Version classiqueVersion mobile

L'insecte au miroir des livres pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado

Conclusion

Christiane Connan-Pintado

Texte intégral

  • 1 Jacques Sternberg, « Les insectes », Contes glacés, Bruxelles, Éditions Labor, « Espace Nord Zone (...)

Quand les énormes insectes venus d’une planète lointaine virent pour la première fois les hommes de la Terre où ils venaient de débarquer, ils notèrent, stupéfaits et très effrayés :Ce sont d’énormes insectes. Jacques Sternberg1

1La littérature, y compris de jeunesse, reflétant les préoccupations humaines et l’univers social de son temps, le titre choisi pour le présent ouvrage entendait observer dans ce miroir les différentes figurations de l’insecte dans les livres adressés aux enfants. Un miroir parfois fidèle et parfois déformant, qui offre finalement une image aussi kaléidoscopique que les yeux à facettes de la mouche ou de la libellule. Au moment de dresser le bilan du parcours accompli, nous proposons de reprendre les axes annoncés en guise de sous-titre pour tenter d’évaluer la présence des insectes dans les livres pour enfants, les représentations dont ils font l’objet et les discours tenus à partir de ces êtres vivants si différents des autres animaux comme des humains.

Une présence incontestable, étendue, diversifiée

  • 2 Gilles Bœuf, « Préface », dans Christophe Bouget, ill. Gérard Goujon, Secrets d’insectes. 1001 cur (...)
  • 3 Anne Sverdrup-Thygeson, Insectes. Un monde secret, op. cit., p. 15.
  • 4 Jean Perrot, Mondialisation et littérature de jeunesse et Du jeu, des enfants et des livres à l’he (...)

2Les insectes sont partout dans nos vies, sous toutes les latitudes, car, comme l’affirment biologistes et écologues, « nous vivons sur une planète “insectes”2 », « notre terre est en réalité la terre des insectes3 ». Les vingt et une contributions ici réunies confirment leur omniprésence dans les livres adressés aux enfants, présence historiquement attestée par toutes les cultures, non seulement dans la littérature pour la jeunesse, mais aussi dans les textes les plus anciens, les fables et les contes de la tradition orale. Si les œuvres parcourues émanent majoritairement de la culture occidentale, certains des ouvrages mentionnés au fil des pages mettent en scène des insectes vivant sur les cinq continents, comme les albums russe, japonais, chinois, mexicain… évoqués par Jean Perrot, chercheur attentif à la mondialisation de la littérature de jeunesse4, partant à celle de l’insecte qui se déplace aussi bien dans les livres que dans les bagages des voyageurs.

  • 5 Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, Paris, Éditions d (...)
  • 6 André Siganos, Les mythologies de l’insecte, op. cit., p. 238.

3Pourquoi tant d’insectes dans les livres d’enfance ? Peut-être en raison d’une proximité d’échelle si l’on envisage le petit de l’homme comme une sorte de Gulliver à Lilliput devant les plus petits des animaux. Ce rapprochement entre insecte et enfance que l’on retrouve sous la plume de Virginie Douglas à propos de la littérature britannique contemporaine n’est pas rare chez les chercheurs : évoquant les naturalistes du xixe siècle, Romain Bertrand écrit que « la chose va de soi : les vocations s’éveillent à l’enfance ou au sortir de l’adolescence, à des âges où la modestie des moyens commande l’intérêt pour le minuscule5 » ; de son côté, André Siganos observe que dans l’œuvre de Le Clézio – dont nombre de nouvelles ont basculé dans le champ du livre de jeunesse – « la présence incessante – et conjointe – d’enfants et d’insectes […] se double d’une signification particulière. L’animal comme l’enfant prennent finalement une valeur apotropaïque ; le premier parce qu’il propose l’oubli bienfaisant par une adhésion profonde au réel, le second parce qu’il est l’expression même du temps retrouvé. […] Grâce à l’insecte et à l’enfant, le temps est ainsi nié6. »

