Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

1re partie : Les évêques normands dans l’Occident chrétien

Les évêques normands envisagés dans le cadre européen (Xe-XIIe siècles)1

Lucien Musset

Texte intégral

Problèmes de géographie diocésaine

  • 1 L’état de santé de l’auteur ne lui a permis ni de présenter personnellement la communication à Ceri (...)
  • 2 Cf. L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en ordre de la hiérarchie épiscopale en Normandie (...)
  • 3 Éd. M. Chibnall, 2, p. 26.

1Les sept diocèses normands, comme la plupart de ceux de la France du Nord, furent aux Xe, XIe et XIIe siècles d’une grande stabilité. La conquête Scandinave, puis la réorganisation des années 9902, n’entraînèrent ni suppression, ni transfert de siège, tout au plus quelques minimes retouches concernant les limites diocésaines, notamment celles entre Lisieux et Sées dans le sud du Pays d’Auge, selon un texte fameux d’Orderic Vital3. Il se peut que, çà et là, la fixation des frontières politiques ait entraîné des déplacements de peu d’amplitude des limites ecclésiastiques (ainsi dans le sud de l’Avranchin), mais on ne toucha pas aux anomalies majeures : l’appartenance du Vexin français au diocèse de Rouen fut constamment maintenue après 911, comme celle du Passais au diocèse du Mans après 1050.

2Les enclaves diocésaines elles-mêmes furent respectées à peu près partout : il en apparut sans doute quelques nouvelles, au bénéfice des évêques de Lisieux (« l’exemption » de Saint-Cande et vers Nonant) et de l’archevêque de Rouen (à Laize-la-Ville), toutes infimes et limitées à quelques paroisses. Les grandes enclaves restèrent ce qu’elles étaient avant les Normands : celle de Cambremer (du diocèse de Bayeux dans celui de Lisieux), celle de Sainte-Mère-Église (du même diocèse de Bayeux dans celui de Coutances), et surtout celle du diocèse breton de Dol dans celui de Rouen autour de la basse Risle. On ne connaît aucune tentative des ducs pour retoucher cette géographie.

 

3Outre-Manche, au contraire, il était déjà de tradition, bien avant 1066, de modifier les cadres diocésains quand le besoin s’en faisait sentir. Dessinés au cours des VIIe et VIIIe siècles, en s’efforçant de respecter ce que l’on savait encore des subdivisions administratives romaines, ils avaient été bouleversés notamment par Édouard l’Ancien : fondation des sièges de Wells et de Crediton dans le sud-ouest, extension du ressort de Londres et surtout de Dorchester-on-Thames dans l’Angleterre moyenne. Finalement la géographie ecclésiastique avait plus ou moins calqué la géographie politique. Les invasions danoises avaient entraîné d’autres remaniements, surtout dans le nord.

  • 4 Concile de Noël 1074 : Letters of Lanfranc, Archbishop of Canterbury, éd. Clover et M. Gibson, Oxfo (...)

4D’autre part, des traditions de cumul (absolument étrangères à la Normandie) s’étaient développées, en particulier entre le siège archiépiscopal d’York, appauvri par les guerres, et l’évêché de Worcester. Cela explique que Guillaume le Conquérant ne se soit aucunement senti lié quand il prit en mains l’Église d’Angleterre : non seulement il en transforma progressivement le personnel, mais encore, inspiré par l’exemple des usages continentaux (ce qui s’était déjà manifesté sous Édouard le Confesseur), il transporta dans de vraies villes les sièges épiscopaux des petites localités du sud-est et du sud de l’île, substituant Chichester à Selsey, Sarum (Salisbury) à Sherborne, Chester à Lichfield4 et Lincoln à Dorchester-on-Thames ; à une autre époque, il établit à Thetford le siège d’Elmham, qui fut transféré à Norwich par Guillaume le Roux en 1094. C’est ainsi que fut fixée avant la fin du XIe siècle la liste des quinze diocèses qui ne varia plus au cours de l’époque anglo-normande. Bien que les enclaves au niveau paroissial fussent chose familière au clergé anglais, on les évita en ce qui concerne les diocèses.

 

  • 5 Sur tout ceci, voir l’exposé remarquablement clair de J. M. Martin, « Les modèles paléochrétiens da (...)
  • 6 Malgré de multiples tentatives pour récupérer à leur profit des titres et des cultes anciens.

5L’organisation diocésaine de l’Italie du Sud était fort originale lorsque les Normands s’y présentèrent. Comme dans toute l’Europe du Midi, les sièges épiscopaux y étaient très nombreux, presque dans chaque ville, et les diocèses avaient de très petites dimensions. L’institution des métropoles était embryonnaire et très imparfaite, pratiquement inexistante jusqu’à la fin du Xe siècle (tout le pays relevait directement de Rome) ; six furent créées au XIe et au début du XIIe siècle. Celles-ci, à leur tour, multiplièrent les sièges suffragants dans leur dépendance : c’est ainsi que, pour la seule Apulie, on passa de sept à quarante-quatre évêchés, dont quatre échappaient cependant à toute organisation métropolitaine5. La plupart de ces nouveaux sièges étaient encore incomplètement organisés lors de la conquête normande. Ainsi, les structures épiscopales gardaient une souplesse qui permit aux nouveaux maîtres toutes sortes de remaniements, ce dont ils ne se privèrent pas. Par voie de conséquence, la plupart des évêques ne jouissaient ni du prestige social ni des ressources de leurs collègues de Normandie ou d’Angleterre6. Il n’y eut guère de seigneuries épiscopales avant la seconde moitié du XIe siècle.

  • 7 Sur ces conversions, cf. L. Musset, « Un prêtre normand converti au judaïsme en 1102, Jean d’Oppido (...)

