Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

Concepts et méthodologie

Recorders and indicators of the environment evolution in tropical zones (concepts and methodology)

Richard Maire et Simon Pomel

Résumé

Marges climatiques sèches et humides, littoraux, montagnes refuges, karsts en domaine tropical sont des régions sensibles. L’action de l’homme a transformé les couvertures végétales et pédologiques et a augmenté la vulnérabilité des aquifères. Mesurer et comparer le poids respectif des phénomènes de déstabilisation naturelle et de déstabilisation anthropique permet d’évaluer les dangers qui pèsent sur l’homme et son environnement en raison de l’accélération de certains processus naturels. Il serait alors possible de déterminer un niveau d’équilibre relatif sous une pression anthropique donnée. Les concepts d’enregistreurs du milieu et de rupture climatique ou anthropique ont pour corrolaire l’étude précise des indicateurs de l’environnement. Couvertures végétales et pédologiques, sédiments, assurent une fonction de transfert des données qui autorise une reconstitution des environnements du passé. En Géographie du développement, il importe donc d’étudier les phénomènes de déstabilisation du milieu et leur double impact sur l’homme et la nature. Face à la pression démographique croissante de la plupart des pays tropicaux, il est nécessaire de proposer des solutions pour la régularisation du milieu, la protection de la santé et le développement. Il s’agit à la fois de préserver un patrimoine et de sauvegarder des ressources peu ou pas renouvelables.

Dry and humid climatic margins, coasts, refuge mountains, karsts situated in tropical lands are sensitive regions where anthropization has modified the conditions of morphopedologic evolution, particularly the apparition and the acceleration of soil erosion, of hardpans and crusts. Man's action has altered the vegetal and soil coverages and has increased the aquiferous vulnerability. The measurement and the comparison of the respective impact of the phenomena of natural and anthropic destabilizations allow to appraise the dangers threatening on mankind and its environment on account of the acceleration of some natural processes. It might then he possible to fix a level of relative equilibrium with an established anthropic pressure. The recorder and indicator concepts are good instruments for the evaluation of environmental change and for the study of the transfer functions on a global scale. Therefore in Geography of Development, it is important to study the phenomena of natural and anthropic destabilizations and their double impact on mankind and nature. In the presence of the increasing demographic pressure in most tropical countries, it is important to give some keys for:
- the regulation of the environment which is subject to man's increasing appropriation: control of the processes in the utilization of the resources for agriculture, breeding, the biomass exploitation and in the evolution of the soil occupancy;
- the protection of life and human health (against catastrophes, pollutions, diseases) in an environment generally stressed by demographic disorders (increase of manpower, pioneer fronts, modification of the geographic division of the habitat) and by the evolution of the populations' needs;
- the cultural and touristic development which must be carried out in harmony with the protection, the management and the development of the original landscapes. The point is both to protect a patrimony of socio-historical dimension, and of very important cultural dimension (relations between man and water, the subterranean world) and to promote in some cases a touristic exploitation adapted to the environment (protection of the fauna and of the flora, planning schemes and their impacts).

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les ressources exploitables des pays tropicaux étant menacées par les activités humaines, il est nécessaire de les réévaluer en étudiant conjointement les conditions naturelles d’origine, les conditions actuelles et les conditions d’équilibre relatif par rapport à un niveau d’exploitation donné. Pour cela, il est indispensable de confronter le fonctionnement des processus naturels sans l'homme et avec l’homme afin de comparer les effets de déstabilisations naturelle et anthropique.

2C’est dans cette optique que nous orientons cet ouvrage sur les enregistreurs et les indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale appliqués à des milieux sensibles comme :

  • les marges sèches (ex : Sahel en Afrique de l’Ouest, articles de S. POMEL et E. SCHULZ) ;

  • les forêts humides (ex : Philippines, article de J.-M. LEBIGRE) ;

  • les montagnes (ex : Cameroun, article de S. MORIN ; Djibouti, article de J. BLOT ; Mexique, article de J.-N. SALOMON ; Rwanda, article de Fr. BART) ;

  • les zones karstiques (ex : Chine du Sud. article de R. MAIRE et J.-P. BARBARY) ;

  • les littoraux (articles de B. PEYROT ; R. BATTISTINI et J.-M. LEBIGRE ; R. BATTISTINI et F. HINSBERGER).

3Ces enregistreurs de l’évolution sont la végétation (articles de E. SCHULZ et de A. FREDOUX) et les sols (articles de S. POMEL et E. SCHULZ ; Μ. MIETTON), les dépôts endokarstiques (article de Y. QUINIF), les dépôts limniques (article de E. SCHLUTZE), les formations carbonatées et les dépôts océaniques (articles de R. BOURROUILH ; Fr. BOURROUILH-LE JAN ; D. GENTY). Les déstabilisations du milieu peuvent menacer certaines ressources non renouvelables à une certaine échelle de temps comme les ressources hydrologiques au Sahel (articles de B. COLLIGNON ; J. MUDRY et Y. TRAVI) et les couvertures végétales et pédologiques (articles de S. POMEL et al. : E. SCHULZ et S. POMEL).

4Cette présentation se veut à la fois une introduction à l’ouvrage, une réflexion personnelle et une esquisse de méthodologie. Par rapport aux autres disciplines qui étudient l’Environnement, la Géographie physique apporte ainsi d’autres points de vue et d’autres méthodes.

I. LES CONCEPTS D'ENREGISTREUR, DE RUPTURE CLIMATIQUE ET DE DESTABILISATION ANTHROPIQUE

5Ces concepts font appel à la notion d’environnement physique, c’est-à-dire de milieu naturel. Milieu naturel et écosystème ont le même sens dans la mesure où l’homme n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais dans la pratique le milieu naturel du géographe est plus que l’écosystème de l’écologiste (DEMANGEOT, 1990, p. 12). Dans l’évolution du milieu naturel, les concepts de rupture climatique et de déstabilisation anthropique font appel à la notion associée de seuil et de rupture, c’est-à-dire de dissipation brutale d’une énergie accumulée. Les notions de transfert, de reproductibilité et de fiabilité des enregistrements, les notions d’échelles spatiale et temporelle des interactions, sont autant de concepts clés.

A. Le concept d’enregistreur de l’évolution du milieu

6Le milieu naturel enregistre sa propre histoire par les dépôts détritiques de type sédimentaire et les dépôts biologiques (roches et concrétionnements carbonatés). Un paléoenvironnement naturel désigne un ensemble de conditions géologiques et bio-climatiques qui ont présidé, par exemple, au façonnement d’une surface d’altération (ex : la paléo-surface paléogène du Quercy-Périgord). Les indicateurs de ce paléoenvironnement se situent dans les sols, les altérites s.l. et les dépôts détritiques et biologiques (ex : dépôts phosphatés). L’enregistrement s’effectue de façon directe (relation sol-végétation) ou indirecte par des relais (dépôts fluviatiles, lacustres et karstiques). La conservation des dépôts-enregistreurs fait appel au concept de piège à sédiments (cuvettes, cavités, lacs, bassins océaniques). Les indicateurs des actions anthropiques participent à la même problématique et à la même méthodologie. Ainsi l’évolution des paysages agraires au cours des temps historiques et préhistoriques s’appréhende notamment par l’étude de milieux enregistreurs comme les profils pédologiques, les dépôts lacustres et parfois les dépôts souterrains karstiques.

B. Le concept de rupture climatique

7Les changements climatiques, à l’échelle de la planète, sont déterminés à la fois par les paramètres astronomiques et terrestres. La théorie astronomique des cycles climatiques de MILANKOWICH a été améliorée par la constitution de modèles plus précis comme celui de BERGER (1992). Cette théorie est fondée sur la variation de l’insolation en fonction des variations des paramètres de l’orbite terrestre autour du soleil. Toutefois, les travaux récents effectués à partir des carottes de glace de la station de Vostok, en Antarctique, montrent qu’il n’existe pas de relation simple de cause à effet entre facteurs astronomiques et terrestres. Ainsi, à Orsay, la mesure du beryllium 10 dans les glaces polaires, qui est un bon indicateur de l’activité magnétique du soleil, montre que la température terrestre n’est pas liée directement à cette activité magnétique du soleil. De plus, d’autres travaux (Saclay et Grenoble) indiquent que le rapport deutérium/hydrogène des glaces polaires diminue quand la température diminue. L’absence de corrélation entre la concentration en beryllium 10 et le rapport deutérium/hydrogène confirmerait que le climat terrestre dépend peu de l’activité magnétique du soleil et qu'il serait plus en rapport avec l’activité endogène de la terre (Pour la Science, no 158, décembre 1990, p. 12-14).

