point d’insertion, la tour de façade, est déjà moins fréquent. Son parement occidental est particulièrement intéressant. Les architectes de l’époque moderne ont repris un bâtiment médiéval dont on a encore des traces jusqu’au niveau du premier étage inclus. On y voit les restes de deux fenêtres obturées surmontées d’un arc légèrement brisé et encadrées par un bel assemblage de pierres calcaires dont la qualité tranche avec l’appareil des murs, composé dans ses parties anciennes d’un petit appareil moyennement régulier. L’ensemble peut remonter à la fin du XIIe siècle.

  • 60 J. Clark, The cathedral of Saint-Pierre de Lisieux and the beginning of norman gothic architecture, (...)

56Tout aussi instructif reste l’examen du raccord entre ce logis et la cathédrale. On a réutilisé comme mur pignon le parement nord de la tour carrée de façade qui se trouve ainsi, à la base, complètement enrobé dans la construction. La partie inférieure du palais a manifestement été greffée postérieurement à la réalisation de cette souche quadrangulaire. Ce logis est plus large que la tour attenante, ce qui permet de ménager un accès direct vers la cathédrale. En hauteur, au niveau du premier étage, la jonction entre les deux constructions dénote plutôt une contemporanéité. Elle est particulièrement soignée, ce qui suffit à démontrer la fonction noble de l’édifice. A l’intérieur se voient encore, sur le mur pignon, au niveau de l’étage, des restes d’arcades du XIIIe siècle, finement décorées, et l’arc plein cintre qui délimite le tracé de la toiture primitive. L’achèvement de cette décoration interne est contemporain de l’achèvement de la tour, dont on situe la dernière campagne de construction dans la première moitié du XIIIe siècle. Mais les fondements mêmes de la bâtisse et une partie des murailles, avec au moins les deux baies en arc brisé, peuvent remonter au temps de l’évêque Arnoul. C’est en effet à l’instigation de ce dernier que l’on reconstruit la cathédrale. La première campagne se déroule entre 1166 et 1175-1178. Les travaux commencent par la nef et le narthex où l’on réutilise deux grosses piles de l’ancienne façade du XIe siècle, laquelle est probablement déjà encadrée de deux tours quadrangulaires comme celle des XIIe-XIIIe siècles60. Le narthex ne sera achevé que plus tard, mais il a donc des racines plus anciennes et c’est peut-être la volonté d’Arnoul de disposer son logis en ce point qui explique pourquoi il est mis en chantier dès la première campagne de construction. En bref, le palais a probablement été commandité par ce grand prélat et terminé avant l’achèvement des tours de façade, car on imagine mal Arnoul sans logis, mais il est certain que les contacts entre les deux constructions ont été repris et perfectionnés alors même que l’on terminait la façade de la cathédrale.

 

57Les documents concernant les autres palais n’autorisent pas, en l’état actuel des recherches, d’émettre ne serait-ce que des hypothèses sur les halls du XIIe siècle.

  • 61 Étude du palais de Raoul du Fou (1499) : A. Gosse-Kischinewski, Évreux. La légende des pierres, Évr (...)

58Évreux est essentiellement connu pour son hôtel de l’extrême fin du Moyen Age, greffé à la muraille antique. Le palais antérieur se dresse tout pareillement au sud de la cathédrale, mais l’enquête préalable à la construction des XVe-XVIe siècles montre qu’il n’est pas accolé au rempart61. Les plans anciens et les dégagements récents révèlent l’existence d’un grand édifice médiéval placé à l’équerre du palais tardif contre le mur romain. Il servait d’officialité, mais on ignore sa fonction primitive et sa date de réalisation. Des restes en bois ont été entrevus sous l’aile construite au XIXe siècle, perpendiculairement au logis. Il est évident que l’incendie et les pillages de 1119 ont provoqué des réfections et sans doute même, comme dans les autres palais du secteur, une reconstruction généralisée, mais les témoignages architecturaux font défaut.

  • 62 M. Maurey d’Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Sées, Sées, (...)

