Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

Les stratégies du récit

Votre enfance en cinq leçons

Philippe Lejeune

Texte intégral

I

1Attention, ceci est un hold-up. Votre enfance en cinq leçons… Oui, « votre » enfance. Vous. C’est bien de vous qu’il s’agit. Vous qui me lisez. À Cerisy, pendant trois jours, personne n’a parlé de son enfance à lui. Toujours les enfances des autres. Du Moyen Âge au nouveau roman. Et c’est fort bien ainsi : on a le recul, la distance. On peut en prendre plusieurs à la fois. On voit les modèles. On connaît la musique, on est savant. La littérature est faite pour cela : échanger sans risque, apprendre d’autrui. Ces gens, supposés avoir eu des modèles, sont nos modèles à nous. Mais nous ? Avez-vous, vous-même, écrit votre récit d’enfance ? Ai-je écrit le mien ? Et peut-on réfléchir au problème des modèles à partir de son expérience personnelle ?

2Je me limiterai d’abord à la mienne. Peut-il y avoir un récit d’enfance sans modèle ? L’idée même d’en faire un « récit » est forcément apprise. Notre enfance nous arrive par la bouche des autres, et ensuite par les livres. Mon expérience constante a été celle d’une discordance complète entre ces récits, ceux de ma famille comme ceux des livres, et ce qu’il y avait en moi à la place qu’ils désignaient. Tout simplement, je ne reconnaissais rien. Je ne devais pas être normal. Et je n’osais pas en parler. L’idée même d’un récit d’enfance unique, organisé, communicable, me semblait une imposture. Mes souvenirs d’enfance (je préfère le pluriel et le mot « souvenirs ») étaient rares, épars, confus et tous parfaitement désagréables. Et comme mon enfance heureuse a eu beaucoup de témoins – parents aimants et attentifs, frère et sœurs affectueux et complices – me voilà bien ! Vous ne pouvez pas savoir comme j’étais gentil, vif, taquin et souriant. Tout le monde vous le dira. Tout le monde sauf moi. « Mes souvenirs étaient… » : j’ai employé l’imparfait par scrupule : je ne suis pas sûr d’avoir toujours eu les mêmes, ni le même rapport à ma mémoire. Un récit d’enfance que vous écrivez devient votre propre modèle : il fige votre mémoire, il la tue, il lui fait perdre la plasticité qui lui permet de vous recomposer, à chaque étape de la vie, une enfance adaptée à vos nouvelles manières d’être. Vous vous citez vous-même, vous radotez. Un bon conseil : n’écrivez pas de récit d’enfance.

3Je vais faire un examen de conscience. Depuis quand ai-je une enfance ? Depuis quand un passé ? Quand ai-je basculé dans l’irréversible ? Longtemps, j’ai dû avoir seulement un présent. Ensuite le temps m’est arrivé sous l’aspect – fort inquiétant – de l’avenir : le cursus scolaire, où ma sœur et mon frère aînés me précédaient en éclaireurs ; la menace incroyable de devoir être un jour soldat (moi !) ; et surtout, à dix ans, la découverte du fin mot de l’histoire, la mort. Dans les années de la préadolescence, l’avenir s’est nuancé d’autres couleurs : un choix de carrière à faire, les attentes (assez impérieuses) de mes parents, mes propres fantasmes de « vocation » ; puis l’idée d’une rencontre avec quelqu’un que j’aimerais. Le goût d’écrire, qui m’est venu vers neuf ou dix ans, était projectif et social : créer moi-même quelque chose qui ait une reconnaissance publique ; rien d’intime ni de rétrospectif, au départ. C’est l’aventure de tout le monde. Pendant ce temps devaient s’accumuler traces, chocs, effluves, toute une mémoire dormante, multiforme, ouverte aux tris futurs. Et surtout beaucoup de choses s’incorporaient à moi. Je n’étais pas souriant pour rien. Ce que mon enfance avait de positif a dû passer pour toujours dans ma manière d’être, le négatif n’est apparu que plus tard, et seulement dans ma mémoire. Et puis un jour, en plus de l’avenir, j’ai eu un passé. J’ai cessé d’avoir un corps d’enfant et je l’ai regretté. J’ai été gravement malade. J’ai quitté ma douce famille et découvert, en préventorium, la violence du monde. À quatorze ans, j’ai commencé à avoir une enfance. Je vois maintenant que j’en ai eu plusieurs. L’une, douce, idéale, contrastive, perdue, à partir de cet âge-là et pour quelques années. Et puis une autre qui s’est vite déclarée par-dessous, une image sombre qui a fini par remonter vers la surface, par faire pâlir puis par faire disparaître la première, par tout envahir. C’est la seule qui me reste. Je me souviens de m’être souvenu d’autre chose, mais de quoi ? Il faudrait que je reprenne les piles de feuillets de mon journal d’adolescent pour pister cette métamorphose.

4Première pause dans mes souvenirs. Les modèles : ne pas leur accorder une puissance déterminante. J’ai résisté à ceux qu’on me proposait. Je m’en suis choisis d’autres plus tard. On les élit en fonction de ses besoins, même s’ils savent se faire désirer.

  • 1 Sigmund Freud, « Sur les souvenirs-écrans » [1909], in Névrose, Psychose et Perversion, Paris, PUF, (...)
  • 2 Sur le projet des Lieux, cf. Philippe Lejeune, La Mémoire et l’Oblique : Georges Perec autobiograph (...)

5Seconde pause. J’ai été frappé par l’idée géniale de Freud, dans « Le souvenir-écran »1 : c’est à l’adolescence que se constitueraient les souvenirs d’enfance. Et même plus tard. Sartre a changé d’enfance comme de chemise entre 1939 (Carnets de la drôle de guerre) et 1953 (début de rédaction des Mots). Perec avait construit un dispositif pour observer le « vieillissement de sa mémoire »2, en notant chaque année ses souvenirs qu’il scellait dans des enveloppes. Et moi, je suis persuadé que c’est la violence du monde, tombée sur moi à quatorze ans, qui m’a rendu si sensible aux mythes du Débarquement et de la Libération, événements survenus quand j’avais six ans et dont je ne garde aucun souvenir, même si j’en puis trouver trace dans mes dessins d’époque, pieusement conservés dans les archives familiales. Nécessité d’une histoire de la mémoire. Pauvres gens, qui n’ont eu qu’une enfance.

