Version classiqueVersion mobile

Anachronismes créateurs

 | 
Alain Montandon
, 
Saulo Neiva

Partie 4 Jeux et enjeux contemporains

Le Petit Chaperon rouge en hélicoptère. Anachronisme créateur et littérature de jeunesse

Christiane Connan-Pintado

Texte intégral

  • 1 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination, Paris, Les Éditeurs réunis, 1979, p. 23.

Un mot quelconque, choisi au hasard, peut fonctionner comme une parole magique pour découvrir des zones du souvenir qui gisaient sous la poussière du temps. 
Gianni Rodari
Grammaire de l’imagination1

  • 2 Georges Didi-Huberman, Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images, Paris, Éditi (...)
  • 3 Voir « Anachronies. Textes anciens et théories modernes » (2012-2014) Séminaire transversal DSA –  (...)

1Qualifié en termes d’erreur, de maladie, voire de péché par les historiens les plus radicaux2 tandis que d’autres le reconnaissent comme inévitable, puisque le passé est forcément revisité à la lumière du présent, l’anachronisme ne manque ni d’intérêt ni de séduction lorsqu’il surgit dans les œuvres littéraires. Au point que certains théoriciens lui préfèrent le terme d’« anachronie3 », pour débarrasser ce décalage temporel de toute connotation péjorative. Pour nous interroger sur les vertus de l’anachronisme, nous proposons de nous attacher au domaine de la littérature destinée à la jeunesse, production éditoriale dans laquelle s’impose la prise en compte des compétences linguistiques, cognitives et culturelles du lecteur et dont la visée est rarement dépourvue d’arrière-pensée éducative. Si le jeune lectorat ne maîtrise guère la notion de temps, les livres pour enfants peuvent cependant témoigner d’une certaine complexité, en raison des effets d’une double adresse qui implique également l’adulte médiateur. Pour questionner la place, les modalités et les enjeux de l’anachronisme dans ce champ, et se demander dans quelle mesure il s’agit d’anachronisme créateur, on s’attachera d’abord aux fictions historiques proprement dites, puis aux réécritures de contes, et en particulier au décalage volontairement provocateur de certaines des images qui illustrent les contes séculaires.

Entorses au contexte historique : anachronisme idéologique ou ludique

  • 4 La maison d’édition Flammarion a créé en 2009 une collection de romans pour adolescents nommée « U (...)
  • 5 Pour citer les travaux les plus récents : Brigitte Louichon et Sylvain Brehm, Fictions historiques (...)

2Les jeux fictionnels avec les décalages temporels se multiplient dans le domaine du livre de jeunesse et l’on ne compte plus les voyages dans le temps ou encore les uchronies4, ces récits du « et si cela avait tourné autrement… » qui refont l’histoire à partir d’un événement clé. Le roman historique s’est développé très tôt, dès la Monarchie de Juillet, lors de l’essor éditorial de la librairie pour la jeunesse et la fiction historique fait aujourd’hui l’objet d’un engouement remarquable dans toutes les sphères de la représentation, phénomène qui retient l’attention de la recherche5.

3En ce qui concerne le roman historique pour adolescent, Danièle Thaler et Alain Jean-Bart ont souligné les biais, les tensions et les paradoxes propres à cette production et en particulier le parti pris anachronique de leur point de vue :

  • 6 Danielle Thaler et Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents. Roman historique, roman- (...)

La littérature de jeunesse est d’abord une littérature du présent, au sens où il lui faut s’assurer de son public. Et elle n’y parvient le plus souvent que si elle peut tendre un miroir où le jeune lecteur retrouvera un reflet de son image, de ses désirs. Le roman historique pour jeunes est ainsi conduit à fabriquer des personnages d’adolescents aux allures contemporaines mais en costumes d’époque6.

  • 7 Christiane Connan-Pintado, Gersende Plissonneau et Sylvie Lalagüe-Dulac, « Fictions historiques po (...)
  • 8 Brigitte Louichon, 2016, ibid., « Introduction », p. 16.
  • 9 Brigitte Louichon, « Lecture du roman historique. L’exemple de Deux graines de cacao », in Littéra (...)
  • 10 Pierre Bruno et Philippe Geneste, « Le roman pour la jeunesse », in La Littérature de jeunesse, it (...)
  • 11 Voir la notice consacrée à cet auteur par Guillemette Tison in Dictionnaire du livre de jeunesse, (...)