59Sées a identiquement bénéficié d’une refonte généralisée à la fin du Moyen Age, mais ce logis tardif a lui-même fait l’objet à l’époque moderne d’une reconstruction en règle62.

60Après le hall, la chapelle est la seconde des pièces maîtresses de la domus épiscopale. Il n’est pas rare qu’il y en ait plusieurs qui sont soit intégrées au bâtiment majeur (généralement à l’étage), soit dissociées.

61La chapelle du palais de Rouen (fig. 4), qui est un beau bâtiment à étage, distinct du logis, pourrait avoir des parallèles à Lisieux, Évreux et peut-être Sées. A Lisieux, nous l’avons vu, la chapelle Saint-Paul est évoquée dès 1258-1259 et ses restes datés de la fin du XIIIe siècle par Arcisse de Caumont. C’est un complexe à étage de vingt et un mètres sur six mètres et demi (fig. 8). Avant sa destruction partielle, le rez-de-chaussée servait de magasin (avec une hauteur de cinq mètres). Le premier niveau repose sur un plancher. Dans l’actuelle bibliothèque, une succession d’arcades brisées, finement décorées et datables de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle, confirme l’essentiel de ces données.

  • 63 Voir note 61.

62A Évreux, une visite d’experts, au XVIIIe siècle, évoque un édifice « détaché de l’évêché dans sa cour » ; c’est une chapelle à « deux étages », dont le rez-de-chaussée sert de salle capitulaire tandis que le premier niveau était « anciennement à usage de chapelle de l’évêché ». L’édifice doit alors être étayé et l’on commande pour cela des piliers de plus de huit mètres de hauteur. On aurait donc apparemment le même type d’édifice qui, je le rappelle, appartient à un type connu du monde épiscopal63.

  • 64 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 54 (1174) ; Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, I, (...)
  • 65 M. Casset, op. cit., p. 60.
  • 66 R. Toustain de Billy, op. cit., p. 134-135.

63On a d’autres mentions de chapelles dissociées mais leur emplacement et leur agencement demeurent beaucoup plus imprécis. A Bayeux, une capella est évoquée dès 1174. En 1340, l’évêque y établit deux chapelains et l’édifice est refait en 1370. Mais s’agit-il bien chaque fois de la même construction ? Est-ce la même que celle qui est évoquée en 1340 ? La tradition locale situe cette chapelle épiscopale à l’emplacement de la chapelle Saint-Yves située à l’angle de la rue de la Chaîne et de la rue du Bienvenu64 (fig. 7). A Avranches, l’évêque dispose d’un oratoire Saint-Éloi qui, au terme du XIIIe siècle, est installé dans le prolongement de son logis de la fin du Moyen Age à l’emplacement d’une petite tour rectangulaire greffée au rempart65. A Coutances, la chapelle épiscopale, placée non loin de la cathédrale, est reconstruite et agrandie en 134166.

  • 67 Cliché Centre Régional de Documentation du Patrimoine, Inventaire général, Pays de Loire, n° 7949 4 (...)

Fig. 9 – Angers : le palais épiscopal avant les agrandissements du XIXe siècle67

  • 68 L. de Farcy, P. M. Pinier, op. cit., p. 50 sq.

64Ces divers bâtiments peuvent être reliés entre eux par des galeries dont les textes et les restes monumentaux ont parfois gardé le souvenir. Ces dispositifs sont de deux types : ou bien il s’agit de promenoirs et/ou de galeries de circulation qui relient le logis à la cathédrale et éventuellement les édifices entre eux (ainsi à Paris) ; ou bien ce sont des galeries hautes greffées à l’étage du palais et servant de promenoir, de lieu de repos (comme à Auxerre). Cette dernière catégorie n’est pas apparue dans notre documentation. Les logiae et les ambulatoriae évoquées à Rouen, à l’époque d’Eudes Rigaud, appartiennent plutôt au premier groupe et sont encore signalées au terme du Moyen Age. L’un de ces passages met en communication le palais et la cathédrale. Deux autres manoirs épiscopaux offrent peut-être des aménagements voisins. A Angers, en 1112, un petit claustrum se dresse entre la chapelle et la camera épiscopales68. A Bayeux, on remarque entre le logis de la fin du Moyen Age et la chapelle des fragments d’arcatures romanes qui sont généralement interprétés comme les vestiges d’un cloître mais peuvent en fait plus simplement représenter un reste de galerie. Toutefois l’ensemble est très remanié et plus ou moins déplacé, ce qui introduit quelque doute.

