Version classiqueVersion mobile

L'insecte au miroir des livres pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado

Introduction

Christiane Connan-Pintado

Texte intégral

  • 1 Guillaume Apollinaire, ill. Raoul Dufy, « Orphée », Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée, Paris, Galli (...)

Regardez cette troupe infecteAux mille pattes, aux cent yeux :Rotifères, cirons, insectesEt microbes plus merveilleuxQue les sept merveilles du mondeEt le palais de Rosemonde !Guillaume ApollinaireLe Bestiaire ou Cortège d’Orphée 1

1La présence animale s’impose comme caractéristique majeure des livres pour la jeunesse, en particulier lorsqu’ils s’adressent à la petite enfance, mais elle concerne avant tout les mammifères. Moins attractifs que les ours, lapins ou éléphants passés à la postérité, les insectes sont aussi moins nombreux, comme le constate et l’explique Valérie Chansigaud après avoir exploré trois siècles de livres pour enfants :

  • 2 Valérie Chansigaud, Enfant et nature. À travers trois siècles d’œuvres pour la jeunesse, Paris, De (...)

L’étrangeté des invertébrés conduit à une conséquence fâcheuse, mais évidente si l’on fait le bilan de la répartition des animaux présents dans la littérature enfantine (y compris celle à vocation scientifique) : une très forte prépondérance des oiseaux et des mammifères, une part infime pour les insectes et autres arthropodes et une absence quasi-totale des espèces parasites, alors que ces dernières représentent environ un animal sur deux dans la nature. La littérature pour la jeunesse reproduit exactement les préjugés culturels présents dans l’ensemble de la société : on aime et on est attiré par quelques espèces charismatiques […] tandis que d’autres inspirent crainte ou dégoût. […] Plus un animal ressemble à un être humain, plus il a de chances de devenir le héros d’un livre pour enfants2.

  • 3 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse. Courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, (...)
  • 4 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, « Pass (...)
  • 5 Isabelle Nières-Chevrel, « Animal », dans Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot (dir.), Dictionna (...)
  • 6 Il s’agit de La petite chenille qui fait des trous d’Éric Carle (1969) et de Deux fourmis de Chris (...)
  • 7 Florence Gaiotti, « Introduction », Cahiers Robinson, no 34, 2013, p. 5-10.
  • 8 Lucile Desblache, La Plume des bêtes, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 80.
  • 9 Elisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes : la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fa (...)
  • 10 Jean-Christophe Bailly, Le Versant animal, Paris, Bayard, 2007. Le Parti pris des animaux, Paris, (...)
  • 11 Titre du numéro 803 de la revue Critique, 2014.
  • 12 Thierry Hoquet, « Présentation », Critique, « Vivants minuscules », n° 803, 2014, p. 291.

2Corollairement, bien que la recherche spécialisée en littérature de jeunesse s’intéresse à la place et au rôle des animaux dans ce champ éditorial, la classe des insectes n’a inspiré pour l’instant que peu d’articles et n’a fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique. Dans l’entrée « Bestiaire » du Guide de littérature pour la jeunesse, Marc Soriano explique la présence animale dans ce domaine par la curiosité naturelle de l’enfant « à l’égard des animaux de la ferme ou du cirque, des fauves ou des insectes, etc.3 », mais pour ces derniers, il s’en tient à citer les ouvrages de Maeterlinck sur les insectes sociaux, Maïa l’abeille de Bonsels et Gigi au monde des insectes de Vamba. Dans le chapitre intitulé « Le petit zoo de l’enfance4 » de son Introduction à la littérature de jeunesse comme dans l’entrée « Animal » du Dictionnaire du livre de jeunesse5, Isabelle Nières-Chevrel mentionne seulement deux albums dont les protagonistes sont des insectes6. Quant à l’introduction du numéro des Cahiers Robinson sur les « Présences animales dans les mondes de l’enfance7 », elle ne comporte aucune allusion à l’entomofaune. De même, lorsque Lucie Desblache met en exergue les classiques britanniques du livre de jeunesse – signés Lewis Carroll, Rudyard Kipling, Beatrix Potter, Kenneth Grahame –, au sein desquels les animaux « évoquent le tissu complexe des relations sociales humaines » et sont « essentiellement liés à l’innocence8 », elle n’évoque pas davantage la classe des insectes. Ces différents travaux rejoignent une tendance observable dans l’ample réflexion suscitée, ces dernières décennies, par la question animale. Pour ne citer que deux noms de chercheurs, ni les ouvrages d’Élisabeth de Fontenay9 ni ceux de Jean-Christophe Bailly10 ne portent attention à ces « vivants minuscules11 » comme si, en tant que catégorie excentrée de l’animal et du non-humain, ils étaient placés à la marge de cette question. Thierry Hoquet analyse ainsi cet évitement : « C’est que l’insecte semble être un étrange oxymore : un vivant insensible, comme si quelque chose en lui était déjà mort12 ». À l’heure où le regard sur l’animal tente de se départir de son anthropocentrisme, l’insecte reste radicalement autre :

  • 13 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, Paris, Éditions du Seuil, « Science ouverte », 2014, p (...)

[…] la distance est en général trop grande entre le […] comportement […] des Insectes et le nôtre pour que nous ressentions à leur égard plus qu’une empathie fugitive. Par contraste les Vertébrés et surtout les [Mammifères] expriment leurs émotions, et donc aussi leur souffrance, au moyen d’un répertoire comportemental qui nous donne le sentiment de connivence13

  • 14 Jacques Derrida, L’animal que donc je suis, Paris, Éditions Galilée, 2006, p. 18.

3La question posée par Jacques Derrida au début de L’animal que donc je suis – « peut-on dire que l’animal nous regarde 14? » – se fonde sur le regard d’un mammifère, un chat, et paraît peu compatible avec la classe des insectes :  

  • 15 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, op.cit., p. 181.

La description par l’auteur de ce jeu de regards souligne les limites d’une communauté des vivants animaux, d’où les Insectes […] sont exclus. Cette exclusion souligne que si la compassion constitue la source la plus évidente d’une attitude éthique des hommes envers les animaux, elle ne peut pas suffire et que son application aux insectes est particulièrement malaisée15.

  • 16 La Déclaration universelle des droits de l’animal a été proclamée à Paris par l’UNESCO le 15 octobr (...)

4Il est vrai qu’il n’est guère envisageable de remplacer le mot « animal » par « fourmi », « puce » ou « moustique » dans les différents articles de la Déclaration universelle des droits de l’animal, qu’il s’agisse de l’article 3, « L’animal mort doit être traité avec décence », ou encore de l’article 9, « La personnalité juridique de l’animal et ses droits doivent être reconnus par la loi16. »

  • 17 Lucie Desblache, La Plume des bêtes, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 15.
  • 18 Sophie Milcent-Lawson, « Un tournant animal dans la fiction française contemporaine ? », Pratiques(...)
  • 19 Lucile Desblache « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Bernard Werber Les Fo (...)
  • 20 Ségolène Le Men, « La science enfantine et l’apprentissage du regard », dans Bruno Bréguet (dir.), (...)
  • 21 À l’exception du premier, le Petit Buffon des enfants ou Extrait d’histoire naturelle des quadrupèd (...)
  • 22 Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifique pou (...)
  • 23 Zulma Carraud, « Les aventures d’une fourmi », dans Métamorphoses d’une goutte d’eau, suivies des (...)
  • 24 Voir par exemple,Théodore-Pierre Bertin, Histoire d’une mouche racontée par elle-même, Rouen, Méga (...)
  • 25 Margaret J. Anderson, ill. Marie Le Glatin Keis, Jean-Henri Fabre. Les enfants de l’été, R. Lombar (...)
  • 26 Guillemette Tison, « Le bestiaire des écoliers de la IIIe république », Cahiers Robinson n° 34, op (...)
  • 27 Voir Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Édition du Seuil, 1984. Si le scarabée ét (...)
  • 28 Tel est le titre de la collection initiée en 1994 par Antoon Krings chez Gallimard, dans la collec (...)
  • 29 « Antoon Krings et ses Drôles de petites bêtes Parcours d’un créateur, mutations d’un univers », I (...)
  • 30 Les œuvres démiurgiques d’Hubert Duprat, qui habille d’or et de pierres précieuses des larves de p (...)
  • 31 Comme l’affiche le titre de l’ouvrage d’André Siganos, Les mythologies de l’insecte, histoire d’un (...)

