Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

2e partie : Les évêques hommes de pouvoir

Le rôle des évêques dans l’élaboration des actes ducaux et royaux entre 1066 et 1087

David Bates

Texte intégral

  • 1 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, 1961 ; L. Musset, Les acte (...)
  • 2 C. H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge (Mass.), 1918, p. 80, note 55. Cf. D. Bates, Regesta (...)

1En examinant le rôle des évêques dans l’élaboration des actes royaux et ducaux après 1066, il faut observer que nous devons utiliser deux groupes de chartes dont la diplomatique est significativement différente. Les actes normands de la période – cent-six au total – sont d’une manière générale une continuation des actes émis par les ducs avant 1066. Presque tous sont des diplômes ou des pancartes qui ont été écrits dans le style qui est bien connu d’après les recherches fondamentales menées par Marie Fauroux et Lucien Musset1. Il n’y a qu’un bref possible pour l’abbaye de Montebourg2. Pour l’Angleterre, nous avons un total de deux-cent-six chartes, dont la majorité sont des brefs et un assez petit nombre, des diplômes. Remarquons en passant que cinquante-neuf de ces actes sont des faux ou des textes interpolés au XIIe siècle.

2La conséquence de ces différences entre les deux côtés de la Manche est que nous sommes obligés de les étudier d’après des méthodes un peu différentes. Les diplômes, avec leur signa et leur textes souvent longs, nous informent davantage sur les gens qui sont présents quand Guillaume le Conquérant confirme une donation ou une charte et, de temps en temps, sur le rôle que l’évêque joue dans l’affaire en question. Les brefs, courts et, pour cette période, très souvent sans témoins, nous donnent moins d’informations, sauf que le protocole initial mentionne fréquemment les évêques comme destinataires en utilisant une formule telle que celle-ci : « Guillaume, roi des Anglais, à l’évêque Rémi et au vicomte Hugues […] salutations (Guillelmus rex Anglorum Remigio episcopo et Hugoni vicecomit […] salutem). Les diplômes peuvent nous informer davantage sur l’entourage ducal et sur les pouvoirs des évêques dans l’Église. Les brefs sont utiles pour connaître leur rôle dans les localités et, surtout, leur rôle dans cet assemblage uniquement anglais, le « shire-court ».

  • 3 D. Bates, « The origins of the justiciarship », Anglo-Norman Studies, IV, 1982, p. 2-6.
  • 4 Liber Eliensis, éd. E. O. Blake, (Camden Third Series 92), 1962, p. 203-207 ; Regesta, n° 119, 120, (...)
  • 5 Pour Geoffroi comme « justice » en Normandie, voir L. Delisle, Histoire du château et des sires de (...)
  • 6 D. Bates, « The origins of the justiciarship », p. 6-7.

3Nous devons considérer d’abord l’évêque Odon de Bayeux. Il est évêque, mais il est aussi plus qu’évêque : frère de Guillaume et comte du Kent. Beaucoup de références dans les chartes anglaises se rapportent au régent de Guillaume ou au comte3. Ces références ne concernent pas notre propos. Nous allons considérer l’évêque Odon dans son seul rôle d’évêque de Bayeux. Mais, en disant cela, il faut souligner qu’il est souvent difficile de faire la distinction dans une charte entre l’évêque qui joue un rôle religieux et l’évêque qui joue un rôle séculier. Les évêques ont une importance fondamentale pour le gouvernement anglo-normand de Guillaume le Conquérant. Il est bien connu que l’archevêque de Cantorbéry, Lanfranc (1070-1089), ainsi que l’évêque de Coutances, Geoffroi de Montbray, figurent souvent dans les clauses initiales des brefs anglais et dans les récits de procès. Ils apparaissent, par exemple, dans la série très importante des brefs qui concernent les possessions de l’abbaye d’Ely4. L’évêque Geoffroi a été aussi justicier ducal en Normandie et il a présidé en 1072 l’assemblée tenue à Penenden Heath (Kent), lors de l’arbitrage concernant les terres et les droits de l’archevêque de Cantorbéry, Lanfranc, et du comte de Kent, l’évêque Odon5. J’ai remarqué moi-même, il y a une dizaine d’années, la présence de l’archevêque Jean de Rouen aux côtés de la reine Mathilde et de Roger de Beaumont dans les textes de quelques chartes très importantes qui concernent le gouvernement du duché de Normandie quand Guillaume se trouve en Angleterre6.

  • 7 Archives départementales de Seine-Maritime, G 8739 (Regesta, n° 229) ; Rouen, Bibliothèque municipa (...)
  • 8 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, éd. V. Bourrienne, Société de l’Histoire de Normandie, R (...)
  • 9 Cet acte n’existe que dans des copies du XIXe siècle. Voir surtout, la copie faite par Gerville, Ca (...)

4Pour la Normandie nous n’avons que cinq chartes dont les bénéficiaires sont des évêchés. Il y en a deux pour l’archevêché de Rouen7, deux pour l’évêché de Bayeux8 et une notice, qui peut être une confirmation par Guillaume, de la donation à Coutances d’une terre en Angleterre9. Le petit nombre des actes en faveur des évêchés normands ne doit pas nous surprendre. Les actes épiscopaux n’existent guère à cette période. Pour l’Angleterre la situation est identique, mais un peu différente. Il y a des brefs pour plusieurs évêchés. Manifestement quelques prélats, comme l’archevêque Lanfranc, ont utilisé l’autorité royale pour affirmer leur pouvoir dans leurs diocèses. Il y a aussi un petit nombre de diplômes pour des évêchés anglais, qui sont d’un très grand intérêt.

  • 10 M. Fauroux, op. cit., p. 47-57 ; L. Musset, op. cit., p. 25.
  • 11 M. Fauroux, op. cit., n° 100.
  • 12 Ibid., p. 63-65 ; L. Musset, « Sur la datation des actes par le nom du Prince en Normandie (XIe-XII(...)
  • 13 Facta est autem hec redditio anno incarnationis dominice MLXXV indictione XIII, presidente Romane a (...)