  • 7 Valérie Chansigaud, Enfant et nature. À travers trois siècles d’œuvres pour la jeunesse, op. cit., (...)
  • 8 Natacha Vas-Deyres, « Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie (...)
  • 9 Voir l’article de Lucile Desblache « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Ber (...)
  • 10 Dans ce film d’aventures réalisé en 1954 par Byron Haskin (The Naked Jungle, Paramount Pictures), (...)
  • 11 Film d’animation américain d’Eric Darnell et Tim Johnson (Antz, Dreamworks) réalisé en 1998.
  • 12 Voir Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifiqu (...)
  • 13 Zulma Carraud, « Les aventures d’une fourmi », dans Les métamorphoses d’une goutte d’eau, Paris, H (...)
  • 14 Henri de La Blanchère, ill. Mesnel et Giacomelli, Les aventures d’une fourmi rouge et les mémoires (...)
  • 15 Vamba, Gigi parmi les insectes, trad. Comtesse de Gencé, Paris, Albin Michel, 1922 [Ciondolino, 18 (...)
  • 16 Paul Reboux, Gérard et les fourmis, Paris, Flammarion, 1932, p. 20.
  • 17 Colette Portal, La vie d’une reine, Paris, Hatier, 1964. Cet album a fait l’objet d’une réédition (...)
  • 18 Chris Van Allsburg, Deux fourmis, trad. F. Lasquin, Paris, L’École des loisirs, 1988 [Two bad ants(...)
  • 19 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 132.
  • 20 Cyril Houplain, Fourmi, Toulouse, Milan, 2017. Une suite est publiée en 2019 chez le même éditeur, (...)
  • 21 Fred Bernard, ill. François Roca, La reine des fourmis a disparu, Paris, Albin Michel jeunesse, 19 (...)
  • 22 Vitaly Bianki, Pourquoi les fourmis vont de compagnie, Paris, La Farandole, 1963.
  • 23 Juliette Parachini-Deny et Rouzé, Je, Velaux, Éditions le grand jardin, 2017.
  • 24 Anne-Marie Chapouton, Erika Harispé, Mina la fourmi, Paris, Père Castor Flammarion,1990.
  • 25 Jo Hoestland, Fourmidable ? Paris, Les incorruptibles, 2017.
  • 26 Tony Ross, Soldat fourmi, E. Gros (trad.), Paris, Gallimard, 2018 [An Anty War Story].

4Cette présence incontestable reste cependant très sélective, car les corpus retenus ne rendent compte que de quelques-uns des ordres connus à ce jour dans la classe des insectes, constat qui entre en congruence avec les résultats de la recherche présentée en ouverture de l’ouvrage à partir des catalogues de la BnF. Les contributions monographiques confirment que les espèces les plus « charismatiques7 » jouissent d’un statut privilégié : abeille et papillon font chacun l’objet de trois articles ; moins attendus, les coléoptères occupent deux fois le devant de la scène, la cigale trois fois – grâce à La Fontaine ; mais l’attention se porte aussi sur des insectes plus dérisoires, tels le moucheron et l’éphémère. En revanche, alors qu’elle devance largement l’abeille, comme le montre l’étude quantitative menée par Camila Leandro et Claire Le Blan sur la présence des taxons les plus représentés dans les livres pour enfants, la fourmi n’a pas eu droit à une étude dédiée. Cet insecte qui à vrai dire n’inspire guère la sympathie, suscite cependant la curiosité et exerce une fascination teintée d’inquiétude qui est à l’origine d’une production fictionnelle considérable tant en littérature que dans le cinéma de genre8, si l’on pense, par exemple, à la trilogie romanesque à succès que lui consacre Bernard Werber9, au film d’aventure Quand la Marabunta gronde10 et, plus récemment, au film d’animation Fourmiz11. Aussi, pour lui rendre justice, rappellera-t-on que les livres pour enfants centrés sur les fourmis sont extrêmement nombreux à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, quand les fictions scientifiques procèdent à une sorte de « théâtralisation du savoir12 » pour faire découvrir leur vie en détail et en image : « Les aventures d’une fourmi » de Zulma Carraud13 et Les aventures d’une fourmi rouge de Henri de La Blanchère14 font de l’insecte le narrateur de son histoire mouvementée ; dans le roman de Vamba, Gigi parmi les insectes15, l’enfant du titre se métamorphose en fourmi et, recruté par ces insectes guerriers, participe à leurs combats ; confronté à « la révélation d’un monde nouveau16 » le jour où il se penche sur une fourmilière, le héros de Gérard et les fourmis de Paul Reboux adopte une démarche d’entomologiste pour mieux observer ces insectes au fil de ses questionnements et de ses expérimentations. Par la suite, le monde des fourmis est investi par l’album qui révèle visuellement la complexité de son organisation, par exemple lorsque les dessins à la plume de Colette Portal décrivent avec précision La vie d’une reine17. Le choix de l’insecte comme personnage dans Deux fourmis de Chris Van Allsburg18 « permet d’en adopter le point de vue, de miniaturiser le monde » quand « le narrateur iconique nous donne à voir quelle aventure peut être pour deux fourmis l’escalade d’une table de petit déjeuner dont elles souhaitent atteindre le sucrier !19 ». Le livre d’images se prête de surcroît à des recherches graphiques originales : dans l’album de Cyril Houplain, simplement intitulé Fourmi20, qui conte l’odyssée d’un jeune dresseur de fourmis à travers les paysages naturels et urbains d’Angleterre et des États-Unis, chaque dessin est réalisé par l’assemblage d’une succession de fourmis noires sur la blancheur de la page. Les fictions proposées sous le format de l’album s’emparent de tous les genres littéraires : La reine des fourmis a disparu21 est un récit d’enquête, Pourquoi les fourmis vont de compagnie22 un conte étiologique. De plus, les fourmis sont idéologiquement exploitées par des auteurs qui leur font endosser les causes les plus diverses : lutte contre les préjugés dans Je23, sensibilisation au handicap dans Mina la fourmi24 (qui n’a que cinq pattes), dénonciation de l’esclavage dans Fourmidable ?25, critique de la guerre dans Soldat fourmi26… Une telle instrumentalisation de l’insecte conduit le plus souvent à son anthropomorphisation.