 

  • 69 T. Crépin-Leblond, « Une demeure épiscopale du XIIe siècle : l’exemple de Beauvais (actuel Musée dé (...)

65En ce qui concerne le décor, l’exemple du Mans est le plus pertinent. Les sources écrites y vantent la richesse décorative du palais et l’habileté de l’architecte qui a réussi à fabriquer des locaux aux fenêtres nombreuses et abondamment sculptées. Concrètement, on a des évocations de peintures murales dans l’aula de Bayeux, dès le XIe siècle, et dans la chapelle du Mans, au XIIe siècle. C’est un usage relativement répandu dans les pièces d’apparat épiscopales ; on en connaît à Reims dès le Xe siècle. Rouen offre encore dans l’une de ses salles basses des chapiteaux à godrons de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle, alors qu’Angers et Avranches comportent au rez-de-chaussée de leur grande salle respective des chapiteaux du XIIe siècle qui sont assez travaillés pour la première et particulièrement rustiques pour la seconde. Il reste enfin à évoquer un thème décoratif qui est connu dans l’architecture palatine tant laïque qu’ecclésiastique : c’est celui des grandes arcades aveugles du rez-de-chaussée d’Angers, visibles sur des gravures anciennes (fig. 9). C’est un thème décoratif que l’on retrouve à la base du hall comtal de cette même ville ou encore à Beauvais, par exemple, et en Grande Bretagne69. Mais il faut être conscient qu’une grande partie de la décoration et du luxe épiscopal repose sur le déploiement de tentures et d’autres éléments périssables dont on n’a pas conservé la trace.

66On notera enfin dans l’ensemble la précocité de l’emploi de la pierre attesté au Mans dès le début du XIe siècle. Les logis principaux sont maçonnés dès le XIIe siècle au moins, sinon avant.

***

67Globalement, les palais évoqués ne se distinguent guère de leurs homologues français des XIIe et XIIIe siècles. Il n’y a pas de spécificité régionale propre au monde anglo-normand continental ; tout au plus y constate-t-on quelques menues différences qui peuvent simplement résulter des insuffisances documentaires.

68On constate la même réticence qu’ailleurs à employer dans la diplomatique le terme de palatium. On retrouve la même organisation topographique de base. Localisés au cœur de la ville et aux abords des cathédrales, ces mondes clos, organisés en cours, sont des complexes autonomes où divers locaux, aux fonctions spécialisées, permettent à l’évêque l’exercice de son double pouvoir spirituel et temporel. On notera toutefois dans ce classique ensemble monumental l’importance précoce de la camera, comme lieu d’exercice du pouvoir : un point qui n’apparaît pas dans la France de l’Est où ce local ne se dégage que tardivement (XIIIe siècle) alors que la chapelle occupe, dès le XIIe siècle au moins, une place majeure qui, à l’inverse, n’est pas ici aussi clairement attestée par nos sources. On soulignera aussi, mais ce n’est pas là une originalité locale, la part notoire qui est prise par les jardins et les bâtiments à vocation économique (et caritative) et l’absence – ou la faiblesse – des préoccupations défensives, antérieurement à la fin du Moyen Age. Au niveau évolutif, le point essentiel demeure le développement du pôle administratif et judiciaire. L’aménagement d’officialités distinctes donne aux manoirs épiscopaux, dès le XIIIe siècle quelquefois et, plus nettement encore, aux XIVe et XVe siècles, une fonction plus spécifiquement résidentielle qui n’est utilisée que rarement à plein temps, car les évêques multiplient les séjours ruraux.