5En dépit de ces différentes réserves, force est de constater que ces figures de l’altérité sont sollicitées dans toutes les sphères culturelles, et en l’espèce dans le champ du livre de jeunesse, aussi convient-il de s’interroger sur les modalités de cette présence, sur les discours qui l’accompagnent et sur les enjeux dont elle est porteuse. Tel est le projet du présent ouvrage qui s’intéresse aux représentations de l’insecte offertes par les livres pour enfants. À propos de la littérature générale, Lucie Desblache écrit que la présence animale « dans les textes de fiction permet d’introduire un élément de distanciation qui dérange, amuse ou intrigue17 ». Plus rare que dans le secteur jeunesse, cette présence s’intensifie aujourd’hui au point que l’on commence à parler d’un « tournant animal dans la fiction contemporaine18 ». La trilogie à succès de Bernard Werber sur les fourmis19 confirme que les insectes tiennent leur place dans ce mouvement. En ce qui concerne le champ du livre de jeunesse, point n’est besoin de se munir d’une loupe pour constater que les insectes sont présents dès qu’une production spécifique se tourne vers l’enfance : en 1658, le pédagogue tchèque Comenius distingue les « insectes volants » des « insectes rampants » dans les pages illustrées de l’Orbis sensualium pictus, abécédaire linguistique et culturel par la suite largement diffusé en Europe, qui « marque l’origine de la vulgarisation scientifique enfantine et de la pédagogie par l’image20 ». L’influence des travaux naturalistes se note dès le début du xixe siècle et jusqu’au milieu du xxe par nombre de volumes intitulés Petit Buffon des enfants ou Petit Buffon illustré qui ne manquent pas de réserver un chapitre aux insectes21. Le développement de la littérature scientifique pour la jeunesse au xixe siècle22 engendre une profusion d’ouvrages qui se fondent sur les conventions du conte et de la fable pour vulgariser le savoir, en conjuguant les deux postulations incontournables d’un champ éditorial qui vise à la fois à instruire et à divertir. Dans ce secteur dominé par l’intention éducative, les documentaires sont les premiers à s’emparer des insectes et, pour rendre le savoir plus aimable, ils s’appuient sur des dispositifs littéraires propres à séduire le jeune lecteur. En 1864, Zulma Carraud insère ses leçons sur les guêpes, cousins, forficules, mouches, dans des saynètes dont les protagonistes sont des enfants, et elle va jusqu’à donner la parole à la fourmi pour lui faire conter ses aventures23. Le procédé fait florès par la suite et jusqu’à nos jours24 pour individualiser un personnage d’insecte et faire découvrir sa vie en partageant ses aventures et ses émois. Ces récits scientifiques fictionnalisés portent sur le microcosme un regard attentif, bienveillant et ludique qui rejoint celui de l’entomologiste Jean-Henri Fabre, dont les écrits restent présents aujourd’hui dans l’édition pour la jeunesse25. D’abord classés comme « utiles » versus « nuisibles26 », les insectes suscitent la double réception mise en évidence par Apollinaire dans son bestiaire, ce mélange de fascination et de répulsion qui a traversé les siècles depuis les textes les plus anciens27. Cependant, l’approche des « drôles de petites bêtes28 » évolue et la littérature de jeunesse ne célèbre plus seulement les insectes les mieux tolérés. La série à succès d’Antoon Krings aura peut-être joué un rôle pour familiariser l’enfant avec les espèces les moins sympathiques : sa galerie de portraits qui décline, entre autres, « Patouch la mouche », « Oscar le cafard » et « Frédéric le moustique » ne se soucie guère d’exactitude scientifique et cherche d’abord à divertir le jeune destinataire29. L’apport des albums documentaires qui rivalisent de prouesses graphiques et plastiques pour magnifier les insectes fait pencher la balance vers la fascination plutôt que vers la répulsion – une fascination qui anime aussi les artistes30, les chercheurs et s’enracine dans nombre de mythologies31. Au moment où la communauté scientifique s’alarme de leur disparition programmée, nombre de titres portant sur les insectes visent de surcroît à éveiller chez le jeune lecteur une conscience écologique.

  • 32 Thierry Dedieu, Les sciences naturelles de Tatsu Nagata, Paris, Seuil Jeunesse, 36 volumes, dont 8 (...)
  • 33 Jean-Henri Fabre, Mœurs des insectes, Morceaux choisis extraits des Souvenirs entomologiques, Pari (...)

6En se penchant sur les insectes, les écrivains pour la jeunesse se font entomologistes et Thierry Dedieu joue à dissimuler son statut d’auteur derrière la figure fictive d’un savant japonais dans la série des « Sciences naturelles du professeur Tatsu Nagata32 », lequel décrit avec humour la vie de l’abeille et de la fourmi, mais aussi d’espèces moins attendues comme le pou, le phasme, le pyrrhocore… Au-delà du documentaire fictionnalisé, les insectes s’insinuent dans tous les genres littéraires adressés à la jeunesse, à commencer par les contes et les fables dans lesquels ils sont soumis aux codes du merveilleux et/ou à la transmission d’un enseignement moral. Jean-Henri Fabre en convient lui-même lorsqu’il relit « La cigale et la fourmi » en démontant les erreurs scientifiques qui entachent cette fable : « La renommée se fait surtout avec des légendes ; le conte a le pas sur l’histoire dans le domaine de l’animal comme dans le domaine de l’homme. L’insecte, en particulier, […] a son lot de récits populaires dont le moindre souci est celui de la vérité33 ». Les partis-pris iconographiques jouent leur rôle dans l’interprétation anthropomorphiste, telles les illustrations des Fables de La Fontaine, de Granville à Thierry Dedieu en passant par Boutet de Monvel et Félix Lorioux. Le spécialiste du conte populaire Paul Delarue note toutefois que le goût du merveilleux n’est pas incompatible avec l’observation de la nature :

  • 34 François-Paul Delarue, « Valeur éducative des contes populaires », Enfance, tome 9, no3, 1956, Les (...)

Qu’on ne dise pas que le goût du merveilleux tue l’esprit d’observation. J’ai observé des enfants qui me touchent de près et qui avaient une égale passion pour les contes de fées et pour les collections d’insectes et de coquillage étiquetées selon les règles les plus strictes établies par les publications scientifiques, qui se consacraient à l’élevage des têtards et avaient un même goût, au moment des étrennes, pour un recueil de contes et un livre sur la vie des insectes, et demandaient de leur acheter une forte loupe ou un petit microscope pour parfaire leurs observations34

  • 35 Par exemple Chantefables et chantefleurs de Robert Desnos (Gründ, 1952), Pas si bêtes d’Eugène Gui (...)
  • 36 Fantaisies microcosmiques. Petit théâtre de bestioles, 25 pièces courtes, Paris, L’avant-scène thé (...)
  • 37 Paul Shipton, Tirez pas sur le scarabée, T. Bauduret (trad.) et Un privé chez les insectes, M. Cos (...)
  • 38 Natacha Vas-Deyres « Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie (...)
  • 39 Voir l’étude du manga de Hideshi Hino, L’Enfant insecte par François Quet, « Devenir autre : l’ins (...)
  • 40 Jean Perrot « Du papillon. Contes et fables pour les enfants du xviie siècle à nos jours », Diogèn (...)