8La Terre “secrèterait” donc ses propres climats en fonction d’un tissu complexe de relations entre les continents, les océans, les masses glaciaires, les activités liées à la vie (mondes végétal et animal), la variation de la composition chimique de l’atmosphère, enfin le volcanisme et le dynamisme interne de la planète. A cela s’ajoute certains facteurs astronomiques. La modification d’un ou plusieurs paramètres entraîne des réactions interdépendantes qui prennent la forme de pulsations plus ou moins cycliques ou acycliques intégrant des phénomènes rétroactifs, voire des anomalies (ex : rôle du volcanisme et de l’activité des planchers océaniques, des chutes de météorites). Par exemple, on sait qu’il existe une forte corrélation entre la courbe des paléotempératures et celle de la teneur en CO2 et CH4 (gaz à effet de serre) de l’atmosphère (LORIUS, 1990). Or plusieurs facteurs sont susceptibles de modifier les teneurs en gaz de l’atmosphère, notamment le volcanisme ou les poussières d’origine continentale liées à l’érosion des sols (“the dirt machine” d’après HUGHES, 1992).

9Dans le détail, la corrélation est imparfaite entre les courbes paléoclimatiques océaniques (évolution du rapport 18O/16O dans les sédiments planctoniques) et les courbes des milieux continentaux (à partir de carottes de tourbières, de dépôts lacustres, de coupes dans les loess et les dépôts karstiques, associant palynologie, sédimentologie et datations isotopiques). Océans et continents sont des milieux enregistreurs complémentaires. Le milieu océanique permet d’avoir des courbes en continu, mais où se posent les problèmes de la variabilité du taux de sédimentation et du lissage des variations climatiques. Le milieu continental offre des coupes partielles, plus difficilement corrélables, mais nombreuses et souvent beaucoup plus détaillées. Le calage isotopique, notamment par la méthode U/Th sur calcite (en particulier sur les calcaires lacustres et les concrétions karstiques), est meilleur pour le milieu continental.

10Une rupture climatique se marque par un changement brutal (à l’échelle du siècle ou du millénaire) de l’extension des sols, de la végétation et des zones glaciaires, sans oublier la variation du niveau océanique. Or c’est dans les zones “marginales” que ces ruptures climatiques sont les mieux marquées. En zone intertropicale, les secteurs sensibles sont les hautes montagnes (fort gradient altimétrique), les littoraux et les marges “sèches”. La bordure subtropicale/tempérée, notamment en zone continentale, est également une zone favorable à l’enregistrement des ruptures climatiques. Sont moins connues les modifications intervenant dans les zones équatoriales humides (forêts pluviales d’Amérique ou d’Afrique objets du programme ORSTOM/CNRS, ECOFIT, 1991), continentales ou insulaires, apparemment plus stables à cause d’un milieu plus tamponné.

C. Le concept de déstabilisation anthropique

11Face à l’anthropisation de plus en plus poussée du milieu, certains tentent d’évacuer le rôle de la géographie physique. Cette tendance n’est pas en accord avec les recherches sur les interactions entre l’homme et l’environnement naturel. Le concept de rupture climatique, qui repose sur la notion de déstabilisation naturelle, implique le concept de déstabilisation anthropique du milieu avec incidence sur les sols, la végétation, l’atmosphère et le climat. De nombreuses études régionales montrent que l’intervention massive et rapide de l’homme (ex : déforestation rapide) induit une modification ou une accélération des processus naturels (érosion des sols, glissements). De même, la mise en évidence du rôle de l’homme et des feux dans l’augmentation du CO atmosphérique (NEWELL et al., 1989) et son impact dans la fourniture de la vapeur d’eau, relais dans la formation des nuages de glace et la dégradation de l’ozone (AIMEDIEU, 1991). Toute déstabilisation d’un milieu en équilibre entraîne un déséquilibre quand le seuil de rupture est franchi, par exemple les crues catastrophiques en zone tropicale humide fortement déforestée (ex : Kalimantan). C’est le problème des réactions amplifiées à retardement et de caractère rétroactif.

12Une connaissance précise du fonctionnement des processus naturels est indispensable pour appréhender les phénomènes de déstabilisation anthropique. Leur manifestation pourrait expliquer des phénomènes apparemment “désordonnés” dans l’équilibre de la biosphère et qui augmenteraient son entropie. On ne peut pas encore mesurer correctement l’ampleur planétaire de cette déstabilisation anthropique à cause du manque de recul et de la complexité des interactions. L’ancienneté des actions anthropiques autorise de parler dans certains cas d’une véritable domestication des paysages (YEN, 1989). L’efficacité des actions anthropiques tient à leur vitesse d’intervention et le problème est de les quantifier dans les bilans globaux.

II. ENREGISTREURS ET INDICATEURS DU FONCTIONNEMENT DU MILIEU NATUREL

13Mettre en évidence les ruptures climatiques par l’étude des sédiments piégés dans les dépressions et les cavités karstiques est un moyen d’évaluer le fonctionnement du milieu par la seule déstabilisation naturelle. Ceci est un préalable indispensable pour étudier ensuite les modifications anthropiques et l’accélération des processus naturels (ex : érosion et soutirage des sols). Il convient de distinguer enregistreurs du milieu et indicateurs du fonctionnement. Un milieu enregistreur peut représenter un piège à sédiments et correspondre au contenant (ex : piémont, cuvette, cavité, lac, océan). Il joue donc le rôle de chambre d’enregistrement (“boite noire”) et permet de reconstituer l’histoire de l’environnement. Un dépôt enregistreur est plus restreint puisqu’il désigne le contenu, par exemple une séquence détritique lacustre, karstique, deltaïque.

14Les indicateurs renseignent sur le fonctionnement de celui-ci à un moment donné. C’est le cas d’un niveau charbonneux dans un sol, de pollens dans une carotte, de contaminations éoliennes (tableau 1). Il existe des indicateurs spécifiques du climat et de l’anthropisation. Certains indicateurs pédologiques sont spécifiques d’une aridification du climat (FEDOROFF et COURTY, 1989). Dans le milieu naturel, il existe des régions favorables à l’enregistrement de l’évolution du climat et de l’environnement : ce sont des pièges à sédiments et dépôts chimiques. Les plus remarquables sont les zones de cuvettes des zones humides et sèches et les cavités karstiques. Plusieurs enregistreurs des fonctionnements climatique et bio-climatique sont des constantes à tous les milieux : végétations, sols, dépôts détritiques ; d’autres enregistreurs sont particuliers : remplissages endokarstiques, glaciers...

A. Les couvertures végétales et pédologiques

15L’état du recouvrement de la végétation conditionne la pédogenèse et l’érosion des sols. Les études morphologique et micromorphologique des sols (JONGERIUS, 1983) et altérites permettent de retracer l’histoire de l’environnement bioclimatique. Les organisations pelliculaires superficielles ou OPS (CASENAVE et VALENTIN, 1989 ; ESCADAFAL, 1989) constituent un thème important dans l’étude des couvertures pédologiques en zone tropicale de marge sèche (Sahel, Australie) et humide (Afrique guinéenne, Asie du SE, Venezuela) : croûtes carbonatées et salées, silcrètes, cuirasses de fer, etc. Les OPS conditionnent également les processus d’érosion des sols (ROOSE, 1981 ; ROOSE et SARRAILH, 1989-1990).

16Il existe des indicateurs du fonctionnement des couvertures qui témoigne de processus irréversibles : par exemple la migration des particules fines dans une catena pédologique, la progression d’un front de transformation dans un profil ou encore certains processus de minéralisation ou d’oxydation, cas des ferruginisations (MAIGNIEN, 1958 ; FAUCK, 1972 ; RAMADE, 1990). La cartographie pédologique demeure un des moyens fiables d’évaluation (BOULET et al., 1971 ; PEDRO, 1986), en particulier pour les réserves en eau (RIOU, 1989 ; “Sols et eaux”, 1986) et la dynamique de l’interface lithosphère-atmosphère (MIETTON, 1988).

17Les couvertures végétales d’Afrique occidentale reflètent les grandes tendances zonales (LETOUZEY, 1968 ; GASTON, 1981 ; ROUGERIE, 1990), mais également les modes d’utilisation des espèces végétales (PELISSIER, 1980 ; MAYDELL, 1983), cas des savanes parcs (SEIGNOBOS, 1978, 1982 a et b ; KRINGS, 1991). Les couvertures reflètent aussi les effets des feux de brousse (MONNIER, 1968 et 1979) ou des pâturages (RIPPSTEIN, 1986). Un cas à part concerne les encroûtements qui se développent sur les pitons karstiques (ou mogotes), très importants à Porto-Rico (IRELAND, 1979). Par comparaison avec les travaux de LAOUINA (in NICOD et SALOMON, 1990), ce type de croûte semble évoluer après le dégagement des reliefs consécutif au décapage des couvertures pédologiques et forestières. De même les coulées et draperies de tufs sur paroi et les mondmilch pourraient être des indicateurs de changement des écosystèmes et de l’hydrologie.

