Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

2e partie : Les évêques hommes de pouvoir

L’administration épiscopale normande

Archidiacres et dignitaires des chapitres1

David Spear

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Mme Maura Menendes, M. William Allen, et surtout M. François Gay et Mme Franço (...)
  • 2 D. C. Douglas, « The Norman Episcopate before the Norman Conquest », The Cambridge Historical Journ (...)

1En 1957, l’historien britannique David C. Douglas publia un important article The Norman Episcopate before the Norman Conquest2. Il y démontrait qu’il était temps de réhabiliter l’épiscopat d’avant la conquête, qui avait souffert de jugements hâtifs alors qu’en fait il avait favorisé les arts et la connaissance. Tout en étant de grands bâtisseurs, les évêques avaient tenu des conciles favorables à la réforme. David C. Douglas montrait, en particulier, que presque tous étaient issus de la « nouvelle aristocratie séculière », elle-même étroitement liée à la dynastie ducale. Au cœur de son article, il affirmait que les évêques, qui avaient reçu vers 1035 des diocèses en pleine anarchie, les avaient transformés dès avant 1066 en organismes pleinement opérationnels.

  • 3 Ibid., p. 95.

2David C. Douglas montrait que la clef de ce succès administratif était l’archidiacre : « En effet, l’institution d’un système archidiaconal régulier doit être regardé comme un fait majeur dans le développement de tout évêché dans toute province3. » La même période, qui témoigne de la croissance et de la diffusion des responsabilités de l’archidiacre comme titulaire d’offices administratifs, vit aussi le bourgeonnement des chapitres cathédraux. David C. Douglas concluait en notant que ces évêques méritaient plus d’attention qu’ils n’en avaient reçu.

3Mais l’étude de David C. Douglas, malgré tout son intérêt, n’est pas sans faiblesses. Notons en passant que l’utilisation du terme « la nouvelle aristocratie séculière » a été critiquée, notamment par David Bates. Mais, plus important pour la compréhension de l’administration épiscopale, nous avons observé que David C. Douglas s’était appuyé sur des sources très peu nombreuses : au plus, une soixantaine de documents pour couvrir toute la période ducale. En raison de la pauvreté de cette documentation, il a été trop facilement conduit à considérer que les attributions du clergé de la cathédrale au XIIe siècle (où la documentation est relativement abondante) étaient nécessairement les mêmes qu’au XIe siècle (où elle est plus maigre).

4A titre d’exemple, David C. Douglas considérait que, puisqu’une charte de l’évêque de Sées (vers 1050) faisait mention de cinq archidiacres à la cathédrale de Sées, tout comme les Pouillés du Bas Moyen Age, il devait donc s’agir des cinq mêmes archidiaconés. De même, si une charte de l’archevêque de Rouen de 1145 contenait une liste de six archidiacres, il en déduisait que ce nombre se rapportait à six archidiaconés ayant remplacé les quatre territoires du XIe siècle correspondant aux quatre pagi qui constituaient le diocèse de Rouen.

  • 4 Tandis que David C. Douglas employait environ soixante documents, j’ai pu en réunir presque 2 000. (...)

5Les affirmations de David C. Douglas concernant la continuité administrative ont été partagées par la plupart des historiens, y compris par moi-même au début de mes recherches sur le clergé normand. Mais au cours de la dernière décennie, j’ai pu réunir une documentation plus étendue4 et nous ne pouvons plus si facilement tenir pour exactes de telles suppositions. Laissons donc de côté les affirmations de David C. Douglas pour le moment et reconsidérons l’ensemble des données relatives aux archidiacres du XIe siècle.

***

  • 5 Sur le sujet des archidiacres en général voir D. Spear, « Les archidiacres de Rouen au cours de la (...)

6Je commencerai par l’archidiacre parce que c’était le principal responsable de l’administration épiscopale. Nous savons que, pour le Moyen Age en général, les archidiacres étaient les bras droits de l’évêque, qu’ils contrôlaient les prêtres de paroisse et les doyens ruraux, qu’ils arbitraient les disputes et s’occupaient des affaires temporelles de l’évêché5. Mais, en définitive, que pouvons-nous dire de l’archidiacre au XIe siècle en Normandie ?

7Pour répondre à cette question, je voudrais d’abord présenter une liste des archidiacres normands du XIe siècle (tableau 1). Auparavant, cependant, exprimons quelques réserves.

8Il s’agit là d’une liste comprenant seulement les noms de ceux que j’ai pu relever. Il y en a certainement d’autres dont on a perdu la trace ou que l’on retrouvera dans des documents encore inconnus. En outre, bien que cette liste repose sur un substrat de documentation plus solide que celui utilisé par David C. Douglas, il subsiste encore d’énormes lacunes dans cette liste : ainsi on ne compte qu’un seul archidiacre à Avranches et seulement trois à Évreux.

9De plus, l’identification de certains est difficile. On trouve par exemple deux références à un certain Foulque, archidiacre de Rouen : la première mentionne un individu qui occupait le poste sans en posséder le titre (j’y reviendrai) ; la seconde était probablement une mauvaise transcription pour Fulbert. Bref, l’archidiacre Foulque n’a peut-être jamais existé. Pour donner un autre exemple, il est peu probable, mais néanmoins possible, que Normand, archidiacre de Sées, et Normand, archidiacre de Coutances, soient une seule et même personne. L’historien du clergé du XIe siècle est comme un physicien traitant des particules élémentaires et, comme lui, il pourrait dire : « tout se passe comme s’il existait. »

  • 6 D. Bates, Normandy Before 1066, Londres, 1982, appendix C, p. 260-262. Voir également Chr. Brooke, (...)

10Enfin, beaucoup de documents ne peuvent être datés de façon précise. J’ai donc indiqué les dates extrêmes en fonction des documents. C’est ainsi que Roger de Mortagne, archidiacre de Sées, est mentionné dans un seul document qui a été rédigé entre 1041 et 1057 ; Guillaume de Glanville, d’autre part, est mentionné comme archidiacre de Lisieux dans plusieurs documents dont le plus ancien est de 1077 et le plus récent de 1099. David Bates a déjà publié une liste des archidiacres normands jusqu’à 1080 environ6. Notre liste coïncide en grande partie avec la sienne, mais elle est plus complète et la prolonge de quelque vingt années.

11Beaucoup de ces archidiacres ne sont connus que par les signa qu’ils laissèrent sur des chartes épiscopales. Mais certains nous renseignent sur tel ou tel archidiacre ou sur l’administration épiscopale en général.

  • 7 R 308. Toutes les références sont citées en annexe p. 99 sq.
  • 8 R 69.
  • 9 R 188.
  • 10 R 308.
  • 11 R 451.
  • 12 R 451, R 470. J.-M. Bouvris a situé l’archidiacre Hugues au milieu d’un cercle littéraire à Rouen d (...)
  • 13 R 375.

12Ainsi Hugues, qui est le premier archidiacre connu de Rouen (vers 1020 - 16 septembre 1057), eut une carrière tout à fait précoce. Il est l’un des rares archidiacres appelé dominus7 et la terre qu’il détenait du duc Robert fut vendue à l’abbaye de Saint-Wandrille8. En l’absence de son archevêque, il attesta une charte du duc Richard II9. Il fut présent lors de l’inhumation du corps de saint Romain10 et reçut les reliques de saint Wulfran à Rouen, en prononçant à cette occasion un sermon11. On a dit de lui qu’il était uir eloquentissimus et on l’appelle Hugo Grammaticus12. Enfin, par une chance extraordinaire, on découvrit une inscription sur sa dalle funéraire lors de fouilles au XIXe siècle à Saint-Ouen de Rouen, ce qui nous permet de connaître exactement la date de sa mort (16 septembre 1057)13. La richesse de la documentation relative à Hugues est exceptionnelle. Plutôt atypique, il semble avoir eu beaucoup de pouvoir, survivant à deux archevêques tout en restant souvent indépendant d’eux.

