Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Avant-propos

Pierre Bouet et François Neveux

Texte intégral

  • 1 Il existe deux graphies pour le nom de l'évêque : Geoffroi et Geoffroy. Les éditeurs du présent vol (...)

1Le 2 février 1093 mourait à Coutances l’évêque qui est resté, à juste titre, le plus célèbre et le plus populaire des évêques du diocèse : Geoffroi de Montbray1. Contemporain de Guillaume le Conquérant, il peut être considéré comme le véritable restaurateur de l’Église dans la région, après la terrible tourmente des invasions Scandinaves. Il est aussi le principal responsable de la reconstruction à Coutances d’une cathédrale digne de ce nom. Pour recueillir les fonds indispensables, il n’a pas hésité à se rendre en Italie du Sud auprès de ses diocésains qui avaient réussi à conquérir la région, au premier rang desquels le duc Robert Guiscard et les autres membres de la famille de Hauteville. Enfin, en 1066, il fut l’un des deux seuls évêques normands à participer activement à la conquête de l’Angleterre aux côtés de Guillaume.

2Geoffroi de Montbray était donc un personnage hors du commun et il convenait de marquer dignement le neuvième centenaire de sa mort. Parmi les manifestations qui se sont tenues à cette occasion, il y eut deux colloques scientifiques organisés par l’Université de Caen et par la ville de Coutances au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle.

  • 2 Les Actes de ce colloque ont été publiés en 1994 par les Presses Universitaires de Caen sous le tit (...)

3Le premier colloque, en octobre 1992, a été consacré aux Normands en Méditerranée. En effet, les principaux chefs des Normands conquérants de l’Italie du Sud et de la Sicile au XIe siècle étaient partis du diocèse de Coutances et, nous le savons, Geoffroi de Montbray leur avait rendu visite. Mais, bien entendu, l’objet de ce colloque a largement dépassé la personne et l’action de l’évêque de Coutances pour embrasser tous les aspects de l’action des Normands en Italie aux XIe et XIIe siècles2.

4Le second colloque a eu lieu en octobre 1993. Il fut consacré à Geoffroi de Montbray, mais aussi à l’ensemble de ses confrères, les évêques normands du XIe siècle et ce sont les Actes de ce colloque que l’on trouvera dans le présent ouvrage.

5Les auteurs des articles y font le point des connaissances actuelles sur les évêques normands à une époque où leurs compatriotes se sont lancés dans d’audacieuses entreprises conquérantes aboutissant à la création d’états durables qui furent aussi des modèles d’organisation. Or, en un temps où la séparation des pouvoirs n’est pas encore entrée dans les faits, les évêques sont amenés à jouer de multiples rôles, religieux certes, mais également politique et militaire entre autres.

6Cette action multiforme des évêques normands devait être replacée dans son cadre spatial et temporel. En effet, la figure de « l’évêque politique » remontait aux premiers siècles de l’ère chrétienne et nos évêques n’ont été d’une certaine façon que les continuateurs d’une longue tradition. Aux XIe et XIIe siècles, l’action des évêques normands se situe dans un cadre véritablement européen. Car certains titulaires de siège normand ont exercé de grandes responsabilités en Angleterre, dans l’ordre temporel : c’est le cas justement de Geoffroi de Montbray, mais aussi de son collègue de Bayeux, Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant. De plus, après les conquêtes, de nombreux Normands de souche, ou des étrangers ayant vécu longtemps en Normandie, ont été choisis pour occuper les sièges épiscopaux en Angleterre et, à un moindre degré, en Italie du Sud ou en Sicile.

7Les évêques normands ont donc été des hommes de pouvoir. On peut s’en rendre compte à travers toute sorte de sources : notamment les sources narratives et les sources diplomatiques, c’est-à-dire non seulement les actes proprement épiscopaux, mais aussi les actes émanant des ducs ou des rois, dans lesquels figurent souvent les noms des évêques, du moins au XIe siècle. Les évêques normands ont été généralement de bons administrateurs de leurs diocèses. A cet égard, ils se sont appuyés en particulier sur les archidiacres. De plus, ils ont créé ou recréé partout des chapitres relativement nombreux, encadrés par des dignitaires. Ces chapitres ont longtemps constitué, avec les monastères, de véritables viviers où furent recrutés de nombreux évêques. Au XIIe siècle cependant, ils furent supplantés dans ce rôle par les chapelains royaux.

8Hommes de pouvoir, les évêques normands des XI et XIIe siècles ont été aussi d’une certaine façon des hommes de culture. Bien entendu, tous ne le furent pas au même degré. Cependant, les plus profanes d’entre eux ont compris l’importance qu’il y avait à donner une bonne formation intellectuelle au clergé, afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle spirituel, mais aussi de fournir au duc puis au roi les cadres indispensables à une administration efficace. Évidemment, cette vie intellectuelle est plus authentique chez les évêques qui viennent du monde monastique. Et justement Orderic Vital, un moine contemporain, porte sur l’ensemble des évêques normands un jugement plutôt positif et admet parfaitement que les prélats puissent s’occuper aussi des affaires temporelles.