B. Les dépôts détritiques et chimiques des cuvettes

18Les zones en creux (bassins, cuvettes lacustres, poljés) sont fréquentes dans la zone intertropicale, notamment sur les boucliers anciens (Afrique occidentale) et dans les régions calcaires (bassins et poljés des karsts de Chine du Sud, d’Indonésie, etc.). Ces dépressions constituent des réceptacles à sédiments. Leur étude sur coupe naturelle ou par sondage est un moyen de connaître le fonctionnement paléoclimatique régional. Ainsi, l’étude des sédiments lacustres et des lignes de rivage des paléolacs sahariens met en évidence des cycles arides et humides. La datation isotopique des carbonates lacustres par U/Th permet d’identifier une large extension de ces paléolacs pendant l'interglaciaire Eémien, soit entre 90 000 et 130 000 ans (FONTES et GASSE, 1990).

INDICATEURS GEOMORPHOLOGIQUES – GEOMORPHOLOGIC INDICATORS
Surfaces d'érosion et d'altération - Erosional and weathering surfaces
Glacis et piémonts - Glacis, Pediments and piedmonts
Dépôts alluviaux et glaciaires - Alluvial and glacial deposits
Niveau de base et indicateurs littoraux - Base level and coastal indicators
INDICATEURS SEDIMENTOLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES
SEDIMENTOLOGIC AND HYDROLOGIC INDICATORS
Flux détritiques et bilan sédimentaire - Detritic flows and sedimentary balance
Flux organiques - Organic flows
Dépôts limniques et varves - Limnic deposits and varves
Spéléothèmes et remplissages - Speleothems and infillings
Paléopluviomètres - Palaeopluviometers
Profondeur du plan d'eau et bilan sédimentaire et hydrologique du bassin-versant
Water level depth and Watershed and sedimentary balance
Processus d'oxydation et de réduction - Oxidizing and reducing processes Sédimentation des argiles - Sedimentary clays
LES INDICATEURS GEOCHIMIQUES – GEOCHIMIC INDICATORS
Cycles géochimiques : soditisation, podzolisation, acidification, silicification, fersiallitisation, ferruginisation, ferrallitisation, allitisation, bauxitisation
Geochimic Cycles and Weathering patterns : sodic-podzolic-acidic-silicic-fersiallitic-ferruginic-ferralitic-al systems
Cycles isotopiques : 13C, 180, S, Al - Isotopic patterns : 13C, 18O, S, Al
LES INDICATEURS PEDOCLIMATIQUES
EDAPHOCLIMATIC INDICATORS
Organisations pelliculaires superficielles - Pellicular superficial structures
Dynamique de l'humus - Humic dynamics
Systèmes de recyclage - Recycling systems
Pédofaune - Soil fauna
Types d'argilisation - Argilization patterns
Cristallinité des argiles - Cristallinity of clays
Fronts d'altération et de transformation - Weathering and alteration
fronts
Indices d'altération (C.E.C. et R.A.I.) - Weathering index (C.E.C. and R.A.I.)
Oxalitisation - Oxalitization
LES INDICATEURS ECOLOGIQUES – ECOLOGIC INDICATORS
Biomasse - Biomass
LES INDICATEURS ZOOLOGIQUES - ZOOLOGICINDICATORS
Diatomées - Diatoms
Rapport C/P (Diatomées centriques/diatomées pénales) :
courbe de variation relative de la profondeur
C/P Index (Central diatoms/Penals diatoms) : Relative variation of depth
Ostracodes - Ostracods
Taxons - Taxons
Types biologiques - Biologic patterns
LES INDICATEURS PHYTOLOGIQUES – PHYTOLOGIC INDICATORS
La couverture forestière - Forested cover
Le développement des herbacées - Herbaceous development
Les espèces pionnières - Pioneer species
Les pollens - Pollen records
Pourcentage par rapport au sédiment - Percentage in sediment

Tableau 1 : Les principaux indicateurs de l'évolution de l’environnement naturel en régions tropicales (ces indicateurs prennent en compte le concept de fonction de transfert et les notions d’échelle spatiale et chronologique). Main indicators of the environment evolution in tropical areas (transfert index, spatial and chronological scale.

19Dans le cas des dépôts lacustres de barrage volcanique, il est possible d’avoir de petits bassins-versants datés jouant le rôle d’enregistreur (fonction transfert, rôle de paléopluviomètres). En connaissant les précipitations actuelles et les taux de sédimentation, on peut évaluer et dater l’évolution de la pluviométrie, du climat et de la végétation comme dans certains lacs de barrage volcanique aux Canaries (POMEL. 1986).

20Si les tendances à long terme sont plus facilement expliquables par la succession des grands cycles climatiques, par contre il est plus difficile de comprendre les anomalies climatiques à l’échelle humaine comme celle qui frappe le Sahel depuis vingt ans. Or la finesse d’enregistrement des sédiments limniques peut contribuer à comprendre le détail de l’évolution hydroclimatique du Sahel depuis 15 000 à 20 000 ans, période pendant laquelle l’influence anthropique est de plus en plus marquée (cf. article de E. SCHULTZE). L’étude des caroténoïdes et des différentes pollutions permet d'apprécier les effets de l’anthropisation et ceux conjugués de l’évolution de la profondeur du plan d’eau, de son oxygénation et de son étendue dans son rôle de capteur.

C. Les dépôts chimiques de sources et de rivières (tufs et travertins)

21Ces dépôts représentent un bilan chimique de géosystèmes carbonatés. Ils enregistrent les variations climatiques par la fluctuation des paramètres hydrochimiques (pH, CO2). Leur fonctionnement est également très sensible aux dégradations anthropiques de la végétation et des sols (VAUDOUR, 1986 et 1988). La période holocène a pu ainsi représenter au moins dans les régions tropicales sèches ou subtropicales un optimum dans le développement des travertins. Les déforestations plus ou moins tardives peuvent signifier des moments de destruction ou de réduction des édifices travertineux, sans qu’il soit utile de faire intervenir une péjoration climatique.

22Dans les pays tropicaux secs, le développement du pastoralisme et les déboisements ont probablement eu une incidence plus ou moins conjuguée avec le climat sur le fonctionnement des géosystèmes carbonatés. Dans les régions tropicales humides, au Laos (BENOIT, 1986), en Chine du Sud, à Madagascar (au nord de l’Onilahy, SALOMON, 1986), au Mexique, les travertins sont d’excellents marqueurs des déstabilisations anciennes des zones forestières. Au Rwanda, les accumulations actuelles sont en rapport avec les lacs de barrage volcaniques, l’ion calcium provenant des cinérites. Les accumulations travertineuses (biohermes continentaux) en bordure des lacs du rift oriental sont en relation avec les périodes d’apports volcaniques et de circulation hydrique abondante.

D. Les dépôts endokarstiques

23Les cavités karstiques, nombreuses en zone intertropicale (ex : Asie du SE), renferment des remplissages sédimentaires abondants (sols soutirés, concrétionnements) qui sont les témoignages anciens ou récents du fonctionnement du milieu naturel. Dans le karst souterrain, le transit des sédiments par l’eau est rapide. Le dépôt ne subit pas ou peu de bioturbation et de diagenèse. Aussi le milieu endokarstique est-il l’un des meilleurs milieux conservateurs — concept de piège endokarstique — puisqu’il permet la conservation de sédiments qui auraient normalement disparus en surface par les agents de l’érosion (EK et QUINIF, 1988 ; MAIRE, 1990) (cf. article de Y. QUINIF).

24Le karst enregistre donc de façon indirecte et rapide les ruptures dans l’équilibre du milieu. Par rapport à un sol, qui est un enregistrement direct et lent de l’évolution de la couverture végétale et de l’altération du substratum, les remplissages souterrains sont des relais détritiques et chimiques plus immédiats et contrôlés directement par le régime hydrologique et la capacité de filtrage du karst. Les concrétionnements sont des enregistreurs paléoclimatiques. En zone de montagne, les spéléothèmes croissent en période de réchauffement (relation directe avec la production de CO2 pédologique). En zones alpine et glaciaire, ils ne se développent pas. En zone forestière tropicale humide la croissance est théoriquement continue ; par contre, les contaminations pédologiques peuvent varier. Par exemple les concrétionnements souterrains du Guizhou, en Chine du Sud, présentent souvent des séquences à calcite blanche et calcite rouge-marron à contamination pédologique. Leur signification paléoenvironnementale est typique (BARBARY, MAIRE et ZHANG, 1991) :

  1. la calcite blanche, très pure, indique une stabilité des conditions édaphiques, donc une situation de type biostasique : l’eau est filtrée par les sols et ne transporte pratiquement aucun grain de roches et de sols ;

  2. la calcite rouge-marron marque une rupture des conditions bioclimatiques puisque l’eau d’infiltration est chargée en éléments de sols et en hydroxydes de fer. C’est une situation de type rhexistasique : le soutirage des sols dans l’endokarst se produit par dégradation de la couverture végétale indiquant probablement des contrastes saisonniers plus accentués.