Tableau 1 - Liste des archidiacres normands

Nom

Dates d’exercice

Références

Rouen

Hugues

c. 1020-1057

R 188, R 308, R 14, R 451, R 69, R 70, R 71, R 374, R 375, R 13, R 68, R 470

Gosselin I

c. 1029

R 68

Baudouin ?

c. 1029

R 68

Guy ?

1040

R 154

Fulbert I

c. 1047-c. 1075

R 14, R 117, R 124, R 74, R 75, R 512

Guillaume Bonne-Ame

c. 1050 ?- 1057

R 166, R 119

Benoît

c. 1060-1106

R 73, R 327, R 14a, R 16, R 17, R 18a, R 20, R 77, R 78, R 22, R 22a, R 535, R 328, R 23, R 24, R 82

Drogon ?

a. 1060

R 80

Gauthier

1070-1075

R 511, R 512, R 327, R 72

Robert

1071-1075

R 511, R 512, R 534

Foulque ?

c. 1070-c. 1075

R 620, cf. R 512

Gosselin II

1075-1105

R 327, R 328, R 512, R 18, R 621

Osmond I

1079

R 14a

Bernard fils Ospac

1080

R 533, cf. R 18

Fulbert II

1084-c. 1126

R 18a, R 20, R 20a, R 77, R 21, R 359, R 22, R 125, R 22a, R 535, R 328, R 23, R 24, R 27, R 492, R 1, R 26, R 126, R 12, R 81, R 82, R 283, R 621

Ursel

1088-1106

R 20, R 328, R 24

Gérard

1091

R 77

Richard

c.1095-1106

R 21, R 22, R 22a, R 328, R 23, R 24, R 84, R 283, R 479, R 83, R 26, R 28, R 621

Osmond II

1102-1158

R 535, R 27, R 268, et 33 autres réf.

Avranches

Pierre

c. 1080

A 98

Bayeux

Richard

1066-a.1113

Β 126, Β 180

Gosselin

c. 1070-a. 1113

Β 158, Β 178, Β 8, Β 180

Guillaume de Rots

c. 1070-1079

Β 158, Β 171, Β 176, Β 179

Sanson

1080

Β 235, Β 376

Bernard

entre 1050 et 1097

Β 178

Raoul

entre 1050 et 1097 -a. 1113

Β 178, Β 8, Β 9, Β 161, Β 180

Helgot

c. 1087-1096

Β 315, Β 316, Β 8, Β 161

Maurice

1092-1093

Β 8, Β 9

Coutances

Raoul

c. 1080

C 155, C 79

Normand

c. 1080

C 5, C 155, C 232

Richard

1080

C 5, C 105, C 234

Geoffroi

c. 1090

C 63

Gosselin ?

1104

C 105

Évreux

Robert

a. 1099-a. 1113

E 18, E 11, E 51

Guillaume

1099-1105

Ε 50, Ε 47

Étard

1099

Ε 50

Lisieux

Osbern

1050

L 50

Gilbert fils Osbern

1066-1071

L 51, L 99

Guillaume de Poitiers

1077-après 1087

L 53, L 52

Guillaume de Glanville

1077-1099

L 53, L 58

Richard d’Angerville

1077-1099

L 53, L 58, L 45

Sées

Baudouin fils Etvald

entre 1041 et 1057-c. 1080

S 107, S 101, S 46

Roger de Mortagne

entre 1041 et 1057

S 107

Lambert de Bellême

entre 1041 et 1057

S 107

Hermer

entre 1041 et 1057

S 107

Foulque

entre 1041 et 1057

S 107

Odon

entre 1035 et 1070

S 42, S 45, S 47

Normand

entre 1035 et 1070

S 46, S 63, S 64, S 112

Hugues I

c. 1067

S 108

Baudouin II

1093-c. 1114

S 18, S 101

Guy

1093-1097

S 18, S 32

Godfroi

1097

S 62

Jean

1097

S 62

Guillaume d’Eraines

1099-1122

S 29, S 43, S 105

c. : circa « environ »
a. : ante « avant »

  • 14 R 68 : … et Guascelino archidiacono qui sub me propius intererat… ; C 63 : … Tout cela est fait en (...)

13L’autonomie d’Hugues contraste avec la position subalterne que semblent occuper beaucoup de ses pairs. Ainsi Gosselin Ier est mentionné dans une charte de l’archevêque Robert comme « Gosselin archidiacre qui est sous mes ordres ». Geoffroi, archidiacre de Coutances vers la fin du siècle, est cité explicitement comme l’archidiacre de l’évêque Geoffroi de Montbray. De même, Helgot, archidiacre de Bayeux, apparaît cum episcopo (« avec son évêque ») dans le résumé d’une charte14.

  • 15 R 124.
  • 16 R 125.

14Identifier l’archidiacre Fulbert est une tâche délicate. Il existait un archidiacre Fulbert à Rouen entre 1046 et 1158 environ. Ailleurs, j’ai essayé de rendre plus claires ces références et je suis arrivé à la conclusion qu’il existait trois archidiacres dénommés Fulbert. Notons seulement que Fulbert Ier aurait pu être Fulbert le Sophiste dont parle Orderic Vital15 et que Fulbert II proclame les décrets du synode de Rouen de 109616.

  • 17 R 119.
  • 18 Β 179.
  • 19 R 119.

15Guillaume Bonne-Ame, plus tard archevêque de Rouen, a la particularité d’être l’un des deux archidiacres qui renoncèrent à leur position pour devenir moines17 L’autre était Guillaume de Rots, archidiacre (et aussi doyen et chantre) de Bayeux, qui se fit moine à Saint-Étienne de Caen18. Guillaume Bonne-Ame, comme plusieurs des archidiacres mentionnés ci-dessus, était étroitement lié à son archevêque. Selon Orderic, Guillaume Bonne-Ame, « en tant que chanoine et archidiacre de Rouen, dépendait de l’archevêque Maurille »19.

  • 20 Β 126 ; L 51 ; L 99.
  • 21 L 52. Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. R. Foreville, Paris, 1952.
  • 22 Ε 47 ; L 99.
  • 23 R 72 ; Ε 18 ; L 45.
  • 24 S 107.

16Autres archidiacres dignes d’intérêt : Richard de Bayeux, qui rédigea une charte pour le duc Guillaume, et Gilbert, archidiacre de Lisieux, qui fut envoyé par Guillaume à Rome en vue de préparer l’invasion de l’Angleterre20. Guillaume de Poitiers, archidiacre de Lisieux, fut naturellement l’auteur du panégyrique ducal intitulé Gesta Guillelmi21. Guillaume, archidiacre d’Évreux, fut candidat à l’évêché de Lisieux en 1099, mais il ne fut jamais consacré, alors que Gilbert fils Osbern devint évêque d’Évreux en 107022. Les représentants de la tendance favorable au mariage des clercs sont, en Normandie, les archidiacres Gauthier de Rouen, Robert d’Évreux et Richard de Lisieux, qui avaient tous des fils23. Notons enfin, dans un seul document, l’apparition précoce de cinq archidiacres de Sées : Baudouin, Roger, Lambert, Hermerius et Foulque24.

17Ces éléments d’information à propos de ces premiers archidiacres suggèrent tout d’abord qu’au XIe siècle ils ont tiré leur force, leur pouvoir et même leur identité de leurs évêques. A l’exception de Hugues de Rouen, qui paraît avoir eu un pouvoir propre, ces archidiacres des débuts furent rarement indépendants de leurs évêques, leur rôle étant alors décrit dans les chartes par l’expression cum episcopo.