6Second trait original de ce milieu, son pluralisme linguistique et liturgique. Des sept sièges anciens de Pouille, deux étaient grecs au IXe siècle et le restèrent en dépit du « schisme » de 1054, dont l’impact local fut à peu près inexistant, tout comme le célèbre archidiocèse de Rossano jusqu’à la fin du XIe siècle. Cet épiscopat garda longtemps, comme le clergé qui en dépendait, une curiosité intellectuelle dont la manifestation la plus surprenante, tout à fait étrangère à la mentalité des prélats du Nord, fut la conversion au judaïsme de simples clercs comme Jean Fils Dreu, ce Normand d’Oppido devenu juif en 1102 sous le nom d’Obadyah ha Normandus et finalement fixé au Caire où il tenta de rénover la musique de synagogue, ou surtout celle de l’archevêque André de Bari, vers 1072, également réfugié au Caire. Mais ces épisodes furent volontairement tus par l’historiographie chrétienne7.

  • 8 Voir V. d’Alessandro, « Corona e Nobiltà... », Potere, Società e popolo nell età dei due Guglielmi, (...)
  • 9 C. A. Loud, « How “Norman” was the Norman Conquest of Southern Italy ? », Nottingham Medieval Studi (...)
  • 10 On se soucie apparemment peu d’obtenir la sanction papale pour délimiter les nouveaux diocèses et m (...)

7Arrivés en Italie, les Normands mirent vite la main sur l’institution épiscopale, au besoin en créant de nouveaux sièges là où résidait leur puissance politique : ainsi Richard Carrel à Aversa sans doute en 1053 ; ce fut aussi le cas de Venosa en 1059, de Melfi, en attendant Mileto ou Montepeloso. Brindisi fut restauré malgré l’opposition des évêques d’Oria8. Bien entendu, ces nouveaux diocèses furent pourvus, dans la mesure du possible, de titulaires normands, ou, en tout cas, venus de France à en juger par leurs noms9. Ainsi, le réformateur Guimond, moine de La Croix-Saint-Leufroy, d’abord pressenti pour un siège anglais par Guillaume le Conquérant à ce que dit Orderic Vital, devint évêque d’Aversa en 1088 ; un Flamand (?) du nom de Baudouin fut établi à Melfi en 1063 ; un Breton, Geoffroi le Roux, abandonna le siège de Dol et devint, en 1147 encore, archevêque de Catane. La plupart des autres nouveaux venus sont des inconnus dont le niveau social nous échappe10. Enfin, beaucoup d’Italiens restèrent en place : l’implantation d’un corps épiscopal immigré n’eut ici ni le caractère frappant, ni la généralité qu’elle eut en Angleterre. Mais nous verrons qu’il en alla différemment en Sicile.

  • 11 Cf. P. Delogu, I Normanni in Italia. Cronache della conquista del regno, Naples, 1984, p. 118-123.
  • 12 Geoffroy Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi duci (...)

8Dans l’île, il n’y avait point d’épiscopat latin lors de l’arrivée des Normands et le seul système diocésain en place, dans le quart nord-est, était grec ; dans le reste du pays, l’islamisation avait presque totalement désorganisé les structures ecclésiastiques. Il fallut construire une Église entièrement nouvelle11. Sa constitution est bien connue, avant tout par un texte de Geoffroy Malaterra12.

  • 13 L. T. White, Latin Monasticism in Norman Sicily, Cambridge (Mass.), 1937, p. 108 : mais ce « Breton (...)

9Elle commença par l’établissement à Troina (siège plus tard uni à celui de Messine) d’un Italien du Nord, Robert, en 1082. Bientôt suivit Agrigente (1086), confié à un « Allobroge » (du Dauphiné ou de Savoie ?), Gerlandus. A la prise de Palerme, 1082, les Normands avaient trouvé en place un archevêque grec, Nicodème, qui survécut dans une totale obscurité ; tel fut sans doute aussi le cas d’abord à Catane. Partout ailleurs on n’entend plus parler que de prélats latins et francophones : ainsi à Mazara (où fut nommé Etienne de Rouen), à Syracuse (un Provençal, en 1093) et enfin à Catane avec l’accession en 1091 d’un Breton (?), Anger, ancien moine de Saumur, puis prieur de Sainte-Euphémie en Calabre13.

  • 14 Ibid., p. 108.

10Tous ces sièges, sauf Mazara, étaient d’origine ancienne. La plupart reçurent des dotations foncières considérables, complétées à Catane par l’union de l’évêché et de la principale abbaye du lieu, Sainte-Agathe, conforme à une formule usuelle en Angleterre. Anger de Catane, d’après son épitaphe, fut un constructeur très actif, un promoteur des cultures de vignes, de figuiers et d’oliviers, bref le restaurateur de la région, comme l’a écrit L. T. White, le vrai successeur de l’émir musulman du lieu, Ibn al-Thumnah14.

  • 15 Mais il n’y a pas lieu d’invoquer ici la légendaire origine anglaise de l’archevêque de Palerme Gau (...)

11Nous sommes loin des évêques peu connus et relativement effacés de la plupart des sièges continentaux d’Italie du Sud : il est normal que, dans la suite, les diocèses siciliens se soient montrés plus attrayants que ceux d’Italie pour les prélats anglo-normands, à commencer par Roger de Selby, venu du Yorkshire et futur chancelier du royaume15. Quant au clergé inférieur, partout où il existait à l’arrivée des Normands, il resta en majorité grec sans que cela entraînât de difficultés majeures au cours du premier siècle.