4On pourrait donner l’exemple des romans qui s’inspirent de l’histoire de l’esclavage, de plus en plus nombreux depuis que la loi Taubira, en 2001, a institué l’esclavage comme crime contre l’humanité et rendu obligatoire son enseignement à l’école7. Nombre de ces romans mettent en scène de jeunes esclaves, ou descendants d’esclaves, auxquels le lecteur est conduit à s’identifier ; en conséquence, le dépaysement provoqué par « l’univers de référence se dilue dans les affres d’un “roman-miroir”8 » comme a pu le montrer Brigitte Louichon9 à propos du roman d’Évelyne Brisou-Pellen, Deux graines de cacao (Hachette, 2002), qui relate la fugue d’un jeune garçon en quête de ses origines. Dans un autre roman, Le Labyrinthe de la liberté (Hélium, 2014), les préoccupations de l’héroïne s’avèrent doublement anachroniques car la jeune fille qui fait un voyage dans le temps, en 1960, et se retrouve esclave, un siècle plus tôt, dans une plantation en Louisiane, tend à considérer sa situation du point de vue d’une adolescente du xxie siècle. Elle est animée par un sentiment féministe et plus largement « droits-de-l’hommiste10 », selon la formule de Pierre Bruno et Philippe Geneste, qui pointent le dévoiement de l’histoire réinterprétée sous l’éclairage du contexte idéologique contemporain. Selon eux, le roman historique pour la jeunesse serait systématiquement entaché d’anachronisme au tournant du xxie siècle. Cependant cette tendance n’est pas récente, car tout ouvrage qui met en scène une période historique s’expose à ces effets de décalage liés au poids de l’idéologie dominante lors de l’époque de sa publication. On peut prendre pour exemple l’album Angomar et Priscilla (Calmann-Lévy, ill. Mariette Lydis, 1935) dans lequel André Lichtenberger raconte les débuts du christianisme en Gaule sous l’occupation romaine. Le récit adopte le point de vue d’Angomar, jeune Gaulois pris en otage et découvrant avec émerveillement les avancées de la civilisation romaine. Confié à un colon qui l’intègre à sa famille, peu à peu débarrassé de sa rudesse gauloise, romanisé, éduqué, il est initié à la nouvelle religion, le christianisme, par la fille de son hôte, Priscilla. Outre divers anachronismes ponctuels qui réunissent dans la même diégèse des événements qui se sont déroulés au cours des trois premiers siècles de l’ère chrétienne, cette fiction historique reflète surtout les sentiments colonialistes qui s’expriment dans toute l’œuvre d’André Lichtenberger11. L’album est publié dans l’entre-deux-guerres, sous la IIIe République, et l’éloge de l’Empire romain démarque clairement celui de l’Empire colonial français.

  • 12 Alain Corbellari, « D’Alix à Astérix : des usages idéologiques de la bande dessinée dans la récept (...)

5Volontaire ou non, lié à une volonté de proximité avec le jeune lecteur ou empreint de la pensée dominante de l’époque et du parti-pris d’un auteur, ce type d’anachronisme peut être qualifié d’idéologique. Sans doute souvent involontaire, il semble relever de la loi du genre de la fiction historique et ne peut guère être considéré comme créateur. On le distinguera également de l’anachronisme délibéré et ludique propre à un autre type de fiction historique, celle qui fonctionne sur le mode parodique. Cette opposition recoupe les analyses d’Alain Corbellari12 sur les deux bandes dessinées historiques françaises situées dans l’antiquité romaine, Alix et Astérix : de tonalité fort différente, sérieuse ou ludique, elles sont semblablement émaillées d’anachronismes.

  • 13 Adaptée de la bande dessinée de Jul (Dargaud, volume 1 en 2009), la série de fiction préhistorique (...)
  • 14 Dans son mémoire de master soutenu en septembre 2015 sur l’enseignement des fictions préhistorique (...)