9Les évêques normands se sont généralement montrés profondément attachés à leur ville épiscopale, même si les plus connus d’entre eux (tel Geoffroi de Montbray) y siégeaient rarement, du fait de leurs multiples activités extérieures, le plus souvent profanes. Ils s’efforçaient d’en être les véritables maîtres, sur le plan spirituel évidemment, mais également sur le plan temporel quand ils le pouvaient : ce fut le cas à Lisieux comme à Sées et, à un moindre degré, à Coutances ou à Bayeux. En tout cas, ces évêques furent de grands bâtisseurs et construisirent dans leur cité des palais épiscopaux mais, surtout, d’immenses cathédrales romanes qui apparaissent comme le symbole de leur puissance, spirituelle et temporelle.

10Geoffroi de Montbray est l’archétype des évêques normands du XIe siècle, mais non celui des évêques du XIIe siècle. En effet, il s’occupa plus des affaires temporelles que des spirituelles. Il eut l’occasion de mettre en pratique ses qualités d’entraîneur d’hommes et d’administrateur dans la seconde partie de son épiscopat, après 1066 (tout comme Odon de Conteville). Très souvent absent de Coutances, il ne négligea pas pour autant son diocèse et revint y finir ses jours après la mort du Conquérant, en 1087. Il se fit enterrer sous la gouttière de sa cathédrale.

11Le souvenir de Geoffroi de Montbray a certainement été quelque peu occulté à Coutances au long des siècles. Pourtant, il devait ressurgir de façon éclatante au XXe siècle à l’occasion du neuvième centenaire de son accession à l’épiscopat (en 1950), puis de sa mort (en 1993).

12En 1950, au lendemain de la terrible épreuve de la seconde guerre mondiale, le premier de ces anniversaires fut l’occasion de grandes réjouissances populaires dont le point culminant fut La Geste de Geoffroi de Montbray, un mystère joué à la manière médiévale sur le parvis de la cathédrale de Coutances.

13En 1993, en plus des colloques scientifiques, le second anniversaire fut encore l’occasion d’une mobilisation des Coutançais, et en particulier des jeunes de plusieurs établissements scolaires. Le point d’orgue des festivités fut incontestablement le spectacle Son et Lumière, donné cette fois-ci dans la cathédrale, avec de nombreux jeunes épaulés par quelques acteurs et danseurs professionnels. En référence au précédent de 1950, ce spectacle fut intitulé La geste sans fin de Geoffroi.

 

14La publication des Actes de ce Colloque nous donne l’occasion d’exprimer notre reconnaissance à la ville de Coutances, qui fut à l’origine de notre entreprise. C’est, en effet, à l’initiative de Dominique Husson, maire-adjoint de la municipalité de Coutances, qu’a germé et pris corps l’idée des colloques sur la Normandie médiévale. Il s’agissait, à l’origine, de célébrer dignement le neuvième centenaire de la mort, survenue en 1093, de l’évêque de Coutances, Geoffroi de Montbray. Cette initiative coutançaise suscita une collaboration qui engage désormais, non seulement la ville de Coutances et l’Université de Caen, mais également le Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, le Conseil régional de Basse-Normandie, le Conseil général de la Manche et la commune de Cerisy.

15Nous tenons donc à remercier les personnes du Pays coutançais qui ont soutenu activement le projet de ces rencontres de Cerisy-la-Salle, en apportant une aide précieuse tant à l’organisation des colloques qu’à la publication de leurs actes. Nous témoignons notre reconnaissance en particulier à Monsieur Audouard, maire de Coutances, qui a beaucoup fait pour le succès de cette entreprise, à Dominique Husson, maire-adjoint chargée du Patrimoine, dont le soutien et les conseils nous furent toujours très précieux et à Bernard Hulin, directeur de l’Office du Tourisme de Coutances, qui s’est montré un collaborateur efficace et qui a su résoudre les problèmes complexes posés par l’organisation de ces colloques internationaux.

16Nous exprimons aussi notre gratitude au Conseil régional de Basse-Normandie, à la Direction régionale des Affaires culturelles et à la ville de Cerisy-la-Salle, qui soutiennent efficacement ces rencontres destinées à mettre en valeur le Patrimoine de la Normandie médiévale. Notre reconnaissance va tout particulièrement au Conseil général de la Manche en la personne de son président Pierre Aguiton, de son vice-président le Docteur Halbecq et de Monsieur Cousin, député de la Manche, qui ont aidé à la réalisation de ces colloques et contribué au financement de ces Actes.

17Nous tenons également à remercier nos collègues français et étrangers qui ont accepté de présenter leur communication et les deux Centres de recherche de l’Université de Caen qui nous ont apporté leur soutien : le Centre d’Études Normandes et le Centre d’Études et de Recherche sur l’Antiquité.

18Nous exprimons enfin notre reconnaissance, d’une part, à l’Association des Amis de Pontigny-Cerisy qui a mis à notre disposition sa compétence et le cadre prestigieux de son château, et d’autre part, aux Presses Universitaires de Caen qui ont édité cet ouvrage. Que leur directeur et ses collaborateurs soient remerciés de leur coopération amicale.

Notes

1 Il existe deux graphies pour le nom de l'évêque : Geoffroi et Geoffroy. Les éditeurs du présent volume ont choisi la graphe Geoffroi.

2 Les Actes de ce colloque ont été publiés en 1994 par les Presses Universitaires de Caen sous le titre Les Normands en Méditerranée dans le sillage des Tancrède.

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540