Le recrutement de l’épiscopat anglo-normand

12Le recrutement de l’épiscopat normand ne tint guère compte, pendant longtemps, des préceptes canoniques. Nous ne savons pratiquement rien avant le XIIe siècle des méthodes d’élection. Les seules restrictions étaient sans doute imposées par la nécessité pour les évêques de pouvoir frayer avec leurs collègues du reste de la France. C’est ainsi, semble-t-il, que la naissance légitime (ou du moins légitimée) s’imposa pour l’archevêque Robert à la fin du Xe siècle : ses parents, le duc Richard Ier et sa femme Gonnor, jusque là unis more danico, jugèrent indispensable de se marier à la face de l’Église. Mais on verra que, pour les simples évêques, il y eut de nombreux accommodements jusqu’au milieu du XIIe siècle. L’obligation d’avoir la prêtrise pouvait être, sinon absolument tournée, du moins interprétée en recourant à des ordinations précipitées juste avant l’accession à l’épiscopat, comme ce fut le cas pour le plus notable évêque du XIe siècle, Odon de Bayeux, et encore au siècle suivant pour l’évêque de Lisieux, Jean, grand justicier de Normandie.

13Les restrictions pesant sur la désignation d’un clerc régulier, et spécialement d’un abbé, ne furent mises en avant que par des esprits exceptionnellement scrupuleux, comme saint Anselme qui n’accepta le siège de Canterbury qu’avec l’approbation expresse de ses moines du Bec.

  • 16 Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle. Geoffroy de Montbray », Revue du départemen (...)
  • 17 Miracula Sancti Vulfranni episcopi, éd. AA. SS, Mars III, p. 155, chap. 17 (cf. note de Dom Laporte (...)
  • 18 Voir H. Navel, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, XLII, 1934, p. 37, note 115 et (...)
  • 19 Cf. L. Musset, « Les chapelains normands du duc-roi au XIe siècle et au début du XIIe siècle », Asp (...)

14Autrement, la pratique se montrait extrêmement accommodante, dans la mesure où l’autorité ducale était d’accord. La simonie, dans le cas de l’accession de Geoffroi de Montbray au siège épiscopal de Coutances, fut certes invoquée par le pape Léon IX au concile de Reims en 1049, mais un serment de l’intéressé suffit à le disculper, apparemment sans qu’il y ait eu une véritable enquête16. Le célibat n’était pas exigé dans les faits : l’existence d’une episcopissa est admise par plusieurs textes diplomatiques et hagiographiques. L’exemple fut donné au début du XIe siècle par l’archevêque Robert lui-même, dont la femme, Herleva, fut la souche du lignage des comtes d’Évreux17. Odon de Bayeux a laissé un filius episcopi qui fut l’origine d’une famille noble de moindre importance18. Sur le même siège, on connaît l’extraordinaire fortune de la famille de Douvres, avec Richard fils Samson (1107-1133), fils d’un évêque de Worcester, qui fut père à son tour du chapelain royal Jean de Bayeux19. La bâtardise d’un neveu de Richard fils Samson, Richard fils Robert, ne l’empêcha nullement d’être lui aussi évêque de Bayeux (1136-1142), tout ceci pour se limiter à la Normandie, sans invoquer les nombreux prélats anglais issus de la même famille.

15Rien de grégorien, donc, dans tout cela, en dehors de quelques velléités éphémères, sauf sans doute dans le cas des archevêques de Rouen. A partir de la déposition de Mauger en 1055, les ducs prirent des précautions pour que les chefs de l’Église normande soient inattaquables aux yeux de Rome – même s’ils ne se rendaient jamais ad limina – ce qui découragea sans doute la papauté de regarder de trop près ce qui se passait pour les autres sièges épiscopaux de moindre importance. Presque tous les archevêques furent pieux, instruits, prêts à se plier aux principales exigences canoniques. Certes, Guillaume Bonne-Ame (1079-1110) avait ses défauts : il n’était pas de naissance légitime (étant fils de l’évêque de Sées, Radbod) et ne fut jamais pleinement acquis aux idéaux grégoriens. Mais, après lui, de tels faits ne se reproduisirent plus.

16Pour ce qui est du personnel épiscopal anglais, en majorité d’origine monastique depuis le début du XIe siècle, il avait déjà subi d’importantes transformations sous Édouard le Confesseur : celui-ci y avait introduit nombre de continentaux, les uns normands, notamment Guillaume sur le siège de Londres (1051-1075), les autres « lotharingiens », comme Hermann, installé à Ramsbury en 1045 (et devenu par la suite moine de Saint-Bertin) et les évêques de sièges unis de Sherborne et d’Old Sarum, (jusqu’à leur disparition en 1088). Certes, il y avait déjà eu avant Édouard des évêques qui n’étaient pas anglais : la dynastie danoise avait également établi des compatriotes à Ramsburry (comme Oda, devenu en 940 archevêque de Canterbury) et à York, mais le phénomène n’avait jamais eu la même ampleur.

17Ces divers précédents laissaient donc les mains libres à Guillaume le Conquérant. Celui-ci se montra cependant très prudent : alors que la noblesse laïque était dépossédée sur une grande échelle, l’épiscopat, à de rares exceptions près, fut respecté. La principale atteinte à la stabilité du corps épiscopal fut la déposition, politiquement inévitable, de Stigand de Canterbury (qui détenait aussi le siège de Winchester) et celle de son frère, Æthelmaere, évêque d’Elmham. Stigand, malgré toutes ses compromissions avec le vaincu de Hastings, fut cependant maintenu sur son trône archiépiscopal jusqu’en 1070 et admis pendant quatre ans à exercer sa juridiction (consécration du Normand Rémi comme évêque de Dorchester-on-Thames en 1067) ; il fut finalement condamné pour avoir reçu son pallium d’un antipape, Benoit X, et être coupable de cumul. Lanfranc de Pavie le remplaça aussitôt.