6Des fictions historiques pour la jeunesse sont proposées pour tous les âges, et veillent à s’adapter aux aptitudes et à la sensibilité de leur cible, au risque de la simplification et de l’édulcoration. On trouve même des « fictions préhistoriques » destinées aux enfants non encore lecteurs, sous le format de l’album, comme Cromignon de Michel Gay (L’École des loisirs, 1999), qui met en scène un petit garçon dont les aventures convoquent celles d’autres héros enfants célèbres : ainsi, Cromignon retrouve son chemin grâce à ses empreintes de mains, comme dans les contes où l’on sème des petits cailloux ou des miettes de pain, « Le petit Poucet » ou « Hansel et Gretel ». Quelques années plus tard Michel Gay publie un album davantage destiné aux filles, Cropetite (L’École des loisirs, 2006). Avant le début du récit, une page d’introduction atteste le double souci d’ancrer la fiction dans la préhistoire, tout en tissant un lien fort avec le lecteur : « Cette histoire se passe il y a dix mille ans. Les hommes avaient déjà découvert le feu, et beaucoup d’autres choses, mais toujours pas la poupée… ». D’autres auteurs, pour des enfants un peu plus grands, revisitent la préhistoire de façon ouvertement parodique, sur le modèle de la série télévisée en dessin animé, Silex and the city13 : les séries à succès Petit Féroce de Paul Thiès (Rageot, série initiée en 1989) ou Les Duracuire (Nathan, depuis 2011) d’Arthur Ténor exploitent à l’envi les ressorts de l’anachronisme ludique, dans une préhistoire de fantaisie où l’on trouve par exemple un homme préhistorique tracassé par le désir de décorer les grottes et qui se nomme Picasso14. Invité à jouer avec les époques, entre dépaysement et familiarisation, le jeune lecteur aura à saisir le décalage proposé par le procédé parodique afin de faire le tri des bribes de savoir entremêlées. Sans doute l’expansion contemporaine de la parodie a-t-elle accoutumé les enfants à ces formes d’écart qui visent avant tout le divertissement, au détriment d’une qualité artistique plus accomplie.

7Il est donc temps de se demander si l’on trouve dans le champ du livre de jeunesse des exemples d’anachronismes qui mériteraient d’être taxés de créateurs.

Quand l’anachronisme devient moteur de créativité : le cas de Gianni Rodari

  • 15 Traduit en français et préfacé par Roger Salomon en 1979 (op. cit.), il a fait l’objet d’une nouve (...)
  • 16 Article paru en 1982 dans le quotidien La Repubblica, cité par R. Salomon dans la préface de ibid. (...)
  • 17 Cité par R. Salomon, ibid., p. 17.
  • 18 R. Salomon signale que ces articles ont été regroupés en Italie dans le recueil posthume Il cane d (...)
  • 19 Ibid., p. 18.

8Récipiendaire du prix Andersen en 1970, la plus haute distinction attribuée à un auteur pour la jeunesse, l’auteur et pédagogue Gianni Rodari publie trois ans plus tard l’essai Grammatica della fantasia (Turin, Einaudi)15, qui tient à la fois de l’autobiographie, du manifeste et du mode d’emploi. Italo Calvino a défini l’ouvrage comme un « livre à la fois de pédagogie et de poétique – poétique pour pédagogues et pédagogie pour poètes16 ». Nourri des travaux d’Henri Wallon sur Les Origines de la pensée chez l’enfant (PUF, 1945), Rodari ambitionne, comme le montre le titre antiphrastique et provocateur de son ouvrage, de donner aux enfants le moyen d’enrichir et de structurer leur imaginaire. Voici comment l’idée lui en serait venue : « Un jour, dans les Fragments de Novalis (1772-1801), je tombai sur ce passage : “Si nous avions une Imaginatique, comme nous avons une Logique, l’art d’inventer serait découvert”17 ». À cette influence s’ajoute celle des jeux surréalistes dont il s’inspire pour inventer les histoires qu’il conte à ses élèves. Bien avant que Bruno Bettelheim ne mette l’accent sur les vertus des contes auprès des jeunes enfants, réhabilitant ainsi un genre littéraire jusqu’alors peu pris au sérieux, Rodari pressent les atouts de ces récits et leurs possibilités heuristiques. Dans plusieurs articles publiés en 1970 dans le quotidien romain La Paesa sera, il prend vigoureusement la défense des contes18 mais son intérêt pour cette forme littéraire remonte plus loin, car dès 1962, il avait publié dans le même quotidien (9 et 19 février) « un Manuel pour inventer des contes19 ». Dans son discours lors de la remise du prix Andersen, il livre un plaidoyer enflammé :

  • 20 Ibid., p. 12 et 15.