6Je reprends le fil. J’ai eu, à partir de quatorze ans, une enfance idyllique, style Lamartine, avec manoir provincial (notre maison de Caudéran), quiétude et pureté. Vers la trentaine, c’était devenu un nid à cauchemars et à traumatismes, un puzzle de souffrances. Pourquoi ? Je n’imaginais – n’imagine toujours –, pour en maîtriser l’image, qu’un texte fait de fragments (souvenirs, listes), sans cesse relié au présent, associatif et non narratif. C’est en lisant Leiris que j’ai reconnu pour la première fois un modèle – je ne dirais pas du récit d’enfance, mais d’une écriture possible de l’enfance, cette brousse épineuse à débroussailler. La plupart des récits d’enfance me semblaient des jardins potagers, leurs auteurs des singes savants : ce n’était pas vrai. Je me suis mis au travail. Pendant plusieurs années, j’ai fait « autoatelier » d’écriture, un peu effrayé de bousiller ma mémoire : écrire un souvenir, c’est le dévitaliser. Comment échapper au formol littéraire ? Je ne me souviens plus de mon enfance, aujourd’hui, mais des récits que j’en ai faits. C’est mieux que rien – au rythme où j’oublie, cette prothèse est une bénédiction. Un bon conseil, tout de même : écrivez votre récit d’enfance.

7Le désastre s’est accru quand j’ai mené, vers la quarantaine, une enquête d’histoire orale auprès de mes parents et de mes frères et sœurs : ils m’ont, pendant de longues heures, raconté, de leur point de vue, les années 1938-1947 – les neuf premières de ma vie. Heureusement que j’avais écrit ma version avant. Il me reste mes écrits, des photos, des récits transcrits à perte de vue : il ne me reste rien.

8Aujourd’hui j’ai des doutes devant les gens qui vous enseignent à raconter votre enfance en cinq leçons. Mon trouble ne porte pas sur les ateliers d’écriture. Je me suis bien trouvé du seul que j’ai fréquenté, une seule fois. La consigne était quelque chose comme : « Comment vous apparaissait l’écriture quand vous ne saviez pas encore écrire et que vous voyiez quelqu’un le faire ? ». Bêtement, d’abord, je m’étais révolté : pourquoi m’imposer ce modèle ? Rien de tel dans ma mémoire. Je ne me souviens même pas d’avoir appris à écrire. Ensuite, sagement, j’avais désobéi. J’avais quitté la pièce, pour écrire seul, dans un café, sur une expérience plus tardive, à laquelle je n’avais jamais repensé, et qui m’a sauté au visage : le contraste entre l’écriture de mon père et celle de ma mère.

9Fin du hold-up. Ne jamais parler de soi, surtout à l’Université, encore moins s’il s’agit d’autobiographie. C’est gênant pour autrui. Ne pas joindre l’exemple au précepte. Donc pardon, pardon. Baissez les bras, c’est fini. C’était juste pour vous dire « d’où je parle », à la « soixante-huit ». Un geste de méthode. Hygiène chirurgicale : nettoyer les instruments d’analyse. Ajustons nos lunettes, circonscrivons le champ opératoire. Titre du colloque : Le Récit d’enfance et ses modèles. Problème : en quel sens prendre « modèle », imitation (intertextualité) ou structure (régularité) ? Autre problème : mon titre à moi, « cinq leçons », a l’air inspiré par la dérision, « trois coups de cuiller à pot », pour une littérature pédagogique que j’aime, en réalité : je me suis mal fait comprendre. Recommençons.

II

  • 3 Philippe Lejeune, Les Brouillons de soi, Paris, Seuil, 1998, p. 122-124.
  • 4 Tapez ce mot, « Autopacte », sur n’importe quel moteur de recherche.

10J’ai toujours aimé faire des collections. Il existe des guides pour apprendre à tenir son journal. D’autres pour écrire sa vie. J’en ai plein chez moi, des dizaines. Je vous les présente (il montre une pile de livres). Pour la liste complète, voyez Les Brouillons de soi3 ou mon site Web « Autopacte »4. Voici leur histoire : ils sont tous récents (depuis les années 1970 – jamais avant), leur émergence est liée à des phénomènes nouveaux : les ateliers d’écriture (fin des années 1960), la psychologie du développement personnel (type « junguien-optimiste » – modèle « Ira Progoff ») et l’allongement spectaculaire de la durée de la vie. Et voici leur géographie : ils viennent tous du « Nouveau Monde » anglophone (États-Unis, Canada, Australie), de pays « récents », fortement sensibles à l’identité nationale, presque jamais d’Europe. Pourquoi ne pas leur adresser la question de notre colloque ? Ils se réfèrent à des structures, ils s’offrent à l’imitation. Quels modèles d’enfance proposent-ils ?

11Un petit tour, et je reviens bredouille. À une exception près, jamais l’enfance n’y fait l’objet d’un apprentissage spécifique. Elle est une partie du tout, traitée pour son contenu, comme ensuite les autres âges de la vie, après que les préalables communs ont été traités (pourquoi et comment écrire son autobiographie, la méthode, les préparatifs, la documentation, etc.) et avant que les problèmes de « finalisation » (mise en forme du livre, édition, etc.) ne soient abordés. Presque tous les livres ont le même plan. Dans la succession des âges, l’enfance est délimitée en amont par l’histoire de la famille, en aval par l’adolescence. Pas de traitement de faveur.

12Idée de recherche : l’autonomisation du genre « récit d’enfance ». Fin XVIIIe siècle, le récit d’enfance naît comme une excroissance initiale de récits de vie globaux. Jusque vers 1850, aucun récit d’enfance isolé ne semble avoir été publié, ni autobiographique (les gens publient des vies complètes) ni fictif. Les récits « partiels » sont plutôt d’adolescence (type René). Le récit d’enfance isolé apparaît dans la première moitié du XIXe siècle, oui, mais d’abord dans la poésie lyrique, et dans la littérature pour la jeunesse. Le récit d’enfance isolé et fictif prend le relais dans les années 1860. Et le récit d’enfance isolé et autobiographique arrivera bon dernier, en fin de siècle (Loti). Enfin ce sont là des hypothèses à vérifier. Corollaire : où se termine l’enfance ? Est-elle le premier acte d’une vie, ou forme-t-elle un récit clos qui l’isole, la coupe de l’adulte qu’elle a produit et qui produit le récit ? Isolement tendant à la généralité pédagogique, à la mythologisation paradisiaque ? Projet : comparer la césure (dans les récits qui continuent) et la clôture (dans les récits autonomes). Exemple : Amélie Nothomb, dernière phrase de La Métaphysique des tubes (1999) : « Après trois ans, il n’est plus rien arrivé. »