5Tous les actes en faveur des évêchés de Rouen et Bayeux ont été écrits dans un style typiquement normand. Trois sont des diplômes et l’un est le compte rendu d’un jugement entre l’archevêque de Rouen et Guillaume d’Arques. Seul le diplôme en faveur de Rouen a survécu en original. Chacun de ces diplômes ne concerne qu’une seule donation. Il s’agit de diplômes courts à la manière de la plupart des actes normands de la période10. Le préambule de l’un des actes relatifs à la cathédrale de Rouen n’est qu’une notification et sa formule de corroboration est brève. Il n’y a que deux signa. Les deux actes concernant Bayeux sont plus développés, avec des préambules contenant des considérations d’ordre religieux et un assez grand nombre de signa, vingt et vingt-six respectivement. Un de ces actes contient une description des limites de la terre donnée, chose très rare dans les chartes normandes ; je n’en connais qu’un autre exemple, beaucoup moins long11. Cela reflète-t-il une influence anglaise ? On peut se poser la question. En tout cas, tous deux contiennent des formules semblables et sont datés de la même année (1074). Leur caractère quelque peu original me fait penser qu’ils ont été écrits par le même scribe, appartenant peut-être au scriptorium de la cathédrale. Il faut mentionner aussi que trois de ces chartes ont des clauses de datation assez compliquées, ce qui est rare dans les diplômes normands de la période12. L’original de l’acte en faveur de la cathédrale de Rouen, par exemple, donne les noms du pape, de l’empereur et du roi de France ainsi que les années du règne de Guillaume comme duc et roi. Ces chartes reflètent peut-être une conscience de la hiérarchie terrestre plus développée chez les évêques que chez leurs frères, les moines13.

  • 14 Pour une brève discussion concernant ces textes, voir D. Bates, « The Land Pleas of William I’s rei (...)
  • 15 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913, recueil des chartes, n° 37, (...)

6L’autre acte en faveur de la cathédrale de Rouen est le procès-verbal d’un jugement. C’est aussi une forme d’acte bien connue en Normandie14. En général, les actes relatifs aux évêchés normands sont un peu plus élaborés que, par exemple, les actes des abbayes caennaises analysés par Lucien Musset. Mais les différences ne sont pas considérables ; il n’y a rien de comparable aux actes de style carolingien qui sont toujours écrits dans la seconde moitié du XIe siècle à l’abbaye de Saint-Wandrille ou à ceux de style archaïque qui sont rédigés à Saint-Ouen de Rouen15. Les évêchés normands de la période produisaient des actes dont la forme ne se distinguait guère de celle des actes écrits pour les abbayes du duché.

  • 16 M.-J. Le Cacheux, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen des origines à la fin du XVIe sièc (...)
  • 17 Chartes de l’abbaye de Jumièges (v. 825 à 1204) conservées aux archives de la Seine-Inférieure, éd. (...)
  • 18 Plus récemment, D. Bates, « The earliest Norman writs », English Historical Review, C, 1985, p. 267 (...)

7Nous devons aussi considérer l’un des actes qui rapporte une donation faite par un évêque ayant reçu un évêché en Angleterre. C’est l’acte par lequel l’évêque Maurice de Londres a donné à l’abbaye de Saint-Amand de Rouen quelques dîmes des forêts d’Aliermont, d’Eawy et d’ailleurs, qui doit dater de la fin de l’année 1086 ou de 1087, avant la mort du Conquérant. La forme de cette charte est celle d’un diplôme typiquement normand. Mais il contient des phrases qui appartiennent au style du bref anglais, surtout la phrase suivante, terminée par une liste de témoins : « J’ordonne et j’affirme que Saint-Amand possède bien tous ces domaines comme l’évêque Maurice les a effectivement possédés16. » Jusqu’à sa nomination à l’évêché de Londres, Maurice a été chancelier royal. Un autre acte en faveur de l’abbaye de Jumièges, dans lequel il apparaît comme chancelier, est écrit dans une forme inconnue en Normandie17. Malheureusement ce document n’a survécu que dans une pancarte de la fin du XIe siècle. Mais nous pouvons voir dans cette notice une sorte de bref comprenant une liste de témoins, plutôt qu’un acte authentifié par des signa. C’est un fait bien établi que les actes normands n’ont pas beaucoup changé avant le règne d’Henri Ier18. Mais nous pouvons peut-être regarder Maurice comme quelqu’un qui a voulu les rapprocher des formes diplomatiques anglaises à une date plus précoce.

  • 19 Voir, en dernier lieu, D. Bates, « The forged charters of William the Conqueror and bishop William (...)
  • 20 Cantorbéry : Dean and Chapter, Chartae Antiquae, A2. Pour une excellente édition, Councils and Syno (...)
  • 21 M. T. Gibson, Lanfranc of Bec, Oxford, 1978, p. 215-216.
  • 22 Cantorbéry : Dean and Chapter, Chartae Antiquae, Al. Voir, Councils and Synods, t. 2, p. 601-604 (R (...)

8Il n’y a que cinq diplômes authentiques pour les évêchés anglais. Il faut écarter tous les diplômes supposés pour Durham parce que ce sont tous des faux de la seconde moitié du XIIe siècle19. Deux parmi ces cinq actes confirment la décision de la cour royale au sujet de la primauté que Lanfranc a voulu exercer sur l’archevêché de York. Ces diplômes, dont les originaux existent toujours, ont été très bien étudiés. Ils ne relèvent pas vraiment de notre propos parce que, tout simplement, ils ne concernent pas les évêques, mais le royaume lui-même. Néanmoins, il faut remarquer que l’un d’entre eux est suivi uniquement par les autographes de six des évêques d’Angleterre : les deux archevêques, Lanfranc et Thomas, et les évêques Vauquelin de Winchester, Rémi de Dorchester (plus tard, évêque de Lincoln), Herfast de Thetford et Wulfstan de Worcester20. Il est ainsi probable que le texte du diplôme avait été écrit par un scribe que Lanfranc avait amené de Saint-Etienne de Caen à Cantorbéry21. La version finale de cet acte est la seule charte de la période entre 1066 et 1087 qui a été scellée en placard22.

  • 23 Wells : Dean and Chapter Muniments, « Liber Albus II », fos 246v°-247v° ; édité par F.H. Dickinson, (...)
  • 24 Il y a plusieurs éditions de cette charte. Voir surtout, Facsimiles of Anglo-Saxon Manuscripts, éd. (...)
  • 25 P. Chaplais, « The authenticity of the royal Anglo-Saxon diplomas of Exeter », Essays in medieval d (...)
  • 26 Hemingi chartularium ecclesiae Wigorniensis, éd. T. Hearne, 2 vol., Oxford, 1723, t. 2, p. 413 ; Th (...)