25Lorsque les dépôts détritiques s’organisent en séquences avec des concrétionnements stalagmitiques interstratifiés (planchers, coulées, stalagmites), les dépôts de calcite (ou spéléothèmes) permettent de dater par la méthode isotopique U/Th les remplissages et indirectement les éventuelles phases paléoclimatiques dans la limite du Quaternaire moyen / Quaternaire récent.

E. Les dépôts glaciaires

26Les montagnes, parties saillantes de l’écorce terrestre, à la fois élevées, à versants déclives et de vastes étendues, combinent deux données fondamentales : un relief élevé et un fort dynamisme du milieu naturel. Ce dernier est d’autant plus intéressant qu’il affecte en montagne des écosystèmes étagés. Dans ces conditions toute modification climatique ou orogénique entraîne une adaptation rapide du milieu aux nouvelles normes. Les dépôts et marques glaciaires (moraines, blocs erratiques ; stries, rainures, roches moutonnées, etc.) sont des indicateurs fiables et bien connus des pulsations froides si bien que les travaux de géomorphologie glaciaire sont légion tant en Europe du Nord qu’en Amérique du Nord.

27En zone intertropicale le critère latitudinal restreint les secteurs d’intérêt à quelques lieux très localisés. Parmi ceux-ci les volcans élevés retiennent l’attention car non seulement ils ont connu et enregistré des épisodes glaciaires, mais ces derniers ont été très fréquemment couplés ou séparés par des éruptions (laves, ejecta...). Les possibilités actuelles de datation absolue en font des endroits privilégiés pour la compréhension des paléo-écosystèmes. Trois secteurs-clés se distinguent sur la planète :

  • le Mexique avec ses grands appareils volcaniques (Toluca, Ajusco, Popocatepetl, Iztaccihuatl, Malinche, Orizaba) ;

  • l’Afrique de l’Est (Mt Siemen en Ethiopie ; Mt Elgon en Ouganda, Mts Kenya au Kenya et Kilimandjaro en Tanzanie).

  • La Nouvelle-Guinée avec le Mt Jaya (ou Karstenz).

F. L’enregistrement des crises tectoniques

28Celui-ci relève de la même problématique. Rappelons que l’activité tectonique est liée à une sorte de "relaxation" des contraintes internes. Cette énergie se déploie dans le manteau supérieur selon des mouvements convectifs se dissipant partiellement au niveau des croûtes continentale et océanique par des blocages plus ou moins retardés et tamponnés : ruptures tectoniques par collision, poinçonnement, subduction, obduction et volcanisme. Des mouvements ascendants en panache, relativement fixes et en relation avec les cellules de convection du manteau, expliqueraient le mécanisme de “point chaud”, c’est-à-dire la formation des volcans intraplaques surtout océaniques (ex : Canaries, Réunion, Hawaï), parfois continentaux (Tibesti - Hoggar).

29A l’échelle régionale et dans une période limitée, l’enregistrement des évènements tectoniques par les dépôts sédimentaires est indirecte. Dans le milieu karstique, les mouvements sismiques peuvent être datés par U/Th lorsqu’il y a cisaillement des spéléothèmes de calcite, phénomènes azonaux souvent constatés, par exemple dans les Pyrénées, les Ardennes belges (QUINIF, travaux en cours), les Alpes lombardes (BINI et al, 1992). Cette méthode est intéressante pour étudier la néotectonique du Pléistocène moyen et supérieur.

30D’une manière générale, il faut garder présent à l’esprit le rôle des facteurs endogènes dans l’évolution paléoclimatique à long terme de la planète et de certaines anomalies remarquables comme l’extinction des dinosaures il y a 65 Ma (limite Secondaire/Tertiaire) sous le contrôle probable du volcanisme du Deccan en Inde (2 millions de km3 en 0,5 Ma) ou d’une chute de météorite. Parmi toutes les hypothèses, cette façon de repenser l’évolution, comme le souligne COURTILLOT (1990), oblige à prendre plus en compte l’évacuation discontinue de l’énergie interne de la Terre, depuis le noyau jusqu’au manteau supérieur et à la croûte, qui est à l’origine des “points chauds” et de la fragmentation des continents.

G. Chronomètres et méthodologie

31Dans les divers dépôts envisagés, certains sont des chronomètres et thermomètres géologiques comme les concrétions de calcite et les calcaires lacustres. D’autres éléments, non envisagés comme indicateurs du climat, sont de précieux moyens de datation à l’image du volcanisme. Toutes les méthodes radiochronologiques nécessitent un contrôle stratigraphique de terrain.

32- Le volcanisme est bien connu en radiochronologie (K/Ar, téphrochronologie, TL, U/Th et paléo-magnétisme). On peut dater avec précision les sols intervolcaniques ou des dépôts divers par les retombées de cendres. Ce calage permet de replacer dans le temps les phases climatiques et de préciser les apports distaux en relation avec la circulation atmosphérique. L’intérêt du volcanisme et de la téphrochronologie est de représenter un chronomètre reproductible à une échelle régionale étendue.

33- Les spéléothèmes de calcite (ou concrétionnements endokarstiques) sont susceptibles d’être datés par la méthode U/Th jusqu’à 350 000 ans. Pour les travertins et calcaires lacustres récents, la même méthode peut être utilisée. La Résonance Paramagnétique Electronique (RPE) sur calcite est voisine de la thermoluminescence (TL). Cette méthode devrait permettre de couvrir les derniers millions d’années, mais se pose le problème du calcul de la dose annuelle de radiation. En attendant que la méthode s’affine, la plus grande prudence est de rigueur (DE CANNIERE et al., 1990).

34- Les patines et vernis (C14) enregistrent des rythmes évapotranspiratoires sur les sols décapés, les roches ou les outillages lithiques. Les microlaminations, comparables à celles des calcins des régions froides (NAGY et al., 1991) piègent des restes de lichens datables au C14. Dans l’état actuel de nos connaissances, ces méthodes, sans doute prometteuses, sont au stade exploratoire.

35- Les macrorestes sont des indicateurs précieux de biotopes. La carpologie étudie les restes de graines dans les fouilles archéologiques ou les sols cultivés. L’anthracologie reconstitue des spectres d’espèces végétales brûlées. La malacologie reconstitue notamment les faunes de gastéropodes en relation avec le couvert végétal. Ainsi, l’apparition d’espèces thermophiles peut être attribuée à l’ouverture anthropique du milieu forestier et l’augmentation d’espèces de milieux humides à la reconquête des ripisylves après un abandon des terroirs agricoles ou pastoraux. Ces disciplines représentent un grand intérêt biostratigraphique dans des matériaux difficiles à caractériser et à caler.

36- La palynologie, dans le monde tropical, est bien connue pour appréhender les variations des couvertures végétales (article d’E. SCHULZ). L’étude de la pédofaune (termites) est un moyen de préciser les modifications de la couverture végétale, les étapes de destruction des cuirassements, les périodes de remontée des particules argileuses en surface.

III. MILIEUX ENREGISTREURS DE L’ANTHROPISATION

37L’homme n’étant qu'un agent de façonnement de l’environnement physique, il importe de mesurer son impact réel. Les environnements artificiels (villes) sont de plus en plus soumis aux phénomènes naturels ; ils exacerbent, par exemple, certains processus fluviatiles et climatiques comme la concentration et l’évacuation des eaux météoriques (ex : crues catastrophiques et inondations) ou le développement de l’effet de serre sur les conurbations (ex : Mexico). Les marges climatiques et les milieux karstiques sont très sensibles à l’anthropisation. Il s’agit souvent de milieu de survie (Sahel) ou de zone refuge (montagnes). Certains enregistreurs spécifiques sont zonaux (ex : cuvettes endoréiques en zone sèche).

