Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

3e partie : La cité épiscopale

Les évêques et l’architecture normande au XIe siècle

Maylis Baylé

Texte intégral

  • 1 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913, p. XLIII-XLIV ; Chronica San (...)
  • 2 Voir M. Baylé, article à paraître dans Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, Colloq (...)
  • 3 Dom Jean Huynes, Histoire générale de l’abbaye du Mont-Saint-Michel (1638), éd. par E. de Robillard (...)
  • 4 M. Baylé, « La sculpture du XIe siècle à Jumièges et sa place dans le décor architectural des abbay (...)
  • 5 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 2, p. 106-107 (cité ensuite Orderic Vital).

1Le rôle des grands abbés réformateurs dans le renouveau architectural normand des Xe et XIe siècles est assez bien connu et a fait l’objet de nombreuses études. Dès 960, Maynard donne une impulsion nouvelle à la reconstruction de Saint-Wandrille, puis du Mont-Saint-Michel1. A partir de 1001, l’action de Guillaume de Volpiano à Fécamp, Bernay, Jumièges, est déterminante pour l’histoire architecturale de cette période. Des fouilles récentes, entreprises à Fruttuaria, abbaye fondée en Italie par l’abbé Guillaume, montrent un lien évident entre le plan de l’église abbatiale et le chevet échelonné de Bernay : ainsi est confirmé l’influence de Guillaume de Volpiano sur l’adoption d’un plan novateur en Normandie2. Au Mont-Saint-Michel, Thierry, puis Robert du Mont, rebâtissent l’abbatiale3. Notre-Dame de Jumièges porte dans son décor sculpté la marque d’influences anglo-saxonnes liées à la présence de son ancien abbé, Robert Champart, à la cour d’Angleterre dans les années 1045-10514. Enfin, si l’abbaye de Saint-Évroult a disparu, l’importance des influences qu’elle a transmises dans l’art roman se lit encore dans des églises comme Autheuil, tandis que la personnalité d’artiste de l’abbé Osbern, reconstructeur de l’abbatiale, mais également orfèvre et sculpteur, nous est décrite par Orderic Vital5.

2La part des évêques dans ce renouveau architectural a été moins bien analysée. Cela tient notamment à la disparition totale ou partielle des grandes cathédrales romanes normandes, rebâties à l’époque gothique. La cathédrale d’Avranches nous est connue seulement par des dessins et tableaux anciens. Rien n’appartient à l’époque romane dans l’actuelle cathédrale de Sées. Seule la structure de Coutances est identifiable à l’intérieur des tours et des tribunes, sous un rhabillage gothique. Sans doute en est-il de même pour Lisieux, mais les formes romanes y sont presque intégralement recouvertes par un parement des XIIe-XIIIe siècles. A Bayeux, seuls le massif de façade et la crypte évoquent le temps de Guillaume le Conquérant. Encore la façade est-elle rhabillée de portails et de parements gothiques. Et sans le bombardement de 1944 et les fouilles subséquentes de Georges Lanfry, nous ne connaîtrions pas l’immense crypte de chevet romane de Rouen.

  • 6 Gesta Gaufridi Constantiensis episcopi, ex libro nigro Capituli, dans Recueils des Historiens des G (...)
  • 7 Son rôle deviendra essentiel dans les premières années de la minorité du Conquérant : M. de Boüard,(...)
  • 8 Cf. D. Bates, « The Character and Career of Odo, Bishop of Bayeux, 1049/50-1097 », Speculum, 1975, (...)

3Pourtant, à partir des vestiges conservés, il est possible de discerner le caractère souvent très novateur de ces édifices. Quelle fut, dans leur conception, la part de l’évêque ? Il n’est guère possible de savoir si Geoffroi de Montbray ou Robert de Rouen furent pour leur cathédrale de réels maîtres d’œuvre et prirent des décisions impliquant les connaissances d’un architecte. Il est certain cependant que l’adoption du projet d’ensemble relevait en dernier lieu de l’évêque et devait refléter, au moins en partie, un choix personnel. Les textes nous renseignent amplement sur la manière dont Geoffroi de Montbray suivit la construction et l’achèvement de sa cathédrale, après avoir réuni sur le chantier un maître d’œuvre, des maçons, des ferronniers, des verriers et des artisans de toutes sortes. Ils nous disent également son angoisse lorsqu’un ouragan renversa le clocher6. L’archevêque de Rouen, Robert, frère de Richard II, est un personnage éminent qui ne se contente pas de ses responsabilités religieuses, mais qui joue un rôle important sur la scène politique. Sa personnalité, l’ampleur des contacts qu’il noua au cours de sa vie, peuvent seuls rendre compte du projet très novateur que représente, vers 1030, la cathédrale de Rouen7. La part précise d’Hugues de Bayeux est plus difficile à cerner : il meurt en 1049, alors que la cathédrale, entreprise sur son initiative, est à peine commencée. On ne sait si le parti définitif de cet édifice, achevé peu avant la dédicace de 1077, correspondait au projet d’Hugues de Bayeux ou si des modifications intervinrent par la volonté d’Odon de Conteville, frère utérin de Guillaume le Conquérant et forte personnalité8.

4En dépit de ces incertitudes, les vestiges des grandes cathédrales romanes sont susceptibles de nous guider dans la recherche de l’apport personnel des évêques au renouveau architectural. Certes l’œuvre constructrice de ces prélats a pu s’étendre à d’autres églises dépendant de leur patronage. Mais ici les données sont trop ténues pour être exploitables avec certitude. Aussi nous limiterons-nous volontairement aux grandes églises cathédrales.

L’archevêque Robert et la cathédrale de Rouen

  • 9 Orderic Vital, 3, p. 84-85.
  • 10 Dudon, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair (Mémoires de la Société des Antiq (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Dudon de Saint-Quentin, op. cit., p. 290.
  • 13 Opinion exposée lors de conférences sur les fouilles récentes de la cathédrale. Deux articles de Ja (...)

5Fils du duc Richard Ier, l’archevêque Robert occupe le siège de Rouen de 987 à 1037, date de sa mort. Son œuvre architecturale est mentionnée par des sources différentes : Orderic Vital attribue à l’archevêque l’initiative d’une reconstruction a fundamentis9. Par ailleurs, Dudon de Saint-Quentin et Wace situent au temps de Richard Ier, donc avant 996, les débuts de la reconstruction ou tout au moins une campagne importante10. Wace nous dit que le duc fit abattre et bâtir en plus grand l’église de l’archevêché : plus longue la fist et plus lee, ajoute-t-il11. Quant à Dudon, source contemporaine des événements, il écrit : « Dans la ville de Rouen, [le duc Richard] fit agrandir la merveilleuse cathédrale, édifiée en l’honneur de la Mère de Dieu, par une adjonction faite dignement en longueur, en largeur et en hauteur » (Rotomagensi namque in urbe, honore Genitricis Dei ampliauit mirabile monasterium, longitudinis, latitudinisque atque altitudinis honorifice exspatiatum incremento)12. L’interprétation de ces deux derniers textes est discutée. Jacques Le Maho voit dans les travaux mentionnés par Wace et par Dudon un augmentum adjoint à la vieille cathédrale carolingienne, sans doute à l’ouest de l’édifice sous la forme d’un massif porche13. Il s’agirait d’un remaniement de l’église carolingienne, antérieur et totalement indépendant de l’édification a fundamentis par l’archevêque Robert. Cependant la reconstruction mentionnée par Orderic et les travaux évoqués par Dudon et par Wace peuvent à notre avis concerner la même campagne. Il semble s’agir d’un très important agrandissement et il serait étonnant qu’à l’issue d’une telle campagne de travaux, Robert ait décidé une reconstruction intégrale. On imagine plutôt un agrandissement par l’est et par l’ouest, la vieille nef carolingienne ou paléochrétienne étant conservée pour quelques temps. Les textes de Dudon et d’Orderic ne sont pas contradictoires si l’on place le début de la reconstruction à l’extrême fin du gouvernement de Richard Ier, date à laquelle Robert est déjà archevêque. Ce dernier aurait élevé l’intégralité du nouveau chevet. L’analyse de l’évidence archéologique confirme cette interprétation.