18Ceci soulève d’autres questions. En premier lieu, quelle est l’origine familiale de ces archidiacres ? Les renseignements sont rares à ce sujet, mais nous savons que Hugues de Rouen, Guillaume Bonne-Ame, Guillaume de Rots et Guillaume de Poitiers, au moins, étaient d’origine noble. En second lieu, existe-t-il au XIe siècle des archidiacres neveux d’évêque ? Nous n’en connaissons aucun. Enfin, en troisième lieu, combien d’archidiacres du XIe siècle devinrent-ils évêques ? Un seul, Gilbert fils Osbern, fut élevé au rang d’évêque d’Évreux, mais un autre, Guillaume d’Évreux, faillit devenir évêque de Lisieux. Guillaume Bonne-Ame devint archevêque de Rouen, mais auparavant, il avait renoncé à son archidiaconat pour suivre la voie monastique au Bec et à Saint-Étienne de Caen. Ces faits suggèrent que, si l’accession à un archidiaconat était perçu comme une étape importante dans la carrière ecclésiastique du XIIe siècle, il n’en n’était pas encore de même au XIe siècle.

***

  • 25 Oxford Bodley ms. lat. 843, f°s 128v-129r, éd. R. Delamare, Le De Officiis Ecclesiasticis de Jean d (...)
  • 26 Ibid., p. LIII-LIV.

19Nous avons jusqu’ici utilisé une approche biographique du sujet. Examinons à présent d’autres aspects du rôle de l’archidiacre au XIe siècle. La description la plus complète des fonctions d’un archidiacre de cette époque se trouve probablement dans un traité liturgique attribué à l’archevêque Maurille, contemporain de Geoffroi de Montbray25. L’auteur y explique que l’archidiacre était théoriquement chargé des tâches suivantes : examiner les candidats à l’ordination, collecter l’argent, présider aux plaidoiries, superviser les diacres et sous-diacres et contribuer à la gestion des travaux26. Il précise que souvent l’archidiacre servait sub episcopo, qu’il devait s’occuper de beaucoup de choses, sans se soucier d’exercer la plénitude du pouvoir (plenitudinem potestatis), réservée sans doute à l’évêque. Il est, cependant, possible que ce texte ait été attribué à tort à Maurille et qu’il représente des vues ultérieures sur les devoirs du clergé de la cathédrale.

  • 27 J.F. Lemarignier, Études sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbaye (...)
  • 28 The Letters of Lanfranc Archbishop of Canterbury, éd. H. Clover et M. Gibson, Oxford, 1979, lettre (...)

20Nous avons la chance de disposer d’un autre document se rapportant à la Normandie occidentale et traitant également des fonctions administratives de l’archidiacre. Ce document précise les charges que l’évêque pouvait, s’il le voulait, déléguer à un archidiacre et celles qu’il devait soigneusement conserver pour lui-même27. En effet, Jean d’Avranches accepta en 1061 de faire de l’abbé du Mont-Saint-Michel un archidiacre du Mont parce qu’il était difficile pour les clercs du Mont d’aller à Avranches, en raison de fréquents orages et d’attaques de bandes bretonnes. Le nouvel archidiacre fut autorisé à juger les cas mineurs et à renvoyer les clercs fautifs. Mais l’évêque conservait pour lui-même les cas les plus importants relatifs au mariage, aux crimes, aux ordalies et aux jugements d’excommunication. L’évêque était bien conscient du danger qu’il y avait à donner trop de pouvoir aux archidiacres ; il dut bien spécifier ses propres fonctions par rapport à celles de son subordonné. Cette stratégie prudente est illustrée par une lettre de Lanfranc, adressée au même Jean d’Avranches, critiquant les évêques de Bayeux et de Coutances qui demandaient que leurs archidiacres leur fassent vœu d’obéissance28.

  • 29 Le De officiis Ecclesiasticis de Jean d’Avranches, p. XVII.
  • 30 F. Barlow, The English Church, 1066-1154, Londres, 1979, p. 49. Il me semble que Jean d’Avranches j (...)
  • 31 Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, vol. I, part II, 1066-1204 (...)
  • 32 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 3, p. 28.

21Autre centre d’intérêt, la législation issue des conciles de l’Église normande. Le concile de Rouen de 1072, qui se tint sous les auspices de Jean d’Avranches, décida que les archidiacres ne devaient demander l’onction qu’à leur propre évêque29. En 1074, un autre concile fut réuni par Jean d’Avranches et décida que l’archidiaconat ne devait pas s’acheter30, tandis qu’en Angleterre le concile tenu par Anselme en 1102 à Westminster se prononçait également contre l’affermage des archidiaconats31. Le même concile décida aussi que les archidiacres devaient d’abord être diacres et qu’ils ne devaient pas avoir de femme. Le synode de Lillebonne (1080) ordonna ce qui suit : « Une fois par an, les archidiacres doivent faire l’inspection des habits sacerdotaux, des ciboires, des livres utilisés par les prêtres de leur juridiction ; et les évêques doivent désigner trois places seulement dans chaque archidiaconé où les prêtres de chaque secteur puissent se rencontrer pour ces inspections. Quand l’archidiacre accomplit cette inspection, il doit être nourri par les prêtres concernés ainsi que ses quatre accompagnateurs, pendant trois jours si nécessaire32. »

22Nous avons donc clairement affaire au principal assistant administratif de l’évêque, c’est-à-dire que l’archidiacre remplit d’importantes fonctions liées véritablement à l’administration, mais dans l’ombre de l’évêque (sub episcopo). Notons que c’est l’évêque qui devait décider des lieux où l’inspection des objets liturgiques des prêtres de paroisse devait se tenir.

23L’expression « dans chaque archidiaconé » utilisée à Lillebonne est significative et conduit à s’intéresser à la nature du territoire concerné. Car, à coup sûr, l’un des moyens pour les archidiacres du XIIe siècle et des époques ultérieures de rivaliser avec leurs évêques consistait à exercer une responsabilité effective sur un territoire clairement défini (un véritable mini-diocèse) avec pouvoir de justice et de surveillance du clergé.

  • 33 A. W. Lewis, « Observations sur la frontière franco-normande », Le Roi de France et son royaume aut (...)

24Le développement des archidiaconés fut cependant complexe33. Les documents les plus anciens ne comprennent pas, d’habitude, de références à la territorialité, du moins au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Il est donc difficile de déterminer à quel diocèse appartenait l’archidiacre. Ainsi, dans le tableau 1, la mention de Baudouin et de Guy parmi les archidiacres de Rouen s’accompagne de points d’interrogation qui indiquent la possibilité d’appartenance à un autre diocèse.

  • 34 Voir R. Génestal, « La patrimonialité de l’archidiaconat dans la province ecclésiastique de Rouen » (...)

25J’ai réuni toutes les références possibles sur les archidiacres et les territoires : on les trouvera dans les tableaux 2 et 3. Examinons tout d’abord les renseignements donnés par les chartes (tableau 2). Le diocèse de Rouen est précoce comme toujours et nous donne notre première référence à un archidiacre rattaché à un lieu déterminé : Hugues (vers 1050). Drogon, archidiacre du Vexin, est notre référence suivante. Il apparaît, avant 1060, sur la liste des témoins d’une charte d’Odon, fils du comte Manassé, faisant don de serviteurs au monastère de Saint-Père de Chartres. Cela paraît être une citation toute simple, mais le Vexin est toujours source de complications dans l’histoire de la Normandie (on peut dire de cette région, en Anglais : « the vexing Vexin ! »). Le Vexin français était sur le plan ecclésiastique sous le contrôle des archevêques de Rouen, mais politiquement il n’appartenait pas au duché de Normandie. En outre, à cette époque, des parties importantes du Vexin avaient été aliénées par les archevêques de Rouen. Le comte Gauthier fils Drogon dirigeait les archidiaconés de Pontoise et de Chaumont et Foulque fils Raoul dirigeait un archidiaconé dans le Vexin (dont il fit don au monastère de Saint-Évroult). Ni Gauthier fils Drogon, ni Drogon l’archidiacre, ni Foulque fils Raoul ne peuvent être liés à l’entourage administratif des archevêques de Rouen34.