Je suis persuadé que les contes, anciens et nouveaux, peuvent contribuer à éduquer l’esprit. Le conte est le lieu de rencontre de toutes les hypothèses : il peut nous fournir des clés pour entrer dans la réalité par des voies nouvelles, il peut aider l’enfant à connaître le monde. […] Les contes, comme la musique, comme la poésie, comme l’engagement politique et social, appartiennent à la vie de l’homme libre, de l’homme complet. […] Ils sont les alliés de l’utopie et non pas du conservatisme20.

  • 21 Ibid., p. 15.

9Convaincu que « Le Petit Poucet a encore quelque chose à dire21 », il s’empare des contes comme matériau privilégié de ses propositions, dans lesquelles l’anachronisme pourra servir non seulement d’outil, mais de moteur pour inventer des histoires. L’une des multiples propositions déclinées dans sa Grammaire de l’imagination est celle qui, dans le titre du présent article, associe un hélicoptère au conte du Petit Chaperon rouge en court-circuitant deux données temporelles apparemment incompatibles. Pour ce faire, Rodari emprunte à Henri Wallon une notion qui serait selon lui à l’origine de toute histoire, celle de « binôme imaginatif », à partir de deux mots désignant des réalités distantes, que l’on aura à rapprocher grâce à l’imagination :

  • 22 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination, op. cit., 1997, p. 33-34.

Il faut qu’il y ait une certaine distance entre les deux mots, il faut que l’un soit suffisamment étranger à l’autre pour que l’imagination soit obligée de se mettre en branle afin d’instituer entre eux une parenté, afin de construire un ensemble (imaginaire) où les deux éléments puissent cohabiter. […] Dans le « binôme imaginatif », les mots […] sont « dépaysés », « singularisés », « étrangés », projetés l’un contre l’autre dans un ciel encore jamais vu. C’est alors qu’ils se trouvent dans les meilleures conditions pour inventer une histoire22.

10L’intrusion anachronique d’un hélicoptère dans la diégèse du conte induit des effets de transposition spatio-temporelle, l’adjonction de péripéties inédites et de nouveaux personnages, des bifurcations narratives inattendues. Avant de mettre en œuvre ce procédé fondé sur l’anachronisme dans ses récits pour la jeunesse, l’instituteur Rodari l’avait déjà expérimenté avec ses élèves, à qui il demandait d’écrire une histoire à partir d’une liste de mots comportant un intrus :

  • 23 Ibid., p. 71-72.

Soit, par exemple, une série de cinq mots suggérant l’histoire du Petit Chaperon Rouge : « petite fille », « bois », « fleurs », « loup », « grand-mère ». Un sixième mot casse la série : par exemple « hélicoptère »23.

11Bien avant que l’écriture créative ne soit à la mode dans les pratiques d’enseignement, Rodari a su combiner les jeux surréalistes et les contraintes oulipiennes pour stimuler ses élèves en provoquant des rencontres hasardeuses à partir de figures imposées dans lesquelles l’anachronisme joue un rôle majeur. Pour ouvrir une parenthèse liée à l’univers cinématographique, on se souvient que Jacques Demy a su lui aussi jouer avec les anachronismes dans son Peau d’Âne poétique et ludique adapté de Perrault en 1970. L’irrésistible fée des Lilas, interprétée par Delphine Seyrig, convoque inopinément divers objets technologiques en provenance du futur : une lampe de poche, un téléphone et, justement, un hélicoptère, à bord duquel elle fait une arrivée remarquée au dénouement, pour le mariage de sa filleule. Placés au service du personnage merveilleux, les éléments anachroniques relèvent ici de la merveille et leur plaisante survenue contribue à créer le charme insolite et resté intact de ce film presque cinquantenaire qui continue à enchanter les spectateurs de tout âge.

12Les jeux de Rodari avec les contes ne relèvent pas de la seule fantaisie car les anachronismes peuvent se teinter de couleurs plus idéologiques en raison de la transposition spatio-temporelle qu’ils impliquent. Par exemple lorsqu’il fait entrer la cathédrale de Milan dans un scénario inspiré de « Hansel et Gretel », il inspire à ses élèves un récit dans lequel les personnages sont des enfants de méridionaux émigrés qui demandent asile. Récit qu’il commente en ces termes :

  • 24 Ibid., p. 82-83.