  • 14 G. Lanfry, « La cathédrale dans la cité romaine et la Normandie ducale », Cahiers de Notre-Dame de (...)

6Grâce aux fouillles entreprises par Georges Lanfry après 194414, nous connaissons le plan et les structures de la crypte de chevet romane (fig. 1). Une crypte centrale, située sous le chœur de l’église, était entourée par un large déambulatoire à chapelles rayonnantes. Ce plan était naturellement repris au niveau supérieur. Il convient d’insister sur la qualité de l’appareil et de la structure des voûtes et des supports.

Fig. 1 – Plan restitué de la crypte de la cathédrale de Rouen (avec extension probable vers l’ouest dans le projet du temps de l’archevêque Robert)

  • 15 Voir la restitution de cet édifice par C. Malone, « Les fouilles de Saint-Bénigne de Dijon (1976-19 (...)
  • 16 Sur Fontaine-le-Bourg (département de la Seine-Maritime, canton de Clères), voir M. Baylé, Les orig (...)

7La crypte qui est établie sous le chevet allait-elle au-delà vers l’ouest ? La question mérite d’être posée car plusieurs éléments troublants suggèrent, à notre avis, la possibilité de l’existence d’une vaste crypte s’étendant jusqu’à la dernière travée orientale de la nef. En effet, Georges Lanfry a retrouvé sous cette travée les bases d’un autel qu’il a identifié comme l’autel de la cathédrale paléochrétienne primitive (fig. 2). S’il est tout à fait plausible que ce soit effectivement l’emplacement du premier autel, le profil de ces bases peut difficilement remonter à une aussi haute époque et paraît plutôt caractéristique du Xe siècle. Comme le prouvent les relevés effectués par Georges Lanfry (fig. 3), elles reposent sur un sol dont le niveau correspond exactement à celui de la crypte intérieure placée sous la partie centrale du chœur, comme si une continuité avait existé à un moment donné entre ces deux parties de la cathédrale. On sait, comme nous le verrons plus loin, que cette crypte intérieure a été achevée ou remaniée plus tard que la partie en déambulatoire : les bases subsistantes, à deux cavets, sont d’un type plus récent que les profils attiques du déambulatoire, et l’on admet généralement que celui-ci fut achevé au plus tard avant 1037 (date de la mort de l’archevêque Robert), tandis que les bases de la crypte centrale annoncent les alentours de 1060, juste avant la dédicace de 1063. Mais cela n’implique pas que cette crypte centrale n’existait pas déjà dans le premier projet : un espace central sous le chœur, le transept et la partie occidentale de la nef devait être déjà conçu. Sinon l’identité de niveau entre le sol sous l’autel retrouvé par Georges Lanfry et la crypte de chœur constituerait une étrange coïncidence. Il serait logique d’envisager l’agrandissement vers l’est de l’ancienne basilique au début de l’épiscopat de Robert et l’élaboration d’une vaste crypte allant de la dernière travée de nef jusqu’au chœur. Un tel parti n’est pas inactuel vers l’an mil : il suffit de rappeler les nombreuses cryptes italiennes bâties alors et surtout celle de Saint-Bénigne de Dijon15. La crypte en hémicycle correspondant à cet agrandissement est ensuite entourée d’un déambulatoire de niveau légèrement différent. Il est possible d’admettre qu’à la mort de l’archevêque Robert le chevet de l’édifice est à peu près achevé. Les bases de colonnes attiques du déambulatoire sont caractéristiques de cette période en Normandie : citons d’autres exemples à Bernay ou à Fontaine-le-Bourg16.

Fig. 2 – Cathédrale de Rouen : fouilles de la dernière travée orientale de la nef (d’après G. Lanfry)

Fig. 3 – Cathédrale de Rouen : relevé des niveaux de sols (d’après G. Lanfry)

8Après 1037, tous les indices suggèrent un ralentissement ou un arrêt des travaux sur le chantier de Rouen. La cathédrale n’est reprise qu’après 1050. On bâtit alors la nef : les chapiteaux romans retrouvés en remploi dans les piles sont, par leur style, proches de 1060, comme les bases de la crypte de chœur. C’est entre 1050 et 1063 que celle-ci aurait été remaniée, pourvue des bases et des colonnes encore visibles actuellement. En tout état de cause et bien que nous connaissions mal les cotes exactes des différents étages de l’église haute, le niveau du sol de cette crypte ne semble correspondre à rien dans l’édifice roman de 1063 et s’explique plus logiquement s’il exprimait un état plus ancien, celui du premier projet de la fin du Xe siècle, avec un sol continu entre la crypte de chœur et la dernière travée de nef et une vaste église souterraine.

9Quelles étaient les relations exactes entre cette vaste crypte centrale, les collatéraux de nef et les bras du transept ? Les sondages effectués dans le bras nord et la croisée du transept par Georges Lanfry furent trop limités pour résoudre cette question. La restitution hypothétique proposée en figure 1 tend essentiellement à indiquer l’ampleur probable de la crypte vers l’ouest dans le parti prévu sous l’archevêque Robert. Par la suite, vers 1050, avec l’adoption d’un nouveau projet comportant l’achèvement de la nef, on dut reprendre la crypte centrale et la doter de colonnettes à bases en cavets dont les vestiges sont encore visibles. L’emplacement des murs de séparation dans le premier projet demeure inconnu : les structures retrouvées par Georges Lanfry, un mur barrant la crypte de chœur à l’ouest et un énorme massif de maçonnerie sous l’actuelle croisée du transept peuvent appartenir à la reprise de 1050. En outre seul l’angle extérieur de ce massif a été reconnu et sa restitution d’ensemble reste hypothétique. Dans l’interprétation proposée par la figure 1 l’emplacement des murs dans cette zone est donné sous toutes réserves.

  • 17 Ibid., p. 36-37.
  • 18 Les fouilles de Georges Lanfry n’ont pas permis de retrouver trace de chapelles, mais le niveau des (...)
  • 19 Sur ces édifices, voir les ouvrages d’E. Vergnolle, Saint-Benoît-sur-Loire et la sculpture du XVe s (...)