13Autre question : des modèles pour qui ? Il y a la littérature pour la jeunesse (l’école et ses morceaux choisis) qui fait produire du récit d’enfance… aux enfants ou aux adolescents… comme s’ils étaient des petits vieux. Et la littérature pour la vieillesse (mes guides destinés à des retraités) – on leur offre des modèles (mais est-ce sûr ?) pour qu’eux-mêmes s’offrent en modèles à leurs petits-enfants…

14Ce n’est pas sûr, en effet. Le but de ces livres, malgré l’apparence, n’est pas d’imposer un modèle, mais d’encourager un acte. Le modèle n’est qu’un moyen. Leur fonction principale est d’adresser à ceux qui les achètent un double message : a) vous avez le droit de raconter votre vie ; b) vous en êtes capable. Légitimation, encouragement. Les gens sont bourrés de doute sur ces deux points. Donner des « modèles » sert à les mettre au travail, à les sécuriser et à les guider, l’essentiel étant qu’ils finissent par produire quelque chose. C’est comme en atelier d’écriture : les « propositions », point de départ, sont faites pour être interprétées, transgressées, etc. Cette littérature didactique, malgré les apparences, n’est pas prescriptive, mais incitative. Et puis parlons net : mépriser les modèles est une attitude de nanti. On conseille la brioche à qui n’a pas de pain. Il faut maîtriser les modèles pour les dépasser.

15Que signifie « modèle » ? Ma réponse sera l’occasion d’un petit brain-storming. Je vais agiter des questions en tout sens.

16S’agit-il de modèles de composition et d’écriture ?

17Il y aurait dans cette perspective les exemples et les règles.

18Les exemples, ce seraient des citations de passages donnés en « modèles » (tirés de grands auteurs, ou d’auteurs contemporains moins connus, et souvent de l’autobiographie de l’auteur du manuel ou de ses « élèves », s’il a animé des ateliers d’écriture), ou des références (liste d’autobiographies conseillées, donnée in fine).

19Les règles, ce seraient des conseils de rhétorique ou de stylistique – mais ils sont en général les mêmes pour toutes les périodes de la vie –, rien de spécifique au récit d’enfance : on enseigne l’art de la narration (comment introduire un récit, le faire attendre, piquer la curiosité, faire deviner son enjeu, comment le mener à travers des péripéties vers une conclusion) et de la focalisation (Rather showing than telling, « plutôt montrer que raconter » – sacro-sainte règle anglo-saxonne qui a des implications particulières dans le cadre du récit d’enfance –, un des grands problèmes du récit d’enfance autobiographique étant l’articulation entre la voix et le point de vue du narrateur, et la voix supposée de l’enfance, la fausse naïveté de la perspective « avec »). Quelle part faire au « monologue intérieur » ? au dialogue ? à la description ? etc. Il y a aussi les problèmes de ton : le didactique, le lyrique, l’humoristique, le satirique… Les manuels abordent-ils l’épineux problème de l’invention – posé par Rousseau dès les Rêveries (Quatrième Promenade) ? Pour remplir les trous de la mémoire par du vraisemblable, pour gonfler les souvenirs heureux, ne faut-il pas des modèles ? Et peut-être trouve-t-on malgré tout quelques conseils spéciaux pour la composition (chronologique ou thématique ?) de cette partie de la vie dont la mémoire est floue et morcelée ?

20S’agit-il de modèles de contenu ?

21Une enfance doit ou peut contenir un certain nombre de choses, sujets, épisodes, etc. et on va vous en donner une liste indicative. À vous de supprimer ce qui ne convient pas, d’ajouter ce qui manque.

  • 5 Marie-José Chombart de Lauwe, Un monde autre, l’enfance. De ses représentations à son mythe, Paris, (...)
  • 6 Richard N. Coe, When the grass was taller. Autobiography and experience of childhood, New Haven – L (...)

22Ces listes de contenu sont tout sauf neutres : elles doivent renvoyer à une époque et à un pays, parfois aussi à une classe sociale. Elles ont leurs insistances et leurs omissions. Elles reflètent à la fois une existence « moyenne » dans un certain milieu et à un certain moment, et une idéologie. Lisez par exemple la table des matières de Un monde autre, l’enfance. De ses représentations à son mythe, le livre de Marie-José Chombart de Lauwe5, qui est justement une analyse du contenu de soixante-quinze récits français de la fin du XIXe siècle aux années 1970, fiction et autobiographie confondues. Y a-t-il des spécificités nationales ? des types de personnages parentaux propres à telle civilisation, pères fouettards et mamans poules, ou l’inverse ? des sujets privilégiés (par exemple l’apprentissage de l’écriture dans la tradition française) ? Richard Coe s’est posé ces problèmes à propos des cultures du monde entier, dans une fascinante série de monographies nationales (When the grass was taller et Reminiscences of childhood, 1984)6. C’est une des rares études transculturelles des modèles de récit d’enfance. Mais ses conclusions sont-elles sûres ? Ne raisonne-t-il pas, pour chaque pays, sur un trop petit nombre de textes, il est vrai les plus lus ? Ne faudrait-il pas, pour établir une régularité, partir de centaines de cas ? Peut-être cela sera-t-il possible à partir des nouvelles archives d’écriture autobiographique ordinaire qui se constituent en Italie, en France et en Allemagne ? Dans tous les cas, les régularités observées sont-elles tirées de la nature des choses, ou encouragées d’abord par l’éducation, les lectures faites, etc. dans la vie elle-même, ou au moment de l’écriture ? Ces modèles de contenu évoluent-ils au fil de l’histoire ? Une enfance 1900, une enfance 1950, une enfance 2000 ont-elles le même scénario ? Pour cette dernière, il faudra, pour le savoir, attendre encore un demi-siècle… Mon hypothèse serait que les modèles sont fatalement toujours « en retard » et exercent une fonction retardatrice. Il est difficile d’innover, en général, mais surtout dans le cas du récit d’enfance.