A. Les marges sèches anthropisées : milieux de survie

38Les marges climatiques sèches posent un problème fondamental à cause des effets néfastes de l’anthropisation et de la colonisation : cas des savanes de l’Afrique de l’Ouest. Au nord, le désert présente une limite climatique précise et définie par sa couverture très discontinue qui peut d’ailleurs apparaître dans la même association végétale que celle des savanes sahéliennes. Au sud, on observe une zone qui s’est modifiée à cause du déboisement et de la dégradation des sols. Le Sahel est une zone fragile où les processus naturels ont été accélérés par l'homme (article de E. SCHULZ et S. POMEL). Les actions anthropiques (déboisements, feux, pâturages) ont étendu le domaine sahélien vers le sud depuis l'Holocène. Il convient de distinguer ce phénomène de “désertification” avec une aridification du climat. Dans le sens d’AUBREVILLE (AUBREVILLE, 1949 ; DELPIERRE et GILLET, 1971 ; AUBREVILLE et al., 1973 ; DELWAULLE, 1973), la désertification est d’origine anthropique et s’applique à des zones déboisées et principalement à la zone guinéenne, c’est-à-dire à la zone tropicale humide. Le désert sur la bordure sud du Sahara semble stable à l'échelle séculaire, ce qui n’est pas le cas des frontières des savanes Sahel/Soudan et Soudan/Guinée (article de E. SCHULZ et S. POMEL).

B. Les montagnes refuges

39Le concept de montagne refuge est différent de celui de milieu de survie puisque l’homme investit la montagne pour chercher des terroirs et un climat plus favorables. C’est le cas de l’Altiplano du Pérou qui a été habité très tôt face à l’aridité de la Costa pacifique et de l’humidité de la Selva amazonienne. C’est également le cas des chaînes centrales de l’île de Nouvelle-Guinée (“Highlands”), en zone équatoriale humide, qui ont été habitées durant la dernière phase froide, par des nomades pratiquant les brûlis. Il en est de même des hautes montagnes d’Afrique tropicale (Cameroun, Rwanda) (articles de S. MORIN et Fr. BART). Sur les marges sèches, la montagne constitue aussi un milieu refuge quand elle joue le rôle de château d’eau (Zagros/Iran) ou d’enclave moins sèche (Aïr, Hoggar, Tibesti). La notion de montagne refuge recouvre aussi l’idée de protection ou de moyens d’attaque (Dien-Bien-Phu) en périodes de guerre. Ce fait est connu dans le milieu tropical, en particulier en région karstique où les grottes-tunnels ont servi d’abris et de forteresses comme dans les karsts de Chine du Sud lors des invasions et de la guerre civile (1946-49) (article de R. MAIRE et J.-P. BARBARY). Les montagnes volcaniques représentent en zone humide des milieux fertiles et attractifs (Nouvelle-Guinée, Indonésie, Cameroun) du fait du renouvellement des sols ferrallitiques par les retombées de cendres.

C. Les milieux karstiques humides

40Les régions calcaires du domaine tropical humide constituent un monde à part. On distingue les milieux karstiques à faible densité humaine (Nouvelle-Guinée) et ceux à forte densité (Asie du SE : Java, Malaisie, Philippines, Vietnam, Chine du Sud). Le degré d’anthropisation dépend du stade d’évolution du karst (champs de dépressions, pitons, canyons, poljés), mais aussi de l’histoire du peuplement. Par exemple les karsts très peuplés du Sud chinois diffèrent des karsts presque inhabités de l’enfer vert de Nouvelle-Guinée où l’accessibilité et les courants de peuplement ne sont pas les mêmes.

41- Les milieux karstiques à faible densité humaine : Certaines régions karstiques de la forêt pluvieuse de Nouvelle-Guinée sont peu accessibles et loin des grands courants de peuplement. Ces zones constituent encore aujourd’hui des régions en équilibre où l’action de l’homme est nulle ou quasi absente ; la connaissance de ces milieux physiques est importante de même que leur protection. C’est le cas du plateau Daraï (Highlands du Sud et Gulf) ou des karsts de l’île de Nouvelle Bretagne (Chaîne Whiteman, Mts. Nakanai). Dans ces régions faiblement peuplées, on peut discuter du rôle respectif des brûlis et des exploitations modernes. L’agriculture itinérante sur brûlis ne présentait pas de menace trop grave pour l’environnement, bien qu’il ne faille pas minimiser le rôle de l’agriculture traditionnelle de type “ray”. Beaucoup d’auteurs ont insisté sur le fait que la reconquête forestière ne permet la repousse que d’une forêt médiocre (réduction drastique du nombre des espèces, de la taille des arbres et de l’ensemble de la formation végétale). En revanche, l’exploitation industrielle récente de la forêt ombrophile provoque une déstabilisation brutale du milieu physique. Les désastres causés par l’exploitation et l'utilisation du bulldozer sont d’une autre ampleur. Il y a perturbation des équilibres climatique et hydrologique et donc des bilans à l’échelle régionale. En Amazonie, on assiste à une substitution des rios “brancos” aux rios “negros”. L’homme crée ainsi un “dyspluvial”.

42- Les milieux karstiques à forte densité humaine : Les karsts de Chine du Sud sont les plus grands de la planète. L’immensité du territoire, la forte densité de population et l’ancienneté du peuplement en font une des régions tropicales les plus remarquables au niveau de l’étude de l’histoire de l’anthropisation et des relations avec le milieu naturel. L’aménagement en terrasses de cultures est généralisé jusqu’à 1 500 m d’altitude et la forêt a presque disparu. Les nombreuses grottes tunnels et cavités perchées sur le flanc des cônes et des pitons ont servi de refuges, de cimetières et d’exploitation des nitrates. En raison de l’ancienneté de la pression anthropique, le karst chinois est un modèle d’aménagement agraire relativement équilibré. Se pose néanmoins le problème des ressources en bois et en l’eau durant la saison sèche. A cela s’ajoute l’exploitation récente et systématique des veines de charbon et les pollutions induites (cf. article de R. MAIRE et J.-P. BARBARY).

D. Les milieux littoraux

43Les évolutions récentes des rivages sont marquées par un important dégagement des beachrocks sur les côtes du Golfe de Guinée, du fait de certains déséquilibres dans les apports sédimentaires fluviatiles, travaux de grands barrages (Volta). L’exploitation abusive des mangroves (SALOMON, 1994) modifie la zonation des fronts végétaux pionniers et la zone d’arrière-mangrove (LEBIGRE, 1990). Dans les deux cas, l’homme accentue au niveau régional les effets d’un phénomène mondial dont il est en partie responsable. Ce schéma évolutif est en partie amorcé dans les formations récifales (article de Fr. BOURROUILH-LE JAN). En effet, les récifs enregistrent l’évolution des environnements local et global par le bilan du carbone et la réponse à l’effet de serre (GAFFIN et FUJITA, 1992).

IV. LES INDICATEURS DU FONCTIONNEMENT ANTHROPIQUE

44En zone rurale, le fonctionnement anthropique peut être appréhendé au niveau de l’étude des sols anthropogènes et des relations avec la déforestation et la dégradation des couvertures pédologiques. L’ampleur et l’ancienneté du défrichage des forêts intertropicales est un problème majeur qu’il convient d’examiner dans les marges sèches, les montagnes et les karsts. Les dégradations récentes effectuées sur les rares forêts en équilibre posent le problème de leur protection. Certains de ces indicateurs sont spécifiques.

A. Les sols anthropogènes

45Les sols enregistrent l’action de l’homme depuis la pratique du déboisement et des brûlis qui a précédé la néolithisation (POMEL, 1992). L'étude micromorphologique (organisation des argiles et des fragments de roches dans les profils) est indispensable pour percevoir les effets les plus ténus et la complexité des héritages anthropiques superposés ou remaniés. Les principales actions anthropiques sur les sols sont la déforestation, les feux, le surpâturage (AUDRU et al., 1987 ; BOUTRAIS, 1983), l’agriculture et les effets sur la fertilité (PIERI, 1989), surtout l’agriculture sur brûlis (NYE et GREENLAN, I960 ; CUNNINGHAM, 1963 ; KELLOG, 1963 ; MANNER, 1976 ; GUTELMAN, 1989). Le passage d’écocultures (SCHLIPPE, 1986) à des cultures de rente est enregistré par des dégradations de profils. La classe des sols anthropogènes comporte deux grandes familles :

  • les sols anthropisés présentent une action de l'homme plus ou moins faible : ce sont les sols des pâturages itinérants, les anciens horizons cultivés repris dans la pédogenèse, certains sols isohumiques cendreux et les sols gravillonnaires ;

  • les sols anthropiques présentent au contraire une action prépondérante de l’homme : ce sont les sols cultivés ou irrigués et les sols surpâturés (ex : vertisols d’oasis, sols compactés, sols encroûtés).