Autre aspect tout aussi imprévisible de l’histoire : elle nous aura invités à regarder d’en bas la grande cité industrielle, avec les yeux de deux enfants perdus ; à découvrir dans le jeu de l’imagination la réalité d’un drame social. Notre monde contemporain sera entré avec toute sa violence dans notre calque abstrait24.

  • 25 Ibid., p. 78.

13Ainsi, avec ses jeux de bricolage verbal et culturel, Gianni Rodari a su renouveler les histoires séculaires et montrer que « soumises à ce traitement, même les images les plus usées semblent revivre et germer à nouveau pour donner des fleurs et des fruits inattendus25 ». Les anachronismes dont il fait un usage concerté, et moins fantaisiste qu’il n’y paraît, permettent de décontextualiser les histoires trop connues dont l’actualisation est toujours à reprendre. Sans doute aura-t-il exercé par là une influence considérable sur la production littéraire pour la jeunesse qui va suivre, à partir du tournant des années 1970, a fortiori lorsqu’il s’agit de reprendre, reformuler et reconfigurer les contes.

Anachronisme créateur et détournement des contes

  • 26 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Ams (...)

14Omniprésents dans le champ du livre de jeunesse, les contes patrimoniaux font l’objet de multiples reformulations – textuelles ou iconographiques – qui offrent un terrain d’observation privilégié pour s’interroger sur l’anachronisme créateur. L’actualisation des œuvres est une des conditions de leur survie, comme le souligne Yves Citton : « un texte littéraire ne continue à exister que pour autant qu’il nous parle, et […] il ne nous parle que par rapport à nos pertinences actuelles26 ». Sous l’effet des procédés d’actualisation, les reconfigurations des contes cherchent à s’ancrer dans l’époque de leur réception, au prix d’aménagements et d’opérations de transformation qui battent parfois en brèche les principes mêmes qui ont présidé à l’émergence des œuvres sources. Ces phénomènes touchent toutes les catégories de reformulations : rééditions avec de nouvelles illustrations, transpositions génériques, récritures proprement dites.

  • 27 Au sens proposé par Catherine Tauveron : « Cette reformulation ou seconde reformulation, non seule (...)
  • 28 L’artiste britannique Fiona French se livre au même type d’anachronisme graphique dans Snow White (...)

15L’actualisation s’effectue à la faveur des seules images quand un artiste est sollicité pour proposer une nouvelle illustration, à l’occasion de la réédition d’un conte. Lorsqu’il crée la fameuse collection « Il était une fois » chez Grasset au début des années 1980, Étienne Delessert attribue une vingtaine de contes célèbres à autant d’artistes, en leur donnant carte blanche pour se réapproprier l’univers du conte : certains choisissent d’imaginer un contexte plausible pour éclairer leur conte – en accord avec le sens étymologique du verbe « illustrer » ; d’autres, au contraire, procèdent à diverses transpositions spatio-temporelles plus audacieuses, propres à peser sur le sens du texte. Le produit fini associe ainsi le texte intact, intégralement rapporté, à une image qui vient en second, partant le seconde27 et invite à le relire autrement, sous l’angle d’une intéressante anachronie. En rupture avec l’autrefois et l’ailleurs indéterminés du conte, certains artistes le situent dans un univers repérable qui en modifie l’approche. Roberto Innocenti place les protagonistes de son Cendrillon à Londres dans les Années Folles pour mieux souligner le clivage qui sépare la jeune héroïne d’un univers mondain futile et insensible28. La fillette photographiée en noir et blanc du Petit Chaperon rouge de Sarah Moon parcourt un décor périurbain sinistre, une sorte de friche aux rues pavées, dans laquelle le loup prend la forme d’une grosse voiture noire, un modèle des années 1940 – choix diégétique lié à l’équation personnelle d’une artiste née en 1941 dans une famille juive forcée de s’exiler. L’anachronisme des images se place ainsi au service du conte pour souligner les dangers encourus par la frêle héroïne.