7Les insectes circulent aussi bien en poésie – ils sont présents dans tous les bestiaires poétiques35 – qu’au théâtre, par exemple dans les Fantaisies microcosmiques36 qui ont donné lieu en 2004 à des spectacles-promenades dans les jardins de Versailles. Dans le domaine du roman, et singulièrement dans le roman policier, les aventures du scarabée-détective de Paul Shipton (Tirez pas sur le scarabée, Un privé chez les insectes37), régulièrement rééditées, ont fait école. Les romans pour adolescents ou young adults qui s’inscrivent dans les genres de l’imaginaire (science-fiction, dystopie, fantasy) font également un usage notable des insectes, dont la présence traduit les inquiétudes suscitées par l’avenir d’une planète et d’une condition humaine également menacées38. Enfin, les genres graphiques du livre de jeunesse – album, bande dessinée, manga39 – offrent d’étonnantes représentations de l’univers des insectes. Jean Perrot a consacré plusieurs articles au papillon, « insecte emblématique » dans lequel il voit « un objet hautement significatif et un “index”, un indicateur mettant en lumière la cohérence des systèmes de pensée et de culture40 ». Il s’est attaché au lépidoptère cher à Nabokov à partir des albums de Frédéric Clément dont les images déploient métamorphoses et splendeurs diaprées.

  • 41 André Siganos, Mythologies de l’insecte, histoire d’une fascination, op. cit., p. 13. Sont mention (...)

8Pour étudier la problématique des insectes telle qu’elle se présente dans la littérature pour la jeunesse, les approches varient selon que l’insecte intéresse en lui-même ou bien en tant que personnage symbolique ancré dans de prestigieux intertextes, d’Aristophane à Kafka. Ainsi, le phénomène de la métamorphose peut être envisagé aussi bien comme processus biologique que comme motif littéraire. Certaines fictions font de l’insecte un substitut du héros enfant et neutralisent sa différence à des fins d’identification, mais sans doute résiste-t-il davantage à l’anthropomorphisation que d’autres espèces du règne animal. Toutefois, pour André Siganos, qui s’appuie sur plusieurs ouvrages pour enfants fort célèbres, il peut être « l’occasion d’un véritable itinéraire d’individuation, l’enfant affrontant même, grâce à la chenille et à la mouche, par exemple, le problème de la pérennité du moi et celui de son existence véritable41 ». Qu’il soit héros, compagnon ou comparse, apprivoisé ou maintenu dans sa très étrange altérité, par son apparence et par son comportement individuel et social l’insecte nous contraint au décentrement pour soupeser les notions de nature et de culture. Les œuvres qui convoquent les insectes tout au long de l’histoire de la littérature témoignent que se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité dans l’ordre du minuscule et de l’éphémère invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant – ces dernières devenues préoccupations cruciales en ce début de xxisiècle.

  • 42 Jean-Marc Drouin, op. cit., p. 184.

9Les contributions ici réunies convoquent trois siècles de livres de jeunesse, et remontent parfois bien plus loin pour partir en quête de l’insecte dans l’histoire littéraire. L’organisation de l’ouvrage suit un parcours en cinq étapes qui prend en compte cette histoire, au fil de différentes approches des insectes comme de la littérature. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images – la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme dans la production contemporaine. La diversité des approches fait écho à la formule de Jean-Marc Drouin : « Ni tout proches de nous, comme le sont les Vertébrés à sang chaud (Mammifères et Oiseaux), ni radicalement autres comme peuvent l’être les végétaux, les Insectes s’offrent à l’investigation scientifique, à la création esthétique et à la réflexion philosophique42. »

D’hier à aujourd’hui : des livres, des enfants et des insectes

  • 43 Paul Hazard, Les livres, les enfants et les hommes, Paris, Flammarion, « Éducation », 1932. Jean P (...)

10Un clin d’œil au rythme ternaire des titres de Paul Hazard et de Jean Perrot43, deux jalons majeurs dans l’histoire de la critique du livre de jeunesse, nous aide à introduire un ouvrage qui s’interroge sur la présence séculaire des insectes dans ce champ et sur les enjeux de la destination enfantine. Comme le requièrent les études animales, plusieurs approches disciplinaires sont réunies dans cette première partie pour considérer une production qui associe « science, politique et esthétique », sous-titre de la contribution de Jean Perrot.

11La parole est donnée d’abord à l’entomologiste Camila Leandro et à l’historienne d’art Claire Le Blan qui formulent l’hypothèse que les livres sur les insectes seraient susceptibles de favoriser une expérience de nature propre à éduquer les enfants à la préservation de la biodiversité : en choisissant des insectes pour personnages, la littérature pour la jeunesse pourrait en effet limiter les effets du « verrou sociétal » qui empêche d’éprouver de l’empathie pour une classe d’êtres vivants si différents de nous et qui ont souvent mauvaise réputation. L’article rend compte de deux recherches. D’une part, un inventaire effectué dans le catalogue de la BnF depuis 1960 – seuil à partir duquel l’édition pour la jeunesse connaît un essor remarquable – permet de mesurer la place occupée par les insectes dans les livres de fiction, de quantifier la présence – très inégale – des différents ordres dans cette production et d’interroger la fréquence des occurrences en regard des mesures prises contre les méfaits des pesticides. D’autre part, une analyse qualitative menée dans plusieurs médiathèques vise à évaluer la réception de cinq catégories d’insectes marquées plus ou moins positivement par l’expérience culturelle. Les livres pour la jeunesse accomplissent ainsi leur mission éducative, dans l’objectif de former le regard de l’enfant et de le sensibiliser à la préservation du vivant.

  • 44 Michel Defourny, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, (...)

12Conservatrices à la BnF, Virginie Meyer et Claudine Hervouët déploient un vaste corpus d’ouvrages pour explorer le secteur, éducatif par définition, du livre documentaire. Elles mettent en évidence la présence des insectes en diachronie, et ce parcours montre à quel point le genre du documentaire adopte les stratégies de séduction de la littérature lorsque les propositions éditoriales narrativisent et fictionnalisent l’information pour en faciliter la transmission. L’image joue un rôle essentiel dans ce processus, comme le note Michel Defourny à propos des albums qui « racontent des histoires et s’autorisent le recours à l’anthropomorphisme » : dans ce cas, « la frontière entre documentaire et fiction a été abolie44 ». La valorisation de l’insecte par différentes techniques d’illustration concourt à familiariser avec un être qui inspire encore des sentiments ambivalents. Sans déroger à leur vocation de transmettre un savoir, les livres documentaires se montrent, dans le même temps, suggestifs pour l’imagination ; en transformant l’insecte en personnage auquel l’enfant est invité à s’identifier, ils font de lui le vecteur d’enjeux écologiques et citoyens.

13Le propos se resserre ensuite sur l’ordre le plus abondant et le plus diversifié de la classe des insectes, celui des coléoptères, qui offre ainsi un terrain d’exploration et d’observation privilégié pour l’enseignement. Catherine Bruguière et Danièle Vial, didacticiennes de la biologie, s’attachent aux représentations des coléoptères dans un corpus de six albums contemporains, dont elles étudient les images en regard des illustrations naturalistes ou patrimoniales. Leur typologie en trois catégories distingue d’abord les images qui relèvent du « portrait » en donnant à voir les particularités de l’insecte, telles qu’elles furent révélées autrefois aux « pionniers de la microscopie » ; puis les images plus artistiques, qui s’apparentent à un « tableau », et valorisent de manière parfois spectaculaire la beauté étrange des insectes, comme ont pu le faire par le passé Albrecht Dürer ou Anna Maria Sibylla Merian ; enfin les images naturalistes qualifiées de « dynamiques », qui soulignent les liens de l’insecte avec son environnement. Ces trois types d’images peuvent se combiner dans les albums contemporains, en liant objectifs scientifiques et écologiques : il s’agit de faire connaître les insectes avec précision, de mettre en valeur leur singularité et de souligner leur rôle dans l’écosystème.

  • 45 Valérie Chansigaud, Enfant et nature, op. cit., p. 116. Voir aussi Florence Gaiotti, « Figures de (...)