23Ultime question : dans quelle mesure les développements de la psychologie de l’enfant et de la psychanalyse ont-ils changé les modèles du récit d’enfance ? Peu, sans doute : l’objectif de la psychanalyse n’est pas de construire les récits, mais de les détruire. L’introduction de nouveaux « thèmes » ou « sujets » inspirés de la psychanalyse (« vie présexuelle », « roman familial », « Œdipe », ou « période de latence ») ne changerait rien à la dynamique conformiste du modèle. De fait, même ces timides changements de contenu n’apparaissent guère dans les grilles des manuels. Si la psychanalyse déplace quelque chose, c’est ailleurs, dans la littérature d’avant-garde, de Leiris à Perec, et autrement, moins dans le contenu que dans l’énonciation et la structure de textes fragmentés, associatifs, obliques, qui tournent autour de l’indicible. Qui sait si, dans un demi-siècle, ces modèles n’auront pas été à leur tour assimilés au point d’être enseignés dans une nouvelle génération de manuels ? C’est déjà ce qui se passe dans certains ateliers d’écriture. Rendez-vous en 2051.

24Enfin soyons politiquement corrects : y a-t-il une différence marquée dans les grilles proposées aux garçons et aux filles ? Il faut se rendre à l’évidence, la réponse est non. L’enfance est presque toujours présentée en modèle unisexe, ce qui est, quand on y réfléchit, étonnant.

III

25Voilà, j’ai fait mon examen de conscience, et mon brain-storming. Je reviens à la pile de mes livres. Je vous en présenterai plus loin deux. Un que j’aime… un peu, un que j’aime vraiment. Mais, auparavant, un coup d’œil sur les trois ou quatre qui, dans le domaine francophone, procèdent par listes de questions. Ce qui les guide, c’est moins le modèle du récit d’enfance que celui de la documentation historique. Il ne s’agit pas vraiment d’explorer une mémoire dans sa singularité (ses associations d’idées, sa dramaturgie, etc.), ni d’aider quelqu’un à retrouver de l’intérieur un temps perdu personnel, et de le relier à ce qu’il est aujourd’hui, mais plutôt de le faire contribuer, en informateur, à un effort de mémoire collective. Enquête ethnographique plus qu’essai autobiographique. Rien n’est fait pour intégrer l’enfance à l’histoire d’une personnalité.

26Certes, c’est là une étape préliminaire : on déclenche la mémoire, qui pourra être construite après… Mais ces livres-questionnaires se dérobent devant l’obstacle, et les conseils qu’ils donnent ensuite pour composer un texte autobiographique sont bien minces. Me voilà à côté de la plaque pour la question que nous nous posons.

  • 7 Christopher Riffle, A Journey through your childhood. A write-in guide for reliving your past, clar (...)

27Peut-être aussi à côté de la plaque, mais pour une autre raison, avec le livre américain de Christopher Riffle : A Journey through your childhood. A write-in guide for reliving your past, clarifying your present and charting your future (1989). C’est une sorte de méthode Coué mâtinée de mystique junguienne pour vous ramener au paradis perdu de l’enfance. Ce qu’a en commun ce guide avec les livres français, il le dit très clairement lui-même, c’est qu’il est juste une sorte de « démarreur » pour l’écriture, il donne des points de départ, mais il n’est pas à proprement parler un guide d’écriture ou de composition7.

  • 8 Ibid., p. 1.

28Le livre de Riffle se donne d’emblée comme un livre de sagesse, qui organise un voyage vers l’enfance pour y retrouver des forces positives. Si on a eu une enfance malheureuse, Riffle déconseille formellement son livre, mais il pense que « for most people, it was good to be a child »8. Son livre n'est pas fait pour les blessés de l’enfance. C’est seulement à la fin du livre, dans le vingt-quatrième chapitre (« Painful memories »), qu’il abordera le problème des souvenirs douloureux, en payant de sa personne (comme dans le reste du livre) : il raconte la scène où son père lui annonce qu’il va divorcer, et il montre comment on peut tirer profit d’un souvenir douloureux, comment on peut le « positiver », si je puis dire. Tout doit être positif.

29Le livre est divisé en deux. D’abord des exercices pour retrouver les lieux et le cadre matériel de l’enfance, puis des exercices pour évoquer les figures parentales, la manière dont la personnalité a été forgée par eux, une sorte d’autoportrait. Dans chaque chapitre, Christopher Riffle donne l’exemple et laisse ensuite des blancs pour que le lecteur fasse pareil. Il s’agit, par des exercices d’attention, d’en arriver non seulement à se souvenir du passé, mais aussi à le revivre… Dans la seconde partie, on passe à une espèce de check-up de la personnalité, ce qu’elle est, ce qu’on souhaiterait qu’elle soit. Et sur la base de la force retrouvée, on a in extremis le courage de regarder en face les mauvais souvenirs (chap. XXIV).

30Ce qui est frappant, c’est l’artifice qui lui fait limiter son enfance à une brève période vers 1954, quand il avait huit ans et qu’il se sentait bien dans sa peau, avant le divorce de ses parents. Il choisit un secteur heureux, il le passe à la loupe pour l’halluciner. Mais avant ? après ? et son adolescence ? La discorde de ses parents n’est pas analysée. Tout reste obscur. Tout repose sur un acte de foi : l’enfance est un gisement pétrolier de vitalité qu’on peut retrouver en forant, selon sa méthode, au bon endroit… Le but du livre, d’ailleurs, n’est pas de produire un texte, ni de faire de son enfance une valeur d’échange. Il s’agit simplement, en passant parfois par l’écriture, de s’imaginer faire chez soi une psychothérapie à bon compte.

31Mon compte rendu est assez négatif : pourtant j’ai eu du plaisir à lire ce livre, espérant sans cesse qu’il allait « décoller » – et décollant moi-même en imagination à sa place. Le livre pique du nez, et je m’envole. C’est le charme des mauvais profs, qui vous donnent le talent qu’ils n’ont pas. Et puis on a pour eux la sympathie d’un goût partagé. Collectionner des livres dont certains sont très médiocres, qui souvent se copient les uns les autres, ne m’a jamais découragé. Je dois aimer les modèles. Mon titre annonçait cinq leçons. Vous n’en aurez ici que deux : un livre francophone, un livre anglophone. D’autres sont pires, ou meilleurs. Je les ai choisis parce que la partie « enfance » y était bien visible, facile à isoler ; parce qu’ils représentaient la tendance « inventaire » et la tendance « atelier » ; l’idéologie « conformiste » et l’idéologie « libérale ». Je vais vous laisser en leur compagnie, et me sauver sur la pointe des pieds. Ce n’est plus un hold-up, c’est un lâchage. Mais non, vous serez en bonne compagnie, je le sais. Par contraste avec tous ces modèles en prêt-à-porter, dessinez, sur mesure, l’enfant que vous étiez.