10L’hypothèse d’un premier parti comportant une vaste crypte s’étendant vers le chœur, le transept et la première travée de la nef est donc logique et correspond à la fois aux données textuelles et aux indices archéologiques. Elle ne pourrait cependant être démontrée avec certitude qu’à l’aide de sondages ou de fouilles archéologiques ; mais elle correspondrait bien au modernisme du parti adopté au temps de l’archevêque Robert. En effet, si le plan en déambulatoire est attesté en Normandie dans la première moitié du XIe siècle (au Mont-Saint-Michel vers 1023, à Saint-Wandrille avant 1031, à Jumièges en 1040)17, aucun de ces édifices n’offre un chevet aussi développé et harmonieux que celui de Rouen. Dans l’abbatiale montoise, comme sans doute à Jumièges, les chapelles font défaut18. Pour trouver des dispositions comparables à celles de Rouen, il faut se tourner vers la France moyenne, avec des exemples comme Saint-Savin-sur-Gartempe, Saint-Hilaire de Poitiers ou Saint-Benoît-sur-Loire19. Encore ces édifices sont-ils plus tardifs que celui de Rouen qui semble jouer le rôle de tête de file. En effet, la tour-porche de Saint-Benoît-sur-Loire est entreprise vers la fin de l’abbatiat de Gauzlin, mort en 1029, si l’on admet la chronologie adoptée par E. Vergnolle dont nous partageons les conclusions. Dans ce cas, la crypte de Rouen, terminée avant 1037, est contemporaine et sans doute antérieure à la construction de la tour. Cela est important dans la mesure où l’on trouve à Rouen des éléments de décor – bases et chapiteaux – stylistiquement très proches des œuvres ligériennes. En particulier l’une des bases de la chapelle d’axe offre la juxtaposition de motifs de lions et de rangs d’acanthes dont le traitement se retrouve à Saint-Benoît. Il serait tentant de voir dans le chantier du temps de l’archevêque Robert l’un des grands centres créateurs de la première moitié du XIe siècle et de rendre ainsi à la Normandie une certaine antériorité sur les recherches ligériennes. C’est du moins l’hypothèse que nous suggérons ici.

 

11En tout état de cause, Rouen constitue alors un jalon essentiel de la création de formes architecturales nouvelles. Après la mort de Robert, le chantier semble avoir été mis en sommeil pendant quelques temps et il n’est pas impossible que la nef, achevée vers 1063, ait été conçue par un nouvel architecte et selon un projet modifié. La place de la première campagne de construction de la cathédrale est donc essentielle pour l’histoire de l’art et l’on regrette qu’elle soit trop souvent méconnue.

Une reconstitution incertaine : la cathédrale d’Avranches

  • 20 Sur cette cathédrale, voir E. Le Héricher, Avranchin monumental et pittoresque, s. d., I, p. 14-17  (...)
  • 21 Le Héricher, op. cit., p. 14 ; E. A. Pigeon, Le diocèse d’Avranches, Coutances, 1888, p. 679-693.

12Les incertitudes sont beaucoup plus grandes en ce qui concerne la cathédrale d’Avranches qui a disparu au début du XIXe siècle. L’édifice était déjà partiellement ruiné avant la Révolution française. Un premier écroulement s’est produit en 1794 et, vers 1822, rien ne subsistait du monument20. On sait qu’il fut entrepris vers 1025 par l’évêque Maugis et l’obituaire des « Actes des évêques d’Avranches » mentionne Richardus II, dux Normanniae, fundator ecclesiae Abrincensis. Cette construction romane faisait suite à des cathédrales préromanes que l’on connaît mieux depuis les fouilles de 1972-1973. On ignore comment se fit exactement la marche de la construction. Il est certain cependant qu’une deuxième campagne de construction – ou une modification de l’église existant alors – se fit dans les années 1090-1121, date à laquelle eut lieu, sous l’évêque Turgis, une consécration solennelle21. Aussi est-il difficile de préciser le rôle respectif de chaque évêque. Un dessin aquarellé réalisé d’après un tableau de Nicolas Gravier, dit Papillon, peint en 1649 et détruit par la suite dans un incendie, nous renseigne sur l’aspect de la cathédrale dans son dernier état (fig. 4). Ce document essentiel montre une église à trois nefs, sans transept, pourvue à l’ouest d’une façade massive à deux tours et à l’est d’un chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes alternativement semi-circulaires et carrées. Des vues exécutées pendant la destruction de la cathédrale (fig. 5) montrent l’intérieur de la nef, avec des tribunes au-dessus des collatéraux. Compte tenu de reprises gothiques évidentes, le parti d’ensemble paraît correspondre à la construction d’origine.

Fig. 4 – La cathédrale d’Avranches au XVIIIe siècle (dessin au lavis d’après Nicolas Gravier. Bibliothèque municipale de Cherbourg. Cliché M. Baylé)

Fig. 5 – Ruines de la cathédrale d’Avranches (1828) par Lemaître (Bibliothèque municipale de Cherbourg. Cliché M. Baylé)

  • 22 La date de dédicace (1099 ou 1106) a été discutée, les sources mentionnant soit l’indiction VII, so (...)
  • 23 Les chapelles de Worcester sont polygonales ; celles de Winchester sont rectangulaires et terminent (...)

13La présence d’un déambulatoire vers 1025, alors que l’on construit celui de Rouen, et, dès 1023, celui du Mont-Saint-Michel, n’a rien d’étonnant. L’alternance des chapelles pose des problèmes plus complexes. Elle peut correspondre à un archaïsme : on trouve en effet des chapelles rectangulaires dans la première moitié du XIe siècle, notamment à Saint-Philibert de Tournus. Un tel système se voit plus tard, avec des nuances, dans l’abbaye de la Trinité de Fécamp rebâtie vers 110622. La forme particulière des chapelles de Winchester et de Worcester se rattacherait également à ce groupe23. D’où plusieurs hypothèses concernant le chevet d’Avranches : ou bien il s’agit du premier exemple connu de cette alternance dans le domaine normand, et, dans ce cas, les exemples anglais procèdent du schéma avranchin : ou bien le plan de la cathédrale n’est pas celui de l’édifice construit par Maugis au début du XIe siècle, mais le résultat d’une reprise entre 1090 et 1121. Dans cette dernière hypothèse, le cheminement des formes se ferait en sens inverse, et le chevet d’Avranches relèverait d’une influence anglaise et d’un remaniement au début du XIIe siècle, avant la consécration de 1121. La première hypothèse nous paraît plus logique et fournirait une explication au parti souvent jugé original et énigmatique des trois édifices postérieurs.

14Le massif de façade à deux tours d’Avranches semble également avoir existé dès l’époque de Maugis puisque celui-ci fut enterré dans la tour nord-ouest de la cathédrale. On ignore cependant quel était l’aspect exact de la façade, non représentée sur les documents anciens : comportait-elle une avancée centrale comme à Jumièges, ou un alignement parfait comme à Bayeux ? Cette incertitude empêche donc de classer le massif occidental d’Avranches dans l’évolution des structures menant à la façade harmonique de Saint-Étienne de Caen.