B. La fourniture de poussières

46Toutes les actions anthropogènes (déforestation, incendies, pâturages, agriculture) diminuent la protection des sols contre les énergies solaire, pluviale et éolienne. Dans la plupart des cas, le sol est découvert et devient une zone de départ de particules fines. Les feux tardifs fournissent un stock de cendres qui seront évacuées lors des premières tornades (moussons d’Afrique ou d’Asie). Ces poussières représentent des traceurs de la dynamique des masses d’air dans ces régions. (POMEL, 1992 ; SCHULZ et POMEL, 1991).

C. La déforestation et son rôle sur les sols

47La déforestation (REPETTO, 1990) par coupes, brûlis, surpâturages, a joué un rôle considérable sur l’évolution des sols ; certains processus sont irréversibles : rubéfaction, cuirassement, encroûtement, perte des fines, soutirage karstique, érosion mécanique par les eaux courantes (crues).

48- La savanisation et le rôle des feux de brousse (exemple du Sahel) : La savanisation a débuté tôt en Afrique occidentale par le déboisement pour les cultures, l’élevage, les poteries, les forges et le bois de chauffe. Par la suite, l’action répétée des feux de brousse, surtout les feux tardifs, sur des étendues importantes (CROFT, 1978 ; RAMANATHAN, 1985 ; WOODRUFTS, 1990 ; GOLDAMMER, 1990 ; FRIEDERIKSEN et al., 1990 ; MALINGREAU, 1990 ; KAUFMAN et al, 1990), en raison du déplacement de populations pyrotechniques consécutif aux colonisations islamique et européenne, a provoqué un appauvrissement des sols dans les régions à longue saison sèche (savanes du Sahel) et par l’érosion des sols dans les zones les plus sensibles (reliefs, bordures du désert). Cette relation directe entre climat peu favorable de marge sèche et pression anthropique dévastatrice est à l’origine de la notion de milieu de survie où famines et manque d’eau sont devenus des maux chroniques (cf. article de S. POMEL, Fr. POMEL-RIGAUD et E. SCHULZ). Une majeure partie de l’Australie représente un exemple typique de paysage végétal et pédologique façonné par les feux.

49Dans les agro-systèmes du Mali central les paysans sont conduits à cultiver des terrains particulièrement inhospitaliers : la pratique de la culture itinérante sans utilisation d’engrais les oblige à une quête permanente de nouveaux sols et à une rotation accélérée des jachères, ce qui entraîne un épuisement des sols (apparition de sols squelettiques) et une régénération très lente des savanes secondaires à Combretum (ABERLIN, 1993). Dans certains cas apparaissent des sols épuisés et indurés, les “hardés” caractéristiques au Nord Cameroun d’une exploitation intensive et d’une dégradation irréversible des parcs à légumineuses. Dans la plaine du Diamaré avec la déstructuration des systèmes traditionnels mis au point durant la période Salakienne (entre les Vème et XVème siècles), l’épuisement des terroirs va voir l’installation définitive des savanes sahéliennes avec l’arrivée des populations de pasteurs aux XVIIème-XVIIIème siècles (OTTO, 1993).

50- La déforestation en montagne (exemple des “Highlands” de Papouasie) : La déforestation en montagne tropicale est généralement ancienne car celle-ci a été occupée très tôt en raison de meilleures conditions bioclimatiques. Dans l’île de Nouvelle-Guinée sont connues les savanes à Themeda et à Cyathea qui montent jusqu’à 3 900 m d’altitude. Les niveaux de brûlis et charbons de bois, fréquents dans les coupes de sols d’altitude, attestent l’ancienneté du défrichage par des populations qui avaient l’habitude de l’utilisation des feux de brousse. Sur les photos aériennes des Highlands, on peut observer les limites des “gardens” préhistoriques de type "ray".

51La déforestation récente a été rapide et systématique dans certaines régions en raison de l’exploitation des districts miniers (or, argent) ; elle a entraîné une forte érosion des sols qui est accentuée lors des séismes (glissements, ruptures de barrages lacustres), nombreux en cette zone insulaire volcanisée située au contact des plaques pacifique et australienne. Actuellement la culture de la patate douce — aliment de base des Papous introduit il y a trois siècles — atteint l’altitude limite de 2 700 m. Au-dessus, la savane à Cyathea (fougères arborescentes) sert de terrains de chasse et de passage d’une vallée à l’autre. Dans les zones karstiques les plus reculées, le mode de déforestation actuelle obéit aux habitudes ancestrales : en raison de la pauvreté des sols forestiers, les indigènes créent sans cesse de nouveaux “gardens” en coupant des carrés de forêt, puis en brûlant la végétation résiduelle pendant la saison “sèche”. En raison de la faible pression démographique, cette agriculture de subsistance (ou agriculture itinérante sur brûlis) maintient un équilibre relatif du milieu car le seuil de déstabilisation anthropique n’est pas dépassé (MAIRE, 1990). En Amazonie brésilienne, de gigantesques feux répétitifs ont ouvert le milieu forestier entre 7 000 et 4 000 ans BP : actions anthropiques ayant profité d’épisodes plus secs (programme ECOFIT, ORSTOM).

52- La déforestation massive et les crues : En Thaïlande centrale, après le déclin de la civilisation de SiSatchanalai (entre les Xème-XIème siècles et le XVIème siècle), une végétation forestière s’est reconstituée. Des érosions et des atterrissements fluviatiles marquent une déstabilisation totale des paysages (aux XVIIIème et XIXème siècles) liée à d’énormes crues qui provoquent l’érosion des terres (BISHOP, 1992). Cette période correspond à une déforestation massive durant la période coloniale. De nombreux cas de défluviations et de débordements ont été décrits à Madagascar par SALOMON (1993) autour du lac Alaotra, avec inondation des rizières ou dans le lit de la Sisaony, affluent de la rive gauche de l’Ikopa.

53- La déforestation et les altérites : Dans les régions tropicales humides à déforestation massive (Amazonie brésilienne, îles indonésiennes, bassin congolais), il se crée une discontinuité entre les altérites épaisses et les horizons R/C de la rochemère. Cette rupture altérites/saprolithes engendre de puissants foirages et une déstabilisation accélérée des versants, cas du SW de la Côte d’Ivoire (POMEL, 1979) ou à Madagascar (SALOMON, 1994). En zone calcaire, la déforestation conduit à un soutirage des sols dans l’endokarst.

54- La déforestation en période de guerre : Les guerres coloniales ont joué un rôle néfaste sur l’environnement forestier tropical. C’est au Vietnam que les effets les plus graves ont été notés (RAMADE, 1990) :

  • destruction des mangroves au napalm sur le delta du Mékong et érosion des zones littorales ;

  • destruction des forêts par emploi massif des défoliants à base de dioxine, l’effet induit sur les sols étant leur érosion et surtout la formation rapide de cuirasses ferrugineuses stériles par migration du fer. La guerre chimique a duré 10 ans de 1961 à 1970 et s’est étendue dans toutes les provinces du Sud Vietnam, touchant l’ensemble des formations végétales, en particulier les mangroves. Les quantités des principaux herbicides déversés (agents orange, blanc, bleu et arsenic) ont été de 72,354 millions de litres sur 1,709 million d’hectares (THAI VAN TRUNG. 1993). La réhabilitation de l’écosystème forestier naturel à Diptérocarpacées demeure un défi sur la savane à Pennisetum polystachyon et Imperata cylindrica, du fait d’une régénération naturelle impossible sur des surfaces immenses régulièrement parcourues par les feux. Par contre, la restauration s’est avérée possible dans un système associant des légumineuses de type Acacia (A. auriculiformis et A. mangium) d’après THAI VAN TRUNG (1993).

C. Les artefacts, outillages et pollutions

55Les outils et artefacts historiques ou préhistoriques constituent un moyen supplémentaire de préciser le caractère de l’anthropisation et son âge (datations au C14). Pour la période contemporaine, les déchets anthropiques et pollutions (décharges) sont aussi d’excellents indicateurs de la nature de l’anthropisation du milieu.