Des représentations marquées par l’anthropomorphisme

  • 27 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, Paris, Éditions du Seuil, « Science ouverte », 2014, p (...)
  • 28 Ibid., p. 11.

5Les livres pour la jeunesse illustrent la formule de Jean-Marc Drouin pour qui « les Insectes apparaissent comme des êtres de nature perçus à travers le filtre de la culture27 » : les artistes soulignent souvent de manière réaliste leur étrangeté et leur beauté, les fictions mettent en évidence leurs atouts ou leurs nuisances, mais ils sont dans le même temps interprétés à l’échelle de l’homme : « l’éthologie comme sa transposition littéraire autour des comportements de l’Insecte montrent à quel point les discours sur les Insectes sont habités par l’anthropomorphisme, fantôme exorcisé ou obstacle surmonté, mais jamais vraiment congédié28 ». 

  • 29 Kitty Crowther, Poka et Mine, Paris, L’École des loisirs, 2005-2019 : les différents épisodes cond (...)
  • 30 Voir par exemple Rétif de la Bretonne, en 1771, Charles-Maurice Descombes en 1807 (Me Masson), Alb (...)
  • 31 Lucie Desblache, La plume des bêtes, op. cit., p. 36.
  • 32 Lucie Desblache, Bestiaire du roman contemporain d’expression française, op. cit., p. 11.