IV
Sylvie Liechtele et Robin Deschênes, Écrivez vos Mémoires. Laissez l’histoire de votre vie en héritage, Montréal, Éditions de l’Homme, 1996
9

  • 9 Les chiffres arabes entre parenthèses, qui suivent les citations, renvoient à cette édition de réfé (...)

32C’est un livre accueillant et tout simple, fait pour aider les grands-parents à transmettre leur vie à leurs petits-enfants. Une première partie, très brève (quatre pages), les met en condition : préparatifs de papeterie, emploi du temps, organisation, et enfin « le grand jour est arrivé » – on dirait une rentrée des classes. La seconde partie, « À la recherche de la mémoire » (trente pages), leur permet d’explorer le contenu de leur récit. Après une évocation des différentes sources qu’ils peuvent utiliser en plus de leur mémoire, le guide prend dans l’ordre : « Vos grands-parents, vos parents, l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte », ce dernier se divisant lui-même en : « La vie amoureuse, les enfants, le travail, les amis, la retraite ». Chaque section fait l’objet d’une courte présentation, suivie d’une liste de questions (« Aide-mémoire ») et d’une citation tirée d’un récit proposé en modèle (pour l’enfance, le premier souvenir d’Agatha Christie). J’ai reproduit ci-dessous les aide-mémoire touchant les parents et l’enfance. La troisième partie, « Écrire sans peur » (vingt-cinq pages), concerne la forme du récit. D’abord des conseils généraux : dresser une chronologie, faire des petits plans des chapitres ou des anecdotes avant de les rédiger, soigner les titres et les sous-titres. Puis une série de « conseils d’écrivain » : j’en ai isolé quatre, qui seront cités ci-dessous après les listes de questions. Aucun conseil ne porte spécialement sur l’enfance. On vous donne ensuite des trucs pour vaincre le syndrome de la page blanche, des conseils sur le style et une liste de tout ce qui peut donner de la vie à votre texte – « de la poésie, des expressions langagières familiales, des citations ou proverbes célèbres, des anecdotes, des extraits de lettres personnelles, des recettes, des photos, des coupures de presse, des extraits de journaux intimes, des données statistiques, des cartes ou plans, des dessins, des paroles de chansons, des prix ou des récompenses… » (75-76). Enfin « Les dernières attentions » (dix pages) concernent la présentation, mise en page et finition du tapuscrit ou livre. Suit, en annexe, une liste de cent cinquante autobiographies « à lire ou à parcourir », mélangeant autobiographies littéraires, livres écrits par des célébrités et livres-documents, un ensemble très large et éclectique de livres québécois, français et étrangers, qui ne comprend pratiquement que des livres du XXe siècle, de publication récente pour la plupart. C’est dans une autre liste plus brève, donnée à part, celle de la « Bibliothèque idéale de Bernard Pivot » (99) qu’apparaîtront les intimidants classiques du genre, de saint Augustin à Michel Leiris ou Sartre, en passant bien sûr par Rousseau. Enfin une chronologie du XXe siècle, et une version plus détaillée du questionnaire de la première partie. J’en retiendrai le découpage qu’elle propose des âges de la vie : « Votre petite enfance (zéro à cinq ans) – Votre enfance (six à onze ans) : vos années d’école – Votre adolescence (onze à seize ans) – Votre jeunesse (seize à vingt et un ans) – La Vie adulte (vingt et un à quarante ans) – La Force de l’âge (quarante à soixante ans) – La Retraite (après soixante ans) » (126-148).

33Je reviens sur les « conseils d’écrivain » que j’ai choisis parce qu’ils éclairaient l’idée de « modèle ». Les deux premiers portent sur l’intertextualité. La consigne générale est catégorique : « Imitez ! ». Sagement sans doute, on met en garde l’apprenti autobiographe contre toute fantaisie, toute innovation : n’essayez pas de renouveler le genre ! Si le second conseil que je cite va dans l’autre sens, c’est sur un point mineur : tout de même, évitez les clichés, pimentez de quelques formules inédites, mais attention, attention de rester lisibles ! Les citations, la bibliographie finale, tout va dans le sens de la conformité aux modèles, présentés sous une version contemporaine. Même valse d’hésitation dans les deux autres « conseils » que je cite, touchant l’expression de l’individualité. Là aussi, la consigne générale est claire : « Cachez l’intime ! ». Il ne faut pas écrire ce qui est impudique, indiscret, dérangeant. À partir du moment où vous avez bien compris cela, on vous donne la liberté d’être aussi personnel que vous le voulez ! Soyez personnels… comme Jean Lapointe et comme Gabrielle Roy, écrivains québécois qu’on recommande d’imiter. N’essayez pas d’être original, ne dites que des choses dans lesquelles le lecteur pourra se reconnaître, puisque « au fond, toutes les vies se ressemblent » (70). On voit apparaître là une autre version de l’idée de modèle, cette fois dans le registre de l’intersubjectivité.

Aide-mémoire

34Vos parents

Que savez-vous de l’enfance de vos parents ?
Comment vivaient-ils avant de se marier ?
Décrivez-les physiquement à différentes époques de leur vie.
Racontez une anecdote qui les caractérise bien.
Quelle éducation avaient-ils reçue ?
Quels emplois avaient-ils occupés ?
S’engageaient-ils dans des causes humanitaires ? Lesquelles ?
Quels sont les talents et habiletés dont vous avez hérité ?
Dépeignez les traits marquants de leur personnalité, leur plus grande qualité et leur plus grand défaut.
Qui faisait figure d’autorité ? Aviez-vous peur d’eux ?
Comment concevaient-ils l’éducation de leurs enfants ?
Demandez-leur de vous parler des déceptions et des tragédies qu’ils ont connues.
Vous ont-ils transmis des valeurs importantes ? Lesquelles ?
Sont-ils décédés ? Si oui, essayez d’évoquer ces moments-là et la façon dont vous les avez vécus (31-32).