CONCLUSION

56Marges climatiques sèches et humides, littoraux, montagnes refuges, karsts en domaine tropical sont des régions sensibles où l’anthropisation a modifié les conditions de l’évolution morphopédologique, en particulier l’apparition ou l’accélération de l’érosion des sols, du cuirassement et de l’encroûtement. L’action de l’homme a transformé les couvertures végétales et a augmenté la vulnérabilité des aquifères. Mesurer et comparer le poids respectif des phénomènes de déstabilisation naturelle et de déstabilisation anthropique permet d’évaluer les dangers qui pèsent sur l’homme et son environnement en raison de l’accélération de certains processus naturels. Il serait alors possible de déterminer un niveau d’équilibre relatif sous une pression anthropique donnée. En Géographie du développement, il importe donc d’étudier les phénomènes de déstabilisation du milieu et leur double impact sur l’homme et la nature. Face à la pression démographique croissante de la plupart des pays tropicaux, il importe de proposer des solutions pour :

  • la régulation du milieu soumis à une augmentation des prélèvements par l'homme : maîtrise des processus dans l’utilisation des ressources pour l’agriculture, l’élevage, l’exploitation de la biomasse, et dans l’évolution de l’occupation du sol ;

  • la protection de la vie et de la santé humaine (contre les catastrophes, les pollutions, les maladies) dans un milieu souvent marqué par des bouleversements démographiques (croissance des effectifs, fronts pionniers, modifications de la répartition géographique de l’habitat) et par une évolution des besoins des populations ;

  • les développements culturel et touristique qui passent par une protection, une gestion et une mise en valeur des paysages originaux. Il s’agit à la fois de préserver un patrimoine à dimensions sociohistorique et culturelle très fortes (relations de l’homme avec l’eau, le monde souterrain, etc.) et de promouvoir dans certains cas une exploitation touristique adaptée du milieu (protection de la faune et de la flore, aménagements et leurs impacts).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ABERLIN J.-P. - 1993 - Agro-écosystèmes au Mali central. In : “Les Ecosystèmes Intertropicaux. Fonctionnement et usages. Journées du PIR, Lyon, 13-15 janvier, 11 p.

AIMEDIEU P. - 1991 - Couche d’ozone : les “mini-trous” arctiques. La Recherche, 22, 228, p. 109-111.

AUBREVILLE A. - 1949 - Climats, forêts et désertification de l'Afrique tropicale. Soc. Ed. Géogr. Marit. Colon., Paris, 255 p.

AUBREVILLE A. PATTERSON J.R., COLLIER F.-S., BRYNMOR J., DUNDAS J., MATHEY J. et BACHELIER R. - 1973 - Rapport de la mission forestière anglo-française Nigeria-Niger (décembre 1936-février 1937). Revue Bois et Forêts des Tropiques, 148, p. 3-26.

AUDRU J.. BOUDET G., CESAR J., DULIEU D., GASTON A., MANDRET G., MERLIN P., RIPPSTEIN G., ROBERGE G. et TOUTAIN B. - 1987 - Terroirs pastoraux et agropastoraux en zone tropicale. Gestion, aménagements et intensification fourragère. Etude et synthèse de l'IEMVT, Maison-Alfort, 24, 418 p.

BARBARY J.-P., MAIRE R. et ZHANG Shouyue 1991 Gebihe 89, Karsts de Chine. Karstologia-Mémoires, no 4, 232 p.

BENOIT - 1986 - Laos. Méditerranée, 1/2.

BERGER A. - 1992 - Le climat de la Terre (un passé pour quel avenir ?). De Baeck Université, Bruxelles, 479 p.

BINI A., QUINIF Y., SULES O. et UGGERI A. - 1992 - Les mouvements tectoniques récents dans les grottes du Monte Campo dei Fiori (Lombardie, Italie). Karstologia, no 19, p. 23-30.

BISHOP P., HEIN D., MALONEY B. et FRIED A. 1992 - River bank erosion and the decline of the SiSatchanalai ceramics industry of north central Thailand. The Holocene, 2, 2, p. 159-163.

BOULET R., FAUCK R., KALOGA B„ LEPRUN J.-C., VIEILLEFON J. et RIQUIER J. - 1971 - Carte pédologique au 1/5 000 000. In : Atlas International de l’Ouest africain, O.U.A. et I.G.N., pl. 9 et notices.

BOUTRAIS L. - 1983 - L'élevage soudanien. Des parcours de savanes aux ranchs (Cameroun-Nigéria). Trav. et Doc. ORSTOM, Paris, 160, 148 p..

CASENAVE A. et VALENTIN Ch. - 1989 - Les états de surface de la zone sahélienne. Influence sur l’infiltration. ORSTOM. Paris, 229 p.

COURTILLOT F. - 1990 - L’activité volcanique à l’origine de l’extinction des espèces. La Recherche.

CROFT Th.A. - 1978 - Nighttime Images of the Earth from Space. Scientific American, 7, July, p. 68-79.

CUNNINGHAM R.K. - 1963 - The effect of clearing a tropical forest soil. Journal of soil Science, 14, 2, p. 334-345.

DE CANNIERE P., DEBUYST R. et DEJEHET F. - 1990 - Application de la RPE à la datation de matériaux carbonatés (apport d’études réalisées sur des carbonates de synthèse). Karstologia Mémoires, no 2, p. 36-42.

DELPIERRE P. et GILLET H. - 1971 - Désertification de la zone sahélienne au Tchad. Bilan de dix années de mise en défens. Revue Bois et Forêts des Tropiques, 139, p. 27-49.

DELWAULLE J.-C. - 1973 - Désertification de l’Afrique au sud du Sahara. Revue Bois et Forêts des Tropiques, 149, p. 51-68.

DEMANGEOT J. - 1990 - Les milieux naturels du globe. Masson, Coll. Géographie, 277 p.

ECOFIT - 1991 - Changements Globaux, Ecosystèmes, Paléoécosystèmes des Forêts Intertropicales. Programme ORSTOM/CNRS, Bondy, 70 p.

EK Y. et QUINIF Y. - 1988 - Les sédiments détritiques des grottes : aperçu synthétique. Annales de la Société Géologique de Belgique, T. 111, 1, p. 1-7.

ESCADAFAL R. - 1989 - Caractérisation de la surface des sols arides par observation de terrain et par télédétection. Applications : exemple de la région de Tataouine (Tunisie). Etudes et Thèses, ORSTOM, Paris, 317 p.

FAUCK R. - 1972 - Les sols rouges sur sables et sur grès d’Afrique occidentale. In : Mém. ORSTOM, Paris, 61, 257 p., p. 223-224.

FEDOROFF N. et COURTY M.-A. - 1989 - Indicateurs pédologiques d’aridification, exemples du Sahara. Bull. Soc. Géol. France, 8, V, 1, p. 43-53.

FONTES J.-C. et GASSE F. - 1990 - Paléolacs et paléoclimats. Le Courrier du CNRS (La Terre : de l’observation à la modélisation), no 76, p. 82-83.

FRIEDERIKSEN P., LANGAAS S. et MBAYE Μ. 1990 - NOAA-AVHRR and GIS-Based Monitoring of Fire Activity in Senegal - a Provisional Methodology and Potential Applications. In : GOLDAMMER J.G. (Ed.) - Fire in the Tropical Biota. Ecosystem Processes and Global Challenges. Springer Verlag, Berlin, p. 401-417.

GAFFIN S.R. et FUJITA R.M. - 1992 - Comments on “The significance of coral reefs as global carbon sinks - response to greenhouse’· by D.W. KINSEY and D. HOPLEY. Pal. Pal. Pal. Global and Planetary Change Section, 97, p. 365-367.

GASTON A. - 1981 - La végétation du Tchad (NE et SE du lac Tchad). Evolutions récentes sous des influences climatiques et humaines. Thèse Doctorat Sc. Nat.. Paris XII, 333 p.

GOLDAMMER J.G. (Ed.) - 1990 - Fire in the Tropical Biota. Ecosystem Processes and Global Challenges. Springer Verlag, Berlin, 497 p.

GUTELMAN M. - 1989 - L’agriculture itinérante sur brûlis. La Recherche, 20, 216, p. 1464-1474.

HUGHES T. - 1992 - Abrupt climatic change related to unstable ice-sheet dynamics : toward a new paradigm. Pal. Pal. Pal. Global and Planetary Change Section, 97, p. 203-234.

JONGERIUS A. 1983 - The role of micromorphology in agricultural research. In : P. BULLOCK et C.P. MURPHY : Soil Micromorphology, A.B. Acad. Publ. Berkhamsted, p. 111-138.

KAUFMAN Y.J., SETZER A., JUSTICE C., TUCKER C.J. et PEREIRA M.C. - 1990 - Remote Sensing of Biomass Burning in the Tropics. In : GOLDAMMER J.G. (Ed.) - Fire in the Tropical Biota. Ecosystem Processes and Global Challenges. Springer Verlag, Berlin, p. 371-399.

KELLOGG C.E. - 1963 - Shifting cultivation. Soil Science, 95, p. 221-230.

KRINGS Th. - 1991 - Kulturbaumparke in den Agrarlandschaften Westafrikas - eine Form autochthoner Agroforstwirtschaft. Die Erde, 122, p. 117-129.

LEBIGRE J.-M. - 1990 - Les marais maritimes du Gabon et de Madagascar. Thèse d’Etat, Université de Bordeaux 3, 3 t., 704 p.

LETOUZEY R. - 1968 - Etude phytogéographique du Cameroun. Ed. P. Lechevalier, Paris, 508 p.