16Dans une perspective nettement plus ludique, quand Steven Guarnaccia, professeur à l’école de design de New-York, illustre les contes du patrimoine, il les transforme en vitrines pour faire découvrir aux jeunes lecteurs les créations du xxe siècle. Alors que son adaptation des textes reprend sans écart notable les contes bien connus dont il ne modifie pas les titres – Boucle d’or et les trois ours (Seuil jeunesse, 1999), Les trois petits cochons et Cendrillon (Grasset, 2010 et 2013) –, ses images étonnent d’emblée par leur parti pris anachronique. Confrontée au mobilier de la maison des ours, Boucle d’or s’assied sur des chaises de Charles Eames ou de Arne Jacobsen ; l’aventure des trois petits cochons les mène de la Gamble House où vit leur mère à la maison du troisième cochon – celui qui arbore les lunettes rondes de Le Corbusier – et l’on découvre que cette maison de béton, et non de brique, a pris la forme de la Villa Savoye ; quant à Cendrillon, elle arbore au bal une robe signée Vivienne Westwood et des chaussures de Muccia Prada, grâce à sa marraine, petite silhouette voletant autour d’elle, dans laquelle on reconnaît sans peine le costume et le catogan de Karl Lagerfeld. Les pages de garde des albums référencent précisément tous les objets ou édifices semés au fil des pages. Dans un objectif qui conjugue didactisme et divertissement, ces albums actualisent la relecture des textes grâce à la confrontation anachronique des contes traditionnels avec la création des avant-gardes.

  • 29 Prière d’insérer en quatrième de couverture.
  • 30 Alain Montandon, « Barbe-Bleue au théâtre des Variétés. Pour une lecture sociopoétique », Cahiers (...)

17Les transpositions théâtrales sont sans doute la forme de transfert générique du conte la plus répandue depuis que les contes sont entrés en littérature en France à la fin du xviie siècle. En prise directe avec son public, lors de la représentation, le théâtre ménage toujours ce lien pour dépoussiérer les textes du passé et faire sourire le spectateur comme ont pu le faire Anouilh, Giraudoux, Cocteau qui ont volontiers pratiqué l’anachronisme dans leurs pièces inspirées par les mythes antiques. On va retrouver cet esprit aussi moqueur que créatif dans le théâtre contemporain pour la jeunesse, par exemple dans les différentes pièces de Bruno Castan qui recréent les contes. L’anachronisme porte ici sur le mariage du théâtre avec des genres plus récents et nettement moins nobles. Neige écarlate (Très-tôt Théâtre, 1994) met en scène des extraits de contes des Grimm alternant avec des scènes de sitcoms. Bruno Castan dit s’être inspiré de Hélène et les garçons et se demande si les sitcoms ne sont pas les contes d’aujourd’hui, aussi efface-t-il peu à peu les frontières devenues poreuses entre les deux univers jusqu’à ce que « la Nej du feuilleton vêtue d’écarlate se retrouve dans la neige des contes29 ». Dans Coup de bleu (Éditions théâtrales, 2001), Castan entrecoupe l’intrigue de « La Barbe-bleue » de faits divers tragiques qui ne sont pas des histoires de serial killers, mais portent sur des « vies minuscules », affectées par des aléas tragiques, dans une société déshumanisée. L’auteur relit ainsi l’œuvre source à partir des représentations sociales de son époque, engendrant les effets anachroniques d’une approche fondée sur un tel écart. D’autres pièces de théâtre jouent avec des procédés métanarratifs pour procurer au lecteur-spectateur un recul sur la scène qui est en train de se jouer : dans La répétition de Peau d’Âne (Anne-Caroline d’Arnaudy, Magnard, 1999), les acteurs s’interrogent sur les actions des personnages qu’ils ont à interpréter ; dans Pour faire un bon petit chaperon (Christian Jolibois, Romain Drac, Milan, 2000), un Perrault en panne d’inspiration écoute les conseils de sa petite nièce qui lui suggère quelques pistes narratives ludiques pour pimenter les épisodes de son conte. Ces différentes démarches pourraient ainsi faire l’objet d’une lecture sociopoétique telle que la définit Alain Montandon lorsqu’il étudie à cette aune le Barbe-bleue d’Offenbach. Il conclut son étude en disant « certes anachroniquement, de l’auteur d’une telle création poétique qui se caractérise par le jeu constant avec les représentations, qu’il surfe sur les aspirations, images, craintes, désirs, attentes de ses contemporains pour réaliser un incontestable chef-d’œuvre dans l’insolent renversement du conte de Perrault30 ».

  • 31 Arnaud Welfringer, « Les animaux des Fables sont-ils des personnages ? L’effet-personnage dans le (...)

