Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apories, paradoxes et autocontradictions

 | 
Éric Benoit

Troisième Partie. Dans l’impasse , et après…

Le « non-écrire » dans la poésie de Jean Tortel

Katixa Dolharé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Né à Saint-Saturnin-lès-Avignon en 1904, Jean Tortel est un critique et un théoricien prolifique : figure marquante des Cahiers du Sud de Marseille de 1938 à la disparition de la revue en 1966, il change le cap de ce périodique aux tendances surréalistes en l’orientant vers un certain post-mallarméisme et surtout, grâce à son influence au comité de rédaction des Cahiers, il se révèle un formidable découvreur de jeunes talents poétiques (c’est notamment lui qui lance Francis Ponge). Mais Jean Tortel n’est pas seulement un lecteur visionnaire, il est aussi un immense poète dont les nombreux recueils sont admirés par les plus grands poètes contemporains. Jean Tortel commence à écrire de la poésie en 1928 et il ne cesse de manier la plume qu’à sa mort, en 1993. Il publie au total vingt-cinq recueils poétiques. Les premiers, parus entre 1931 et 1961, peuvent être considérés comme des ouvrages de jeunesse plus ou moins imitatifs, dans lesquels l’auteur met le monde et la poésie en questio...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540