69Les évêques de l’Ouest anglo-normand ont été, comme nombre de prélats, de grands bâtisseurs. La vague de constructions qui affecte le XIe siècle n’a pas laissé d’indiscutables témoignages concrets ; cependant les sources écrites la rendent souvent implicite. Celle du XIIe siècle est par contre mieux attestée, tout comme celle de la fin du Moyen Age, tandis que le XIIIe siècle est peut-être plus actif en la matière qu’on ne l’affirme. L’aula-camera reste au cœur du séjour du XIIe siècle. Ce vaste complexe à étage, très proche des modèles laïcs contemporains, ne semble pas localement frappé de gigantisme. Mais on rappellera que tous les palais du secteur sont loin d’être connus, ce qui fausse l’appréciation. Et le phénomène tient sans doute plus à des problèmes de place qu’au désir de répondre favorablement aux appels à la modération architecturale, qui se multiplient au XIIe siècle.

Notes

1 De statu Constantiensis ecclesie : Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219.

2 Mgr. Fuzet, Histoire du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris/Rouen, 1908, p. 614-617.

3 L. de Farcy et P. M. Pinier, « Le palais épiscopal d’Angers. Histoire et description », Revue de l’Anjou, 1903 ; R. Triger, « L’ancien évêché du Mans avant la Révolution », Revue historique et archéologique du Maine, LXVII, 1910, p. 113-150 et 225-262 et « Les anciennes enceintes de l’évêché et du château du Mans », Revue historique et archéologique du Maine, LXXX, 1924, p. 1-55 ; Dr Coutan, Le palais de l’archevêque de Rouen, Rouen, 1905 ; Mgr. Fuzet, op. cit. ; Chanoine Jouen, « Le palais archiépiscopal », rééd. in Églises, hôtels, vieilles maisons. Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 1986, p. 145-168.

4 Cet essor notoire de la recherche en matière palatiale est à la fois la cause et la conséquence de la création d’un groupe de travail national, centré sur l’étude des résidences princières tant laïques qu’ecclésiastiques. Voir A. Renoux, « Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin-début XIIIe siècle) », Les princes et le pouvoir au Moyen Age, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 167-194.

5 Par exemple, M. Fixot, J. Guyon, J.P. Pelletier, L. Rivet, « Des abords du forum au palais archiépiscopal. Étude du centre monumental d’Aix-en-Provence », Bulletin monumental, 144, III, 1986, p. 195-290. Dans notre zone, divers sondages et dégagements ont été réalisés à Évreux, à Sées et au Mans dans des endroits stratégiques. Évreux : travaux dans le palais épiscopal et aux abords de la cathédrale réalisés par E. Follain, D. Halbout-Bertin et M. Lepesant (30 ans de recherches archéologiques à Evreux, catalogue de l’Exposition, Évreux, 1990, p. 9, 20 et 47 ; De la Gaule à la Normandie. 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie, catalogue de l’Exposition, Rouen, 1990, p. 87-90). Sées : parvis et abords de la cathédrale (T. Churin, Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain, 1989, Tours, 1990, p. 43 ; P. Couanon, Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain, 1992, Tours, 1993, p. 71). Le Mans : les murs antiques situés dans le palais épiscopal et sous la cathédrale sont détourés par J. Guilleux (Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain, 1992, p. 41). Les opérations menées à Rouen ne concernent que la zone canoniale.

6 Évocations synthétiques dans T. Crépin-Leblond, « Recherches sur les palais épiscopaux en France au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle) d’après divers exemples des Provinces ecclésiastiques de Reims et de Sens », Position des Thèses de l’Ecole des Chartes, 1987, p. 63-68. Quelques monographies : J.P. Ravaux, « Le palais épiscopal de Châlons-en-Champagne (Châlons-sur-Marne) », Mémoires de la Société d’Agriculture, de Commerce, des Sciences et des Arts du département de la Marne, CHI, 1988, p. 85-118 ; M.C. Bertiaux, Le palais épiscopal et les résidences rurales de l’évêque de Troyes, DEA, Université du Mans, 1991. Pour la zone concernée, voir infra et A. Renoux, Palais médiévaux (France-Belgique). 25 ans d’archéologie, Publications de l’Université du Mans, 1994.