18La mortalité normale aidant, l’épiscopat anglais fut presque complètement renouvelé au cours du règne de Guillaume. En 1085, il ne subsistait que deux évêques antérieurs à la Conquête, en face de treize nouveaux, qui étaient en grande majorité continentaux et presque tous Normands ; l’un de ces Normands, Osbern d’Exeter, devait d’ailleurs le début de sa carrière à Édouard le Confesseur, dont il était parent (tout comme du roi Guillaume). Bon nombre des nouveaux venus étaient chapelains royaux et les anciens moines étaient nettement minoritaires parmi eux.

  • 20 Voir avant tout M. Brett, The English Church under Henry I, Oxford, 1975, notamment p. 7, 106-112 e (...)
  • 21 Eadmer, Historia Norvorum, éd. Rule, 1884, p. 224.

19Ce personnel fut peu modifié par Guillaume le Roux. Le contraste s’accentua entre le siège archiépiscopal de Canterbury, dévolu à un second intellectuel transalpin, Anselme d’Aoste, et le reste des évêchés, presque tous occupés par d’anciens chapelains ayant donné des preuves de leur docilité plus que de leurs capacités pastorales. Comme sous le Conquérant, les qualités administratives de presque tous furent remarquables. Henri Ier, tout en conservant la même nuance dominante, recruta beaucoup de clercs d’une origine relativement modeste et favorisa ostensiblement les tendances de certains d’entre eux à fonder des « dynasties » épiscopales20. Au témoignage d’Eadmer21, les Anglais furent systématiquement écartés. Il n’y eut plus d’Italiens après 1093 ; les « lotharingiens » disparurent vers la même époque, après la mort de Robert « Losinga » à Hereford. Les carrières de la plupart des prélats se déroulèrent désormais indistinctement en Angleterre et en Normandie.

 

  • 22 C. P. Schriber, The dilemma of Arnulf of Lisieux, Indianapolis, 1990.

20Une nouvelle génération d’évêques marque à peu près la fin de la période que nous envisageons ici. Parmi ses représentants les plus notables en Normandie, citons tout d’abord Arnulf de Lisieux. Certes, il appartenait à l’une des « dynasties épiscopales » du temps de Henri Ier, mais il fut surtout un novateur : archidiacre de Sées, formé aux écoles de Chartres, légiste et avocat de talent, il s’imposa en 1143 en dépit des réticences de Geoffroi Plantagenêt et resta en fonction jusqu’en 1181. Il fut l’introducteur à Lisieux tout à la fois d’une idéologie nouvelle et d’une nouvelle forme d’architecture22. Évoquons également Algare de Coutances, installé en 1135, ancien élève des écoles de Laon, promoteur du renouveau monastique en Cotentin, et surtout l’évêque d’Avranches Achard, ancien abbé de Saint-Victor de Paris, consacré en 1155 et grand soutien de l’ordre de Prémontré.

  • 23 A propos des premiers successeurs de Guillaume Bonne-Ame, voir une note de D. S. Spear, « Geoffrey (...)
  • 24 M. P. Schlunz, Archbishop Rotrou of Rouen, Urbana, 1973.

21Le siège archiépiscopal de Rouen, depuis la mort de Guillaume Bonne-Ame en 1111 resta le domaine de prélats d’une tout autre envergure23. Ils furent souvent proches de la dynastie royale, comme Rotrou de Warwick, de la famille des Beaumont, en fonction de 1164 à 1183, apparenté aux comtes du Perche et même, en ligne maternelle, aux rois de Sicile24 ; il avait été justicier de Normandie, puis évêque d’Évreux. Le dernier titulaire du siège à l’époque ducale, Gautier de Coutances, Anglais de naissance, avait fait ses études à Paris, puis cumulé les dignités profitables ; chanoine et trésorier de Rouen, archidiacre d’Oxford, archidiacre puis évêque de Lincoln, ce qui ne l’empêcha pas finalement de rompre avec les Plantagenêt et de se rallier aux conquérants français de 1204.

Quelques activités épiscopales

22L’un des aspects les plus spectaculaires de l’œuvre des évêques normands, dans le duché, en Angleterre et à un moindre degré en Italie, fut de promouvoir l’édification d’un nouvel ensemble de cathédrales, des monuments spectaculaires qui se substituèrent plus ou moins complètement aux « groupes cathédraux » des périodes antérieures. Trois traits distinguent ces cathédrales à partir des abords de l’an mil : leur unicité (même si des baptistères subsistent parfois à leur côté, comme en Italie), leur ampleur, la qualité de leur construction. Elles dominent les villes où elles sont bâties, et, malgré les siècles écoulés, beaucoup d’entre elles sont encore debout, alors qu’il n’en survit aucune des temps précédents. On ne peut manquer, par exemple, d’être impressionné par ce qu’il subsiste de roman à Winchester ou à Durham. Beaucoup de ces cathédrales sont complétées par des constructions destinées aux chapitres : cloîtres, salles capitulaires et, dans le cas des chapitres réguliers, logements nécessaires à la vie commune. Peu ont survécu hors d’Angleterre. Mais ici encore les édifices romans de cette catégorie restent nombreux, par exemple à Canterbury ou à Durham.

  • 25 Cf. M. D’Onofrio et V. Pace, Campanie romane, coll. « Zodiaque », 1981, p. 243-249.

23Le « gigantisme » des cathédrales commença, semble-t-il, à se manifester dans des édifices liés de très près à la dynastie ducale normande, dont il reflétait les ambitions, soit à la cathédrale (disparue) de l’archevêque Robert de Rouen, à partir de 996, soit à celle (qui subsiste en partie) de Lanfranc à Canterbury à partir de 1071. Ensuite, ce parti gagna de proche en proche l’ensemble des sièges épiscopaux du duché et du royaume. Il se peut qu’en Italie du Sud la cathédrale d’Aversa ait joué un rôle comparable à partir du dernier quart du XIe siècle25.

