Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Préface

Jean Demangeot

Texte intégral

1Le but de cet important recueil d’articles est d’étudier quelques-uns des signes qui prouvent que l’environnement tropical a évolué récemment et continue d’évoluer de nos jours. Autrefois Emmanuel de Martonne enseignait très justement que les problèmes morphologiques se posent dans les hauts du terrain et qu’ils se résolvent dans les parties basses : en clair, par l’analyse des dépôts corrélatifs. Mais il ne s’agissait encore que de géomorphologie. Depuis la tâche des géographes s’est beaucoup compliquée. Elle s’est compliquée d’abord parce que le fait de reconnaître l’unité, la globalité, des milieux naturels, déjà partiellement incluses dans l’écosystème des naturalistes, a amené à prendre en compte tous les facteurs possibles, et non plus seulement les formes du terrain : tapis végétal, nappes souterraines, nature des sols, etc. Elle s’est compliquée, ensuite, au fur et à mesure que l’on prenait conscience du rôle régulièrement croissant de l’anthropisation dans l’élaboration des paysages : 50 millions d’êtres humains vers le Néolithique, 500 millions vers le XVème siècle, 5 milliards hier, 6 milliards bientôt... Cela fait réfléchir. Automatiquement le nombre des paramètres à envisager augmente, et les interactions à l’intérieur du système Terre se compliquent.

2La variété des problèmes abordés dans le présent ouvrage est bien la preuve de cette complexité. Je retiens surtout l’analyse des sédiments de grottes, commencée autrefois par B. Gèze et fréquemment pratiquée par les préhistoriens ; l’analyse des carottes sous-marines, qui a fait tant de progrès depuis C. Emiliani ; l’influence des sociétés humaines sur la désertification des Sahels, et l’affinement des recherches sur les causes anthropiques de la savanisation ; l’importance des nappes phréatiques, peut-être supérieure à celle des régimes pluviométriques ; l’histoire compliquée et (ô combien) significative des édifices coralliens ; l’abondance des tourbes tropicales littorales, longtemps mésestimée ; les rapports subtils des populations avec les forêts et les karsts de montagne. Et tant d’autres sujets que le lecteur découvrira à son tour.

3Ce m’est une occasion d’insister une fois encore sur les ambiguïtés de l’expression “équilibre naturel”. Dussé-je chagriner quelques écolos, je rappelle que l’équilibre des milieux naturels n’est jamais acquis. Car il n’est pas celui d’une pyramide lourdement posée sur sa base, il n’est pas statique. L’équilibre naturel n’est jamais définitif puisqu’il est dynamique. Telle déviation vers la gauche, par exemple une crise de sécheresse, est compensée quelques années ou quelques décennies plus tard par une déviation compensatrice vers la droite, une période anormalement pluvieuse : la marche de la nature est celle du funambule. Et les excès font partie de la nature de la Nature. Il est normal que les cyclones ravagent les côtes, que les glaciers du Mexique reculent, que la foudre des tornades incendie les forêts sèches. Certes, de nos jours il y a interférence des actions anthropiques dans l’ondulation des tendances naturelles. Mais il n'est pas démontré que l’action anthropique soit toujours en contradiction avec l’évolution de la Nature. Il peut lui arriver d’être en phase. Sait-on vraiment la part des sociétés humaines dans le réchauffement du globe prévu par les ordinateurs mais, notons le bien, non constaté sur le terrain ? Et si, d’aventure, le Petit Age de Glace ne faisait que continuer à disparaître, comme à regret, mais de lui-même, par l’effet d’un réchauffement naturel ?