7 Rouen : Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éditions P. Barret, Mortagne, 1894, p. 9 (plaid de l’archevêque in palatio). Angers : Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, édition C. Urseau, Angers, 1908, n° 207, 309 (factum… in camera Andegauensis palatii).

8 Cf. T. Crépin-Leblond, note 6 et les monographies de C. R. Brühl, Palatium und ciuitas, I, Gallien, Cologne, Vienne, 1975.

9 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 99 (actum… in palatio episcopi).

10 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1263-1279), éd. T. Bonnin, Rouen, 1852.

11 Cité par Mgr Fuzet, op. cit., p. LXXIV.

12 Cité par L. Farcy, RM. Pinier, op. cit., p. 3.

13 Sur le concept palatial et les critiques du XIIe siècle : A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, éd. du CNRS, 1991, p. 267-302 et 521-530 et « Pfalz Westfrankenreich/Frankreich, 9-13. Jh », Lexicon des Mittelalters, 1993, col. 2003-2005.

14 Démêlés de l’évêque avec son chapitre : Arnulfus Lexouiensis episcopus. Epistolae, éd. J.-P. Migne, Patrologie Latine (citée désormais PL), CCI, n° LXXI, col. 101-102. Robert de Torigni, Chronique, éd. L. Delisle, II, Rouen, 1873, p. 107 : pulcherrimae domus.

15 Gesta domni Willelmi episcopi. Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, éd. G. Busson, A. Ledru, Archives historiques du Maine, II, Le Mans, 1901, p. 462-470.

16 Un exemple parmi d’autres : en 1141, l’évêque de Lisieux, Jean, multum episcopalem sedem aedificiis et ornamentis accreuit (Robert de Torigni, op. cit., I, p. 224).

17 Geoffroi : cf. note 1. Yves de Sées : Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914, p. 168.

18 Bayeux : Serlon, De capta Baiocensium ciuitate, dans Recueil des Historiens des Gaules et la Frances, XIX, p. XCIV.

19 Voir note 16 et la Lettre d’Arnoul, PL, n° II, col. 19, où l’évêque évoque les « ruines de sa maison » (domus nostrae ruinae).

20 Ex Chronico Rotomagensi, dans Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XVIII, p. 359.

21 Le Mans : plan de la résidence épiscopale, d’après R. Triger, op. cit.

22 Lisieux : la cathédrale et le palais épiscopal, d’après un original de 1785, cf. F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie. Études d’histoire sociale, XIVe-XVe siècles, Thèse de doctorat (dactyl.), Caen, 1993.

23 Avranches : plan de la ville forte et emplacement du logis épiscopal, cf. M. Casset, Les résidences des évêques d’Avranches au Moyen Age, DEA, Université du Mans, 1993, annexe 8.

24 Gesta domni Geruasii episcopi. Actus pontificum Cenomannis, in urbe degentium, p. 363 et 370.

25 Diplôme éd. par Mgr Fuzet, op. cit., p. 165.

26 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165 (Sées) ; Robert de Torigni, op. cit., I, p. 224 (Lisieux).

27 A Bayeux, le claustrum est contigu au logis épiscopal dès 1092 au moins (Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, éd. V. Bourienne, Rouen/Paris, 1902, I, p. 30).

28 A Sées, par exemple, la réforme canoniale de 1131 est suivie de la construction d’un cloître et de bâtiments annexes (Robert de Torigni, op. cit., I, p. 235 ; 1160, Lettre d’Arnoul de Lisieux, PL, n° XLII, col. 71).

29 Comptes de Jean Maucibot, receveur de l’évêque du Mans Adam Chastelain (1432-1433), éd. J. Chappée, J.L. Denis, Soc. des Arch. hist, du Cogner, Le Mans, 1923.

30 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 155 (in camera episcopi super cellarium).

31 T. Bonnin, Recueil de travaux de la Société libre d’Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres de l’Eure, 1839, p. 197 (1369 : évocation des repas que l’évêque doit à son chapitre et des distributions qui les accompagnent).