  • 26 Voir L. Musset, Normandie romane, coll. « Zodiaque », 2 vol., 1967 et 1974, et Angleterre romane, C (...)
  • 27 Cf. A. Erlande-Brandenburg, La Cathédrale, Paris, 1989, notamment p. 119-126.

24Cette tendance à reconstruire les sanctuaires en plus grand et en plus solide ne fut, on le sait, aucunement propre aux cathédrales : on la retrouve aussi bien dans l’Église monastique qu’au niveau paroissial et elle dura presque jusqu’à la fin du XIIe siècle26. Elle n’est guère inférieure aux ambitions qui se manifestèrent à l’époque gothique à son apogée27. Notons qu’en comparaison les chapelles ducales ou royales restèrent de médiocres proportions ; elles n’attirent guère le regard : ce n’est pas à elles que s’attachait l’ambition des princes normands.

***

  • 28 Cf. J. A. Green, dans un compte-rendu, History, LXXIV, 1989, p. 61.

25Inversement, on ne sait pas grand chose de la part que dut prendre notre épiscopat dans ce qui fut sans aucun doute l’un des phénomènes majeurs au sein de l’Église d’Occident aux Xe, XIe et XIIe siècles : la multiplication et la délimitation précise des cellules paroissiales, principalement en campagne. Tant en Normandie qu’en Angleterre, des documents concernant le sujet sont très rares et d’une interprétation souvent délicate ; l’étude des « dédicaces célestes » des églises paroissiales, grevée de tant d’incertitudes chronologiques, reste souvent notre seul moyen d’investigation. Les recherches récentes, abondantes surtout en Angleterre, ont bien dégagé quelques lignes générales, notamment par le recours à l’archéologie28, mais le rôle joué personnellement par les évêques reste le plus souvent inconnu, sauf cas exceptionnels comme celui de Geoffroi de Montbray en Cotentin ou de Hermann de Ramsbury en Wiltshire. Il est en tout cas certain que tout l’essentiel était accompli avant 1204 ; il n’intervint ensuite qu’un très petit nombre de divisions et de regroupements. Le maillage du réseau paroissial atteignit sa plus forte densité peu après le milieu du XIIIe siècle, sans qu’une intervention générale de l’autorité épiscopale soit jamais mentionnée.

26Elle est plus probable, mais guère mieux attestée, dans les villes, car elle se fit aux dépens des privilèges de la cathédrale. En Angleterre, une véritable organisation des paroisses urbaines n’existe que depuis la seconde moitié du XIIe siècle.

  • 29 J. Blair, « Local churches in Domesday Book and before », Domesday Studies, éd. Holt, Woodbridge, 1 (...)

27Signalons enfin la disparition, à l’époque normande, des anciennes structures rurales anglaises, autour des minsters, encore si apparentes en 1086 : on ne sait pas davantage quelle part les évêques y prirent29.

***

28A une époque où l’Europe occidentale n’était pas encore unanimement chrétienne, l’un des rôles possibles de l’épiscopat eût été d’organiser le mouvement missionnaire. L’Église normande semble n’en avoir jamais connu le souci. Même en Italie du Sud et en Sicile : la progression du christianisme y fut bien plutôt le résultat de la pression politique et sociale de la classe conquérante. En Angleterre, les Normands trouvèrent des traditions missionnaires encore bien vivantes au milieu du XIe siècle (surtout, il est vrai, dans le milieu monastique) orientées exclusivement vers les pays Scandinaves auxquels tant de liens rattachaient encore le pays au lendemain des règnes de Knut et de ses fils. Ainsi Ely et Abingdon pour la Norvège, Evesham et Saint-Albans pour le Danemark avaient constitué des bases missionnaires actives et, éventuellement, des lieux de repli en cas d’échec de la prédication, et cela jusque vers les années 1070. Mais on n’aperçoit pas que les évêques, même indigènes, se soient beaucoup préoccupés de ces activités des réguliers, et après 1066 tout cela prit fin.

29Si l’on rencontre ensuite, en nombre non négligeable, des clercs anglais en Scandinavie, ce sont presque tous des réfugiés fuyant les Normands. Certes, il y a des exceptions, comme le premier historiographe du Danemark, Ælnoth, arrivé à Odense vers 1098 ; mais, à cette date, il ne s’agit plus de mission, mais d’aider à se consolider une Église danoise déjà bien établie et d’approfondir ses liens avec la culture ecclésiastique du reste de l’Occident.

***

  • 30 Il n’existe malheureusement aucune étude approfondie sur la question, cependant cf. E.Z. Tabuteau, (...)

30Une autre obligation traditionnelle de l’évêque était d’entretenir une école. En Normandie, cela impliquait d’abord la réapparition de l’acte écrit, disparu depuis les premières années du Xe siècle. Sous Richard Ier (942-996), il réapparaît timidement entre les mains de personnages extérieurs à la province ou dans celles de l’archevêque de Rouen, dans la mesure où il exerce ses attributions en dehors du duché, dans le Vexin français30. Mais il ne reprend vraiment sa place qu’après le rétablissement complet des cadres épiscopaux dans le duché, durant la seconde moitié du règne de Richard II (996-1026) : c’est alors seulement qu’il redevient le mode normal de transmission et de confirmation des biens-fonds.

 

  • 31 L. Musset, « Observations sur la formation intellectuelle du haut clergé normand (vers 1050-vers 11 (...)