14Les deux contributions suivantes s’attachent au plus décoratif des insectes, le papillon, que Vincent Jolivet poursuit à travers toute la littérature à partir de l’activité qui fit partie des jeux incontournables de l’enfance pendant des siècles : la chasse aux papillons. Le florilège proposé s’apparente au vol même de l’insecte butinant de fleur en fleur : Gargantua, le Petit Chaperon rouge, Julien Sorel et Madame de Rênal, Victor et Victorine, les protégés de Bouvard et Pécuchet, les petits héros de la Comtesse de Ségur, la jolie Martine de Marcel Marlier, les Famous Five d’Enid Blyton et bien d’autres, ont couru après les papillons. Cette activité de loisir ludique et longtemps jugée innocente prend des couleurs scientifiques au xixe siècle sous l’influence des travaux naturalistes qui engagent à observer de près les merveilles capturées, partant à procéder à leur mise à mort, dont on peut lire mainte description détaillée. À partir du tournant écologique de la deuxième moitié du xxe siècle, la chasse aux papillons n’a plus bonne presse – comme la chasse en général45, autrefois valorisée dans la littérature d’enfance. Nombre d’albums contemporains la dénoncent comme cruelle et inutile : ils invitent à contempler l’insecte dans son milieu naturel, et surtout à le relâcher rapidement après capture.

  • 46 Jean Perrot, Art baroque, art d’enfance, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991.
  • 47 Récipiendaire du Prix des Frères Grimm, qui récompense la critique en littérature de jeunesse, Jea (...)

15Autre butinage, dans un feu d’artifice de références, le parcours de Jean Perrot « sur l’aile du papillon », insecte qui l’inspire depuis longtemps, depuis ses travaux sur le baroque46, dont le papillon fut l’un des emblèmes, sans oublier sa conférence prononcée à Osaka qui s’intitulait « Le poids d’une aile de papillon47 ». Comme La Fontaine qui se présentait en « Papillon du Parnasse », volant « de fleur en fleur et d’objet en objet », Jean Perrot oscille entre littérature pour la jeunesse et littérature tout court : Nabokov, Virginia Woolf, George Sand, Lewis Carroll, Paul Éluard, Colette… Il réunit une collection de papillons littéraires dans laquelle l’insecte apparaît en objet de luxe, « machine désirante » à la Deleuze, sujet poétique, enjeu écologique et « harcelant objet des contradictions ». Il en traque les formes et les couleurs dans la nature comme dans les tatouages, mais surtout dans les albums pour enfants, dont la poésie graphique sert de tremplin pour la rêverie. Après ce parcours tout en contrastes où l’admiration euphorique le dispute à l’inquiétude, on ne s’étonne pas de le voir conclure sur la célèbre parabole de Tchouang-Tseu et son « rêve de papillon ». 

Insectes affabulés, insectes contés

  • 48 Lucie Desblache, La plume des bêtes, op. cit., p. 65.

16Fables et contes sont régulièrement associés, en tant que récits brefs, fictifs et jugés appropriés au jeune âge par une forme et une matière qui servent des objectifs éducatifs de manière divertissante. En les englobant systématiquement dans la même rubrique, les listes de littérature du ministère de l’Éducation nationale s’exposent au risque de les confondre et de conduire les enseignants à réduire la portée des contes en recherchant à tout prix leur « morale ». Moins présent que d’autres animaux, l’insecte se soumet aux critères génériques de ces récits en répondant à la fonction pédagogique de la fable et, pour le conte, en tant que « personnage initiatique [dont l’] identité non-humaine est utilisée au même titre que celle des fées et autres créatures imaginaires, comme élément de mystère et potentiel de sagesse48 ».

17Cécile Zaepffel s’intéresse aux fabliers pédagogiques à partir du tournant de la Renaissance qui prône le retour aux textes antiques. Les possibilités offertes par la fable sont nombreuses, car elle sert successivement à enseigner le latin et la rhétorique, à transmettre des leçons morales, à initier à la lecture, à étayer des leçons de choses, à pratiquer la récitation. Cet intérêt se marque d’abord par le retour de la fable ésopique, grâce à laquelle les écoliers des classes privilégiées, ceux qui apprennent le latin, ont connu « La Cigale et la Fourmi » bien avant la naissance de La Fontaine. Ce dernier, par la suite, cautionnera dans sa Préface l’utilité des fables pour s’adresser aux enfants, ce que prouve avec éclat leur usage pérennisé par l’école depuis plusieurs siècles. Au xixe siècle, le recueil de Maurice Rollinat, préfacé par George Sand, mérite une attention particulière, car il se compose pour moitié de poèmes et de fables qui portent sur des insectes. En invitant à célébrer la beauté de la nature, les insectes apparaissent comme des médiateurs privilégiés pour transmettre des savoirs, tout en restant à la portée de l’enfant : comme lui de petite taille dans le monde des grands, ils lui donnent une leçon de modestie et d’humilité.

18Federico Guariglia choisit de s’attacher à la cigale, dont il étudie l’évolution dans l’histoire de la fable, de ses origines antiques à l’album contemporain. Dans la fable ésopique, la cigale, toujours caractérisée par son chant, est confrontée à d’autres animaux que la fourmi – âne, renard, hibou –, rencontres sanctionnées par diverses leçons de morale. Au Moyen Âge, en France comme en Italie, « La Cigale et la Fourmi » connaît une fortune exceptionnelle, liée à la destination éducative des fables. Tout en substituant un grillon à la cigale et en préservant la dimension morale du récit, Marie de France développe la narration et le dialogue, comme le fera La Fontaine quelques siècles plus tard. Si le fabuliste français s’abstient de moraliser, ce serait en raison de sa double appartenance : à la fois « artiste et bourgeois, [il] présente lui-même les caractéristiques de la cigale chanteuse et de la fourmi laborieuse. » Au xxe siècle, les drolatiques versions de Raymond Queneau et de Gianni Rodari jouent à inverser les rôles au profit de l’insecte chanteur. Le parcours se clôt avec Cigale, le récent album de Shaun Tan dans lequel l’insecte anthropomorphisé devient la victime d’une bureaucratie aliénante – album qui fait l’objet d’une étude détaillée dans le présent ouvrage.

  • 49 Mentionnons cependant le conte intitulé « La peau de pou », qui a inspiré Basile, les frères Grimm (...)

19D’après Bochra et Thierry Charnay, les insectes seraient rares dans les contes, à l’exception des contes de randonnée et de ceux qui se fondent sur le motif des animaux reconnaissants49. Ils s’appuient sur un corpus transculturel, français et arabe, de ces contes cumulatifs propres à séduire l’enfance par leurs répétitions, leurs sonorités ludiques et leurs effets de bascule. Ce corpus est classé en trois groupes : le premier raconte « le pèlerinage de la fourmi », personnage positif et vaillant qui se casse la patte pendant son voyage et dont les plaintes déclinent la chaîne des responsables de l’accident ; le deuxième se fonde sur « l’exigence matrimoniale » d’une fiancée difficile, en l’espèce un insecte, qui convoque différents prétendants possibles ; le troisième illustre « le deuil à la mort d’un petit animal », comme « Le petit pou et la petite puce » des Grimm, qui connaît un dénouement dysphorique en contraste avec l’allégresse d’une narration en cascade. En dépit de leur simplicité et de leur forme ludique, ces contes qui confrontent leurs personnages d’insectes anthropomorphisés aux aléas de la vie présentent un caractère initiatique.

  • 50 Dominique Peyrache-Leborgne, « Nature et spiritualité dans les contes des Grimm : prodromes d’une (...)

20Dominique Peyrache-Leborgne étudie en comparatiste quatre « contes d’abeilles » qui reflètent différentes conceptions de la nature au cours du xixe siècle. Elle revient d’abord sur « La reine des abeilles » des Grimm50 où l’insecte éponyme devient l’adjuvant du héros. Beaucoup moins connue, la version du tandem Erkman-Chatrian (1862) raconte une histoire sensiblement différente qui combine réalisme et merveilleux dans sa peinture poétique des relations harmonieuses d’une jeune aveugle avec des abeilles. Avec « L’Homme aux abeilles », l’Américain Franck R. Stockton écrit une sorte de fable dans laquelle un vieillard préfère la société des abeilles à celle des hommes. Plus satirique encore, le conte du Danois Carl Ewald adopte une perspective socio-darwinienne pour peindre le monde des abeilles anthropomorphisées comme un microcosme guerrier. Publiés à la fin du siècle, ces deux derniers contes proposent une tout autre orientation que ceux qui mettaient en scène l’harmonie entre les différents règnes, et se rapprochaient davantage de ce que nous lisons aujourd’hui dans les livres pour la jeunesse qui prônent l’unité du vivant.