32 E. A.Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876, p. 304.

33 Mgr. Fuzet, op. cit., p. CXLV.

34 De statu Constantiensis ecclesie, col. 219.

35 F. Neveux, op. cit., I, p. 163.

36 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, II, p. 466.

37 Le Mans : Comptes de Jean Maucibot, p. 12. Bayeux : F. Neveux, op. cit., I, p. 201-207 ; M. Béziers, Mémoire pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, I, Rouen/Paris, 1896, p. 224 (démolition au XVIIIe siècle de la haute tour logée à l’entrée du manoir et servant de prison épiscopale).

38 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis, I, p. 205, 295, 351, 523 sq., II, p. 488, 672 sq.

39 Cartulaire de l’évêché du Mans (936-1790), éd. B. de Broussillon, Archives historiques du Maine, Le Mans, 1900, n° 852.

40 F. Neveux, op. cit., I, p. 309.

41 M. Casset, op. cit., p. 108-109.

42 F. Neveux, op. cit., I, p. 68 ; Mgr. Fuzet, op. cit., p. 621.

43 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 271 (autorisation royale pour la construction d’un cloître canonial : ad securitatem Ecclesiae et tuitionem canonicorum) ; R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, II, Rouen, 1880, p. 80-81 (le manoir épiscopal et les maisons canoniales sont entourées et protégées par un mur : muris claudere et firmare).

44 Rouen : Dr Coutan, op. cit., p. 6-7 : tour polygonale attribuée à Guillaume de Flavancourt (1278-1306).

45 Angers : cf. note 7 ; L. de Farcy et P. M. Pinier, op. cit., p. 3, 50 et O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, II, Paris, 1972, p. 217, 242 et 262. Bayeux : cf. notes 18 et 30 et aussi Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 30, 56, 120, 144, 156. Coutances : note 1. Le Mans : Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, p. 447 et 462 sq. ; L. Cellier, Catalogue des évêques du Mans jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris, 1910, p. 291, 295, 298, 312. Lisieux : R. N. Sauvage, « Fragments d’un cartulaire de Saint-Pierre de Lisieux », Études Lexoviennes, III, p. 329. Rouen : Mgr. Fuzet, op. cit., p. CXLV.

46 Mise au point dans A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, p. 267-302. Paris : V. Mortet, « Étude historique et archéologique sur la cathédrale et le palais épiscopal de Paris, du VIe au XIIe siècle », Bulletin du Comité des travaux historiques, 1888. Reims : H. Jadart, « Le palais archiépiscopal de Reims du XIIIe au XXe siècle », Travaux de l’Académie de Reims, CXX, 1906-1907, p. 236-319. Aix : voir note 5. Viviers : Y. Esquieu (dir.), Viviers, cité épiscopale : étude archéologique. Documents d’Archives en Rhône-Alpes, Lyon, 1988. Hereford : J. Blair, « The 12th-Century Bishop’s Palace at Hereford », Medieval Archeology, XXXI, 1987, p. 59-72.

47 Réf. note 3. Pour l’étude des chapiteaux, compléter par J. Mallet, L’art roman de l’ancien Anjou, Picard, 1994, p. 135-138.

48 Angers : plan du palais épiscopal avant 1693, cf. L. de Farcy et P. M. Pinier, op. cit.

49 Gesta domni Willelmi episcopi. Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, p. 447 et 462-470.

50 R. Triger, op. cit. ; succintement repris dans S. Quesne, Les châteaux des évêques du Mans, Xe-XVe siècles, Maîtrise, Université du Mans, 1990. Mise au point et compléments : A. Renoux, « Le palais épiscopal du Mans », Palais médiévaux (France-Belgique), p. 155-158.

51 Plan restitué par Mgr. Fuzet, op. cit.

52 Regestum uisitationum archiepiscopi Rothomagensis., I, 291, 295, 347, 446, 581 sq., II, 488, 581, 672 sq.

53 Datation (orale) des chapiteaux : cf. Maylis Baylé. Pour le reste, cf. M. Casset, op. cit., et « Le palais épiscopal d’Avranches », Palais médiévaux (France-Belgique), p. 136-137.