26Une autre référence à Odon, archidiacre de Mortagne dans le diocèse de Sées, est intéressante parce qu’au Bas Moyen Age, il n’existait aucun archidiaconé de Mortagne. Apparaît également le nom de Raoul, archidiacre de Saint-Lô (diocèse de Coutances), alors qu’à cette époque, avant 1064, il n’existait pas d’archidiaconé de Saint-Lô. En 1092, le roi Philippe Ier donnait à l’archevêque de Rouen tout ce qui appartenait à l’archidiaconat du Vexin, chose rendue doublement compliquée par le fait que celui-ci était limité à Pontoise et à Chaumont et que la terminologie relevait peut-être de la chancellerie royale française, et non de l’usage normand. En 1102, une charte réglant une dispute mettant en cause l’église d’Ourville, en pays de Caux, mentionne « l’archidiacre Benoît dont l’archidiaconé inclut cette église. » Il est significatif, je pense, que Benoît n’ait pas été identifié explicitement comme archidiacre « de Caux ».

27Finalement, nous trouvons en 1106 les premières références explicites à des archidiacres rattachés à un siège épiscopal : Benoît, Fulbert et Richard ont été reconnus explicitement comme archidiacres de Rouen et Robert comme archidiacre d’Évreux. Elles devinrent plus fréquentes dans les chartes du XIIe siècle.

  • 35 Letters of Lanfranc, lettre 51 ; D. Bates, op. cit., p. 213, observe que « there is only one mentio (...)
  • 36 Margaret Gibson a, en effet, traduit la phrase, en anglais « within your jurisdiction ».

28Les mentions de ces circonscriptions, telles qu’elles sont citées dans les chroniques ou dans les conciles, sont rapportées dans le tableau 3. Les références ne sont pas sans ambiguïté. En 1061, par exemple, bien qu’une référence soit faite à un archidiacre monastique du Mont-Saint-Michel, il est clair que le souci de l’évêque Jean d’Avranches n’est pas d’avoir une définition précise du territoire et de ses confins, mais de connaître exactement les droits et privilèges qui sont ainsi octroyés. De même, parmi les références des chroniques aux archidiacres, celles qui proviennent d’Orderic Vital ont été rédigées pour la plupart vers 1120 ou 1130 et ne sont donc pas contemporaines des archidiacres mentionnés. Le synode de Lillebonne qui fut tenu en 1080, comme je l’ai dit, se réfère aux archidiaconés comme à des organismes territoriaux. La lettre de Lanfranc aux archidiacres de Bayeux, datant de 1087, semble se référer à une dimension territoriale puisque est utilisée l’expression in parrochia uestra qui pourrait être traduite par « dans votre diocèse »35. Remarquons pourtant que Lanfranc n’a pas précisé que chaque archidiacre avait en responsabilité la gestion d’un territoire particulier ; il écrit plutôt à tous les archidiacres qui, en absence de l’évêque Odon, emprisonné à ce moment-là, gèrent en commun le diocèse entier. Lanfranc entend davantage les devoirs des archidiacres que les limites de leurs territoires. La phrase in parrochia uestra semblerait vouloir dire de façon plus vague mais plus à propos : « en votre juridiction »36.

Tableau 2 - Références dans les chartes aux archidiaconés territoriaux

Nom de l’archidiacre

Date d’exercice

Références

Hugues Grammaticus, archidiacre de Rouen

c. 1050

R 470

Drogon, archidiacre du Vexin

avant 1060

R 80

Odon, archidiacre de Mortagne

avant 1064

S 45

Foulque tient l’archidiaconé en fief

c. 1070

R 620

Bernard fils Ospac, archidiacre de Rouen

c. 1080

R 533

Sanson, archidiacre de Bayeux

c. 1080

R 533

Raoul, archidiacre de Saint-Lô

c. 1080

R 533

Benoît, archidiacre de Rouen

c. 1080

R 16

Richard, archidiacre de Coutances

c. 1080

C 5

« archidiaconatum de Vilcassino »

1092

R 20a

Robert, archidiacre d’Évreux

1099

Ε 18

Benoît « in cuius archidiaconatu »

1102

R 535

Benoît, Fulbert, & Richard archidiacres de Rouen

1106

R 23

Robert, archidiacre d’Évreux

1106

R 23

Tableau 3 - Références des chroniques et des conciles aux archidiaconés territoriaux

Nom de l’archidiacre

Date d’exercice

Références

Coutances/Mont-Saint-Michel concorde

1061

PL, 147, col. 265

Gilbert, archidiacre de Lisieux

c. 1066

OV, 2, p. 142

Gilbert, archidiacre de Lisieux

c. 1071

OV, 2, p. 254

Guillaume de Poitiers, archidiacre de Lisieux

c. 1073

GP, p. 2

Guillaume de Poitiers, archidiacre de Lisieux

c. 1080

OV, 2, p. 184

Synode de Lillebonne

1080

OV, 3, p. 24

« in parrochia uestra »

1087

Ep. Lan. 51

  • 37 Une charte de l’archevêque Hugues pour Saint-Germer-en-Fly démontre clairement que les archidiaconé (...)

29Ce qui me paraît vraisemblable, d’après cette liste de références, c’est qu’au XIe siècle, on avait des conceptions plus ou moins différentes de ces divisions territoriales. Appeler Hugues Grammaticus archidiacre de Rouen signifiait seulement, je pense, qu’il était un archidiacre dont le siège se trouvait à la cathédrale. Et cet usage est également encore en vigueur au début du XIIe siècle quand trois archidiacres, qui attestent la même charte, sont qualifiés d’archidiacres de Rouen. C’est que Fulbert aurait bien pu être archidiacre du Vexin et Richard, disons, par exemple, archidiacre de Caux, mais que leur archidiaconé local ne constitue pas le moyen essentiel d’identification37.

  • 38 Le rapport compliqué entre les archidiaconés et les pagi constitue le sujet d’un débat en dehors de (...)

30Notons également que, lorsque les archidiacres normands du XIe siècle s’identifièrent clairement par leur archidiaconé, ils ne choisirent pas d’habitude la vieille dénomination du pagus carolingien38. Ils semblent avoir préféré les nommer d’après les centres urbains comme Saint-Lô ou Mortagne. Le cas du Vexin confirme cette opinion. Tandis qu’il est vrai qu’il y a des références à l’archidiaconat du Vexin coïncidant sûrement avec le pagus, il y a en même temps des références aux archidiaconats du Vexin à Pontoise, à Chaumont, à Boury et (plus tard) à Chars.

  • 39 A. H. Thompson, op. cit., p. 162.

31Les archidiacres avaient donc tendance à se faire désigner selon le nom de leur église métropolitaine plutôt que d’après celui de leur église locale. Vers le XIIe siècle, du moins à Rouen, les limites de ces archidiaconés semblent correspondre aux limites des pagi (Vexin, Eu-pagus de Talou, Caux et Rouen)39. Cependant, il reste encore des incertitudes car on comptait au milieu du XIIe siècle sept archidiacres de Rouen : si quatre coïncidaient avec les quatre pagi qui constituaient le diocèse de Rouen, quels territoires dirigeaient alors les autres ?

32Une troisième observation est que les plus anciennes références aux circonscriptions (Vexin, Pontoise, Mortagne) viennent de régions de marches. N’était-ce pas en raison de l’insécurité de territoires mal définis qu’on trouvait, dans ces régions tampons, des archidiacres de marches comme il y avait des seigneurs de marches ? Il est probable que la référence ancienne à l’archidiacre de Saint-Lô correspond à une tentative faite par l’évêque de Coutances pour définir les limites de son territoire diocésain par rapport à celui de Bayeux.

33Seules de vagues références aux archidiaconés territoriaux existent au début du XIe siècle. Signalons, cependant, que, dans la seconde moitié de ce siècle, l’année 1080 fut décisive. C’est vers cette époque, celle du synode de Lillebonne, que plusieurs documents distincts mentionnèrent les archidiacres territoriaux. Cela ne me paraît pas lié à un quelconque événement politique, mais bien plutôt au résultat de la croissance du nombre des archidiacres à l’intérieur des diocèses normands, qui obligeait à une identification plus précise.