31Désormais la pratique normande s’aligne, avec quelques nuances, sur celle de tout le nord-ouest de la France, en même temps que le haut clergé normand s’imprègne de la culture cléricale commune. On sait quelle étape décisive représenta la fondation de l’école du Bec dans les années 1050 : l’épiscopat n’y joua aucun rôle notable. Mais les évêques continuèrent pendant quelque temps à se distinguer par la place toute spéciale que la culture technique occupait dans le bagage intellectuel de beaucoup d’entre eux31 : culture juridique (comme celle de Lanfranc au début de sa carrière), culture médicale, mathématique, architecturale et plus généralement administrative et financière. Ce trait, apparu dès le milieu du XIe siècle, alla en se renforçant jusque vers la fin du règne de Henri Ier (1135), puis il s’effaça devant le succès général d’une culture littéraire théologique et philosophique, dont des écoles cathédrales extérieures au duché (Chartres, Liège, Laon, Paris, etc.) devinrent les foyers les plus actifs, en attendant la naissance de l’université de Paris.

  • 32 Sur celle de Rouen, cf. J.-M. Bouvris, « L’école capitulaire de Rouen au XIe siècle », Études norma (...)
  • 33 Cf. D. Bates, « The Character and career of Odo, Bishop of Bayeux », Speculum, L, 1975, p. 1-20.

32Les écoles cathédrales de Normandie, que l’on connaît assez peu32, semblent, aux XIe et XIIe siècles, n’avoir jamais vraiment dépassé un niveau secondaire, voire élémentaire. Elles ont sans doute formé une grande quantité du clergé paroissial ou diocésain, mais presque aucun esprit supérieur. Les meilleurs évêques du XIe siècle ont sélectionné les sujets de valeur dont ils disposaient et les ont envoyés poursuivre à l’extérieur les études supérieures qui leur convenaient. Ce fut avant tout le cas d’Odon de Bayeux, dont la perspicacité en cette matière paraît avoir été vraiment remarquable33.

***

  • 34 Dont 9 du vivant du Conquérant, cf. D. Bates, Normandy before 1066, Londres/New York, 1982, p. 119.

33La cohésion de l’Église anglo-normande n’est pas due seulement aux interventions répétées de la couronne, mais aussi à la fréquence relative des conciles provinciaux. En Normandie, on en compta une dizaine durant la période envisagée ici34. Leur rôle était d’ailleurs plutôt politique qu’ecclésiastique : ils sont alors le seul organe dont dispose le duc – qui y assiste souvent – pour imposer à ses sujets une législation nouvelle de portée générale, comme la Trêve de Dieu. Dans ces circonstances, l’épiscopat siège flanqué de divers grands barons qui contribuent aussi à la formulation des canons, mais seule l’autorité épiscopale dispose, grâce à son pouvoir d’excommunier, de la faculté de rendre ces décisions exécutoires. Cela dura jusque vers le règne de Henri II.

  • 35 Que souligne Eadmer, op. cit., p. 9-10.
  • 36 H. R. Loyn, « William’s bishops », Anglo-Norman studies, Χ, 1987, p. 233-235.

34En Angleterre, à la fin du XIe siècle, des réunions informelles des évêques (souvent trois par an) et des conciles plus ou moins « généraux » (on en connaît cinq ou six du vivant du Conquérant) assurent la cohésion interne du corps épiscopal, mais sous le contrôle étroit de la couronne35. Elles n’ont pas le même rôle qu’en Normandie dans l’activité législative laïque36. Au XIIe siècle, la couronne devint méfiante et préféra s’aboucher directement avec quelques prélats de confiance.

35En revanche, la participation des Anglo-normands aux grands conciles de l’Église d’Occident, au XIe siècle, resta très limitée, voire réticente (comme ce fut le cas au concile de Reims de 1049), et les liens personnels de la plupart des prélats normands avec la papauté restèrent assez lâches (même après la visite du pape Innocent II à Rouen en 1131).

***

  • 37 J. Yver, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LVII, 1963-1964, p. 189-283.

36L’une des originalités et l’une des forces de l’épiscopat anglo-normand est qu’il ne fut jamais entravé, dans le domaine temporel, par la présence d’avoués laïques, ainsi que l’a établi en 1965 Jean Yver37. C’était une conséquence directe de l’autorité acquise par le pouvoir ducal, qui saisit et conserva les privilèges ailleurs concédés aux avoués depuis la fin de l’époque carolingienne. Aux portes mêmes de la Normandie, l’évêque de Dol était flanqué d’un vidamé, la seigneurie de Combourg, parfaitement comparable aux avoueries de la France de l’Est. Certes le mot d’aduocatio existe dans le duché et en Angleterre, mais avec une tout autre signification, celle de patronage d’une église, généralement paroissiale, acception qui fut également usuelle à la chancellerie royale jusque sous Henri II.

  • 38 M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, n° 58, p. 182.
  • 39 Ibid., n° 214, p. 407.

37Les droits que les évêques normands du XIe siècle détenaient sur leurs cités épiscopales étaient variés selon les cas et leur détermination n’est pas toujours aisée. Le cas sans doute le plus net est celui de Coutances : la totalité de la ville relevait du duc dans les premières années du XIe siècle, sauf quelques éléments (inconnus) qui dépendaient de l’archevêque de Rouen Robert, d’ailleurs membre de la famille ducale. Richard III, en 1026-1027, affecta tous les droits ducaux au douaire de sa femme Adèle, mais on sait que ces dispositions ne furent pas suivies d’effet38. Entre 1056 et 1066, Guillaume le Bâtard confirma à la cathédrale l’église Saint-Pierre et ses dîmes, dons d’un duc non dénommé, et y joignit « la moitié de la ville…, avec la moitié du faubourg et la moitié du tonlieu, ainsi qu’une foire et deux moulins »39.

  • 40 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914, p. 165.