35L’environnement familial

Décrivez le milieu social dans lequel vous avez été élevé.
Si vous aviez des frères et sœurs, quels étaient vos rapports avec eux ?
Notez vos activités quotidiennes (lecture, chant, musique, etc.), les tâches à accomplir, la discipline qui régnait à la maison.
Y a-t-il un événement marquant dans votre enfance ? Par exemple un séjour à l’hôpital, un handicap particulier, une solitude difficile à vivre ? Si vous avez perdu un de vos parents (maladie, divorce, guerre), quel effet cela a-t-il eu sur vous ?
Vous aviez probablement une histoire ou une comptine préférée. Laquelle et pourquoi ? Essayez d’en donner les raisons.
Possédiez-vous un animal de compagnie ? Comment s’appelait-il ? Quelles étaient ses habitudes ?
Si vous aviez un ami imaginaire, décrivez les conversations que vous aviez avec lui.
Si vous avez reçu une éducation confessionnelle, quelles fêtes religieuses célébriez-vous particulièrement ? Comment, où et avec qui ?
À quoi ressemblait un dimanche typique ?
Passiez-vous vos vacances en famille et comment ?
Décrivez la maison familiale ou l’appartement, le quartier, les voisins que vous aviez.
Vous avez dû nouer des amitiés. Vous ont-elles marqué et comment ?
Écrivez un paragraphe sur l’atmosphère de cette période (35-36).

36L’école

Commencez par la situer géographiquement et architecturalement (école de campagne, de ville, en brique, etc.).
Comment s’est passé votre premier jour d’école ? Qui vous y a accompagné ?
Quelqu’un vous a-t-il encouragé à étudier ?
Aviez-vous une attitude négative à l’école en raison d’une punition infligée par un professeur ? Profitez-en pour parler de la discipline et de l’ambiance générale.
Faites la liste de vos professeurs. Quel est celui qui vous a le plus marqué ? Pourquoi ?
Faites-en une description physique et morale détaillée.
Quand avez-vous appris à lire et quel fut votre premier livre de lecture ?
Quelle était votre matière préférée ? A-t-elle orienté votre carrière ?
Vous avez peut-être conservé les bulletins scolaires. Vous les ajouterez à vos mémoires comme documents de référence. Commentez ici vos résultats scolaires.
Aviez-vous des amis et à quoi vous occupiez-vous ? Sports, musique, scoutisme ?
Avez-vous joué un tour pendable pour lequel vous n’avez pas été puni ?
Un acte merveilleux ou vertueux vous a-t-il fait gagner l’admiration de votre communauté ?
Tous les enfants ont un jour manqué l’école. Parlez de ce moment qui a pu vous paraître exceptionnel. Comparez ce jour mémorable à une journée typique, en décrivant celle-ci de l’heure du lever jusqu’au coucher.
Pourriez-vous résumer les plus grandes leçons ou les faits importants que vous avez tirés de vos années d’école ? (36-37).

Quelques conseils d’écrivains (extraits)

37La lecture

Plus vous lirez, plus vous développerez des habiletés pour l’écriture. Reportez-vous à la liste des autobiographies que nous avons insérée en annexe. Faites un choix de lecture. En plus de la détente et de l’inspiration, ces écrits provoqueront l’imaginaire. Vous y puiserez toutes sortes d’idées quant au fond et à la forme des vôtres. N’essayez pas de renouveler le genre. Des écrivains, bien longtemps avant vous, l’ont fait. Tant mieux pour vous ! (69).

38L’originalité

Osez une écriture personnelle, évitez les clichés ou les expressions convenues, par exemple : « Il était maigre comme un clou. » Des tournures inédites pimenteront votre texte. Cependant, n’oubliez pas qu’il doit être lisible. Il s’agit tout simplement de faire des associations de mots inhabituelles plus poétiques et suggestives. Un effort personnel ajoutera un petit quelque chose à vos mémoires (70).

39Le respect

Vous écrivez pour vous mais aussi pour être lu un jour. Essayez de distraire le lecteur, de l’amuser tout en l’informant. Penser au lecteur consiste aussi à ne pas dévoiler des éléments trop personnels qui font partie de votre jardin secret. Non seulement ils n’ont aucun intérêt pour autrui, mais ils pourraient aussi choquer inutilement. De plus, vous respecterez le lecteur en lui offrant un texte bien présenté, au vocabulaire soigné, dénué de jargon ou de mots impolis (70).

40Les sentiments

Ils sont la couleur et l’âme de votre récit. N’ayez crainte de faire pleurer ou rire le lecteur, de révéler vos angoisses ou vos joies si le cœur vous en dit. Jean Lapointe n’a-t-il pas appelé ses mémoires, Pleurires, et Gabrielle Roy, La Détresse et l’Enchantement ?
Relisez le petit aparté que nous avions écrit au début de ce guide. Faites de votre ouvrage un lieu chaleureux, humain et vivant où le lecteur pourra se reconnaître. Au fond, toutes les vies se ressemblent… (70).

V
Patti Miller, Writing your life. A journey of discovery, St. Leonards, Allen and Unwin, 1994
10

  • 10 Les chiffres arabes entre parenthèses, qui suivent les citations, renvoient à cette édition de réfé (...)
  • 11 Tristine Rainer, Your Life as story. Writing the new autobiography, New York, Putnam Book, 1997.
  • 12 Mary Jane Moffat, The Times of our lives. A guide to writing autobiography and Memoir, Santa Barbar (...)
  • 13 Judith Barrington, Writing the Memoir. A practical guide to the craft, the personal challenges, and (...)

41Pourquoi avoir choisi ce livre, parmi l’abondante production anglophone de guides autobiographiques ? Parce qu’il m’a plu, par son ton humain et direct et son réalisme. C’était un guide sensible et intelligent. Mais mon choix est injuste, il y a toute une série de bons livres. Le plus impressionnant est sans doute celui de Tristine Rainer, Your Life as story. Writing the new autobiography11, où d’ailleurs les souvenirs d’enfance n’apparaissent que comme une sous-catégorie d’un sous-genre, ce qu’on appelle en anglais Memoir. Ou des petits guides tout simples : j’ai beaucoup apprécié celui de Mary Jane Moffat, The Times of our lives. A guide to writing autobiography and Memoir12 ou celui de Judith Barrington, Writing the Memoir. A practical guide to the craft, the personal challenges, and ethical dilemmas, of writing your true stories13, et d’autres encore. Le livre de Patti Miller a eu du succès en Australie, et elle en a publié en 2001 une édition augmentée.

42Trois parties dans ce livre : « Before you start » (« Avant que vous ne commenciez »), pour légitimer le projet autobiographique et donner le mode d’emploi du livre ; « The Workshop Chapters » (« Les chapitres-ateliers ») ; et « After you have finished » (« Après que vous ayez fini »), brève conclusion sur la diffusion possible du récit, une liste d’une quarantaine d’autobiographies, des adresses utiles et un index thématique.