34Finalement, à mesure que l’idée de territorialité se précise, au cours du XIe siècle, il en va de même de la fonction de l’archidiacre. Il existait alors différentes conceptions du rôle de l’archidiacre. On a ainsi l’exemple de l’archidiacre Hugues de Rouen qui était presque indépendant. Et ceux de Guillaume Bonne-Ame et de Guillaume de Rots qui abandonnèrent leur fonction d’archidiacre pour servir autrement l’Église.

35En général, on peut considérer l’archidiacre essentiellement comme un individu qui tirait son importance de son évêque, mais qui ne devint que graduellement un « évêque en miniature » dans son « sous-diocèse ». Si l’on retrace la croissance et le développement de l’archidiaconat, 1066 ne paraît pas être une date marquante. Les changements eurent lieu pendant tout le XIe siècle et, en fait, pendant la plus grande partie du XIIe. Nous devons faire attention à ne pas présumer que tout était établi en Normandie à la veille de la Conquête, avant la diffusion en Angleterre des coutumes et des institutions du duché.

***

  • 40 Voir aussi D. Greenway, op. cit., p. 82, tableau n° 1.

36Les évêques ne comptaient pas uniquement sur les archidiacres pour les assister dans l’administration de leur diocèse. Il convient de passer en revue le reste du clergé de la cathédrale : les dignitaires (doyens, trésoriers, chanceliers, chantres) et les simples chanoines40. A ce stade, les chapitres de cathédrale n’avaient pas le sentiment d’appartenir à un corps indépendant de l’évêque. Au contraire, leur identité lui était étroitement liée. Les évêques se reposaient sur les chanceliers des cathédrales pour dresser leurs chartes de la même manière qu’ils se déchargeaient sur leurs archidiacres de la tâche de surveillance du clergé rural. Puisqu’aucun document ne nous donne un panorama exhaustif de ce clergé, il est nécessaire de reconstituer leur vie et leur carrière à partir de bribes d’informations. Plutôt que de donner une liste de tout le clergé de la cathédrale, contentons-nous de mettre l’accent sur les faits les plus significatifs les concernant, comme nous l’avons fait pour les archidiacres. Le clergé de la cathédrale et les archidiacres avaient, chose peu étonnante, beaucoup de points communs.

  • 41 R 470.
  • 42 R 129.
  • 43 Ε 38.
  • 44 L 120.

37Les premiers liens concrets avec l’évêque sont illustrés par plusieurs figures. Godebaldus, chanoine de Rouen, était cubicularius de l’archevêque Mauger41. Richard fils Herluin, chanoine de Rouen, écrivit une épitaphe remarquée sur son archevêque Maurille42. Foulque de Guernanville, doyen d’Evreux, illustre la tendance au mariage du clergé normand puisqu’il eut huit fils. Nous savons, par ailleurs, qu’il fut disciple de Fulbert de Chartres43. Cinq dignitaires et un chanoine devinrent évêques : Gérard, doyen d’Évreux, devint évêque de Sées ; Vauquelin, chanoine de Rouen, fut nommé à Winchester de même que Guillaume Giffard, doyen de Rouen ; Gérard, chantre de Rouen, fut envoyé à York ; Thomas et Samson, trésoriers de Bayeux, occupèrent respectivement les sièges de York et de Worcester. La chapelle royale marque pour beaucoup une étape essentielle. Par ailleurs, on peut noter qu’Osbern fils Herfast abandonna son office de chanoine à Lisieux pour se faire moine et devenir, plus tard, abbé de Saint-Évroult44. Du reste du clergé de la cathédrale ne subsistent que des noms.

38On peut également mesurer la croissance des chapitres de cathédrale normands, ainsi que celle des archidiacres, en utilisant les premiers témoignages concernant ces membres du clergé dans les chartes et dans les chroniques. Certes, cette méthode est incertaine car chaque mention repose trop sur le hasard : il y eut certainement un chanoine à Avranches plusieurs décennies avant la première mention de Serlon (1070). Pourtant, il vaut mieux se servir d’un astrolabe à défaut d’un instrument de navigation plus perfectionné. Les tableaux 4 et 5 montrent ces « premières mentions » de deux façons différentes. Le tableau 4 est disposé chronologiquement et en mélangeant les sept chapitres cathédraux. Le tableau 5 est organisé par chapitre, les mentions des membres de chaque chapitre étant présentées dans l’ordre chronologique.

  • 45 D. Bates (op. cit., p. 216-218) a corrigé David C. Douglas, mais voit les décennies 1060 et 1070 co (...)
  • 46 Les titres sont variés : à Avranches, Jean fut Magister Scolarum ; à Bayeux, Richard fut Grammaticu (...)

39Le tableau 4 démontre clairement que la croissance des chapitres s’est faite sur une période de près de 150 ans. David C. Douglas avait donc raison d’attirer l’attention sur les évêques d’avant la conquête, qui furent, en quelque sorte, de bons jardiniers dans une serre délabrée, mais la véritable période de croissance s’étend surtout des années 1070 aux années 109045. Les témoins de ces décennies de croissance administrative furent des évêques comme Odon de Conteville à Bayeux, Geoffroi de Montbray à Coutances, Robert et Serlon à Sées, Hugues à Lisieux, Gilbert fils Osbern à Évreux, Michel et Turgis à Avranches. Il est intéressant de noter qu’à Rouen l’évolution est si progressive qu’aucun archevêque ne se détache de façon particulière. Le tableau 4 montre également que Rouen vit la renaissance de son chapitre au début du XIe siècle et que celui-ci atteignit sa pleine maturité avant 1066. Rouen fut suivi par Bayeux, dont le chapitre, restauré précocement, était encore en gestation dans les années 1090. Puis suivent les chapitres de Coutances, de Lisieux et de Sées. Finalement ceux d’Avranches et d’Évreux sont encore en cours d’évolution pendant le XIIe siècle. Le tableau 4 révèle également que les premières positions à apparaître dans les diocèses normands sont invariablement celles de chanoines non-dignitaires et d’archidiacres. Ce qui m’a le plus surpris en réunissant les renseignements pour établir le tableau 4 a été que chacun des sept chapitres s’est vanté assez tôt d’avoir eu un Scholasticus46. Ceci concorde avec le fait que certains des chanoines et des archidiacres avaient eux-même une bonne formation.

  • 1 Les dates indiquées représentent parfois la moyenne entre deux dates extrêmes.

Tableau 4 : Liste chronologique de la première mention du clergé des cathédrales1

Nom

Mention

Date

Roscelin

chanoine de Rouen

1016

Hugues

archidiacre de Rouen

1020

Henri

doyen de Rouen

1030

Herluin

trésorier de Rouen

1036

Osbern fils Herfast

chanoine de Lisieux

1037

Hugues

scholasticus de Rouen

1040

Baudouin

archidiacre de Sées

1049

Osbern

archidiacre de Lisieux

1050

Stigand

chantre de Rouen

1060

Richard

archidiacre de Bayeux

1066

Serlon

chanoine d’Avranches

1070

Thomas

trésorier de Bayeux

1070

Alfred

chanoine de Coutances

1070

Pierre

doyen de Coutances

1070

Pierre

trésorier de Coutances

1070

Foulque

chanoine de Bayeux

1075

Jean

succentor de Rouen

1075

Richard

scholasticus de Bayeux

1075

Robert

chanoine de Sées

1076

Geoffroi de Tricqueville

trésorier de Lisieux

1077

Hugues

scholasticus de Sées

1077

Turgis

chantre de Lisieux

1077

Guillaume de Glanville

doyen de Lisieux

1077

Foulque

doyen d’Evreux

1080

Pierre

archidiacre d’Avranches

1080

Raoul

archidiacre de Coutances

1080

Robert

scholasticus de Coutances

1080

Guillaume de Rots

chantre de Bayeux

1080

Guillaume de Rots

doyen de Bayeux

1080

Jean

scholasticus d’Avranches

1083

Reginald

chantre de Sées

1092

Robert

succentor de Bayeux

1092

Gautier

sous-doyen de Bayeux

1092

Odon

doyen de Sées

1097

Alexandre

chantre d’Avranches

1099

Robert

archidiacre d’Évreux

1099

Hugues

chantre d’Evreux

1113

Urson

doyen d’Avranches

1113

Guillaume

chanoine d’Evreux

1113

Guillaume

trésorier d’Avranches

1113

Jean

trésorier de Sées

1117

Raoul

scholasticus d’Evreux

1120

Osbern

chantre de Coutances

1135

Robert

sous-trésorier de Lisieux

1147

Onfroi

chancelier de Bayeux

1156

Herbert

trésorier d’Evreux

1157

Alain

succentor d’Avranches

1160

Robert

scholasticus de Lisieux

1161

Tableau 5 : Liste des premières références aux dignitaires cathédraux (par chapitre)

