Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apories, paradoxes et autocontradictions

 | 
Éric Benoit

Deuxième Partie. « Et toujours l’impossible à dire ! »

Paul Celan, la traduction impossible

Jean-Pierre Lefebvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut d’abord exhiber, malgré ce titre qui semble se ranger sagement sous le thème majeur de ce volume, tout ce qu’il y a de paradoxal à convoquer Celan dans la confrérie de la littérature impossible. Il s’est en effet employé toute sa vie à faire la démonstration de la possibilité de la poésie après Auschwitz, affrontant la célèbre formule, toujours sortie de son contexte malheureusement, qu’on doit à Adorno — mais qui n’a été énoncée que plusieurs années après que Paul Celan s’était déjà engagé dans la lutte pour cette possibilité.

Pour Celan, l’écriture poétique est précoce : elle date de l’enfance heureuse à Czernowitz, et très tôt s’affranchit des bouffées épigonales, au sein même d’une première production qu’on a parfois, avec certaines raisons, qualifiée de surréaliste. Mais entre cette enfance heureuse et les poèmes de Bucarest puis de Vienne antérieurs à 1950, il y a eu l’innommable, l’impensable, l’événement sans référent historique que je préfère nommer par métonymie Aus...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540