L’insecte dans les classiques du livre pour la jeunesse

  • 51 Alain Montandon, Du récit merveilleux ou L’ailleurs de l’enfance. Le Petit Prince, Pinocchio, Le M (...)
  • 52 Ibid., p. 81.
  • 53 Ana Maria Matute, ill. Colette Fovel, Le Criquet d’or, Antoinette Bloch et Marcelle Vérité (trad.) (...)

21Après avoir évoqué les insectes dans les fables et les contes, piliers d’une littérature patrimoniale qui ne visait pas l’enfance à l’origine, mais fut réorientée vers elle au fil du temps, il s’agit de considérer leur présence dans les œuvres écrites à destination de la jeunesse qui sont devenues des classiques de ce secteur éditorial. Certaines d’entre elles ont connu une notoriété internationale, marquée par leur succès dans la vidéosphère, tandis que celles qui émanent des pays du sud, à l’exception notable de Pinocchio, ont rarement pu, faute de traduction, franchir les frontières de leur territoire linguistique. À tout seigneur tout honneur, c’est la littérature britannique, pionnière en littérature de jeunesse et dans la légitimation de ce domaine, qui ouvre ce chapitre et qui le clôturera, après un détour par l’Allemagne et le Brésil. Comme il nous aura manqué une étude sur le fameux grillon parlant imaginé par Collodi, nous renvoyons à l’ouvrage d’Alain Montandon, Du merveilleux ou L’ailleurs de l’enfance, dans lequel le chapitre consacré à Pinocchio51 montre que cet insecte symbolique « représente la conscience morale, le devoir, la coercition insupportable52 » et s’apparente par-là à une figure paternelle, aussi le pantin cherche-t-il, dans un accès de violence, à se débarrasser de lui. Tout en édulcorant le personnage et le symbole, le dessin animé de Walt Disney lui donnera par la suite plus d’importance en le dotant d’un nom, Jiminy Cricket, et en faisant de lui le narrateur de l’aventure. L’écrivaine espagnole Ana Maria Matute a proposé, avec Le criquet d’or53, une réécriture très personnelle de l’œuvre, un conte hybride, mi-réaliste mi- merveilleux, dans lequel le héros est un orphelin muet parti en quête de sa voix et de ses parents, en compagnie de l’insecte éponyme qui parle à son oreille et l’aide à décrypter le monde. Au terme de son voyage, le dénouement ambivalent, qui suggère une mort chrétienne, rappelle celui des contes d’Andersen.

22Virginie Douglas met en relation les œuvres pour la jeunesse publiées pendant l’ère victorienne avec la passion pour les sciences naturelles qui se développe en Grande-Bretagne au milieu du xixe siècle. Elle s’appuie au premier chef sur les Alice Books, qu’elle rapproche de plusieurs autres ouvrages, dans lesquels la féérie et la fantasy naissante se nourrissent des découvertes scientifiques et valorisent le monde de l’infiniment petit, apparenté à celui de l’enfance. Les changements de taille d’Alice rappellent le phénomène de la métamorphose chez les insectes et métaphorisent le passage de l’enfance à l’âge adulte en vertu d’une conception darwinienne de la croissance. Tel est le sujet de la conversation de la fillette avec la chenille rencontrée dans le premier opus. Dans le second, la bizarrerie des insectes est mise au service du nonsense et des jeux linguistiques à travers les collisions incongrues provoquées par les mots-valises. L’évocation d’insectes irréalistes alimente l’invention littéraire et langagière, car ils « incarnent un paradoxe fructueux – la tension entre la nature et la fiction, la science et l’art, le monstre et la fée, la fascination et la répulsion », au point que l’on pourrait voir en eux les porte-parole de la figure de l’auteur.

  • 54 Robert Delort consacre un chapitre de son ouvrage Les animaux ont une histoire, op. cit., à « cet (...)
  • 55 Mathilde Lévêque, « Relire Maïa l’abeille aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, consulté le (...)

23Esther Laso y Leon propose une relecture écocritique du classique allemand de Waldemar Bonsels, Maya l’abeille (Die Biene Maja, 1912), qui doit sa notoriété universelle à la diffusion d’une série de dessins animés japonais au cours des années 1970. Sont présentés en parallèle trois romans contemporains pour la jeunesse qui alertent sur le risque de disparition des abeilles. Unanimement valorisée depuis l’Antiquité54, l’abeille est célébrée aussi bien pour son utilité que pour le modèle social qu’elle offre, deux types de discours supplantés aujourd’hui par le souci d’éveiller chez l’enfant une conscience écologique. Alors que la dimension naturaliste de Maya l’abeille a pu être contestée55, Esther Laso y Leon note qu’en dépit de l’anthropomorphisation des personnages, Bonsels a finement observé le petit peuple des insectes qu’il met en scène. Un siècle plus tard, le propos anthropocentré et militant des productions contemporaines est surtout animé par la volonté didactique de sensibiliser les enfants à l’urgence écologique. Finalement, en dotant ses personnages de prénoms et d’émotions, en faisant partager, par des moyens littéraires, les épreuves affrontées par son héroïne, c’est Bonsels qui parvient à susciter chez le lecteur cette empathie si difficile à éprouver pour les insectes, sentiment indispensable pour les prendre en considération.

24La contribution de Bruno Anselmi Matangrano nous donne accès au classique brésilien pour la jeunesse de Lucia Machado de Almeida, Le cas du papillon Atyria (O Caso da Borboleta Atíria). Publié en 1951, très populaire en son pays et régulièrement réédité, ce roman réunit toutes les qualités d’une littérature qui entend instruire tout en divertissant. Il se signale par une hybridité générique propre à captiver le jeune lectorat en mariant les atouts du roman policier et ceux du conte. Entièrement situé dans le monde des insectes, ce qui l’apparente également à la fantasy animalière, il réunit des personnages qui endossent les rôles convenus de ces différents genres, entre crime inaugural et mariage final de l’héroïne avec le prince. Dans le même temps, l’onomastique s’appuie sur les noms scientifiques des insectes, les notes de bas de page apportent des données entomologiques et la bibliographie finale confirme l’ancrage scientifique de la fiction. On ne s’étonne donc pas que ce roman aussi attractif que documenté ait retenu l’attention des spécialistes en écocritique et qu’il serve couramment de support dans les classes au Brésil : en favorisant l’immersion fictionnelle des lecteurs dans l’univers des insectes, il sert à la fois l’enseignement des disciplines, l’empathie pour cette microfaune et l’éducation à l’écologie.

25Virginie Douglas reprend le titre de la série d’Antoon Krings pour aborder les classiques de la littérature de jeunesse britannique au xxsiècle dans lesquels les « drôles de petites bêtes » sont traitées sur un mode humoristique qui met en valeur leur bizarrerie. Elle s’appuie sur les romans de Roald Dahl et de William J. Corbett – James et la grosse pêche et Pentecôte le mulot – qui relèvent d’une low fantasy marquée par l’influence de Lewis Carroll. L’analyse met d’abord en évidence la réversibilité du double sentiment de répulsion et de fascination suscité par les insectes. Puis elle souligne la complexité de leurs représentations : si l’insecte anthropomorphisé apparaît comme une figure de l’enfance, qui est comme lui de petite taille et vulnérable, amenée à grandir et à se transformer, il n’en reste pas moins différent et étrange. L’insecte imaginaire de Corbett, le cockle-snorkle, emblématise cette altérité qui le rattache à l’univers carrollien du nonsense et fait de lui une sorte de personnage mythique, vecteur de fiction, ce qui l’apparente à l’enfant doué d’imagination et à l’artiste créateur.

