Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Avant-propos

Richard Maire, Simon Pomel et Jean-Noël Salomon

Texte intégral

1Dans le débat scientifique conflictuel qui masque les urgences du Tiers-Monde, dans une vision égocentrique qui détourne la réalité, les pays tropicaux apparaissent comme un terrain d’expérimentation et un laissé pour compte à la fois des actions de Développement et des études sur l’Environnement.

TROPICALITÉ ET ZONALITÉ

2Si à l’intérieur du domaine intertropical la notion de zonalité est critiquable car fortement soumise à la domestication des paysages par l’homme, par contre on ne peut nier que les régions tropicales présentent une spécificité très marquée.

3Leur originalité est remarquable dans le domaine des ressources végétales et pédologiques, des ressources en eau et des contraintes (ou des atouts) du Développement (climat, variétés ethniques, dynamisme démographique, etc.). La spécificité des régions tropicales est marquée par la régularité de la photopériode, une faible saisonnalité thermique, une biodiversité extrême, une dynamique sols-plantes assez peu reliée à celle de l’humus, une prépondérance des processus biochimiques ou hydrochimiques, une grande variété ethnique, etc.

4Cet ouvrage développe une dialectique étayée par de nombreux exemples de la forte originalité des régions tropicales et aussi d’une longue anthropisation des paysages. L’Afrique de l’Ouest n’est-elle pas à la naissance des paysages bocagers ? L’Asie des moussons à celle de la domestication de certaines céréales, les Montagnes tropicales d’Amérique latine au tout début de la gestion des légumes ? Le Monde occidental a beaucoup oublié ce qu’il doit aux civilisations des régions tropicales, aux plantes d’Amérique latine, aux techniques de la Chine, aux arts d’Afrique. Cette dette, les auteurs en sont conscients et tous versent leur expérience à une approche opératoire des concepts de zonalité et de tropicalité.

TROPICALITÉ ET HISTOIRE

5L’un des aspects les plus positifs d’un ouvrage en collaboration est de donner bien sûr une forte dimension spatiale aux termes abordés : en multipliant les expériences et les exemples régionaux on augmente la validité des conclusions. Mais ce livre doit surtout son originalité à une approche multi-naturaliste et à la prise en compte des dimensions historiques et sociales des environnements tropicaux.

6L’Environnement est replacé dans son contexte général d’Histoire des conditions de vie de notre espèce, suite logique de beaucoup d’autres. La conception du “temps polychrone” des sociétés tropicales est un puissant révélateur de la différence qui sépare le tropical du reste du monde.

7L’étude de l’histoire du climat, des sols, des plantes, des ressources et du monde agraire renoue en quelque sorte avec une conception multi-temporelle de nos disciplines. La Géographie, qui étudie à la fois les héritages et leur répartition spatiale, se trouve à nouveau en position centrale dans les débats qui agitent Pays Riches / Pays Pauvres.

SYSTÈMES ET COMPARTIMENTS DES PAYSAGES TROPICAUX

8La forte originalité des espaces tropicaux ne saurait masquer leur extrême disparité. Les auteurs décrivent minutieusement les différents compartiments des géosystèmes tropicaux, tout en montrant leur interconnexion. Cette optique est fondamentale comme guide aux options de développement. Un retour aux arsenaux traditionnels de gestion des espaces ruraux s’avère indispensable.

9Une étude des associations et des successions naturelles, successions de sols ou d’associations végétales impose une conception des mosaïques de fonctionnement. L’agro-foresterie, les systèmes agraires peuvent en tirer des modèles fertiles, efficaces et non perturbants.

GESTION, AMENAGEMENT ET PALÉOENVIRONNEMENTS

10Un des axes fondamentaux de ce livre concerne les conceptions que les auteurs présentent, d’une gestion à long terme. La prise en compte des paléo-environnements est indispensable à la compréhension des dynamiques et fondamentale pour une gestion intelligente du capital nature et de toutes les ressources.

11Pas de procès d’intention, il n’y a pas de conception cachée, d’optique insidieuse ou de politique confuse : il y a simplement urgence dans le Tiers Monde à gérer sans délabrer les dernières ressources d’un capital fortement entamé, certains milieux étant déjà stériles... Les impacts coloniaux et postcoloniaux ont engendré des points de non-retour et certains pays d’Afrique Tropicale sont atteints de façon dramatique. Il y va donc du devoir de tout homme et principalement de tout scientifique d’user de sa capacité d’invention à sauvegarder les potentiels et surtout de sa sagesse à intégrer les systèmes traditionnels. Il y va aussi de la pertinence d’une discipline mise à l’écart des études d’impact : la Géographie Physique. Est-il besoin de rappeler que la cartographie géographique demeure le principal et le premier instrument d’évaluation ?

ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT

12La pression démographique s’exerçant sur des écosystèmes fragiles peut aboutir à la perte des terres arables. Pendant ce dernier siècle la superficie cultivée a augmenté pour faire face à l’accroissement d’une population à la recherche d’une amélioration de son alimentation. Mais depuis la fin des années 1980 cette expansion a cessé. C’est notamment le cas de la Chine où les cultivateurs ont été contraints d’abandonner des terres épuisées ou rendues improductives par accumulation de sel (cas de nombreuses terres irrigables). Un autre danger est la dégradation des terres par érosion. Selon la Cellule Environnement de l’O.N.U., 20 % des terres tropicales propices à la végétation se sont appauvries au cours des 45 dernières années. Ce sont des réalités dont il faut tenir compte, car toute conception du Développement plaquée, toute notion extra-territoriale non ancrée dans la réalité tropicale, est vouée à un rejet du monde paysan, à un échec cuisant et à des rétroactions naturelles autant efficaces que pernicieuses (effet bien connu d’amplification ou d’hystérésie). Dans le meilleur des cas l’échec sera dû à l’absence de moyens (engrais, semences sélectionnées, systèmes d’irrigation, etc.) leur interdisant par exemple l’accès à la “révolution verte”.

13Finalement cet ouvrage représente une revue des principaux scénarios de fonctionnement des environnements tropicaux. Les auteurs espèrent qu’ils serviront impérativement aux différents modèles de Développement susceptibles d’être élaborés en concertation avec le monde tropical rural, lequel est intimement soudé à la Nature. Entre les lignes de leurs articles c’est une conception intégrée de l’Environnement et du Développement que proposent les auteurs.

Auteurs

Centre d’Etudes de Géographie Tropicale (CEGET-CNRS), Dom. Univ. de Bordeaux, 33405 Talence cedex et Lab. Cibamar, Géologie Recherche, Univ. Bordeaux 1, av. des Facultés, 33405 Talence cedex.

Centre d’Etudes de Géographie Tropicale (CEGET-CNRS), Dom. Univ. de Bordeaux, 33405 Talence cedex et Ass. Clime, Le Chalay, 63160 Mauzun.

Institut de Géographie
Université Michel de montaigne - Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540