18On peut se demander si l’anachronisme ne serait pas aux sources mêmes de la réécriture des contes. En effet, la transposition diégétique, qui vise la proximisation avec le jeune lecteur, conduit à reconfigurer les figures simplifiées des contes en leur donnant une consistance qui les éloigne du simple rôle d’« actant » mis en exergue par les travaux structuralistes. Dans le cadre du séminaire consacré aux « anachronies », Arnaud Welfringer analyse un phénomène du même type dans la réception critique des Fables de La Fontaine31. Il montre comment, de Taine à Marc Fumaroli, la critique opère une « transformation des Fables en Comédie humaine » en transformant les allégories en caractères. Il ne laisse pas de condamner ces lectures anachroniques qu’il qualifie d’« opérations interventionnistes ». Mais dans le même temps, il se voit contraint de constater qu’« il y a ainsi une disponibilité des Fables à faire fiction, et de leurs “acteurs” à faire personnage ». Sans doute peut-on faire le même constat pour le domaine des contes et voir dans les réécritures contemporaines une volonté de transformer leurs minces figures en personnages, opération qui relève d’une anachronique rupture générique. Est ainsi réorienté le parcours de personnages auxquels sont attribués une vie intérieure et un certain libre arbitre, deux caractéristiques fortement anachroniques pour le genre même du conte. Certaines confessions écrites à la première personne font ainsi partager les états d’âme des personnages, telles ces deux reconfigurations du Petit Chaperon rouge : Je le loup et moi de Béatrice Poncelet (La joie de lire, 1988) fait accéder aux sentiments troublés d’une adolescente face à des hommes de l’âge de son père ; Dans la gueule du loup de Fabian Negrin (Rouergue, 2006) adopte le point de vue d’un loup nommé Adolphe – prénom lui-même anachronique – qui donne sa version de l’histoire avec une mauvaise foi réjouissante. L’écriture elle-même, en usant des chronolectes du xxie siècle, contribue à décontextualiser une histoire que Perrault jouait au contraire à rendre plus archaïque encore en exhumant termes et formules qui n’étaient déjà plus en cours à son époque.

  • 32 Georges Didi-Hubermann, Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images, op. cit., p (...)
  • 33 Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, col (...)

19D’après Georges Didi-Hubermann, l’anachronisme « apparaît comme la marque même de la fiction, qui s’autorise toutes les discordances possibles dans l’ordre temporel32 ». Le lecteur expert pourra se délecter de ces jeux savoureux, mais quand les livres pour la jeunesse s’évertuent à faire découvrir les époques ou les œuvres du passé, ils doivent se colleter avec les difficultés du jeune lectorat pour se situer dans le temps. Aussi l’anachronisme, quoique constitutif d’une production qui se définit par sa destination même, ne sera pas toujours créateur. Les fictions historiques illustrent de façon exemplaire la double postulation d’une littérature qui vise à la fois à divertir et à enseigner, au « risque d’être écartelée entre deux objectifs inconciliables33 ». L’anachronisme y sera généralement involontaire et de nature idéologique.

20Mais lorsque la veine ludique prend le dessus, en jonglant avec les époques et avec les œuvres du patrimoine, les auteurs et les artistes savent convoquer les ressources positives et fécondes de l’anachronisme, qui pourra alors être qualifié de créateur, pour brasser les époques et provoquer d’intéressantes collisions temporelles. Ils se mettent ainsi au service d’un programme plus ambitieux encore : celui de cultiver le plaisir de lire pour former des lecteurs aussi habiles joueurs qu’éclectiques lettrés.

Notes

1 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination, Paris, Les Éditeurs réunis, 1979, p. 23.

2 Georges Didi-Huberman, Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Poétique », 2000, p. 28 sq.

3 Voir « Anachronies. Textes anciens et théories modernes » (2012-2014) Séminaire transversal DSA – LILA (ENS) en collaboration avec l’Atelier de théorie littéraire de Fabula. http://www.fabula.org/atelier.php?Anachronies, consulté le 12 décembre 2017.

4 La maison d’édition Flammarion a créé en 2009 une collection de romans pour adolescents nommée « Ukronie », « une collection pour les trafiquants d’histoire », voir le site de l’éditeur https://www.flammarion-jeunesse.fr/Catalogue/romans-grand-format/ukronie, consulté le 12 décembre 2017.

5 Pour citer les travaux les plus récents : Brigitte Louichon et Sylvain Brehm, Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Études sur le livre de jeunesse », 2016. Revue Amnis. Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, « Écrire l’histoire pour la jeunesse », no 16, 2017, http://journals.openedition.org/amnis/2966, consulté le 12 décembre 2017.