Images d’insectes, jeux de miroir

26La représentation iconographique de l’insecte est omniprésente en littérature de jeunesse, et le genre de l’album est régulièrement pris pour objet d’étude tout au long de cet ouvrage. Cette représentation ne se pose pas dans les mêmes termes quand l’artiste cherche à le reproduire pour en montrer les particularités, ou bien s’il tente de l’incarner, en tant que personnage de fiction. Les contributions de ce chapitre interrogent les images des insectes dans deux domaines littéraires, d’une part celui des fables et des contes, d’autre part celui de l’album contemporain.

27Ghislaine Chagrot étudie l’anthropomorphisation des deux insectes dans les illustrations de « La Cigale et la Fourmi » à partir des dessins préparatoires de Grandville qui révèlent trois options iconographiques différentes dans l’hybridation de l’homme et de l’animal. Le premier modèle se fonde sur une représentation du corps humain, celui de deux femmes, transformées ensuite en insectes tout en conservant la bipédie, les vêtements et accessoires, l’expressivité des gestes, mais en les dotant d’antennes, de pattes et d’un corps articulé. Ce modèle inspire régulièrement les illustrations ultérieures, avec quelques nuances pour humaniser davantage les protagonistes. Grandville expérimente une autre forme d’hybridité en greffant une tête d’insecte sur un corps humain, formule qui sera reprise par l’imagerie d’Épinal. Une troisième esquisse montre que l’artiste a aussi tenté de partir d’un modèle anatomique d’insecte, humanisé par quelques détails externes. Plusieurs illustrateurs, en particulier les peintres animaliers, suivront cette voie dès la fin du xixe siècle, jusqu’à la proposition contemporaine de Martin Jarrie qui dessine les deux insectes avec réalisme, simplement « accessoirisés » l’un par une guitare en bandoulière, l’autre par un sac de riz sur le dos.

  • 56 Ce à quoi devrait remédier son inscription sur les listes de référence de littérature pour le cycl (...)

28Dominique Peyrache-Leborgne reprend le conte des Grimm, « La reine des abeilles », pour observer sa reconfiguration dans l’album contemporain. Relativement peu connu en France56, ce conte se prête aujourd’hui à deux types de reprises dont le message écologiste rejoint, finalement, la conception romantique de la nature. D’une part, dans les rééditions du conte, les reformulations iconographiques signées par Philippe Dumas et par l’artiste bulgare Ghiuselev, déploient une nature profuse, généreuse et libre dont l’abeille devient le symbole, en tant qu’adjuvant du héros pur qui prend le parti du règne animal. Dans ces deux albums, l’abeille portant sceptre et couronne est présentée en majesté dès la première de couverture. D’autre part, deux réécritures du conte attestent l’engagement de leurs auteurs au service de la cause de la nature : la version ludique de Geoffroy de Pennart et celle, très satirique, de Janosh qui dénonce les conséquences désastreuses du consumérisme contemporain. En valorisant le personnage de l’insecte, les images et les fictions proposées dans ces albums actualisent et mettent en exergue la dimension cruciale de la leçon portée par le conte source.

  • 57 Sophie Milcent-Lawson, « Un tournant animal dans la fiction française contemporaine ? », op.cit., (...)

29À partir de trois albums qui ont pris pour protagoniste un éphémère, Florence Gaiotti s’interroge sur la manière dont ils donnent à voir et à penser la fragilité de l’existence. Si la question philosophique qui sous-tend ces albums est bien celle de la vie brève et du carpe diem, il ne s’agit pas moins de participer au « mouvement de visibilisation des animaux dans la fiction57 », en l’occurrence de mettre en valeur la singularité d’un insecte, le discret éphémère. L’analyse attentive des récits et de leurs images s’attache à soupeser le dosage de gravité et d’humour, de réalité et de fiction, de science et d’anthropomorphisme qui caractérise ces albums. Confrontés au défi de donner consistance à un animal apparemment « pauvre en monde », auteurs et illustrateurs font de lui le héros d’une aventure considérable, celle de remplir au mieux son programme de vie, du matin au soir. Pour s’adresser à des enfants, il convient de dédramatiser l’inéluctable issue de l’aventure, au gré d’options narratives variées : célébration hédoniste et sensuelle de l’instant, héroïsation du personnage par les choix iconiques, inscription dans un environnement dont certains éléments jouent un rôle symbolique, comme cette fleur de pissenlit qui perd ses aigrettes de page en page.

30Catherine Tauveron soumet deux albums de Philippe Corentin à une étude des phénomènes métaleptiques qui font vaciller les niveaux de fiction et les rôles mouvants de l’auteur, du personnage et du lecteur. Dans l’univers d’un artiste où les animaux sont récurrents, les deux albums qui mettent en scène des insectes les confrontent à leur créateur, qui joue volontiers à se représenter dans ses images, sur un mode caricatural. Victime d’un ennui existentiel qui l’apparente parodiquement à Oberman et à Madame Bovary, le « héros » éponyme de Biplan le rabat-joie est un moucheron que rien n’intéresse ; quant aux personnages de Zzzz… Zzzz…, ce sont des mouches vibrionnantes. Dans ces histoires sans histoire, les insectes offrent l’occasion de rencontres insolites, de dialogues absurdes et d’images qui donnent le vertige, car elles adoptent le point de vue de ceux qui sont capables de circuler dans tous les sens et de marcher au plafond. Nargué par ses créatures, égaré dans leur monde incompréhensible, l’auteur représenté devient la victime d’une histoire d’autant plus drôle que le sens se délite au profit du pur plaisir des jeux de langage et de leur contrepoint iconographique. En somme, les histoires « cul par-dessus tête » de Corentin offrent un tremplin idéal aux « spécialistes de la voltige aérienne » que sont les insectes.

Insectes et littérature contemporaine : rencontres, hybridations, révélations

31La dernière étape de l’ouvrage réunit un corpus apparemment hétérogène d’œuvres qui interrogent de façon singulière la place et la fonction des insectes dans la littérature contemporaine pour la jeunesse. En jouant un rôle de révélateur, les insectes rencontrés dans ces différents romans, albums et pièces de théâtre se montrent, selon la formule bien connue de Claude Lévi-Strauss, « bons à penser ».

32Isabelle Rachel Casta explore un territoire dans lequel les insectes grouillent de manière spectaculaire, celui du roman policier pour la jeunesse. Elle rappelle le rôle joué par les « escouades de la mort », les insectes observés sur les cadavres dans le cadre de l’expertise médico-légale ; les séries pour adultes ne se privent pas de mettre en avant ces adjuvants privilégiés qui viennent au secours de la justice en révélant l’heure du crime. Les fictions policières adressées aux plus jeunes seront moins réalistes, mais nombreux sont les romans pour adolescents qui cultivent la terreur, le dégoût et l’horreur suscités par l’entomofaune, comme l’affiche l’image lenticulaire en couverture du Chouchou de la classe de David Gilman qui fait miroiter la métamorphose d’un petit garçon sage en monstrueux cafard et vice-versa. Le mot-valise du titre Un(e) secte de Maxime Chattam, résume le sujet d’un roman dans lequel une secte se sert d’insectes pour dominer le monde, histoire de tyran fou à rapprocher, mutatis mutandis, du conte philosophique de Jünger, Abeilles de verre. Rarement anodins, les polars avec insectes frôlent à plaisir et sondent parfois des abîmes.

  • 58 Voir la description du phénomène par Anne Sverdrup-Thegeson dans Insectes. Un monde secret, H. Her (...)