43L’essentiel, ce sont les dix chapitres-ateliers qui accompagnent la démarche autobiographique du début à la fin, progression qu’on suivra ci-dessous en lisant les titres des « ateliers ». Chaque chapitre comporte quatre temps : 1) Patti Miller analyse longuement, avec des exemples personnels, les aspects concernés de la démarche autobiographique ; 2) elle donne à lire une page d’un récit publié, qu’elle commente rapidement ; 3) elle propose, au choix, quatre exercices ; 4) elle donne des exemples de textes écrits en atelier à partir de certaines de ses consignes.

44Sur les trente-six exercices proposés, neuf ont trait, thématiquement, à l’enfance, et vous les trouverez traduits ci-dessous. Il serait sans doute aussi important, pour l’étude des modèles, de lire en détail les chapitres centraux (IV à VIII) qui proposent une forme de récit standard, avec une structure, une organisation dramatique, des dialogues, des descriptions et des détails parlants – un art « standard » que conseillent d’ailleurs pratiquement tous les guides d’écriture (autobiographique ou non), et qu’il est bon de maîtriser pour pouvoir éventuellement procéder autrement.

45Il n’y a que trente-six exercices parce que le dernier chapitre n’en comporte pas. Il répond à toutes les questions que peut se poser l’apprenti autobiographe (en particulier sur le plan déontologique) et donne une série de suggestions, en particulier une liste de quatre-vingts sujets, sorte de menu à la carte pour relancer l’inspiration défaillante ou trouver des pistes auxquelles on n’avait pas pensé.

46Voici donc, insérés dans la liste des chapitres, les neuf exercices d’enfance proposés. Je regrette de vous les donner tout secs, sans les discussions et les exemples qui rendent si vivant le livre de Patti Miller. Rien à voir avec les questionnaires cités auparavant. Ils peuvent vous servir à réfléchir aux modèles du récit d’enfance, ou à commencer le vôtre. Bon voyage !

Atelier I – Mise en route

47Exercice 1 – Le premier fait

Quelle est la première chose que vous voulez qu’on sache de vous ? Votre date de naissance ? Un trait de caractère ? Votre apparence ? Votre ascendance ? Quand vos parents se sont rencontrés ? Une conviction fermement établie ? Un trait d’éclat ? Votre jour de gloire ? C’est à vous de décider du genre de fait par lequel vous voulez commencer. Notez-le et voyez où il vous mène. Laissez-le se développer. Beaucoup de manuels d’écriture disent que pour développer un fait il faut se demander qui ? quoi ? quand ? où ? pourquoi ? comment ? Ces questions peuvent être utiles, mais elles peuvent aussi être bloquantes ou limitantes. Je préfère laisser l’esprit associer librement : écrivez juste le fait et voyez ce qui émerge ensuite dans votre esprit. Des questions rationnelles amèneront des réponses raisonnables, mais il peut être plus excitant de suivre les mystérieuses et souvent révélatrices associations de votre esprit (37).

48Exercice 2 – Journaux

Allez chercher dans une bibliothèque les journaux du jour et de l’année de votre naissance. Regardez aux nouvelles nationales et internationales. Prenez un article qui accroche votre intérêt – pas forcément les gros titres – et écrivez sur votre naissance en rapport avec lui. Vous pouvez aussi écrire sur votre naissance à partir de nombre d’autres informations de ce jour-là (38).

49Exercice 3 – Enfance

Pensez à une histoire de votre petite enfance que vous avez souvent racontée au cours des années. Si vous n’en trouvez pas, demandez à votre famille. Ils pourront vous dire une de vos histoires au mot près. Rédigez cette histoire en essayant de la rendre le plus sensible possible. Décrivez les vêtements que les gens portaient, le genre de mobilier, le timbre des voix des gens, etc. (38).

50Exercice 4 – Parents

Écrivez une page sur l’un de vos parents ou sur les deux. Pour chacun d’eux, écrivez sur un incident particulier qui les a impliqués plutôt que sur leurs caractéristiques générales. Si vous n’avez pas connu vos parents, écrivez sur deux personnes qui ont joué un rôle important dans votre éducation. À quoi ressemblaient-ils ? Ressemblez-vous à l’un des deux ? Quel était leur métier ? Quels sont les plus anciens souvenirs que vous ayez d’eux ? Essayez d’établir des rapports entre certains côtés d’eux et vous. L’influence des parents est si grande dans presque toutes les vies, qu’il est impossible d’être vrai en faisant l’impasse sur eux dans votre récit de vie (38).

Atelier II – Sources

51Exercice 3 – Journaux

Cherchez en bibliothèque dans un journal le récit d’un événement public dont vous vous souvenez dans votre enfance. Ce peut être un enfant perdu, la guerre, un incendie de forêt, un spectacle de Pâques, un crime ou un criminel dont tout le monde parlait. Comparez votre souvenir de l’événement avec ce qu’en disait le journal. Écrivez là-dessus, en commençant par votre souvenir. Cela peut être une manière d’aborder l’impact du monde extérieur sur votre enfance. C’est spécialement important si vous voulez replacer votre vie dans un contexte plus large. Si obscurs que nous soyons, le monde extérieur nous affecte, nous et notre manière de vivre (55).

Atelier III – Mémoire

52Exercice 1 – Premier souvenir

Cherchez votre tout premier souvenir. Remontez aussi loin que possible. Notez tout ce qui vient à votre mémoire, ce que vous pouvez voir, ressentir, humer, entendre. Laissez ce souvenir vous conduire à d’autres événements qu’il vous rappelle, à d’autres gens qui ont pu être là, au décor environnant comme vous savez maintenant qu’il était. Souvenez-vous : votre mémoire est un poète, laissez-la s’exprimer. Écrivez pendant dix minutes (71).

53Exercice 2 – Le plan de la maison

Prenez un crayon et dessinez le plan de la maison où vous viviez à l’âge de sept ans. Prenez environ cinq minutes pour le dessiner aussi précisément que possible. Puis prenez quelques minutes pour vous promener en esprit dans la maison que vous venez de dessiner. Entrez par la porte et jetez un coup d’œil. Allez de pièce en pièce. Chaque fois que vous voyez quelque chose qui accroche votre intérêt pour quelque raison que ce soit, arrêtez-vous. Et mettez-vous à écrire. Écrivez sur ce que vous voyez, ou sur ce qui est arrivé là, ou sur qui vous êtes tombé. Écrivez pendant dix minutes à partir du moment où quelque chose retient votre attention.
C’est un exercice fascinant, parce que vous allez très probablement découvrir que le souvenir auquel vous avez accédé date de quand vous aviez entre sept et dix ans. C’est l’âge auquel on commence à dessiner des plans de sa maison ou de sa chambre ou de son quartier, l’âge où l’on commence à réfléchir à sa place dans le monde. Vous pouvez faire l’exercice des douzaines de fois, en pénétrant chaque fois dans une pièce différente. Faites une variante en dessinant un plan de votre chambre. Ou un plan de la cour de votre école, ou de chez vous. Vous allez probablement découvrir que vous connaissez mieux la cour de la maison où vous viviez à l’âge de sept ans que celle de la maison où vous vivez aujourd’hui (71-72).