9Les trois autres diplômes se rapportent aux évêchés de Worcester, de Wells et d’Exeter. Ils se rattachent tous au diplôme de style anglo-saxon. Les diplômes en faveur de Wells et d’Exeter sont des spécimens magnifiques avec des textes en latin et en anglais et un très grand nombre de signa. Celui de Wells n’existe que dans une copie du XVe siècle23 ; par contre, celui d’Exeter a survécu en original24. Pierre Chaplais a démontré qu’il a été écrit par un scribe de l’évêque25. L’acte relatif à Worcester existe seulement dans un cartulaire de la fin du XIe siècle. Il a servi à élaborer un faux à la fin de ce siècle ou dans les premières années du XIIe siècle26. Il est intéressant de remarquer que tous ces diplômes datent des premières années du règne de Guillaume comme roi d’Angleterre : l’acte en faveur de Worcester de 1067 ou 1068, celui de Wells de 1068 et celui d’Exeter de 1069. Ils nous donnent des informations sur la politique des trois évêques et sur les moyens que Guillaume a utilisés pour consolider son pouvoir en Angleterre.

  • 27 S. D. Keynes, « Regenbald the chancellor (sic) », Anglo-Norman Studies, X, 1988, p. 219-220. L’aute (...)
  • 28 Regesta, n° 287.

10Le diplôme de Wells est le plus frappant. Il dit que Guillaume a accédé aux demandes de l’évêque Giso et a fait rentrer dans le patrimoine de l’évêché le grand manoir de Banwell (Somerset), donné à Wells par Dudoc, le prédécesseur de Giso, et puis enlevé par le roi Harold. L’acte dit que Harold a été enflammé par la cupidité (Heroldus rex uero cupiditate inflammatus abstulerat). Il est probable que l’acte a été écrit par un scribe de l’évêque et que Giso savait comment flatter le nouveau roi27. A l’évidence Giso a réagi très vite à l’arrivée des Normands et a profité de la conquête de 1066 pour regagner les terres qui auraient, sans doute, été perdues pour son évêché si Harold avait gagné sur le champ de Hastings. Nous pouvons remarquer qu’il a récupéré aussi Winsham (Somerset) par les soins de Guillaume28. De la même façon, l’évêque Wulfstan de Worcester a récupéré une terre sur laquelle son évêché avait des droits. Le texte de sa charte contient des phrases empruntées à un diplôme du roi Edgar et montre aussi comment un évêque anglais a pu utiliser la situation existant avant la conquête pour négocier avec Guillaume. L’évêque Leofric d’Exeter a fait une donation à sa cathédrale et ne s’est pas servi du prétexte de la conquête pour revendiquer les droits de son église. Mais son diplôme, comme celui de Wells, compte parmi ses souscripteurs les hommes de pouvoir anglais, normands et français du sud-ouest du royaume. En confirmant ces diplômes, Guillaume a gagné des amis. Les évêques ont démontré qu’ils désiraient collaborer avec le Conquérant. On doit remarquer que ces trois évêques ont survécu aux grands changements de l’année 1070 et que ces restitutions préfiguraient les procédés utilisés lors des grandes enquêtes comme celle de Penenden Heath.

  • 29 Ibid., n° 339.
  • 30 Ibid., n° 337, 338.
  • 31 D. Bates, « The Land Pleas of William I’s reign : Penenden Heath revisited », p. 14-19 ; N.P. Brook (...)
  • 32 Regesta, n° 189, 191.
  • 33 Ibid., n° 31, 32, 351.

11Les brefs en faveur de l’évêché de Winchester, qui existent toujours en original, montrent un autre aspect du rôle des évêques dans l’élaboration des actes en Angleterre. Il faut, en effet, signaler l’omission de l’épiscopat de Stigand, qui a cumulé cet évêché avec l’archevêché de Cantorbéry entre 1052 et 1070. Un des brefs mentionne spécifiquement les droits que l’évêché a possédés aux temps du prédécesseur de Stigand, l’évêque Aelfwine29. Deux autres, qui doivent dater du commencement de l’épiscopat de Vauquelin, en 1070, ne se réfèrent qu’aux prédécesseurs de Stigand30. C’est comme si la mémoire de Stigand avait été la victime d’une sorte de damnatio memorie. On doit remarquer une omission semblable à Cantorbéry dans les rapports du jugement du procès de Penenden Heath, qui s’est fondé sur la situation prévalant à l’époque des archevêques Aethelnoth et Eadsige31. L’omission d’un évêque, apparemment pour des raisons de légitimité, a eu lieu aussi dans les brefs en faveur de l’évêché de Londres au commencement de l’épiscopat de Maurice. Mais, dans ce cas, les références étaient faites à l’épiscopat de Guillaume (1051-1075) et c’est un normand, Hugues (1075-1085), qui a été omis32. Ces brefs montrent peut-être que ces évêques ont eu suffisamment d’influence auprès de Guillaume le Conquérant afin de négocier un changement dans le principe fondamental de la conquête, à savoir qu’on tenait les terres et les droits comme au temps du roi Edouard (tempore regis Edwardi). Finalement, on doit remarquer que trois brefs illustrent le rôle éminent joué auprès de Guillaume par l’archevêque d’York, Ealdred, qui l’a couronné en 106633.

  • 34 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises(...)
  • 35 Ibid., n° 10 (Regesta, n° 51).
  • 36 P.F. Lebeurier, Notice sur l’abbaye de La Croix-Saint-Leufroy, Évreux, 1866, p. 46, n° 3 (Regesta, (...)
  • 37 D. Bates et V. Gazeau, « L’abbaye de Grestain et la famille d’Herluin de Conteville », Annales de N (...)