Coutances, Robert de Lisieux et Geoffroi de Montbray : problèmes de chronologie et de restitution architecturale

  • 24 Ε.A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876. Ont paru depuis : A. Lefèvre- (...)

15Peu étudiée après 1876, date de la publication des travaux de l’abbé Pigeon24, la cathédrale de Coutances a récemment fait l’objet d’un certain nombre de mises au point et d’hypothèses importantes dans la mesure où elles impliquent une nouvelle approche du rôle respectif de Robert de Lisieux et de Geoffroi de Montbray dans la construction de l’édifice.

  • 25 Gesta Gaufridi Constantiensis episcopi, ex libro nigro Capituli, dans Recueils des Historiens des G (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

16Les sources nous apprennent les faits suivants : d’après le Livre Noir de Coutances, l’évêque Robert, qui occupa le siège de Coutances de 1025 à 1048, a entrepris la construction de la cathédrale avec l’aide de la duchesse Gonnor, des chanoines, des barons et de fidèles paroissiens. Les noms de ces bienfaiteurs, ajoute ce texte collationné par les Mauristes de la Gallia Christiana, sont gravés sur les arcades de l’église25. Il faut donc admettre qu’une partie de l’édifice existe avant 1048 et comporte alors des arcades porteuses de l’inscription mentionnée. La même source relate que Geoffroi de Montbray, succédant à Robert, n’a de cesse que sa cathédrale soit achevée et soit l’un des plus beaux monuments de son temps. Ici le texte se fait lyrique et détaillé : l’évêque se donne tout entier à cette œuvre ; il part même en Italie recueillir des fonds auprès de ses compatriotes, Robert Guiscard et autres normands partis en Apulie. Il est ainsi en mesure de bâtir à la fois palais épiscopal et cathédrale. Il élève enfin un crucifix monumental26. Cette dernière mention est, à nos yeux, importante car elle comporte des implications architecturales : le crucifix se trouve souvent dans la nef, vers le transept, et cela suppose que la nef est alors déjà achevée. Le Livre noir donne en outre des précisions sur les parties construites par Geoffroi : Capitium nauis ecclesiae cum area, et hinc et inde duo maiora capitia nobiliora et ampliora construxit ; duas turres posteriores a fundamentis tertiamque supra chorum opere spectabili sublimauit… ; et haec omnia plumbo cooperuit27… Ce texte a donné lieu à de nombreuses interprétations. On peut le traduire ainsi à notre avis : « Il construisit le chevet de l’église avec le chœur (le déambulatoire ?) et, à droite et à gauche, deux bras de transept aux proportions vastes et nobles ; deux tours occidentales furent bâties depuis les fondations et il acheva la troisième au dessus du chœur… ; il couvrit le tout avec une toiture en plomb… » L’interprétation des termes duo maiora capitia a pu être discutée. Marcel Lelégard suggérait quant à lui la notion de chapelles formant les collatéraux du chœur et impliquant alors un chevet échelonné. Mais les termes de nobilioria et ampliora paraissent mieux convenir à l’importance des bras du transept, plus vastes.

  • 28 Ibid. (Cf. également R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, (...)
  • 29 Ibid.

17L’église fut dédicacée en présence de Guillaume le Conquérant et des barons et évêques normands en 105628. Elle n’était cependant pas totalement achevée alors, car, en 1066, Geoffroi est en Angleterre et envoie à Coutances des dons pour l’édification de l’église29. Sans doute s’agit-il des niveaux supérieurs des tours. En 1091 enfin, un tremblement de terre ébranle le clocher dont le coq est renversé. Des assises des arcades et des tours sont détachées par le séisme et tombent sur le palais épiscopal. Une partie de la couverture de la cathédrale doit être refaite. Geoffroi, malade, suit ces travaux avec anxiété. Il meurt peu après l’achèvement de ces réparations.

 

18L’interprétation de ces données a varié selon les auteurs. Pigeon a supposé sans preuve que les arcades sur lesquelles étaient gravés les noms des bienfaiteurs étaient celles de la nef et que Robert de Lisieux avait donc bâti la nef. En fait le texte cité ci-dessus suggère l’édification du chœur, des bras du transept et des tours de façade par Geoffroi, et l’achèvement, par ses soins, de la tour de croisée. Une telle marche des travaux (nef bâtie en premier, achèvement par les extrémités) est rare, le contraire étant généralement la règle. Il est logique en effet de commencer par le chœur. Mais il est possible que, dans le cas présent, on ait conservé tout ou partie de la cathédrale préromane peut-être située à l’emplacement du chœur.

19Les étapes de la construction peuvent donc être restituées de la manière suivante :

  1. nef et souche de la tour de croisée au temps de Robert, avant 1048,

  2. chevet et tours de façade 1048-1056,

  3. achèvement des tours vers 1066 ou dans les années suivantes.

20Une incertitude demeure quant aux conséquences exactes du tremblement de terre de 1091. Un renforcement interne de l’édifice n’est pas mentionné dans le texte, mais il n’est pas exclu que d’importants remaniements soient intervenus alors.

 

21Les caractères de la cathédrale romane ne peuvent être restitués que partiellement. Nous ignorons tout du chœur bâti par Geoffroi. Si l’on admet que le terme d’area correspond à un déambulatoire, cela situe le plan du chevet dans la série déjà mentionnée des déambulatoires normands de Saint-Wandrille, du Mont-Saint-Michel, de Jumièges ou de Rouen, et cela paraît logique, car le plan échelonné ne se répand largement qu’après la construction des abbayes caennaises. Auparavant les exemples de Bernay et de Lonlay I restent isolés. Seuls des sondages ou des fouilles permettraient de vérifier ce point pour Coutances.

  • 30 Sur ces appareils, M. Baylé, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en (...)
  • 31 Joël Herschman, « The Eleventh Century Nave of the Cathedral of Coutances : a New Reconstruction »,(...)

22Pour la nef, au contraire, une partie des structures est encore conservée derrière le rhabillage gothique (fig. 6). Le mur extérieur, en moellons assez irréguliers, avec des baies où alternent des claveaux créant une opposition de matériaux et de couleurs, doit être rapproché des arcs à alternance de briques et pierres et des appareils ornementaux de Notre-Dame-Sous-Terre au Mont-Saint-Michel (dernier tiers du Xe siècle) et Saint-Jean-le-Thomas (début XIe)30. C’est une habitude issue de l’architecture carolingienne et dont Aix-la-Chapelle ou la Trinité d’Essen offrent d’autres exemples. Ces murs extérieurs et leurs baies offrent un type d’appareil très archaïque par rapport aux modes de construction romans qui prévaudront notamment après 1030-1040. Comme le soulignait Joël Herschman dans son étude sur Coutances31, de telles structures corroborent une date antérieure à 1048 et donc une construction au temps de l’évêque Robert.

Fig. 6 – Cathédrale de Coutances : vue intérieure des tribunes de la nef (Cliché M. Baylé)

  • 32 Opinion adoptée notamment par l’abbé Pigeon et par André Mussat (cités en note 24, ce dernier faisa (...)
  • 33 J. Herschman, op. cit.