Nom

Mention

Date

Références

Rouen

Roscelin

Chanoine

1016

R 165

Hugues

Archidiacre

1020

R 188

Henri

doyen

entre 1026 et 1032

R 68

Herluin

trésorier

1036

R 308

Hugues

Scholasticus

1040

R 470

Stigand

chantre

entre 1055 et 1066

R 73

Jean

succentor

1075

R 512

Avranches

Serlon

chanoine

1070

A 61

Jean

scholasticus

entre 1072 et 1094

A 97

Alexandre

chantre

entre 1094 et 1113

A 94

Pierre

archidiacre

1080

A 98

Guillaume

trésorier

1113

A 33

Urson

doyen

1113

A 33

Alain

succentor

1160

A 38

Bayeux

Richard

archidiacre

1066

Β 126

Thomas

trésorier

1070

Β 182

Richard

scholasticus

entre 1050 et 1097

Β 178

Foulque

chanoine

entre 1050 et 1097

Β 178

Guillaume

doyen

1080

Β 176

Guillaume

chantre

1080

Β 176

Gautier

sous-doyen

1092

Β 8

Robert

succentor

1092

Β 8

Onfroi

chancelier

1156

Β 88

Coutances

Alfred

chanoine

entre 1048 et 1093

C 228

Pierre

doyen

entre 1048 et 1093

C 229

Pierre

trésorier

entre 1048 et 1093

C 230

Robert

scholasticus

1080

C 5

Raoul

archidiacre

1080

C 155

Osbern

chantre

1135

C 36

Évreux

Foulque

doyen

1080

Ε 38

Robert

archidiacre

1099

Ε 18

Hugues

chantre

1113

Ε 51

Guillaume

chanoine

1113

Ε 51

Raoul

scholasticus

entre 1113 et 1139

Ε 217

Herbert

trésorier

1157

Ε 42

Lisieux

Osbern

chanoine

entre 1026 et 1050

L 120

Osbern

archidiacre

1050

L 50

Guillaume

doyen

1077

L 53

Turgis

chantre

1077

L53

Godefroi

trésorier

1077

L53

Robert

sous-trésorier

1147

L 10

Robert

scholasticus

entre 1141 et 1181

L78

Sées

Baudouin et al.

archidiacres

entre 1041 et 1057

S 107

Robert

chanoine

entre 1072 et 1082

S 46

Hugues

scholasticus

entre 1072 et 1082

S 46

Reginald

chantre

1092

S 55

Odon

doyen

1097

S 32

Jean

trésorier

1117

S 54

40Revenons à la description du premier épiscopat de la Normandie ducale. Je pense que David Douglas avait raison de considérer les évêques comme des innovateurs, mettant en place les structures de l’administration diocésaine presque à partir de zéro. Et c’est à juste titre aussi qu’il insiste sur l’importance du duc Guillaume comme « guide spirituel » de la renaissance de l’épiscopat normand. Assurément il existait aussi des liens entre le duc et le clergé de la cathédrale : c’est le cas pour Gilbert fils Osbern, Guillaume de Poitiers, les trésoriers Thomas et Samson de Bayeux. Mais David Douglas donne une vue quelque peu déformée de la chronologie, car, en mettant l’accent sur les premiers pas vers la maturité institutionnelle, il a négligé l’étape critique de la formation des chapitres au cours des années 1070.

***

41Je voudrais conclure par deux observations.

  • 47 Voir aussi D. Greenway, op. cit., p. 77-101.
  • 48 D. Bates, op. cit., p. 122-27, 168 ; Ε. Z. Tabuteau « Definitions of Feudal Military Obligations in (...)

42Tout d’abord, nous devons avoir soin, en traitant des structures institutionnelles comme les chapitres, de ne pas aller trop vite en les considérant comme parvenues à un état d’achèvement. Beaucoup de chercheurs traitant des chapitres ont été tentés de faire du système de Rouen (avec ses quatre dignitaires : le doyen, le chancelier, le trésorier et le chantre) une sorte de modèle pour les cathédrales britanniques après 106647. Même si notre analyse n’écarte pas la possibilité que Rouen ait été un modèle pour l’Angleterre, elle montre, en fait, le long processus de développement des sept chapitres. Ce processus fut plus fluide et plus complexe qu’on ne l’a généralement admis. Système féodal normand et archidiaconat suivirent selon moi un développement similaire. Reposant sur un réseau complexe de liens entre seigneurs et vassaux, marquée par le concept de fief et de service militaire, la féodalité n’était pas encore fermement établie en l’an 1066, mais elle continua à se développer au cours du XIe siècle48.

43Ma deuxième observation est la suivante : les années autour de 1080 ont été importantes pour l’évolution de ces chapitres. Si aucun événement politique ne peut expliquer cette frénésie de réglementation administrative, on peut en revanche considérer que le synode de Lillebonne a joué un rôle important en mettant en valeur le concept de territorialité. En somme, l’administration épiscopale n’a pas été une opération volontariste et systématique. Il n’était pas simplement question d’ajouter un subordonné à un autre au fur et à mesure que le travail augmentait. Le processus fut plus complexe et il s’étala dans le temps avec des revers et des échecs. La difficulté n’était pas de nommer des archidiacres, mais de définir leurs droits et privilèges de manière à leur permettre de contribuer à l’administration diocésaine, sans toutefois leur donner trop de latitude. La difficulté était aussi de pouvoir contrôler des archidiacres renégats, comme dans le Vexin. Il ne fait aucun doute que la création d’une administration épiscopale, qui fut à la fois souple et efficace, constitue l’un des premiers mérites des évêques normands du XIe siècle.

Bibliographie

A 33 : L. Delisle, Rouleaux des morts, Paris, 1866, p. 220.

A38 : Dubosc, Cartulaire de l’abbaye de Mont-Morel, IV, p. 2-3.

A 61 : History of Saint-Peter Gloucester, éd. Hart (Rolls Series), volume I, p. 10.

A 94 : BN, ms. lat. n. a. 1022, n° IX, p. 186-187.

A 97 : BM Avranches, ms. 210, f° 83v.

A 98 : AD Seine-Maritime, H 4601 : la pancarte de l’abbaye de Lessay. Il y a un fac-similé dans Musée des Archives départementales, Paris, 1878, planche XVIII. Je remercie D. Bates de m’avoir envoyé sa transcription de cette charte.

Β 8 : Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (livre noir), Paris, éd. V. Bourrienne, 2 vol., 1902-1903, n° XXII.

Β 9 : Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (livre noir), n° XXIII.

Β 88 : Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (livre noir), n° CL.

Β 126 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, 1961, n° 227.

Β 158 : T. Stapleton, Archaeologia, vol. XXVII, 1838, p. 21-28.

Β 161 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 76-77.

Β 171 : Gallia Christiana, XI, col. 398-399.

Β 176 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 150, p. 292.

Β 178 : AD Seine-Maritime, 14 Η 160.

Β 179 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 6, p. 138-140.

Β 180 : L. Delisle, Rouleaux des morts, p. 185.

Β 182 : Hugh the Chanter, The History of the Church of York, éd. Johnson, 2e éd., Oxford, 1990, p. 3.