38A Sées, il semble bien que l’héritage de l’abbaye épiscopale suburbaine de Saint-Martin soit allé très tôt à la nouvelle famille seigneuriale de Bellême, qui se saisit également, on ne sait au juste comment, de l’episcopium entier au temps de Guillaume Ier de Bellême. En tout cas, sous Richard II, ce Guillaume détenait le burgum Sagii. L’évêque Azzo (vers 990-1000) avait obtenu (mais nous ne savons pas de quelle autorité) le droit de démanteler la cité pour rebâtir sa cathédrale40. Ceux de ses successeurs qui appartenaient à la famille de Bellême contrôlèrent donc sans doute la ville entière. Mais l’autorité ducale normande ne s’en effaça pas complètement.

  • 41 M. Fauroux, op. cit., n° 92, p. 243.
  • 42 Ibid., n° 5, p. 75 (texte profondément remanié au XIIe siècle).
  • 43 M. Fauroux, op. cit., n° 140, p. 316-318.
  • 44 Robert de Torigni, éd. L. Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 224.

39A Évreux, la situation est également originale, les fonctions de comte furent longtemps cumulées avec celles d’archevêque de Rouen, par Robert, oncle de Richard II41. Ses descendants gardèrent le comté, mais il semble que, dans les dernières années du Xe siècle, le tonlieu et le bourg de Saint-Taurin aient encore dépendu directement du duc42. A Lisieux, de même, le duc possédait avant la fondation du monastère de Notre-Dame du Pré le faubourg Saint-Désir43, mais, comme à Sées, l’évêque – ici Herbert (1027-1049) – avait reçu le contrôle de l’enceinte urbaine et la fit démanteler pour reconstruire la cathédrale44. L’évêque finit tardivement, et dans des circonstances qui restent obscures, par assumer le titre comtal, ce qui implique que son contrôle de la ville était étendu, mais non qu’il avait autorité sur toute la région environnante. Des cas d’Avranches et de Bayeux, on sait fort peu de choses précises. Dans la seconde de ces villes, le duc, dès les années 990, contrôlait le quart sud-ouest, autour du château qui avait peut-être succédé au pretorium antique. Les murailles romaines, conservées pour l’essentiel, ne furent pas démantelées et continuèrent à dépendre du pouvoir ducal ; la monnaie, peu active, fut entièrement ducale. Ainsi, l’autorité de l’évêque, appuyée sur la cathédrale et certaines églises suburbaines, ne fut jamais prédominante. On sait qu’au début de notre période, la ville se hérissait de tours défensives aux mains des nobles.

  • 45 Voir en dernier lieu F. Dumas et J. Pilet-Lemière, « La monetazione », I Normanni popolo d’Europa, (...)

40A Rouen enfin, il n’y a guère de doute que le duc, s’appuyant sur un massif château-fort bâti en bordure de Seine au Sud-Est de la ville, ait joui d’une prépondérance totale tant en ville que dans la banlieue. L’archevêque cependant contrôlait les abords de la cathédrale, où se situait son palais, et l’abbé de Saint-Ouen était maître d’une partie des faubourgs du Nord. Ces deux autorités ecclésiastiques jouirent au XIe siècle, dans des conditions encore peu claires, d’un droit monétaire démembré de celui du duc45 et qui fut exercé assez activement.

41Joignons à ces observations quelques mots sur un élément caractéristique des patrimoines épiscopaux, tout comme de beaucoup de patrimoines nobles : l’existence de résidences secondaires entourées de parcs de chasse. On connaît surtout le cas de Coutances (le parc y est aux portes de la ville) et de Bayeux (Neuilly-l’Évêque).

 

42Ce tableau très imparfait s’efforce de mettre en lumière quelques-uns des traits les plus remarquables de l’épiscopat normand avant le milieu du XIIe siècle. Certains sont fort originaux, d’autres pas ; ils témoignent en tout cas de la souplesse avec laquelle les Normands surent adapter l’institution épiscopale, comme tant d’autres, aux divers milieux qu’ils abordèrent.

Notes

1 L’état de santé de l’auteur ne lui a permis ni de présenter personnellement la communication à Cerisy en 1993, ni d’en rédiger un texte pleinement conforme à ses vœux. Il s’excuse donc de donner ici une esquisse, passablement inégale, où il expose, à côté d’idées courantes qu’il eût été souhaitable de pouvoir approfondir, quelques opinions personnelles, sans doute insuffisamment fondées sur l’apparat critique nécessaire. Il a semblé cependant aux éditeurs qu’il valait mieux ce texte imparfait plutôt que de laisser entièrement vacante la place qui, dès l’origine, lui avait été assignée. On voudra bien, en particulier, pardonner à l’auteur l’inégalité des références bibliographiques. Elle reflète l’état de son travail quand la maladie l’a frappé.

2 Cf. L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en ordre de la hiérarchie épiscopale en Normandie autour de 990 », Papauté, monachisme et théories politiques. Mélanges M. Pacaut, Lyon, 1994, t. II, p. 563-573.

3 Éd. M. Chibnall, 2, p. 26.

4 Concile de Noël 1074 : Letters of Lanfranc, Archbishop of Canterbury, éd. Clover et M. Gibson, Oxford, 1979, n° 11, p. 75. La décision concernant Lincoln était de 1072.

5 Sur tout ceci, voir l’exposé remarquablement clair de J. M. Martin, « Les modèles paléochrétiens dans l’hagiographie apulienne », Bull. Soc. Nat. Antiq. France, 1990, p. 67-86, notamment p. 67-72.

6 Malgré de multiples tentatives pour récupérer à leur profit des titres et des cultes anciens.

7 Sur ces conversions, cf. L. Musset, « Un prêtre normand converti au judaïsme en 1102, Jean d’Oppido », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LIII, 1955-1956, p. 30-66 ; « Du nouveau sur le juif normand, Obadya ha Normandus », Bulletin de la société des Antiquaires de Normandie, LVIII, 1965-1966, p. 510-512 ; B. Blumenkranz, « La conversion au judaïsme d’André archevêque de Bari », Journal of Jewish Studies, XIV, 1963, p. 33-36.