23La paroi donnant anciennement vers le vaisseau central et visible seulement depuis les tribunes, puisqu’elle a fait l’objet d’un rhabillage, pose des problèmes beaucoup plus complexes. Elle est scandée par de grandes arcades en plein cintre, en bel appareil régulier. Ces hautes arcades ont souvent été interprétées comme les baies de tribunes d’une nef comparable à celles de la cathédrale romane de Bayeux ou de Saint-Etienne de Caen dont le deuxième niveau est presque de même hauteur que le premier32. L’étude minutieuse des baies de Coutances et de l’appareil des murs montre cependant la présence de joints suspects correspondant mieux à l’époque gothique et s’opposant aux joints rubannés romans, larges et débordants. En outre, le haut des arcs, leur partie en plein cintre, est en calcaire et appartient très vraisemblablement à l’époque gothique. Récemment Joël Herschman a même admis que rien, dans ces arcades et dans cette paroi, ne pouvait correspondre à l’époque romane33. En se servant des indices fournis par les seuls murs extérieurs, dont l’appartenance au XIe siècle ne fait pas de doute, il restitue de préférence une nef du type de Bernay, à niveau intermédiaire peu élevé, marqué par de petites baies géminées ouvrant sur les combles des bas-côtés.

24L’examen des appareils que nous avons effectué en compagnie de Joseph Decaëns suggère, à notre avis, de nuancer quelque peu ce point de vue : d’abord, il est évident que quelques joints rubannés subsistent dans les supports droits au-dessous des arcs. Les vestiges romans s’amalgament avec la reprise gothique (fig. 7). Cette partie du mur a été rejointoyée au XIIIe siècle, et surtout les arcs ont été surhaussés et le niveau supérieur de l’ensemble est gothique. En outre, ces arcs sont nettement en retrait sur ce que devait être le mur de la nef d’origine : ils constituaient en fait des arcs de décharge renforçant les baies donnant sur le vaisseau central comme cela existe à Bernay, Saint-Étienne de Caen, la Trinité de Caen dans son état du XIe siècle, et à Durham, pour ne citer que quelques exemples. Cette méthode de renforcement des baies des tribunes est une constante de l’architecture romane normande. Cela revient à restituer des baies nettement moins hautes que les arcs actuels, plus importantes en revanche que celles de la restitution prônée par Joël Herschman. Sa proposition est, en effet, plausible mais à deux nuances près : premièrement, une partie des murs au-dessous des arcs actuels reste romane bien qu’en partie rejointoyée ultérieurement ; seul le niveau supérieur des piédroits et des arcs est entièrement gothique ; deuxièmement, les baies – probablement des baies géminées avec arcs de décharge unique à l’arrière – étaient un peu plus hautes que celles proposées par le chercheur américain. Son argumentation se fonde en partie sur les incompatibilités d’appareil entre mur extérieur et mur du vaisseau central, et sur l’énorme décalage de hauteur entre les baies du mur goutterot et les arcs donnant vers la nef. Or il va sans dire que la différence d’appareil entre l’extérieur et l’intérieur d’une église du XIe siècle est un phénomène constant, visible par exemple à Cerisy-la-Forêt ou Lessay, le moyen appareil régulier étant souvent réservé, pour l’extérieur, aux baies et aux contreforts. Quant à la trop grande hauteur des tribunes vers la nef par rapport aux baies extérieures, elle est accentuée actuellement par le surhaussement gothique des arcs de décharge ; mais il n’est pas nécessaire de restituer, comme l’a fait Joël Herschman, des tribunes presque aussi basses que les fenêtres extérieures. Le seul exemple des tribunes de Durham, beaucoup plus tardives, montre quelle différence de niveau peut exister entre les deux séries d’ouvertures.

Fig. 7 – Cathédrale de Coutances : détail d’appareil (Cliché M. Baylé)

  • 34 Cf. Archives du Patrimoine, Fonds Froidevaux, dossier 58016 (Sondages sous les tours de la cathédra (...)
  • 35 J. Herschman, op. cit.
  • 36 M. Baylé, « Les relations entre massif de façade et vaisseau de nef dans l’architecture normande av (...)
  • 37 R. Liess, op. cit., fig. 9.

25Le massif de façade roman est mieux conservé encore. Les tours sont pour l’essentiel visibles à l’intérieur, sous l’enveloppe gothique. Seul le niveau du rez-de-chaussée est tellement remodelé qu’on peut difficilement en restituer les dispositions. Des sondages effectués jadis par Yves-Marie Froidevaux34 correspondent en fait au niveau des fondations et chaînages et sont d’une interprétation difficile. Des assises romanes sont visibles sur les côtés est et sud de la tour nord et peuvent indiquer, sous réserve, un cloisonnement entre les tours et les collatéraux. Pour les étages en revanche, la structure romane est encore visible pour l’essentiel. Elle a été bien analysée par Joël Herschman35. Carrées à la base, ces tours étaient octogonales dans les niveaux supérieurs (fig. 8), comme à Notre-Dame de Jumièges. Elles comportaient deux salles superposées. La première, voûtée, ouvre sur les tribunes de nef et donnait sur une tribune occidentale établie entre les deux tours. Seule la disposition de l’escalier d’accès est incertaine. Nous avons dit ailleurs36 qu’un indice était peut-être fourni par le couloir roman donnant maintenant au-dessus de la coursière de nef : l’appareil roman s’interrompt au niveau d’une bifurcation menant à un escalier établi sur le toit des tribunes à l’angle des tours. Il est probable que de petites tourelles d’escalier furent insérées dans cet angle à l’époque romane, disposition plus logique et habituelle en Normandie que les escaliers très « ottoniens » accolés par R. Liess à la face sud des tours37. Quant à la façade, il est logique de restituer, comme A. Mussat ou R. Liess, une avancée centrale comparable à celle de Jumièges. Cette avancée s’exprime encore dans le plan de la façade gothique dont les dispositions s’expliquent mieux si l’on a englobé au XIIIe siècle un avant-corps central roman dans la nouvelle construction.

Fig. 8 – Cathédrale de Coutances : intérieur de la tour de façade sud (Cliché M. Baylé)

26Par tous ces caractères, Coutances semble bien appartenir encore à l’architecture de la première moitié du XIe siècle : sans doute un chevet à déambulatoire, un massif de façade à deux tours avec un porche central en avancée, une tribune occidentale ouvrant sur le vaisseau central, une nef à tribunes de hauteur moyenne, une tour lanterne sur la croisée du transept. Il s’agissait manifestement d’un édifice majeur, jalon essentiel pour cette période, au même titre que l’abbatiale de Jumièges.

Le chantier de Bayeux, creuset d’expériences architecturales

  • 38 Archives départementales de l’Eure, H 711, f° 98v°.
  • 39 Orderic Vital, 4, p. 116-117 : Ecclesiam Sanctae Dei Genitricis Mariae a fundamentis coepit, elegan (...)
  • 40 AA SS Juillet, vol. V, col. 392-393 : basilica quae nunc superest in honore beatissime Dei genitric (...)
  • 41 Correction d’une interpolation d’Orderic Vital à Guillaume de Jumièges : construxit uel auxit : cf. (...)
  • 42 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, éd. R. Foreville, Paris (...)
  • 43 Relatée par Orderic Vital, 3, p. 10-11.