12Une discussion relative aux attestations des évêques sur les diplômes normands et français doit commencer par une étude de diplomatique. A la suite des recherches fondamentales de Marie Fauroux et de Lucien Musset, nous savons qu’il y a deux types de chartes en Normandie à cette époque. Ce sont, d’une part, les actes courts qui, selon les termes de Lucien Musset, « ne concernent qu’une seule affaire, réglée en une seule fois », et, d’autre part, les grandes pancartes34. Normalement, ces actes ne sont attestés que par un assez petit nombre de signa. Par exemple, la donation d’un cellier situé sur la Seine à Rouen par Guillaume le Conquérant en faveur de l’abbaye Saint-Etienne de Caen n’en a que cinq, dont un seulement, celui de Geoffroi de Coutances, est le fait d’un évêque35. Pareillement, l’original unique en faveur de l’abbaye de la Croix-Saint-Leufroy est attesté par quatre personnes, dont l’une est évêque : il s’agit de l’ordinaire, Gilbert d’Évreux36. Cet acte, attesté par Guillaume, Mathilde, l’évêque et le chef de la famille qui a fondé l’abbaye, Raoul de Conches, illustre un principe très important : souvent les actes ne sont attestés que par les gens qui s’y intéressaient. L’attestation d’un grand nombre d’évêques – ou même d’un évêque – n’est pas nécessaire pour valider un acte. C’est souvent la même chose dans les grandes pancartes. La pancarte de l’abbaye de Grestain n’a que deux attestations : l’une est faite par l’archevêque de Rouen et l’autre par le propre fils du fondateur, Herluin de Conteville : l’évêque Odon de Bayeux37.

  • 38 M. Fauroux, op. cit., p. 59.
  • 39 Ce pourcentage provient d’un calcul très provisoire. Voir l’édition finale des actes de Guillaume l (...)
  • 40 Cité par M. Fauroux, op. cit., p. 62.

13Ces conclusions s’appliquent à presque tous les actes normands attestés par les évêques. Elles renforcent pour la période postérieure à 1066 la conclusion de Marie Fauroux qu’« avec le principat de Guillaume le Bâtard, l’épiscopat normand tient une place beaucoup moins considérable dans les souscriptions »38. Après 1066, les signa des évêques n’atteignent pas vingt pour cent du total39. Mais il nous faut être prudent avant de tirer des conclusions sur la portée politique de ces conditions. Cette situation n’est pas nécessairement le signe d’un déclin politique des évêques, mais plutôt celui d’un changement dans l’élaboration des actes qui, à son tour, reflète des changements survenus dans la société. Il me semble que nous devrions critiquer l’affirmation de Jean-François Lemarignier, d’après lequel « une aristocratie moyenne voire assez basse… met en dangereuse minorité celle des évêques et des comtes »40. Le diplôme normand, en devenant plus court et stéréotypé, a rarement exclu l’attestation des évêques, dont on peut démontrer par d’autres moyens qu’ils ont conservé leur importance politique.

***

  • 41 Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n (...)
  • 42 Ibid., n° 6 (Regesta, n° 50).
  • 43 Ibid., n° 8 (Regesta, n° 59).
  • 44 Six évêques ont souscrit une pancarte pour Troarn, quatre pour Saint-Léger de Préaux, cinq sur six (...)
  • 45 Pour un facsimilé de cet acte détruit en 1944, Musée des Archives départementales, Paris, 1878, pla (...)

14Il y a plusieurs actes normands qui sont attestés par un grand nombre d’évêques. C’est surtout le cas pour les pancartes. Trois des pancartes de l’abbaye Saint-Étienne de Caen sont attestées par l’archevêque de Rouen et par les six évêques de la province ecclésiastique41. Une autre pancarte, de moindre importance, est attestée par quatre évêques42. Pareillement, la grande pancarte de l’abbaye de la Trinité de Caen possède cinq souscriptions épiscopales sur six possibles (l’évêque de Sées, Robert, étant mort dans l’année en question, 1082) : l’absent, Geoffroi de Coutances, était sans doute occupé en Angleterre43. Les souscriptions des évêques sont assez nombreuses sur les pancartes de plusieurs autres abbayes44. La pancarte de Lessay, sur laquelle les signa ont été écrits par plusieurs mains, renforce une particularité de ces documents déjà expliquée par Lucien Musset : les signa ne sont pas nécessairement apposés en une seule occasion, ils peuvent être ajoutés ultérieurement45. Mais, à supposer que cela se soit bien passé de cette façon, cette pancarte démontre l’importance toujours ressentie à l’époque d’obtenir les signa des évêques.

  • 46 F. Lot, Saint-Wandrille, recueil des chartes, n° 38 (Regesta, n° 261).
  • 47 A. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, 1862-18 (...)
  • 48 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle : les plus anciennes chartes du prieuré de Saint-Gabriel ( (...)
  • 49 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises(...)
  • 50 P. de Farcy, Abbayes de l’évêché de Bayeux, Laval, 1887, t. 1, p. 85 (Regesta, n° 92).
  • 51 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1193 (Y44), f° 31 v° (Regesta, n° 230).

15Parfois les évêques sont présents en grand nombre parmi les souscripteurs de diplômes courts normands. Il faut signaler un cas exceptionnel : un diplôme de l’abbaye de Saint-Wandrille, de l’année 1074, conservé en original, qui est souscrit par six des sept évêques de Normandie46. Rédigé de manière un peu archaïque, un peu carolingien dans quelques-uns de ses aspects, il semble être le produit d’un synode ecclésiastique. Tel est également le cas de l’acte problématique en faveur de l’abbaye de Bernay souscrit par cinq évêques au concile de Lillebonne47. Six évêques figurent parmi les souscripteurs d’un diplôme en faveur du prieuré de Saint-Gabriel datant de l’année 108048. Mais ce diplôme concerne une affaire religieuse : la fondation d’un prieuré. Il convient de remarquer qu’un acte relatif aux donations des coutumes épiscopales à l’abbaye Saint-Etienne de Caen est souscrit par cinq évêques sur un total de neuf signa49. Un prieuré de l’abbaye de Cerisy a été établi « sur le conseil de Geoffroi, évêque de Coutances, et de personnalités religieuses » (consilio Gaufridi Constantiensis episcopi ac religiosarum personarum)50. Trois évêques étaient présents aux côtés du roi Guillaume à Fécamp en avril 1083, pour un jugement qui concernait l’archevêque de Rouen, Guillaume Bonne-Ame, et Guillaume d’Arques51.

  • 52 J.F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens, Paris, 1965, p. 146-147.