4La difficulté essentielle à laquelle se heurte le chercheur est l’effroyable complexité des systèmes naturels. Prenons, par exemple, le cas de la déforestation tropicale. C’est un fait avéré et qui a sur les continents et sur les océans qui les entourent des effets incontestablement catastrophiques à court terme. Catastrophiques pour les sociétés humaines surtout, car la nature, elle, en a vu d’autres, les indicateurs ici étudiés nous en apportent la preuve. Sols exposés au soleil, donc craquelés et parfois devenus gravillonnaires ; appauvris en complexe absorbant et en bases échangeables ; soumis à l’impact pluvial et au décapage par ruissellement ; redistribués dans la mangrove et sur les coraux, qu’ils font mourir. La crise est indiscutablement d’origine anthropique (cf. l’article de J.-M. Lebigre sur les Philippines). Mais si cette déforestation a des effets régionaux, a-t-elle aussi des conséquences planétaires ? On l’a prétendu. “Amazonie poumon du monde” chantait un chanteur (non sans profits...). Rien n’est moins sûr. La production d’oxygène par la forêt tropicale dense ne participe à la production annuelle du globe que dans la proportion de 0,04 % environ. Encore ce chiffre est-il considéré comme excessif par les forestiers, car la photosynthèse des savanes et des cultures est au moins aussi efficace que celle de la forêt humide. Un mythe de moins.

  • 1 Quelques conséquences de la déforestation tropicales sont assez inattendues. En voici une : diminu (...)

5L’affirmation : “les forêts tropicales font pleuvoir” est-elle également l’expression d’un mythe ? Non, car elles font effectivement pleuvoir, mais seulement un petit peu, 2 à 3 % en plus, par effet second de l’évapotranspiration, en circuit fermé, et aux dépens du drainage1. Mais cette évapotranspiration a un autre effet, paradoxal en apparence. M. Leroux a démontré que les grands massifs forestiers guinéo-congolais bloquent, en Afrique occidentale et centrale, mais pas en Afrique orientale, le balancement du FIT en hiver boréal, précisément par le refroidissement (2 à 4°C en moins) que provoque cette évaporation au-dessus des forêts. Or on sait que le FIT est, par excellence, l’annonciateur des tornades diluviennes et du corps de la mousson, donc des grandes pluies. On peut supposer qu’il existe un mécanisme comparable en Amazonie.

  • 2 … à moins que, fortement réfléchissant, il ne renforce le refroidissement.

6Mais poursuivons le raisonnement. L’évapotranspiration de ces grands massifs forestiers ne produit pas seulement du froid, mais aussi des nuages. Or le plafond nuageux arrête partiellement le renvoi des rayons IR vers le ciel, donc accentue l’effet de serre, donc réchauffe2. (Puisque c’est la chaleur radiative qui provoque l’évapotranspiration, ce renforcement de l’effet de serre est une rétroaction positive, alors que dans le cas du refroidissement ci-avant évoqué la rétroaction était négative. Il y a donc nécessairement conflit entre ces deux réactions de sens opposé : qui nous dira celle qui l’emportera ?

7Mais il y a plus compliqué encore. Négatives ou positives ces rétroactions ne sont pas forcément synchrones puisque les forces mises en jeu se heurtent à des inerties différentes. Le temps de réponse thermique de l’océan Pacifique n’est pas le temps de réponse mécanique de l’ENSO, qui n’est pas le temps de réponse biologique du plancton, et ainsi de suite. Ajoutons-y aussi le temps de réponse des réactions, bonnes ou mauvaises, des populations du pourtour de l’océan, et on aura une idée de la complexité du sous-système Pacifique, sous-partie du système planétaire.

8Tous ces excursus ont eu pour but de démontrer qu’il n’y a pas d’équilibres naturels statiques, et qu’il est bien difficile de discerner la part de l’anthropisation dans l'accélération ou le ralentissement des réajustements constatés. Les auteurs qui nous fournissent des indicateurs de ces variations, naturelles ou anthropiques, sont donc sur la bonne voie, et il convient de les en remercier.

Notes

1 Quelques conséquences de la déforestation tropicales sont assez inattendues. En voici une : diminuant l’évapotranspiration de la forêt dense, la déforestation devrait, ipso facto, améliorer le débit des rivières. Et une autre : diminuant les émissions de méthane, elle contribuerait à atténuer l’effet de serre.

2 … à moins que, fortement réfléchissant, il ne renforce le refroidissement.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540