27Avec la cathédrale de Bayeux, nous arrivons à une période de maturité de l’architecture romane normande. Deux évêques ont présidé à sa construction : Hugues d’Ivry, mort en 1049, et Odon de Conteville. Hugues est un prélat quelque peu aventurier, et le cartulaire de Préaux mentionne les méthodes militaires qu’il utilise parfois pour récupérer des terres38. C’est pourtant lui qui prend la décision de rebâtir la cathédrale. S’il n’est pas mentionné par Orderic Vital39 qui attribue entièrement à Odon l’initiative de la construction, deux autres sources suggèrent clairement que le chantier était déjà en activité à la mort du prélat. Vers 1100, le moine Bernardus, relatant la translation des reliques de saint Raven et saint Rasiphe, précise qu’en 1044 la cathédrale était en construction40. D’autre part, Robert de Torigni nous dit qu’Odon acheva l’église41. Plus proche encore des événements, Guillaume de Poitiers confirme le rôle d’Hugues en précisant également qu’Odon acheva (ordinauit) la cathédrale, idée reprise par Michel Béziers42. L’édifice devait être terminé lors de la dédicace solennelle de 1077, célébrée en présence de Guillaume le Conquérant43.

28Il semble que deux projets distincts aient marqué la cathédrale. Le premier, élaboré sous Hugues d’Ivry, concerne le chevet et peut-être la nef, mais à l’exclusion du massif de façade. Ce dernier, d’un parti très moderne, est, par tous ses aspects, architecturaux ou décoratifs, nettement tardif et proche de la dédicace de 1077. Il ne dut être conçu qu’au temps d’Odon de Conteville.

  • 44 H. de Dion et L. Lasvignes, Cathédrale de Bayeux. Reprise en sous-œuvre de la tour centrale par E.  (...)
  • 45 Cf. D. Laneluc, « Les vestiges romans de l’ancienne abbatiale Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou », An (...)
  • 46 Nous avons suggéré ce cheminement de l’atelier de Bayeux dans M. Baylé, Les origines et les premier (...)

29Du chevet ne nous est conservée que la crypte hémicirculaire, à file de colonnes et voûtes d’arêtes sur doubleaux. Peut-être était-elle entourée d’un déambulatoire légèrement surélevé comme à Notre-Dame de la Couture du Mans. C’est une restitution plausible mais non prouvée. En revanche, nous connaissons bien le transept roman depuis les travaux de reprise en sous-œuvre effectués en 1856 par Dion et Lasvignes44. Il comportait sur chaque bras une vaste tribune couvrant tout l’espace du transept et créant une continuité entre les tribunes de nef et de vraisemblables tribunes de chœur (fig. 9). Seule Notre-Dame de Jumièges offrait alors une disposition semblable, également discernable, mais avec des nuances plus archaïques, à Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou45. L’élévation de la nef, grandes arcades, hautes tribunes, fenêtres hautes au-devant desquelles existait peut-être une coursière, mène directement à celle de Saint-Étienne de Caen. D’ailleurs le mode de taille de l’appareil, les mesures et proportions des corbeilles des chapiteaux suggèrent que l’atelier de Bayeux se transporta sur le chantier de Saint-Étienne dans les années 1070, à mesure que s’achevait la cathédrale46. Le décor sculpté élaboré pendant cette première campagne implique, comme à Rouen vers 1030, l’existence, vers 1050, d’un vaste courant de sculpture de chapiteaux corinthiens et de corbeilles figurées qui ne le cède en rien à l’art du domaine ligérien et poitevin (fig. 10 et 11).

Fig. 9 – Cathédrale de Bayeux : élévation restituée (d’après R. Liess)

Fig. 10 – Cathédrale de Bayeux : chapiteau provenant de la cathédrale romane (Cliché M. Baylé)

Fig. 11 – Cathédrale de Rouen : base sculptée de la crypte (Cliché M. Baylé)

  • 47 La question des premières voûtes d’ogives a été bien étudiée jadis par J. Bilson, « The Beginnings (...)
  • 48 Cf. C. Lelong, La basilique Saint-Martin de Tours, Chambray-lès-Tours, 1986, pl. XVI.
  • 49 Nous avons identifié à Saint-Etienne de Caen la présence de maçons venant de Bayeux. Par ailleurs, (...)

30La partie la plus novatrice de l’édifice est incontestablement le massif de façade, dont les tours romanes sont conservées, comme à Coutances, dans le rhabillage gothique. La façade, parfaitement alignée et dépourvue d’avancée centrale, comportait une subdivision en cinq portails scandée par d’épais contreforts (fig. 12). De même les faces latérales des tours étaient divisées en deux parties par un contrefort central et comportaient à chaque niveau deux fenêtres. Si cette multiplication des contreforts et des baies ne permettait pas d’exprimer la disposition intérieure tripartite de la nef et des collatéraux, la régularité de cette façade à deux tours, l’absence d’avancée centrale, qui montre une rupture par rapport au principe ancien du massif porche nettement indivualisé, mènent à des solutions plus modernes dont l’aboutissement sera la façade harmonique de Saint-Étienne de Caen. Entre les deux tours était établie une tribune donnant sur la nef, comme le prouvent les entrées encore visibles entre le premier étage des tours et cette tribune centrale (fig. 13). Un tel massif a été voulu par Odon de Conteville. Il illustre les toutes dernières recherches de l’architecture normande de son temps. Son caractère novateur tient à la fois au parti d’ensemble – étape majeure vers la façade harmonique, vers l’intégration du vaisseau de nef et du bloc occidental en une conception unifiée – et aux recherches techniques, notamment dans le domaine du voûtement. Les salles basses des tours présentent en effet les premiers exemples de voûtes nervées connues en Normandie. De lourdes nervures non moulurées sous-tendent les voûtes et retombent à angle droit sur des colonnes à chapiteaux situées au milieu de chaque côté des tours. Il est manifeste que nous sommes encore très loin des voûtes sur croisées d’ogives de Lessay ou de Durham47. Une comparaison plus proche serait fournie, toutes proportions gardées, par la voûte sur nervures de la tour Charlemagne de Saint-Martin de Tours48 que nous datons vers 1070. Mais il est évident que le chantier de Bayeux est un creuset où se forgent de nouvelles méthodes de construction et dont le rayonnement s’étend très loin, en Normandie comme en Angleterre à partir de 107049.

Fig. 12 – Maquette de la cathédrale romane de Bayeux

Fig. 13 – Cathédrale de Bayeux : communication entre la tour sud et l’ancienne tribune occidentale (Cliché M. Baylé)

***

  • 50 Lisieux dans son état actuel est en partie le résultat d’un rhabillage, notamment au niveau du tran (...)