16Nous pouvons conclure ces remarques en observant qu’il y a des cas en Normandie après 1066 où l’attestation des évêques était considérée comme importante et où les évêques pouvaient jouer un rôle en tant que juges et en tant que témoins. Néanmoins, rien ne peut effacer le caractère généralement séculier de la cour de Guillaume le Conquérant en Normandie après 1066. Mais la statistique seule ne suffit pas pour apprécier le rôle politique des évêques à la cour du roi Guillaume en Normandie. Il est possible que les évêques disparaissent du premier plan parce qu’ils se consacrent aux affaires religieuses. Cependant – et c’est très important – les évêques restent au centre de la vie politique normande. Il suffit, pour s’en rendre compte, de prendre en considération le rôle de l’archevêque Jean comme soutien de la reine Mathilde, les activités multiples de Geoffroi de Coutances et la présence fréquente des évêques à la cour dans les grandes occasions. C’était une société dont les structures se diversifiaient certainement, et au sein de laquelle les laïcs jouaient un rôle de plus en plus important dans l’exercice du pouvoir ducal. Mais il y a aussi des continuités profondes. Finalement, le cas de la cour normande contraste avec celui de l’entourage capétien, où les évêques ont largement disparu après 1077 : il n’y a eu aucun changement de cette sorte en Normandie52.

***

  • 53 Regesta, n° 2.
  • 54 Voir F. Barlow, The English Church 1000-1066, (2e éd.), Londres, 1979, p. 146-150.
  • 55 D. Bates, Bishop Remigius of Lincoln 1067-1092, Lincoln, 1992, p. 33.
  • 56 Regesta, n° 132 : Et si ei aliquis iniusticiam facere presumpserit, clamet ad me abbas et ego ei pl (...)

17La plupart des brefs anglais de Guillaume le Conquérant incluent l’évêque dans le protocole initial comme un officier du « shire-court ». Un exemple, parmi d’autres, est fourni par un bref en faveur de l’abbaye d’Abbotsbury (Dorset), adressé à l’évêque Hermann de Sherborne, au vicomte sheriff Hugues fils de Grip et à tous les barons du comté de Dorset53. Après cela, le texte confirme quelques droits qui sont reconnus comme appartenant à l’abbaye. Tous ces brefs sont en pleine continuité avec le passé anglo-saxon ; les lois du roi Cnut nous informent que l’évêque a été l’un des deux présidents du « shire-court »54. Cette continuité est surtout manifeste dans les brefs en vieil anglais, dont la plupart datent des premières années du règne. Nous pouvons même la remarquer dans le cas extraordinaire de l’évêque Rémi de Lincoln, dont l’évêché a englobé neuf « shires » ; les brefs, si nous pouvons les croire, le montrent actif dans cinq de ces « shires »55. L’évêque est vraiment un agent du roi ; un bref adressé à Wulfstan, évêque de Worcester, lui ordonne de ne pas rendre la justice car telle est la volonté du roi56.

  • 57 T. A. M. Bishop, P. Chaplais, Facsimiles of English Royal Writs to A.D. 1100, Oxford, 1957, plate X (...)
  • 58 Feudal Documents from the abbey of Bury St. Edmunds, éd. D.C. Douglas, Londres 1932, n° 9 (Regesta, (...)
  • 59 Voir, supra, note 4.
  • 60 D. Bates, « The origins of the justiciarship », p. 5-6.
  • 61 Ibid., p. 2-6.

18Néanmoins, quelques changements commencent à apparaître. Il y a plusieurs brefs dans lesquels l’évêque est absent. Nous pouvons citer, par exemple, un original en faveur de l’abbaye de Westminster, qui est adressé seulement au vicomte, et une confirmation en faveur de l’abbaye d’Ely, qui ne mentionne que les vicomtes des « shires » dans lesquels l’abbaye a possédé des terres : « Guillaume, roi des Anglais, à tous ses fidèles et à tous ses vicomtes, dans la circonscription desquels l’abbaye d’Ely possède des terres, salutations » (Willelmus Anglorum rex omnibus fidelibus suis et vicecomitibus in quorum vicecomitibus abbatia de Heli terras habet salutem)57. Ce changement se manifeste aussi dans la série de brefs destinés à l’abbaye de Bury Saint Edmunds. Les plus anciens, qui sont presque tous rédigés en vieil anglais, mentionnent l’évêque, mais il y a également un bref plus tardif adressé à Richard fils du comte Gilbert et au vicomte de Suffolk58. Un autre changement se manifeste dans la pratique par laquelle un personnage de haut rang supplante ou domine les officiers locaux du roi. J’ai déjà mentionné le rôle de Lanfranc et de l’évêque Geoffroi dans les brefs de l’abbaye d’Ely59. Mais nous voyons Lanfranc agir également dans des affaires concernant les abbayes d’Abingdon, de Ramsey et de Cluny comme l’évêque Geoffroi dans celles de Worcester60. Ces deux évêques ont joué un rôle tout à fait remarquable dans les affaires du royaume d’Angleterre et dans le gouvernement de Guillaume le Conquérant des deux côtés de la Manche. J’ai déjà préconisé de les considérer comme les représentants du pouvoir royal. Il reste que seuls l’évêque Odon et la reine Mathilde peuvent partager l’autorité du roi61.

  • 62 Voir, par exemple, un diplôme concernant les possessions de La Trinité de Caen en Angleterre, in L. (...)
  • 63 M. Biddle, « Seasonal Festivals and Residence : Winchester, Westminster and Gloucester in the Tenth (...)
  • 64 D.C. Douglas, Feudal Documents, n° 7 (Regesta, n° 39).
  • 65 Regesta, n° 9, 156.
  • 66 Ibid., n° 146.