6Les études animales se situent à la croisée de plusieurs disciplines, et nous avons pu bénéficier de l’apport de certaines d’entre elles pour un ouvrage dont le tropisme dominant reste naturellement littéraire. Tout en explorant des livres de littérature, écologues et biologistes tendent à considérer l’insecte tel qu’en lui-même alors que les littéraires l’envisagent d’abord au service de la fiction et de la narration. Anthropomorphiser l’insecte, réduire et apprivoiser son altérité pour tenter de le comprendre semble inévitable en littérature de jeunesse. On distinguera néanmoins plusieurs degrés dans le processus d’anthropomorphisation, en lien avec les trois rôles occupés par l’animal dans ce domaine, selon qu’il est véritablement regardé en tant que tel – dans les documentaires ou dans les œuvres qui mettent en scène un entomologiste –, qu’il devient ami du héros enfant – comme le criquet de Walt Disney –, ou encore qu’il se substitue à lui, comme Poka et Mine, les héros de la série de Kitty Crowther, personnages à six pattes confrontés à des situations quotidiennes29, à la manière du Petit ours brun de Danièle Bour. L’image joue un rôle majeur dans ce processus en composant des personnages hybrides, dotés d’accessoires humains. Ainsi, c’est par le biais des illustrations que l’insecte anthropomorphisé des fables affiche quelques-uns des traits de son espèce, appariés à la vêture et à la station debout des humains, comme le montre Ghislaine Chagrot à propos de la représentation de la cigale et de la fourmi par Grandville et ses successeurs. Toutefois, les nombreuses pièces de théâtre qui reprennent le titre de cette fable depuis la fin du xviiie siècle, transposent ses personnages et son argumentaire dans le monde des hommes30. D’après Lucie Desblache, il faudrait distinguer la « littérature animalière » qui prend l’homme pour étalon et la « littérature animale31 » qui essaie de se rapprocher de l’animal. Selon le cas, celui-ci apparaît comme « miroir de l’humain ou représentation de ce qui n’est pas humain32 » :

  • 33 Ibid., p. 55.

Les premiers genres littéraires qui sont à l’origine de la fiction d’aujourd’hui, contes, fables, poèmes ont tous mis des animaux en scène largement, sinon exclusivement, comme miroir des êtres humains. Certes, la littérature qui nous intéresse le plus ici est celle qui réussit à décentrer le texte vers une perception du non-humain, et une écriture de la relation entre diverses espèces33.

7Contes et fables qui ont séculairement anthropomorphisé les insectes et tendu un miroir à l’homme pour servir un objectif narratif ou moraliste relèvent ainsi de la « littérature animalière », tandis que les documentaires fictionnalisés qui tentent au contraire de faire valoir leurs spécificités pourraient s’apparenter à la « littérature animale ». Ce clivage mérite toutefois d’être nuancé : lorsque la reine des abeilles devient l’adjuvant du héros dans le conte des Grimm, c’est bien grâce à ses propriétés d’insecte qu’elle vient à son aide : qui mieux qu’elle pourrait deviner laquelle de trois princesses endormies a mangé du miel avant d’aller se coucher ? Inversement, quand les documentaires fictionnalisent la vie de l’insecte pour en faciliter la transmission au jeune lecteur, en dépit d’une représentation iconographique réaliste et de données scientifiquement pertinentes, le fait d’attribuer un nom, des sentiments et des intentions à l’insecte conduit à reprendre les procédés adoptés dans la collection du Père Castor « Le roman des bêtes » pour mieux faire connaître les animaux aux enfants. Jean-Marc Drouin rappelle que Jean-Henri Fabre ne cesse de recourir aux ressources de l’anthropomorphisme :

  • 34 Jean-Marc Drouin, op. cit., p. 51.

[…] les innombrables métaphores anthropomorphiques qui parsèment les Souvenirs entomologiques constituent autant de narrations fragmentaires qui se traduisent le plus souvent par l’attribution aux Insectes de métiers à la signification sociale bien marquée. […] À ce langage métaphorique correspond un mode d’exposition essentiellement descriptif et narratif, qui renforce le sentiment de réalité34.

  • 35 Serge Martin, « La voix animale : une reprise d’oralité. Sur l’anthropomorphisme dans les fables e (...)
  • 36 Voir Théodore-Pierre Bertin, Histoire d’une mouche racontée par elle-même, Rouen, Mégard, 1863.

8Si l’on considère Cigale, l’album de Shaun Tan présenté par Priscille Croce, on pourrait dire qu’il relève dans sa première partie de la fiction animalière – quand il montre la cigale en costume humain, aliénée par sa condition subalterne dans la cité – et qu’il rejoint la fiction animale lorsque le personnage se débarrasse de ce costume, comme l’insecte réel de son exuvie, pour s’envoler vers la forêt. En faisant entendre la voix de l’insecte, Shaun Tan invite à adopter son point de vue dans un de ces « passages de voix » dont Serge Martin montre l’intérêt dans les textes pour enfants car ils créent une « altérité nécessaire35 » en donnant la parole aux sans-voix, statut qui est bien celui de l’insecte, mais que démentent certaines œuvres, tels les récits autobiographiques de fourmi ou de mouche36 du xixe siècle, ou encore les insectes symboliques qui représentent la conscience ou la voix du héros, chez Collodi et Ana Maria Matute.