8 Voir V. d’Alessandro, « Corona e Nobiltà... », Potere, Società e popolo nell età dei due Guglielmi, Bari, 1981, p. 63-77.

9 C. A. Loud, « How “Norman” was the Norman Conquest of Southern Italy ? », Nottingham Medieval Studies, XXV, 1981, p. 13-32.

10 On se soucie apparemment peu d’obtenir la sanction papale pour délimiter les nouveaux diocèses et même les archidiocèses, comme Acerenza, Cosenza ou Conza. Rome s’opposa rarement aux désirs des princes normands ; ce fut cependant le cas lors de la création du siège de Mileto demandée par Roger Ier et d’abord refusée par Grégoire VII, par respect pour les droits anciens de Reggio, mais finalement accordée après enquête ; cf. D. Matthew, The Norman Kingdom of Sicily, Cambridge, 1992, p. 17-18.

11 Cf. P. Delogu, I Normanni in Italia. Cronache della conquista del regno, Naples, 1984, p. 118-123.

12 Geoffroy Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, éd. E. Pontieri, Bologne, 1928, III, 7, p. 89.

13 L. T. White, Latin Monasticism in Norman Sicily, Cambridge (Mass.), 1937, p. 108 : mais ce « Breton » a un nom typiquement normand.

14 Ibid., p. 108.

15 Mais il n’y a pas lieu d’invoquer ici la légendaire origine anglaise de l’archevêque de Palerme Gautier « Ophamil » (1169-1196). C’était sans doute un latin de Sicile : voir L. S. A. Loewenthal, English Historical Review, LXXXVII, 1972, p. 75-82.

16 Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle. Geoffroy de Montbray », Revue du département de la Manche, XXV, 1973, p. 3-17.

17 Miracula Sancti Vulfranni episcopi, éd. AA. SS, Mars III, p. 155, chap. 17 (cf. note de Dom Laporte, Mélanges, Société de l’Histoire de Normandie, XIV, 1938, p. 43, note 54).

18 Voir H. Navel, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, XLII, 1934, p. 37, note 115 et Th. Stapleton, Magni Rotuli, II, p. CLXXXII.

19 Cf. L. Musset, « Les chapelains normands du duc-roi au XIe siècle et au début du XIIe siècle », Aspects de la société et de l’économie médiévales, Caen, 1988, p. 91-114 (p. 111).

20 Voir avant tout M. Brett, The English Church under Henry I, Oxford, 1975, notamment p. 7, 106-112 et 201-202, et Ch. A. Newman, The Anglo-Norman nobility in the reign of Henry I, State University of New York, 1978.

21 Eadmer, Historia Norvorum, éd. Rule, 1884, p. 224.

22 C. P. Schriber, The dilemma of Arnulf of Lisieux, Indianapolis, 1990.

23 A propos des premiers successeurs de Guillaume Bonne-Ame, voir une note de D. S. Spear, « Geoffrey Brito, archbishop of Rouen », The Anglo-Norman Anonymous, mai 1990, p. 3.

24 M. P. Schlunz, Archbishop Rotrou of Rouen, Urbana, 1973.

25 Cf. M. D’Onofrio et V. Pace, Campanie romane, coll. « Zodiaque », 1981, p. 243-249.

26 Voir L. Musset, Normandie romane, coll. « Zodiaque », 2 vol., 1967 et 1974, et Angleterre romane, Coll. « Zodiaque », 2 vol., 1983-1988.

27 Cf. A. Erlande-Brandenburg, La Cathédrale, Paris, 1989, notamment p. 119-126.

28 Cf. J. A. Green, dans un compte-rendu, History, LXXIV, 1989, p. 61.

29 J. Blair, « Local churches in Domesday Book and before », Domesday Studies, éd. Holt, Woodbridge, 1987, p. 365-378.

30 Il n’existe malheureusement aucune étude approfondie sur la question, cependant cf. E.Z. Tabuteau, Tranfers of Property in 11 th. century Normandy, Chapel Hill, 1988, p. 7 et p. 274, note 3.

31 L. Musset, « Observations sur la formation intellectuelle du haut clergé normand (vers 1050-vers 1150) », Mediaevalia christiana. Hommage à R. Foreville, 1989, p. 279-289.

32 Sur celle de Rouen, cf. J.-M. Bouvris, « L’école capitulaire de Rouen au XIe siècle », Études normandes, 1986, p. 89-103.

33 Cf. D. Bates, « The Character and career of Odo, Bishop of Bayeux », Speculum, L, 1975, p. 1-20.

34 Dont 9 du vivant du Conquérant, cf. D. Bates, Normandy before 1066, Londres/New York, 1982, p. 119.

35 Que souligne Eadmer, op. cit., p. 9-10.

36 H. R. Loyn, « William’s bishops », Anglo-Norman studies, Χ, 1987, p. 233-235.

37 J. Yver, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LVII, 1963-1964, p. 189-283.

38 M. Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, n° 58, p. 182.

39 Ibid., n° 214, p. 407.

40 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914, p. 165.

41 M. Fauroux, op. cit., n° 92, p. 243.

42 Ibid., n° 5, p. 75 (texte profondément remanié au XIIe siècle).

43 M. Fauroux, op. cit., n° 140, p. 316-318.

44 Robert de Torigni, éd. L. Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 224.

45 Voir en dernier lieu F. Dumas et J. Pilet-Lemière, « La monetazione », I Normanni popolo d’Europa, 1030-1200, [Venise], 1994, p. 74-77.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540