Β : 235 L. Delisle, Histoire du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Paris, 1867, n° 42 = H. W. C. Davis, Regesta Regum Anglo-Normannorum 1066-1154, vol. 1, Oxford, 1913, n° 132.

B 315 : Université de Caen, ms. 21420 ; E. Deville, Analyse d’un ancien cartulaire de l’abbaye de Saint-Étienne de Caen, Évreux, 1905, p. 24 (Don de Hugues de Rosel).

Β 316 : Université de Caen, ms. 21420 ; E. Deville, op. cit., p. 24 (Don de Raoul de Borsigny).

Β 376 : AD Manche, H4601 = Regesta 1, n° 125 = Gallia Christiana, XI, instr., col. 224-227.

C 5 : AD Seine-Maritime, H 4601 (comme note A98 ci-dessus).

C 36 : J.H. Round, Calendar of Documents preserved in France, vol. 1, 918-1206, Londres, 1899, n° 725.

C 63 : Early Yorkshire Charters, 7, p. 34-35 = AD Manche H 46 (Inventaire sommaire).

C 79 : R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, vol. 1, Rouen, 1874, p. 148.

C 105 : L. Delisle, Histoire du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, n° 46.

C 155 : L. Delisle, Histoire du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, n° 42 = Regesta 1, n° 132.

C 228 : « Gesta Gaufridi », Gallia Christiana, XI, instr., col. 222.

C 229 : « Gesta Gaufridi », Gallia Christiana, XI, instr., col. 220.

C 230 : « Miracula Ecclesiae Constantiensis », dans E. A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, 1876, p. 368.

C 232 : « Miracula Ecclesiae Constantiensis », p. 377.

C 234 : « Miracula Ecclesiae Constantiensis », p. 381.

E 11 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 127.

Ε 18 : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumieges, Paris, 1916, n° XL.

Ε 38 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 3, p. 120.

Ε 42 : A. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, 3 vol., Évreux, 1862-1869, 1, p. 553.

Ε 47 : Lettres de Yves de Chartres, éd. L. Merlet, Chartres, 1885, n° CLX.

Ε 50 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 5, p. 266.

E 51 : L. Delisle, Rouleaux des morts, p. 214.

Ε 217 : A. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, 2, p. 626.

L 10 : C. Bréard, Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec, Paris, 1908, n° III.

L 45 : C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge (Mass.), 1918, p. 322-323, n° 2.

L 50 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 18.

L 51 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 142.

L 52 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 184, p. 258.

L 53 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 3, p. 20-22.

L 58 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 5, p. 266.

L78 : AD Eure, H711, n° 38.

L 99 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 254.

L 120 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 106-108.

R 1 : AD Seine-Maritime, G 3666 (anno 1124).

R 12 : Regesta 1, n° 423.

R 13 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 103.

R 14 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 107.

R 14a : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges, n° XXXII.

R 16 : AD Manche, H 4602 (Inventaire sommaire) = Resgesta 1, n° 125.

R 17 : F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913, n° 39 = Regesta 1, n° 146a.

R 18 : L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la Reine Mathilde pour les Abbayes Caennaises, Caen, 1967, n° 7.

R 18a : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumieges, n° XXXIII.

R 20 : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumieges, n° XXXVII.

R 20a : M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, Paris, 1908, n° CXXVII.

R 21 : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumieges, n° XXXVIII.

R 22 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 19-20.

R 22a : J.J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumieges, n° XL.

R 23 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 127.

R 24 : Regesta Regum Anglo-Normannorum, 1066-1154, éd. Ch. Johnson et H. A. Cronne, vol. 2, Oxford, 1956, n° 792.

R 26 : AD Seine-Maritime, G 4014.

R 27 : Liber Vitae Dunelmensis Ecclesiae, éd. A. H. Thompson, (Surtees Society, vol. 136), Londres, 1923, f° 22b.

R 28 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 22.

R 68 : Gallia Christiana, VIII, instr., col. 297-298.

R 69 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 80.

R 70 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 11-12.

R 71 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 137.

R 72 : A. Deville, Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité-du-Mont de Rouen, Paris, 1841, n° XLV.

R 73 : M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, 1840, n° L.

R 74 : J. H. Round, Calendar of Documents preserved in France, n° 88.

R 75 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 16-17.

R 77 : Resgesta 2, n° 317b, p. 400.

R 78 : J. Depoin, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, vol. 1, Pontoise, 1895, n° XXXI.

R 80 : M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, n° XXVIII.

R 81 : Antiques cartularius ecclesiae Baiocensis (livre noir), éd. V. Bourrienne, n° XXXVIII = Regesta 2, n° 819

R 82 : E. Deville, Analyse d’un ancien cartulaire de l’abbaye de Saint-Etienne de Caen, p. 36-37.

R 83 : Gallia Christiana, XI, instr., col. 21-22.

R 84 : J. Depoin, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, n° LX.

R 117 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 136.

R 119 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 254.

R 124 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 66.

R 125 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 5, p. 22-24.

R 126 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 4, p. 310.

R 129 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 198.

R 154 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 97.

R 165 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 21.

R 166 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 120.

R 188 : M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, n° 23.

R 268 : BM Rouen ms. Y 51 (1207), f° 25v.

R 283 : A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victeur au Mans, Paris, 1895, n° XVI.

R308 : AD Seine-Maritime, G 3666.

R 327 : AD Seine-Maritime, G 8739.

R 328 : AD Seine-Maritime, G 8740.

R 359 : E. Deville, Analyse d’un ancien cartulaire de l’abbaye de Saint-Etienne de Caen, p. 41-42.

R 374 : J. Laporte, Les Annales de l’abbaye de Saint-Pierre de Jumièges, Rouen, 1954, p. 57.

R 375 : Trésors des abbayes normandes (catalogue), Rouen, 1979, n° 105, p. 95 (où le « XVI kal. Oct. » est mal traduit par le 15 septembre).

R 451 : « Inventio et Miracula Sancti Vulfranni », éd. J. Laporte, Mélanges de la Société de l’histoire de Normandie, XIV, 1938, p. 56-59.

R 470 : Arthur du Monstier, Neustria Pia, Rouen, 1663, p. 521.

R 479 : BN, ms. lat. 10058, n° 1.

R 492 : BN, ms. lat. 17044, n° 6.

R 511 : BN, ms. Baluze 77, n° 11, p. 48.

R 512 : BN, ms. Baluze 77, n° 13, p. 49.

R 533 : L. Delisle, Histoire du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, n° 42.

R 534 : AD Seine-Maritime, 14H327

R 535 : BN, ms. n. a. fr. 21819, f° 21 (Je remercie D. Bates qui m’a montré sa transcription de cette charte).

R 620 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 2, p. 152-154.

R 621 : M. J. LeCacheux, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, XLIV, 1937, n° II, voir esp. n. 123.

S 18 : J. H. Round, Calendar of Documents preserved in France, n° 1118.

S 29 : Orderic Vital, éd. Chibnall, 5, p. 266.

S 32 : P. Marchegay, « Chartes Normandes de l’abbaye de Saint-Florent », Mélanges de la Société des Antiquaires de Normandie, XXX, 1880, p. 663-711, n° 21.

S 42 : BN, ms. lat. 54412, p. 293-294, cartulaire de Marmoutiers.

S 43 : BN, ms. lat. 54412, p. 96, cartulaire de Marmoutiers.

S 45 : AD Orne, H 2561.

S 46 : AD Orne, H 2207.

S 47 : AD Orne, H 2205.

S 54 : AD Orne, H 2157.

S 55 : AD Orne, H 2156.

S 62 : AD Orne, H 938, n° 15.

S 63 : AD Orne, H 938, n° 6.

S 64 : AD Orne, H 938, n° 2.

S 101 : AD Orne, H 2153.

S 105 : BN, ms. lat. 10086, F 185r°-v°.

S 107 : Cartulaire de Saint-Vincent du Mans, éd. R. Charles et M. d’Elbenne, Le Mans, 1886, n° 545.

S 108 : Cartulaire de Saint-Vincent du Mans, n° 608.