9Fruit d’une posture anthropocentrée, la question de l’anthropomorphisme fait désormais débat, d’après le récent appel à contributions de la revue xxi/xx- Reconnaissances littéraires intitulé « Pour en finir avec l’anthropomorphisme37 » : ses auteurs contestent en effet le terme d’« environnement » qui « suppose un centre, l’homme, et une nature périphérique rejetée en orbite dans ses alentours » ; ils suggèrent de relativiser la notion de nature pour s’inscrire dans le cadre d’une « écologie des relations », formule de Philippe Descola38 dont il faut se demander dans quelle mesure elle trouve un écho dans les ouvrages adressés à la jeunesse.

Du discours éducatif au discours engagé : le parti pris des insectes39

  • 39 Nous reprenons ici le titre de l’essai de Jean-Christophe Bailly, Le parti-pris des animaux, Paris (...)
  • 40 Guillemette Tison, « Le bestiaire des écoliers de la IIIe république », op. cit., p. 39
  • 41 Marie Maugeret, La science à travers champs, Tours, Mame, 1880, p. 72. Disponible sur Gallica.

10Toujours sous-tendue par un projet éducatif qu’elle s’efforce de présenter de manière attrayante, l’adresse à la jeunesse des livres sur les insectes véhicule des discours variés, selon qu’ils prennent une orientation morale, scientifique, philosophique, écologique… Ces discours ont évolué au fil du temps et certaines considérations morales ou religieuses n’ont plus cours aujourd’hui. Dans le roman scolaire, sous la IIIe République, le comportement des abeilles est offert en exemple aux enfants : « Elles sont présentées comme des travailleuses vivant dans l’harmonie : tout un programme moral !40 ». A fortiori, on n’imagine guère un enseignant s’exprimant aujourd’hui au sujet des insectes à la manière de l’institutrice Marie Maugeret qui écrit en 1880 : « je m’étonne que tout être raisonnable, en voyant le plus petit entre tous ces petits, ne tombe pas à deux genoux devant la toute-puissance de Dieu, mille fois plus grande il me semble, et mille fois plus charmante, mille fois plus adorable dans l’infinie petitesse de ses humbles créatures que dans la multiplicité des mondes célestes ou dans l’immensité des océans41». Aujourd’hui, le ton a changé : Calpurnia, le roman de Jacqueline Kelly étudié par Alizon Pergher, se situe à la fin du xixe siècle pour relater l’initiation à l’entomologie d’une adolescente par son grand-père, fervent admirateur de Darwin, mais il reflète également les préoccupations de notre temps car son héroïne refuse l’assignation aux rôles féminins traditionnels.

  • 42 Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifique pou (...)
  • 43 Jacques d’Aguilar, Remi Coutin, Alain Fraval, Robert Guilbot, Claire Villemant, Les illustrations (...)
  • 44 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 147.

11En raison de la vocation pédagogique inhérente à toute littérature pour la jeunesse, les frontières peuvent se faire poreuses entre documentaire et fiction, et les premiers ne sont pas les seuls à exercer une « fonction mathésique » de diffusion et de vulgarisation des savoirs42. Les ouvrages fictionnels savent également tirer parti des caractéristiques des insectes pour montrer comment ils naissent, vivent, se reproduisent et meurent, comme les albums étudiés par Florence Gaiotti, qui prennent pour protagoniste un éphémère, et jusque dans la pièce de théâtre de Bettina Wegenast, Une vie de mouche. Les « leçons de choses », parfois portées par des figures d’entomologistes, réelles ou fictionnelles, permettent d’observer et de décrire les insectes pour initier, fût-ce de manière détournée et fantaisiste, aux mystères de la nature. Dans l’album, genre majeur du livre de jeunesse qui est convoqué tout au long de l’ouvrage, l’image joue un rôle essentiel pour mettre en valeur la microfaune : elle se substitue à la loupe et au microscope de l’entomologiste pour révéler les détails invisibles à l’œil nu. Jacques d’Aguilar et ses co-auteurs rappellent à quel point les insectes « ont été une source d’inspiration constante, par leurs formes et leurs couleurs, pour des créations tantôt de l’ordre du plaisant (les papillons et leurs couleurs chatoyantes, nacrées…), tantôt de l’ordre du monstrueux43. ». De plus, la remarque d’Isabelle Nières-Chevrel à propos des « usages esthétiques du personnage animal » s’applique très justement à la classe des insectes : « l’apport de l’image ne se réduit pas à [une] fonction de lisibilité. Les espèces animales offrent une plasticité, une diversité de formes et de couleurs – donc une fantaisie graphique – sans commune mesure avec ce qu’offre l’espèce humaine44. ».