6 Danielle Thaler et Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents. Roman historique, roman-miroir, roman d’aventures, Paris, L’Harmattan, coll. « Références critiques en littérature de jeunesse », 2002, p. 118.

7 Christiane Connan-Pintado, Gersende Plissonneau et Sylvie Lalagüe-Dulac, « Fictions historiques pour la jeunesse, passages obligés, chemins singuliers. L’exemple complexe des récits d’esclavage », in Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., p. 229-254.

8 Brigitte Louichon, 2016, ibid., « Introduction », p. 16.

9 Brigitte Louichon, « Lecture du roman historique. L’exemple de Deux graines de cacao », in Littérature, langue et didactique, Julien van Beveren (dir.), Namur, Presses universitaires de Namur, coll. « Diptyque », 2014, p. 173-187.

10 Pierre Bruno et Philippe Geneste, « Le roman pour la jeunesse », in La Littérature de jeunesse, itinéraires d’hier à aujourd’hui, Denise Escarpit (dir.), Paris, Magnard, 2008, p. 415.

11 Voir la notice consacrée à cet auteur par Guillemette Tison in Dictionnaire du livre de jeunesse, Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot (dir.), Éditions du Cercle de la Librairie, 2013, p. 598 : « Toutes ces œuvres sont très datées, marquées par le colonialisme ».

12 Alain Corbellari, « D’Alix à Astérix : des usages idéologiques de la bande dessinée dans la réception de l’Antiquité », Études de lettres [En ligne], 1-2 | 2010, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 20 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/403 ; DOI : 10.4000/edl.403

13 Adaptée de la bande dessinée de Jul (Dargaud, volume 1 en 2009), la série de fiction préhistorique humoristique Silex and the city, dont le titre parodie celui de la série américaine Sex in the city, est diffusée sur ARTE depuis 2012.

14 Dans son mémoire de master soutenu en septembre 2015 sur l’enseignement des fictions préhistoriques au CE2, Valérie Joffre analyse les modalités de ce type de « télescopage temporel » en s’interrogeant sur leur origine et sur leurs effets. Mémoire consultable sur le site de l’Université de Bordeaux-ESPE d’Aquitaine http://www.espe-aquitaine.fr/

15 Traduit en français et préfacé par Roger Salomon en 1979 (op. cit.), il a fait l’objet d’une nouvelle publication en 1997 aux éditions pour la jeunesse Rue du Monde, coll. « Contre allée ».

16 Article paru en 1982 dans le quotidien La Repubblica, cité par R. Salomon dans la préface de ibid., p. 5.

17 Cité par R. Salomon, ibid., p. 17.

18 R. Salomon signale que ces articles ont été regroupés en Italie dans le recueil posthume Il cane de Magonza, Editori Riuniti, 1982, inédit en France, ibid., p. 12.

19 Ibid., p. 18.

20 Ibid., p. 12 et 15.

21 Ibid., p. 15.

22 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination, op. cit., 1997, p. 33-34.

23 Ibid., p. 71-72.

24 Ibid., p. 82-83.

25 Ibid., p. 78.

26 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 26.

27 Au sens proposé par Catherine Tauveron : « Cette reformulation ou seconde reformulation, non seulement ne recouvre pas le texte source mais, dans le meilleur des cas, le découvre. », Fortune des Contes des Grimm en France. Formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Mythographies et sociétés », 2013, p. 85.

28 L’artiste britannique Fiona French se livre au même type d’anachronisme graphique dans Snow White in New York (Oxford University Press, 1986) : l’action se déroule également dans les Années Folles dans le monde de la presse et de la mode new-yorkais, les 7 nains devenant des musiciens de jazz.

29 Prière d’insérer en quatrième de couverture.

30 Alain Montandon, « Barbe-Bleue au théâtre des Variétés. Pour une lecture sociopoétique », Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, vol. 40, no 1-4, 2016, p. 126 (p. 111-126).

31 Arnaud Welfringer, « Les animaux des Fables sont-ils des personnages ? L’effet-personnage dans le commentaire. Article en ligne sur le site http://www.fabula.org/atelier.php?Les_animaux_des_Fables_sont-ils_des_personnages, consulté le 23 décembre 2017.

32 Georges Didi-Hubermann, Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images, op. cit., p. 38.

33 Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2010, p. 25.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search