19Ces détails laissent penser que la conquête de l’Angleterre a marqué l’affaiblissement du rôle des évêques anglais, comme cela avait été le cas en Normandie avant 1066. Il y a aussi des diplômes normands qui n’ont comme souscripteurs qu’un très petit nombre d’évêques62. Il faut cependant éviter toute conclusion extrême. La majorité des brefs montre que les nouveaux évêques ont continué à jouer un rôle plus important que celui de leurs collègues de Normandie, soulignant une des différences fondamentales entre les deux pays. Les attestations des diplômes anglais montrent que les évêques étaient présents en grand nombre à la cour royale. Remarquons, notamment, que les visites de Guillaume à son royaume après 1072 furent assez courtes et espacées, et qu’elles furent marquées par de grandes cérémonies religieuses au cours desquelles le roi porta la couronne63. Par conséquent, en mai 1081, il y eut treize évêques anglais qui souscrivirent un diplôme en faveur de l’abbaye de Bury Saint Edmunds64. De même, à Gloucester, il y en eut sept lors de la Noël 1085, quand on discuta du Domesday Book et qu’il y eut un synode ecclésiastique65. Pendant l’été 1086, dix évêques – et parmi eux Geoffroi de Coutances – assistèrent à un procès opposant l’abbaye de Fécamp à Guillaume de Briouze66.

  • 67 P. Chaplais, « William of Saint-Calais and the Domesday Survey », Domesday Studies, éd. J. C. Holt, (...)
  • 68 Regesta, n° 190, 332, 352 ; voir aussi, D. Bates, « Two Ramsey abbey writs and the Domesday survey  (...)
  • 69 Regesta, n° 146, 156.
  • 70 Early Charters of the Cathedral Church of Saint Paul (London), éd. M. Gibbs, (Camden Third Séries 5 (...)
  • 71 H.R. Loyn, « William’s Bishops : some further thoughts », Anglo-Norman Studies, X, 1988, p. 229.

20Nos chartes donnent, en outre, quelques détails importants sur le rôle public des évêques en Angleterre. En particulier, elles confirment la conclusion de Pierre Chaplais, fondée sur l’écriture du Domesday Book et d’autres manuscrits, selon laquelle Guillaume de Saint-Calais, évêque de Durham, a été le responsable de l’élaboration du Domesday Book. Il a attiré l’attention sur un bref original, dont l’évêque Guillaume a été témoin, écrit « après la description de toute l’Angleterre » (post descriptionem totius Anglie)67. Il existe aussi un groupe de ces brefs suggérant un vrai travail judiciaire, sous la direction de l’évêque, qui a continué après la mort du Conquérant68. Ces attestations montrent que Guillaume de Saint-Calais se trouvait dans le sud de l’Angleterre à cette époque69. Remarquons enfin un bref en faveur de l’église Saint-Paul de Londres. Il mentionne l’évêque Maurice de Londres, consacré au commencement de l’année 1086, ce qui permet donc de le dater de cette année même. Il concerne le château de Bishops Stortford (Hertfordshire) et il est adressé à Osmond, évêque de Salisbury70. Cependant Osmond n’a pas eu de terres dans ce comté ni même dans les comtés qui constituent le « circuit 3 » du Domesday Book. Peut-être avons-nous donc une référence méconnue à l’évêque qui a été responsable du rassemblement des renseignements dans ce circuit, en parallèle avec l’évêque Rémi de Lincoln qui jouait un rôle semblable dans le « circuit 5 ». Cela confirme une idée du professeur Loyn71.

  • 72 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises(...)
  • 73 Voir la pancarte de l’abbaye de Lessay (Regesta, n° 175). Le signum de Lanffanc est écrit dans une (...)
  • 74 Pour Baudouin, évêque d’Évreux, cf. Regesta, n° 254 ; et pour Hugues, évêque de Lisieux, Regesta, n (...)
  • 75 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises(...)
  • 76 Les signa de l’archevêque Thomas d’York et ceux des évêques Vauquelin et Osmond sont placés ensembl (...)
  • 77 A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, 2 vol., Évreux, 1901, t. 1, p. 649 (Regesta, n° 166).

21Finalement, il faut remarquer que les attestations des actes montrent que les évêques n’ont traversé que rarement la Manche. Les seuls grandes exceptions sont les évêques Odon et Geoffroi, des personnages éminents qui ont partagé leur temps entre la Normandie et l’Angleterre, comme le fit le roi. L’archevêque Lanfranc atteste plusieurs chartes en Normandie pour l’abbaye Saint-Étienne de Caen72. Mais, à cause de la façon dont les pancartes sont compilées, nous ne pouvons pas être certains qu’il a fait plusieurs visites. Il est probable qu’il a visité la Normandie en 1080, pour participer au rapprochement entre Guillaume et son fils Robert Courteheuse73. Quelques évêques normands ont fait des visites en Angleterre dans les années qui ont suivi immédiatement la conquête74. De même, l’évêque Guillaume de Durham a visité la Normandie75. Il est intéressant de noter que trois évêques d’Angleterre ont souscrit la pancarte de l’abbaye de Lessay. Mais leurs signa ont été écrits par une main différente de celle qui a tracé la plupart des autres signa. Il est possible que ce soit le parchemin qui ait traversé la Manche, et non les évêques76. Il est certain que la même chose s’est passée pour la pancarte du Bec77. Néanmoins, on doit se rappeler, avant de conclure définitivement, qu’il y a eu un épiscopat exclusivement normand et un épiscopat exclusivement anglais au lendemain même de la conquête. Nous avons déjà noté la tendance par laquelle les évêques ont été exclus des attestations des actes. Ils ont peut-être traversé la Manche plus souvent qu’il ne nous est possible de le savoir.

***

  • 78 D. Bates, « The earliest Norman writs », p. 273.

22Le rôle des évêques dans l’élaboration des chartes a démontré leur importance primordiale dans l’histoire politique et sociale de la Normandie et de l’Angleterre. Certes, il y a eu des différences notables entre les deux pays, différences sur lesquelles il faut insister. Elles sont les plus manifestes en ce qui concerne le rôle des évêques dans le gouvernement local. Il convient surtout de remarquer l’existence du « shire-court » en Angleterre. En Normandie, lorsque les brefs commencent à être écrits régulièrement sous Henri Ier, ils ne mentionnent guère les évêques en qualité d’officiers locaux de l’autorité ducale78. Cependant les actes royaux et ducaux montrent que leur rôle dans les deux sociétés de Normandie et d’Angleterre a été assez semblable pour que les nouveaux venus en Angleterre aient pu facilement s’adapter à leur nouvelle vie. Il est vraisemblable qu’un évêque vivait en Angleterre plus fastueusement que ses collègues en Normandie et qu’il avait davantage de pouvoir. Ces conclusions mériteraient d’être confirmées pour enrichir notre connaissance de l’histoire du royaume anglo-normand.