33Priscille Croce présente l’album iconotextuel de Shaun Tan, Cigale, étonnante histoire de métamorphose sur laquelle plane l’ombre de Kafka, dont elle détourne subtilement la donne : employé de bureau broyé par l’entreprise et par le mépris des « ressources humaines », le protagoniste insecte retrouve in fine sa condition et sa vie dans la nature. L’étude minutieuse de la narration et des images s’attache aux effets iconiques, plastiques, et de mise en page pour mettre en valeur le choc produit par le renversement de perspective qui s’opère lorsque Cigale fend sa carapace et s’envole loin de l’univers géométrique monochrome de la cité vers la forêt luxuriante. La composition de l’album en deux volets pour décrire l’aliénation, puis la libération du personnage, guide les sentiments du lecteur qui éprouve de l’empathie pour l’insecte, et partage à la fin son ironie à l’égard de la condition humaine. L’analyse des sources de l’artiste révèle à quel point l’aventure de Cigale s’inspire néanmoins de la vie de l’insecte réel, couramment nommé « cigale dix-sept ans » (Magicicada septendecim), qui sommeille pendant cette durée sous terre avant de quitter son cocon et de venir à la lumière58. Sont ainsi intriquées, grâce aux effets concertés de la relation texte/image, les sources scientifiques, la satire sociale et la réflexion philosophique.

34Spécialiste du théâtre contemporain pour la jeunesse, Marie Bernanoce livre une réflexion théorique sur leur présence dans ce domaine à partir de la notion de sauvagerie qu’elle considère sous trois angles différents : selon qu’elle renvoie à l’animalité humaine, à l’opposition entre nature et culture ou à la conception nietzschéenne du joueur-artiste-enfant, reprise par Deleuze et par Pierre Péju, pour qui le détour par l’enfance sert à imaginer et à interroger le monde. Si l’insecte est relativement rare dans le théâtre pour la jeunesse, plusieurs pièces métaphorisent sa présence par un détour philosophique qui permet d’euphémiser la réalité et d’exercer une fonction initiatique. Il arrive toutefois que l’insecte anthropomorphisé devienne un personnage agissant sur scène, et certaines pièces situées dans un monde bicommunautaire peuvent poser un défi à la mise en scène, telle Prête-moi tes ailes de Dominique Paquet, histoire d’amitié entre un enfant et une libellule qui tient de la « dramaturgie du double » et du dialogue philosophique. En convoquant des êtres aussi différents de nous que les insectes, le théâtre pour la jeunesse provoque une déterritorialisation qui aide à mieux se connaître et à se construire.

  • 59 Voir par exemple la bande dessinée de Yannick Lelardoux, Maria Sibylla Merian, mère de l’écologie, (...)

35La dernière contribution de l’ouvrage fait écho à la première, qui émanait d’une entomologiste, car les deux romans contemporains étudiés par Alizon Pergher mettent en scène des entomologistes de fiction au féminin, belle occasion de s’intéresser aux insectes à travers le prisme du genre. Si le rôle des femmes peut paraître mineur dans l’histoire de la science, certaines d’entre elles sont tirées de l’oubli par la littérature en ce début de xxie siècle59. Mère du héros de L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, de Reif Larsen, le Dr Clair est une fervente coléoptériste, et la description de son activité, du territoire sur lequel elle l’exerce, de ses instruments et des aléas de ses recherches compose le portrait d’une scientifique rigoureuse et passionnée, tous traits que l’on retrouve dans Calpurnia, de Jacqueline Kelly, dont l’héroïne éponyme est une adolescente du xixsiècle qui assiste son grand-père entomologiste. Chacun de ces romans raconte l’histoire d’une initiation à la science, grâce à l’entremise d’un personnage médiateur devant un monde propre à susciter l’émerveillement, celui des insectes. Plus complexe, le roman de Reif Larsen – non écrit à destination de la jeunesse – s’étoffe d’une plongée dans l’histoire familiale qui met en abyme la vocation scientifique du jeune héros surdoué, dont le talent d’illustrateur permet de surcroît d’orner les marges de ce roman iconotextuel : T. S. Spivet reproduit les insectes collectés par sa mère, comme le faisait avant lui Jean-Henri Fabre dans ses carnets.

Notes

1 Guillaume Apollinaire, ill. Raoul Dufy, « Orphée », Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée, Paris, Gallimard, « Poésies », 1968, p. 157 [1911].

2 Valérie Chansigaud, Enfant et nature. À travers trois siècles d’œuvres pour la jeunesse, Paris, Delachaux et Nietslé, 2016, p. 50.

3 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse. Courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, Flammarion, 1975, p. 87.

4 Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, « Passeurs d’histoires », 2009, chapitre 6, p. 139-154.

5 Isabelle Nières-Chevrel, « Animal », dans Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, sous la dir. Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2013, p. 33-37.

6 Il s’agit de La petite chenille qui fait des trous d’Éric Carle (1969) et de Deux fourmis de Chris Van Allsburgh (1988).

7 Florence Gaiotti, « Introduction », Cahiers Robinson, no 34, 2013, p. 5-10.

8 Lucile Desblache, La Plume des bêtes, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 80.

9 Elisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes : la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998. Sans offenser le genre humain : réflexions sur la cause animale, Paris, Albin Michel, 2008.

10 Jean-Christophe Bailly, Le Versant animal, Paris, Bayard, 2007. Le Parti pris des animaux, Paris, Édition du Seuil, 2013.

11 Titre du numéro 803 de la revue Critique, 2014.

12 Thierry Hoquet, « Présentation », Critique, « Vivants minuscules », n° 803, 2014, p. 291.

13 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, Paris, Éditions du Seuil, « Science ouverte », 2014, p. 180.

14 Jacques Derrida, L’animal que donc je suis, Paris, Éditions Galilée, 2006, p. 18.

15 Jean-Marc Drouin, Philosophie de l’insecte, op.cit., p. 181.

16 La Déclaration universelle des droits de l’animal a été proclamée à Paris par l’UNESCO le 15 octobre 1978, [en ligne] https://www.fondation-droit-animal.org/la-fondation/declaration-universelle-droits-de-lanimal/, consulté le 29 juin 2021.

17 Lucie Desblache, La Plume des bêtes, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 15.

18 Sophie Milcent-Lawson, « Un tournant animal dans la fiction française contemporaine ? », Pratiques, no 181-182 | 2019 [en ligne] consulté le 13 juillet 2021 http://journals.openedition.org/pratiques/5835  

19 Lucile Desblache « La fourmi : instrument d’ouverture sur l’intra-terrestre. Bernard Werber Les Fourmis Le roman de science-fiction » dans Lucile Desblache, Bestiaire du roman contemporain d’expression française, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, CRLMC, 2002, p. 70-90.

20 Ségolène Le Men, « La science enfantine et l’apprentissage du regard », dans Bruno Bréguet (dir.), La science pour tous, catalogue de l’exposition présentée au musée d’Orsay du 14 mars au 12 juin 1994, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, p. 62.

21 À l’exception du premier, le Petit Buffon des enfants ou Extrait d’histoire naturelle des quadrupèdes, reptiles, poissons et oiseaux, Avignon, J.-A. Joly, 1810 (disponible sur Gallica). En réalité, Buffon ne s’est pas intéressé aux insectes.

22 Daniel Raichvarg, « La Bibliothèque des Merveilles, l’explosion de la littérature scientifique pour la jeunesse dans la deuxième moitié du xixe siècle », Revue des Sciences Humaines, L’enfance de la lecture, 1992-1 no 225, p. 137-158.

23 Zulma Carraud, « Les aventures d’une fourmi », dans Métamorphoses d’une goutte d’eau, suivies des Guêpes, de La Fourmi, de La Goutte de rosée, etc., Hachette, « Bibliothèque rose illustrée », 1864, p. 91-127.

24 Voir par exemple,Théodore-Pierre Bertin, Histoire d’une mouche racontée par elle-même, Rouen, Mégard, 1863 ; Henri de La Blanchère, ill. Mesnel et Giacomelli, Les aventures d’une fourmi rouge et les mémoires d’un pierrot, Paris, T. Lefèvre, 1879 ; Juliette Parachini-Deny, ill. Marina Rouzé, Je, Velaux, Éditions le grand jardin, 2017.

25 Margaret J. Anderson, ill. Marie Le Glatin Keis, Jean-Henri Fabre. Les enfants de l’été, R. Lombard (trad.), Le Pontet, Éditions A. Barthélémy, 2004 [Children of Summer, Henri Fabre’s Insects, 1997]. Jean-Henri Fabre, ill. Sylvie Bessard, Bestioles : bousier glouton, mante religieuse assassine, fourmi ravisseuse et autres souvenirs entomologiques, Toulouse, Milan, 2017.