31Dans l’état de nos connaissances, et malgré notre ignorance de l’aspect roman des cathédrales de Lisieux et de Sées50, il est certain que les prélats ont joué un rôle éminent dans l’évolution de l’architecture du XIe siècle. Trois d’entre eux en particulier eurent une influence majeure et favorisèrent d’amples programmes profondément novateurs : l’archevêque Robert de Rouen, Geoffroi de Montbray et Odon de Conteville. Cela ne doit pas occulter le rôle des autres prélats. Il faut rappeler que le parti d’ensemble de Bayeux, à l’exception du massif de façade, a dû être conçu au temps d’Hugues d’Ivry, que la nef de Coutances relève de Robert de Lisieux et que la part de Maugis dans la construction d’Avranches fut certainement essentielle. Mais les trois personnalités de Robert de Rouen, de Geoffroi de Montbray et d’Odon de Conteville se détachent avec une vigueur particulière et les vestiges des constructions élaborées de leur temps s’imposent comme des étapes majeures de l’histoire architecturale du XIe siècle. S’ils ont eu recours à des architectes et maîtres maçons, dont nous ignorons tout et qui furent peut-être les véritables créateurs de formes nouvelles, le choix même du parti définitif leur incombait et l’impact de leurs décisions marque profondément l’évolution de l’architecture normande au XIe siècle.

Notes

1 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913, p. XLIII-XLIV ; Chronica Sancti Michaelis, in Labbé, Nova Bibliotheca, I, p. 348. Sur le rôle de Maynard voir, H. Prentout, Étude critique sur Dudon de Saint-Quentin, Paris, 1916, p. 402-405.

2 Voir M. Baylé, article à paraître dans Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, Colloque international, Dijon, 1990.

3 Dom Jean Huynes, Histoire générale de l’abbaye du Mont-Saint-Michel (1638), éd. par E. de Robillard de Beaurepaire, Rouen, 1872, I, p. 156-157 ; Dom Thomas Le Roy, Les curieuses recherches du Mont-Saint-Michel (1647), éd. E. de Robillard de Beaurepaire, Caen, Le Gost-Clérisse, 1878, I, p. 121.

4 M. Baylé, « La sculpture du XIe siècle à Jumièges et sa place dans le décor architectural des abbayes normandes », Aspects du monachisme en Normandie (IVe-XVIIIe siècles). Colloque scientifique de l’Année des Abbayes Normandes (Caen, 1979), Paris, 1982, p. XXX, et Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, dans Art de Basse-Normandie, n° 100 bis, Caen, 1992, p. 72-80.

5 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 2, p. 106-107 (cité ensuite Orderic Vital).

6 Gesta Gaufridi Constantiensis episcopi, ex libro nigro Capituli, dans Recueils des Historiens des Gaules et de la France, t. 14, Paris, 1877, p. 76-80 ; et aussi dans Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 217-219.

7 Son rôle deviendra essentiel dans les premières années de la minorité du Conquérant : M. de Boüard, Guillaume le Conquérant, Paris, 1984, p. 103-104. Cf. aussi D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie 1035-1066 », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 87-102.

8 Cf. D. Bates, « The Character and Career of Odo, Bishop of Bayeux, 1049/50-1097 », Speculum, 1975, p. 1-20, et infra Particle de M. Chibnall, p. 279 sq.

9 Orderic Vital, 3, p. 84-85.

10 Dudon, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 23), Caen, Le Blanc-Hardel, 1865, p. 290. Wace, Roman de Rou, éd. A. J. Holden, I, Paris, 1973, p. 186, vers 691-696.

11 Ibid.

12 Dudon de Saint-Quentin, op. cit., p. 290.

13 Opinion exposée lors de conférences sur les fouilles récentes de la cathédrale. Deux articles de Jacques Le Maho sont attendus sur ce sujet, l’un dans Archéologie Médiévale, le second dans l’ouvrage collectif La Basse-Seine pendant le Haut Moyen Age.

14 G. Lanfry, « La cathédrale dans la cité romaine et la Normandie ducale », Cahiers de Notre-Dame de Rouen, 1956, p. 26-33. Les fouilles postérieures à 1945 confirment les sondages effectués quelques décennies auparavant (J. Bilson, « Les vestiges de la cathédrale de Rouen au XIe siècle », Bulletin Monumental, 1927, p. 251-267 ; G. Lanfry, « La cathédrale de Rouen au XIe siècle », Bulletin de la Société des Amis des monuments rouennais, 1933).

15 Voir la restitution de cet édifice par C. Malone, « Les fouilles de Saint-Bénigne de Dijon (1976-1978) et le problème de l’église de l’an mil », Bulletin Monumental, 1980, p. 253-292.

16 Sur Fontaine-le-Bourg (département de la Seine-Maritime, canton de Clères), voir M. Baylé, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, p. 108-110. Les bases sont restaurées mais conformes à l’état ancien.

17 Ibid., p. 36-37.

18 Les fouilles de Georges Lanfry n’ont pas permis de retrouver trace de chapelles, mais le niveau des assises dégagées, limité aux substructions, peut se situer au-dessous d’un emmarchement éventuel menant aux chapelles et Georges Lanfry est resté prudent dans l’interprétation de ses trouvailles (G. Lanfry, « Fouilles et découvertes à Jumièges. Le déambulatoire de l’église romane », Bulletin Monumental, 1928, p. 107-137 et L’abbaye de Jumièges. Plans et documents, Rouen, 1954). L’absence de chapelles, cependant, s’accorde mieux, selon nous, avec le parti encore très ottonien de l’ensemble de l’édifice et nous rejoignons en cela l’opinion de Carol Heitz qui rapprochait ce déambulatoire sans chapelles de celui d’Hildesheim. En tout état de cause, il s’agit d’un parti très différent de celui de Rouen, ce dernier étant plus proche des exemples ligériens.

19 Sur ces édifices, voir les ouvrages d’E. Vergnolle, Saint-Benoît-sur-Loire et la sculpture du XVe siècle, Paris, 1985 et de M.T. Camus, Les débuts de la sculpture romane en Poitou, Paris, 1992.

20 Sur cette cathédrale, voir E. Le Héricher, Avranchin monumental et pittoresque, s. d., I, p. 14-17 ; Dr. Coutan, L’ancienne cathédrale d’Avranches, Rouen, 1902 ; R. Liess, Der frühromanische Kirchenbau des 11. Jahrhunderts in der Normandie, Munich, 1967, p. 139 ; D. Levalet, compte-rendu de fouilles dans Archéologie Médiévale, 1978, p. 279-280, et « Les fortifications d’Avranches », Art de Basse-Normandie, n° 71, 1977, p. 19 ; Chanoine Bindet, « En survolant Avranches et son passé », ibid., p. 6 ; M. Baylé, « L’œuvre des érudits et des artistes pour la sauvegarde des monuments préromans et romans de Haute-Normandie (1760-1834) : quelques exemples », communication présentée au Congrès du CTHS 1989.

21 Le Héricher, op. cit., p. 14 ; E. A. Pigeon, Le diocèse d’Avranches, Coutances, 1888, p. 679-693.

22 La date de dédicace (1099 ou 1106) a été discutée, les sources mentionnant soit l’indiction VII, soit l’indiction XIV : voir état de la question dans M. Baylé, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, p. 93-94.