Notes

1 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, 1961 ; L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, 1967.

2 C. H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge (Mass.), 1918, p. 80, note 55. Cf. D. Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum : The Acta of William I (1066-1087), Oxford, n° 209, sous presse, (cité désormais Regesta).

3 D. Bates, « The origins of the justiciarship », Anglo-Norman Studies, IV, 1982, p. 2-6.

4 Liber Eliensis, éd. E. O. Blake, (Camden Third Series 92), 1962, p. 203-207 ; Regesta, n° 119, 120, 121, 123, 124, 125, 126, 127.

5 Pour Geoffroi comme « justice » en Normandie, voir L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, 1867 : pièces justificatives n° 36 (Regesta, n° 214). Sur Penenden Heath, les études les plus récentes sont celles de D. Bates, « The Land Pleas of William I’s reign : Penenden Heath revisited », Bulletin of the Institute of Historical Research, LI, 1978, p. 1-19 et de R. C. Van Caenegem, English Lawsuits from William I to Richard I, vol. 1, William I to Stephen, Seiden Society, CVI, Londres, 1990, n° 5. Voir aussi Regesta, n° 69.

6 D. Bates, « The origins of the justiciarship », p. 6-7.

7 Archives départementales de Seine-Maritime, G 8739 (Regesta, n° 229) ; Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1193 (Y 44), f°s 30 v°-31r° (Regesta, n° 230).

8 Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis, éd. V. Bourrienne, Société de l’Histoire de Normandie, Rouen, 1902-1903, 1, ri 2, 3 (Regesta, n° 26, 27).

9 Cet acte n’existe que dans des copies du XIXe siècle. Voir surtout, la copie faite par Gerville, Caen, Musée des Beaux-Arts, coll. Mancel, t. 300, f° 73v°. Dans toutes les copies le texte est inachevé. Il se termine par Signum Wil + mi etc...

10 M. Fauroux, op. cit., p. 47-57 ; L. Musset, op. cit., p. 25.

11 M. Fauroux, op. cit., n° 100.

12 Ibid., p. 63-65 ; L. Musset, « Sur la datation des actes par le nom du Prince en Normandie (XIe-XIIe siècles) », in L. Musset et alii, Autour du pouvoir ducal normand Xe-XIIe siècles, Cahiers des Annales de Normandie, n° 17, Caen, 1985, p. 8-10.

13 Facta est autem hec redditio anno incarnationis dominice MLXXV indictione XIII, presidente Romane aecclesie Gregorio VII°, ac monarchiam regente cesare Henrico, regnum quoque Francie Philippe, anno ducatus Guillelmi XLI, regni quoque X, acte en faveur de la cathédrale de Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime G 8739.

14 Pour une brève discussion concernant ces textes, voir D. Bates, « The Land Pleas of William I’s reign : Penenden Heath revisited », p. 11.

15 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913, recueil des chartes, n° 37, 38 : Archives départementales de Seine-Maritime 14H 344 (Regesta, n° 248, 261, 262).

16 M.-J. Le Cacheux, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen des origines à la fin du XVIe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, XLIV, 1936, p. 252 (Regesta, n° 242) : Et iubeo et affirme ut sanctus Amandus hec omnia bene habeat sicut Mauritius episcopus melius habuit.

17 Chartes de l’abbaye de Jumièges (v. 825 à 1204) conservées aux archives de la Seine-Inférieure, éd. J.-J. Vernier, Rouen et Paris, 1916, t. 1, n° XXXII (Regesta, n° 161).

18 Plus récemment, D. Bates, « The earliest Norman writs », English Historical Review, C, 1985, p. 267-270.

19 Voir, en dernier lieu, D. Bates, « The forged charters of William the Conqueror and bishop William of Saint-Calais », Anglo-Norman Durham 1093-1193, éd. D. Rollason, M. Harvey et M. Prestwich, Woodbridge, 1994, p. 111-124.

20 Cantorbéry : Dean and Chapter, Chartae Antiquae, A2. Pour une excellente édition, Councils and Synods, t. 2, p. 601-603 (Regesta, n° 67).

21 M. T. Gibson, Lanfranc of Bec, Oxford, 1978, p. 215-216.

22 Cantorbéry : Dean and Chapter, Chartae Antiquae, Al. Voir, Councils and Synods, t. 2, p. 601-604 (Regesta, n° 68).

23 Wells : Dean and Chapter Muniments, « Liber Albus II », fos 246v°-247v° ; édité par F.H. Dickinson, « The Banwell Charters », Proceedings of the Somerset Archaeological and Natural History Society, XXXIII, 1877, p. 55-58 (Regesta, n° 286).

24 Il y a plusieurs éditions de cette charte. Voir surtout, Facsimiles of Anglo-Saxon Manuscripts, éd. W. B. Saunders, 3 vol., Southampton, 1878-1884, t. 2, Exeter, XVI (Regesta, n° 138).

25 P. Chaplais, « The authenticity of the royal Anglo-Saxon diplomas of Exeter », Essays in medieval diplomacy and administration, Londres, 1981, p. 31-33.

26 Hemingi chartularium ecclesiae Wigorniensis, éd. T. Hearne, 2 vol., Oxford, 1723, t. 2, p. 413 ; The cartulary of Worcester cathedral priory, éd. R. R. Darlington, (Pipe Roll Society 76), 1968, n° 23. Les textes sont discutés dans Regesta, n° 345.

27 S. D. Keynes, « Regenbald the chancellor (sic) », Anglo-Norman Studies, X, 1988, p. 219-220. L’auteur suggère que le diplôme a été écrit par un scribe de l’évêque Giso.

28 Regesta, n° 287.

29 Ibid., n° 339.

30 Ibid., n° 337, 338.

31 D. Bates, « The Land Pleas of William I’s reign : Penenden Heath revisited », p. 14-19 ; N.P. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury, Leicester, 1984, p. 296-303. A propos de l’idée d’une damnatio memorie et la conquête normande, voir G. Garnett, « Coronation and Propaganda : Some Implications of the Norman claim to the Throne of England in 1066 », Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, XXXVI, 1986, p. 98-105.

32 Regesta, n° 189, 191.

33 Ibid., n° 31, 32, 351.

34 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, p. 25.