26 Guillemette Tison, « Le bestiaire des écoliers de la IIIe république », Cahiers Robinson n° 34, op. cit., p. 39-40.

27 Voir Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Édition du Seuil, 1984. Si le scarabée était sacralisé en Égypte, le texte biblique montre que trois des dix plaies d’Égypte consistent en invasions d’insectes (Exode).

28 Tel est le titre de la collection initiée en 1994 par Antoon Krings chez Gallimard, dans la collection « Giboulées », dont les héros sont majoritairement des insectes.

29 « Antoon Krings et ses Drôles de petites bêtes Parcours d’un créateur, mutations d’un univers », Interview d’Antoon Krings par Claudine Hervouët, La Revue des livres pour enfants, no 290, septembre 2016, p. 166-171.

30 Les œuvres démiurgiques d’Hubert Duprat, qui habille d’or et de pierres précieuses des larves de phryganes traduisent plastiquement la double image des insectes. Voir [en ligne] https://www.mam.paris.fr/fr/oeuvre/hubert-duprat, consulté le 31 octobre 2021. Quant au tableau de Martine Aupy-Dumeste que nous avons retenu pour illustrer la première de couverture du présent ouvrage, il offre un large éventail des splendeurs déployées dans les formes, les couleurs et la matière des ailes de papillons. La série « Plumes de papillons » est visible sur le site de l’artiste [en ligne] https://le-jour-ou-la-nuit.fr/autour-de-la-couleur/plumes-de-papillons consulté le 31 octobre 2021.

31 Comme l’affiche le titre de l’ouvrage d’André Siganos, Les mythologies de l’insecte, histoire d’une fascination, Paris, Librairie des Méridiens, 1985. À propos de certaines sociétés primitives et des plus grandes civilisations, il parle d’une « véritable insectolâtrie » (p. 22).

32 Thierry Dedieu, Les sciences naturelles de Tatsu Nagata, Paris, Seuil Jeunesse, 36 volumes, dont 8 sur les insectes de 2006 à 2019. C’est le nom du savant japonais fictif qui figure en couverture et en page de titre, celui de Thierry Dedieu étant seulement mentionné en tant que traducteur tout aussi fictif du japonais.

33 Jean-Henri Fabre, Mœurs des insectes, Morceaux choisis extraits des Souvenirs entomologiques, Paris, Delagrave, 1950, p. 1.

34 François-Paul Delarue, « Valeur éducative des contes populaires », Enfance, tome 9, no3, 1956, Les livres pour enfants, p. 125-133 [en ligne] https://doi.org/10.3406/enfan.1956.1531 (consulté le 13 août 2021).

35 Par exemple Chantefables et chantefleurs de Robert Desnos (Gründ, 1952), Pas si bêtes d’Eugène Guillevic (Seghers Jeunesse, 2004), Le bestiaire des mots. Petits poèmes à cinq pattes d’Alain Serres (Cheyne, 1991), Les animaux font leur cirque de Joël Sadeler (Gallimard, 2000).

36 Fantaisies microcosmiques. Petit théâtre de bestioles, 25 pièces courtes, Paris, L’avant-scène théâtre, « Quatre-vents contemporains », 2004.

37 Paul Shipton, Tirez pas sur le scarabée, T. Bauduret (trad.) et Un privé chez les insectes, M. Costa (trad.), Hachette jeunesse, 1996 [Bug Muldoon] et 2000 [Bug Muldoon and the killer in the rain].

38 Natacha Vas-Deyres « Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie exogène et la dystopie phobique » dans Clément Dessy et Valérie Stienon (dir.), Bévues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015, p. 175-188

39 Voir l’étude du manga de Hideshi Hino, L’Enfant insecte par François Quet, « Devenir autre : l’instant de la métamorphose », dans Anne-Marie Mercier-Faivre et Dominique Perrin (dir.), Métamorphoses en culture d’enfance et de jeunesse, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Études sur le livre de jeunesse », 2020, p. 245-256.

40 Jean Perrot « Du papillon. Contes et fables pour les enfants du xviie siècle à nos jours », Diogène, 2002/2 no 198, p. 49-65.

41 André Siganos, Mythologies de l’insecte, histoire d’une fascination, op. cit., p. 13. Sont mentionnés Alice au Pays des Merveilles, L’Enfant étranger d’Hoffmann, L’Histoire du véritable Gribouille de George Sand, Mondo de J.-M. G. Le Clézio.

42 Jean-Marc Drouin, op. cit., p. 184.

43 Paul Hazard, Les livres, les enfants et les hommes, Paris, Flammarion, « Éducation », 1932. Jean Perrot, Du jeu, des enfants et des livres, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1987.

44 Michel Defourny, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, Paris, L’École des loisirs, « Archimède », 2003, p. 8.

45 Valérie Chansigaud, Enfant et nature, op. cit., p. 116. Voir aussi Florence Gaiotti, « Figures de chasseurs dans les albums pour la jeunesse aux xxe et xxie siècles », dans Nathalie Prince et Sebastian Thiltges (dir.), Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2018, p. 149-164.

46 Jean Perrot, Art baroque, art d’enfance, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991.

47 Récipiendaire du Prix des Frères Grimm, qui récompense la critique en littérature de jeunesse, Jean Perrot fit une conférence intitulée « Le poids d’une aile de papillon » en décembre 2001, à l’Institut International de Littérature de jeunesse d’Osaka, au Japon.

48 Lucie Desblache, La plume des bêtes, op. cit., p. 65.

49 Mentionnons cependant le conte intitulé « La peau de pou », qui a inspiré Basile, les frères Grimm et nombre de conteurs par la suite ; il met en scène un renversement des représentations communes car l’insecte jugé dégoûtant s’y trouve étonnamment magnifié. Voir l’article de Bochra Charnay, « La peau de pou : deviner la peau pour gagner la fille », dans Frédéric Calas (dir.), Peau d’âne et peaux de bêtes. Variations et reconfigurations d’un motif dans les mythes, les fables et les contes, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, « Mythographies et sociétés », 2021, p. 285-297.

50 Dominique Peyrache-Leborgne, « Nature et spiritualité dans les contes des Grimm : prodromes d’une conscience écologique », dans Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse, op. cit., p. 52-61.

51 Alain Montandon, Du récit merveilleux ou L’ailleurs de l’enfance. Le Petit Prince, Pinocchio, Le Magicien d’Oz, Peter Pen, E. T., L’histoire sans fin, Paris, Imago, 2002, p. 53-106.

52 Ibid., p. 81.

53 Ana Maria Matute, ill. Colette Fovel, Le Criquet d’or, Antoinette Bloch et Marcelle Vérité (trad.), Paris, Casterman, « Plaisir des contes », 1963 [El Saltamontes verde, 1960].

54 Robert Delort consacre un chapitre de son ouvrage Les animaux ont une histoire, op. cit., à « cet insecte exceptionnel, divin, tour à tour sauvage et domestique, utile et mystérieux », p. 187.

55 Mathilde Lévêque, « Relire Maïa l’abeille aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, consulté le 11 juillet 2021. http://journals.openedition.org/strenae/1005

56 Ce à quoi devrait remédier son inscription sur les listes de référence de littérature pour le cycle 2 de l’école primaire, où il figure précisément dans l’édition publiée chez Grasset en 1984, illustrée par Philippe Dumas [en ligne] https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Litterature/58/0/La_litterature_a_l_ecole_liste_de_reference_C2_110323_171580.pdf

57 Sophie Milcent-Lawson, « Un tournant animal dans la fiction française contemporaine ? », op.cit., § 10.

58 Voir la description du phénomène par Anne Sverdrup-Thegeson dans Insectes. Un monde secret, H. Hervieu et M. Ythier (trad. du norvégien), Paris, Arthaud, 2019 [Insektenes planet, 2018], p. 99-101.

59 Voir par exemple la bande dessinée de Yannick Lelardoux, Maria Sibylla Merian, mère de l’écologie, « Grands destins de femmes », Paris, Naïve, 2014.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search