Atelier IV – Structure Atelier

Atelier V – Inventer l’histoire

54Exercice 2 – Fils

Pensez à un souvenir ancien. L’événement ou la personne dans ce souvenir ont-ils continué à être importants pour vous ? Écrivez sur ce souvenir et puis retracez la manière qu’il a eu de revenir tout au long de votre vie. Cet exercice est plus long, il peut demander deux heures à faire (104).

Atelier VI – Une affaire de style

55Exercice 1 – Un autre regard

Prenez un incident de votre enfance ou de votre adolescence et écrivez à son propos à la première personne, mais du point de vue de quelqu’un d’autre qui se trouvait là à l’époque. De fait vous allez écrire sur vous-même du point de vue de quelqu’un d’autre. Essayez de le faire du point de vue d’un certain nombre de personnes, un parent, un frère ou une sœur, un professeur, un ami, un ennemi. Regardez si votre manière d’écrire change quand vous écrivez du point de vue de quelqu’un d’autre. Vous n’utiliserez probablement pas les résultats de cet exercice dans votre récit de vie, mais c’est un moyen formidable pour voir comme le point de vue influence le style et c’est un bon moyen de mieux vous connaître et de mieux connaître les autres (117-118).

Atelier VII – Rendre vivant – Le drame

Atelier VIII – Rendre vivant – Le détail

Atelier IX – Dire votre vérité

Atelier X – Questions, suggestions, sujets à traiter

VI

56Me revoici pour quelques mots d’adieu. J’ai de la sympathie pour ces pédagogies, je sais qu’elles marchent, et combien elles sont utiles. Je reçois souvent des lettres de candidats autobiographes qui me demandent conseil : j’aimerais pouvoir leur indiquer, en langue française, un livre comme celui de Patti Miller. Mais personnellement, je me sens un cancre. Ce n’est pas mon modèle. Sans doute tout le monde n’a-t-il pas la même forme de mémoire : celle de mes parents me remplissait d’étonnement. Je suis, moi, incapable de me promener en esprit dans la maison où je vivais à sept ans. Me mettre dans la peau d’un autre me semble un artifice laborieux. Et décrire selon les cinq sens un ancien souvenir, une fiction sans intérêt. Comment peut-on y croire ? Carton-pâte, trompe-l’œil. Ces modèles supposent une posture réaliste, historienne, biographique – des enfances de grandes personnes, et notre enfance est tout sauf cela, me semble-t-il. On est du côté d’une plus ou moins candide fiction, d’un pieux mensonge. Ce qui m’a plu dans les exercices de Patti Miller, ce sont les dérives d’associations d’idées. On ne peut pas décrire son enfance, tout juste décrire sa mémoire. Il y a sans doute aujourd’hui deux familles de modèles, des enfances Ikéa ou Camif à monter en kit, confortables, qui ne font guère place au doute ni à la poésie, et puis des enfances en souffrance, en recherche, qui puisent ailleurs leurs modèles. Elles aussi, elles auront sans doute un jour leur vulgate, leur chic, leur griffe. Que reste-t-il à faire, quand on est à l’autre bout de la vie ? J’ai soixante-trois ans – on a vu pire (on verra pire !) – et deux tâches possibles devant moi : pour l’enfance, tracer, je l’ai dit, non ce qu’elle fut, mais les transformations de l’image que je m’en suis faite ; pour l’adolescence, reprendre mon cher journal et voir où j’en suis des réponses à donner aux questions du Philippe d’autrefois sur l’amour, la violence et Dieu : ce que mon point d’arrivée peut dire à mon point de départ. Ma communication est finie, au travail.

Notes

1 Sigmund Freud, « Sur les souvenirs-écrans » [1909], in Névrose, Psychose et Perversion, Paris, PUF, 1973, p. 113-132.

2 Sur le projet des Lieux, cf. Philippe Lejeune, La Mémoire et l’Oblique : Georges Perec autobiographe, Paris, POL, 1991, p. 141-209.

3 Philippe Lejeune, Les Brouillons de soi, Paris, Seuil, 1998, p. 122-124.

4 Tapez ce mot, « Autopacte », sur n’importe quel moteur de recherche.

5 Marie-José Chombart de Lauwe, Un monde autre, l’enfance. De ses représentations à son mythe, Paris, Payot, 1971, 2e édition 1979.

6 Richard N. Coe, When the grass was taller. Autobiography and experience of childhood, New Haven – Londres, Yale University Press, 1984 ; Reminiscences of childhood. An approach to a comparative mythology, Leeds, Leeds Philosophical and Literary Society, 1984.

7 Christopher Riffle, A Journey through your childhood. A write-in guide for reliving your past, clarifying your present and charting your future, Los Angeles, Jeremy P. Tarchner, 1989, p. 151.

8 Ibid., p. 1.

9 Les chiffres arabes entre parenthèses, qui suivent les citations, renvoient à cette édition de référence.

10 Les chiffres arabes entre parenthèses, qui suivent les citations, renvoient à cette édition de référence.

11 Tristine Rainer, Your Life as story. Writing the new autobiography, New York, Putnam Book, 1997.

12 Mary Jane Moffat, The Times of our lives. A guide to writing autobiography and Memoir, Santa Barbara, John Daniel and Company, 1989.

13 Judith Barrington, Writing the Memoir. A practical guide to the craft, the personal challenges, and ethical dilemmas, of writing your true stories, Portland, The Eighth Mountain Press, 1997.

Auteur

Université de Paris-Nord, Paris XIII

Maître de conférences de littérature française à l’Université Paris-Nord, Paris XIII, et membre de l’Institut universitaire de France ; est le cofondateur de l’Association pour l’autobiographie (APA) ; a pour champ de recherche l’étude des écritures autobiographiques. Ses derniers livres publiés sont Les Brouillons de soi (Paris, Seuil, 1998), Pour l’autobiographie (Paris, Seuil, 1998) et « Cher écran… ». Journal personnel, ordinateur, Internet (Paris, Seuil, 2000).

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540