  • 45 Thierry Hoquet, « Présentation », Critique no 803, 2014, p. 291.
  • 46 Hicham-Stéphane Afeissa, Manifeste pour une écologie de la différence, Bellevaux, Éditions Dehors, (...)
  • 47 Lucie Desblache, « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Bernard Werber Les Fo (...)
  • 48 Pierre Brunel, Le Mythe de la métamorphose, Paris, Armand Colin, 1974, p. 106.
  • 49 André Siganos, Les mythologies de l’insecte, op. cit., p. 290.

12Nombre de philosophes ont convoqué le monde des « vivants minuscules » pour étayer leur réflexion : « Du ciron de Pascal aux cicindèles de Jünger, bien des petites bêtes bourdonnent, sifflent et stridulent dans l’imaginaire philosophique45 .» Regarder l’insecte, le prendre pour objet d’étude demande un effort pour se décentrer et pour prendre la mesure de sa singularité. Aussi devrait-on le considérer, lui aussi, dans sa différence et à partir d’elle, comme l’écrit l’auteur du Manifeste pour une écologie de la différence à propos de la violence exercée par les humains sur l’animal : « Le refus ou le déni de l’altérité de l’autre, considérée comme altérité qui a en tant que telle une valeur et un sens, constitue le ressort fondamental de toute violence46. » Apprendre la différence, c’est aussi apprendre à penser. Lucie Desblache a souligné le rôle pionnier de Bernard Werber, « sa volonté systématique de penser à travers l’autre, d’oublier l’instrument humain pour se glisser dans les antennes et autres apparats myrmécéens ». Elle définit Les Fourmis « comme un roman éthique car c’est la dimension morale par laquelle l’auteur invite le romanesque à se saisir de l’autre pour penser et construire le soi qui donne son sens à l’ouvrage » ; pour elle, l’altérité « est indissociable d’une recherche résolue d’identité47 ». En investissant la littérature, les insectes nous incitent à réfléchir sur nous-mêmes, comme le montre la conversation d’Alice avec ceux qu’elle rencontre dans ses voyages au pays des merveilles ou de l’autre côté du miroir. Pour Pierre Brunel, la chenille apparaît « comme un Sphinx en face duquel un Œdipe miniature – Alice – cherche à résoudre l’énigme […] que constitue la croissance de l’être humain48 ». Aussi la présence des insectes dans la littérature pour la jeunesse prend-elle une coloration cruciale : en mettant en relation l’humain et le non-humain, en donnant une voix à ceux qui en sont dépourvus, elle invite à se décentrer pour tenter de penser la différence. Comme l’écrit André Siganos en conclusion de son ouvrage sur les Mythologies de l’insecte, l’insecte représente « notre puissance d’interrogation la plus grande, en même temps que la définition d’une autre cohérence : celle qui préexiste à l’homme et demeure en dehors de lui, rendant toute relative sa présence sur le globe49 ».

  • 50 Anne Sverdrup-Thygeson, Insectes, un monde secret, op. cit., p. 13.
  • 51 Ernest Candèze, La Gileppe, les infortunes d’une population d’insectes, Paris, Hetzel, 1878 (dispo (...)