LORIUS C. - 1990 - Archives glaciaires : climats du passé et effet de serre. Le Courrier du CNRS (La Terre : de l’observation à la modélisation), no 76, p. 83-84.

MAIGNIEN R. - 1958 - Le cuirassement des sols en Guinée, Afrique Occidentale. Thèse Strasbourg, Bull. Soc., Géol. Als. Lor., 16,239 p.

MAIRE R. - 1990 - La haute montagne calcaire (karsts, cavités, remplissages, Quaternaire, paléoclimats). Karstologia-Mémoires, no 3, 732 p.

MALINGREAU J.P. - 1990 - The Contribution of Remote Sensing to the Global monitoring of Fires in Tropical ans Subtropical Ecosystem. In : GOLDAMMER J.G. (Ed.) - Fire in the Tropical Biota. Ecosystem Processes and Global Challenges. Springer Verlag, Berlin, p. 337-370.

MANNER H.L. - 1976 - The effects of shifting cultivation and fire on vegetation and soils in the montane tropics of New Guinea. Ph. D„ Thesis, Univ. Hawaï.

MAYDELL H.J. - 1983 - Arbres et arbustes du Sahel. Leurs caractéristiques et leurs utilisations. GTZ, Eschborn, 531 p.

MIETTON M. - 1988 - Dynamique de l’interface Lithosphère-Atmosphère au Burkina Faso, l’érosion en zone de savane. Thèse Doct. Etat Géogr., EDITEC, Caen., 511p.

MONNIER Y. - 1968 - Les effets des feux de brousse sur une savane préforestière de Côte d’Ivoire. Thèse 3ème cycle, Etudes éburnéennes, Abidjan, IX, 260 p.

MONNIER Y. - 1979 - Contributions à l’étude des rapports entre l’homme et les formations végétales tropicales. L’exemple de l’Ouest africain du golfe de Guinée au fleuve Niger. Thèse Doct. Etat Géogr., Paris VII, 2 vol., 548 p.

NAGY B., NAGY L.A., RIGALL M.J., JONES W.D., KRINSLEY D.H. et SINCLAIR N.A. - 1991 - Rock varnish in the Sonoran Desert : microbiologically mediated accumulation of manganiferous sediments. Sedimentology, 38, p. 1153-1171.

NEWELL R., REICHLE H. et SEILER W. 1989 - Le monoxyde de carbone dans l’atmosphère. Pour la Science., 146, p. 24-30.

NICOD J. et SALOMON J.-N. - 1990 - Les mogotes : des reliefs karstiques résiduels litho-structuraux et/ou hérités. Rev. de Géomorphol. Dyn., XXXIX, 1, p. 15-39.

NYE P.H. et GREENLAND D.J. - 1960 - The soil under shifting cultivation. Commonwealth Bureau of Soils, Harpenden, Farnham Royal, England, Techn. Comm., no 51, 156 p.

OTTO Th. - 1993 - Phyto-Archéologie de sites archéologiques de l’âge du fer au Diamaré, Nord du Cameroun : le site de Salak. Thèse Sciences, Univ. Montpellier, 3 t., 313 p. annexes.

PEDRO G. - 1986 - Les grandes tendances des sols mondiaux. In : Sols et eaux. Actes du Séminaire de la Banque Mondiale, 15-16 mai, ORSTOM, p. 38-40, carte couleur.

PELISSIER P. - 1980 - L’arbre dans les paysages agraires de l’Afrique noire. Cah. ORSTOM, sér. Sci. hum., XVII, no 3-4, p. 131-136.

PIERI Ch. - 1989 - Fertilité des terres de savanes. Bilan de trente ans de recherche et de développement agricoles au sud du Sahara. Minist. Coop, et Dévelop., Paris, CIRAD-IRAT, 444 p.

POMEL S. - 1979 - Géographie physique de la Basse Côte d’ivoire. Thèse 3ème cycle, UER Sci. Terre, Caen, 623 p.

POMEL S. - 1986 - Morphologie volcanique et paléoclimatologie des îles Canaries - Comparaison avec d’autres milieux volcaniques insulaires (îles de la Mer tyrrhénienne et de la Mer Egée, île de La Réunion). Thèse de Doctorat d’Etat de Géographie Physique, Université d’Aix-Marseille II, 3 tomes, 1083 p.

POMEL S. - 1992 - Les étapes et les types de domestication des paysages en Afrique de l’Ouest : déforestation et feux de brousse, pâturage et pastoralisme, agriculture et arboriculture, origine des poussières, métallurgie et énergie, savanes anthropogènes, Sahara (Sahel ou Soudan ?). Séances de posters. In : Environnement 2000, Colloque franco-allemand, Aix-La-Chapelle.

RAMADE F. - 1990 - Des pesticides aux armes chimiques. La Recherche, 21, 219, p. 382-390.

RAMANATHAN V. - 1985 - Vue satellite d’avril 1985. In : Sc. Am.

REPETTO R. - 1990 - La déforestation des pays tropicaux. Pour la Science, 152, p. 36-42.

RIOU G. - 1989 - L’eau et les sols dans les géosystèmes tropicaux. Masson, Paris, 222 p.

RIPPSTEIN G. - 1986 - Etude de la végétation de l’Adamaoua. Evolution, conservation et aménagement d’un écosystème pâturé au Cameroun. Etude et synthèse de l'IEMVT, Maison-Alfort, 14, 367 p.

ROOSE E. - 1981 - Dynamique actuelle des sols ferrallitiques tropicaux d’Afrique occidentale. ORSTOM, Travaux et Doc., 130, 569 p.

ROOSE E. et SARRAILH J.-M. - 1989-1990 - Erodabilité de quelques sols tropicaux. Vingt années de mesure en parcelles d’érosion sous pluies naturelles. Cah. ORSTOM, sér. Pédologie, vol. XXV, no 1-2, spécial Erosion, p. 7-30.

ROUGERIE G. - 1991 - Biogéographie. Masson, Paris.

SALOMON J.-N. - 1987 - Le sud-ouest de Madagascar. Thèse Univ. Aix-Marseille, PUB, Bordeaux, 2t., 998 p.

SALOMON J.-N. - 1994 - La déforestation à Madagascar : une dynamique inquiétante. Article sous presse.

SCHLIPPE (de) P. - 1986 - Ecocultures d’Afrique (“Shifting cultivation in Africa”). Terres et vies, l’Harmattan, Paris, 202 p.

SCHULZ E. et POMEL S. - 1991 - Dust transport in the Sahara : the Pollen record. Poster au 15 ème Colloque de Géologie africaine, Nancy, 10-12 septembre, Publ. CIFEG, Orléans, 20, abstract, p. 113.

SCHULZ E. et POMEL S. - 1992 - Anthropogenität des Sahel. Poster, In : Environnement 2000. Colloque franco-allemand. Aix-La-Chapelle.

SEIGNOBOS Ch. - 1978 - Paysages de parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord Cameroun). Annales de l'Université du Tchad, Sér. Lettres langues viv. et sc. hum., no sp., p. 61-93

SEIGNOBOS Ch. - 1982 a - Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne : la problématique des parcs. Rev. Géographie du Cameroun, III, 1, p. 1-23.

SEIGNOBOS Ch. - 1982 b - Matières grasses, parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord Cameroun). Cahiers d’Outre Mer, Bordeaux, 35, p. 228-269.

THAI VAN TRUNG - 1993 - Réhabilitation des écosystèmes forestiers dégradés par les herbicides au Sud Vietnam. In : “Les écosystèmes intertropicaux”. Fonctionnement et usages. Journées du PIR, CNRS, Lyon, 13-15 janvier, 7 p.

VAUDOUR J. - 1986 - Travertins L.S. et évolution des paysages holocènes dans le domaine méditerranéen. Méditerranée, 1-2, t. 5, 190 p.

VAUDOUR J. - 1988 - Les édifices travertineux et l’Histoire de l’Environnement dans le Midi de la France (Provence, Languedoc, Roussillon). Trav. UA 903, no XVII, 280 p.

WOODRUFT S. - 1990 - Photographies aériennes de nuit : Hansen Planetarium, Utah (1974-1984). Der Spiegel, 33, du 13.8.1990.

YEN D.E. - 1989 - The domestication of environment. In : HARRIS D.R. and HILLMAN G.C. (Ed.), Foraging and Farming. Unwin Hyman, London, p. 55-78.

Pour la Science” - 1990 - no 158, décembre, p. 12-14.

Sols et eaux” - 1986 - Acquis et perspectives de la recherche agronomique française en zone intertropicale. Acte du séminaire, Banque mondiale, 15-16 mai, ORSTOM, Paris, 183 p.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540