54 PL, CCI, Lettre d’Arnoul de Lisieux, n° 6, col. 21-22 (restauration d’édifices) ; Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 58 (nouveaux édifices construits entre 1165 et 1205) ; E. de Laheudrie, Bayeux capitale du Bessin, Bayeux, 1945, II, p. 22 sq.

55 Évocation du vieux manoir : Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, éd. E. Anquetil, Bayeux, 1908, I, p. 21. Travaux de la fin du Moyen Age : E. de Laheudrie, op. cit., p. 65-66 (réf. aux Archives nationales).

56 Cf. J. Marie, Bayeux, ville d’art, Bayeux, 1968.

57 R.N. Sauvage, « Fragments d’un cartulaire de Saint-Pierre de Lisieux », Études lexoviennes, III, 1928, p. 329.

58 F. Neveux, op. cit., I, p. 162-163.

59 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Caen, 1867, p. 239-253 (palais) et 256-260 (chapelle). C. Lemaître, « Notes sur le palais épiscopal de Lisieux. Un corps de logis du XIIIe au XIXe siècle », Bulletin de la Société historique de Lisieux, 31, 1990-1991, p. 25-32. Données reprises dans I. Langevin, Les fortifications et le palais épiscopal de Lisieux au Moyen Age, Maîtrise, Université du Mans, 1993. Mise au point et compléments : A. Renoux, « Le palais épiscopal de Lisieux », Palais médiévaux (France-Belgique), p. 159-161. Une visite des caves de l’aile est-ouest, aimablement autorisée et pilotée par le président du Tribunal, n’a pas permis de retrouver les traces d’ancienneté évoquées en ce lieu par les auteurs anciens. Pour la fin du Moyen Age : C. Engelhard, « Une forteresse épiscopale pendant la guerre de Cent Ans », Congrès du Millénaire de la Normandie, I, Rouen, 1911, p. 139-153 et J. Lesquier, « Les fortifications de Lisieux au XVe siècle », Études lexoviennes, III, 1928, p. 193-240.

60 J. Clark, The cathedral of Saint-Pierre de Lisieux and the beginning of norman gothic architecture, Ph. D., Columbia University, 1988.

61 Étude du palais de Raoul du Fou (1499) : A. Gosse-Kischinewski, Évreux. La légende des pierres, Évreux, 1988 : « L’évêché », p. 53-59 (l’évêque voulant édifier un logis sur les murs qui longent le fossé, une enquête royale est réalisée afin de voir si le nouvel ensemble ne sera pas préjudiciable à la défense).

62 M. Maurey d’Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Sées, Sées, 1829.

63 Voir note 61.

64 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, I, p. 54 (1174) ; Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, I, p. 21 (1340) ; E. de Laheudrie, op. cit., II, p. 65 (1370).

65 M. Casset, op. cit., p. 60.

66 R. Toustain de Billy, op. cit., p. 134-135.

67 Cliché Centre Régional de Documentation du Patrimoine, Inventaire général, Pays de Loire, n° 7949 468 X.

68 L. de Farcy, P. M. Pinier, op. cit., p. 50 sq.

69 T. Crépin-Leblond, « Une demeure épiscopale du XIIe siècle : l’exemple de Beauvais (actuel Musée départemental de l’Oise) », Bulletin archéologique du C.T.H.S., nouvelle série fasc. 20-21, 1988, p. 7-58.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le Mans : plan de la résidence épiscopale (d’après R. Triger)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 2 – Lisieux : la cathédrale et le palais épiscopal (d’après un original de 1785)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3 – Avranches : plan de la ville forte et emplacement du logis épiscopal
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4 – Rouen : la cathédrale et le palais épiscopal (plan Gomboust, 1655)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 5 – Angers : plan du palais épiscopal avant 1693
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 6 – Rouen : l’archevêché de Georges d’Amboise
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 7 – Bayeux : la cathédrale et l’évêché (1816)56
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 8 – Lisieux : la chapelle Saint-Paul
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 9 – Angers : le palais épiscopal avant les agrandissements du XIXe siècle67
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10070/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540