13Enfin, il a été régulièrement rappelé au cours de l’ouvrage que l’intérêt accordé aux insectes dans les livres pour la jeunesse s’inscrit désormais dans une perspective écologique. L’ouvrage d’Anne Sverdrup-Thygeson, Insectes, un monde secret, affiche un sous-titre en forme d’avertissement : « Sans eux nous ne pourrons pas vivre », car « Les insectes sont les petits rouages qui contribuent au bon fonctionnement de l’horloge du monde50 ». En attirant l’attention sur eux, la littérature de jeunesse participe à l’éveil d’une conscience écocitoyenne sur la nécessité de préserver la biodiversité. Il a pu arriver que l’on trouve un écho précurseur de cette préoccupation dans certains textes plus anciens, comme le roman publié en 1878 par Ernest Candèze, La Gileppe, les infortunes d’une population d’insectes51, dans lequel un groupe d’insectes se voit contraint d’émigrer à cause de la menace que fait peser sur lui un projet de barrage. Mais c’est bien sûr la production contemporaine qui s’emploie à transmettre ce message écologique, qu’il s’agisse du bannissement de la chasse aux papillons, de l’infléchissement du conte « La reine des abeilles » dans les réécritures ou, pour le citer une fois encore, de l’album Cigale de Shaun Tan, qui confronte avec éloquence dans ses pages de garde initiales et finales l’univers déshumanisé de la ville et la splendeur naturelle de la forêt. Mettre en scène l’insecte, substituer à la méfiance et à la crainte un intérêt véritable et une forme d’empathie, participe d’un mouvement plus vaste de prise de conscience qui concerne tous les humains car nous savons à présent, pour reprendre la formule d’Edgar Morin, que nous partageons avec chaque être vivant, fût-il apparemment dérisoire, « une communauté de destin ».

Notes

1 Jacques Sternberg, « Les insectes », Contes glacés, Bruxelles, Éditions Labor, « Espace Nord Zone J », 1998 [1974], p. 60.

2 Gilles Bœuf, « Préface », dans Christophe Bouget, ill. Gérard Goujon, Secrets d’insectes. 1001 curiosités du peuple à six pattes, Versailles, Éditions Quae, 2016, p. 13.

3 Anne Sverdrup-Thygeson, Insectes. Un monde secret, op. cit., p. 15.

4 Jean Perrot, Mondialisation et littérature de jeunesse et Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, « Bibliothèques », 2008 et 2011.

5 Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, Paris, Éditions du Seuil, « L’univers historique », 2019, p. 15.

6 André Siganos, Les mythologies de l’insecte, op. cit., p. 238.

7 Valérie Chansigaud, Enfant et nature. À travers trois siècles d’œuvres pour la jeunesse, op. cit., p. 50.

8 Natacha Vas-Deyres, « Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie exogène et la dystopie phobique » dans Clément Dessy et Valérie Stienon (dir.), Bévues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015, p. 175-188.

9 Voir l’article de Lucile Desblache « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Bernard Werber Les Fourmis Le roman de science-fiction » dans Lucile Desblache, Bestiaire du roman contemporain d’expression française, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, CRLMC, 2002, p. 70-90.

10 Dans ce film d’aventures réalisé en 1954 par Byron Haskin (The Naked Jungle, Paramount Pictures), les protagonistes doivent affronter une invasion de fourmis au Brésil.

11 Film d’animation américain d’Eric Darnell et Tim Johnson (Antz, Dreamworks) réalisé en 1998.

12 Voir Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifique pour la jeunesse dans la deuxième moitié du xixe siècle », op. cit., p. 150.

13 Zulma Carraud, « Les aventures d’une fourmi », dans Les métamorphoses d’une goutte d’eau, Paris, Hachette, 1864.

14 Henri de La Blanchère, ill. Mesnel et Giacomelli, Les aventures d’une fourmi rouge et les mémoires d’un pierrot, Paris, T. Lefèvre, 1879.

15 Vamba, Gigi parmi les insectes, trad. Comtesse de Gencé, Paris, Albin Michel, 1922 [Ciondolino, 1895].

16 Paul Reboux, Gérard et les fourmis, Paris, Flammarion, 1932, p. 20.

17 Colette Portal, La vie d’une reine, Paris, Hatier, 1964. Cet album a fait l’objet d’une réédition chez Michel Lagarde en 2016.