S 112 : AD Orne, H 938, n° 8.

Notes

1 Je remercie vivement Mme Maura Menendes, M. William Allen, et surtout M. François Gay et Mme Françoise Klingen pour la traduction de cet article.

2 D. C. Douglas, « The Norman Episcopate before the Norman Conquest », The Cambridge Historical Journal, 13, 1957, p. 101-115 : article qui fut publié en français sous le titre « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 87-102.

3 Ibid., p. 95.

4 Tandis que David C. Douglas employait environ soixante documents, j’ai pu en réunir presque 2 000. J’ai l’intention de publier un livre sur les clergés cathédraux de Normandie au cours de la période ducale. Les résultats pour Rouen ont été publiés dans Les Annales de Normandie : « Les doyens du chapitre cathédral de Rouen durant la période ducale », 33, 2, 1983, p. 91-119 ; « Les archidiacres de Rouen au cours de la période ducale », 34, 1, 1984, p. 15-50 ; « Les dignitaires de la cathédrale de Rouen pendant la période ducale », 37, 2, 1987, p. 121-147 ; « Les chanoines de la cathédrale de Rouen pendant la période ducale », 41, 2, 1991, p. 135-176. J’ai présenté mes recherches préliminaires dans « Membership in the Norman Cathedral Chapters during the Ducal Period : Some Preliminary Findings », Medieval Prosopography, 5, 1, 1984, p. 1-18.

5 Sur le sujet des archidiacres en général voir D. Spear, « Les archidiacres de Rouen au cours de la période ducale », p. 16-17 ; Chr. Brooke, « The Archdeacon and the Norman Conquest », Tradition and Change : Essays in Honour of Marjorie Chibnall, éd. D. Greenway, Cambridge, 1985, p. 1-19 ; A. H. Thompson, « Diocesan Organization in the Middle Ages : Archdeacons and Rural Deans », Proceedings of the British Academy, 29, 1943, p. 153-194 ; A. Gréa, « Essai historique sur les archidiacres », Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, 2, 1950-1951, p. 39-67, p. 215-247.

6 D. Bates, Normandy Before 1066, Londres, 1982, appendix C, p. 260-262. Voir également Chr. Brooke, op. cit., p. 7, n. 24.

7 R 308. Toutes les références sont citées en annexe p. 99 sq.

8 R 69.

9 R 188.

10 R 308.

11 R 451.

12 R 451, R 470. J.-M. Bouvris a situé l’archidiacre Hugues au milieu d’un cercle littéraire à Rouen dans « L’Ecole capitulaire de Rouen au XIe siècle », Études Normandes, 1986, 3, p. 89-103, surtout p. 93-96.

13 R 375.

14 R 68 : … et Guascelino archidiacono qui sub me propius intererat… ; C 63 : … Tout cela est fait en présence de l’évêque, de Geoffroi son archidiacre… ; Β 315 : Ad hoc factum fuerunt cum episcopo Helgotus archidiaconus…

15 R 124.

16 R 125.

17 R 119.

18 Β 179.

19 R 119.

20 Β 126 ; L 51 ; L 99.

21 L 52. Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. R. Foreville, Paris, 1952.

22 Ε 47 ; L 99.

23 R 72 ; Ε 18 ; L 45.

24 S 107.

25 Oxford Bodley ms. lat. 843, f°s 128v-129r, éd. R. Delamare, Le De Officiis Ecclesiasticis de Jean d’Avranches, Paris, 1923, p. XLVIII-LVI. Voir également D. Greenway, « The False Institutio of Saint-Osmund », Tradition and Change, p. 100-101.

26 Ibid., p. LIII-LIV.

27 J.F. Lemarignier, Études sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, 1937, p. 158-160, citant J.P. Migne, Patrologie latine, CXLVII, col. 265.

28 The Letters of Lanfranc Archbishop of Canterbury, éd. H. Clover et M. Gibson, Oxford, 1979, lettre 41.

29 Le De officiis Ecclesiasticis de Jean d’Avranches, p. XVII.

30 F. Barlow, The English Church, 1066-1154, Londres, 1979, p. 49. Il me semble que Jean d’Avranches joua un rôle très important dans le développement de l’archidiaconat normand, car c’est à lui que le traité de Maurille est dédié, et c’est lui qui a tenu les conciles de 1072 et 1074.

31 Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, vol. I, part II, 1066-1204, éd. D. Whitelock, M. Brett, and Chr. Brooke, Oxford, 1981, p. 675.

32 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 3, p. 28.

33 A. W. Lewis, « Observations sur la frontière franco-normande », Le Roi de France et son royaume autour de l’an mil, Paris, 1992, p. 147-154, offre une discussion intéressante sur l’idée de la frontière. La position que je suis en train de réfuter se trouve en résumé chez F. Barlow, op. cit., p. 48 : « [Territorial archdeaconries] were, however, a feature of the Norman church. »

34 Voir R. Génestal, « La patrimonialité de l’archidiaconat dans la province ecclésiastique de Rouen », Mélanges Paul Fournier, vol. 1, 1929, p. 285-291 ; J. Depoin, « Documents sur sur les archidiacres de Pontoise », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise et du Vexin, 35, 1918, p. 105-110 ; et aussi J.F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, Lille, 1945, p. 48-55.

35 Letters of Lanfranc, lettre 51 ; D. Bates, op. cit., p. 213, observe que « there is only one mention in a charter [before 1066] of a diocese as a geographical unit ».

36 Margaret Gibson a, en effet, traduit la phrase, en anglais « within your jurisdiction ».

37 Une charte de l’archevêque Hugues pour Saint-Germer-en-Fly démontre clairement que les archidiaconés du diocèse de Rouen étaient territoriaux en 1151. On observe, pourtant, que les archidiaconés ne sont pas désignés par une détermination géographique (comme « du Vexin »), mais comme « l’archidiaconé de Fulbert ». Cf. B.N. ms. lat. 13890, p. 487-489. Je remercie sincèrement Thomas Waldman d’avoir attiré mon attention sur cette charte que j’avais négligée antérieurement.

38 Le rapport compliqué entre les archidiaconés et les pagi constitue le sujet d’un débat en dehors de la Normandie également : voir A. Dierkens, « La création des doyennés et des archidiaconés dans l’ancien diocèse de Liège », Le Moyen Age, 42, 1986, p. 345-365. Cet auteur note que la formation des archidiaconés à Liège est beaucoup plus ancienne (c. 900) qu’en Normandie. Voir D. Bates, op. cit., p. 156-157 : il montre qu’il existe un problème semblable entre la vicomté et son rapport avec le pagus.

39 A. H. Thompson, op. cit., p. 162.

40 Voir aussi D. Greenway, op. cit., p. 82, tableau n° 1.

41 R 470.

42 R 129.

43 Ε 38.

44 L 120.

45 D. Bates (op. cit., p. 216-218) a corrigé David C. Douglas, mais voit les décennies 1060 et 1070 comme les plus significatives.

46 Les titres sont variés : à Avranches, Jean fut Magister Scolarum ; à Bayeux, Richard fut Grammaticus ; à Coutances, Robert fut Institutor ; à Évreux, Raoul fut Scholarius ; à Lisieux, Robert fut Magister Scolarum ; à Rouen, Hugues fut Grammaticus ; et à Sées, Hugues fut Scholasticus.

47 Voir aussi D. Greenway, op. cit., p. 77-101.

48 D. Bates, op. cit., p. 122-27, 168 ; Ε. Z. Tabuteau « Definitions of Feudal Military Obligations in Elenventh-Century Normandy », On The Laws and Customs of England : Essays in Honor of Samuel E. Thome, Chapel Hill (NC), 1981, p. 18-59 ; Ε. Z. Tabuteau, Transfers of Property in Eleventh-Century Norman Law, Chapel Hill (NC), 1988, p. 108-109.

Notes de fin

1 Les dates indiquées représentent parfois la moyenne entre deux dates extrêmes.

Auteur

Université Furman (Caroline du Sud)

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540