23 Les chapelles de Worcester sont polygonales ; celles de Winchester sont rectangulaires et terminent des collatéraux. Elles diffèrent de celles de Fécamp ou d’Avranches, mais peuvent relever d’une tradition issue de l’Avranchin, où le déambulatoire polygonal du Mont-Saint-Michel (vers 1023) a pu constituer une étape.

24 Ε.A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876. Ont paru depuis : A. Lefèvre-Pontalis, « Cathédrale de Coutances », Congrès archéologique, 1908, I, p. 247-271 ; R. Liess, op. cit., p. 148-156 ; A. Mussat, « La cathédrale de Coutances », Congrès archéologique, 1966, p. 9, et les travaux de J. Herschman cités ci-dessous (notes 31 et 35).

25 Gesta Gaufridi Constantiensis episcopi, ex libro nigro Capituli, dans Recueils des Historiens des Gaules et de la France, t. 14, Paris, 1877, p. 106-107 ; et dans Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 218-219.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid. (Cf. également R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874, I, p. 127).

29 Ibid.

30 Sur ces appareils, M. Baylé, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, p. 36.

31 Joël Herschman, « The Eleventh Century Nave of the Cathedral of Coutances : a New Reconstruction », Gesta, XXII, 2, 1983, p. 121-134.

32 Opinion adoptée notamment par l’abbé Pigeon et par André Mussat (cités en note 24, ce dernier faisant cependant quelques réserves). R. Liess, quant à lui, accorde à l’édifice roman l’intégralité de la hauteur de la cathédrale gothique, ce qui paraît assez difficile à admettre.

33 J. Herschman, op. cit.

34 Cf. Archives du Patrimoine, Fonds Froidevaux, dossier 58016 (Sondages sous les tours de la cathédrale). L’analyse des fondations a permis de discerner des assises liées par un mortier gris roman par opposition au mortier blanc d’époque gothique. Mais le niveau de ces structures ne permet pas de savoir avec une certitude absolue s’il s’agissait de chaînages entre les piles ou d’un mur fermant le côté est des tours. Cette dernière interprétation, suggérée par l’aspect soigné du mur, semble cependant la plus vraisemblable.

35 J. Herschman, op. cit.

36 M. Baylé, « Les relations entre massif de façade et vaisseau de nef dans l’architecture normande avant 1080 », La façade romane. Colloque international tenu à Poitiers, dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 1991, I, p. 225-235 et planches V à XI.

37 R. Liess, op. cit., fig. 9.

38 Archives départementales de l’Eure, H 711, f° 98v°.

39 Orderic Vital, 4, p. 116-117 : Ecclesiam Sanctae Dei Genitricis Mariae a fundamentis coepit, eleganter consummauit multique gazis et ornamentis affatim ditauit.

40 AA SS Juillet, vol. V, col. 392-393 : basilica quae nunc superest in honore beatissime Dei genitricis construebatur.. ab eodem episcopo (il s’agit d’Hugues).

41 Correction d’une interpolation d’Orderic Vital à Guillaume de Jumièges : construxit uel auxit : cf. J. Lair, Matériaux pour l’édition de Guillaume de Jumièges, Paris, 1910, p. 10.

42 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. 240-241 ; M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique du diocèse de Bayeux, Paris-Rouen, t. I, 1894, p. 287-288.

43 Relatée par Orderic Vital, 3, p. 10-11.

44 H. de Dion et L. Lasvignes, Cathédrale de Bayeux. Reprise en sous-œuvre de la tour centrale par E. Flachat, Paris, 1861.

45 Cf. D. Laneluc, « Les vestiges romans de l’ancienne abbatiale Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou », Annales de Normandie, 42, 1992, p. 351-364.

46 Nous avons suggéré ce cheminement de l’atelier de Bayeux dans M. Baylé, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, p. 133.

47 La question des premières voûtes d’ogives a été bien étudiée jadis par J. Bilson, « The Beginnings of Gothic Architecture », Journal of the Royal Institute of British Architects, 3e série, vol. VI, 1898-1899, p. 259 sq. Elle devrait être complétée par une étude exhaustive des petits édifices de France et d’Angleterre couverts de voûtes d’ogives avant 1150 (voir notre article à paraître dans l’Architecture normande au Moyen Age (Colloque international de Cerisy-la-Salle 1994). Les voûtes du massif de façade de Bayeux ont été comparées avec celles du déambulatoire d’Aversa par Mario d’Onofrio, « Comparaisons entre quelques édifices de style normand de l’Italie méridionale et du royaume de France aux XIe et XIIe siècles », Les Normands en Méditerranée dans le sillage des Tancrède Colloque international de Cerisy-la-Salle 1992, Presses Universitaires de Caen, 1994, p. 179-202, et « Precisazioni sul deambulatorio della cattedrale di Aversa », Arte Medievale, 1993, p. 65-79. Outre le problème chronologique sur lequel nous reviendrons ailleurs (la date de 1080 paraissant bien précoce pour les voûtes d’Aversa), il importe d’insister sur la différence de conception : les supports d’Aversa sont disposés aux angles et en biais afin de recevoir les nervures, ce qui correspond à un stade déjà évolué de la structure des voûtes d’ogives alors que ceux de Bayeux sont situés au milieu de chaque mur latéral et font un angle droit avec ce mur : il ne s’agit pas encore d’un véritable système de croisées d’ogives reportant les retombées vers les angles.

48 Cf. C. Lelong, La basilique Saint-Martin de Tours, Chambray-lès-Tours, 1986, pl. XVI.

49 Nous avons identifié à Saint-Etienne de Caen la présence de maçons venant de Bayeux. Par ailleurs, les chantiers d’York au temps de Thomas de Bayeux semblent avoir bénéficié de certains apports bajocasses.

50 Lisieux dans son état actuel est en partie le résultat d’un rhabillage, notamment au niveau du transept : cf. A. Erlande-Brandenburg, « La cathédrale de Lisieux », Congrès archéologique, 1974, p. 139-172.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan restitué de la crypte de la cathédrale de Rouen (avec extension probable vers l’ouest dans le projet du temps de l’archevêque Robert)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 2 – Cathédrale de Rouen : fouilles de la dernière travée orientale de la nef (d’après G. Lanfry)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 3 – Cathédrale de Rouen : relevé des niveaux de sols (d’après G. Lanfry)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4 – La cathédrale d’Avranches au XVIIIe siècle (dessin au lavis d’après Nicolas Gravier. Bibliothèque municipale de Cherbourg. Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 5 – Ruines de la cathédrale d’Avranches (1828) par Lemaître (Bibliothèque municipale de Cherbourg. Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 6 – Cathédrale de Coutances : vue intérieure des tribunes de la nef (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 7 – Cathédrale de Coutances : détail d’appareil (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 8 – Cathédrale de Coutances : intérieur de la tour de façade sud (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 9 – Cathédrale de Bayeux : élévation restituée (d’après R. Liess)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 10 – Cathédrale de Bayeux : chapiteau provenant de la cathédrale romane (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 11 – Cathédrale de Rouen : base sculptée de la crypte (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 12 – Maquette de la cathédrale romane de Bayeux
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 13 – Cathédrale de Bayeux : communication entre la tour sud et l’ancienne tribune occidentale (Cliché M. Baylé)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10069/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540