18 Chris Van Allsburg, Deux fourmis, trad. F. Lasquin, Paris, L’École des loisirs, 1988 [Two bad ants].

19 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 132.

20 Cyril Houplain, Fourmi, Toulouse, Milan, 2017. Une suite est publiée en 2019 chez le même éditeur, Pépite.

21 Fred Bernard, ill. François Roca, La reine des fourmis a disparu, Paris, Albin Michel jeunesse, 1996.

22 Vitaly Bianki, Pourquoi les fourmis vont de compagnie, Paris, La Farandole, 1963.

23 Juliette Parachini-Deny et Rouzé, Je, Velaux, Éditions le grand jardin, 2017.

24 Anne-Marie Chapouton, Erika Harispé, Mina la fourmi, Paris, Père Castor Flammarion,1990.

25 Jo Hoestland, Fourmidable ? Paris, Les incorruptibles, 2017.

26 Tony Ross, Soldat fourmi, E. Gros (trad.), Paris, Gallimard, 2018 [An Anty War Story].

27 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, Paris, Éditions du Seuil, « Science ouverte », 2014, p. 51.

28 Ibid., p. 11.

29 Kitty Crowther, Poka et Mine, Paris, L’École des loisirs, 2005-2019 : les différents épisodes conduisent les deux personnages au musée, au cinéma, au foot, au fond du jardin, etc.

30 Voir par exemple Rétif de la Bretonne, en 1771, Charles-Maurice Descombes en 1807 (Me Masson), Albert Le Roy de la Brière en 1885 (Calman-Levy), Fernand Bessier en 1886 (La Librairie théâtrale), Louis Lemercier de Neuville en 1889 (La Librairie théâtrale), etc.

31 Lucie Desblache, La plume des bêtes, op. cit., p. 36.

32 Lucie Desblache, Bestiaire du roman contemporain d’expression française, op. cit., p. 11.

33 Ibid., p. 55.

34 Jean-Marc Drouin, op. cit., p. 51.

35 Serge Martin, « La voix animale : une reprise d’oralité. Sur l’anthropomorphisme dans les fables et bestiaires pour les enfants », Cahiers Robinson, no 34, 2013, p. 125 (121-132).

36 Voir Théodore-Pierre Bertin, Histoire d’une mouche racontée par elle-même, Rouen, Mégard, 1863.

37 [En ligne]https://www.fabula.org/actualites/pour-en-finir-avec-l-anthropomorphisme-xxi-xx-reconnaissances-litteraires-n-3_99196.php, consulté le 20 juillet 2021

38 Philippe Descola, Une écologie des relations, Paris, CNRS Éditions De vive voix, « Les grandes voix de la recherche », 2019.

39 Nous reprenons ici le titre de l’essai de Jean-Christophe Bailly, Le parti-pris des animaux, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2013.

40 Guillemette Tison, « Le bestiaire des écoliers de la IIIe république », op. cit., p. 39

41 Marie Maugeret, La science à travers champs, Tours, Mame, 1880, p. 72. Disponible sur Gallica.

42 Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifique pour la jeunesse dans la deuxième moitié du xixe siècle », op. cit., p. 150.

43 Jacques d’Aguilar, Remi Coutin, Alain Fraval, Robert Guilbot, Claire Villemant, Les illustrations entomologiques, Versailles, INRA Éditions, 1996. 

44 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 147.

45 Thierry Hoquet, « Présentation », Critique no 803, 2014, p. 291.

46 Hicham-Stéphane Afeissa, Manifeste pour une écologie de la différence, Bellevaux, Éditions Dehors, 2021, p. 31.

47 Lucie Desblache, « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Bernard Werber Les Fourmis Le roman de science-fiction », op. cit., p. 80.

48 Pierre Brunel, Le Mythe de la métamorphose, Paris, Armand Colin, 1974, p. 106.

49 André Siganos, Les mythologies de l’insecte, op. cit., p. 290.

50 Anne Sverdrup-Thygeson, Insectes, un monde secret, op. cit., p. 13.

51 Ernest Candèze, La Gileppe, les infortunes d’une population d’insectes, Paris, Hetzel, 1878 (disponible sur Gallica).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search