35 Ibid., n° 10 (Regesta, n° 51).

36 P.F. Lebeurier, Notice sur l’abbaye de La Croix-Saint-Leufroy, Évreux, 1866, p. 46, n° 3 (Regesta, n° 165).

37 D. Bates et V. Gazeau, « L’abbaye de Grestain et la famille d’Herluin de Conteville », Annales de Normandie, XL, 1990, p. 30 (Regesta, n° 158).

38 M. Fauroux, op. cit., p. 59.

39 Ce pourcentage provient d’un calcul très provisoire. Voir l’édition finale des actes de Guillaume le Conquérant : Regesta, passim.

40 Cité par M. Fauroux, op. cit., p. 62.

41 Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n° 4A bis, 7, 14 (Regesta, n° 49, 53, 54).

42 Ibid., n° 6 (Regesta, n° 50).

43 Ibid., n° 8 (Regesta, n° 59).

44 Six évêques ont souscrit une pancarte pour Troarn, quatre pour Saint-Léger de Préaux, cinq sur six possibles pour Saint-Évroult de Mortain, et cinq pour Lessay. Voir Regesta, n° 175, 215, 217, 281 pour textes et références. Il faut noter qu’il n’y a qu’un ou deux évêques comme souscripteurs sur plusieurs pancartes, comme sur celle de Grestain (voir note 32).

45 Pour un facsimilé de cet acte détruit en 1944, Musée des Archives départementales, Paris, 1878, planche XVIII (Regesta, n° 175) ; L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, p. 26-28.

46 F. Lot, Saint-Wandrille, recueil des chartes, n° 38 (Regesta, n° 261).

47 A. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, 1862-1869, t. 1, p. 286-287 (Regesta, n° 30).

48 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle : les plus anciennes chartes du prieuré de Saint-Gabriel (Calvados) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LII, 1955 (pour 1952-1954), p. 140 (Regesta, n° 257).

49 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n° 19 (Regesta, n° 57).

50 P. de Farcy, Abbayes de l’évêché de Bayeux, Laval, 1887, t. 1, p. 85 (Regesta, n° 92).

51 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1193 (Y44), f° 31 v° (Regesta, n° 230).

52 J.F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens, Paris, 1965, p. 146-147.

53 Regesta, n° 2.

54 Voir F. Barlow, The English Church 1000-1066, (2e éd.), Londres, 1979, p. 146-150.

55 D. Bates, Bishop Remigius of Lincoln 1067-1092, Lincoln, 1992, p. 33.

56 Regesta, n° 132 : Et si ei aliquis iniusticiam facere presumpserit, clamet ad me abbas et ego ei plenam rectitudinem de quibus clamauerit faciam. Comme les terres en question ont été données à l’abbaye (Evesham) par Guillaume dans ce bref lui-même, on peut supposer que n’importe quel iniusticia a dû être une violation du bref.

57 T. A. M. Bishop, P. Chaplais, Facsimiles of English Royal Writs to A.D. 1100, Oxford, 1957, plate XXIV (Regesta, n° 334) ; Liber Eliensis, éd. ΕΟ. Blake, p. 199-200 (Regesta, n° 122).

58 Feudal Documents from the abbey of Bury St. Edmunds, éd. D.C. Douglas, Londres 1932, n° 9 (Regesta, n° 43).

59 Voir, supra, note 4.

60 D. Bates, « The origins of the justiciarship », p. 5-6.

61 Ibid., p. 2-6.

62 Voir, par exemple, un diplôme concernant les possessions de La Trinité de Caen en Angleterre, in L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n° 9 (Regesta, n° 60) et une version d’un diplôme qui concerne en partie les terres anglaises de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur : Archives départementales du Maine-et-Loire, H 3713, f° 115 r° v° (Regesta, n° 266, version III).

63 M. Biddle, « Seasonal Festivals and Residence : Winchester, Westminster and Gloucester in the Tenth and Eleventh Centuries », Anglo-Norman Studies, VIII, 1985, p. 50-63 ; D. Bates, « The Conqueror’s Charters », England in the Eleventh Century : Proceedings of the 1990 Harlaxton Symposium, éd. C. Hicks, Stamford, 1992, p. 5-9.

64 D.C. Douglas, Feudal Documents, n° 7 (Regesta, n° 39).

65 Regesta, n° 9, 156.

66 Ibid., n° 146.

67 P. Chaplais, « William of Saint-Calais and the Domesday Survey », Domesday Studies, éd. J. C. Holt, Woodbridge, 1987, p. 65-77, avec la discussion du bref p. 76-77. Pour une édition et un facsimilé du bref, voir T. A. M. Bishop et P. Chaplais, Facsimiles, n° XXIV (Regesta, n° 334).

68 Regesta, n° 190, 332, 352 ; voir aussi, D. Bates, « Two Ramsey abbey writs and the Domesday survey », Historical Research, LXIII, 1990, p. 337-339.

69 Regesta, n° 146, 156.

70 Early Charters of the Cathedral Church of Saint Paul (London), éd. M. Gibbs, (Camden Third Séries 58), Londres, 1939, n° 5 (Regesta, n° 189).

71 H.R. Loyn, « William’s Bishops : some further thoughts », Anglo-Norman Studies, X, 1988, p. 229.

72 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n° 3, 4A bis, 7, 8, 14 (Regesta, n° 46, 49, 53, 54, 59).

73 Voir la pancarte de l’abbaye de Lessay (Regesta, n° 175). Le signum de Lanffanc est écrit dans une écriture qui est différente du signum de Guillaume, mais il apparaît dans la seconde version de cet acte. Voir aussi, note 72.

74 Pour Baudouin, évêque d’Évreux, cf. Regesta, n° 254 ; et pour Hugues, évêque de Lisieux, Regesta, n° 181.

75 L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, n° 4A bis (Regesta, n° 54).

76 Les signa de l’archevêque Thomas d’York et ceux des évêques Vauquelin et Osmond sont placés ensemble près du bord du parchemin (Regesta, n° 175).

77 A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, 2 vol., Évreux, 1901, t. 1, p. 649 (Regesta, n° 166).

78 D. Bates, « The earliest Norman writs », p. 273.

Auteur

Université de Cardiff

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540